Navigation – Plan du site
Carnets de colloques

Le mois de mai à Valencia

In the month of may at Valencia
Marie-Charlotte Franco

Texte intégral

1Les jeunes filles revêtent leur costume traditionnel. À Valencia, on célèbre Notre-Dame des Désemparés. La ville est en branle, le temps s’est arrêté. Le soleil du mois de mai chauffe les pierres des immeubles ciselés. Petits et grands attendent, chaque année, indubitablement.

2Depuis les petites heures du matin, le long des trottoirs, quelques vieux sont assis sur des chaises. Entr’apercevoir la Vierge courbée est une tradition que rien ni personne ne saurait troubler. Les jeunes gens se préparent. La rumeur s’installe. Plus que quelques heures avant la procession annuelle et l’acclamation entêtante des passants.

3Une fibule dans les cheveux, une écharpe à l’épaule, des bijoux, des ceintures, des rubans, des chaussettes montantes… et des robes qui virevoltent et rappellent la murale de fleurs fraîches qui crépite au son des flashs survoltés des passants. Les étoffes soyeuses illuminent la place de la cathédrale. Tous se bousculent pour la voir, la toucher, lui envoyer une prière, des vœux et des chants.

4C’est la fête à Valencia. Et je suis immobile, spectatrice de cette poésie enivrante, de ces mouvements de cœur et de foi. Les sourires illuminent les visages en attente. Ces petits vieux, assis quelques heures auparavant sur leur chaise de fortune, acclament celle qui réconforte tous les maux de son regard impassible. Tous s’activent et créent une partition, la cadence est régulière, les cris de joie sont des doubles-croches sur le papier.

5Les hommes, invisibles, portent à bout de bras la Patronne de la ville. Personne ne semble remarquer leur souffrance sous le poids de la tradition. À chaque pas, ils courbent un peu plus l’échine et se rapprochent de la Vierge. À chaque pas, des mains s’avancent vers elle pour déposer un rapide baiser sur ses somptueux habits brodés. À chaque pas, une lumière incandescente jaillit des yeux de tous ceux dont je croise le regard. Les pétales volent au vent du mois de mai. La cathédrale est noire de petites notes qui, d’un seul souffle, créent une mélodie nouvelle.

6C’est la fête à Valencia. Les costumes dansent, la Vierge bénit silencieusement et les fleurs virevoltent parmi nous. Le mois de mai est chaud à Valencia, d’une chaleur humaine qui bat la mesure.

Las fallas. 2010

Las fallas. 2010

© Marie-Charlotte Franco

Lendemain de fête en Italie. 2010

Lendemain de fête en Italie. 2010

© Marie-Charlotte Franco

Le plateau. 2010

Le plateau. 2010

© Marie-Charlotte Franco

Haut de page

Table des illustrations

Titre Las fallas. 2010
Crédits © Marie-Charlotte Franco
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Lendemain de fête en Italie. 2010
Crédits © Marie-Charlotte Franco
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1M
Titre Le plateau. 2010
Crédits © Marie-Charlotte Franco
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Charlotte Franco, « Le mois de mai à Valencia », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/2753

Haut de page

Auteur

Marie-Charlotte Franco

Candidate au doctorat en muséologie, médiation, patrimoine de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals