Navigation – Plan du site
Immigration et "vivre-ensemble" : politiques et discours

Mémoires d’immigrés, mémoires de France? Mémoires et reconnaissance

Immigrant’s memoirs, French memoirs? Memories and recognition
Marine Corde

Résumés

L’immigration dans l’histoire française apparaît comme un thème peu traité; il est abordé selon une dimension plus fonctionnelle qu’humaine (l’immigré est souvent réduit à l’ouvrier.) Pourtant il suffit de se pencher un peu plus sur cette histoire pour découvrir que les immigrations en France constituent un élément très ancien qui a contribué au développement non seulement économique, mais également politique, social et culturel de la France. Ces dernières années, dans la droite lignée de la création d’une Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris, de nombreuses initiatives ont vu le jour pour mettre en avant ce thème primordial pour comprendre la société française en perpétuelle constitution. Cet article propose de se pencher sur l’un de ces projets visant à souligner le rôle important des immigrés venus en France. Il s’agit de suivre les démarches d’une ONG en Rhône-Alpes qui, avec l’aide de jeunes de 12 à 25 ans, souhaite présenter les mémoires d’immigrés comme patrimoine national. Tout au long de ces démarches, quelles sont les diverses représentations de ces jeunes sur l’immigration en France? Quel(s) portrait(s) de la France et des immigrés dessinent-ils? Comment les discours des immigrés racontant leurs parcours s’articulent-ils avec les messages que souhaite faire passer l’ONG? C’est ce que je tenterai de dépeindre dans cet article.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Index chronologique :

1940 et 1980.
Haut de page

Texte intégral

1« Everyone’s on the move, and has been for centuries : dwelling-in-travel », écrit James Clifford, dans son ouvrage Routes. Travel and translation in the late twentieth century. (Clifford, 1997 [1945], 2) Aussi, « réinterroger l’histoire et les mémoires de la migration » paraît nécessaire pour lancer débats et lumières sur notre monde contemporain. Le contexte français actuel que je m’apprête à explorer nous en offre une illustration significative.

2En 2007, le candidat aux élections présidentielles, Nicolas Sarkozy, suscitait une vive polémique en annonçant que, s’il était choisi par les Français, il mettrait en place un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire. Le ministère a été institué par décret en 2008, après l’élection de ce candidat, puis supprimé en novembre 2010, non sans continuer à soulever d’amples débats. Les principales critiques qui se sont montées contre l’existence d’un tel ministère pointaient couramment vers la manière ambigüe dont les termes étaient posés, renvoyant dos à dos « identité nationale » et « immigration » qui sont autant de notions imprécises. Ces termes posés en contraste renvoient à des narrations à travers lesquelles se dessine l’image d’une nation comme une communauté culturellement et politiquement homogène, associée à un territoire géographique bien délimité et à l’idée de l’articulation entre un sentiment d’appartenance à une nation et une loyauté envers cette nation (généralement présentée sous des traits élogieux). Aussi, l’immigré, celui qui traverse les frontières non seulement géopolitiques, mais aussi discursives et identitaires, ne tient pas dans cet imaginaire de la communauté nationale, il devient sujet de méfiance et se fait peu à peu « paradigme de l’autre » (Schnapper, 2001, 13). Cette dichotomie simpliste, opposant « identité nationale » et « immigré », « Soi » et « Autre », « dedans » et « dehors », est en effet une construction sociale qui dessine un monde aisément lisible, car découpé selon des frontières stables et nettes. Pourtant, depuis les années 1980, en France, de nombreux débats ont été développés autour du thème de la reconnaissance du rôle des immigrés dans la constitution de la société française contemporaine. Ces discussions, insufflées par les milieux académiques, associatifs et militants, cherchent à dépasser les dichotomies entre un « Nous national » et l’image des immigrés comme « paradigme de l’autre ». Pour cela, il n’est pas rare de voir ces discussions se développer autour de travaux sur des mémoires d’immigrés.

3Pour illustrer de telles discussions, je propose, dans cet article, de me pencher sur une étude de cas sur l’action « Miroir de l’intégration en Rhône-Alpes » lancée par la Ligue de l’enseignement et la Fédération des oeuvres laïques en Rhône-Alpes. L’objectif de cet écrit est d’étudier quels espaces de reconnaissance de la participation des immigrés dans la composition de la société française contemporaine, peuvent ouvrir de tels travaux sur des mémoires d’immigrés.

4Je commencerai par replacer la question de la reconnaissance du rôle des immigrés dans la société française en exposant qu’un parallèle peut être établi entre une certaine conception du « vivre ensemble » en France et la faible présence du thème de l’immigration dans l’histoire de la constitution de ce pays. Ensuite, je présenterai plus amplement l’action « Miroir de l’intégration » pour présenter en dernier lieu une réflexion sur les espaces de reconnaissance du rôle des immigrés dans une société française en perpétuelle élaboration, qui peuvent être ébauchés à travers des travaux sur des mémoires d’immigrés.

Entre universalisme républicain et immigration : penser le « vivre ensemble » en France

5Le thème de l’immigration reste largement absent dans l’histoire de France telle qu’elle est enseignée et, bien que de nombreux travaux sur l’histoire et les mémoires de l’immigration dans l’Hexagone aient été entrepris aux alentours de 1980, Dominique Schnapper écrivait encore dans les années 1990 que la France est « un pays de l’immigration qui s’ignore » (Schnapper, 1991, 13). Dans l’histoire contemporaine, la présence des immigrés en France est souvent réduite à la figure de l’ouvrier venu travailler pour combler le déficit de population d’après-guerre, mais hormis ces apports économiques et démographiques, peu de choses sont mentionnées sur l’installation de ces migrants dans la société française. À ce sujet, Philippe Videlier écrit « L’immigration n’est perçue alors que de deux manières : dans sa dimension fonctionnelle la plus immédiate, en tant que main d’œuvre plus ou moins avantageuse, et dans sa dimension humaine, comme excroissance disgracieuse, potentiellement dangereuse. » (Videlier, 1993, 6)

  • 1  Quand je parle de « la France », je ne prétends pas la personnifier comme s’il était possible de d (...)

6Un autre élément primordial peut nous offrir des pistes de réflexion à même d’apporter une lumière sur cette absence criante : la conception singulière du « vivre ensemble » en République Française. La France1 contemporaine met un point d’orgue à se présenter comme le pays héritier de la Révolution française et des Lumières, qui vit naître la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. À travers la revendication de cet héritage, l’Hexagone entend afficher une conception singulière des modalités d’appartenance à la société française. La République est déclarée « une et indivisible » et le peuple est dépeint comme « une catégorie insusceptible de toute subdivision ». En écho au texte de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui présente la citoyenneté comme un précepte à portée universelle, l’article 2 de la Constitution française considère « tous citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». L’accent est mis sur l’unité et nous touchons ici à une idée bien française de l’intégration et la participation au « vivre ensemble » en société : l’universalisme républicain. Selon ce principe, ce qui prime dans l’espace public est le partage d’une même citoyenneté offrant et imposant à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. Par souci d’égalité entre les citoyens, tout choix de mode de vie, toute différence (religion, origine, etc.) sont relégués au domaine privé. Dès lors, commence à se dessiner une nouvelle explication sur la faible mention du rôle des immigrés dans la constitution de la France contemporaine. De nombreux migrants des deux derniers siècles ayant acquis la citoyenneté française, ils participaient à la construction de la France au même titre que leurs concitoyens, conformément à l’idée d’un « vivre ensemble » mettant l’accent sur l’unité de la République. Mentionner leur(s) origine(s) ne présentait plus aucune pertinence à l’instar de ce qui est énoncé par les principes de l’universalisme républicain français. Dans cet esprit, Gérard Noiriel écrit à propos du développement économique, culturel et social de la France du XIXesiècle : « J’en ai conclu que l’invisibilité des origines étrangères de la population constituait une dimension importante du “creuset français”, car le “modèle républicain” d’intégration à l’État-nation était fondé sur deux critères identitaires : la nationalité juridique et la catégorie socioprofessionnelle, au détriment des autres. » (Noirel, 2006, 159)  

7Les raisons du flou qui règne autour du rôle des immigrés dans l’histoire de la France étant mieux éclairées, ce dernier n’en reste pas moins problématique. Par souci d’égalité, l’universalisme républicain édicte que les citoyens sont considérés sans distinction de religion, d’origine, etc. Or cet énoncé se voudrait performatif, et c’est bien là que le bât blesse. En effet, d’un point de vue pragmatique, la citoyenneté est une catégorie qui se construit à partir de critères culturels, tenus pour universels, mais qui implique dans les faits des processus d’exclusion et d’inclusion sociales (Chock, 1999 ; Coutin, 1999).  Ainsi, contrairement à ce que dépeignent des narrations nationales qui soulignent le caractère culturel homogène des nations, la France est composée d’une diversité culturelle et sociale foisonnante, il existe de fait des différences entre les citoyens français, certaines d’entre elles sont perçues dans l’espace public, suscitent un certain lot de discriminations et de préjugés et désignent implicitement des citoyens « de seconde classe », « moins égaux » que les autres. L’idée d’égalité, si valorisée parmi les valeurs républicaines françaises, est mise à mal par ces distinctions de regards portés sur certains citoyens français (selon la couleur de leur peau, leur religion, leur origine, etc.) Or, pour lutter contre de telles discriminations et disparités, il faut nommer la différence, ce avec quoi l’universalisme républicain français n’est pas à l’aise.

8Ce lien établi entre quelques versions communément avancées sur la constitution de la France actuelle, à travers lesquelles le thème de l’immigration est peu traité, et une certaine conception du « vivre ensemble » dans ce pays, dessine les contours du contexte problématique dans lequel viennent se développer les travaux autour des mémoires d’immigrés. D’un côté, le manque de reconnaissance du rôle des immigrés dans la constitution de la société française apparaît comme une injustice au regard des valeurs républicaines desquelles le peuple français se réclame porteur (idéaux d’égalité et de fraternité). D’un autre côté, travailler sur des mémoires d’immigrés pour donner plus de visibilité et rendre hommage aux étrangers venus participer à la construction de la France contemporaine implique de pointer vers des différences culturelles. Selon les mêmes idéologies républicaines, ce dernier point représente un obstacle pour la conception idéale d’une société civique « sans culture » comme garantie de l’égalité de considération de tous les citoyens (Hall, 2003). En ce sens, les mémoires d’immigrés, ces « Français d’origine… », sont des « mémoires alternatives » selon les termes de Crystel Pinçonnat (2007), voire des « mémoires clandestines » selon ceux d’Ahmed Boubeker (2007), elles impliquent de nommer ce qui est difficilement qualifiable selon les conceptions du « vivre ensemble » en République française. Or, à l’instar de Didier Fassin, il est désormais nécessaire de saisir que « Notre incapacité à nommer implique une obligation de penser » (Fassin, 2006, 25), car c’est précisément toute une conception du « vivre ensemble » en France qui est en jeu.

9Ces trente dernières années, des travaux de recherche de plus en plus nombreux portant sur le rôle des immigrés dans la constitution de la France sont venus apporter des lumières nouvelles sur les mémoires d’immigrés en France. En effet, depuis les années 1980, de nombreuses activités artistiques, les milieux universitaires (avec notamment les sciences humaines et sociales) ou encore les politiques de la ville, ont investi les mémoires des immigrés pour les mettre en valeur, leur donner une meilleure visibilité, développer des réflexions autour de problématiques sociales en France, développer des politiques sociales et culturelles singulières à l’échelle de certains quartiers de grande ville, etc. Les années 1990-2000 vont voir se développer des mouvements associatifs autour de ce sujet ainsi que des structures diverses dont les principales actions se fondent sur des travaux autour des mémoires d’immigrés pour susciter des débats sur les thèmes des luttes contre le racisme, de la reconnaissance de crimes dont ont été victimes des immigrés (comme, par exemple, la répression des Algériens dans la manifestation du 17 octobre 1961) de l’égalité des droits, etc. En 2007, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) a ouvert ses portes à Paris en se donnant, entre autres, pour mission de soutenir et articuler les actions associatives organisées à diverses échelles pour aborder le thème des mémoires des immigrés en France. Sur le site du CNHI, il est possible de trouver un répertoire dans lequel sont classées plus de 650 initiatives visant à valoriser l’immigration comme histoires, mémoires et/ou patrimoines de France. C’est sur l’une de ces actions, « Miroir de l’intégration » en Rhône-Alpes, que je souhaite maintenant me pencher.

« Miroir de l’intégration » : mémoires d’immigrés, mémoires de France

Les mémoires de l’immigration, un patrimoine français?

  • 2  Selon les termes utilisés dans un petit livret distribué par les coordinateurs de « Miroir de l’in (...)
  • 3  Idem

10« Miroir de l’intégration » est une action élaborée par les Fédérations des oeuvres laïques et les Ligues de l’enseignement de plusieurs départements de la région Rhône-Alpes, dont les principaux objectifs sont de développer une éducation à la citoyenneté en faisant réfléchir les jeunes sur les notions d’immigration et d’intégration, de réaffirmer certaines valeurs qui se veulent celles de la République française (avec, entre autres, « mettre en évidence […] combien, sommes toutes, la “machine à intégrer républicaine”2 a bien fonctionné »), de faire tomber les préjugés vis-à-vis des immigrés en France en intéressant les jeunes au vécu de certains d’entre eux et de mettre en évidence « l’apport des immigrations dans la constitution d’un patrimoine commun3 ». En début d’année scolaire, les coordinateurs de l’action dans chacun des départements participants demandent à des jeunes de 12 à 25 ans d’aller à la rencontre d’une personne de plus de 60 ans, ayant immigré en France, pour qu’elle leur raconte son histoire. Chaque rencontre, filmée par les jeunes, est ensuite présentée dans un cinéma du département au mois de mai, puis, en automne, un DVD réunissant tous les films réalisés sur l’ensemble de la région est produit par l’URFOL (Union régionale des fédérations des oeuvres laïques.) Ce qui peut particulièrement retenir l’attention avec « Miroir de l’intégration », c’est le fait que les mémoires des immigrés y sont présentées comme patrimoine commun français. Or, lorsque l’on parcourt le répertoire des projets classés par la CNHI, rares sont les actions à parler effectivement des mémoires des immigrés en matière de patrimoine.

11Souvent, le patrimoine est associé à un ensemble d’éléments du passé que l’on a recueillis et conservés tels quels pour qu’il puisse nous arriver « indemne » aujourd’hui, tel un inaltérable vestige des temps anciens. Or le patrimoine se construit au présent, non pas pour capter l’essence d’objets qui nous viendraient des siècles passés, mais pour élaborer au présent un regard à travers lequel ces objets prennent un sens nouveau. Cette élaboration du patrimoine se fait à travers un jeu entre mémoire et oubli, à travers un tri de données que l’on sélectionne au détriment d’autres pour conférer un sens bien précis aux traces du passé que l’on souhaite valoriser. Il s’agit pour des individus de jouer sur les imaginaires d’une histoire et/ou d’ancêtres qu’ils pensent avoir en commun pour réaffirmer et donner de la visibilité à ce qui les unit. Le patrimoine sert alors de « passerelle » entre les temps présents et des temps anciens éclairés d’une lumière nouvelle. Joël Candau écrit à ce sujet que « Consciemment ou non, les individus comme les sociétés ont toujours façonné les représentations de leur propre passé en fonction des enjeux du présent. » (Candau, 2005 [1996], 167) Ainsi, dans le contexte actuel de la France, tel que je l’ai exposé plus haut, présenter des mémoires d’immigrés comme patrimoine commun – comme le souhaite « Miroir de l’intégration » – ne signifie pas simplement valoriser ces mémoires, mais les reconnaître comme constitutives de l’image actuelle de la France. Ces mémoires, dès lors qu’elles sont reconnues comme patrimoine commun, apportent des teintes nouvelles à la multitude d’imaginaires possibles mobilisées pour dresser d’éventuels « autoportraits » de ce pays.

12Mais quelles sont ces images de la France que souhaite brosser « Miroir de l’intégration » à partir des mémoires d’immigrés? Comment les jeunes participants de cette action abordaient-ils le thème de l’immigration? Quel(s) portrait(s) de la France et des immigrés se dessine(nt) à travers les films qu’ils ont réalisés? C’est ce à quoi je tenterai de répondre au fil des lignes qui suivent, à travers lesquelles je rendrai compte de l’expérience que j’ai vécue en suivant les groupes de participants à « Miroir de l’intégration ».

Des mémoires d’immigrés comme messages pour la France actuelle

  • 4  Les membres du club-vidéo du collège de Neuville-sur-Saône étaient des jeunes volontaires pour par (...)
  • 5   Ainsi, lorsque je parle de « l’immigré », il s’agit d’un imaginaire que l’on développe autour d’u (...)
  • 6  Il me semble que l’idée de l’"immigré-victime" est en grande partie élaborée à partir d’imaginaire (...)

13J’ai eu vent de l’existence de l’action « Miroir de l’intégration » alors que, dans le cadre de ma première année de master en anthropologie, je développais des recherches autour des idéaux du « vivre ensemble » en France. Après quelques semaines d’échanges avec l’une des coordinatrices de « Miroir de l’intégration » et les responsables des groupes dont elle s’occupait, j’ai enfin pu aller à la rencontre des jeunes participant à l’action. En tout, trois groupes participaient à l’action Miroir de l’intégration dans le département du Rhône : les collégiens du club vidéo à Neuville-sur-Saône et deux classes du collège de Décines4. Il s’agissait pour la plupart d’élèves « embarqués » dans cette « aventure » par leurs professeurs qui étaient familiers de la Fédération des oeuvres laïques du Rhône et de la responsable de l’action « Miroir de l’intégration » dans ce département. Ces trois professeurs m’ont ouvert les portes de leur classe pour me permettre d’appuyer leurs élèves dans leurs réflexions sur les thèmes de l’« immigration » et de l’« intégration ». J’avais alors en tête les principaux objectifs de « Miroir de l’intégration » : éducation à la citoyenneté, travail sur les mémoires, lutte contre les discriminations et les « a priori négatifs vis-à-vis des personnes d’origine étrangère ». Ce dernier point me suscitait divers questionnements : les jeunes participants avaient-ils des préjugés sur les immigrés venus en France? Quelle(s) image(s) se faisaient-ils de ces « personnes d’origine étrangère »? En discutant avec les élèves dans leur classe, des thèmes récurrents sur l’immigration et l’intégration sont apparus. Pour le sujet de l’« immigration », j’ai pu relever les mots « étranger », « religion » (« parce que les immigrés, des fois, ils ont des religions différentes » avait argumenté une collégienne), « pauvreté », « coutumes », « couleur » (par rapport à la couleur de peau avait précisé l’adolescent venu marquer ce mot au tableau), « frontière », « sans-papiers », « langue étrangère », ou encore « mourir ». Dans le discours des jeunes, il apparaissait généralement que l’immigré, c’était l’étranger. Ainsi, les personnes issues de l’immigration, que ce soit des Français d’origine italienne, camerounaise ou cambodgienne, se retrouvent fondues en une seule figure5 : l’Autre, celui qui n’est pas le Français « de souche ». Les mots tels « pauvreté » ou « mourir » font ressentir que l’immigré peut également être perçu comme victime6. Avec cette image de l’immigré en tant qu’Autre, nous rejoignons l’explication avancée par Gérard Noiriel (1992) au sujet de la formation du creuset français : ce qui est pris en compte chez un individu de nationalité française, c’est son appartenance à cette communauté de citoyens, dès lors aucune visibilité n’est conférée à son origine. Aussi, dès que celle-ci est mentionnée dans l’espace public français, il a tendance à être perçu comme étranger, comme Autre, même s’il détient la nationalité française. Cela me renvoie à l’une des émissions de radio qui a été dédiée à « Miroir de l’intégration » après la journée de projection : celle-ci retraçait la journée de projection des films en Isère et présentait « Miroir de l’intégration » comme « une invitation à partir à la découverte de l’Autre ». Nous pouvons voir ici que si les immigrés sont considérés comme Autres c’est que leur altérité a été construite au fil d’imaginaires et cette construction ne peut être expliquée sans évoquer les imaginaires à travers lesquels se composent les images que la France a d’elle-même (comme nous l’avons vu plus haut.)

14Paradoxalement, avec l’image de l’immigré comme victime, qui me laissait penser que les jeunes de « Miroir de l’intégration » auraient un certain discours sur l’aide que les Français dits « de souche » devraient apporter aux immigrés, il est apparu que, pour eux, l’intégration est un processus à sens unique : c’est aux immigrés de s’intégrer ! En effet, dans chaque groupe, il est apparu que « s’intégrer », c’est « squatter », il faut donc « s’adapter », « se fondre », « s’habituer », « se greffer ».

  • 7  Certains de ces adolescents étaient enfants ou petits-enfants d’immigrés, mais leur voix ne m’a pa (...)
  • 8  Les immigrés interviewés sont choisis selon les opportunités offertes aux professeurs, le hasard j (...)

15Telles sont donc les premières impressions dont m’ont fait part les jeunes7 au sujet des thèmes qu’ils s’apprêtaient à travailler. Toutefois, j’ai pu clairement remarquer que l’idée que se faisaient les jeunes sur l’« immigration » et l’« intégration » a été amenée à évoluer au fil de leur travail au sein de « Miroir de l’intégration ». Le premier grand pas se faisait au moment de la rencontre avec la personne ayant vécu l’immigration8 (appelée « témoin » par les coordinateurs de l’action.) Dans la majorité des cas, le tournage de l’entretien se déroule dans une ambiance bon enfant (souvent autour d’un goûter.) Les « témoins » jouent sur leur mémoire de manière à ce que leur histoire soit en adéquation avec ce qu’ils ont compris des objectifs de la venue des adolescents. Il ne s’agit pas nécessairement de raconter des histoires romanesques, mais de composer avec ses souvenirs de manière à élaborer un récit qui non seulement fera sens pour les interlocuteurs, mais permettra aussi de se présenter de la meilleure façon à leurs yeux. De nombreux « témoins » ayant traversé des périodes auxquelles on prête une grande signification historique (des guerres et des dictatures, entre autres), leur entretien se négociait parfois entre leur volonté de témoigner des moments troubles qu’ils ont vécus et le besoin d’aborder les thèmes requis dans le cadre de « Miroir de l’intégration ». Finalement, les jeunes sortaient généralement ravis de cette rencontre avec un « grand-père » ou une « grand-mère » qui s’était plié à leur jeu pour raconter son histoire. Vient alors le temps du tournage.

  • 9  Parfois le « témoin » désirait que certains de ses propos n’apparaissent pas à l’écran car c’étaie (...)

16Chaque groupe a pour consigne de réaliser un court-métrage d’environ huit minutes. Cette courte durée retenue sur les nombreuses heures de tournage implique, pour les adolescents et leur accompagnateur, une sélection draconienne des passages à conserver. De mon côté, le fait que les jeunes participants aient dû se montrer directs et succincts dans leur choix m’a permis de mieux saisir ce qui avait le plus retenu leur attention au cours de la rencontre avec le « témoin » et savoir quel(s) étai(en)t le(s) message(s) qu’ils souhaitaient en délivrer. Généralement, le « témoin » n’était pas présent durant cette étape de réalisation du film (même si, quelquefois les groupes disposaient de quelques souhaits formulés à la fin de l’interview par la personne rencontrée sur tel ou tel passage à retenir ou non9.) Les jeunes devaient donc gérer le montage du petit film en sélectionnant ce qui reflétait le mieux leur ressenti au cours de l’interview et ce qui leur paraissait le plus pertinent pour répondre aux consignes de « Miroir de l’intégration » (message d’éducation civique et lutte contre les préjugés.) Chaque groupe a ainsi dépeint le portrait original d’une personne ayant vécu l’immigration : de la Cambodgienne ayant fui la dictature de Pol Pot à la mamie d’origine italienne récitant des poèmes dans sa langue natale, ce sont des dizaines d’itinéraires migratoires différents que présente « Miroir de l’intégration ». Cependant, au-delà de la diversité des parcours qui s’esquisse à travers l’ensemble des réalisations, certains thèmes récurrents se dégagent dans chaque petit film. En effet, chaque court-métrage se déploie selon une trame similaire : dans un premier temps, le « témoin » aborde les raisons pour lesquelles il a quitté son pays, puis il décrit les difficultés qu’il a rencontrées à son arrivée en France (la barrière de la langue, la difficulté d’obtenir des papiers, les préjugés, sont des obstacles mentionnés par la majorité des personnes interviewées), mais qu’une grande volonté lui a permis de surmonter pour finalement s’intégrer dans son pays d’accueil. Chaque groupe a donc composé avec ses quelques heures de tournage, sélectionné les séquences qui lui semblaient les plus significatives, choisi les passages qu’il considérait comme étant les plus marquants, fait des concessions sur des extraits qu’il jugeait intéressants, laissé de côté les anecdotes perçues comme moins pertinentes pour ne retenir finalement que huit minutes de film. Quelques minutes au cours desquelles sont dressés divers portraits de Français d’origine étrangère, joviaux ou nostalgiques, aux témoignages tendres ou sombres, mais renvoyant tous à l’image d’un immigré méritant qui a su, à force de volonté et d’investissements, surmonter les obstacles. Aussi, bien que chaque film évoque à sa manière, en soulignant certains traits culturels (parfois un peu « clichés »), le pays d’origine de l’immigré (on peut voir apparaître à l’écran un livre sur Picasso pour l’interview d’un Français d’origine espagnole, la chanson Bela Ciao pour celle d’une personne venue d’Italie, des mots prononcés dans leur langue natale pour certains autres, etc.), tous se rejoignent autour d’une figure de l’immigré méritant qui s’est investi dans la société française. Cette image élogieuse des immigrés venus s’installer dans l’Hexagone sert également un portrait singulier de leur pays d’accueil – lui aussi plus ou moins commun à tous les courts-métrages. En effet, chaque témoin raconte à sa manière, comment l’appui fourni par de nombreux Français ainsi que l’ouverture de ces derniers, les ont toujours amenés à surmonter les obstacles (barrière de la langue, discriminations, pauvreté, etc.)  

17Le fait que les groupes de participants aient choisi de conférer cette teinte particulière à leur film montre que leur point de vue initial sur l’intégration s’est altéré. Lors de la journée de projection des courts-métrages réalisés dans le Rhône, un adolescent avait laissé entendre au public que l’intégration est un processus à double sens, qu’il n’était pas toujours facile pour les immigrés de « s’intégrer ». Du côté de la Savoie, un élève avait expliqué « L’immigration et l’intégration sont des expériences difficiles à vivre, mais la fin est souvent heureuse. » C’est en effet l’un des principaux éléments que l’on peut retenir du discours des « témoins » de chaque film. Ils prônent la tolérance, l’estime d’autrui et le respect de l’égalité, et ne sont pas sans nous rappeler les principes républicains mis en avant en France.  À travers de nombreux films réalisés dans le cadre de « Miroir de l’intégration », nous pouvons saisir, en message de fond, que c’est notamment autour de ces valeurs partagées que les immigrés sollicités ont pu construire leur vie en France. Selon les propos de certains coordinateurs de « Miroir de l’intégration », cette image de la France d’il y a une cinquantaine d’années se veut un message pour la France actuelle qu’ils jugent plus fermée, moins tolérante. L’un d’eux expliquait :

18« Aujourd'hui, c'est impressionnant, on est dans un climat où l'immigré est perçu comme quelqu’un de sale, dangereux, un délinquant... la première injonction qui lui est faite, c'est s'intégrer, apprendre la langue, etc. […] Il n’y a pas si longtemps, pourtant, la France a été une terre d’accueil, une terre d’asile... bon, y a un revirement en ce moment, on est en train d'oublier. Tu vois ça sert aussi à ça. Et c'est le “miroir” aussi, de se dire, nous, Français, on a été une terre des Droits de l’Homme, on a aidé des personnes. » (c’est moi qui souligne)

19Ainsi, bien que les divers parcours des « témoins » venus de tous les horizons, porteurs d’histoires diversifiées, offrent la possibilité de présenter la situation des immigrés en France de plusieurs manières différentes, tous les petits films réalisés dans le cadre de « Miroir de l’intégration » semblent colliger les vécus des « témoins » pour les présenter sous la même figure de l’immigré méritant qui, malgré les obstacles, a réussi à faire sa vie en France grâce à sa persévérance et aux valeurs de la République française. La récurrence de cette figure synthétique de l’immigré s’explique par le cadre posé par les responsables de « Miroir de l’intégration » à travers les consignes laissées à chacun des groupes (message d’éducation civique, lutte contre les préjugés, etc.). Cette figure de l’immigré est présentée comme porteuse de valeurs que les coordinateurs de « Miroir de l’intégration » conçoivent comme caractéristiques de la France, mais en train de se perdre; sa mise en avant justifie la présentation des mémoires des « témoins » comme patrimoines communs français. Patrimoines qui s’offrent comme le rappel d’un idéal de « vivre ensemble » en France.

Des mémoires conciliantes?

20En associant expression de la différence et pensée de l’« être ensemble », l’action « Miroir de l’intégration » se présente comme un reflet de débats contemporains. Les réflexions menées par chaque groupe participant nous dépeignent des portraits d’immigrés dont le chemin de vie en France a été semé d’embûches, sans tomber toutefois dans les travers du misérabilisme puisque les « témoins » n’apparaissent jamais comme des victimes passives, mais comme acteurs de leur parcours. De même, sans proposer de réponses fermes et définitives à ce que pourrait recouvrir la notion d’intégration, la mise en commun des petits films réalisés dans le cadre de « Miroir de l’intégration » nous offre des pistes de réflexion en se refusant de la présenter comme une dénégation des singularités de chacun (les références au pays natal du « témoin » sont nombreuses) et sans en faire non plus une somme de particularismes (réunion autour de valeurs partagées.) Bien sûr la réalité est bien plus complexe et moins séduisante que ce que veulent bien nous montrer des petits films de quelques minutes, réalisés par des adolescents souvent enthousiasmés d’une belle rencontre avec un « papy » ou une « mamie », lui/elle-même ravi(e) de les recevoir pour raconter son histoire. Il faut cependant reconnaître à « Miroir de l’intégration » le mérite de tenter d’esquisser ce que nous pourrions qualifier d’espace mémoriel commun dans lequel des personnes de diverses origines racontent leurs parcours, comportant chacun leurs lots de moments difficiles et de réussites. Cette passerelle jetée entre divers témoignages permet d’éviter ce que Benjamin Stora (2007) nomme « compétition des mémoires » au fil de laquelle chacun souligne ses propres souffrances et nie celles endurées par les autres (en aucun moment tel type d’immigration ou telle vague d’immigration provenant de tel pays ne sont présentés comme ayant été mieux ou moins bien accueillis, ayant plus ou moins souffert, etc.) D’autre part, cette mise en commun des mémoires, bien que recelant une grande part de subjectivité, nous permet d’apporter toute une nouvelle palette de possibilités pour penser la constitution de la France actuelle. En recoupant chacun de ces témoignages, nous découvrons l’une des facettes envisageables de cette histoire : le rôle des immigrés dans la constitution de la France contemporaine.

21Prenons garde cependant à ne pas adopter une vision idéaliste de la mémoire selon laquelle tout travail sur le passé permet de résorber les conflits, les débats houleux et les souffrances. Nous pouvons, avec Olivier Chavanon, critiquer la pensée nous présentant la mémoire comme « un ressort potentiel de dynamiques collectives aux vertus presque naturellement ou intrinsèquement positives du point de vue de la cohésion sociale. » (Chavanon, 2007, 63) Nous allons voir que les échanges autour de mémoires d’immigrés sont loin d’être simples et harmonieux.

Des mémoires d’immigrés pour penser le « nous-autres » en France

Vers une reconnaissance des mémoires d’immigrés?

22La mise en avant des histoires des immigrations en France et les travaux développés autour des mémoires d’immigrés sont à encourager dans un pays qui a du mal à saisir le rôle joué par ses acteurs dans sa propre constitution (et encore moins à l’appréhender comme un élément de valorisation.) Cependant, il faut prendre garde à ne pas figer ces histoires, notamment en prenant conscience que celles-ci se constituent selon des enjeux actuels, à travers une articulation entre mémoires et oublis. Olivier Chavanon écrit:  « l’intérêt d’une réflexion et d’un travail sur la mémoire tient essentiellement à la faculté que recèle cette dernière d’indiquer, y compris en creux, l’ensemble des antagonismes sociaux des luttes qui donnent sens aux frontières identitaires, au rapport au semblable et à l’altérité à un moment donné, à un instant "T". » (Chavanon, 2007, 69) En franchissant des frontières géographiques, les immigrés brouillent ces « frontières identitaires » et rendent ambigüe (voire illusoire) toute distinction entre ce qui relève du semblable et ce qui relève de l’altérité. Loin d’éclaircir ce dernier point, les travaux sur les histoires et les mémoires des immigrations en France ne font que nous confronter à une complexité encore plus grande. Par exemple, lors de la campagne d’informations et de débats précédant l’ouverture du CNHI, le slogan « leur histoire est notre histoire » avait été mis en avant. L’idée était de souligner la place prise par les immigrés dans l’histoire française. Or pour le chercheur Abdellali Hajjat (2005), cette phrase ne fait que nous ramener à une distinction entre « Eux », les immigrés et « Nous », les Français dits « de souche ». Nous pouvons entrevoir ici à quel point ces réflexions autour de la reconnaissance des histoires et mémoires d’immigrés comme histoires et mémoires françaises sont un thème délicat.

  • 10  « Moi je ne pensais pas un jour qu’on ferait un film sur moi, jamais je n’aurais pensé ça en arriv (...)
  • 11  Et ce bien que la majorité d’entre eux ait été informée, dès la première rencontre avec les groupe (...)

23« Miroir de l’intégration » est une autre illustration montrant que tout ne se résout pas spontanément à travers des travaux sur la mémoire. Ainsi, si de nombreux immigrés sollicités par cette action ont été ravis de leur expérience avec ces adolescents qui leur apportaient un peu de reconnaissance10, ils ont été un certain nombre à faire part de leur frustration à la vue du petit film réalisé à partir de leur entretien. Leur principal reproche vient du fait que, sur les longues heures de tournage, à peine quelques minutes ont été retenues et, de ce fait, les messages qu’ils avaient souhaité délivrer leur ont paru tronqués. Une citation de Paul Ricoeur pourrait bien résumer cette frustration : « dire, en effet, parler, ne va pas sans la présupposition et l’attente d’un pouvoir être entendu » (Ricoeur, 2004, 365); or, ici, les « témoins » qui se sont vus donner la parole ont eu le sentiment de n’avoir été que partiellement entendus11. Et, en effet, comme je l’ai expliqué plus haut, certains sujets (principalement ceux touchant aux thèmes d’« éducation civique ») ont été privilégiés pour la réalisation des courts-métrages de « Miroir de l’intégration ». On voit dans ces films, de beaux portraits des « témoins » qui poussent au respect et à la tolérance des individus, quelle que soit leur origine, et ceux d’une France aux valeurs républicaines affirmées. Même s’il est également question de discriminations, de préjugés, de problèmes pour obtenir des papiers, pour se voir reconnaître le droit à la nationalité française, etc., ces courts-métrages ne nous dépeignent que des trajectoires qui aboutissent sur des réussites. Sans compter l’indicible, ce que les « témoins » n’ont pas réussi à exprimer, les oublis – non plus au sens « positif » de l’élaboration de la mémoire, en articulation avec les souvenirs, mais au sens « négatif » du refoulement, de ce qui ne peut être évoqué à travers des mots. Parfois, ces heures de tournage délaissées par les groupes de participants et ces oublis ou non-dits des « témoins » provoquent chez ces derniers de la colère – telle cette femme, au cours d’une journée de bilan sur « Miroir de l’intégration », qui, voyant maints passages de son entretien coupés au montage, s’était écriée « ils ont coupé la moitié, ils auraient dû me demander, c’était mon film […] parce que nous, on parle de ce qu’on a dedans » avant d’ajouter « On m’a coupé la tête, ils m’ont coupé les jambes ». D’autres « témoins », se résignent – tel cet homme qui avait expliqué « Y a tellement de choses à dire, je ne dirai pas tout, on ne dit jamais tout » (ce à quoi le premier « témoin » avait rétorqué « J’ai tout dit, ils ont coupé. »)

24Pour Ahmed Boubeker, l’une des dérives possibles des travaux autour des mémoires d’immigrés peut être de vouloir les utiliser pour « redorer le blason de la France », « contribuer à la reconnaissance des parcours d’intégration pour servir la cohésion sociale et républicaine de la France » (Boubeker, 2007, 2). Ce dernier point est lisible derrière certains aspects de « Miroir de l’intégration ». Cette action développe un travail de reconnaissance du rôle des immigrés dans la constitution de la société française actuelle et propose des messages de tolérance contre les discriminations dont peuvent être victimes les immigrés en France; cependant ces deux points se développent toujours dans le cadre de la mise en avant d’un certain idéal du « vivre ensemble » en France, qui s’accompagne de la vision singulière d’une société civique française teintée par une idéologie universaliste républicaine (ces éléments transparaissent à travers l’élaboration d’une figure de l’immigré spécifique observée plus haut). Ainsi, la « cohésion sociale et républicaine de la France », dont parle Ahmed Boubeker, est un idéal qui ne semble pas être contesté par les participants de « Miroir de l’intégration »; il apparaît d’ailleurs comme l’un des supports discursifs sur lequel viennent s’appuyer les messages (de tolérance, contre les discriminations, de défense de valeurs civiques, etc.) élaborés dans le cadre de cette action (il suffit de penser à l’un de ses objectifs qui est de « mettre en évidence […] combien, sommes toutes, la “machine à intégrer républicaine” a bien fonctionné »).

25La mise en avant de la participation des immigrés dans la constitution de la société française contemporaine à travers un travail sur les mémoires est un processus complexe. Dans le cas de « Miroir de l’intégration », elle implique un travail autour de la reconnaissance et de la valorisation de la diversité culturelle nationale, tout en défendant une certaine conception de la société civique française et de l’idéal universaliste républicain qui peut se présenter comme une restriction au premier point avancé. Ainsi cette action présente un caractère ambivalent en présentant un objectif principal (valorisation et reconnaissance de la participation des immigrés dans la constitution de la société française actuelle) qui entre en dissonance avec un objectif de fond (défendre un certain idéal du « vivre ensemble » en France à travers la mise en avant des valeurs universalistes républicaines) et qui semble, en fin de compte, acquérir une plus grande visibilité dans les travaux développés autour de « Miroir de l’intégration ». La complexité d’une telle entreprise de valorisation des mémoires d’immigrés s’intensifie lorsque l’on se penche sur la manière dont les « témoins » s’approprient l’espace d’expression ouvert par « Miroir de l’intégration » pour délivrer leur propre message.

Des mémoires pour donner la parole

  • 12  La journée de projection des films, organisée à niveau départemental, n’accueille généralement que (...)

26Les coordinateurs et les participants de « Miroir de l’intégration » ont certains messages à faire passer; afin que cette action acquière tout son sens, ces messages doivent être présentés à un large public. Pour cela, un DVD est réalisé et, à travers celui-ci, un « espace d’apparence » est créé, ouvert12. Ce que j’entends par « espace d’apparence » correspond à ce qui est mis en avant dans la réflexion suivante d’Alain Cambier :

Seul le paraître en public est digne d’être élevé au statut de réalité […] Seul le rassemblement des hommes par lequel l’expérience de chacun est confrontée à celle des autres s’avère susceptible de faire émerger un espace d’apparence partagé qui vaut réalité […] ce paraître public n’est donc pas donné, mais suppose que certaines conditions d’émergence soient réunies (Cambier, 2006, 3).

  • 13  Ces propos posent également la question de l’image que l’on se fait d’un Français. Etre Français e (...)

27En organisant des journées de projection à niveau départemental et la diffusion d’un DVD à niveau régional, « Miroir de l’intégration » se dessine un espace public propice à faire connaître les réflexions développées par ses participants. Comme je l’ai expliqué plus haut, au premier plan de cet « espace d’apparence », ce sont les analyses des « témoins » sur les valeurs républicaines françaises et sur une certaine conception du « vivre ensemble » en France qui apparaissent. Or ce qu’il est également intéressant de percevoir, ce sont les messages des « témoins » qui se retrouvent en arrière-plan. En effet, outre les réflexions manifestes portées sur le civisme, les récits des témoins nous offrent d’autres réflexions de manière moins tangible. Et l’un des thèmes les plus récurrents est celui d’un double sentiment d’appartenance, dirigé à la fois vers la France et vers le pays natal. À travers les propos des « témoins », ce sentiment apparaît souvent équivoque, il reflète à la fois du bonheur et de la douleur. Ainsi un « témoin » d’origine espagnole décrit avec tendresse les liens qu’il a toujours entretenus avec sa famille restée dans le pays natal, alors qu’un autre, d’origine algérienne, parle de la souffrance que provoque en lui ces liens : « Mais par contre, j’ai autre chose à dire, quand on rentre chez nous, ils nous prennent pour des étrangers, alors on n’est plus Algériens comme eux. Moi j’ai pas honte de le dire, ça; faut voir que quand on arrive là-bas, c’est un catastrophe, hein. Et ça, faut qu’on retourne, y a rien à faire, on a nos familles, […], mais s’il faut choisir, je resterais en France… j’ai passé les ¾ de ma vie ici, alors… Mais si vraiment il fallait tout refaire, je resterais là-bas, je ne viendrais pas ici. » Le désarroi provoqué par un double sentiment d’appartenance se retrouve chez un autre « témoin » ayant fui le régime de Pol-Pot et qui s’était rendu compte, en revenant au Cambodge qu’il ne lisait pas sa langue natale et qu’il était considéré comme étranger. Il expliquait : « Je me suis posé la question “elle est où ma place?” [...] Quand je suis revenu ici en France, et descendu à l’aéroport de Paris, je me suis dit “Ah, enfin chez moi”. Je me suis regardé et je me suis dit : “ Mais ça’ va pas, tu ne te rends pas compte de ce que tu dis. T’as une tête noire, t’as une tête asiatique, t’arrives chez toi, tu sais pas où tu es et puis tu te dis ‘enfin chez moi’ alors que tu l’es pas non plus !” »13. Au fil du témoignage de certains témoins, le fait de se sentir à la fois d’« ici » et d’« ailleurs » peut également mener à ne se sentir de nulle part.

  • 14  Cela ne signifie pas qu’ils ne le perçoivent pas forcément, mais ils n’y accordent pas une grande (...)

28Toujours reste-t-il que les propos des « témoins » évoquent un « entre-deux » qui n’est pas systématiquement perçu. Ainsi, si un sociologue de l’immigration ayant assisté à une projection des films de « Miroir de l’intégration » pensait que l’articulation entre pays d’origine et pays d’accueil ressortait bien dans les courts-métrages et si certains « témoins » expliquaient que l’ensemble de ces films faisait « réfléchir sur le vécu et l’importance de la double nationalité », il n’en va pas de même pour les autres protagonistes de cette action. Pour les coordinateurs avec lesquels je me suis entretenue, les principaux thèmes des films sont les valeurs dont les « témoins » sont porteurs (le respect des autres, la solidarité) et les obstacles auxquels ils ont été confrontés (la « barrière de la langue », les discriminations). Aucun n’a mentionné le fait que de nombreux témoignages évoquent la situation d’« entre-deux » des personnes ayant vécu l’immigration14. Pour les adolescents interrogés, le principal message de leur film respectif se traduit par une volonté de montrer qu’il est difficile pour un immigré de s’installer en France et que c’est par la tolérance et l’entraide que les choses peuvent se résoudre. Certains ont aussi affirmé « Le pays où l’on s’intègre et où l’on apprend à aimer devient celui qui nous correspond le plus. » Ici encore, les questionnements sur le sentiment d’« entre-deux » des immigrés ne sont pas abordés.

29Ainsi les « témoins » de « Miroir de l’intégration » se faufilent dans l’« espace d’apparences » créé par l’action de Rhône-Alpes pour « se raconter ». Cela ne signifie pas pour autant que les paroles des personnes ayant vécu l’immigration retiendront l’attention; l’expression d’« entre-deux » déclinée en demi-teintes par ces derniers ne semble que très peu perçue par les coordinateurs de « Miroir de l’intégration ». Mais puisque les « témoins » sont cités, puisqu’ils sont nommés dans cet espace public, puisque la parole leur est donnée, ils narrent leur histoire avec leurs mots. Dans cet espace public ouvert par d’autres, c’est le « droit à narrer » des « témoins » qui s’ébauche au fond de la scène, ce droit que Homi K. Bhabha évoque selon les termes suivants : « Aucun nom n’est le vôtre tant que vous n’avez pas parlé en son nom; quelqu’un vous rappelle et, soudain, le circuit des signes, des gestes, des gesticulations s’établit, et l’on entre dans le territoire du droit à narrer. On fait partie d’un dialogue qui peut ou non, de prime abord, être entendu ou repris – voire ignoré –, mais sa personnalité ne peut être déniée. » (Bhabha, 2007 [1994], 25) « Miroir de l’intégration » a un message de tolérance à délivrer autour de la manière de concevoir le « vivre ensemble » en France. Il crée donc un espace public et instaure quelques règles du jeu à suivre pour délivrer ce message. Les « témoins » participent pleinement à ce « jeu » tout en profitant de cet espace pour transmettre d’autres pensées, suivant ce que Michel De Certeau (1990) nomme l’art de « faire avec ».

Conclusion

30Dans les imaginaires nationaux populaires, l’État-nation se revêt d’une dimension sociopolitique et idéologique qui présente le trait d’union entre ces deux termes comme une congruence entre Un Peuple et Une entité politique. Ces imaginaires se développent à partir d’un langage hégémonique qui dessine la nation comme une communauté culturellement homogène associée à un territoire géographique bien délimité. Les États-nations sont ainsi conçus comme présentant une intégrité mutuellement exclusive, intégrité garantie par un fort sentiment d’appartenance partagé par tous les membres de la communauté nationale et par une grande loyauté de ceux-ci envers cette dernière. Les immigrés qui franchissent les frontières non seulement géopolitiques, mais également discursives et identitaires questionnent ces imaginaires aussi bien que les idées d’unité culturelle et d’États-nations mutuellement exclusifs. Ils suscitent da la méfiance, car leurs sentiments d’appartenance et de loyauté sont multiples, ils peuvent être perçus comme une menace à l’idée d’intégrité de l’État-nation (Pattie, 1999). Les catégories stables qui se dessinent dans les imaginaires nationaux populaires pour définir clairement des lieux et des identités rassurent; mais voilà, avec les migrants, il faut dépasser les dichotomies, penser des troisièmes termes. Leurs trajectoires et leurs mémoires appellent d’autres histoires, d’autres géographies, d’autres narrations. Il s’agit de saisir ensemble le mouvement et l’attachement, de concevoir l’entre-deux, autrement dit « comprendre avec quelle facilité la frontière qui assure les limites cohésives de la nation occidentale peut se transformer imperceptiblement en une liminalité contentieuse interne offrant un lieu d’où parler en tant que la minorité, l’exilé, le marginal et l’émergent. » (Bhabha, 2007, 237.) Ces narrations établissent des va-et-vient entre des « ici » et des « ailleurs », leur sujet d’énonciation est le « Nous-Autres » qui oscillent sans jamais se fixer entre le « Soi » (improbable identité) et les « Autres » (invraisemblable radicalité de l’altérité.)

31À travers l’étude de cas de « Miroir de l’intégration », j’ai souhaité montrer qu’un travail sur les mémoires d’immigrés met en évidence l’ambivalence et la porosité des frontières nationales (géopolitiques, discursives et identitaires) qui se révèlent alors équivoques. « Miroir de l’intégration » tente de rendre la voix aux mémoires de la migration, de donner la parole aux immigrés pour mettre l’accent sur le franchissement de telles frontières, ébaucher le nouveau portrait d’une France non plus comme une communauté nationale culturellement homogène, mais bien à caractère multiculturel, qui s’est construite avec la participation de nombreuses populations d’immigrés. Restent les non-dits parfois dus à la douleur que provoque un travail sur la mémoire, restent les « compétitions » entre des mémoires antagonistes, restent les oublis qui peuvent engendrer de la frustration, restent les conflits et les souffrances. En effet, des travaux sur les mémoires des immigrés, tels ceux élaborés dans le cadre de « Miroir de l’intégration », ne peuvent pas être perçus comme étant naturellement vecteurs de cohésion sociale; ainsi même si le contexte social actuel semble plus propice aux débats et réflexions sur la participation des immigrés dans une société française en perpétuelle élaboration, il reste que les travaux développés par « Miroir de l’intégration » autour des mémoires d’immigrés proposent une certaine conception de la société française et de son histoire qui entre en dissonance avec des narrations plus officielles sur l’histoire de France (considérées comme des thèses historiques neutres et objectives (Foucault, 1997) bien qu’elles soient teintées par des fins politiques précises) et des discours gouvernementaux, dans un jeu de compétition qui tient aussi bien de l’ordre du savoir (sur l’histoire de France, sur le « vivre ensemble ») que de l’ordre du politique (Foucault, 1997).

32À travers la valorisation des mémoires d’immigrés, « Miroir de l’intégration » ouvre des espaces pour penser le caractère multiculturel de la société française, cependant, j’ai évoqué plus haut que l’expression de la diversité culturelle, telle qu’elle se présente à travers les petits films réalisés dans le cadre de cette action, frôle parfois l’exotisme. De plus, cette mise en avant de la diversité culturelle en France se développe en lien étroit avec les idéaux de « Liberté, Égalité, Fraternité ». Ainsi, si cette expression de la diversité culturelle française problématise l’idéal de l’universalisme républicain, elle s’élabore toujours à partir d’une conception utopique du « vivre ensemble » dans ce pays et ne semble pas aller à l’essentiel de son questionnement sur la participation des immigrés dans une société française en perpétuelle construction (elle n’entre pas dans les discussions de l’articulation entre la valorisation de la diversité culturelle et la défense de l’égalité qui est problématique dans la mesure où des personnes présentées comme porteuses de différences culturelles peuvent être le sujet de considérations différenciées, l’action ne pose pas non plus la question de quelle participation des immigrés dans la  société civique française, quel statut de citoyen est concédé pour quels immigrés, etc.)

33Les travaux développés autour des mémoires d’immigrés dans le cadre de « Miroir de l’intégration » semblent donc plus se présenter comme une réflexion sur la société française et comme un message civique défendant un idéal de « vivre ensemble », que comme un réel débat autour de la reconnaissance de la participation des immigrés dans la constitution de la France actuelle. Toutefois, cette action ouvre des espaces d’expressions dont peuvent s’emparer les « témoins » sollicités pour exprimer leurs sentiments d’appartenance multiple, leur attachement à la France qui ne peut être compris sans évoquer leurs liens avec leur pays d’origine, pour parler de leur situation d’« entre-deux » et pour susciter des réflexions qui sortent du cadre national (ici français) posé par « Miroir de l’intégration ».

34Tous ces éléments nous mettent face à la complexité de travaux qui nous mèneraient à l’articulation entre des mémoires laissées dans l’ombre et des mémoires jouissant d’une meilleure visibilité, quand c’est d’immigration dont il s’agit. Ils nous confirment que nous ne sommes qu’en début de parcours et que les sentiers menant à une réelle visibilité des mémoires des migrants et à une reconnaissance de la participation des immigrés dans la construction de la société française contemporaine sont longs et sinueux.

Haut de page

Bibliographie

BHABHA, Homi K, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007 [1994].

BOUBEKER, Ahmed, « L’héritage de l’immigration postcoloniale comme expérience vécue : d’une mémoire politique des luttes à l’écriture de l’histoire », dans @mnis : Histoire de l’immigration, traces et mémoire (Europe-Amérique, XIX° siècle à nos jours), 2007 [1994]. En ligne : http://www.univ-brest.fr/amnis/documents/Boubeker2007.pdf. Consulté le 13 février 2008.

CAMBIER, Alain, « Hannah Arendt : la part de l’art dans la constitution d’un monde commun d’apparence », dans Apparence(s), numéro 1 , 2006. En ligne :  http://apparences.revues.org/index56.html. Consulté le 14 avril 2009.

CANDAU, Joël, Anthropologie de la mémoire, Paris, Armand-Colin, 2005 [1996].

CHAVANON, Olivier, « La folklorisation du souvenir des immigrés », dans Ville et mémoire du voyage. Actes de la Rencontre, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 63-72.

CHOCK, Phyllis.  « ‘A very bright line’: kinship and nationality  in U.S. Congregassional Hearings on Immigration », dans Susan HIRSH et Susan COUTIN, dir., Political and Legal Anthropology Review, volume 22, no 2, novembre 1999.

CITÉ NATIONALE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION, Palais de la porte Dorée – Citée nationale de l’histoire de l’immigration, 2008. En ligne : http://www.histoire-immigration.fr. Consulté le 18 janvier 2010.

CLIFFORD, James, Routes : travel and translation in the late twentieth century, Cambridge/London, Harvard University Press, 1997 [1945].

« La Constitution – La Constitution du 4 Octobre 1958 ». 2008, 4 février. Dans Legifrance.gouv.fr. En ligne. http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution2.htm#titre1. Consulté le 9 janvier 2010.

COUTIN, Susan, « Citizenship and clandestinity among Salvadoran immigrants », dans Susan HIRSCH et Susan COUTIN, dir., Political and Legal Anthropology Review, volume 22, no 2,  novembre 1999.

DE CERTAU, Michel, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

« Déclaration universelle des droits de l’Homme », dans Organisation des Nations Unies-le site, sans date. En ligne. http://www.un.org/fr/documents/udhr/. Consulté le 09 janvier 2010.

FASSIN, Eric dans Didier FASSIN et Éric FASSIN, dir., De la question sociale à la question raciale : Représenter la société française, Paris, La Découverte, 2006.

FOUCAULT, Michel, Il faut défendre la société, Cours au Collège de France, Paris, Seuil/Gallimard, 1997 [1976].

HAJJAT, Abdellali, Immigration postcoloniale et mémoire, Paris, L’Harmattan, 2005.

HALL, Stuart, Da diáspora. Identidades e Mediações Culturais, Belo Horizonte, ed UFMG, 2003.

IZARD, Michel et Jean, JAMIN, « Tylor Edward Burnett », dans Pierre BONTE et Michel IZARD, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, pp 722-723.

LECLERE, Thierry, et Benjamin STORAR, La guerre des mémoires. La France face à son passé colonial, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2007.

NOIRIEL, Gérard, Population, immigration et identité nationale en France, XIXe-XXe siècle, Paris, Hachette, 1992.

NOIRIEL, Gérard, dans Didier FASSIN et Éric FASSIN (sous la dir. de), De la question sociale à la question raciale : représenter la société française, Paris, La Découverte, 2006.

PATTIE, Susan P., « Longing and belonging: issues of homeland in the Armenian Diaspora. », dans Susan HIRSCH et Susan COUTIN, dir., Political and Legal Anthropology Review, volume 22, no 2 (november 1999).

PINCONNAT, Crystel, « Avant-Propos », @mnis : Histoire de l’immigration, traces et mémoire (Europe-Amérique, XIX° siècle à nos jours), 2007. En ligne : http://www.univ-brest.fr/amnis/documents/Avant-propos2007.pdf. Consulté le 13 février 2008.

RICOEUR, Paul, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004.

SCHNAPPER, Dominique, La France de l’intégration : Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.

SCHNAPPER, Dominique, « De l'État-nation au monde transnational. Du sens et de l'utilité du concept de diaspora », dans Revue européenne de migrations internationales, vol. 17, no 2, 2001.

VIDELIER, Philippe, 1993, « Sortir des frontières », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.9, n°2, 1993, pp. 5-13. En ligne :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1993_num_9_2_1351.Consulté le 20 décembre 2008.

URFOL, Miroir de l’intégration, appel à projet, 2008.

URFOL, Miroir de l’intégration en Rhône-Alpes : 3e édition, Caluire, URFOL, DVD, 2008, 192 min.

Haut de page

Notes

1  Quand je parle de « la France », je ne prétends pas la personnifier comme s’il était possible de déceler une existence essentielle de ce pays. Par « la France », j’entends parler d’un État-nation français représenté par des acteurs sociaux agissant selon de complexes jeux socio-politiques, économiques et culturels.

2  Selon les termes utilisés dans un petit livret distribué par les coordinateurs de « Miroir de l’intégration » pour présenter les grandes lignes de l’action aux jeunes souhaitant s’investir auprès d’eux.

3  Idem

4  Les membres du club-vidéo du collège de Neuville-sur-Saône étaient des jeunes volontaires pour participer à cet atelier. Les classes de Décines participaient à l’action dans le cadre d’un atelier obligatoire proposé par cet établissement classé en Zone d’Education Prioritaire.

5   Ainsi, lorsque je parle de « l’immigré », il s’agit d’un imaginaire que l’on développe autour d’une figure de l’immigré englobante, généralisante, ne rendant pas compte de l’extrême diversité des immigrés présents en France.

6  Il me semble que l’idée de l’"immigré-victime" est en grande partie élaborée à partir d’imaginaires proposés par les médias (en effet, les adolescents justifiaient beaucoup les mots qu’ils avaient associés à celui d’« immigration » en affirmant « A la télé, j’ai vu une fois que… » « Au journal, ils disent toujours que… »)

7  Certains de ces adolescents étaient enfants ou petits-enfants d’immigrés, mais leur voix ne m’a pas semblé particulièrement discordante de celles des autres.

8  Les immigrés interviewés sont choisis selon les opportunités offertes aux professeurs, le hasard joue beaucoup ; aussi il me semble ne pas pouvoir avancer que les origines des personnes rencontrées puissent se revêtir d’une signification particulière (sur 20 « témoins », on trouve avant tout des Européens (11, dont 6 originaires d’Italie et 3 d’Espagne), puis viennent les natifs de l’Afrique (4/20 dont 3 d’origine maghrébine), les émigrés d’Amérique Latine (2/20) puis une personne venue du Cambodge, une d’Iran et une du Liban.)

9  Parfois le « témoin » désirait que certains de ses propos n’apparaissent pas à l’écran car c’étaient des souvenirs dont il n’avait pas parlé à ses enfants.

10  « Moi je ne pensais pas un jour qu’on ferait un film sur moi, jamais je n’aurais pensé ça en arrivant en France. » avait affirmé l’un des « témoins ».

11  Et ce bien que la majorité d’entre eux ait été informée, dès la première rencontre avec les groupes, que le film réalisé serait très court.

12  La journée de projection des films, organisée à niveau départemental, n’accueille généralement que les proches des adolescents qui ont réalisé les petits films et des « témoins » (bien qu’elle soit ouverte à tous). Le DVD est distribué dans les établissements des participants et dans d’autres structures liées à la Ligue de l’Enseignement et à la Fédération des Œuvres Laïques de chaque département.

13  Ces propos posent également la question de l’image que l’on se fait d’un Français. Etre Français et ne pas avoir la peau blanche n’est pas encore une "association" spontanément admise.

14  Cela ne signifie pas qu’ils ne le perçoivent pas forcément, mais ils n’y accordent pas une grande importance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Corde, « Mémoires d’immigrés, mémoires de France? Mémoires et reconnaissance », Conserveries mémorielles [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/1460

Haut de page

Auteur

Marine Corde

Étudiante en anthropologie, j’ai commencé ma formation à l’Université Lumière Lyon 2 (France), lors de laquelle j’ai acquis mon diplôme de licence en Sciences des sociétés et de leur environnement (2007), puis mon diplôme de Master en anthropologie_dynamique des cultures et des sociétés (2009). Je suis actuellement doctorante du Programa de Pós-Graduação em Antropologia Sociale proposé par le Museu Nacional – Universidade Federal do Rio de Janeiro (Brésil) et boursière du Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (Brésil). Mes principaux thèmes de recherches sont l’immigration, le patrimoine immatériel et les politiques publiques.
J’ai partagé quelques-uns des résultats de mes travaux à travers la publication d’un article, « Regards croisés autour des groupes folkloriques de Pombal », publié dans la revue électronique RITA en 2011, ainsi que grâce à plusieurs interventions dans divers colloques, dont le Colloque international pluridisciplinaire francophone « Sociabilités, identités, imaginaires en Amérique latine » (Université de Grenoble, France, 2010), le XXVIII Congresso Internacional da Associação Latino-Americana de Sociologia (Universidade Federal de Pernambuco, Brésil, 2011) et la 28e Reunião Brasileira de Antropologia (PUC-São Paulo, Brésil, 2012). Je participe actuellement à la préparation d’un ouvrage collectif faisant référence au « IV Seminário do Núcleo Interdisciplinar de Estudos Migratórios – Caminhos da Migração: Decisões e Tensões »,  qui sera publié en 2013 par la maison d’édition de la Fundação Casa de Rui Barbosa (Rio de Janeiro, Brésil).

I’m a student in Anthropology, I began my studies at the University Lumière Lyon 2 (France) where I got my Bachelor's degree in Sciences des sociétés et de leur environnement (2007) and my Master's degree in Antrhopologie_ Dynamique des Cultures et des Sociétés (2009). I am currently preparing a PhD in the Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social at the Museu Nacional - Universidade Federal do Rio de Janeiro (Brazil) and I receive a grant from the Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (Brazil). My main research themes are immigration, intangible heritage and public policy.
I’ve shared some of my work through the publication of an article, “Regards croisés autour des groupes folkloriques de Pombal” published in the online review RITA, in 2011, and several interventions in various conferences, including the Colloque international pluridisciplinaire francophone “Sociabilités, identités, imaginaires en Amérique latine” (University of Grenoble, France, 2010), the Congresso Internacional da Associação XXVIII Latino-Americana de Sociologia (Universidade Federal de Pernambuco, Brazil, 2011) and the 28th Reunião Brasileira de Antropologia (PUC, São Paulo, Brazil, 2012). I am currently preparing a collective work referring to the "IV Seminário do Núcleo Interdisciplinar of Estudos Migratórios - Caminhos da Migração: Decisões Tensões", to be published in 2013 by the Fundação Casa de Rui Barbosa (Rio de Janeiro).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals