Navigation – Plan du site
archives événements

29 novembre – 1er décembre 2012 : Vivre et penser avec Ivan Illich. Dix ans après

Colloque organisé par Martin Fortier, Nicolas Nely et Thierry Paquot.

Source :  http://www.ens.fr/IMG/file/actualites/2012/Programme%20Colloque%20Illich.pdf

Image1

29 novembre :
 « Une vie en exemple, une pensée en héritage. »

Table ronde, en Salle des Actes.

20h00-22h45 Avec les témoignages de Jean-Pierre DUPUY, Patrick VIVERET, Thierry PAQUOT, Serge LATOUCHE et Alexeï TABET.

30 novembre et 1er décembre : 
« Devenirs et avenirs de la critique illichienne. »

30 novembre

« Les sources d’inspiration », en Salle Dussane.

9h45-10h45  Renaud GARCIA, « Se réjouir de l’exquis présent de la vie : éléments pour un anarchisme illichien. »

10h45-11h45 Olivier REY, « L’unité d’inspiration de la pensée d’Ivan Illich. »

« La convivialité et le vernaculaire dans la culture », en Salle de Conférence (46, rue d’Ulm).

14h00-15h00 Olivier ASSOULY, « L’exemplarité essentielle de la cuisine chez Illich. »


15h00-16h00 Daniel CÉRÉZUELLE, « Actualité de la destruction des savoirs vernaculaires : la panne du savoir se nourrir. »

17h00-18h00  Silvia GRÜNIG IRIBARREN, « Existe-t-il une “ville conviviale” ? La transposition des thèses illichiennes au domaine de l’urbain. »

1er décembre

« Illich et l’économie », en Amphi Rataud (sous-sol du nouveau bâtiment Rataud).

14h00-15h00 Jean-Pierre DUPUY, « La crise et le sacré : Illich et Girard. »

« Illich et la philosophie », en Amphi Rataud (sous-sol du nouveau bâtiment Rataud).

15h45-16h45 Thierry PAQUOT, « Ivan Illich et la philosophie. »


16h45-17h45 Martin FORTIER, « Pour une épistémologie de la mesure : Illich et la fondation péirastique de l’écologie. »

Jeudi 29 novembre
« Une vie en exemple, une pensée en héritage. » en Salle des Actes

Témoignages sur l’homme et sur l’œuvre, sur les amitiés et les collaborations.

20h00-21h40 Présentation générale Jean-Pierre DUPUY, Patrick VIVERET, Thierry PAQUOT, Serge LATOUCHE

21h40-22h00 Discussion

La réception de l’œuvre d’Illich en France.

22h00-22h30  Alexeï TABET
« Cette intervention donnera un aperçu des petits et des grands chemins empruntés par la pensée d'Ivan Illich en France au moment de son succès des années 1970. En s'intéressant à ses lecteurs les plus fameux comme aux plus illustres inconnus, elle tentera de mesurer la profondeur de son influence. La progressive surdité française à une pensée en renouvellement sera ensuite interrogée à l'aune de l'autocritique qu'Illich adresse, dès le début des années 1980, à ses premiers écrits. » A.T.


22h30-22h45  Discussion

Vendredi 30 novembre
« Devenirs et avenirs de la critique illichienne (I). »
en Salle Dussane (matin) & en Salle de Conférence1 (après-midi)

9h30-9h45  Présentation générale.

9h45-10h45 Renaud GARCIA, « Se réjouir de l’exquis présent de la vie : éléments pour un anarchisme illichien. »

« Nous nous intéresserons ici à une perspective sur l'œuvre d'I. Illich rarement traitée d'une façon systématique : celle qui y voit une contribution notable à l'anarchisme, à la fois comme théorie et comme pratique.

Deux interprétations réductrices doivent être réfutées de prime abord : l'une qui voudrait qu'en raison de son enracinement chrétien, la pensée d'Illich ne puisse être associée à l'anarchisme ; l'autre qui accepte des accointances entre Illich et l'anarchisme, mais pour les limiter au seul écho rencontré par le pamphlet Une société sans école, dans la lignée des pédagogies libertaires.

Au-delà de ces interprétations, il semble possible de considérer aussi bien la critique de la contreproductivité industrielle que l'archéologie de l'âge des systèmes comme des jalons importants faisant le lien entre un anarchisme classique (Proudhon, Bakounine, Kropotkine) et la critique de la domination effectuée par un anarchisme plus contemporain. En ce sens l'œuvre d'Illich se présente comme un prolongement des travaux de son ami et inspirateur anarchiste Paul Goodman (1911-1972).

Nous baliserons trois champs creusant cette filiation : tout d'abord les analyses critiques de la société industrielle, insistant sur l'équilibre humain pour faire obstacle à l'intériorisation de la dépossession par les services; ensuite l'étude détaillée du domaine vernaculaire, ayant pour but d'établir l'archéologie des représentations contemporaines du corps, du sexe, des besoins, du travail, qui toutes rivent l'individu à une servitude négatrice de sa singularité ; enfin la réponse d'ordre moral et existentiel qu'Illich a adressée aux professions mutilantes ainsi qu'à l'abstraction de l'âge des systèmes : le choix de la non-puissance, un art de vivre épiméthéen qui se réjouit de l'exquis présent de l'existence, en lieu et place de la planification prométhéenne d'une action collective à grande échelle. » R.G.

10h45-11h45 Olivier REY, « L’unité d’inspiration de la pensée d’Ivan Illich. »

« Si Ivan Illich s’est intéressé à un très grand nombre de sujets, sa pensée n’en a pas moins une profonde unité. Illich a lui-même donné quelques indications sur ce qui fonde cette unité : « Je crois que le thomisme – ou plutôt Thomas, que j’ai redécouvert grâce à Jacques Maritain – a imprégné ma pensée, ma vie, mon expérience, et que je lui dois cette structure intellectuelle qui m’a permis d’aller de Hugues de Saint-Victor à Kant, et de Schutz – ou Dieu sait quel autre étrange auteur allemand – à Freud, voire de pénétrer dans le monde de l’islam, sans jamais me disperser. »

Dans ce sillon s’enracine l’extrême sensibilité d’Illich à la notion d’échelle pertinente. Leopold Kohr, qu’il a côtoyé à Porto Rico, a attiré son attention sur l’importance cruciale de la taille des sociétés humaines, et une très grande partie des travaux d’Illich peuvent être envisagés comme une généralisation des idées de Kohr. La question de l’échelle est un impensé de la tradition philosophique occidentale, qui met un point d’honneur à définir des concepts sans jamais s’inquiéter des bornes quantitatives entres lesquelles ces concepts ont un sens. Les réflexions d’Illich sont un remède à cet impensé. Dans tous les domaines où elles se sont portées, elles ont mis au jour les liens étroits qui unissent le bien à ce qui a la bonne taille – une taille au-delà de laquelle ce qui servait la vie se met à lui nuire et à la détruire. » O.R.

11h45-12h15 Discussion.

12h15-14h00 Pause déjeuner.

14h00-15h00 | Olivier ASSOULY, « L’exemplarité essentielle de la cuisine chez Illich. »

« Notre lecture d’Ivan Illich tentera de mettre en lumière la question suivante : le « culinaire » n’est-il qu’une illustration – en cela une forme neutre d’exemplarité – de la crise du domaine vernaculaire ? Quelles sont les particularités de la cuisine et de l’alimentation, à la différence d’autres activités techniques et sociales, qui décideraient d’une position centrale ?

Le culinaire témoignerait, d’une part, d’un transfert préjudiciable de compétences traditionnelles au profit de la « marchandise » et d’une économie de marché. De l’autre, la cuisine, en renvoyant à des savoir-faire et à des goûts, s’érigerait contre toute conception « véhiculaire » des nourritures, à tort réduites à un apport « calorique », utilitaire et de l’ordre « besoins ». » O.A.

15h00-16h00  Daniel CÉRÉZUELLE, «Actualité de la destruction des savoirs vernaculaires : la panne du savoir se nourrir. »

« Comment se fait-il que de plus en plus de gens ont perdu les repères qui permettent de se nourrir sans se détruire ? Le manque de ressources financières ne suffit pas pour expliquer la flambée de la diabésité dans la société contemporaine. La destruction de l’agri-culture remplacée par une filière industrielle agroalimentaire a détruit les liens symboliques qui relient la personne tant à la terre qu’à son corps. » D.C.

16h00-16h30  Discussion.

16h30-17h00  Pause café.

17h00-18h00 Silvia GRÜNIG IRIBARREN, «Existe-t-il une “ville conviviale”? La transposition des thèses illichiennes au domaine de l’urbain. »

« Depuis trois ans, quotidiennement, je rejoins Ivan Illich dans sa parole et à travers les écrits de ses collaborateurs et amis pour la rédaction de ma thèse doctorale intitulée Ivan Illich (1926-2002): La ville conviviale, sous la direction d’un autre disciple d ́Illich, Thierry Paquot. La lectrice attentive que j ́étais auparavant est devenue une élève fidèle.

En hommage aux 10 ans de son départ, je voudrais partager avec vous l’état de mes recherches, les trouvailles et aussi les difficultés que j ́ai rencontrées.

Dans un contexte où les médias, les institutions internationales, les professionnels sont unanimes : « Le XXIè siècle sera le siècle des villes » ... de quelles villes parlons-nous ? Y a-t-il une contre-productivité urbaine ? Où est passé le vernaculaire ? Que serait une « ville conviviale » ? Existe-t-il un urbanisme convivial ? Qu’en est-il des communaux ? Voici quelques-unes des questions qui se sont posées au long de ma recherche et sur lesquelles nous reviendrons. » S.G.I.

18h00-18h30 Discussion.

Samedi 1er décembre
« Devenirs et avenirs de la critique illichienne (II). » en Amphi Rataud

14h00-15h00 Jean-Pierre DUPUY, « La crise et le sacré : Illich et Girard. »

« Ce qui est en question dans le moment actuel, ce n’est pas le capitalisme financier ; ce n’est pas le capitalisme tout court ; ce n’est pas le marché, régulé ou non, spéculatif à la hausse ou bien à la baisse : c’est la place que joue l’économie, dans nos vies individuelles comme dans le fonctionnement de nos sociétés. Cette place est immense et nous trouvons cela banal. L’économie tend à envahir le monde et nos pensées. Ce n’est donc pas elle qui nous donnera le sens de ce phénomène massif et extraordinaire, puisqu’elle est à la fois juge et partie. Seul un regard éloigné, qui aurait réussi à se déprendre de l’économie, peut s’étonner de ce qui semble aller de soi au citoyen moderne, devenu intégralement, à son insu, homo oeconomicus.

Comme le sacré avant elle, l’économie est en train de perdre aujourd’hui sa capacité de produire elle- même des règles qui la limitent, disons de l’auto-transcendance. Tel est le sens profond de la crise. La mythologie grecque a donné un nom à ce qu’il advient d’une structure hiérarchique (au sens étymologique d’ordre sacré) lorsqu’elle s’effondre sur elle-même : c’est la panique.

Je me proposerai ici d’éclairer l’ombre sacrée de la crise économique actuelle à l’aune des enseignements d’Ivan Illich et de René Girard, véritables maîtres dans l’exploration des racines chrétiennes de la modernité. » J.-P.D.

15h00-15h15 Discussion.

15h15-15h45 Pause café.

15h45-16h45 Thierry PAQUOT, « Ivan Illich et la philosophie. »

« Ivan Illich est inclassable. Ses commentateurs ne savent pas où le placer tant il échappe aux habituels découpages disciplinaires et passe allègrement leurs frontières. Les copieuses bibliographies qu’il confectionne pour ses essais expriment la diversité de ses sources et l’incroyable richesse de ses lectures. Il puise aussi bien dans la sociologie, l’économie politique, les sciences politiques, peu chez les géographes, beaucoup chez les historiens, du reste il n’hésite pas à s’affirmer « historien », mais comme il conceptualise, il ne peut échapper à la philosophie. Pourtant, et c’est l’intention de cette communication d’en savoir un peu plus, il n’élabore pas une philosophie de la convivialité, par exemple, ou de l’ascèse ou de l’amitié et ne dialogue pas avec un penseur, comme certains de ses contemporains.

Nous allons donc dans un premier temps repérer les philosophes dont il fait état avant de suggérer quelques raisons qui lui font préférer le chemin de l’histoire à celui de la théorisation. » T.P.

16h45-17h45 Martin FORTIER, « Pour une épistémologie de la mesure : Illich et la fondation péirastique de l’écologie. »

« On ne compte plus le nombre de livres consacrés à l’écologie. Mais parmi tous ces ouvrages, très peu prennent à bras le corps la problématique qui sous-tend tout discours écologiste : pourquoi l’écologie vaudrait- elle mieux que la destruction la plus sauvage ; pourquoi l’humanité devrait-elle (sur)vivre et non pas plutôt s’autodétruire et disparaître ? Se pose ainsi la question des fondements de l’écologie. Parmi les rares auteurs à s’être posé cette question des fondements, on trouve Hans Jonas. Critiquant la thèse humienne de l’impossibilité d’un passage de l’être – du fait – au devoir-être – au droit – et mobilisant notamment chez Heidegger de quoi développer une éthique du devoir-être de l’humanité, Jonas propose dans son Principe responsabilité une réponse à la question des fondements de l’écologie. Nous montrerons cependant brièvement en quoi sa réponse n’est pas du tout satisfaisante en ce qu’elle fait fond sur des pétitions de principes tout à fait contestables.

Le problème, dès lors que l’on discute des fondements de l’écologie, est le suivant : chacun pose ses propres axiomes et en déduit par la suite les théorèmes éthiques qui lui siéent. Partant de certains axiomes, on en arrive à la conclusion qu’il faut sauvegarder la planète et l’humanité ; partant d’autres axiomes, on en arrive à la conclusion que tout cela importe peu. Nous appellerons épistémologie de la démesure toute démonstration qui se fonde arbitrairement sur un axiome et qui prétend que les conclusions tirées de cet axiome ont plus de valeur que celles des contradicteurs. Il y a une hubris épistémologique à croire que ses principes valent plus que ceux des autres. Mais dès lors, que serait une épistémologie de la mesure, que serait une fondation non-dogmatique de l’écologie, une fondation qui échappe à tout arbitraire principiel ?

Illich est à notre sens le seul penseur qui nous fournisse – implicitement – les outils d’une telle épistémologie de la mesure. La force extraordinaire de sa critique réside dans le fait qu’elle prend une forme péirastique. La démonstration péirastique est définie par Aristote dans les Topiques comme une manière de faire une démonstration qui se fonde non pas sur nos propres principes mais sur ceux de l’adversaire : il s’agit de montrer que l’adversaire a tort à l’aune même de ses propres principes. C’est typiquement ce que fait Illich dans Énergie et équité quand il démontre que l’automobiliste aurait tout intérêt à abandonner sa voiture à l’aune même de ses propres axiomes (qui lui intiment d’aller le plus vite possible).

Ce que nous voudrions montrer, c’est que, loin de se cantonner à Énergie et équité, cette méthode démonstrative se retrouve en réalité dans l’ensemble de l’œuvre d’Illich. Il s’agira ainsi de proposer une relecture d’Illich à l’aune du concept de péirastique. Comment la péirastique s’agence-t-elle avec les trois types de contreproductivité (technique, sociale, symbolique) ? Comment, en outre, s’agence-t-elle au concept de vernaculaire ? Comment, enfin, n’est-elle toujours pas dépassée à l’âge des systèmes ?

Nous nous essaierons ainsi – quitte à aller à rebours de la méfiance d’Illich pour l’esprit de système – à une reconstruction systématique de l’ensemble de l’œuvre illichien à partir du concept de péirastique, un peu comme ont pu le faire Gueroult avec Descartes et Spinoza ou les marxistes analytiques avec Marx. Le résultat obtenu sera que l’écologie que fonde Illich à l’aide de la péirastique n’a rien à voir avec celle que défend un Hans Jonas, un Félix Guattari, ou un Nicholas Georgescu-Roegen. L’écologie péirastique illichienne se soucie fort peu de l’environnement et de la nature ; elle se fonde bien plutôt sur les valeurs humaines et culturelles. » M.F.

17h45-18h30 Discussion.

  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals