Navigation – Plan du site

La médiation culturelle pour les sourds dans le milieu muséal au Québec

Etat de la situation et présentation des publics sourds
Cultural mediation for the deaf in the museum environment in quebec. status and presentation of deaf
Ingrid Valent

Résumés

Tout au long de cet article, il est proposé d'explorer le champ de la médiation culturelle à travers l'univers de la communauté sourde. Malgré les améliorations des dispositifs de médiation culturelle en contexte muséal, il existe encore des personnes qui ne fréquentent pas ou peu les musées. Il s'agira donc de réfléchir aux difficultés rencontrées par la population sourde dans leur accès aux institutions muséales en y analysant trois thématiques : les besoins particuliers de cette communauté ; les dispositifs de médiation qui existent au Québec et ceux qui pourraient être implantés ; sans oublier les éléments pouvant constituer des pistes de solution. La recherche s'orientant selon une dynamique d'enquête exploratoire qualitative, les éléments apportés dans la communication permettront de clarifier un sujet très peu couvert tout en délimitant rigoureusement ses composantes. Le but de cet article sera de prendre conscience des différences entre les publics des musées et de sensibiliser sur les besoins d'une accessibilité globale et adéquate en fonction des caractéristiques propres à chacun d’eux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précisons que, le terme « sourd », avec une minuscule, sera utilisé en tant qu'adjectif qualificati (...)

1Lorsque les thématiques du colloque étudiant du CÉLAT de mars 2016 ont été évoquées : l’interculturalité, la transculturalité, les enjeux communicationnels et la diversité culturelle, il nous a semblé pertinent d’évoquer la préoccupation du vivre-ensemble à travers le prisme des diverses appartenances culturelles, voire plus particulièrement celles développées au sein des musées. Nous avons donc proposé de présenter les caractéristiques culturelles des Sourds1 : leur biculturalisme, leur histoire et leurs langues des signes, et de regarder comment ces institutions les considèrent et intègrent. Nous avons interrogé l'espace muséal afin de savoir si celui-ci est accessible et dispense une médiation culturelle adaptée à ces publics sourds. Puis, en conclusion, nous avons proposé des pistes de solutions afin de bonifier l’expérience muséale de ce groupe. C’est ce même parcours réflexif que nous proposons aujourd’hui.

  • 2 En correction au moment de l'écriture de cet article, celle-ci sera publiée prochainement sur le si (...)

2Nous tenons néanmoins à préciser que cet article n'est qu'un aspect de notre recherche2, laquelle se base sur une méthodologie d'enquête de terrain en regard des initiatives déjà réalisées au Québec et ailleurs.

Les Sourds biculturels

Culture assimilée

  • 3 Terme souvent employé par les Sourds.
  • 4 Par exemple, la toute dernière invention qui prévoyait réparer cette condition est l’implant cochlé (...)

3L'histoire sourde a longtemps été parsemée de résistances et d'événements sociaux en réponse à une volonté de réparer3 la condition auditive défectueuse de ses membres4. Ce réflexe de considérer la personne sourde comme un individu diminué semble prendre ses racines dans la théorie darwinienne du XIXe siècle. En effet, son écriture en pleine effervescence industrielle, prônant l'évolution supérieure de l'être humain, a contribué à l'apparition de l'oralisme, une méthode qui a permis d'assimiler le Sourd à la culture majoritaire grâce à l'enseignement et la maîtrise de la langue orale. Synonyme de suprématisme, cette dernière a ainsi participé à connoter comme inférieure la langue signée (BLAIS, 2006 : 9). De nombreux congrès internationaux, dont celui de Milan en 1880, ont également conduit à privilégier l'approche oraliste, puisque celle-ci favorise une communication symétrique entre les Sourds et les entendants. Malheureusement, les avantages surestimés de « l'approche audio-centrique » (BENOIT, 16 octobre 2013) de la culture majoritaire, laquelle considère l'audition au centre de tout, n'ont abouti qu'à instaurer une société définissant la surdité comme une déficience (GAUCHER et VIBERT, 2010 : 165). C’est la combinaison de ces éléments qui a conduit à qualifier le Sourd de limité, ce qui est encore le cas aujourd'hui.

  • 5 Il avait été voté par des entendants, l’interdiction de l’utilisation des signes gestuels par les S (...)

4Devant ces faits, nous pouvons nous interroger sur les étapes qui restent à franchir par les Sourds pour reprendre le contrôle sur leurs droits aux signes gestuels5. Renversement de situation, les espaces offerts par les congrès internationaux sont aujourd’hui devenus le point de départ de l'identité sourde. Cette communauté ne s’étant jamais identifiée aux méthodes prônées y œuvre désormais pour restaurer son mode de communication gestuelle, lequel est devenu un symbole d’appartenance et culturel.

La langue des signes

5Symbole de fierté, cette méthode de communication est différente selon les pays, voire les régions. Il existe en effet 121 langues signées répertoriées dans le monde (PADDEN, 2010, dans MAJOR, 2014 : 5), dont seulement quelques-unes sont reconnues en tant que langues officielles. C'est le cas de la New Zealand Sign Language (NZSL) qui a été admise en 2006 au statut de langue officielle néo-zélandaise avec l'anglais et le maori.

6Au Canada, bien que seul le Manitoba reconnaisse l'American Sign Language (ASL) comme langue officielle, deux langues des signes sont utilisées au Québec : la langue des signes québécoise (LSQ) et l'ASL en raison de la cohabitation entre francophones et anglophones. Langue à part entière comme l’ont démontré Dubuisson et Nadeau en 1993 (DUBUISSON, DAIGLE et PARISOT, 2009 : 3), bien qu'elle soit issue de l'ASL, la LSQ est la langue usuelle et quotidienne d'environ 50 000 Sourds au Québec (THIBAULT-DELORME, 2014). Elle est aussi un symbole d'appartenance pour cette communauté (FORGUES, 2002), puisqu’à la différence du français, elle ne leur a pas été imposée, mais a été élaborée par eux.

7Les Sourds combinent donc à la fois une logique du bilinguisme et du biculturalisme (GROSJEAN, 1993 : 77-78). Grâce à leur connaissance, même minimale, d’une langue orale, les membres de cette communauté sont effectivement considérés comme bilingues. De la même manière, par leur adaptation et leur participation simultanée à la culture entendante et sourde, ils acquièrent aussi un statut biculturel.

Les Sourds et la lecture

  • 6 Telles que les recherches de Pauline Sirois.

8Alors que certains besoins sociaux et fonctionnels poussent les Sourds à interagir avec la culture majoritaire et contribuent à leur octroyer ces statuts, une étude canadienne démontre qu'ils représentent 65 % du groupe des analphabètes (GAUVREAU, 2008 : 4). Cette qualification péjorative est considérée comme un jugement de valeur par les Sourds, car la langue des signes en est une part entière. Ainsi, l'illettrisme définit mieux la situation de la majorité des Sourds, car il implique d'avoir une connaissance lacunaire en lecture qui empêche la compréhension (VOGLER, 1998). Plusieurs étudesont d’ailleurs documenté leurs difficultés d'apprentissage6 et proposent aujourd'hui des solutions pour adapter les méthodes pédagogiques (SIROIS et BOISCLAIR, 2004 : 12). Malgré ces propositions, une majorité de Sourds éprouvent toujours de la difficulté à comprendre le sens des textes qu'ils ont l'obligation de lire au quotidien.

  • 7 Il y aurait encore beaucoup à dire sur la culture sourde, plus particulièrement sur leur culture ar (...)

9Souvent marginalisés en raison d'une barrière linguistique, les Sourds se sont donc façonné une culture7 opposée à celle du groupe dominant. Néanmoins, pour certains besoins sociaux et fonctionnels, ils tendent à s'adapter à la culture majoritaire tout en ne s'y identifient pas, ce qui renforce leur statut biculturel, mentionné précédemment.

Musées et vivre-ensemble ou Comment encourager ce vivre-ensemble dans l'espace public muséal ?

La médiation culturelle et les publics potentiels, tels que les Sourds

10Compte tenu des quelques éléments abordés plus haut, est-ce que les institutions muséales au Québec sont adaptées pour recevoir convenablement des visiteurs sourds ? Nous répondrons à cette question en présentant diverses initiatives québécoises et d'ailleurs dans le monde. Cependant, il est primordial d'introduire en premier lieu la notion de médiation culturelle à savoir un souci d'accompagnement (physique, intellectuel et culturel) du public – ici en contexte muséal –, méthode qui existe depuis bien avant l'usage de cette nomination. Elle permet aux visiteurs de s'approprier le contenu des expositions pour acquérir une connaissance plus approfondie des objets exposés. De plus en plus adaptés aux différents publics, les dispositifs d'accompagnement sont vastes, in situ et ex situ, humains, matériels, discursifs et numériques (CHAUMIER et MAIRESSE, 2013 ; MONTPETIT dans DESVALLÉES et MAIRESSE, 2011).

  • 8 Nous précisons qu'il s'agit ici d'un court préambule destiné à donner une idée globale de la situat (...)

11Néanmoins, malgré toutes les améliorations des dispositifs de médiation culturelle en milieu muséal, il existe encore des populations qui ne fréquentent pas ou peu le musée. La théorie de Bourdieu sur le concept d'habituséclaire ce phénomène8. L'habitus est, « comme système de dispositions à la pratique, un fondement objectif de conduites régulières » (BOURDIEU, 1986 : 40). Nous pouvons également l'associer aux habitudes quotidiennes expérimentées dans un environnement particulier. Tous les individus forment leurs habitudes en fonction de cette démarche conditionnée par l'environnement immédiat et vécue durant leur développement. Cela conduit aussi à un cloisonnement des personnes issues de différentes strates économiques ou ayant des modes de vie différents, car chacune se voit poussée à cohabiter avec des individus issus du même environnement (BOURDIEU, 1986 : 42). L'instauration d'un changement dans les mentalités, donc dans l'habitus de certaines populations, semble ainsi nécessaire. Des musées progressivement plus accessibles contribuent donc à développer un nouvel intérêt muséal chez les Sourds tout en encourageant ce changement d'habitudes.

Outils de médiation culturelle au Québec pour les Sourds

12À présent que les bases de la médiation culturelle et celles des publics sourds ont été abordées, nous évoquerons ce qui est actuellement disponible au Québec pour les publics sourds.

  • 9 Pour présenter les diverses initiatives, des musées de différents domaines ont été sélectionnés : l (...)

13Depuis 2009, quatre musées québécois9 ont mis en place un visioguide, une nouvelle formule d'accessibilité pour les Sourds avec la collaboration de la Fondation des Sourds du Québec et du ministère de la Culture et des Communications (Ministère de la Culture et des Communications, 2010. Il s’agit d’un dispositif portatif comparable à un audioguide, mais dont l'utilisation est visuelle et non auditive. Dans cette optique, les tablettes numériques sont privilégiées pour leur format minimaliste et leur grand écran permettant de distinguer clairement le locuteur LSQ. Malgré cette initiative qui rend la visite accessible et devient rentable au fil du temps, notons que les quatre musées qui se sont dotés du visioguide pour leurs expositions permanentes ont limité leurs efforts à l'utilisation de cet outil uniquement.

  • 10 Le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée national des beaux-arts du Québec.
  • 11 Entrevue avec Marilyn Lajeunesse, Musée des beaux-arts de Montréal, 25 mai 2015.

14De manière différente, deux autres musées d’art au Québec10 tendent aussi par d’autres méthodes à devenir accessibles aux personnes sourdes. Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), par exemple, développe le programme « Musée en partage », dont l'objectif est « d'aller chercher des gens qui n'avaient pas une habitude de venir au musée », selon Marilyn Lajeunesse, responsable des programmes éducatifs – Adultes au MBAM. De 1999 à 2014, cette formule d’ouverture à un plus vaste public a permis d'accueillir environ 200 000 visiteurs11, parmi lesquels figurent des immigrants en cours de francisation et des personnes avec des handicaps. Bien que faisant partie des types de visiteurs les moins nombreux, les Sourds en bénéficient, car le musée veille à mettre à leur disposition un interprète et à couvrir les frais qui en découlent. Soulignons que « Musée en partage » s'adresse cependant aux groupes et non aux particuliers et propose une médiation culturelle axée sur l'expérience de visite en contexte muséal. Il offre une médiation diamétralement différente de celle des visioguides qui proposent une expérience muséale individuelle et autonome.

  • 12 Entrevue avec Anne-Josée Lacombe, Musée national des beaux-arts du Québec, 17 juin 2015.

15Pour ce qui est de la visite autonome, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a également développé une plateforme numérique, appelée « média-guide » et disponible sur iPad dans l'institution. Cet outil remplace l'audioguide pour tous les publics confondus, en donnant « un commentaire sur l'exposition qui est autre que les textes disponibles en salle »12. Pourquoi inclure cet outil parmi ceux accessibles pour les Sourds ? En réalité, il est équipé d'une transcription écrite de la narration audio pour le public souffrant d'une déficience auditive. Certes, nous avons mentionné précédemment la problématique de l'illettrisme pour la majorité de la population sourde, néanmoins, cet outil reste tout de même accessible pour les malentendants et les devenus-sourds à l'âge adulte, pour qui la lecture est moins un obstacle que chez les Sourds de naissance ou depuis un bas-âge. Il est donc question d'un outil destiné à la fois pour les Sourds, mais aussi pour l'ensemble des publics entendants.

Initiatives de médiation culturelle ailleurs dans le monde pour les Sourds

  • 13 Archives de l'Institut Raymond-Dewar, Montréal.

16L'adaptation de la médiation culturelle pour les Sourds au sein des musées n'est pas seulement une préoccupation québécoise. Cela fait maintenant une vingtaine d'années que plusieurs musées français13 – Musée Royan, Musée Fabre de Montpellier, Musée du quai de Branly - Jacques Chirac … – se sont équipés pour recevoir un public sourd. L'officialisation de la langue des signes française (LSF) y a probablement contribué. Néanmoins, les débats sur les meilleures méthodes de médiation, tant pour ce public particulier que d'autres, sont toujours à l'ordre du jour.

17Par exemple, pour développer une médiation culturelle adéquate, une simple adaptation en langue signée n'est pas suffisante, d'autant plus que la traduction laisse parfois à désirer, selon certains Sourds. D'après nos recherches, il faut également que le contenu soit adapté à leur propre culture, pour qu'ils puissent s'y identifier. Ainsi, compte tenu de leur réalité et de leurs besoins, le guide sourd semble être l'option idéale. Ayant une bonne connaissance de la langue signée autant qu'une bonne compréhension de la réalité de cette communauté, celui-ci est effectivement en mesure de guider les visiteurs et surtout de créer des échanges sur les éléments des expositions. En France, ainsi qu'aux États-Unis, ces guides sont disponibles sur réservation, à des fréquences variables selon le musée. Cependant, pour les visiteurs sourds désirant faire une visite spontanée, il demeure important de disposer d'outils disponibles en tout temps au musée.

18Il s'avère également souhaitable de sensibiliser la prochaine génération sourde si nous voulons changer les mentalités, et donc l'habitus de celle-ci quant à sa fréquentation muséale. Les enfants sourds sont effectivement moins souvent pris en compte et ils développent un rejet des musées qui ne leur livrent aucune information appropriée à leurs intérêts. Il s'agit donc d'intervenir également auprès des jeunes en leur proposant des outils adéquats ou des sorties scolaires en contactant leur école. Le modèle du visioguide pourrait donc être adapté pour eux avec, par exemple, un locuteur LS qui personnifierait un artiste qui racontant sa démarche, dans un niveau de langage accessible à cette génération encore en apprentissage de la langue gestuelle. Des jeux éducatifs (chasse au trésor, casse-tête, etc.) peuvent également être inclus pour les encourager à participer activement et pour faciliter leur compréhension de l'exposition.

19Quant à la diffusion du vocabulaire artistique et culturel, et afin de le promouvoir autrement qu'à l'écrit, le Whitney Museum of American Art aux États-Unis s'est doté d'une plateforme web qui permet aux visiteurs sourds de publier des capsules vidéo en langue des signes où ils expriment leurs commentaires et leurs impressions après une visite. À l'image d'un blogue collaboratif, ici appelé un « Vlog » (V pour visual), chacun peut donner son avis et transmettre le vocabulaire artistique de l'exposition visitée, en plus de participer à la promotion du musée et de son accessibilité. Cette possibilité de générer des contenus et de les partager contribue au développement de nouveaux réflexes muséaux chez les Sourds tout en favorisant leur démarginalisation, toujours dans l’idée de modifier leur habitus en regard de l’art et du milieu muséal.

  • 14 Bien qu'à travers notre recherche, nous ayons constaté que certains Sourds préfèrent partager leur (...)

20Toutefois, une problématique complexe intervient ici : les Sourds estiment avoir une meilleure expérience muséale lors de l'intervention de guides sourds en raison d'une meilleure compréhension de leur réalité culturelle et d'une qualité en langue signée optimale, alors que selon Cécile Fauchard, dans « Éduquer et socialiser les enfants sourds par le musée », l'implication de ceux-ci n'aide pas spécialement à l'intégration. Une prise de position qui s'explique par la volonté de faire cohabiter les Sourds avec les entendants dans le cadre muséal et non de stigmatiser les premiers en les relayant dans un groupe exclusif14. Cela contribuerait à abolir une marginalisation – déjà existante – par une nouvelle. Afin d'illustrer cette stigmatisation, voici la situation vécue par une Sourde qui voulait visiter un site historique et pour lequel, des guides sourds étaient disponibles : celle-ci voulait vivre son expérience de visite avec ses amis entendants, mais ces derniers ont été expulsés du groupe sourd pour rejoindre un groupe pour entendants (peu importait qu'ils maîtrisent la langue signée). Il est certes important de créer une ambiance multiculturelle sans pour autant sectoriser les différents publics. Ouvrir les visites de groupe aux « locuteurs » en langue des signes, plutôt qu'aux « Sourds », serait probablement un juste milieu pour éviter la stigmatisation physique. De plus, cette ouverture construite sur l’idée linguistique et culturelle, plus que physique, participe à la volonté muséale d’offrir une expérience de visite optimale à tous les publics.

Conclusion

  • 15 Auquel il nous était important de rester fidèle, et à ce stade, nous n'avions pas encore tous les é (...)

21Il existe encore aujourd'hui bien des préjugés à déboulonner sur la réalité sourde. Le projet d'un vivre-ensemble interculturel avec cette communauté pourrait donc être entamé par une sensibilisation des entendants à leur réalité. Les Sourds en savent bien plus sur nous que nous n'en savons sur eux : il s'agirait ainsi de rééquilibrer la balance. Malgré la barrière linguistique, il est tout de même possible de se faire comprendre et de les comprendre. Ainsi, provoquer des moments relationnels interculturels serait une manière de briser les barrières et de démystifier l'inconnu. En ce sens, il serait intéressant de créer des activités dans les musées, ces lieux d'apprentissage et de découvertes qui peuvent être ludiques. De telles activités permettraient de susciter des relations interculturelles et de les enrichir. Le musée est un espace public qui insuffle l'idée du vivre-ensemble car il est le témoignage vivant – par ses artefacts et ses œuvres – d'un patrimoine culturel et artistique. Ce dernier est collectif et se veut multiculturel, bien que les Sourds estiment ne pas encore s'y identifier autant que les entendants. À la lumière de ces éléments très brièvement présentés dans le cadre du colloque15, nous invitons le lecteur à réfléchir sur le vivre-ensemble qu'est l'accessibilité culturelle et à prendre connaissance du dernier chapitre de notre mémoire. Ce dernier présente l'intégralité des démarches et les méthodes à privilégier afin de planifier de façon optimale une accessibilité muséale pour les Sourds. Cependant, tout changement réel prend du temps, et d'ici quelques dizaines d'années, cela aura peut-être complètement changé. Qui sait ?

Haut de page

Bibliographie

BENOIT, Cynthia, Accessibilité aux services offerts en langue des signes à Montréal : plus qu'une question d'accessibilité spatiale, Conférence présentée au Groupe de recherche sur la LSQ et le bilinguisme sourd, Université du Québec à Montréal, 16 octobre 2013.

BLAIS, Marguerite, La culture sourde – Quête identitaire au cœur de la communication, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2006, 316 pages.

BOURDIEU, Pierre, « Habitus, code et codification », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 64, septembre 1986, pp. 40-44.

CHAUMIER, Serge, François MAIRESSE, La médiation culturelle, Paris, Armand Colin, 2013, 275 pages.

Conférence UPOP Montréal, Surdité et rapport de pouvoir, 7 octobre 2013.

DESVALLÉES, André, François MAIRESSE, Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, 722 pages.

DUBUISSON, Colette, Daniel DAIGLE et Anne-Marie PARISOT, « Scolarisation des enfants sourds au Québec », CSDM, en ligne, 8 novembre 2009. <http://www2.csdm.qc.ca/Gadbois/bilinguisme/Scolarisation.pdf>. Consulté le 6 janvier 2015.

FAUCHARD, Cécile, « Éduquer et socialiser les enfants sourds par le musée », La Lettre de l'OCIM, no63, 1999, pp. 35-43. <http://doc.ocim.fr/LO/LO063/LO.63(8)-pp.35-43.pdf>.Consulté le 8 Mai 2014.

« Expositions permanentes », La Pulperie de Chicoutimi – musée régional, en ligne. <http://www.pulperie.com/fr/expositions-permanentes.html>. Consulté le 20 juillet 2014.

FORGUES, « Un meilleur accès à l'information gouvernementale », Fondation des Sourds, en ligne, Novembre-Décembre 2002. <http://www.fondationdessourds.net/fileadmin/files/documents/bulletin/Bulletin5.pdf>. Consulté le 12 octobre 2013.

GAUCHER, Charles et Stéphane VIBERT (sous la dir.), Les Sourds : aux origines d'une identité plurielle, P.I.E. Peter Lang s.a., Bruxelles, 2010, 228 pages.

GAUVREAU, Claude, « Aider les personnes sourdes à maîtriser le français », Le journal de l'Université du Québec à Montréal, en ligne, Montréal, vol. XXXIV, no12, 3 mars 2008. <http://www.uqam.ca/entrevues/2008/e2008-033.htm>. Consulté le 4 novembre 2013.

GROSJEAN, François, « La personne bilingue et biculturelle dans le monde des entendants et des sourds », Nouvelles pratiques sociales, en ligne, vol. 6, no1, 1993. <https://www.erudit.org/revue/nps/1993/v6/n1/301197ar.pdf>. Consulté le 6 juin 2016.

Ministère de la Culture et des Communications du Québec, « Trois nouvelles expositions permanentes traduites en langue des signes québécoise », Culture et Communications – Québec, en ligne, 2010. <http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=4005&tx_ttnews[pointer]=2&tx_ttnews[tt_news]=5537&tx_ttnews[backPid]=1348&cHash=4b6f9da2607cf9d6671d265c53289d19>. Consulté le 20 juillet 2014.

New Zealand Sign Language Act 2006, en ligne, 8 novembre 2006. <file :///C :/Users/Ingrid/Desktop/New %20Zealand %20Sign %20Language %20Act %202006.pdf>. Consulté le 12 juin 2015.

PADDEN (2010) cité dans MAJOR, Marie-Claire, La reconnaissance officielle des langues des signes : état de la situation dans le monde et ses implications, En Ligne, Drummondville, Office des personnes handicapées du Québec, 2014. <https://www.ophq.gouv.qc.ca/fileadmin/centre_documentaire/Etudes__analyses_et_rapports/RAP_reconnaissance_langues_signes.pdf>. Consulté le 12 juin 2015.

POULIN, André, « Le Musée Marius Barbeau s’outille pour accueillir les personnes sourdes », La Voix du Sud, en ligne, 7 juillet 2010. <http://www.lavoixdusud.com/Culture/2010-07-07/article-1512670/Le-Musee-Marius-Barbeau-s%26rsquooutille-pour-accueillir-les-personnes-sourdes/1>. Consulté le 15 décembre 2013.

SIROIS, Pauline et Andrée BOISCLAIR, Compréhension du principe alphabétique, développement des représentations phonologiques et processus d'identification et de reconnaissance des mots chez l'enfant sourd, En Ligne, Actes du 9e colloque de l'AIRDF, Québec, 26 au 28 août 2004.

<http://www.colloqueairdf.fse.ulaval.ca/fichier/Communications/Pauline_Sirois.pdf>. Consulté le 10 novembre 2014.

THIBAULT-DELORME, Gabrielle, « Les Sourds veulent se faire entendre », La Presse, en ligne, 3 mars 2014. <http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201403/02/01-4743959-les-sourds-veulent-se-faire-entendre.php>. Consulté le 30 novembre 2015.

VOGLER, Jean, « L'illettrisme en France », Bulletin des bibliothèques de France, en ligne, no5, septembre 1998. <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1998-05-0013-002>. Consulté le 8 janvier 2016.

Haut de page

Notes

1 Précisons que, le terme « sourd », avec une minuscule, sera utilisé en tant qu'adjectif qualificatif de la surdité ainsi que pour désigner la situation médicale de la personne. En revanche, le substantif « Sourd », avec une majuscule, sera utilisé pour désigner toute personne sourde revendiquant son appartenance à la culture sourde et utilisant la langue signée comme moyen privilégié de communication.

2 En correction au moment de l'écriture de cet article, celle-ci sera publiée prochainement sur le site web Archipel sous le titre, Un « espace sourd » dans les musées québécois.

3 Terme souvent employé par les Sourds.

4 Par exemple, la toute dernière invention qui prévoyait réparer cette condition est l’implant cochléaire. (BLAIS, 2006 : 5)

5 Il avait été voté par des entendants, l’interdiction de l’utilisation des signes gestuels par les Sourds. Cette interdiction était également observée de manière stricte dans les écoles sourdes, dans lesquelles les élèves devaient absolument apprendre et utiliser la méthode oraliste afin de communiquer – même entre eux. Les réfractaires de cette méthode, qui continuaient d’utiliser la langue signée, étaient punis pour cette dérogation. Le documentaire « Femmes sourdes, dîtes-moi… » de Marie-Andrée Boivin est très précieux pour les témoignages de femmes ayant vécu cette période d’interdiction au Québec.

6 Telles que les recherches de Pauline Sirois.

7 Il y aurait encore beaucoup à dire sur la culture sourde, plus particulièrement sur leur culture artistique. Pour plus de détails sur celle-ci, veuillez vous référer à notre mémoire de maîtrise.

8 Nous précisons qu'il s'agit ici d'un court préambule destiné à donner une idée globale de la situation actuelle (afin de rester fidèle au contenu présenté lors du colloque) et que la notion socioéconomique sous-jacente à ce concept est approfondie dans le mémoire de recherche.

9 Pour présenter les diverses initiatives, des musées de différents domaines ont été sélectionnés : la Pulperie à Chicoutimi (La main à la pâte), le Musée Marius-Barbeau en Beauce pour son exposition (La Beauce, mythes et réalités), le Musée des beaux-arts de Sherbrooke (Espaces & Paysages) et le Musée de la Civilisation à Québec (Le temps des québécois).

10 Le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée national des beaux-arts du Québec.

11 Entrevue avec Marilyn Lajeunesse, Musée des beaux-arts de Montréal, 25 mai 2015.

12 Entrevue avec Anne-Josée Lacombe, Musée national des beaux-arts du Québec, 17 juin 2015.

13 Archives de l'Institut Raymond-Dewar, Montréal.

14 Bien qu'à travers notre recherche, nous ayons constaté que certains Sourds préfèrent partager leur expérience de visite avec des personnes partageant leur culture, d'autres apprécieraient effectivement qu'il y ait une mixité des groupes.

15 Auquel il nous était important de rester fidèle, et à ce stade, nous n'avions pas encore tous les éléments en main pour fournir le « mode d'emploi » désiré pour répondre à une accessibilité globale et culturelle des Sourds.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Valent, « La médiation culturelle pour les sourds dans le milieu muséal au Québec », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/2731

Haut de page

Auteur

Ingrid Valent

Candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals