Navigation – Plan du site
Des formes visuelles dites documentaires

Jean Painlevé : de la science à la fiction scientifique

Florence Riou

Résumé

Si l'image documentaire, et à fortiori l'image scientifique est encore souvent perçue comme la réalité elle-même, elle n'est cependant qu’interprétation. Nous nous proposons ici, par une approche issue de l'histoire des techniques, d'interroger la construction des images liées à la pratique de biologiste. La mise en formes de ces images est tout à la fois le reflet de l'expérimentateur, de l'instrument, et celui de la connaissance de l'époque. Mais dans un désir de partage de la science au plus grand nombre, elles soulèvent aussi la question du lien existant entre science et fiction. Jean Painlevé (1902-1989), réalisateur et scientifique usant du cinématographe, met l'accent sur ce point dès les années trente. Conscient de notre tendance naturelle à l'anthropomorphisme, il souligne la nécessité d'une éducation du regard pour plus d'indépendance et d'esprit critique vis à vis des images. Et, en tirant du contenu scientifique lui même la substance et la dramaturgie de ses histoires, il propose une mise en fiction de la science qui renouvelle le genre documentaire.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements à Brigitte Berg, Les Documents Photographiques, pour les photogrammes.

  • 1 Selon l'expression de Jules Janssen (1824-1907), astronome et physicien français, qui utilise, pour (...)
  • 2 Jean Painlevé est le fils de Paul Painlevé, illustre mathématicien et homme politique français. Bio (...)

1Le cinématographe, issu d'études scientifiques sur le réel, s'engage début XXe siècle dans la voie d'une utopie de témoignage absolu, tel un « nouvel œil mécanique1 », témoin impartial entre l'homme et la nature. Ainsi l'avant-garde cinématotographique des années vingt, dont la réalisatrice Germaine Dulac (1882-1942)est la figure marquante, défend la capacité du cinéma à être dans un rapport de vérité avec la nature, au sein de ce qu'elle nomme le « cinéma pur ». Jean Painlevé2 (1902-1989) scientifique, biologiste, mais aussi artiste proche des milieux surréalistes, se situe dans l'influence directe de ce courant. Mais, en tant que biologiste usant de l'outil cinématographique, il pointe, dès les années trente, les limites de l'outil cinéma et la nécessité de garder à l'esprit le fait que toute image porte en elle les traces de sa construction. De la description de la germination d'un grain de blé par Germaine Dulac au film le « Bernard-l'ermite » tourné par Painlevé en 1931, comment cette notion de « vérité » est-elle considérée dans la mise en forme des images de biologie ? Comment, dans le but de diffusion de ces images de science, la fiction peut-elle prendre source dans ces images du réel ? Nous interrogerons les multiples écrits de Germaine Dulac et Jean Painlevé entre autres, et centrerons notre analyse sur les films de ce dernier dans le contexte du début des années trente, période d'expansion de la culture visuelle. Si de nouveaux rapports entre image documentaire scientifique et fiction se font jour, Painlevé, dans la lignée de Georges Bataille, se fait aussi porteur d'une analyse critique dans la réception de l'image.

La mise en forme des images de biologie

  • 3  En 1948, Thévénard souligne d’ailleurs qu’« il est assez piquant de ne trouver une brève mention d (...)

2Dans les années vingt le cinéma est un art nouveau, inédit, porteur d'échanges entre la science et l'art. Ce « nouvel instrument de la pensée, de la connaissance et de l’art » (Germaine Dulac, 1931)  permet ainsi d'accéder au « cinéma pur » ou « cinéma intégral », selon les termes de Germaine Dulac. Un cinéma qui remet en cause le schéma narratif traditionnel, et se caractérise par une absence de décors et de personnages. Alors que les autres arts, dit-elle, copient, décrivent, expliquent la nature, « échafaudant leurs rêves sur la base de réalités matérielles et sentimentales transposées » (Germaine Dulac, 1931), la particularité du cinéma est de pouvoir travailler avec la matière vie elle-même. Ainsi le cinéma scientifique, en permettant la révélation de beautés invisibles à l’œil nu, est assimilé par Germaine Dulac, au cinéma pur. Il révèle le formidable potentiel de récits présents au cœur même de la nature3 :

« Des savants ayant pour seul idéal d’étudier la vie, trouvaient, je crois, le vrai sens du Cinéma en fouillant au-delà de l’homme au cœur de la vie même. Le Cinéma s’attache aux drames grands et petits de la nature entière. Ceci les savants seuls l’ont découvert… »(Germaine Dulac, 1931)

3La caméra permet de découvrir un monde de microbes, de végétaux, d'animaux marins, de cristaux en formation… un monde aux mouvements insoupçonnés. Pour illustrer ses conférences, Germaine Dulac s’appuie sur des documentaires scientifiques, tel la Germination d’un grain de blé :

  • 4 Suite de la citation  « (...) Qu’une influence extérieure entrave cette éclosion heureuse, que la t (...)

« La graine se gonfle, écarte les molécules de terre. En hauteur, en profondeur, elle trace son chemin. Ici, ses racines s’allongent, se ramifient, s’agrippent péniblement; là, sa tige s’élève, avide d’air et de lumière, dans une aspiration instinctive et légère. La tige droite veut rejoindre le soleil, elle se tend éperdument vers lui, les racines se stabilisent, l’épi arrive à maturité. Le mouvement change de trajectoire.  L’ère des verticales est close. C’est l’épanouissement du mouvement en d’autres plans4. »(Germaine Dulac, 1927)

4L’aspect scientifique et documentaire de cette description renvoie à une poésie visuelle vécue comme une véritable « aventure » d'un grain de blé. Mais, si les documentaires scientifiques inspirent alors les écrivains comme Dulac, Vuillermoz, Cendrars, c’est qu’il touchent au plus profond de l’humain et sont porteurs de récits qu’ils mettent en valeur.  « A l’accéléré la vie des fleurs est shakespearienne » (Cendrars, 1926) résumera Blaise Cendrars. Insectes, végétaux, minéraux, par leurs mouvements, leur évolution indépendante, réveillent en nous comme autant d’idées, de sentiments, voire d’émotions, échos de notre tendance à l’anthropocentrisme, tendance à faire voir de l'humain partout. Pour la communauté scientifique, cette tendance est justement à bannir et Jean Painlevé aura à se positionner.

5Pour révéler ce récit de la nature, souligne Germaine Dulac, il est nécessaire de ne pas tricher lors de la mise en forme du documentaire, ceci tant avec l’outil-cinéma, qu’avec l’objet filmé: toute déformation, toute interprétation est à bannir, pour rester dans un rapport de “vérité” avec la nature observée:

« La vérité est vis à vis de l’instrument, dans le mouvement et son objet. L’œuvre de l’artiste, sera d’abord