Navigation – Plan du site

Utopie et nostalgie : approches croisées

Karine Basset et Michèle Baussant

Tout au long du XXème siècle, la notion d'utopie a été porteuse d'une connotation essentiellement négative, associée d'abord aux dérives totalitaires des grands systèmes politiques, puis à l'utopie technicienne ou technico-scientifique. Cependant, elle tend, ces dernières années, à être de plus en plus investie d'une valeur positive, comme promesse d'un nouvel humanisme et d'une réouverture du futur par l'imaginaire social. Ce « désir d'utopie », alimenté pour partie par l'existence de « micro-récits », portés par des individus ou des groupes, s'énonce comme modalité de résistance possible à un présent ultralibéral et aux maux systémiques qui l'accompagnent: « crise environnementale », déstructuration des liens sociaux, marchandisation généralisée des biens, des services, voire de l'ensemble du vivant etc ... Il s'incarne dans un rapport à et une pensée de l'espace, laquelle a fourni parmi les plus grands récits utopiques des 19e et 20e siècles, et au temps, où le passé constitue la valeur fondatrice de l'utopie dans une perspective nostalgique, où il s'agit de recouvrir les aspirations et les promesses non advenues. Pourtant la notion de nostalgie elle-même semble a priori dessiner un rapport au temps, conçu comme irréversible, opposé à celui projeté par le concept d'utopie.

Si l'acception péjorative de l'utopie et de la nostalgie l'emporte souvent, dans le sens commun, sur leur prise en considération comme catégories analytiques et/ou comme objets historiques, dans le même temps, les modalités et les processus par lesquelles elles émergent et "s'incarnent", notamment dans des lieux, ont suscité un intérêt croissant dans les recherches en sciences humaines et sociales : la première est repensée notamment à la lumière du projet analytique d'un des principaux penseur de l'utopie, le philosophe Ernst Bloch; tandis que la seconde est devenue, à la suite de la notion de mémoire, l'un des nouveaux paradigmes pour saisir les formes de réflexivité qui accompagnent la conscience d'une histoire, dans le cadre de fortes mutations sociales, politiques et idéologiques.

Cependant, peu de travaux ont cherché à les croiser, du fait notamment de l'absence d'outils analytiques pour penser l'articulation, dans les expériences individuelles et collectives, de ces catégories perçues comme antinomiques, renvoyant à des clivages bien établis (progrès/réaction, passéisme/progressisme…). Il n'en demeure pas moins qu'un certain nombre de terrains d'études empiriques se voient aujourd'hui confrontés à la récurrence d'une « mise en tension » entre ces deux pôles: celle-ci se manifeste non seulement dans les discours, les actions et les pratiques mis en œuvre par des individus et des collectifs, mais aussi dans les opinions extérieures émises sur ces derniers, qualifiés tour à tour, voire simultanément, d'utopiques et de passéistes. Or utopie, comme nostalgie, en tant qu'imaginaires sociaux, sont moteurs, créateurs d’histoire. Comment penser des formes de contestation du présent et de projection d’un ailleurs (temporel et spatial) qui s’enracinent dans une idéalisation du passé ? Dans quels espaces se déploient-elles, de la création littéraire à des modes d’engagement collectif, pour y forger une vision du monde à part entière, ancrée dans un moment historique singulier?

Dans le cadre de cet appel, nous souhaiterions engager une réflexion interdisciplinaire, sur la base de travaux fondés sur des études de cas et des données empiriques, autour des articulations possibles entre ces deux formes d’un rapport au temps, généralement considérées a priori comme opposées et contradictoires. Résolument ouvert sur une pluralité d’approches et d’objets, et en particulier aux travaux de jeunes chercheurs, le contenu de cette publication se structurera autour de trois orientations principales :

1°) Donner une consistance empirique aux concepts d'utopie et de nostalgie, en les questionnant à travers des objets concrets. Nous tenterons ainsi de sortir l'"utopie" d'une approche quasi-exclusivement théorique et la "nostalgie" d'une approche empirique récente mais prêtant à débat. Nous nous interrogerons également sur l'apport - mais aussi les limites éventuelles - de ces concepts à la compréhension de processus sociaux très divers.

2°) Penser l'articulation, la mise en tension des deux concepts d'utopie et de nostalgie, en questionnant notamment la contradiction apparente des temporalités qu'ils agencent (l'un tourné vers le futur, l'autre vers le passé). Nous mettrons l'accent sur des moments ou sur des "fait" sociaux qui semblent favoriser cette mise en tension ou cette articulation (ex.: transformation de l'utopie en nostalgie). Des temps forts (dans le champ européen) se sont ainsi dégagés au cours de nos séminaires, qui pourraient structurer chronologiquement notre réflexion, sans être pour autant exclusifs : l'expérience coloniale, les années 1950, 1968, 1989 et la recomposition du monde post-soviétique.

3°) Le troisième axe est plutôt à prendre comme un principe général. Les approches proposées dans cette publication s'inscriront explicitement dans une tentative de revalorisation des concepts d'utopie et de nostalgie, en tant que nous les considèrerons comme recélant des significations fortes que les contributions se proposeront précisément d'éclairer, voire comme porteurs de potentialités de critique et de changement social. Ce qui exclut les définitions "faibles" ou péjoratives de ces concepts.

Les propositions de communications seront envoyées avant le 15 février 2015 à Karine Basset (basset[point]karine@gmail[point]com) et Michèle Baussant (michele[point]baussant@mae[point]u[tiret]paris10[point]fr). Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais.

  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals