Navigation – Plan du site

Les saints et la sainteté. Histoires, concepts, méthodes

Jean-Baptiste Decherf et Jean-Philippe Plez

Texte intégral

  • 1 Schmitt, Jean-Claude, 2001, p. 39.

1Les trois religions d’Abraham ont en commun de concevoir la sainteté comme un souffle qui s’attacherait aux hommes et aux choses, par lequel Dieu se rendrait présent dans le monde. La sainteté représente au sein de chacune de ces religions le cœur d’un ensemble de notions, de croyances et de pratiques, qui ensemble font système. Elle est de ce fait un moyen privilégié d’accéder à la fois au « sens », à l’espace de cohérence qu’implique toute religion, et au « liant » produit, à l’espace de cohésion dans lequel elle rassemble les croyants. C’est également à travers les saints et la sainteté que les religions du livre se donnent à voir, vivre et comprendre. Se déployant du mystère des origines (alfa) jusqu’aux visées eschatologiques (oméga), les histoires des saints s’insèrent de la sorte dans l’histoire plus générale qui, pour prendre l’exemple chrétien, va de la Genèse jusqu’à l’apocalypse1, des temps ancestraux jusqu’aux temps à venir.

2Un tour d’horizon des questions religieuses actuelles montre combien la notion de sainteté continue de travailler le fait religieux et l’homo religiosus. Son rôle directeur est manifeste, tant dans les phénomènes « revivalistes » que dans la « nouvelle évangélisation » issue de Vatican II, les appels djihadistes à la guerre sainte (la seule « légale »), les rappels à la nécessaire sanctification du corps et de l’âme dans l’islam soufiste, ou encore la légitimation des frontières israéliennes. La sainteté demeure la notion par laquelle les religions du Livre continuent de se répandre. Elle reste à la fois le moyen et le but, le mètre-étalon d’après lequel se mesure l’ensemble des prescriptions doctrinales et dogmatiques.

  • 2 Hervieu-Léger, Danièle, 1997, p. 168.
  • 3 Davie, Grace et Hervieu-Léger, Danièle (dir.), 1996, pp. 235-290.
  • 4 Ibid., p. 19.
  • 5 Nous associons en réalité plusieurs textes romains pour les réunir sous une même idée. La notion de (...)

3Cette permanence est un argument de plus contre une lecture trop simple de ce que Marcel Gauchet appelle « sortie de la religion ». Comme le dit Danièle Hervieu-Léger, « contrairement à ce qu’une vision scientiste de la modernité a longtemps postulé, les sociétés modernes "rationnellement désenchantées" ne sont pas des sociétés d’où le croire est progressivement refoulé »2. Après avoir fort inadéquatement parlé de « retour du religieux » en raison du « déferlement spirituel des nouveaux mouvements religieux »3 et des « réveils » de certaines religions historiques, il semble désormais entendu et préférable de remplacer cette formule par une autre. L’idée de « recomposition du religieux » offre une grille de lecture mieux adaptée au « caractère paradoxal de la modernité du point de vue des phénomènes du croire »4. Les saints et la sainteté participent à cette recomposition en raison de leurs « fidélités créatives », qui renouvellent le visage du religieux d’après la tradition et dans la continuité5. On voit là la nécessité d’une vaste réflexion, que l’on veut ici aussi « transreligieuse » que transdisciplinaire, historiographique qu’épistémologique.

4Parce qu’elle se situe à la croisée des monothéismes, chacun proposant une interprétation différente de cette idée commune, la notion de sainteté représente un point de départ particulièrement intéressant pour une analyse comparée des religions. Le chercheur tient à travers elle un moyen de rapprocher, de mettre en rapport, non seulement les trois religions abrahamiques, mais aussi le bouddhisme et un ensemble de syncrétismes religieux. En dépit de ses avantages, elle souffre d’un indéniable flou conceptuel. La diversité de ses formes, d’une religion à l’autre, est sans doute un élément d’explication de cet état de fait. Il convient aussi de considérer la diversité des disciplines qui la prennent pour objet. Car les saints et la sainteté ne sont pas, loin s’en faut, la propriété exclusive des sciences religieuses. L’anthropologie, la sociologie, la science politique, la géographie culturelle, la philosophie et bien sûr l’histoire (histoire des idées, des représentations, des mentalités, etc.) sont autant de domaines où on les rencontre.

5Cette multiplicité d’approches scientifiques se mesure au grand nombre et à la variété des propositions suscitées par notre appel à contributions. Auteurs et experts ayant participé à ce numéro thématique de la revue Conserveries mémorielles proviennent d’horizons scientifiques divers. Nous souhaitons sincèrement les remercier pour l’apport qualitatif à notre réflexion. La liste des experts et de leurs champs disciplinaires donne un aperçu de la diversité des manières d’aborder le sujet qui nous occupe :

6Emmanuel Amougou, professeur à l’ENS architecture La Vilette, sociologue travaillant notamment sur les questions patrimoniales ;
Christine Bousquet, maître de conférences HDR en histoire des mondes anciens et médiévaux à l'université de Tours ;
Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux III, spécialiste du monde anglo-saxon ;
Jean-François Chauvard, directeur des études d’histoire moderne et contemporaine à l’École Française de Rome ;
Jean-François Cottier, professeur de langues et littératures classiques à l’Université Paris 7 – Diderot ;
André Couture, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval (Québec, Canada) ;
Alexandre Escudier, docteur, chargé de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques et membre du Centre de recherches politiques de Sciences Po. ;
Jacques Marx, professeur à la Faculté de Philosophie et Lettres - Philosophie et Sciences des religions de l’Université Libre de Bruxelles et membre du Centre Interdisciplinaire d'Etude des Religions et de la Laïcité ;
Maureen B. McCann Boulton, professeur de littérature française et religieuse à l’Université Notre Dame (Indiana, Etats-Unis) ;
Hubert Ollivier, professeur à l’Université de Montréal, travaillant notamment sur les rites de l'Église catholique et la construction des identités sociales ;
Albert Piette, professeur et membre du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative à l’Université Paris X – Nanterre, notamment connu pour ses recherches en socio-anthropologie du fait religieux ;
Didier Poton, professeur à l’Université de La Rochelle, spécialiste de l’histoire du protestantisme ;
Alexandre Sadek, professeur à l’Université de limoges et directeur de la collection « Le Monde Copte » ;
Pascal Vuillemin, docteur en histoire religieuse de l’Italie médiévale et membre de l’École Française de Rome.

  • 6 A titre d’exemple, Bruno Ollivier rappelle dans l’introduction d’un ouvrage qu’il a dirigé que « l’ (...)
  • 7 Stockmeier, Peter, 1996, p. 890.

7Ce caractère transversal de la sainteté, on le voit, vaut tant du point de vue des lieux et des époques que de celui des disciplines universitaires. Sociologues, historiens, anthropologues, théologiens ou psychiatres ont développé une culture scientifique de la sainteté sur la base de matériaux divers : livres religieux, discours politiques, procès des causes en canonisation, procès d’inquisition, iconographie, production hagiographique, martyrologues, patrimoine matériel ou immatériel, etc. Se pose donc tout d’abord la difficulté d’une définition stable et suffisamment resserrée pour éviter l’écueil des concepts à succès, qui trop souvent deviennent des « fourre-tout », aussi « polysémiques » que « vagues »6. Or, au niveau théologique, tout ce qui se rapporte à Dieu est saint et tout ce qui est saint se rapporte à Dieu7. Les mots sont presque interchangeables. Il y a en ce sens tout lieu de craindre que le concept, du fait de l’omniprésence divine, n’ait une extension infinie. Le mot a les défauts de ses qualités : d’une part il atteint tout dans la sphère religieuse, de l’autre il risque d’être trop large pour particulariser ce à quoi on l’applique. En pratique, les études visant à une synthèse entre les occurrences de la sainteté dans le temps et dans l’espace risquent d’être empêchées par un trop-plein de matière à traiter. Une analyse sémantique s’impose, bien qu’elle ne lève pas toutes ces difficultés. Le terme sanctus, origine à la fois de saint et de sanctifié, porte l’idée de limite. Il implique que les saints et la sainteté sont délimités — accessibles à la pensée humaine, donc — en même temps que mis à part, c’est-à-dire repérables. Le concept de sainteté, en somme, est à la fois inclusif et exclusif. C’est là, comme le disent les lignes suivantes, toute la difficulté qu’il y a à le manier :

  • 8 Centre catholique des intellectuels français, 1966, p. 9.

« Au mieux, l’idée de sainteté se mêlera vaguement à celle du sacré, ou plus souvent se confondra avec la recherche de la perfection morale. Ainsi elle s’humanise, et en ce que l’homme comporte à la fois de plus lumineux et de plus obscur. Pâture pour le sociologue au niveau collectif, elle est à l’échelle de l’individu problème pour le psychanalyste. Ses variations constitueront pour l’historien des mentalités une série documentaire d’une valeur inappréciable »8.

  • 9 La sainteté serait identique au «  torrent d’idées vagues » que titrait un projet de livre jamais p (...)
  • 10 Sorrel, Christian, 1999, p. 11.

8Il faut bien convenir que la connaissance de la sainteté est pour l’instant limitée à chacune des méthodologies disciplinaires qui l’ont prise pour objet d’étude. Ni le regard vertical du théologien, ni les vues horizontales du sociologue, ni même l’activité minutieuse de l’historien à l’égard des faits, ne peuvent prétendre seuls tout voir d’un phénomène à ce point pluriel9. C’est ce que permet de constater un bref retour sur l’histoire des recherches. Longtemps, celles-ci sont restées en marge de l’Université. Christian Sorrel l’accuse d’avoir « ignoré la sainteté au nom de la tradition laïque ou de la critique positiviste valorisant les seuls “faits objectifs“ et qui continue à le faire en fonction du primat de l’économique et du social établi par l’École des Annales, peu disposée alors à suivre les voies ouvertes dans le domaine religieux par Lucien Febvre ou Marc Bloch. Il n’est donc pas étonnant que les spécialistes d’autres sciences précèdent les historiens dans l’observation de la sainteté »10.

  • 11 Van Gennep, Arnold, 1973, pp. 135-155.
  • 12 Hertz, Robert, 1928.

9Une première vague de recherche vient des ethnographes, très actifs dès le début du XXème siècle. En 1924, Van Gennep centre sa réflexion sur les cultes populaires et analyse aussi la construction d’une réputation de sainteté du vivant de son bénéficiaire en utilisant les dépositions du procès de béatification de François de Sales11. En 1913, le « Saint Besse » de Robert Hertz fournit une explication religieuse au peuplement d’un isolat social, à savoir la montagne, précisément dans la vallée valdotaine de Cogne, et montre comment au XXème siècle, le pèlerinage à la chapelle du pieux berger jeté criminellement du haut de la roche, demeure l’unique lien social pour les membres d’une communauté tiraillée entre deux pôles, un diocèse urbain qui le choisit comme « compatron » et le lieu-dit de son pèlerinage escarpé12.

  • 13 Geertz, Clifford, 1992.
  • 14 Charuty, Giordana, 1995, pp. 5-14.

10L’origine des analyses structuro-fonctionnalistes de la sainteté est à chercher du côté de l’anthropologie sociale anglo-saxonne. L’étude des fonctions politiques des médiateurs sacrés 13 est poursuivie par Giordana Charuty pour renouveler l’analyse des formes culturelles de personnification du sacré. Celle-ci oriente ses études vers les « leçons de la sainteté musulmane », mettant en évidence dans les sociétés musulmanes comme chrétiennes des « formes de structurations des relations sociales, des compétences techniques et rituelles essentielles à la reproduction du groupe, des modalités différenciées de division du travail symbolique qui éclairent, de façon privilégiée, les mécanismes permettant d’accéder à des positions d’autorité et de les transformer, éventuellement, en positions de pouvoir »14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Surtout au cours des années 1980 mais de trop rares travaux suivront cet élan durant la décennie su (...)
  • 17 Vauchez, André, 1981.
  • 18 Sallmann, Jean-Michel, 1994.
  • 19 Burkardt, Alfred, 2004.
  • 20 Guillausseau, Axelle, 2007.

11Les historiens se sont ensuite emparés du sujet, sans pour l’instant l’exploiter de façon suffisante. Une série d’intuitions étaient pourtant relevées dès les années 1960 au moment de Vatican II15. Elles visaient plus particulièrement la sainteté catholique. Ces pistes furent par la suite prolongées de façon ponctuelle16. Ce n’est véritablement qu’au début des années 1980 que se dessina une manière d’étudier les saints et la sainteté établissant systématiquement le lien avec les normes contemporaines d’expressions, de manifestations et de significations17. Certains travaux ont souligné combien ce type de recherches pouvaient nourrir une réflexion en histoire sociale et culturelle. En particulier Jean-Michel Sallmann18 sur Naples, Albrecht Burkardt sur les miracles des saints19, et plus récemment la thèse d’histoire soutenue par Axelle Guillausseau, où est proposée une étude comparative des saintetés espagnoles et françaises20.

  • 21 Suire, Éric, 2001.
  • 22 Albert, Jean-Pierre, 2001, p. 24.

12Dans le sillage de la thèse d’André Vauchez fut menée près de vingt ans plus tard celle d’un autre historien, Éric Suire, lequel s’est penché sur la sainteté française de la Réforme catholique21. Ces deux entreprises universitaires ont souligné l’étroite correspondance entre l’Institution romaine et ses figures reconnues de sainteté, auxquelles elle accorde un attachement plus grand encore lorsque celles-ci répondent favorablement à des nécessités temporelles (notamment à l’époque médiévale celle de contrôler l’autorité épiscopale en matière de canonisation et ainsi soutenir la centralisation du pouvoir ; à l’époque moderne celle d’affirmer l’identité de l’Église catholique, apostolique et romaine contre les railleries des intellectuels et les objections de la Réforme protestante, etc.). Dans un autre registre, Jean-Pierre Albert prédisait en 1997 un bel avenir aux valeurs développées par les saints et les martyrs, défendant leur actualité au regard de données anthropologiques structurelles, y compris, voire surtout, dans des sociétés démocratiques sécularisées, individualistes et communautaristes22.

13Parmi les autres éléments notables de l’historiographie est à considérer, enfin, la variété de visages de la sainteté présentée par ses différentes branches : histoire sociale, histoire culturelle, histoire des représentations, histoire religieuse, histoire spirituelle, etc., de sorte que Georges Duby conclut le colloque de 1988 sur les fonctions des saints dans le monde occidental en soulignant la particularité d’une autre fonction, moins habituelle quand on évoque de prime abord le mot « saint » ou « sainteté » :

  • 23 Ibidem, p. 520.

14« Les saints remplissent une autre fonction. Par les discours dont ils furent l’objet, ils aident à mieux faire leur métier les historiens de l’Église, les historiens de la pensée, les historiens de la morale, mais aussi les historiens de la société, et leur aide est alors éminemment efficace »23

15Partant de ces constats, nous avons cherché à élargir notre approche afin, nous l’espérons, de donner lieu à de nouvelles élaborations conceptuelles et un dialogue interméthodologique. Sans exclusive disciplinaire, chronologique ou géographique, les auteurs de ce numéro thématique ont cherché à expliciter, dans la mesure du possible, la façon dont leurs articles pourraient contribuer à une réflexion scientifique sur la notion de sainteté. Qu’il s’agisse de croiser les regards sur les systèmes religieux ou de n’aborder qu’un sujet précis, de procéder à une réflexion conceptualisante ou à une analyse empirique, leurs articles laissent apparaître ce que pourrait être son apport aux sciences humaines. Nous espérons que le lecteur y trouvera quelques bases pour la construction de nouveaux outils de connaissance.

16La première partie de ce numéro s’intéresse à la sainteté dans son rapport avec les grands concepts des sciences sociales, notamment celle de sacré.

17Jean-Pierre Albert, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, membre du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires - Centre d’anthropologie sociale (Université de Toulouse, EHESS, CNRS), dans son article intitulé « Virtuosité religieuse et structure du champ religieux », propose de définir le statut et le rôle des saints en qualifiant leur posture religieuse, la « virtuosité », et en les situant dans un ensemble de positions à l’intérieur d’un « champ » au sens de Bourdieu. Ce travail d’identification est conduit à travers trois cadrages théoriques (ceux de M.Weber, V. Turner et P. Boyer) dont la complémentarité suggère qu’ils visent une même réalité fortement caractérisée. La question est ensuite posée des contextes religieux susceptibles de produire des effets de structure et, partant, des types de personnages analogues.

18Dans « La sati indienne au travers de l'histoire. Du suicide héroïque aux martyres du système socio-politique », Harald Tambs-Lyche, professeur à l’Université de Picardie, membre du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires - Centre d’anthropologie sociale (Université de Toulouse, EHESS, CNRS) revient sur le rite de la sati, tristement célèbre au moins depuis le temps où les Britanniques se sont établis en Inde. Il essaie de tracer une histoire sociale du rite en se limitant à ce qui concerne son développement au Saurashtra et au Rajasthan, à l’Ouest de l’Inde, du début de Moyen Age jusqu’à nos jours.

19Marie Rébeillé-Borgella, agrégée de grammaire et doctorante à l’Université Lyon III en littérature et civilisation antique au sein du Centre d’Études et de Recherches sur l’Occident Romain, revient sur l’emploi de « Sancio, sanctus et sanctitas dans la Vulgate » pour traduire des lexèmes hébreux et grecs appartenant au vocabulaire de la religion. Que traduisent exactement ces termes ? De quels sens se chargent-ils ? Quelles sont les évolutions sémantiques des lexèmes ?  L’article donne à ces questions des éléments de réponse précieux.

20Francesca Sbardella, ethno-anthropologue du religieux à l’Université de Bologne (Italie), à travers sa contribution « La fabrique des reliques. Manipulations et production de sacré dans la clôture », élaborée sur la base d’une ethnographie participative réalisée au sein de groupes monastiques carmélites et augustins (français et italiens), étudie la nature de l’objet-relique, probablement l’un des exemples les plus évidents de réification du « sacré » dans les sociétés occidentales contemporaines. Le lecteur verra par quels processus relationnels et de quelles stratégies (protagonistes, situations, appareils matériels et idéologiques) ces objets acquièrent et conservent leur pouvoir sacral.

21La deuxième partie, consacrée aux « Saintetés croisées », propose une mise en perspective des Eglises orthodoxe et catholique, du christianisme et de l’islam, puis l’étude d’une sainte catholique issu du judaïsme.

  • 24 Gazette de Bapaume, édition du dimanche 4 décembre 1881 cité par Ribaut, Jean-Pierre, 1984, p. 89.

22Irina Mironenko, de Université d’Etat des Sciences Humaines de Russie, dans « Folie en Christ à la romaine et à la moscovite : deux exemples de la religiosité chrétienne au XIXème siècle », propose une analyse comparative des réactions du système institutionnel, en France et en Russie, devant deux cas de marginalité religieuse. Ceux-ci présentent de nombreuses similitudes : la vie de gyrovague rural en rupture de ban, la pauvreté d’esprit, la simplicité de cœur, la fainéantise caractérisée, l’indifférence aux soins du corps, etc. — tout ce qui fit s’exclamer un parlementaire français de gauche à propos de Benoît Labre : « Mort en état de crasse ! », au moment de sa canonisation par le pape Léon XIII24.

23Chrystal Vanel, doctorant de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, livre « Saints et sainteté dans le mormonisme ». Depuis les débuts du mormonisme au XIXème siècle, ses adeptes se considèrent « Saints des derniers Jours » grâce à leur alliance avec Dieu. La sainteté mormone se vivait alors dans des communautés séparées du monde socialement, culturellement et parfois même politiquement. Avec l’abandon de la polygamie en 1890 et 1904, le « mormonisme politique » n’est plus. C’est individuellement que le « Saint » établit les frontières entre lui et le reste du monde, par des interdits et des obligations. Mais à la sainteté, déjà présente dans le puritanisme, le mormonisme ajoute la déification : le mormon sanctifié peut se rendre dans un temple dont les rituels le conduiront à l’état de dieu.

24Yael Hisch, docteur de l’Institut d'Etudes Politiques de Paris, dans « Edith Stein, une sainte controversée », évoque la conversion d’un personnage disputé par deux traditions religieuses, la juive et la catholique, au cœur des ambigüités des relations judéo-chrétiennes après la Shoah. Les enjeux politiques de la sainteté pèsent là encore de tout leur poids.

25Claude Carcenac, professeur de l’Université de Vic (Espagne), livre un « Essai de recherche d’une typologie de la sainte mystique dans l'islam et le christianisme à partir de l'étude du cas de Rabia al Adawiyya ». Elle s’y attache à mettre en avant les similitudes et les différences entre deux saintetés féminines, l’une musulmane, l’autre chrétienne. L’opération a plusieurs intérêts, à commencer par celui d’esquisser les contours d’une phénoménologie propre au genre féminin par-delà les croyances.

26« La sainteté hors ses murs » constitue la troisième partie du numéro. Sont successivement posées les questions de la sainteté chrétienne en terre d’islam, de l’usage politique de la sainteté et de son rapport étroit à la patrimonialité.

27Sandrine Keriakos, docteur ès lettres de l’Université de Genève et de l’Université de Provence (Anthropologie), membre de l’Unité d’arabe de la Faculté des lettres, examine dans « Saint Marc : enjeux communautaires et dynamiques politiques » le rapport à la sainteté des chrétiens d’Egypte à partir du culte du fondateur et martyr de l’Eglise copte. Problématiques religieuses, identitaires et internationales y apparaissent inextricablement mêlées.

28Yves Bizeul, professeur de l’Université de Rostock (Allemagne), propose une réflexion sur « Le statut de la sainteté dans les religions politiques », considérant que ces dernières ont transformé la sainteté en abnégation de soi au service de l’action politique. Le saint devient alors un héros (du travail, de guerre, de la propagande) et se fait missionnaire, armé ou non, au service d’une « cause » sacrée dont le but est la transformation du monde par son engagement. Cette nouvelle sainteté séculière vise non la contemplation, mais l’action et la recréation ex nihilo.

29Sheila Delany, professeur émérite de l’Université Simon Fraser (Canada), avec « Saint Geneviève in the Revolution : Sylvain Maréchal’s Counter-history », analyse l’usage parodique d’un texte hagiographique sur fond de contexte révolutionnaire. La sainteté y rencontre le rire.

30Nathalie Cerezales, doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans « Saint-Jacques de Compostelle, vers une redéfinition patrimoniale du chemin de pèlerinage », lie la notion de sainteté à celle de patrimoine. Patrimoine spirituel, les saints sont aussi à l’origine d’un patrimoine matériel, associés à des pratiques et des lieux.

31La quatrième et dernière partie touche aux problématiques soulevées par la reconnaissance officielle de la sainteté, en investissant tour à tour les questions de la domination symbolique, des pressions populaires et de leur gestion institutionnelle, du soutien social et des fonctions identitaires de la sainteté.

32Philippe Castagnetti, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Saint-Étienne, membre du Centre Européen de Recherches sur les Congrégations et les Ordres Religieux, propose « Hagiographie liturgique et construction identitaire dans un néo-diocèse (XVIIe-XIXe siècle). Le Proprium Sanctorum dans les bréviaires des diocèses français créés sous Louis XIV (La Rochelle, Alès, Blois) ». Justifiée par la prétention de l’Église de France d’éradiquer le protestantisme, la création sous Louis XIV des trois diocèses aboutit à la rédaction de bréviaires propres dont le sanctoral met en valeur une série de saints régionaux à des fins apologétiques. L’hagiographie liturgique permet ainsi la constitution dans chaque clergé diocésain d’une mémoire religieuse officielle et favorise un processus d’idéalisation et de standardisation de la sainteté.

33Karen McCluskey, professeur à l’Université de Notre-Dame (Australie), dans son article « Official Sanctity alla veneziana : Gerardo of Venice, Pietro Orseolo and Giacomo Salomani », propose d’étudier les origines et les manifestations, essentiellement civiques, du culte et des dévotions rendus à trois saints d’origine vénitienne avant 1400. Ces trois figures ont en commun d’être les seules dont la célébration et la vénération furent officiellement reconnues et encouragées par les autorités vénitiennes. L’auteur montre ainsi comment ces trois saints furent intégrés dans une entreprise politico-religieuse plus vaste, afin d’exalter la praedestinatio vénitienne.

34Les directeurs de ce numéro thématique de Conserveries mémorielles remercient chaleureusement tous les auteurs et, de nouveau, les experts mobilisés avec eux dans un projet commun. A défaut de clore le sujet, nous espérons que les articles à suivre inspireront au lecteur des idées fécondes. Bien des pistes restent tout à fait ouvertes et méritent d’être explorées. Comme le disait Gabriel Audisio dans son introduction au colloque sur « Religion et identité » :

  • 25 Audisio, Gabriel, 1998, p. 8.

« Tel est l’objet de cette publication, telle en est sa limite. Qu’une suite lui puisse être donnée ne fait aucun doute, si vaste est le champ d’investigation défriché dont les labours sont à peine commencés et, par conséquent, les moissons encore à venir. Dans l’attente, le lecteur est invité au voyage. A lui, dans la diversité des paysages abordés, de ne pas perdre la direction donnée au départ »25.

Haut de page

Bibliographie

Actes du colloque organisé par l’École Française de Rome avec le concours de l’Université de Rome « La Sapienza », Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIème-XIIIème siècles), Rome, Collection de École Française de Rome, n° 149, 1991

Audisio, Gabriel, Religion et Identité, Actes du colloque d'Aix-en-Provence tenu en octobre 1996, Publications de l’Université de Provence, 1998

Bonfils, Jean, La formation dans les instituts religieux. Les directives de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, Paris, Éditions du Cerf, 1990

Burkardt, Alfred, Les clients des saints. Maladie et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du XVII ème siècle en France, Rome, Collection de l’École Française de Rome, n° 338, 2004

Centre catholique des intellectuels français, Saints d’hier et sainteté d’aujourd’hui, Desclée de Brouwer (Recherches et Débats, n°56), Paris, 1966

Charuty, Giordana, « Logiques sociales, savoirs techniques, logiques rituelles », Terrain, n° 24, « La fabrication des saints », mars 1995

Davie, Grace et Hervieu-Léger, Danièle (dir.), Identités religieuses en Europe, La Découverte, Paris, 1996

Geertz, Clifford, Observer l’Islam, Paris, La Découverte, 1992

Guillausseau, Axelle, Sainteté et miracles dans les royaumes de France et d’Espagne des lendemains du concile de Trente aux décrets d’Urbain VIII, Thèse de doctorat soutenue le 3 novembre 2007 à l’Université François Rabelais de Tours

Hertz, Robert, « Saint Besse. Etude d’un culte alpestre », Sociologie religieuse et folklore, Paris, Alcan, 1928

Hervieu-Léger, Danièle, « Transmission culturelle et construction des identités socio-religieuses », sous le patronage du Ministère de la Culture et du Ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Forme et sens. La formation à la dimension religieuse du patrimoine culturel, Actes du colloque tenu à l’École du Louvre, Paris, les 18 et 19 avril 1996, Paris, la documentation française, 1997

Ollivier, Bruno, « Les identités collectives : comment comprendre une question politique brûlante ? » dans Ollivier, Bruno (dir.), Les identités collectives à l’heure de la mondialisation, CNRS Éditions, Paris, 2009

Albert, Jean-Pierre, « Sens et enjeux du martyre : de la religion à la politique », in Centlivres, Pierre, Saints, sainteté et martyre : la fabrication de l’exemplarité, actes du colloque tenu à Neuchâtel les 27-28 novembre 1997, Paris, Maison des sciences de l’homme (collection « Recherches et travaux de l’Institut d’ethnologie »), 2001

Ribaut, Jean-Pierre, « La sainteté de Benoît Labre : un défi à l’esprit scientiste de la fin du XIXe siècle», dans Hilaire, Yves-Marie (dir.), Benoît Labre. Errance et sainteté. Histoire d’un culte (1783-1983), Paris, Les éditions du Cerf, 1984 (Centre d’histoire religieuse de Lille)

Sallmann, Jean-Michel, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, Presses Universitaires de France, 1994

Schmitt, Jean-Claude, Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des histoires »), 2001

Sorrel, Christian, « La sainteté entre hagiographie et histoire », in Cholvy, Gérard, La sainteté, actes de la VIIème Université d’été d’histoire religieuse, Saint-Didier, 9-12 juillet 1998, Montpellier, Centre Régional d’Histoire des mentalités, 1999

Stockmeier, Peter, « Saint / Sacré », in Eicher, Peter, Nouveau dictionnaire de théologie, Paris, Éditions du Cerf, 1996

Suire, Éric, La sainteté française de la Réforme catholique : XVIe-XVIIIe siècles. D’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2001

Van Gennep, Arnold, « Le culte populaire de saint François de Sales en Savoie », Le culte populaire des saints en Savoie, Paris, Maisonneuve et Larose, 1973

Vauchez, André, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge. D’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, École Française de Rome, Rome, 1981

Haut de page

Notes

1 Schmitt, Jean-Claude, 2001, p. 39.

2 Hervieu-Léger, Danièle, 1997, p. 168.

3 Davie, Grace et Hervieu-Léger, Danièle (dir.), 1996, pp. 235-290.

4 Ibid., p. 19.

5 Nous associons en réalité plusieurs textes romains pour les réunir sous une même idée. La notion de « fidélités créatives » provient de Vatican II qui demande aux instituts religieux de se ressourcer à leurs origines, aux charismes et aux écrits des fondateurs (Bonfils, Jean, 1990, p. 47). « Le visage de l'Eglise [qui] se renouvelle dans la continuité » est le titre d’une communication de la Sacrée Congrégation pour les Causes des Saints. En 2005 le préfet de la congrégation romaine insiste en effet sur l’héritage des causes en canonisation et sur l’enrichissement qu’apportent les nouvelles figures de sainteté dans l’histoire du salut (vatican.va : Cardinal José Saraiva Martins, Le visage de l’Église se renouvelle dans la continuité, Congrégation pour les Causes des Saints, 2005).

6 A titre d’exemple, Bruno Ollivier rappelle dans l’introduction d’un ouvrage qu’il a dirigé que « l’identité est un terme omniprésent aujourd’hui et occupe une place croissante dans les médias et les débats publics » (Ollivier, Bruno, 2009, p. 24).

7 Stockmeier, Peter, 1996, p. 890.

8 Centre catholique des intellectuels français, 1966, p. 9.

9 La sainteté serait identique au «  torrent d’idées vagues » que titrait un projet de livre jamais paru et dont les notes réunissaient l’ensemble des réflexions du vénérable Jean-Marie Robert de Lamennais au début de sa vie de prêtre. La sainteté serait un programme de vie tout autant que feuille de route. Elle totaliserait l’ensemble des projets que le chrétien mettrait en œuvre tout au long de sa vie selon sa condition sociale, son environnement culturel et ses talents à interpréter les évènements de sa vie — selon les lois de la logique catholique dirait son frère Félicité.

10 Sorrel, Christian, 1999, p. 11.

11 Van Gennep, Arnold, 1973, pp. 135-155.

12 Hertz, Robert, 1928.

13 Geertz, Clifford, 1992.

14 Charuty, Giordana, 1995, pp. 5-14.

15 Ibid.

16 Surtout au cours des années 1980 mais de trop rares travaux suivront cet élan durant la décennie suivante pourtant bien lancée en 1991 avec la publication des actes du colloque organisé par l’École Française de Rome et l’Université de Rome « la Sapienza », Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècle).

17 Vauchez, André, 1981.

18 Sallmann, Jean-Michel, 1994.

19 Burkardt, Alfred, 2004.

20 Guillausseau, Axelle, 2007.

21 Suire, Éric, 2001.

22 Albert, Jean-Pierre, 2001, p. 24.

23 Ibidem, p. 520.

24 Gazette de Bapaume, édition du dimanche 4 décembre 1881 cité par Ribaut, Jean-Pierre, 1984, p. 89.

25 Audisio, Gabriel, 1998, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Decherf et Jean-Philippe Plez, « Les saints et la sainteté. Histoires, concepts, méthodes », Conserveries mémorielles [En ligne], #14 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/1505

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Decherf

Jean-Baptiste Decherf est docteur en science politique, psychologue et psychanalyste. Sa thèse de doctorat, dirigée par Marc Sadoun et intitulée "Romantisme du chef. Le rêve de la domination extraordinaire et ses transformations", analyse l'imaginaire du pouvoir qui s'est formé dans le culte romantique des grands hommes, ainsi que ses avatars dans la pensée du XXe siècle. Il exerce aujourd'hui comme enseignant à Sciences Po et psychanalyste à Paris.

Jean-Philippe Plez

Attaché d’enseignement et de recherche à l’Université de La Rochelle entre 2008 et 2011, Jean-Philippe Plez a dispensé des cours sur la France politique et sociale du XIXe siècle (1815-1914), sur l’histoire du protestantisme (des origines à nos jours), sur le rapport entre « Églises et États en Europe du XVIe au XXe siècle » et enfin sur l’ « histoire et les sciences sociales ». Au cours de sa thèse d’histoire sur les saints et la sainteté dans l’Eglise de France à l’époque contemporaine, Jean-Philippe Plez s’est spécialisé dans l’étude du phénomène religieux à travers deux axes fondamentaux que sont le fait religieux (dimension horizontale et collective ; le phénomène religieux rapporté à ses dimensions politiques, sociales et économiques) et l’homo religiosus (« l’homme vertical » ; dimension plus individuelle et anthropologique). Ses travaux veulent participer au renouvellement historiographique des questions religieuses qu’il situe à un carrefour interdisciplinaire.

Teacher and research assistant at the University of La Rochelle between 2008 and 2011, Jean-Philippe Plez taught classes on politics and society in France during the 19th century (1815-1914), on the history of Protestantism (from the origins to our times), on the relationship between “Church and State in Europe from the 16th to the 20th century” and on “History and social sciences”. During his doctoral thesis work on saints and holiness in the French church in contemporary times, he focused on the study of the religious phenomenon through two main lights: religion in its horizontal and collective dimension on one hand, and on the other the homo religiosus (the “vertical man”, a more individual and anthropological dimension). His works contribute to the historiographical renovation on religious matters that he lightens with an interdisciplinary approach.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals