Navigation – Plan du site

Postface – du vivre-ensemble à la pluralisation : les travaux des jeunes chercheurs au cœur de l’évolution de la programmation scientifique du CELAT

Madeleine Pastinelli, Magali Uhl et Khadiyatoulah Fall

Texte intégral

1Les cinq contributions scientifiques et le Carnet de colloques qui composent le numéro de Conserveries mémorielles représentent un riche témoignage de la dynamique étudiante au sein du CELAT. Rédigées par de jeunes chercheurs ayant présenté des communications lors de la journée d’étude Si près, si loin : les temporalités du vivre-ensemble en 2015 à l’Université du Québec à Montréal et lors du colloque interuniversitaire Traces et expressions du vivre-ensemble en 2016 à l’Université Laval à Québec, elles expriment l’interdisciplinarité des recherches du Centre, la diversité de ses thématiques ainsi que de ses formats d’expression tout en rendant bien compte de la convergence de ses intérêts articulés autour de la problématique unificatrice du vivre-ensemble.

2En effet, entre 2011 et 2017, le CELAT a développé une programmation de recherche sur les « Formes et modalités du vivre-ensemble à l’épreuve du pluralisme ». La question des lieux de passage entre singularités irréductibles et partage d’une même société constituait la préoccupation centrale de la recherche. La notion du « vivre-ensemble », théorisée dans plusieurs travaux scientifiques, nous était alors apparue comme une voie intéressante pour penser ensemble pluralité et monde commun. En plus d’un travail transversal de clarification terminologique, conceptuel et théorique, le vivre-ensemble a ainsi été examiné plus spécifiquement sous l’angle de quatre axes de recherche autour desquels se sont construites les propositions scientifiques des chercheurs réguliers et des étudiants chercheurs : 1. la reconstruction des normes et les interactions dans la diversité ; 2. la production de récits de la diversité et du vivre-ensemble ; 3. la mise en représentation du vivre-ensemble ; et enfin 4. la performativité du vivre-ensemble.

3Les six contributions présentées dans ce numéro de Conserveries mémorielles se déploient dans ces quatre axes, mais préfigurent aussi les déplacements théoriques et méthodologiques que l’on retrouve dans les plus récents travaux des chercheurs du CELAT, notamment dans le champ des arts et de la culture. En effet, suivant l’évolution de la société québécoise et la transformation du contexte international, la thématique générale du vivre-ensemble s’est enrichie au fil des ans d’autres perspectives, nourries par d’autres apports disciplinaires ; la recherche-action et la recherche-création sont par ailleurs devenues des méthodes de référence au sein des activités des membres du CELAT notamment chez les jeunes chercheurs ainsi qu’en témoignent les recherches présentées ici. Que ce soit en effet le patrimoine littéraire et poétique québécois (François Gagnon, doctorat en études littéraires), la mémoire photographique des lieux à l’abandon (Estelle Grandbois-Bernard, doctorat en sociologie), la transformation de l’espace public de Saguenay par l’intervention artistique (Jérémie Bellemare, maîtrise en art), la médiation en contexte muséal (Ingrid Valent, maîtrise en histoire de l’art) ou l’identité nationale dans les politiques culturelles du Musée des beaux-arts du Canada (Véronique Stahn, doctorat en muséologie, médiation, patrimoine), le questionnement du vivre-ensemble tel que thématisé durant les sept dernières années par les chercheurs du CELAT se retrouve bien dans les contributions des étudiantes et des étudiants de la relève, mais redéfini, redéployé sous de nouveaux auspices dans lesquels la culture et les arts servent de boussole à la réflexion.

4Ainsi, les recherches menées par les membres réguliers du CELAT et les transformations sociales observées depuis 2011 ont conduit le centre à reformuler la thématique unificatrice du vivre-ensemble pour la recentrer sur les processus de pluralisation à l’œuvre dans la société québécoise. Ces processus de pluralisation, dont on voit les prémisses dans les propositions de nos jeunes chercheurs ici publiées, mais aussi plus largement dans les thématiques des mémoires de maîtrise, des thèses de doctorat ou des projets de post-doctorat des quelques 150 étudiants-chercheurs du CELAT, sont la clef de voûte de la nouvelle programmation scientifique. Deux facteurs expliquent cette reformulation : le premier tient à l’évolution des usages qui sont faits dans l’espace public de la notion de vivre-ensemble, le second concerne l’élargissement des analyses et questionnements qui sont au cœur des recherches menées au CELAT. D’abord, la notion de vivre-ensemble a été l’objet d’une rapide et très forte appropriation par le politique, les médias et une vaste diversité d’acteurs au cours des dernières années. Cette notion est désormais le plus souvent employée dans des discours à forte teneur normative et se trouve conséquemment investie d’un sens et de connotations qui s’avèrent en décalage sinon en rupture avec le sens qu’elle avait dans la précédente programmation scientifique. En effet, alors que le vivre-ensemble renvoyait pour les chercheurs du CELAT à la vie commune dans des contextes marqués par la pluralité, qu’elle soit conflictuelle ou harmonieuse, faite de tensions, voire de déni de l’autre ou d’échanges et de reconnaissance, celle-ci tend à être désormais associée exclusivement à des formes harmonieuses et non conflictuelles de vie en commun. Il est donc apparu essentiel de reformuler cette thématique. Le thème du vivre-ensemble a conduit les membres à se concentrer sur les tensions, échanges, conflits et négociations entre groupes et individus se reconnaissant autour d’identités, d’appartenances ou de modes de vie différents, ce qui a permis de constater, à différentes échelles et dans une variété de contextes, que ces espaces de tensions et de négociations ne sont pas uniquement le fait d’une pluralité déjà constituée, mais sont couramment le théâtre de l’émergence ou de l’affirmation inédite d’appartenance ou de modes de vie, donc d’une pluralité en train de se développer. Plus encore, les observations et analyses effectuées indiquent la convergence d’une multitude de processus et phénomènes distincts qui favorisent l’expression de singularités et de spécificités. Ces constats ont conduit les chercheurs à s’interroger plus frontalement sur la pluralisation elle-même, entendue ici comme le processus par lequel se multiplient les modes de vie, les normes, les savoirs, les identités et les appartenances qui sont visibles et reconnaissables dans l’espace public.

5La nouvelle programmation vise donc à interroger la façon dont se joue la pluralisation, les facteurs qui la favorisent, les réactions qu’elle entraîne et les enjeux qui en découlent. La pluralité elle-même n’est pas un phénomène nouveau, mais la conscience de la pluralité et la reconnaissance de celle-ci connaissent un développement important qui contribue à transformer en profondeur la vie sociale. Étudier la pluralisation suppose donc de se pencher tant sur la multiplication effective des modes de vie, visions du monde ou appartenances que sur la transformation des valeurs, sensibilités, normes, pratiques et discours dans un sens qui favorise la reconnaissance de la pluralité, de même que sur les réactions qu’elle suscite et les formes de vie en commun qui en découlent. L’objectif du CELAT est de parvenir à conceptualiser, éclairer et comprendre cette importante mutation sociohistorique. En somme, la nouvelle programmation s’inscrit en étroite continuité avec les travaux effectués sur le vivre-ensemble, mais renouvelle la perspective adoptée.

6Dans ce contexte de redéfinition et de redéploiement de sa programmation scientifique, le CELAT compte plus que jamais sur l’apport de ses jeunes chercheurs, que ce soit les stagiaires postdoctoraux supervisés par un membre régulier ou les étudiants gradués qui travaillent sous la direction ou la codirection d’un membre régulier et dont les recherches sont parties intégrantes de la programmation. Par ailleurs, l’intégration intellectuelle des jeunes chercheurs, par le biais des projets de recherche des membres, demeure une priorité. L’animation scientifique contribue ainsi à la formation des jeunes chercheurs et leur implication est systématiquement recherchée dans l’ensemble des activités organisées au CELAT, cela des premières étapes d’une recherche jusqu’à la diffusion des résultats. Le Centre appuie systématiquement les activités initiées et organisées par les étudiants en leur offrant un soutien logistique et un appui financier. Ce fut précisément le cas pour les deux événements scientifiques à l’origine de la présente publication.

7Si toutes les mesures mises en œuvre par le CELAT pour former les étudiants sont importantes, l’apport essentiel est certainement à chercher dans la façon dont le Centre favorise l’ouverture intellectuelle de ces derniers et leur permet de faire l’expérience de l’interdisciplinarité. En effet, le CELAT contribue à faire vivre à ses étudiants et post-doctorants l’expérience du travail scientifique en collaboration avec d’autres disciplines et avec différents types de partenaires non universitaires. Le centre constitue pour plusieurs un milieu d’appartenance dans lequel ils sont constamment encouragés à assister à des conférences et à prendre part à des activités et événements impliquant des représentants d’un vaste éventail de disciplines, ce qui leur permet de développer des liens avec des collègues (étudiants comme professeurs), qui sont rattachés à d’autres départements et souvent à d’autres facultés que les leurs. Le CELAT constitue en outre pour plusieurs un véritable milieu de vie qui contribue de manière décisive à élargir et à enrichir leurs horizons scientifiques, intellectuels et professionnels, en leur donnant accès à des opportunités de rencontres, d’échanges, de travail ou de publications qui ne se présenteraient pas autrement.

8La publication soumise à Conserveries mémorielles par les organisateurs de la journée d’étude Si près, si loin : les temporalités du vivre-ensemble tenue à l’UQAM en 2015 et acceptée avec enthousiasme par son directeur Vincent Auzas, est représentative de cette dynamique de recherche, aussi bien dans sa forme organisationnelle que dans son contenu programmatique. Philippe Denis, Marie-Charlotte Franco et Marie-Ève Goulet ont produit un remarquable travail éditorial. Rigoureusement mené dans toutes ses étapes depuis 2015, le résultat que nous avons aujourd’hui sous les yeux est non seulement une source de fierté pour le CELAT, mais témoigne aussi de l’excellence en recherche de ses étudiants à l’aube de la nouvelle et ambitieuse programmation du centre.

9

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Pastinelli, Magali Uhl et Khadiyatoulah Fall, « Postface – du vivre-ensemble à la pluralisation : les travaux des jeunes chercheurs au cœur de l’évolution de la programmation scientifique du CELAT », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/2748

Haut de page

Auteurs

Madeleine Pastinelli

Directrice du CELAT

Magali Uhl

Directrice du CELAT-UQAM

Khadiyatoulah Fall

Directeur du CELAT-UQAC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals