Navigation – Plan du site

Des poussières et du temps, notion de temporalité hétérochrone chez Jacques Rancière et Jean-Marc Desgent

Of dust and times : heterochronous temporality in jacques rancière's les mots de l'histoire and jean-marc desgent's vingtièmes siècles
François Gagnon

Résumés

En m’appuyant sur le recueil Vingtièmes siècles du poète Jean-Marc Desgent, je compte vérifier l’hypothèse de Jacques Rancière développée dans Les mots de l’histoire, essai de poétique du savoir, selon laquelle l’histoire savante construit un récit en se nourrissant de vocables sans référence fixe – hérésie, révolution, démocratie, despote, etc. – qu’elle s’en accapare pour désigner des évènements particuliers – par exemple, la mort, du roi Philippe II, le 13 septembre 1598 – bref, qu’elle fabrique l’histoire en quelques tours de littérature. À rebours, c’est dire aussi que la littérature forge et produit du temps historique inédit. Ainsi, dans le recueil poétique Vingtièmes siècles, en démultipliant les mots « charnier » et « poussière », Jean-Marc Desgent construit une temporalité fragmentée, trouée, mais habitable. L’évocation répétée des poussières et le vertige des points de suspension caractérisent cette temporalité hétérochrone du XXIe siècle, qui fait l’expérience d’un temps saccadé, aux accents multiples qui n’ignorent pas la répétition et la doublure, comme l’indique l’utilisation décalée du pluriel dans le titre du recueil Vingtièmes siècles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : des breloques

  • 1 Cycle qui s’achève, malgré le brio conceptuel de Ricœur, sur « l’aveu du mystère du temps » (RICOEU (...)

1La notion de temporalité hétérochrone (ou hétérochronie, terme formé des mots grecs heteros et chronos) signifie littéralement un autre temps. Aborder la temporalité d’un « autre temps » relève d’un décalage. C’est un chaînon qui se détraque dans la ligne directrice, une coquille qui se glisse dans la machinerie du temps quotidien et dérègle le cours normal du temps physique. Pour la science historique canonique, cet autre temps s’entrevoit comme une disparité d’un temps à un autre, comme un anachronisme aberrant et fautif qu’il faudrait à tout prix éviter. C’est Jules César tué d’un coup de révolver, selon l’image de Lucien Febvre (DIDI-HUBERMAN, 2000 : 29). Par contre, suivant une poétique du savoir telle qu’élaborée par Jacques Rancière, la disjonction des temps s’avère riche en enseignements. Elle permet notamment de dépasser une aporétique du temps (un ensemble de propositions contraires et insolubles), telle qu’analysée notamment par Paul Ricœur dans les trois tomes de Temps et récit1. Les brèches temporelles marquent la possibilité de comprendre des temporalités désynchronisées, non rectilignes, accélérées, en suspens, basculées, abolies. Ce sont de telles temporalités composites qui se donnent à lire dans le recueil du poète québécois Jean-Marc Desgent, Vingtièmes siècles, dont l’utilisation décalée du pluriel dans le titre du recueil laisse déjà entrevoir une simultanéité de temps disparates au sein d’un même laps de temps. Notre propos pour ce bref article sera d’expliciter comment la poésie peut jouer de l’hétérochronie et tendre vers de nouvelles représentations de l’histoire.

2Le saccage des vers dans Vingtièmes siècles engage une sensibilité particulière à la chute matérielle, à la ruine des corps, au passage désastreux du temps : « J’ai l’histoire dans le cœur imparfait (DESGENT, 2005 : 24) », avertit le poète, et plus loin : « On est cœur tombé / qu’on ne parvient plus à rattraper. / Ce sont plusieurs détruits (DESGENT, 2005 : 33) ». Considérant l’écriture historique du point de vue littéraire, un rapport d’effritement, d’émiettement entre les rythmes de l’histoire et les conditions de l’intelligibilité historique s’articule. Comment tracer dès lors une démarcation entre la ligne de l’historialité et celle de la littéralité ? Comment distinguer la multiplicité des temps vécus, souvenus, imaginés dans les romans, les poèmes, les mémoires, les journaux intimes, avec l’apparence d’un temps unique, celui inamovible de l’Histoire, qui apparait dans les manuels scolaires ? La réponse, selon le philosophe Jacques Rancière, tiendrait dans les possibilités d’une « poétique du savoir », qui se définit ainsi :

l’étude de l’ensemble des procédures littéraires par lesquelles un discours se soustrait à la littérature, se donne un statut de science et le signifie. La poétique du savoir s’intéresse aux règles selon lesquelles un savoir s’écrit et se lit, se constitue comme un genre de discours spécifique. Elle cherche à définir le mode de vérité auquel il se voue, non à lui donner des normes, à valider ou à invalider sa prétention scientifique. […] Seule la langue des histoires était apte à marquer la scientificité propre de la science historique : affaire non de rhétorique, mettant la jeune science en accord avec les préjugés des vieux maîtres et les règles de l’institution, mais de poétique, constituant en langue de vérité la langue aussi bien vraie que fausse des histoires(RANCIÈRE, 2014(1992) : 19-20).

  • 2 Cette confusion ou décalage homonymique est évident dans le nominatif même d’« histoire », toujours (...)

3Pour Rancière, le régime de vérité de la science historique ressort moins d’une objectivité scientifique, que d’une manipulation poétique des archives donnant corps à de la paperasse. C’est dire que la spécificité des temps se mesure non seulement dans la configuration/refiguration d’une intrigue (pour reprendre les termes de Ricœur), mais aussi, suivant une compréhension plus large de l’écriture historique englobant la grammaire et la syntaxe, dans « l’aménagement interminable et interminablement polémique du vocabulaire des nominations », dans les « manières de disposer des sujets, des compléments et des attributs, de jouer de la conjonction et de la subordination, du présent et du passé des verbes (RANCIÈRE, 2014(1992) : 19) ». Il y a histoire parce qu’il y a excès de parole, nous dit Rancière, et si la poétique entre en compte dans le travail de l’historien, c’est que la « confusion anachronique et homonymique tient à ce que les mots de l’histoire sont des noms (RANCIÈRE, 2014(1992) : 61)2 ».

  • 3 Les points de suspension terminent ce poème particulièrement révélateur d’une vision ruineuse des t (...)

4Il y a donc un déphasage à la base de toute hétérochronie. Le terme hétérochrone provient d’abord des domaines génétiques et médicaux, il signifie dans le cas d’une pathologie d’une production qui se fait à une époque anormale. Au-delà d’une chronologie rectiligne, les temporalités hétérochrones proposent un réaménagement du futur et du primitif, du présent et de la mémoire. Soit par juxtaposition, soit par répétition, soit par ellipse ou divers procédés de hachure du temps (rupture, effacement, enjambements, etc.), les temps hétérochrones testent différentes configurations du temps : cybernétique des cavernes ou paléographie des hologrammes – « J’ai tenté de les faire tenir sur Terre dans une enfance ; ils ont déjà été moins anges et davantage poussières. J’ai provoqué leur chute dans le sang que je vois ou que je dis… (DESGENT, 2005 : 25)3 » Se concentrant spécifiquement sur l’écriture poétique, notre hypothèse est qu’un tel phénomène hétérochrone survient typographiquement dans les points de suspension, les poussières, les et caetera et les virgules en fin de vers. Prenons par exemple un poème ultérieur de Jean-Marc Desgent, intitulé « Le fantôme des tambours et trompettes » :

J’adevine le bouleversé,
pourquoi regretter quelque chose,
je parle aux absences,
c’est une conversation avec les gros nuages,
des choses pendantes des breloques,
un crâne au bout d’une corde,
du fer comme à l’âge de fer,
de la pierre comme à l’âge des roues qui tournent,
une minuscule planète ventre vide tête morte,
carcasses noires sur carcasses bleues,
taïgas désertées bêtes éteintes,
moi vieille sorcière qui ne dort pas(DESGENT, 2013 : 26).

5Les virgules qui marquent systématiquement la fin des vers instaurent un régime temporel particulier. Elles deviennent les seuls rares éléments métronomes à travers le fatras irrégulier de l’histoire. Elles aménagent un temps d’arrêt, répétitif, au milieu d’un roulement cacophonique marqué par l’allitération d’un engrenage cassé (breloque, crâne, corde, carcasse) et la répétition de certains mots (âge, fer, carcasse). Or, ce roulement des siècles tourne à vide, se manifeste par l’absence, le vide, le désert, l’insomnie… Les virgules répétées ne sont ni formellement nécessaires (la poésie moderne tend à effacer ces marques typographiques, tout comme la majuscule à l’initiale des vers), ni syntaxiquement respectées (puisqu’aucune virgule n’apparait à l’intérieur des vers), elles ne correspondent non plus à des divisions syntaxiques courantes (ce poème n’est pas assimilable à une phrase répartie en vers), ni à des simples parataxes – ces virgules, donc, participent à l’instauration d’un régime temporel saccadé, prosaïque au sein même du poème, baroque et ruineux : hétérochrone. Elles figurent en quelque sorte les grains de sable qui brisent l’engrenage temporel. Ainsi, la reprise en écho d’un moment de suspension mime la marche hasardeuse du XXe siècle, siècle de tous les recyclages. Allons plus loin. « J’adevine le bouleversé », affirme Desgent. Mais de quel temps provient ce verbe « adeviner » ? Un coup d’œil dans le Glossaire de la langue romane de 1808, par J. B. B. Roquefort, donne un élément de réponse. Il renvoie au terme « adevinal » qui désigne : « énigme, chose obscure, conjecture, soupçon ; divinatio (ROQUEFORT, 1808 : 21) ». De fait, « adeviner » signifie « deviner »… Ainsi le poète devine le bouleversé, et un temps hétérochrone se déploie en saccade : de l’âge de fer à l’âge de la pierre, à l’âge des roues qui tournent, aux taïgas abandonnées, désertées après l’échec des utopies; l’histoire n’a plus de ligne directrice depuis belles lurettes. À travers le fantasme de la divinatio, comme un prêt sur le devenir, il persiste des fragments médiévaux, des miettes de temps tordues, découpées puis jetées dans la marmite de la sorcière qui en brasse du bouillon pour les crapauds et les vieux Français.

Rancière : de la boue

  • 4 Élaboré en 1987-88 lors d’un séminaire au Collège international de philosophie, ce livre est publié (...)

6Le philosophe et professeur d’esthétique Jacques Rancière est reconnu pour ses ouvrages où les réflexions historiques s’entrecroisent à des considérations sur la littérature et le politique. Dans le cadre restreint de cet article, je me concentrerais sur les aspects historiques et littéraires de son œuvre. J’utiliserai essentiellement le petit essai intitulé Les mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir4. Avant d’aborder cet ouvrage, il faut dire comment la notion d’hétérochronie se rattache à la pensée du philosophe. Il faut dire que Rancière n’utilise pas directement ce terme dans ses écrits, recourant davantage à la notion d’anachronisme. Le principe de temporalité hétérochrone permet néanmoins de saisir la portée novatrice de ses observations – qu’il sera possible de prolonger en les mettant à l’épreuve d’une œuvre marquante de la poésie québécoise contemporaine (en troisième partie).

  • 5 Sur l’anachronisme, voir Giorgio Agamaben. Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, Payot & Rivages, (...)

7Une formule résume bien le projet du philosophe, elle se trouve dans un article ultérieur au titre éloquent, « Le concept d'anachronisme et la vérité de l'historien » : « l’histoire se constitue comme science en résolvant par des procédures littéraires des questions philosophiques qu’elle évite de se poser comme telles (RANCIÈRE, 1996 : 63) ». Il affirme de même : « l’anachronisme est un concept poétique qui tient lieu de règlement philosophique de la question portant sur le statut de vérité du discours historien (RANCIÈRE, 1996 : 63)». Pour comprendre la portée d’une telle assertion, il faut noter que la poétique est conçue par Rancière comme une tekhnè, à savoir une production artisanale de l’histoire. Dans cette optique, les anachronies sont des mots, des évènements ou des significations qui prennent le temps à rebours et induisent une expérience autre du temps linéaire. Ils agissent comme des leviers heuristiques, où le décalage qui perdure opère comme dynamiteur de la compréhension. Pour Rancière, ces écarts sont effectivement doués « de la capacité de définir des aiguillages temporels inédits, d’assurer le saut ou la connexion d’une ligne de temporalité à une autre (RANCIÈRE, 1996 : 67) ». La notion d’anachronisme est ainsi apparentée à celle d’hétérochronie, en ce sens que les deux termes renvoient à une temporalité inactuelle, produit par une mosaïque de temps. Ces deux termes (voir aussi surchronie, chronosémie, allochronie ou court-circuit morphique chez Pascal Quignard…) connaissent d’ailleurs une belle fortune spéculative récente, alors que certains philosophes en font les symptômes d’une expérience fragmentée du temps contemporain. Chez des auteurs comme George Didi-Huberman, Pascal Quignard ou encore Giorgio Agamben, une telle expérience temporelle (sous les traits de la déviance, la défaillance, l’inorientation du temps) est effectivement la marque d’une sensibilité post-historique propre à la contemporanéité du vivre-ensemble5.

  • 6 Rancière est très discret sur Ricœur, il ne lui consacre qu’une brève mention.

8Avec Les mots de l’histoire, Rancière analyse ce principe anachronique tout en menant de front une critique de l’écriture historique. Il se positionne d’emblée dans le sillage des travaux de Paul Ricœur. Tout comme ce dernier, Rancière poursuit un questionnement épistémologique quant à la construction du discours historique. Cependant, Rancière étend sa conception de l’histoire sur tous les plans du discours (le rythme, les temps de verbe, la syntaxe), et non plus strictement au cadre du récit, scène répétée, avortée de la narrativité (RANCIÈRE, 2014(1992) : 28)6. Pour Rancière, les historiens s’attachent avant tout à se démarquer de la littérature en adoptant certains critères d’objectivité. En recourant à une inspection rigoureuse des sources et à une critique des documents, ces commentateurs universitaires s’opposent à la fiction du roman historique, ainsi qu’à la vieille chronique médiévale ou qu’à l’ancienne école positiviste, bref aux anciens modèles de savoir. Cependant, selon Rancière, ces critères d’objectivité et de méthodologie sont eux-mêmes des effets de littérature, qui ne constituent qu’un nouveau paradigme de savoir, ni plus ni moins pertinent que les précédents. Pour lui, la spécificité d’une science historique ne tient pas à des chaînes objectives de faits et de causalités, mais plutôt à des procédures poétiques – c’est-à-dire des manières d’ordonner les noms, d’agencer la syntaxe et les temps de verbe et de jouer de l’indétermination foncière des homonymes, où il s’agit de mesurer l’écart entre une révolution et la Révolution : « le fantôme originel du savoir social, c’est la révolution comme anachronisme, la révolution en habits et discours à l’antique. La révolution fait événement et bouleversement communs de l’anachronisme, de la différence temporelle à soi-même, qui est le propre de l’être parlant (RANCIÈRE, 2014(1992) : 55) ». Si Ricœur insiste surtout sur la mise en récit ou la narrativité que toute histoire savante accomplit forcément, Rancière pour sa part appuie sur les principes de nomination et d’indiscernabilité de ces nominations (« le manque des mots à se désigner adéquatement (RANCIÈRE, 2014(1992) : 61) ») pour rendre à la phrase historienne toute sa souplesse épistémologique. Conséquemment, pour rendre compte d’une nouvelle historicité, l’historien doit inventer une nouvelle poétique : « la révolution historienne, c’est l’aménagement d’un espace de la conjonction des contradictoires (RANCIÈRE, 2014(1992) : 18) ».

  • 7 À ce dernier terme, Rancière dit préférer la périphrase « révolution des structures poétiques du sa (...)

9Créer une nouvelle poétique historique, c’est ce qu’avait réussi Fernand Braudel, l’un des principaux historiens de l’école des Annales. Comme le démontre Rancière dans le deuxième chapitre de son livre, Braudel parvient à créer un nouveau mode de récit lorsqu’il instaure une coupure épistémologique7 en déplaçant le regard historien sur le temps long géographique et non plus le temps évènementiel des guerres et des sacres. Avec son ouvrage classique La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Armand Colin, 1949), Braudel défait effectivement l’ancien paradigme de l’histoire « royaliste-empiriste », celle des grands rois et de la politique militaire. Braudel s’attarde plutôt aux acteurs anonymes de la longue durée : la Méditerranée, le peuple français, la masse des pauvres, les ambassadeurs. Or, Braudel n’en trace pas moins le portrait du roi Philippe II. Mais il nous le montre à son bureau, en train d’annoter des lettres, des contrats et autres décrets bénins, et non en action sur le champ de bataille. Braudel écrit ainsi :

Historiens, nous l’abordons mal : comme les ambassadeurs, il nous reçoit avec la plus fine des politesses, nous écoute, mais répond à voix basse, souvent inintelligible, et ne nous parle jamais de lui. […] Sa tâche, le Roi la voit dans une interminable succession de détails. Pas une de ses notes qui ne soit un petit fait précis, un ordre, une remarque, voire la correction d’une faute d’orthographe ou de géographie. Jamais, sous sa plume, d’idées générales ou de grands plans. Je ne crois pas que le mot de Méditerranée ait jamais flotté dans son esprit avec le contenu que nous lui accordons ni fait surgir nos habituelles images de lumières et d’eau bleue (Cité dans RANCIÈRE, 2014(1992) : 25-26).

10Pour Rancière, ce qui se donne à lire ici est un non-lieu. C’est la mort de l’ancienne histoire grâce à des mots indécidables. Voyez la tournure de Braudel : « Historiens, nous l’abordons mal… il nous reçoit ». Nul lecteur ne croira jamais que Fernand Braudel soit effectivement accueilli par le roi Philippe II, pourtant Braudel nous laisse imaginer les historiens debout, par-dessus l’épaule du roi, à épier le moindre de ses traits. La présence surprenante de l’historien dans le cabinet du roi est un effet de style. Écrit au présent, cela donne le ton caractéristique de la Nouvelle Histoire : présent de l’immanence, simultanéité de la vérité du roi et de l’historien. Alors que les vieux chroniqueurs médiévistes écrivaient au passé (au temps de l’aoriste) pour marquer une distance objective, le temps grammatical de la longue durée est le présent. Un présent qui s’érige sur un vide, vide syntaxique créé par l’utilisation d’une phrase nominale, sans verbe : « Jamais, sous sa plume, d’idées générales ». C’est la souveraineté du présent, règne du présentisme. Le roi est ici insignifiant, ce qui compte c’est la paperasse inutile qu’il remplit et qui va fournir la matière première aux historiens quelques quatre siècles plus tard… Ainsi, le « régime de vérité » de la science historique se construit comme une poétique du temps – l’objectivité du discours se fonde sur une grammaire du récit.

  • 8 L’auteur souligne.
  • 9 Rancière cite l’historien français Jules Michelet, qui mentionne le testament de l’orateur et marty (...)

11Rancière entreprend de déconstruire le discours historique en démontrant à chaque fois à quel procédé poétique correspond tel effet de vérité. Il confirme ainsi la structure poétique essentielle du savoir historique propre aux générations de l’École des Annales et de la Nouvelle Histoire : celle du règne du présentisme. Cette modalité est « l’immanence du sens à l’évènement » ou encore « la neutralisation de l’apparence du passé (RANCIÈRE, 2014(1992) : 84)8 ». Si ce mode a renouvelé considérablement la notion de vérité pour les historiens des générations de l’après-guerre, cependant la neutralisation de la distance temporelle entraînée par le règne du présent dégénère à la longue en un présentisme aplati, marasme des temps (hyper-)modernes. C’est la « boue » de la phrase nominale. Pour Rancière, la nouvelle histoire des mentalités et des anonymes, celle qui remplace l’antique histoire des rois et des orateurs, s’avère effectivement une histoire de la boue : « cette boue des villes » qui « parle à la place des tribuns9 ».

12Cette boue est encore l’histoire des charniers de la Deuxième Guerre mondiale. Si les historiens veulent dépasser une aphasie du temps présent, ils doivent trouver une autre temporalité adéquate et pour cela composer une poétique inédite. En revanche, la formation des historiens leur commande de ne pas composer d’effets de littérature… ils écrivent donc de la boue, des statistiques et des phrases nominales. À l’inverse, les poètes forgent et produisent du temps historique nouveau, introduisent des temporalités inouïes grâce à des poétiques déjouant les repères habituels de la succession chronométrée des heures et des cadrans. Dans le basculement de leurs vers, ils dressent des chronologies irrégulières :

13On naît tout maigre, on devient peu,
on reste là,
des existences à patienter dans le minuit qui dure six mois.
Le froid s’ouvre et cette porte nous mène au silence;
même un battement apeure la vie (DESGENT, 2005, 31).

Jean-Marc Desgent : des poussières

14Poète montréalais né en 1951, Jean-Marc Desgent publie régulièrement depuis le milieu des années 1970 des recueils poétiques où une écriture charnue interroge les failles du corps et du langage, explore les désirs et les pertes comme autant d’interstices temporels entre l’histoire intime et l’histoire cosmique. Desgent obtient une importante consécration critique suite à la parution de son recueil Vingtièmes siècles, récipiendaire de plusieurs prix en 2005. Il s’agit d’un ouvrage dense, aux accents multiples, éclatés, douloureux et jouissifs, tout à fait à l’image d’une sensibilité post-moderne : usage d’une temporalité fragmentaire, trouée, non linéaire, répétition ironique de l’histoire, imbrication de l’histoire et du fictif, de l’éternité dans le quotidien. Son œuvre présente une expérience à la fois faste et désastreuse du temps, ce sont des faillites sauvages, où les nerfs lâchent. Le recueil adopte un tempo fragmenté, dans les poèmes de forme aussi bien prosaïque que versifiée, pour indiquer un enchevêtrement de temporalités multiples (temps personnel, familial, national, mondial, etc.). La temporalité hétérochrone chez Desgent, multipliant les dispositifs discordants, accidents, répétitions, se lit comme une forme d’inorientation du temps, n’épargnant aucun des sujets de l’histoire :

J’ai plusieurs enfants à nourrir,
leurs machines s’activent,
ils sont une traversée,
ils retournent le silence contre lui-même,
c’est beaucoup de boxes inutiles.
Je n’entends pas leur chair périlleuse,
toute ma chair est périlleuse, je suis désolé,
mes mains noirs, désolé, mes langues calcinées, désolé,
je suis devenu en face des tempêtes,
j’ai l’histoire dans le cœur imparfait (DESGENT, 2005 : 24).

15Attardons-nous sur un poème particulier, l’un des points forts du recueil, intitulé (sur trois lignes) : « J’ai cultivé la peur, / maintenant je m’en vais par le chemin court : / les routes vont grimper et ce sera l’épuisement ». Déjà, grâce à ce seul titre, le présentisme de la Nouvelle Histoire est battu en brèche. Les temps grammaticaux (passé composé, présent, infinitif, futur) indiquent moins une linéarité qu’un chevauchement entre temps intime, temps cosmique et temps historique, chevauchement marqué ici par la répétition consonantique « p », propre à la poussière du siècle (peur, grimper, épuisement). Une temporalité hétérochrone donc, mixte, volatile mais toujours matérielle. Après un premier paragraphe consacré à la découverte par un écolier des charniers de l’histoire mondiale, voici le deuxième paragraphe du poème où se déploient à rebours les ruines du temps, de la cendre à la robe :

  • 10 On remarque notamment le mouvement qui va du présent au passé – du « c’est » au « c’était » : comme (...)

C’est dans le siècle, c’est le Grand Œuvre, poussière, retour à la poussière, c’est… rien à sauver dans ces draps de la misère, c’était… on regarde, c’était… on se regarde. La lumière tombait dans un petit village qui était un beau décor estival. Le vent passait dans les jeunes gens couchés. Les robes bougeaient (DESGENT, 2005 : 16)10.

  • 11 On note de plus l’intrication du phonème seul ([sœl]) et de plusieurs, hétérotopie (champs, plaines (...)

16La mention à une alchimie du verbe, du Grand Œuvre, permet d’entrevoir la transmutation de la boue en or. C’est le « retour à la poussière », à la grâce et à la cendre, dans un partage commun de ce que Desgent nomme quelques lignes plus bas la « mémoire du détruit ». L’hétérochronie s’éprouve ici dans la jouissance, comme un étourdissement dans les « draps de la misère », formés plus loin dans le poème par la panoplie des linceuls et des corps morts de tous les génocides du XXe siècle : « ça allait prendre des ballots, des sillons de linceuls, des champs, des plaines de linceuls, des montagnes de montagnes de linceuls, j’étais plusieurs étourdissements (DESGENT, 2005 : 17)11 ». La répétition du siècle se marque dans la poussière et les charniers, dont la présence obsédante ponctue le poème tout au long de ses trois pages : « des charniers, c’est presque partout maintenant, ça ne prend pas beaucoup de flair, on creuse, on pique, et voilà la carcasse (DESGENT, 2005 : 16) », nous dit encore Desgent. Il nomme ça le « vertical par miracle » : il s’agit de la vieille transcendance divine, jouissance perdue et retrouvée dans les fosses mêmes, verticalité des corps empilés comme seuls peuvent l’être les corps des amants, des « jeunes gens couchés » les uns sur les autres. La sensualité de la robe qui bouge, de la « petite aux fesses rebondies », participe également d’une vision défigurée du temps qui ne dissocie plus temps de guerre et temps de paix. Le poète écrit plus loin, au dernier paragraphe : « j’étais la beauté des dépouilles ensemble tordues, enchevêtrées. Il y avait là un œil et ici la tête gauche, il y avait là les mots d’amour entre deux épaules (DESGENT, 2005 : 18) ». Ces mots d’amour correspondent à la « théologie du vide », aux petits miracles au petit matin qui permettent d’affirmer la matérialité de l’éternité et de la chute (la fonction extatique du temps) : « c’est la certitude du siècle qui n’est pas de l’autre côté du monde (DESGENT, 2005 : 17) ». Que nous dit encore un tel poème sur la temporalité? Tout s’envole. « C’est… rien à sauver […] c’était… on regarde, c’était… on se regarde ». La variation entre présent et passé, entre la négation et le sauvetage, entre l’assertion et le mode réflexif (on regarde, on se regarde) participe à cette reconfiguration poétique du temps. Ainsi, la notion de temporalité hétérochrone se construit de reprises, de sauts, de chutes dans le temps, d’enjambements et de suspensions.

17L’évocation répétée des « poussières » (débris, fragments, déchets) – « j’ai tenté de les faire tenir sur Terre dans une enfance; ils ont déjà été moins anges et davantage poussières (DESGENT, 2005 : 25) » – et le vertige typographique des points de suspension caractérisent cette temporalité discordante, expérience saccadée du temps qui parvient à distendre les heures, à les suspendre à la faveur de « la chaux d’une nuit d’été, belle étoile, belle étoile et belle étoile, la chaux vive, c’est de la pensée vite, ça consume, c’est un petit miracle (DESGENT, 2005 : 18) ». La disparité des territoires et les écarts de temps agencent un nouvel espace-temps, qui incite à penser que ce temps autre constitue un matériau malléable et non une donnée stable ou fixe : « Je suis cœurs qui mangent, j’ai fait de la folie, de la prison (six mois… c’est la cellule, six mois… c’est trop court pour quelqu’un) (DESGENT, 2005 : 11) ». Au regard de quel critère prend la valeur véritable de ces six mois ? La modulation même de la syntaxe, la répétition des « six mois » et des points de suspension laisse envisager qu’il n’est pas invraisemblable d’attribuer simultanément différentes valeurs à ces « six mois »… Le processus poétique de suspension/d’extension du temps que déclenchent les points de suspension est d’ailleurs perçu de façon presque similaire par Rancière, concernant le livre de Braudel cité auparavant :

leur répétition en écho dans chaque paragraphe du récit de la mort royale et le suspens qu’ils portent jusqu’à l’extrême bord du livre dramatisent singulièrement le rôle narratif et théorique qu’ils jouent tout au long du livre : le mouvement mimé d’un départ marin vers une destination toujours hasardeuse : d’un argument vers sa conclusion, d’un cas vers sa possible généralisation, d’une conjecture vers le lieu problématique de sa vérification, d’un point de certitude, en bref, d’un espace de questions. Mais, en mimant le mouvement de cette recherche "où l’on se perd avec délices", la phrase rythme aussi le déploiement problématique du concept de temps, sa différence à soi qui superpose ou enchevêtre plusieurs méditerranées (RANCIÈRE, 2014(1992) : 127).

18Or, la différence entre l’utilisation des points de suspension chez Braudel et chez Desgent ne se trouve pas du côté de cette « multiplicité » des temps, mais dans l’effet de vérité qu’elle produit (« sur le type d’unité qui lui donne sens » écrit Rancière (RANCIÈRE, 2014(1992) : 128)). Par l’insertion habile d’un élément poétique, les points de suspension, au sein du discours historique (manipulation syntaxique décalée par rapport à la phrase supposément neutre de l’historien), Braudel attire la sphère du temps mondain vers celle du temps géographique pour construire une téléologie mercantile (déplacement des échanges méditerranéens vers le monde atlantique). En revanche, Desgent utilise les suspensions pour trouer le temps historique, l’indéterminer et le désaxer, pour ouvrir les vannes et faire surgir le temps du mythe et de l’histoire dans la vie intime :

  • 12 Certains poèmes recours systématiques aux suspensions, cf. 29, 33, 58, 59; incidemment le recueil s (...)

On se vide… On pousse un dernier mot sur le paysage : c’est moi, bel oiseau, l’Icare des lieux et la route est ouverte… On se serait cru lors d’une bataille de tranchées dans la langue qu’on n’a jamais bien assimilée… Lame aux poignets à la guerre comme à la guerre : les tueries semblent nécessaires au milieu des évènements du monde… (DESGENT, 2005 : 57)12.

  • 13 Voir celui intitulé : « C’est singulier, c’est devant, / c’est une fable, c’est trop long » (DESGEN (...)

19En établissant les éléments d’étude pour une poétique du savoir, les propos analysés plus haut de Rancière permettent d’entrevoir la conception du temps chez Desgent comme un revers de la linéarité prêtée habituellement à l’histoire canonique. Bien plus, la méthode de Rancière indique qu’au-delà de toute dichotomie trop vite tracée entre temps historique et temps « fictif » (de la fable, des annales, du mythe ou du conte pour enfants), l’écriture poétique embrasse les concordances et les discordances du temps et rend sensible une synchronicité d’expériences temporelles disparates. Si pour la science historique et la philosophie phénoménologique le temps apparaît comme une « antinomie spéculative » irrésoluble entre vie intime et circulation stellaire (RICOEUR, 1985 : 245), pour une poétique du savoir en revanche, il n’y a pas de contradiction entre histoire et fable : la fable est aussi bien fait histoire, mythe et poème13. À ce titre, un recueil comme Vingtièmes siècles devrait être lu comme un manuel d’histoire. C’est en ce sens que semble abonder l’auteur lui-même, lorsqu’il commenta ultérieurement sa démarche en lien avec le pluriel de « tous ces vingtièmes siècles synchroniques » :

Je revivais un pan de ma vie qui s’est remis à parler distinctement. Je voulais écrire mes premières années dans leur propre langue cassée, disloquée et mon XXe siècle, à moi, celui des corps brisés, démembrés. J’étais cependant en l’an 2000 et alors, tous les temps, les actualités, les événements se sont entremêlés; j’étais à la fois dans un temps et une histoire et je revivais une autre époque, une autre histoire, la mienne et celle des autres; j’étais présent au monde qui se déployait et j’étais présent à un monde qui n’existait plus (DESGENT, dans BROSSARD, 2010 : 144-145).

  • 14 Ce qui rejoint la thèse d’Alain Badiou, dans Le Siècle, Paris, Seuil, 2005 : l’auteur parvient, à l (...)

20C’est pourquoi le pluriel de Vingtièmes siècles, tout comme la répétition des poussières et des points de suspension, marque avec éloquence la notion de temporalité hétérochrone. Il n’y a pas qu’un seul XXe siècle, mais recouvrement de diverses expériences vécues de laps de temps disparates14.

CONCLUSION

21Une poétique du savoir permet de capter dans l’écriture poétique une sensibilité à l’histoire qui est sans doute plus adéquate avec la « tempête » de poussière dont parle Walter Benjamin, le tourbillon qui emporte l’ « ange de l’histoire » et cumule les ruines à ses pieds, que le récit officiel des manuels d’histoire, qui voudraient jalousement l’encadrer dans une progression factuelle : « Là où une chaîne de faits apparaît devant nous, il [l’ange de l’histoire] voit une unique catastrophe dont le résultat constant est d’accumuler les ruines sur les ruines et de les lui lancer devant les pieds. Il aimerait sans doute rester, réveiller les morts et rassembler ce qui a été brisé (BENJAMIN, 2013 (1942) : 65) ». Contre l’éternité du présent que propose le modèle historique de la Nouvelle Histoire, paradigme encore de vigueur dans la science historique actuelle, les ruines hétérochrones, les brisures et les raboutages qui se donnent à lire dans la poésie de Desgent tiennent lieu de mécanique opératoire du temps. Et cette poétique est amplement efficace : « j’ai été l’inventeur des cavernes avec ombres (DESGENT, 2005 : 36) » affirme derechef le poète. En démultipliant les siècles, Desgent parvient à détourner le cours admis du temps, et conserve ainsi une mince lèvre d’espoir toujours pour l’enfantement du futur : « Ça parlait, ça discutait vieux fusils, vieilles peaux avec de la terre, dans la terre (DESGENT, 2005 : 18) ».

Haut de page

Bibliographie

AGAMABEN, Giorgio, Qu’est-ce que le contemporain ? , Paris, Payot & Rivages, 2008, 40 pages.

BADIOU, Alain, Le Siècle, Paris, Seuil, 2005, 253 pages.

BENJAMIN, Walter, Sur le concept d’histoire, Paris, Payot & Rivages, 2013 (1942), 208 pages.

BRAULT, Jacques, Dans la nuit du poème, Montréal, Le Noroît, 2011, 50 pages.

DESGENT, Jean-Marc, Ne calme pas les dragons, Saint-Sauveur-des-Monts, La Grenouillère, 2014, 78 pages.

DESGENT, Jean-Marc « Anecdotes abandonnées, entrecroisées sur le long poème », dans Nicole BROSSARD (sous la direction de), Le long poème, Québec, Nota bene, 2010, pp.137-145.

DESGENT, Jean-Marc, Vingtièmes siècles, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2005, 64 pages.

DIDI-HUBERMAN, Georges, Devant le temps. Histoire de l’art et anachronismes des images, Paris, Éditions de Minuit, 2000, 286 pages.

LORAUX, Nicole, « Éloge de l'anachronisme en histoire », Le Genre humain, no27, 1993, pp.23-29.

RANCIÈRE, Jacques, Les Mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil, 2014 (1992), 213 pages.

RANCIÈRE, Jacques, « Le concept d'anachronisme et la vérité de l'historien », L'Inactuel, no6, 1969, pp.53-68.

RICŒUR, Paul, Temps et récit 3. Le temps raconté, Paris, Seuil, 1985, 533 pages.

ROQUEFORT, J. B. B., Glossaire de la langue romane rédigé d’après les Manuscrits de la Bibliothèque Impériale et d’après ce qui a été imprimé de plus complet en ce genre contenant l’étymologie et la signification des mots usités dans les XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles, avec de nombreux exemples puisés dans les mêmes sources et précédé d’un Discours sur l’origine, les progrès et les variations de la Langue Françoise, Paris, B. Warrée, 1808, 867 pages.

Haut de page

Notes

1 Cycle qui s’achève, malgré le brio conceptuel de Ricœur, sur « l’aveu du mystère du temps » (RICOEUR, 1985 : 489).

2 Cette confusion ou décalage homonymique est évident dans le nominatif même d’« histoire », toujours pris entre l’Histoire de la science et l’histoire dite fictive que l’on conte aux enfants le soir au lit avant de les endormir.

3 Les points de suspension terminent ce poème particulièrement révélateur d’une vision ruineuse des temps, intitulé « Les astres sont accompagnés d’objets / catastrophiques : toute la paix est impossible ». Vision catastrophique de l’histoire, ce titre est aussi un rappel d’un ancien recueil : Jean-Marc DESGENT, Théorie des catastrophes, Montréal, Les Herbes rouges, 2000, 49 pages.

4 Élaboré en 1987-88 lors d’un séminaire au Collège international de philosophie, ce livre est publié initialement en 1992 aux Éditions du Seuil.

5 Sur l’anachronisme, voir Giorgio Agamaben. Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, Payot & Rivages, 2008 : 11 : « la contemporanéité est donc une singulière relation avec son propre temps, auquel on adhère tout en prenant ses distances ; elle est très précisément la relation au temps qui adhère à lui par le déphasage et l’anachronisme » ; l’auteur souligne. Dans une perspective davantage historique, voir Nicole Loraux, « Éloge de l'anachronisme en histoire ». Le Genre humain, vol. 27, 1993 : 23-29. Et pour une poétique, voir Jacques Brault, Dans la nuit du poème, Montréal, Le Noroît, 2011 : 39 : « Celle-ci [la poésie], je l’ai considérée jusqu’à maintenant non comme une essence éternelle qui viendrait ici et là se manifester, comblant une existence autrement vide ou incomplète, mais comme une vibration hétérochronique où se distribueraient eurythmiquement le phonétique, l’accentuel, le syntaxique, le sémantique, le graphique, etc. »

6 Rancière est très discret sur Ricœur, il ne lui consacre qu’une brève mention.

7 À ce dernier terme, Rancière dit préférer la périphrase « révolution des structures poétiques du savoir » (RANCIÈRE, 2014(1992) : 73).

8 L’auteur souligne.

9 Rancière cite l’historien français Jules Michelet, qui mentionne le testament de l’orateur et martyr de la Révolution Marie Jospeh Chalier, mort guillotiné par trois fois en 1793, par un couperet érodé, manipulé par des mains néophytes : « la profonde boue des rues noires, jusque-là muette, a pris voix en lui » (MICHELET dans RANCIÈRE, 2014(1992) : 80)). Dans la démonstration de Rancière, l’important est moins la concrétude de la boue à Lyon à l’époque révolutionnaire, que l’effet de véridicité du discours qu’elle entraine : « il [le statut de vérité] donne à la boue non pas l’idée, dont nul n’a que faire, mais la voix qui lui donne corps et qui convertit les signes morts de l’écriture en leur vérité vivante (RANCIÈRE, 2015(1992) : 85) ».

10 On remarque notamment le mouvement qui va du présent au passé – du « c’est » au « c’était » : comme si le passé se concevait comme instance chronologiquement future du présent. Par ailleurs, l’utilisation caractéristique des points de suspension liés au démonstratif « c’est » est récurrente à travers le recueil (cf. 14, 15, 33, 43, 46, 63, 64), elle marque les « mécaniques du vide » (21) où « c’est Pseudo-Moi-Même qui chute » (24).

11 On note de plus l’intrication du phonème seul ([sœl]) et de plusieurs, hétérotopie (champs, plaines, montagne) de l’être que prend en charge le « je » du narrateur, dans un mouvement brownien qui va du « ça » au « je », et du « je » au multiple.

12 Certains poèmes recours systématiques aux suspensions, cf. 29, 33, 58, 59; incidemment le recueil se clôt sur ses lignes : « Les champs vagues derrière la porte sont couverts d’escaliers abattus. Derrière la porte, c’est le crâne, c’est la tête complètement maigre… On verra ça, après mon corps. » (DESGENT, 2005 : 64).

13 Voir celui intitulé : « C’est singulier, c’est devant, / c’est une fable, c’est trop long » (DESGENT, 2005 : 37).

14 Ce qui rejoint la thèse d’Alain Badiou, dans Le Siècle, Paris, Seuil, 2005 : l’auteur parvient, à l’aide de quelques poèmes, de séquences philosophiques et de pièces théâtrales, à caractériser l’« historicité de la pensée » de certains laps de temps caractérisant tout le XXe siècle. Le « siècle soviétique » se distingue ainsi du « siècle totalitaire » et du « siècle libéral ». Ce qui implique des chevauchements et des recoupements chronologiques de durées hétérogènes, définition de l’hétérochronie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Gagnon, « Des poussières et du temps, notion de temporalité hétérochrone chez Jacques Rancière et Jean-Marc Desgent », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/2690

Haut de page

Auteur

François Gagnon

Candidat au doctorat en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals