Navigation – Plan du site
La sainteté hors ses murs

Santiago de Compostela, vers une redéfinition patrimoniale du chemin de pèlerinage

Santiago de Compostela, towards a new definition of the pilgrimage cultural heritage
Nathalie Cerezales

Résumés

Malgré la baisse de la religiosité en Occident, des millions de pèlerins et de touristes se pressent chaque année sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. La nécessité de créer une identité européenne, s’appuyant sur des éléments patrimoniaux communs aux différentes nations, relève d’une politique d’identification de la mémoire européenne, dont le chemin de Saint-Jacques devient l’un des symboles. Cette identité, liée aux intérêts des agents sociaux qui l’élaborent (Eglise, institutions, associations civiles), légitime ainsi et aide le projet politique à l’origine de cette définition patrimoniale et engendre la mise en place de stratégies touristiques, culturelles, sportives ou vertes, formes alternatives de développement des régions. La revitalisation contemporaine du pèlerinage confère ainsi à celui-ci une existence propre qui n’exclut pas le rôle du saint, mais qui l’englobe dans une structure séculaire, qui fait du chemin l’un des principaux buts à atteindre.

Haut de page

Texte intégral

1Saint-Jacques de Compostelle, apôtre de Jésus-Christ, est l’un des saints les plus vénérés en Europe et particulièrement en Espagne. Du moins c’est ce que l’on pourrait penser du fait du fort engouement que le chemin de pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle suscite de nos jours. Proclamé saint patron de l’Espagne depuis la découverte de son tombeau par l’évêque Théodomir vers 820-830, sa figure eut longtemps pour rôle de veiller à l’unité politique géographique et religieuse de l’Espagne. Le Brevarium Apostolum (XIe siècle) raconte comment l’apôtre Jacques avait pour rôle de diffuser le message du Christ à l’extrémité ouest de la terre connue. Selon la légende, son corps aurait été enterré en Galice et sa sépulture aurait été retrouvée au IXe siècle. Dès lors, les pèlerins auraient afflué, depuis le Moyen-âge, de toute l’Europe vers la ville de Saint-Jacques-de Compostelle où reposeraient ses reliques.

2Par ailleurs, Saint-Jacques acquiert une valeur particulière dans la construction de la nation espagnole. Au IXe siècle après Jésus Christ, celui-ci serait apparu en rêve au roi des Asturies, Ramire 1er, retranché dans la ville de Clavijo après une défaite sanglante contre les Maures. Le saint l’aurait enjoint de reprendre les armes en lui assurant la victoire. Le lendemain, il aurait été vu sur le champ de bataille, aidant l’armée espagnole à vaincre les infidèles. Saint Jacques le majeur, le « matamoros », devint ainsi symbole de patriotisme dans les royaumes espagnols, symbolisant la foi et la loyauté à la nation dans la lutte contre les infidèles. Maltraité à l’époque des Lumières et après plusieurs tentatives de revitalisation au XIXè siècle, la figure de Saint-Jacques de Compostelle joue, dans le premier tiers du XXe siècle, un rôle de premier plan. Francisco Franco, galicien d’origine, l’utilise ardemment pendant la guerre civile espagnole (1936-1939). L’image du Saint-Jacques « matamoros » est utilisée contre des non-chrétiens d’un autre genre, les républicains. Franco utilise le saint en qualifiant la guerre qu’il mène de croisade pour défendre les valeurs chrétiennes et patriotiques de l’Espagne, dont il est le garant. Il déclare de nouveau Saint-Jacques de Compostelle patron de la nation espagnole en 1937. Jusqu’à la mise en place de la démocratie, les 25 juillets, jours de la fête de Saint-Jacques, étaient jour de fête nationale. Le dictateur avait remis au goût du jour une tradition instaurée par les rois catholiques qui avaient pour habitude de faire une offrande à Saint-Jacques appelée le « voto de Santiago ». S’agenouillant devant lui chaque mois de juillet pour le remercier de ses bienfaits, il montrait ainsi l’attachement aux valeurs traditionnelles ibériques.

  • 1 Valdeon , 1999, p. 28.

3Cependant, en 1975, la chute de la dictature et par conséquent du national-catholicisme entraine l’amoindrissement du pouvoir de l’Eglise et la laïcisation du pays. L’Espagne entre dans un processus de sécularisation. Pourtant Saint-Jacques ne reste pas dans l’ombre très longtemps. On constate depuis trente ans une affluence extraordinaire ; des milliers de personnes, chaque année, décident de « faire le chemin de Saint Jacques de Compostelle ». La diversification des attraits culturels, touristiques, naturels et mystiques que l’on peut trouver sur le chemin de pèlerinage, dépassant l’ordre religieux, est la raison de son succès. Des individus de tous âges et de tous sexes empruntent ce chemin pour vivre une aventure hors du temps. Il est alors intéressant de comprendre comment un chemin de pèlerinage qui amène aux reliques d’un saint au passé belliqueux, dans un contexte de sécularisation de l’Occident, peut aujourd’hui autant passionner. Depuis la réouverture de l’Espagne à l’Europe et la mise en place de la démocratie, Saint-Jacques bénéficie de diverses représentations qui ont eu pour effet de transformer, aux yeux du plus grand nombre, le chemin jacquaire en « cordon ombilical de l’Europe »1. Sa patrimonialisation, impulsée par les différents acteurs du chemin, tel que l’Eglise, les institutions nationales et extra nationales ainsi que les acteurs civils, a pour effet de donner divers sens à la route de pèlerinage, qui cache non seulement une volonté fédératrice mais des intérêts politiques et économiques.

Saint Jacques, référent national et élément touristique dans une politique d’ouverture de l’Espagne

4« Troisième réinvention du chemin », « new deal » ou encore la « décade prodigieuse » sont des surnoms qui désignent l’entrée du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle dans le patrimoine européen. Alors qu’au début des années 1960, il n’était qu’un chemin de pèlerinage catholique, il devient, à la fin du vingtième siècle, un symbole d’une Europe unie.

  • 2 Mouriño, 2001, p. 66.

5La première protection dont le chemin de Saint-Jacques de Compostelle a bénéficié, en Espagne, concernait les monuments historiques qui le jalonnaient. Un décret de septembre 1962 déclarait le chemin jacquaire « ensemble historico-artistique ». Vision patrimoniale usuelle : le chemin de pèlerinage est un acte catholique dont les traces laissées par l’histoire, les monuments, méritent d’être conservés mais surtout visités. Saint Jacques et ses hôpitaux, églises et monastères sont instrumentalisés en tant que référents identitaires nationaux et ressource touristique. Cela tient au fait que dans les années 1960, le régime politique dictatorial espagnol s’assouplit quelque peu. Les frontières s’ouvrent et laissent passer les catholiques européens et les touristes espagnols qui se déplacent jusqu’à Compostelle. La nomination de Fernando Quiroga Palacios en tant qu’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle, dés 1949, marque l’initiation d’une nouvelle politique de mise en valeur de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle. De grandes festivités et des pèlerinages collectifs sont organisés à l’occasion de l’année sainte 1965. Ces festivités sont par ailleurs converties en initiatives touristiques. Il est important de souligner qu’on ne constate pas une recrudescence du pèlerinage alors même que le culte à Saint-Jacques est l’un des devoirs du pays et que l’Eglise édicte les conduites et règles sociales à suivre. Manuel Fraga Irribarne, ministre du tourisme de l’époque affirmait : « Il est inutile de croire que les grandes masses touristiques, celles qui ont quinze jours de vacances se revêtent d’une cape et de sandales […] C’est pour cela que la tâche la plus urgente est de tracer une voie commode pour le grand public pèlerin »2. Pourtant il avait tort. Durant les années 1970 de plus en plus d’individus s’intéressent au pèlerinage.

L’intérêt des chercheurs pour le Chemin de Saint-Jacques

  • 3 Pericard-Mea, Mollaret, 2010, p.19.

6Les intellectuels, furent, dés le début du siècle, les premiers à se passionner à nouveau pour le Chemin de Saint-Jacques. Parmi eux de très nombreux français qui ont mené à bien des recherches importantes pour la construction du patrimoine jacquaire. Nous pouvons citer Emile Mâle, qui travailla sur les influences artistiques entre la France et l’Espagne et notamment celles favorisées par le pèlerinage de Saint-Jacques. Joseph Bédier, spécialiste de la chanson de geste, consacre plusieurs pages aux chansons prétendument composées sur le chemin et une partie de ses écrits à démontrer que la Chanson de Roland fait partie du Livre de Saint Jacques. Egalement, parmi ces chercheurs se trouve la médiéviste Jeanne Viellard. Elle traduit en 1938, l’un des ouvrages fondateurs de la légende contemporaine de Saint Jacques : le célèbre Guide du pèlerin. Ecrit par un moine poitevin nommé Aimery Picaud, ce guide est un récit de voyage contenant toutes les indications nécessaires au pèlerin médiéval pour mener à bien son voyage, il décrit par exemple les quatre voies de pèlerinage en France. Selon Denise Péricard-Mea et Louis Mollaret, ce livre aurait fondé l’existence de routes de pèlerinage utilisées par « des foules de pèlerins en route vers Compostelle »3. Considéré comme le premier guide touristique, il fait partie du Liber Sancti Jacobi, recueil des textes liturgiques historiques et hagiographiques à la gloire de Saint-Jacques le majeur. Il a d’ailleurs été popularisé grâce à l’action de la société française des amis de Saint-Jacques de Compostelle. Cette association est créée en 1950, sous l’impulsion, notamment de Jean Babelon et de Jeanne Vieillard. Ce groupe d’intellectuels entretient de bonnes relations avec l’Espagne et décide de se réunir afin d‘étudier le pèlerinage, découvrir les tracés des chemins en France et de mettre en valeur les différents patrimoines architecturaux des chemins qui menaient à Saint-Jacques-de-Compostelle. René de la Coste de la Messelière fut l’un des plus fervents acteurs du chemin de Saint Jacques de Compostelle. A la tête de l’association des amis de Saint-Jacques de 1978 à 1996, il est à l’origine d’une abondante bibliographie sur des sujets relatifs à la route jacquaire. Il contribue ardemment à l’identification du tracé des routes de pèlerinage, et organise des expositions, comme en 1965 aux Archives Nationales : Pèlerins et Chemins de Saint-Jacques. En Espagne, indépendamment des recherches menées sous la direction de l’Etat, des individus, tel que le prêtre Elias Valiña, jouent un rôle particulier dans la redécouverte du chemin de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. Ce curé du petit village d’El Cebrero, premier sanctuaire que le pèlerin traverse en Galice, lance la restauration de l’hôpital et du sanctuaire de son village. Valiña avait déjà commencé un travail de divulgation de la route jacquaire au travers de ses écrits et notamment par la thèse qu’il a publié en 1965, Le Chemin Santiago. Étude historique-juridique. Il est également à l’origine des premières réfections de la route jacquaire, avant même que les travaux de réhabilitation du chemin commencent. Il donne l’exemple des consignes à suivre pour la mise en valeur du chemin en Espagne. Aidé d’un groupe d’individus passionnés, il s’occupe personnellement du débroussaillage de la route. Il est d’ailleurs l’inventeur de la flèche jaune que l’on trouve tout au long du chemin de Saint-Jacques et, aujourd’hui, signe d’identité du chemin.

7Au début des années 1980, l’augmentation de l’attrait du chemin de Saint-Jacques a pour principale conséquence et la création de multiples associations, à l’image de l’association française. Leur nombre devient rapidement important et laisse poindre un maillage européen voire extra-européen, qui sans conteste joue un rôle prépondérant dans la mise en valeur du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

L’association civile, garant de l’authenticité de la route de pèlerinage

  • 4 Von Saucken, 1991, p. 386.
  • 5 Mouriño, 2001, p. 104.

8L’acteur civil regroupé en associations se donne pour rôle de palier aux manques des actions des administrations tant cléricales que publiques. La résurgence du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle fait que, chaque année, des milliers de pèlerins partent à pied, à bicyclette ou à cheval. En 2009, par exemple, 145877 personnes ont parcouru le chemin, selon l’archidiocèse de Saint-Jacques de Compostelle. La raison de son succès réside dans la multiplicité de ses significations. Ce pèlerinage diffère des autres sanctuaires ou du pèlerinage jacquaire d’autrefois, qui recouvrent une signification intrinsèquement religieuse en tant que chemin de dévotion et de pénitence. Les modes de locomotion que demande ce pèlerinage entraînent un certain retour à la nature. Le pèlerin laisserait de côté la vie moderne. Il dort dans des hôpitaux ou des refuges de pèlerins, sans commodités particulières, parfois à même le sol ; il marche la journée et retrouve la plupart du temps les mêmes personnes que la veille pendant ses étapes. Il découvre le patrimoine culturel et naturel des régions qu’il traverse. Pour Paulo Caucci Von Saucken, le pèlerinage aurait gardé les caractéristiques de l’époque médiévale : ce serait un pèlerinage « traditionnel », parce qu’il se fait à pied, sur des supposés chemins anciens, la plupart du temps seul ou en petits groupes. Selon lui le pèlerin jacquaire réaliserait une immersion dans l’histoire, qui lui permettrait de vivre intensément l’expérience du pèlerinage vécu par ses ancêtres4. Outre ses motivations religieuses, le pèlerin en route vers Compostelle peut avoir des raisons spirituelles, culturelles, touristiques écologiques et sportives. « Il se passe quelque chose » est une phrase récurrente dans le récit des expériences de pèlerins. La conséquence principale de la mutation des raisons du pèlerinage est l’implication inégale du clergé dans celui-ci. Si les pèlerins étaient autrefois quasi exclusivement accueillis par les infrastructures cléricales, de nos jours, le soutien du Clergé au pèlerinage dépend de l’intérêt que lui porte son représentant local. On constate que le clergé le plus actif est celui qui se trouve sur les grands sanctuaires de la route et dans les villes proches de Compostelle. Les autorités ecclésiastiques reconnaissent leur faible présence sur la route. Selon Eva Mouriño, la multiplicité des vocations pèlerines, parmi lesquelles les vocations religieuses se perdent, renverrait le pèlerinage à un phénomène social qui devrait être pris en charge par les pouvoirs civils5. Or, l’implication volontaire d’anciens pèlerins, ou d’individus ayant des intérêts à la conservation du pèlerinage, dans les associations, pallie l’ancien rôle du Clergé. Face à ce manque d’infrastructures, les associations se multiplient afin de conserver cette « tradition ». On constate même la constitution de réseaux à diverses échelles. Les associations internationales sont d’avantage orientées vers l’étude du chemin de Saint-Jacques, comme, par exemple, la Fondation David Parou (qui étudie le phénomène jacquaire et dont l’une des fondatrices est Denise Péricard Méa), ou le Centre d’études compostellanes, fondé par René de la Coste de la Messelière. Les associations les plus importantes peuvent être à l’origine de l’édition de revues tel que Compostelle diffusée par la société française des amis de Saint-Jacques, ou encore des livres ou des guides de voyages. Elles jouent également un rôle très important dans la recherche sur le thème de Saint-Jacques. Leurs rencontres donnent souvent lieu à des colloques publiés sous la forme d’actes.

  • 6 Glevarec, Saez, 2002, p. 201.

9Leur nombre entraine l’implantation des associations le long des chemins de Saint Jacques. Chaque association prend soin d’un périmètre bien défini du chemin. Par exemple, en Gironde, deux associations cohabitent : la Société régionale des amis de Saint-Jacques d’Aquitaine et l’Association des amis de Saint-Jacques de Compostelle de Gradignan Gironde, à Gradignan, près de Bordeaux. La première a pour vocation l’action sur les chemins jacquaires dans le département de la Gironde, alors que la seconde s’occupe quasi exclusivement de l’intendance du refuge de la commune, ainsi que de la diffusion de l’image jacquaire dans son périmètre d’action. Pour reprendre l’idée développée par Hervé Glévarec et Guy Saez, il existe des réseaux de sociabilité entre les associations jacquaires : d’abord horizontaux, basés sur l’échange égalitaire, puis une sociabilité fédérative, avec une participation à un réseau fédératif vertical6. L’objectif est de tisser un lien institutionnel et de se retrouver pour parler de son expérience. Elles se retrouvent même dans des fédérations d’association, comme la Fédération française des associations des chemins de Saint Jacques de Compostelle en France ou la Federacion de asociaciones de amigos del Camino de Santiago. Au début des années 1990, elles ont aidé à baliser les chemins. Chaque tronçon de route est tacitement concédé à une association qui s’occupe de la maintenir et de la sauvegarde du patrimoine jacquaire qui n’est pas aux mains des autres acteurs locaux. Elles proposent également une assistance gratuite aux pèlerins, qu’elle soit médicale ou psychologique et un certain nombre d’entre elles s’occupe de l’entretien de refuges dans lesquels les pèlerins passent la nuit. La restauration et la sauvegarde du chemin, en tant qu’espace par lequel transitent la foi et la culture, doivent être préservées. Cette sauvegarde est réalisée à travers la conservation de valeurs considérées comme ancestrales : l’hospitalité et l’austérité. Les associations permettraient ainsi une résurgence du pèlerinage médiéval, tradition qui différencie le chemin des autres routes de pèlerinage. En tant que gardien de la tradition pèlerine, l’association est à l’origine de la création d’une continuité entre la pratique médiévale et la pratique actuelle.

  • 7 Davallon, 2002, p. 4.
  • 8 Ibid., 2002, p. 121.

10Garante de cette tradition, l’association joue un rôle prépondérant dans la patrimonialisation du chemin de Saint-Jacques. A travers la recherche du tracé des chemins, notamment à partir du Guide du pèlerin et la sauvegarde des usages pèlerins, l’association est en partie à l’origine de ce que Jean Davallon, lorsqu’il définit les étapes du processus de patrimonialisation, appelle « certifier l’authenticité de l’objet »7. En d’autre termes: « il s’agit ni plus ni moins de rétablir une continuité entre nous et ce monde d’origine ». Avec la « certification de son origine »8, grâce à la recherche scientifique menée depuis le début du siècle en Europe, la conversion du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle en patrimoine est permise par la création « d’une authenticité de l’objet », dont les associations sont les garantes. La prise de conscience patrimoniale est d’ailleurs confirmée par une série de mesures de la part des institutions que l’on pourrait considérer comme une reconnaissance politique.

La reconnaissance du patrimoine jacquaire par les institutions

11La période 1980-1998 transforme même le chemin de Saint-Jacques en patrimoine de l’humanité et en symbole de la mémoire européenne. Après avoir remporté le prix Europa en 1982, c’est d’abord la ville de Saint-Jacques de Compostelle qui est inscrite, en 1985, sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. La demande de reconnaissance a émané dans un premier temps de l’acteur civil. En 1982, le président de l’association des amis de Saint-Jacques de Pazos, en Espagne, réclame, devant les députés du Conseil de l’Europe, que le chemin soit déclaré « bien culturel de l’Europe ». Premier pas du processus de définition patrimoniale du chemin de Saint-Jacques, cette demande est à l’origine de la proclamation du chemin jacquaire comme premier itinéraire culturel européen en 1987. Enfin, les chemins espagnols et français bénéficient de l’inscription en 1993 et 1998. Si la plupart des monuments présents sur le chemin bénéficiaient déjà d’une protection juridique par les législations nationales, l’inscription à la liste au patrimoine mondial de l’UESCO est caractéristique de l’extension du champ patrimonial de ces dernières décennies. En Espagne, l’intégralité du chemin est inscrit, la décision portant sur un paysage culturel linéaire continu, de cent soixante villages et plus de milles huit cents monuments, La considération du patrimoine tant naturel que culturel laisse bien entendre qu’au delà d’un chemin de pèlerinage, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle est protégé parce qu’il est parsemé de monuments historiques, qu’il est un foyer de création et de diffusion artistique (art roman et gothique) ou même une source d’inspiration pour la littérature. Il est un conservateur des éléments naturels culturels et religieux qui constituent le passé et le présent de la civilisation européenne. Quant à la France, soixante et onze monuments et sept tronçons de route se voient classés au titre du chemin de Compostelle. Selon les critères de l’Unesco, « la route de pèlerinage de Saint-Jacques est un témoignage exceptionnel du pouvoir et de l’influence de la foi chrétienne dans toutes les classes sociales et dans tous les pays d’Europe au Moyen-âge » et « a joué un rôle essentiel dans les échanges et le développement religieux et culturel au cours du Bas Moyen Age, comme l'illustrent les monuments sélectionnés sur les chemins suivis par les pèlerins en France. »

12Si l’élaboration d’un récit est un des principes sous jacents de la patrimonialisation, nous en avons ici l’essentiel : la route de Saint-Jacques a permis les échanges culturels intellectuels et économiques de toutes sortes et à cet égard, celui-ci doit être préservé ; alors que auparavant, les églises, chapelles et hôpitaux et autres monuments jacquaires n’étaient des lieux patrimoniaux que pour quelques amateurs. On remarquera que bien qu’il ait été question du chemin de pèlerinage et de sa dimension chrétienne, il n’est pas vraiment fait allusion au saint en lui-même. De saint à vénérer, il devient prétexte à patrimonialiser et contribue particulièrement à conforter la dimension idéologique et social propre à la définition patrimoniale.

Le versant idéologique de la patrimonialisation du Chemin de Saint Jacques de Compostelle pour l’Eglise

13L’Eglise, et notamment le Vatican, acteur historique du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, l’ont bien compris : le troisième pèlerinage catholique est une aubaine pour les organes théologiques de l’Eglise qui y voient un moyen de propager la bonne parole. Ainsi le pape Jean-Paul II se rend deux fois à Saint-Jacques de Compostelle. En 1987, c’est dans cette même ville qu’il célèbre les journées mondiales de la jeunesse. Le pape Benoit XVI vient, quant-à-lui de s’y rendre, afin de fêter l’Année sainte compostellane.

14Jean-Paul II est d’ailleurs l’un des premiers à induire l’idée d’une identité européenne lors de son discours du 9 novembre 1982 dans la cathédrale compostellane. Il reprend une idée attribuée à Goethe, affirmant que l’Europe se serait construite en pérégrinant :

Je lance vers toi, vieille ô Europe, un cri plein d’amour : Retrouve-toi toi-même. Sois toi-même. Découvre tes origines. Avive tes racines. Revis ces valeurs authentiques qui ont rendu glorieuse ton histoire et bienfaisante ta présence sur les autres continents. Reconstruis ton unité spirituelle, dans un climat de plein respect des autres religions et des libertés authentiques.

  • 9 Jean-Paul II, 1982, p. 1129.

15La route jacquaire serait un exemple de la collaboration possible entre les différents peuples européens, l’Europe aurait été façonnée au cours de l’histoire par la foi chrétienne et la culture inspirée de la religion. Ainsi lorsque le pape Jean-Paul II exhorte les européens à retrouver leurs racines, il incite les européens à se tourner vers la foi catholique, à l’origine, elle même, de ces valeurs. Dans le même discours, il fait d’ailleurs référence à ces valeurs européennes communes, notamment la dignité de la personne humaine, le sens profond de la justice et de la liberté, ou encore la Paix9. Le renouveau spirituel de l’Europe passerait par la prise de conscience du rôle primordial des principes chrétiens dans la construction d’une identité européenne. Le chemin devient ainsi un instrument de l’inculturation de la foi qui consiste à puiser dans les ressources d’une culture locale tout ce qui peut être utile à une expression renouvelée de la foi. Cette idée est également présente dans le discours du pape Benoit XVI, lors de l’homélie prononcée à Saint-Jacques de Compostelle, le 6 novembre 2010 :

Je souhaite m’unir ainsi à tous ceux qui, tout au long des siècles, sont venus à Compostelle de tous les coins de la Péninsule ibérique et de l’Europe, et même, du monde entier, pour se laisser transformer par son témoignage de foi aux pieds de saint Jacques. Avec les empreintes laissées par leurs pas et pleins d’espérance, ils tracèrent une route culturelle, de prière, de miséricorde et de conversion, qui s’est concrétisée par des églises et des hôpitaux, des hostelleries, des ponts et des monastères. C’est ainsi que l’Espagne et l’Europe acquirent une physionomie spirituelle marquée de façon indélébile par l’Evangile.

  • 10 Mouriño Lopez, 2001, p. 103.

16Dans un contexte de croissance exponentielle du nombre de pèlerins, l’Eglise voit dans le Chemin de Saint-Jacques, un moyen d’évangélisation par la route. Le pèlerin et le touriste religieux sont des sujets de choix pour la Nouvelle évangélisation puisque la route de Saint Jacques de Compostelle permet la matérialisation des racines chrétiennes10. La nouvelle évangélisation vise particulièrement les lieux de vielle chrétienté, le but étant de faire passer la foi de simple référence dans un monde laïcisé à une foi pratiquée et vivante. Ainsi la Nouvelle évangélisation suppose une récupération de la mémoire européenne puisque le pèlerinage permet de faire ressurgir les racines de la foi sur le continent et le simple fait de donner des significations identitaires au chemin constitue une pratique d’évangélisation. La route devient, par conséquent, un instrument de pastorale. Les vingt années qui séparent les deux discours des deux papes font néanmoins écho à des volontés similaires.

17En 1982, l’Espagne était une jeune démocratie qui demandait à intégrer la communauté européenne. Le choix par Jean-Paul II de l’Espagne pour prononcer un discours sur les racines chrétiennes de l’Europe doit s’entendre dans une volonté d’unification spirituelle du continent, dont l’un des points d’ancrage se trouvait en Espagne. Il montre la volonté de l’Eglise de marquer sa présence et son importance dans le processus d’unification européenne. Elle veut participer à la construction de son identité. Le chemin de Saint-Jacques pouvant devenir le symbole de cette unité géographique et spirituelle. Benoit XVI, quant-à-lui fait face à un défi tout aussi important : celui d’un pays encore enraciné dans la foi chrétienne, mais qui connaît une sécularisation accélérée, notamment ces dernières années, avec l’instauration du mariage gay et la libéralisation de l’avortement. Il est dès lors important, pour l’Eglise, de rappeler les valeurs chrétiennes fondatrices de l’identité des peuples pour tenter de parer au phénomène de la laïcisation.

L’identité européenne du chemin, en tant que facteur touristique

18Parallèlement au discours sur les racines chrétiennes de l’Europe, le Conseil de l’Europe développe également l’idée d’une identité européenne autour du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Contrairement à celle de l’Eglise, l’identité n’est pas uniquement bâtie sur les racines religieuses du continent. Elle se fonde sur l’idée qu’il existe un chemin de Saint Jacques de Compostelle dans tous les pays d’Europe et que des milliers de pèlerins européens ont effectué le pèlerinage au travers des âges. Or, l’un des principaux objectifs de l’institution est de « favoriser la prise de conscience et la mise en valeur de l’identité culturelle de l’Europe et de sa diversité ». Pour cela, l’institution crée la notion d’itinéraire culturel, dont le chemin de Saint-Jacques de Compostelle est le premier exemple. La déclaration du 23 octobre 1987, proclamant Saint-Jacques comme premier itinéraire culturel, fait du pèlerinage un garant des valeurs européennes, basées sur une communion religieuse, patrimoniale politique et économique. Il est nécessaire pour le Conseil de l’Europe, dans le but de l’établissement d’une citoyenneté européenne, de créer un sentiment d’appartenance à une même culture. La connaissance du passé et la création d’une mémoire commune renforceraient les liens entre les différents peuples. Or toute construction patrimoniale est associée à un discours identitaire, ce discours étant la manière d’exemplifier l’argument principal de la construction. Ainsi, la nécessité « d’authentifier » une nation européenne passe par une construction patrimoniale, dont l’un des symboles est le chemin de Saint Jacques de Compostelle. En tant que route d’échanges intellectuels, politiques, économiques et lieu de brassage des peuples, le chemin de Compostelle est le témoin d’une vie européenne, avant même que l’Europe ne se construise ; l’idée étant de prouver les précédents de l’existence de cette identité européenne. Elle précéderait même tout projet politique, car elle serait apparue dés le Moyen-âge. Les monuments et la route en sont les principaux témoins, dont les européens peuvent s’enorgueillir, puisque c’est le résultat de la rencontre des peuples. C’est ainsi que le Conseil de l’Europe met en avant l’idée que la mémoire et l’identité européenne passeraient par une redécouverte du continent par ses propres habitants. On peut voir que la construction d’une identité est liée aux intérêts des agents sociaux qui l’élaborent et une stratégie pour légitimer un projet politique. Or, la proclamation du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle est non seulement une reconnaissance politique de sa valeur patrimoniale mais est également l’opportunité d’obtenir une couverture médiatique qui rend le chemin populaire et qui facilite le développement d’un tourisme culturel. L’un des objectifs des institutions nationales et internationales est d’inciter les européens à voyager, et particulièrement en Espagne. Le patrimoine associé à un tourisme culturel va engendrer la mise en place d’une nouvelle image du territoire. Il devient le support d’une politique de revitalisation du nord de l’Espagne. De plus, le tourisme est un élément décisif dans la diversification des activités des régions industrielles en déclin. C’est le cas des régions traversées par le chemin, en Espagne, dans les années 1980, qui se sont reconverties dans un nouveau secteur d’activités. Le tourisme devient l’un des principaux débouchés des régions par lesquelles passe le chemin de Saint-Jacques, le flux de pèlerins croissant et l’augmentation du flux touristiques permettant le développement des économies locales.

19Le gouvernement régional de Galice est le précurseur du développement d’une politique touristique autour du chemin de Saint-Jacques et le principal bénéficiaire de l’identité européenne prônée par les institutions. A l’époque de l’entrée de l’Espagne dans la communauté européenne, le tourisme change de visage. L’image touristique de masse de l’Espagne communément vue comme « sol y playa » ne fait plus l’unanimité. Le touriste est en demande d’un tourisme de « qualité » dans lequel le patrimoine culturel acquiert une place privilégiée. L’offre culturelle doit donc se diversifier pour attirer un maximum de voyageurs. La protection de l’environnement et le patrimoine deviennent des éléments essentiels de la nouvelle demande touristique. Les régions espagnoles traversées par le chemin instaurent une politique de conservation et de préservation des éléments culturels du pèlerinage, comme les fontaines, les ponts, les églises, les auberges et hôpitaux. Le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle devient un produit touristique à part entière. Toutefois, ses aspects religieux et culturels et naturels le différentient des produits courants. Si le produit « Chemin de Saint-Jacques » fait partie de ce que l’on appelle le tourisme religieux, il doit être mis en relation avec d’autres comportements propres aux nouveaux modes de vie qui conçoivent le tourisme et le voyage comme une nécessité. Ainsi, la découverte du chemin de Saint-Jacques et des populations qui le jalonnent, notamment en dehors d’un contexte urbain, permettrait de faire partager aux voyageurs un mode de vie oublié, à travers le contact des populations locales et le partage d’une gastronomie typique et le développement d’un artisanat locale, tourisme rural. Le retour à une vie « tranquille », figée dans le temps, serait l’une des caractéristiques du succès de l’itinéraire culturel, dans son sens touristique. Par conséquent, la découverte d’un patrimoine culturel, naturel et semblant se détacher d’une conception consumériste du tourisme de masse, permet au voyageur d’initier un voyage authentique, de la même manière que le pèlerin du Moyen-âge le faisant auparavant.

20L’ensemble de ces caractéristiques donne donc au chemin de Saint-Jacques de Compostelle un fort potentiel touristique. L’authenticité revendiquée, bien que construite par les institutions et les différents acteurs, permet de valoriser le chemin en tant que produit et construit donc une dynamique de croissance, basée sur un tourisme alternatif.

21Par ailleurs, le chemin de Saint-Jacques et la ville en elle même deviennent l’une des meilleures vitrines espagnoles lors des années saintes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les institutions ont doublé le nom d’années saintes, par le nom d’année « jacobeas », afin d’adjoindre au caractère religieux une connotation culturelle et touristique. Les années saintes sont l’occasion de célébrations religieuses importantes. Depuis 1993, elles sont doublées d’une politique touristique de la part de l’Espagne entière, mais surtout de la région de Galice. L’image du pèlerin est au centre de la politique touristique, il devient une image de promotion. Si bien que selon un article bien que selon un article de el Mundo, datant du 31 décembre 2004, douze millions de visiteurs se seraient arrêtés à Saint-Jacques, tant pour les commémorations relatives à l’année sainte que pour les deux-cents activités prévues en son honneur, par les autorités civiles. Les fêtes religieuses se sont donc juxtaposées aux concerts de groupes de rock and roll, tel Muse en 2010 ou encore la figure mythique de Bob Dylan en 2004. La ville est en fête, pour célébrer son saint et il est difficile de séparer les religieux de l’extra religieux. Unis dans un même projet de mise en valeur de la ville et du chemin de pèlerinage qui y mène, l’Eglise et les institutions politiques s’accordent pour mettre en valeur une image de Saint-Jacques de Compostelle fédératrice. L’année sainte est le meilleur exemple d’une mise en exergue d’un phénomène qui, bien que recouvrant des significations différentes selon les acteurs, permet à chacun d’atteindre son but, qui en fait est le rassemblement autour d’un patrimoine, qu’il soit religieux ou laïc. C’est justement ce qui fait la particularité du chemin de Saint-Jacques de Compostelle : l’englobement de l’histoire mythique du Saint et la juxtaposition d’une identité historique, impulsée par les acteurs qui se conjuguent pour attirer les touristes et les pèlerins qu’ils soient ou non de confession catholique.

Conclusion

22Ainsi, l’investissement des différents acteurs du chemin entraîne l’attribution d’une valeur symbolique consensuelle européenne, basée sur une prétendue mémoire du pèlerinage, au service de chaque acteur de la patrimonialisation.

23L’acteur civil, regroupé en association, cherche à sauvegarder et à faire perdurer une mémoire pèlerine, au travers de la conservation des éléments et des valeurs du pèlerinage. L’hospitalité et l’amitié seraient le fer de lance de cette tradition que chaque association se donne pour rôle de perpétuer, que ce soit par la recherche ou par l’intérêt qu’elles portent aux pèlerins. L’Eglise, acteur historique de la route, puise dans le pèlerinage un moyen de rappeler les racines chrétiennes de la mémoire européenne. Si elle ne s’occupe plus exclusivement de l’accueil des pèlerins, elle reste néanmoins associée aux valeurs de la route et intègre le pèlerinage dans sa politique de Nouvelle évangélisation, notamment durant les manifestations des années saintes. Le Conseil de l’Europe et les états nationaux voient dans le Chemin de Saint Jacques de Compostelle le symbole d’une identité européenne, dont le patrimoine en est l’étendard. La mise en valeur des éléments culturels et religieux serait un moyen de raviver la conscience unificatrice du peuple européen, mais serait la base d’une stratégie touristique et culturelle qui a permis le développement alternatif des régions industrielles espagnoles en déclin, comme en Galice. Alors que la conception d’un patrimoine peut se révéler différente selon les acteurs qui la définissent, on constate que celle du Chemin de Saint-Jacques est assez unanime. Chaque acteur trouvant approximativement son compte dans la mise en avant d’une identité européenne du chemin. On remarquera alors que Saint Jacques de Compostelle, d’identifiant nationaliste et belliqueux est devenu un référant d’une identité européenne pacifique. L’ironie réside dans le fait que ce symbole d’une identité fondée sur les droits de l’homme est toujours le symbole aujourd’hui de l’armée espagnole.

24Néanmoins, à travers la mise en valeur du chemin qui y mène, Saint-Jacques de Compostelle et ses reliques conservent un rôle déterminant. La revitalisation contemporaine du chemin confère à celui-ci une existence propre qui n’exclut pas le rôle du saint mais l’englobe dans une structure séculaire qui fait du chemin le principal but à atteindre.

Haut de page

Bibliographie

Ballester, José-Maria, « Los caminos de Santiago. Itinerario de peregrinacion y via de civilización», Patrimonio mundial, Vol. marzo 2007, n° 45, , 2007, pp. 32-39.

Caucci Von Saucken, Paolo, « Formas y perspectivas de la peregrinacion actual» Compostellanum. 1991, Vol. juillet- décembre 91, n°36.3-4, 1991, pp. 383-399.

Cerezales, Nathalie, Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, vers une redynamisation du pèlerinage au delà du fait religieux, Mémoire de master 2, soutenu en juin 2009, 118p.

Davallon, Jean, « Comment se fabrique le patrimoine ? », Sciences Humaines, , n°36, mars/avril/mai 2002, http://www.scienceshumaines.com/comment-se-fabrique-le-patrimoine-jean-davallon_fr_12550.html, consulté le 20 décembre 2010.

Davallon, Jean, Le don du patrimoine, une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Lavoisier, 2006, 222p.

Di Meo, Guy, « Processus de patrimonialisation et construction de territoires », archives.ouvertes.fr, halshs, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934/en/, mis en ligne le 26 mai 2008, consulté le 28 novembre 2010.

Dupront, Alphonse (sous la direction de) La Quête du Sacré: Saint-Jacques de Compostelle, puissance du pélerinage. Turnhout, Brepols, 1985, 255p.

Glevarec, Hervé, Saez, Guy, Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française, 2002, 412p.

Hervieu-Leger, Danièle. Le pèlerin et le converti: la religion en mouvement. Paris, Flammarion, 2001, 289p.

Jean-Paul II, « Acte européen » de Saint-Jacques de Compostelle (Espagne) , 9 novembre1982 , 1982, 1129p.

Mouriño Lopez, Eva, Activacion patrimonial e ritualizacion no proceso de revitalizacion do Camiño de Santiago (thèse de doctorat.), Santiago de Compostela, 2001, 432p.

Pericard-Mea, Denise, Brève histoire du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, Gavaudun, Editions Fragile, 2004, 40p.

Pericard-Mea, Denise, Mollaret, Louis, Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial, Cahors, La Louve Editions, 2010, 361p.

Reinosa, Carlos, “El camino de Santiago hacia una nueva identidad?” dans Blanco Vila, Luis (sous la direction de), El camino de Santiago, cursos de verano del Escorial 93-94, Madrid, Editorial Complutense,1995, pp. 38-46.

Rautenberg, Michel, La rupture patrimoniale, Bernin, A la croisée, 2003, 173p.

Roseman Sharon, R, FIFE, Wane, «Souvenirs and cultural politics in Santiago de Compostella». International Journal of Iberian Studies. Intellectual Ltd, Vol. 21, n°2, 2008, pp. 109-130.

Valdeon, Julio, «Entrevista con Julio Valdeon». Peregrino, Vol mars 1999,n° 63, 1999, pp. 28-29.

Webographie :

Site de comptabilisation du pèlerinage de l’archidiocèse de Compostelle :

http://www.archicompostela.org/peregrinos/Estadisticas/estadisticas2006.htm#POR%20ITINERARIOS, consulté le 28 décembre 2010.

Sur le Voyage du pape en Espagne :

http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/voyage-de-benoit-xvi-en-espagne/a-saint-jacques-benoit-xvi-pelerin-et-apotre-de-la-nouvelle-evangelisation-de-l-europe.-9983.html, consulté le 15 décembre 2010.

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/homilies/2010/documents/hf_ben-xvi_hom_20101106_compostela_fr.html

Article de presse concernant l’affluence pendant l’année sainte 2004 :

http://www.elmundo.es/elmundo/2004/12/30/cultura/1104434729.html

Site du Conseil de l’Europe :

http://www.coe.int/aboutCoe/ consulté le 19 février 2009

Haut de page

Notes

1 Valdeon , 1999, p. 28.

2 Mouriño, 2001, p. 66.

3 Pericard-Mea, Mollaret, 2010, p.19.

4 Von Saucken, 1991, p. 386.

5 Mouriño, 2001, p. 104.

6 Glevarec, Saez, 2002, p. 201.

7 Davallon, 2002, p. 4.

8 Ibid., 2002, p. 121.

9 Jean-Paul II, 1982, p. 1129.

10 Mouriño Lopez, 2001, p. 103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Cerezales, « Santiago de Compostela, vers une redéfinition patrimoniale du chemin de pèlerinage », Conserveries mémorielles [En ligne], #14 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/1656

Haut de page

Auteur

Nathalie Cerezales

est doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de María Bolaños (université de Valladolid) et de Dominique Poulot. Ses recherches portent sur la patrimonialisation de l’objet catholique dans l’Espagne contemporaine, à travers l’étude des musées d’art et de culture religieux et des expositions temporaires. Elle a notamment édité avec Dominique Poulot le dernier numéro de la Revue Histo.art. Travaux de l’École doctorale d’Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne , ayant pour titre : « Goûts Privés et enjeux publics dans la patrimonialisation XVIIIe-XXIe siècles » ( n°4, 2012, 396 pages, publié aux Publications de la Sorbonne).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals