Navigation – Plan du site
Carnets de colloques

Sous la neige et le froid, Notre-Dame-des-Neiges (Montréal

Under the snow and the cold, Notre-Dame-des-Neiges (Montreal)
Philippe Denis

Texte intégral

1Déjà le temps a passé. Il a fait son œuvre depuis cette froide journée de février où au détour d’un parcours aléatoire, nos doigts gelés appuyaient sur l’objectif. De ce bref moment vécu au contact des sépultures, de ceux qui habitent désormais le flanc nord-ouest de la montagne, ne reste plus qu’un souvenir, celui de quelques clichés.

2La saison comme nous désignons, emmitouflé dans nos manteaux, l’effervescence culturelle qui fait battre le cœur des villes durant l’hiver, a eu le temps de se terminer, puis de s’annoncer à nouveau, entrecoupée par les douces chaleurs du printemps et de l’été. La neige qui enveloppait les monuments a disparu, absorbée par le sol, puis le cycle s’est perpétué. Est-ce que la reine des glaces, cette femme drapée dans sa tunique de pierre, comme nous l’identifions, – « des neiges » nous semblait effectivement trop connotée – s’est réveillée ? Est-elle sortie de sa torpeur pour accueillir à ses pieds un nouveau venu ? A-t-elle tendu à nouveau son rameau pour offrir la quiétude éternelle à celui venu rejoindre ses prédécesseurs ?

  • 1 Philippe DENIS, Notre-Dame-des-Neiges 2 (Montréal), cartel, 2015.

Sous la neige et le froid, elle reste seule. Outre quelques rares flâneurs, personne ne vient la tirer de sa torpeur. Et, même lorsque le dégel s’annonce, bien des années peuvent passer avant qu’elle ne sorte de son mutisme. Symbole du paradoxe de la vie, c’est au moment où elle se réveille que ceux qui la fréquenteront désormais, s’endorment1.

3S’étant offerte au regard à un moment précis, nous n’avons pu la retrouver. Dérisoires furent nos recherches, vaine sera son attente, puisque nous poursuivons notre chemin.

4Depuis longtemps, dans la nudité du lieu qu’elle provoque, la neige n’accentue plus la verticalité des sépultures. Car, en effet, aussi étonnant, voire apocalyptique, l’uniformité provoquée par cette blancheur fait surgir selon la forme de ces dernières, une sombre ville de gratte-ciels et de cheminées à l’urbanisme parfois ordonné, parfois chaotique. D’ailleurs, bien que les aménagements du cimetière et celui de son voisin protestant soient encore décrits comme de type rural, mais que leur modèle d’inspiration diffère, la disposition des monuments dans les deux cas transpose les réalités du monde victorien où ils furent dans un premier temps conceptualisés, dans celui des défunts (division en sections qui accentuent les différences sociales, mausolées familiaux imposants, cadastres rappelant les maisons en rangées de la moyenne et petite bourgeoisie, anonymats des fosses communes). Moment de réflexion, cela ne va pas sans nous rappeler ce monde dans lequel nous évoluons au quotidien sans véritablement se préoccuper de l’autre, voire de l’Autre.

5Cet anonymat est aussi accentué par l’impossibilité de nous approcher au plus près des inscriptions, l’épaisse couche de neige faisant obstacle. La recherche d’une identification individuelle est donc futile. C’est la perpétuation, le souvenir, d’une tradition catholique aujourd’hui perdue, celle inhumer ad santos, c’est-à-dire près des saints. Disparité entre la noblesse, le clergé et la population, l’usage voulait que l’église et sa crypte soient réservées, sauf exception, à ces premiers, alors que les anonymes rejoignaient leurs homologues dans les charniers paroissiaux, comme nous l’apprend l’analyse de gravures anciennes des lieux de sépultures. N’est-ce pas le cas présent ?

6Mais, notre promenade ou un regard jeté sur nos photographies nous font prendre conscience que malgré le fait que les expressions « la saison morte » et « être à l’hiver de sa vie » semblent s’y soutenir, le cimetière bien qu’emprisonné dans la glace conserve une certaine vivacité. À travers ses longues allées sinueuses entrecoupées d’autres transversales et rectilignes qui nous rappellent que sa configuration fut inspirée par son célèbre homologue parisien, mais que sa réalisation fut favorisée par l’ordre religieux des Sulpiciens, se devine la vie. Celle que tracent les empreintes des quelques flâneurs ou promeneurs qui s’y aventurent. Celle que marquent les couleurs vives des fleurs gelées, des papiers glacés et autres objets de dévotions qui émergent çà et là, mais que les effigies, statues et médaillons des disparus ne remarquent pas. Leurs yeux pourtant ouverts ne fixent que le vide, dont ceux du patriarche qui veillent sur les siens.

  • 2 Marie-Charlotte FRANCO, Notre-Dame-des-Neiges 4 (Montréal), cartel, 2015.

De la quiétude semble surgir la figure, qui se dresse dans son médaillon plus grand que nature. L’homme paraît veiller, depuis son phare inversé, sur son environnement, impassible et immortel2.
Et, nous retrouvons ainsi au détour d’un chemin cette même froideur, cette première temporalité accentuée à laquelle nous pensions au tout début de notre parcours.

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 2 (Montréal). 2015

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 2 (Montréal). 2015

© Philippe Denis

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 4 (Montréal). 2015

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 4 (Montréal). 2015

© Philippe Denis

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 3 (Montréal). 2015

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 3 (Montréal). 2015

© Philippe Denis

Haut de page

Notes

1 Philippe DENIS, Notre-Dame-des-Neiges 2 (Montréal), cartel, 2015.

2 Marie-Charlotte FRANCO, Notre-Dame-des-Neiges 4 (Montréal), cartel, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 2 (Montréal). 2015
Crédits © Philippe Denis
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 4 (Montréal). 2015
Crédits © Philippe Denis
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Cimetière Notre-Dame-des-Neiges 3 (Montréal). 2015
Crédits © Philippe Denis
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Denis, « Sous la neige et le froid, Notre-Dame-des-Neiges (Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/2756

Haut de page

Auteur

Philippe Denis

Candidat au doctorat en muséologie, médiation, patrimoine à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals