Navigation – Plan du site
1. Moment mémoriel et enjeux disciplinaires

Entre histoire de la mémoire et mémoire de l’histoire : esquisse de la réponse épistémo-logique des historiens au défi mémoriel en France

Patrick-Michel Noël

Résumés

La discipline historique est rarement analysée sciemment à travers le discours que ses praticiens tiennent sur son savoir. Pourtant, cette « épistémo-logie historienne » est essentielle à sa compréhension puisqu’elle constitue le médium par lequel elle s’est définie, programmée et justifiée. Si l’épistémologie traverse l’histoire de la discipline, elle devient plus manifeste lorsque son savoir est questionné, comme depuis les trente dernières années en France par la révolution mémorielle. Portée par une série de facteurs, cette révolution lance un défi aux historiens en valorisant la mémoire contre l’histoire comme appréhension du passé. Pour le relever, l’épistémologie historienne s’est déclinée en deux initiatives issues de la dialectisation des concepts d’histoire et de mémoire rendue possible par leur désidentification radicale engendrée par la révolution mémorielle. Les historiens ont, d’une part, programmé un nouveau domaine de recherche en objectivant la mémoire : l’histoire de la mémoire. Les historiens ont, d’autre part, porté un nouvel intérêt au passé de leur discipline afin de mieux s’identifier comme groupe et légitimer leur pratique savante, extériorisant une mémoire de l’histoire. Objectivant et instrumentalisant la mémoire, l’épistémologie permet aux historiens de prendre la distance nécessaire avec elle pour que leur discipline maintienne son autonomie par rapport à elle, autonomie qui demeure sa présupposition principale comme savoir. Celui-ci, en plus d’être mis en oeuvre pour produire une connaissance du passé, est explicité via une épistémologie qui est aussi importante que l’infrastructure institutionnelle dans sa disciplinarisation. Son étude oblige à nuancer son prétendu refus – tant valorisé que dénoncé – chez les historiens.

Haut de page

Texte intégral

Jamais […] les rapports entre histoire et mémoire ne seront apparus aussi incertains et ouverts.
Maurice Aymard (2003 : 16)

Une « phénoménologie méta-historiographique »

  • 1  Nous renvoyons à Poirrier (2005 : 217-232) et Noël (2008).
  • 2  De épistémê (savoir) et logos (discours). Plusieurs trouveront cette acception insolite, étant hab (...)

1La discipline historique française peut être objectivée selon plusieurs perspectives non mutuellement exclusives allant d’analyses littéraires (Rancière, 1992 ; Carrard, 1998), de réflexions philosophiques (de Certeau, 1975 ; Ricœur, 2000), d’études sociohistoriques empiriques se penchant sur sa réalité institutionnelle et professionnelle (Dumoulin, 1983 ; Amalvi, 2005) ou plus « archéologiques » (Delacroix et al., 2005). Ces différentes approches dont il est impossible de dresser un bilan ici1 nous renseignent toutefois peu ou mal sur le discours que ses praticiens ont tenu non sur le passé mais sur leur savoir en fonction duquel ils en produisent une connaissance. Nous ignorons presque tout de ce qu’il n’est pas abusif de nommer étymologiquement l’» épistémo-logie historienne »2, soit le rapport théorico-discursif – versus pratique – que les historiens entretiennent avec leur savoir, hormis qu’elle serait « une tentation qu’il faut savoir résolument écarter » (Chaunu, 1978 : 10), un « méta-discours normatif » masquant une pratique empirique défaillante (Bourdieu, 1995 : 114) ou une « langue de bois » (Carrard, 1998 : 211). On semble croire que la compréhension de la discipline historique requiert une analyse « of what historians are doing, not what they think they are doing » (Tucker, 2004 : 4). L’épistémologie en histoire mérite-t-elle qu’on s’y arrête ?

2Il existerait un « empirisme anti-théoriciste » particulièrement « vivace » en histoire (EspacesTemps, 2004). La plupart des historiens, selon Jose Barrera, se représenteraientles « true historians » comme ceux qui « produce great historiographical works, leaving reflection on history to marginal areas » (2001 : 190). Arnaldo Momigliano soulignait que les « interrogations épistémologiques […] n’ont qu’une importance indirecte pour […] l’historien [qui] travaille en présupposant qu’il est en mesure de reconstruire […] les faits du passé » (cité in Revel, 2001 : 39). Cette posture empiriste, souvent assimilée à celle de l’artisan (Prost, 1996 : 146-150), « se fonde sur la conviction que le bon historien se forme et s’affirme dans l’exécution » (Revel, 2001 : 24). Or, il reste, comme en attestent plusieurs anthologies (Hartog, 1988 ; Leterrier, 1997 ; Gauchet, 2002 ; Delacroix et al., 2003), que les historiens ont continuellement discouru sur leur savoir, montrant en cela que l’épistémologie n’est pas qu’une « tentation » récente (Hartog, 2000). Peut-elle être problématisée pour qu’elle puisse fournir un nouvel éclairage sur la discipline ?

3Répondant à l’appel de Jean-Yves Grenier (2001 : 73) pour qui il serait utile de « s’interroger sur le rôle de la réflexion épistémologique en histoire », ce texte la problématise au moyen de l’hypothèse voulant qu’elle soit une condition procédurale de la discipline, hypothèse que nous avons explorée ailleurs (Noël, 2010). C’est par l’épistémologie que les historiens peuvent articuler leur savoir pour en produire des représentations – souvent conflictuelles – permettant de définir, programmer ou justifier leur discipline. Georges Canguilhem soulignait à ce propos qu’il « n’est pas vain de s’interroger d’abord sur l’idée que se font de l’histoire […] ceux qui prétendent s’y intéresser au point d’en faire » (1983 : 9). Avant de déterminer ce qu’est l’histoire, il faut savoir que ses praticiens se sont déjà faits des représentations – pas forcément réalistes – de ce savoir-faire indépendamment de son effectuation empirique.

  • 3  Or, des philosophes de l’histoire soutiennent qu’ils ne sont pas à la remorque des historiens (Atk (...)

4La prise en compte de cette réflexivité rapproche les historiens des philosophes dont la plupart prétendent déterminer normativement l’essence de l’histoire en vue d’établir sa (non-)scientificité sans pratiquement tenir compte, bien qu’ils disent qu’ils le font, de la pratique des historiens3 qui, de ce fait, les ignorent réciproquement (Chartier, 1998). Raymond Martin reconnaît en effet « the widespread and substantially justified belief among practicing historians that the work done over decades in the philosophy of history […] is largely irrelevant to their professional objectives » (1989: 28). Et même s’il programme une « empirical approach » à la philosophie de l’histoire qui partirait des « actual historical interpretations » pour que les historiens lui soient moins « hostile » (Martin, 1989 : 5-6), peu de philosophes ont mis en pratique cette prescription qui exige que la philosophie de l’histoire soit « founded on a thorough understanding of existing historiography » (Tucker, 2004 : 5).

5Or, la pratique historienne ne se réduit pas à la production de recherches empiriques. Les historiens ne font pas que mettre en œuvre un savoir-faire, comme nous le laisse croire Elizabeth Clarke pour qui les historiens ont largement « ignored the epistemological issues »(2004 : 70). Paul Ricœur a bien su mettre en évidence la réflexivité des historiens en étant un des rares philosophes ayant dialogué avec eux, que cela soit avec Marc Bloch (Ricœur, 1967 : 37-50), Fernand Braudel (Ricœur, 1983-5) ou Michel de Certeau, Bernard Lepetit, Jacques Revel et Pierre Nora (Ricœur, 2000). Comme le souligne Christian Delacroix, son intervention épistémologique « est avant tout […]une dialogique avec les historiens eux-mêmes ; elle a l’intérêt de proposer […]un regard réflexif sur leurs pratiques […] qui peut être mis en interaction avec leurs propres efforts de réflexivité » (2005 : 122). En prenant au sérieux l’épistémologie des historiens, Ricœur est également lu par eux dont plusieurs seraient du même avis qu’Antoine Prost qui en fait le seul philosophe de l’histoire qu’ils « puissent lire sans avoir le sentiment qu’il parle d’une planète étrangère » (1999 : 149). Nous cherchons aussi à « cheminer » (Müller, 2005 : 17) avec Ricœur en vue de comprendre l’histoire via ce qu’en disent ses praticiens.

6Si l’épistémo-logie traverse l’histoire de la discipline (Noiriel, 2005), elle devient plus manifeste lorsque les historiens doivent affronter les défis mettant en cause son autonomie et sa spécificité. Comme tout praticien d’un savoir normatif, les historiens ont une plus forte propension à l’expliciter lorsqu’il est questionné (Kuhn, 1962 ; Taylor, 1995). Max Weber soulignait que l’épistémologie devient importante quand le chercheur ressent une « certaine insécurité à propos de la nature de son propre travail » (1992 : 208). Dans la même veine, Dominick LaCapra soutient que « one beneficial effect of a sense of crisis is the pressure it places upon practioners of a field to be more articulate about what they are doing and why they are doing it » (1982: 245) À cet égard, plusieurs défis ont structuré l’histoire de la discipline en France. Par exemple, au tournant du XXe siècle, l’histoire s’est mesurée à la sociologie durkheimienne qui critiquait sa prétention à la scientificité et, par le fait même, sa raison d’être, en vue d’occuper une meilleure position dans le champ universitaire. L’histoire, disait Émile Durkheim, « ne peut être une science qu’à condition de s’élever au-dessus de l’individuel, il est vrai qu’alors elle cesse d’être elle-même pour devenir une branche de la sociologie » (cité in Dosse, 2005 : 19). Pour relever ce défi, des historiens, notamment ceux rattachés à ce qui deviendra les Annales, programmèrent une « nouvelle histoire » via un discours sur leur pratique s’appropriant les méthodes des sciences sociales (Burguière 2006).

7Comprendre l’histoire sans faire le détour par l’» emic », pour dire comme les anthropologues, reviendrait non seulement à entretenir le mythe rankien de l’historien wie es eigentlich gewesen dont Peter Novick (1998) a montré l’importance dans la constitution de la profession historienne aux États-Unis, mais aussi à oublier que les questions sur lesquelles débattent les philosophes « [a]re ones that historians themselves had often raised and discussed » (Dray, 1997 : 764). Certes, considérée comme un témoignage de l’histoire se faisant, l’épistémologie des historiens est, comme le souligne Gérard Noiriel, « loin d’énoncer des vérités » qui correspondent « à leur activités réelles » (2005 : 13). Les historiens, selon Tucker, « like to present their enterprise […] as fitting prevailing cognitive values and ideals, even if their actual practices do not reflect these values at all » (2004: 3). C’est pour cette raison que nous considérons l’épistémologie elle-même comme une de ces « activités » entrant dans l’exercice du métier dont la « clarification » (Noiriel, 2005 : 258) est le modus operandi du tournant pragmatiste que Noiriel souhaite initier dans la réflexion sur l’histoire. Reprenant la distinction établie par John Austin (1970), nous n’appréhendons pas le discours que les historiens tiennent sur leur savoir dans son « registre constatif » comme un document à critiquer pour combler l’écart le séparant du savoir effectué, mais dans sa performativité comme un texte par lequel les historiens (ré)articulent leur savoir en vue d’en produire une « disciplinary image » (Arcangeli, 1992 : 58) pour s’identifier.

8Notre enquête se loge ainsi sous l’enseigne d’une « meta-historiographic phenomenology » qui cherche à décrire « how […] historians perceive their enterprise » en vue de comprendre leur « consciousness » en tant que « disciplinary practioners » (Tucker, 2004 : 3). L’épistémologie est saisie dans sa positivité, peu importe son utilité pour la recherche empirique. Ce serait mal la comprendre que de la réduire, comme d’aucuns (Grenier, 2001), à une « science auxiliaire », pour reprendre une expression vieillie. Elle est analysée plutôt comme une réponse à un défi. Le dernier tiers du XXe siècle est marqué par un « flot mémoriel » (Hartog, 1993 : 29) entraînant une mise en cause de l’histoire et, du même coup, une « réponse épistémologique » de ses praticiens. Sur ce point, Jacques Le Goff soutenait que « les historiens d’aujourd’hui s’intéressent toujours davantage aux rapports entre histoire et mémoire » (1988 : 17) et Bertrand Müller que « l’émergence relativement récente de la thématique de la mémoire […] leste aujourd’hui toute réflexion sur l’histoire » (2005 : 21). Avant d’identifier les déclinaisons de cette réponse, précisons en quoi consiste ce flot mémoriel. Nous serons dès lors en mesure de comprendre pourquoi Pierre Nora soutient, non sans exagérer, que les historiens seraient entrés dans leur « âge épistémologique » (1984 : xxxiv) durant cette période.

La révolution mémorielle et la discipline historique en France

  • 4  Ce « memory craze » transcende les frontières de l’Hexagone (Megill, 1998 : 38). On réduirait tout (...)

9Depuis les années 1970, la France4 connait une révolution mémorielle dont Aymard donne une appréciation concise : « La mémoire est aujourd’hui partout, et du même coup la référence à la mémoire » (2003 : 12). Le Goff parle, pour sa part, de « l’enjeu-mémoire » qui traverse le second vingtième siècle :

Débordant l’histoire comme science et comme culte public, à la fois en amont en tant que réservoir (mouvant) de l’histoire […] et en aval, écho sonore (et vivant) du travail historique, la mémoire collective fait partie des gros enjeux des sociétés. (1988 : 174)

10Cette « radicalisation de la mémoire » (Nora et Chandernagor, 2008 : 15) pose un impérieux défi aux historiens. En confiant à la mémoire « l’administration du passé dans le présent » (Nora, 1992 : 25), elle la place « devant » l’histoire (Todorov, 1995b). Provoquant un « divorce libérateur et décisif » (Nora, 1978 : 400) entre l’histoire et la mémoire, la révolution mémorielle exprimerait la prise de conscience de « la fin de l’histoire-mémoire » (Nora, 1984 : xvii), c’est-à-dire la dissociation de l’histoire et de la mémoire (nationale) auparavant recouverte par celle-là (Dosse, 2000 : 170). Il faut dire que la discontinuité structurale opérée par les Annales dès les années 1930 avait initié la transition d’une histoire-mémoire à une histoire (comme science) sociale. Or, selon Krzysztof Pomian (1986), cette transition a elle-même modifié le contenu de la mémoire nationale en redéfinissant l’idée de l’histoire de France. Nora souligne à cet égard que la « stratégie de contournement du national » menée par les Annales jusqu’aux années 1970 « a abouti au plus profond de ces remaniements » en l’enracinant dans « les contraintes de la géographie » et en l’élargissant « aux grands nombres de la statistique et de la démographie » (1986 : 381). Ce n’est qu’à compter de cette décennie que les rapports entre histoire et mémoire auraient subi une mutation décisive.

  • 5  Sur la question du rapport entre le témoin et l’historien, voir Hartog (2005 : 191-214) et Thomas (...)

11Cette mutation est portée par plusieurs facteurs : l’envahissement des pratiques mémorielles – « commémorite », vogue de la généalogie, patrimonialisation du passé, appel injonctif à un devoir de mémoire court-circuitant les opérateurs critiques de l’histoire – et l’explosion des mémoires minoritaires refoulées ; l’» interventionnisme historique » qui, en multipliant les « lois mémorielles », risque d’instaurer une vérité d’État menant « tout droit à l’abolition de toute forme d’esprit et de raisonnement historiques » (Nora et Chandernagor, 2008 : 18) ; une rupture dans le régime de crédibilité par laquelle les témoins se voient accorder par la société plus de légitimité et confiance que les historiens, rupture entraînant chez ceux-là une course à la reconnaissance publique se déroulant sous la forme d’une « compétition victimaire » (Chandernagor, 2008 : 55) dont les principales « victimes » sont les disciples de Clio5. Annette Wieviorka avertit que les témoignages en raison de leur charge émotionnelle peuvent occulter le travail historien qui « établit les faits passés et tente de leur donner du sens » à travers des procédures méthodiques (1998 : 123). La mémoire tend à se substituer à l’histoire dans la sphère publique en prétendant à une vérité « plus “vraie” que la véracité de l’histoire » (Nora, 2002 : 30) – exprimant un rapport de fidélité au passé (Ricœur, 2000). Le Goff soulignait à cet égard que des « tendances naïves récentes semblent […] préférer en quelque sorte la mémoire, qui serait plus authentique, plus “vraie” à l’histoire qui serait artificielle et qui consisterait surtout en une manipulation de la mémoire (1988 : 10). On préférerait la mémoire, selon Wieviorka, car l’» histoire serait […] restituée à ses vrais auteurs, ceux à qui elle appartient : les acteurs et les témoins qui la racontent en direct » (1998 : 150). La vérité plus vraie de la mémoire repose sur l’énonciation subjective d’un témoignage fondé sur le vécu dans lequel il serait plus facile de se reconnaître que dans le récit historien médiatisé par des procédures formelles, récit qui consiste, au contraire, en une « délégitimation du passé vécu » (Nora, 1984 : xx) aspirant à l’objectivité. L’histoire ne cherche pas à reproduire authentiquement le passé, mais à l’intelligibiliser via un savoir.

  • 6  Nora (1992 : 27) a défini ce régime : « L’histoire […] s’est toujours écrite du point de vue de l’ (...)

12Entraînant une valorisation de la mémoire contre l’histoire, la révolution mémorielle met en cause la fonction sociale de « régisseur du temps » des historiens par laquelle ils procèdent « à l’inscription du passé dans le présent établissant ainsi un pont vers l’avenir » (Bédarida, 1998 : 23). Elle est l’agent et le produit d’un nouveau régime d’historicité où le présent s’autonomise pour devenir « la catégorie de notre compréhension de nous-mêmes » (Nora, 2002 : 27) : le « présentéisme » (Hartog, 2003). À la solidarité du passé et de l’avenir caractérisant le futurisme6, « s’est substituée la solidarité du présent et de la mémoire » dont la promotion, en faisant du présent un « passé reconduit, actualisé, conjuré en tant que présent » (Nora, 1984 : xxvi), est notre « seule promesse de continuité » (Nora, 1993 : 1009). La rédaction d’Esprit souligne que « [t]out se passe aujourd’hui comme si le recours au passé avait supplanté l’invocation de l’avenir comme instance suprême de légitimation » (1993 : 5). La révolution mémorielle est tributaire et révélatrice du fusionnement des deux concepts métahistoriques d’espace d’expérience et d’horizon d’attente (Koselleck, 1990) en un présent devenu omniprésent, isolé entre un passé révolu et un avenir imprévisible. Elle signale la fin d’une histoire dont on connaîtrait la fin. Or, ce n’est qu’en fonction d’elle qu’on détermine ce qu’on retient du passé dont la réalité est « multiforme et inépuisable » (Marrou, 1975 : 76). Ne sachant quoi retenir de celui-ci, on est porté à tout retenir et, de ce fait, à ériger la mémoire en un devoir. Se souvenir cesse d’être un moyen pour savoir d’où on s’en va pour devenir un impératif catégorique dirait Kant.

13La révolution mémorielle instaure à vrai dire une compétition entre « deux prétentions rivales […] à couvrir la totalité du champ ouvert en arrière du présent par la représentation du passé » (Ricœur, 2000 : 511). Elle met plus que jamais au jour, selon Wieviorka (1998 : 165), « la tension entre le témoin et l’historien […] qui se trouve au cœur des débats actuels […] quand l’expression individuelle entre en conflit avec le discours savant ». Cette compétition entre « what “memory” expresses and confirms, namely, the demands made by subjectivities, and the demand, essential to any scientific discipline [histoire], for proof » (Megill, 1998 : 51) n’est qu’un épisode d’une histoire plurimillénaire des rapports entre l’histoire et la mémoire qui « n’ont jamais cessé d’être placés sous le signe de l’ambigüité et de la tension » (Aymard, 2003 : 7).

  • 7  À ne pas comprendre ici comme l’ensemble des représentations du passé que se font les historiens.

14Quelle forme le discours sur leur savoir a-t-il pris pour que les historiens puissent relever le défi mémoriel ? (Re)légitimant l’histoire mise en cause par la « tyrannie de la mémoire » (Joutard, 1998), cette épistémo-logie dont l’intérêt croissant chez les historiens constitue « l’une des évolutions récentes les plus significatives de la discipline » (Prost, 1996 : 127) veut libérer l’histoire de « l’hégémonie mémorielle » (Nora et Chandernagor, 2008 : 15). Structurée autour de l’axe histoire-mémoire, elle se décline en deux initiatives issues de la dialectisation des concepts d’histoire et de mémoire rendue possible par leur désidentification radicale engendrée par la révolution mémorielle. Les historiens ont, d’une part, programmé un nouveau domaine de recherche en objectivant la mémoire : l’histoire de la mémoire. Les historiens ont, d’autre part, porté un intérêt à leur propre passé pour mieux identifier et légitimer leur pratique, extériorisant une mémoire de l’histoire7.

La programmation de l’histoire de la mémoire

La constitution de l’histoire de la mémoire

D’une histoire-mémoire à l’histoire de la mémoire : une esquisse généalogique

15L’histoire de la mémoire se situe à la croisée d’une conjoncture marquée par l’émergence d’un discours revendiquant « une mémoire sans histoire » (Mongin, 1993) et d’une structure, c’est-à-dire le processus d’émancipation de l’histoire de la mémoire entamé au XVe siècle (Pomian, 1998). À ses commencements grecs, l’histoire était subordonnée à la mémoire dont elle n’était que l’écriture : l’historique est identifié au mémorable. Comme l’a souligné François Châtelet (1962 : 42-3), la tâche de l’historien « est celle d’un mémorialiste qui a pour dessein de retenir le révolu ». Qui ne connaît pas la déclaration d’Hérodote qui « expose ici ses recherches, pour empêcher que ce qu’ont fait les hommes avec le temps ne s’efface de la mémoire » (cité in Darbo-Peschanski, 2007 : 26) ? L’histoire, bien qu’elle connaisse des transformations entre-temps, demeure une remémoration à vocation exemplaire jusqu’à la Renaissance (Revel, 2001). À compter de cette période, elle s’autonomise progressivement de la mémoire en passant d’une connaissance immédiate fondée en droit soit sur l’autopsia, soit sur l’autorité du témoin à une connaissance devant être médiatisée par des sources écrites. L’histoire n’est ainsi plus tributaire de la mémoire qu’elle critique en la confrontant aux documents. En recourant à des voies extramémorielles, elle peut connaître un passé dont personne n’a pu se souvenir et dont les souvenirs de personne ne peuvent influencer son contenu. L’érudition, alimentée par la constitution des « sciences auxiliaires » – numismatique, épigraphie, paléographie, etc. –, devient la première exigence de l’histoire.

16Or, ce n’est qu’au tournant du XIXe siècle en Allemagne que l’histoire, passant d’une magistra vitae à un processus ayant sa logique propre, à une « connaissance d’elle-même » (Droysen, 2002) – Geschichte –, accomplit sa « rupture épistémologique » (Koselleck, 1997) se traduisant par son émancipation de la philosophie spéculative de l’histoire et son institutionnalisation universitaire. Devenue science empirique montrant « comment les choses ont vraiment été », l’histoire n’avait pas pourtant coupé ses liens avec la mémoire dont elle demeurait l’agent. La discipline historique en France s’est constituée en institutrice de la nation au lendemain de sa défaite aux mains des Allemands dans les années 1870 en mettant les techniques réputées de l’érudition germanique au service de la patrie française. Or, l’incompatibilité inhérente entre la production d’une connaissance objective du passé et son instrumentalisation civique pour ne pas dire politique, selon William R. Keylor, « posed few threats to the self-assurance of the academic historians throughtout the remainder of the nineteenth century » (1975 : 99). Gabriel Monod en témoigne dans le manifeste de la Revue historique qui constitue l’» acte de naissance symbolique de la profession historienne » (Revel, 2001 : 30) : « C’est ainsi que l’histoire sans se proposer d’autre but et d’autre fin que le profit que l’ont tire de la vérité travaille d’une manière secrète et sûre à la grandeur de la Patrie » (1876 : 33). Aussi critique qu’elle se voulut, l’histoire n’était que la mémoire nationale authentifiée (Hartog, 1995 : 1228). La mémoire restait la matière première de l’histoire dont le travail vient à son tour alimenter dialectiquement la mémoire. Or, ce sont précisément ses imperfections comme matrice de l’histoire qui légitimeront la transformation de la mémoire en une de ses provinces (Frank, 1992 : 65). Cette transformation accomplit le renversement conceptuel de l’histoire considérée comme partie de la mémoire à la mémoire considérée comme un objet historique (Pomian, 1998). Comment s’est opérée cette objectivation de la mémoire en un programme de recherche structurant la mise en œuvre du savoir historique ?

Les modalités de l’histoire de la mémoire

17L’histoire de la mémoire a été un produit et un agent du transfert paradigmatique qui a marqué la conjoncture historiographique française du dernier tiers du XXe siècle. Ce transfert déplace le centre de gravité des recherches du socio-économique et du structuro-quantitatif au politico-culturel et aux représentations, bref, à la part réfléchie, sentie et vécue de l’action (Gauchet, 1988 ; Rémond, 1988 ; Annales, 1989 ; Corbin, 1992). De ce déplacement « humanisant » l’histoire (Dosse, 1997) est née une nouvelle sous-discipline : l’anthropologie historique (Burguière, 1995) qui s’est muée programmatiquement en histoire culturelle (Poirrier, 2004) dont le principal objet sont les représentations sociales (Ory, 2007). La mémoire collective – les représentations sociales du passé entretenues par une collectivité d’échelle variable –, en constitue un « territoire » (Poirrier, 2004 : 199-216).

18Important programmeur de l’histoire culturelle, Jean-Pierre Rioux conçoit l’histoire de la mémoire comme un de ses « chantiers » (1997 : 325-354) résultant d’un amalgame entre la réhabilitation historienne du vécu et une sociologie de la mémoire collective inaugurée par Maurice Halbwachs (1994 et 1997). Ce dernier opère une dissociation entre mémoire et histoire. Il place du côté de la première le vécu alors que la seconde se caractérise par sa dimension critique. C’est à partir de cette dissociation que peut se penser une mémoire dans son fonctionnement spécifique (Dosse, 1998 : 8), condition nécessaire à son objectivation.

  • 8  Alphonse Dupront notait déjà que la « mémoire collective est la matière même de l’histoire. N’est- (...)

19La notion de mémoire collective fut récupérée par Nora en vue de la reproblématiser par l’histoire8. Il définit la mémoire collective comme « ce qui reste du passé dans le vécu des groupes, ou ce que les groupes font du passé » (1978 : 378), définition servant à la programmation de l’histoire de la mémoire conçue comme une histoire des usages du passé dans les présents successifs. Une démarche est esquissée :

Il s’agirait donc de partir des lieux, au sens précis du terme, où une société […] consigne volontairement ses souvenirs ou les retrouve comme partie nécessaire de sa personnalité : lieux topographiques […], lieux monumentaux […], lieux symboliques […], lieux fonctionnels […]. (Nora, 1978 : page 401).

20Cette démarche renvoie aussitôt aux architectes et aux usagers de la mémoire :

[…] faire cette histoire amène vite à renverser le sens du mot pour en appeler de la mémoire des lieux aux vrais lieux de mémoire : États, milieux sociaux et politiques, communautés d’expérience historique ou de génération amenées à constituer leurs archives en fonction des usages différents qu’ils font de la mémoire (Nora, 1978 : 401).

21En soulignant la prolifération des mémoires collectives, Nora révèle que « l’histoire s’écrit désormais sous leur pression ». Pour éviter cela, il devenait nécessaire de prendre conscience du poids de la présence du passé. Cette conscientisation nécessite que la mémoire « devienne à son tour objet d’histoire (1978 : 400). Selon lui, « l’analyse des mémoires collectives peut et doit devenir le fer de lance d’une histoire qui se veut contemporaine » (1978 : 401). L’» utilisation stratégique » de ce concept pourrait être « aussi féconde pour le renouveau de l’historiographie » que l’avait été celle de la notion de « mentalités » (1978 : 398) à partir de la fin des années 1960.

22L’inscription la mémoire collective dans le Dictionnaire des sciences historiques (Joutard, 1986) contribue à la légitimation de l’histoire de la mémoire. Les historiens reconnaissent que la mémoire constitue un facteur de l’évolution historique des sociétés en étudiant ses porteurs, les lieux où elle s’inscrit, les mécanismes qui en assurent la transmission et les effets qu’elle induit dans les différentes sphères de la société (Le Goff, 1988 : 105-177 ; Poirrier, 2005 : 199-216). L’objectivation de la mémoire qui « a renouvelé l’approche du passé et envahi toutes les époques et tous les secteurs de la recherche » (Nora et Chandernagor, 2008 : 16) s’est effectuée en fonction de finalités épistémologiques dont l’explicitation a permis aux historiens de souligner la raison d’être de leur savoir face à sa mise en cause par le défi mémoriel.

Les finalités de l’histoire de la mémoire

23Henry Rousso, qui a participé à l’affirmation de cette histoire avec ses recherches sur Vichy (1990, 1998, 2001), la voit comme une interrogation rendue nécessaire par la révolution mémorielle. C’est en fait sous l’enseigne de l’histoire de la mémoire que l’histoire peut montrer sa raison d’être et relever le défi mémoriel par un dépassement de la mémoire en l’objectivant :

Une société en quête d’identité ou en proie à des querelles de mémoire […] a besoin du regard historique, à condition que celui-ci quitte les rivages du positivisme pour s’aventurer dans les terres […] du souvenir collectif, qui permet de compléter l’analyse concrète d’un événement par celle de sa postérité dans les consciences, et cerner ainsi les enjeux et les « rejeux » de la mémoire collective. (Rousso, 1988 : 138)

24Constatant qu’au trop peu de mémoire sur la période de Vichy a succédé une période de trop-plein, Rousso met en garde contre « l’idéologie de la mémoire » qui le préoccupe autant que le déni du passé. Il voit dans ces phénomènes « les symptômes inversés d’une même difficulté à assumer le passé, donc à affronter le présent et à imaginer l’avenir » (1998 : 30). La présentification du passé engendrée par la révolution mémorielle empêcherait « un réel apprentissage du passé, de la durée » (1998 : 36). L’histoire de la mémoire constituerait, à cet égard, un excellent remède contre le trop-plein de mémoire. En mettant à distance la charge mémorielle d’un événement, elle crée un espace où le passé peut passer pour rétablir une circulation avec l’avenir.

25L’objectivation de la mémoire permet, par ailleurs, à l’historien d’affirmer sa fonction sociale, mise en cause par le défi mémoriel. Celle-ci, selon Lucien Febvre, consistait à organiser le passé en fonction du présent pour que la présence du passé – la mémoire – « ne pèse pas sur les épaules des hommes ». L’histoire, en produisant une connaissance du passé, rend possible l’effectuation du travail d’oubli qui « est une nécessité pour les groupes, les sociétés qui veulent vivre » (Febvre in Hartog, 2005 : 179) et sans lequel il ne saurait y avoir de mémoire. Tzvetan Todorov souligne que la « mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est toujours et nécessairement, une interaction entre les deux » (1995a : 14). C’est dire que ce n’est que par la médiation de l’histoire qu’une saine mémoire est possible. Bien qu’elle se soit érigée en discipline pour s’isoler de la société, l’histoire participe toujours à la construction puis à la transmission de sa mémoire (Valensi, 1993). La rédaction d’Esprit souligne parallèlement que « seule l’histoire est […] à même d’instituer la mémoire, de lui conférer à la fois un ancrage solide et un champ spécifique » (1993 : 6). Bref, la programmation de l’histoire de la mémoire a permis aux historiens de réaffirmer la fonction de leur savoir comme médiatrice critique entre le passé et le présent.

26Établissant une connexion entre histoire et mémoire sans laquelle celle-là ne serait que pure extériorité incapable d’apprécier la présence du passé dans le présent, l’histoire de la mémoire est devenue un impératif disciplinaire. Elle rétablit le lien nécessaire entre histoire et mémoire tout en contournant l’écueil de leur recouvrement (Megill, 1998). Il s’agit maintenant d’examiner le principal projet par lequel les historiens ont objectivé la mémoire.

Les Lieux de mémoire : une histoire réflexive

D’une reconceptualisation de l’histoire…

27Les Lieux (1984-1993) – immense entreprise éditoriale de sept volumes – s’emploient à reconfigurer le « moment-mémoire » pour réinstaurer un usage du passé contrôlé par les historiens (Delacroix et al., 2005 : 309). « Entre mémoire et histoire », comme l’évoque son manifeste, elle consiste en une dialectisation de l’histoire et de la mémoire sous l’enseigne d’une histoire de la mémoire (Nora, 1984). Pour ce faire, Nora forge un outil heuristique qu’il n’a jamais explicité : le lieu de mémoire. Celui-ci est « toute unité significative, d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une quelconque communauté » (Nora, 1992 : 20). Il est lieu puisqu’il est un carrefour où se croisent différents chemins de mémoire et par sa capacité à être incessamment remodelé (Hartog, 1995 : 1231). Pour être « une catégorie de l’intelligibilité historique » (Nora, 1992 : 16), un lieu doit garder et fonder la mémoire. Il n’est jamais simplement donné : il est sans cesse reconstruit. Traiter l’objet historique en lieu de mémoire, c’est donner la parole aux présent successifs comme usager du passé.

28En plus d’être un projet de recherche empirique analysant les lieux où la mémoire nationale s’est incarnée, l’entreprise est portée par une nouvelle épistémologie : « La voie est ouverte à une toute autre histoire […] : non le passé tel qu’il s’est passé, mais ses réemplois successifs » (Nora, 1992 : 24). Il s’agit d’une histoire réflexive prenant en charge la stratification mémorielle de l’objet qu’elle étudie (Gauchet, 1999 : 137). La conscientisation historiographique dont sont porteurs les Lieux permet aux historiens de reprendre le contrôle sur le passé sous l’emprise de la mémoire pour « le ramener à la prose de sa vérité historique » (Nora, 1994 : 190). L’entreprise a toutefois été absorbée par la boulimie commémorative. L. Valensi note que partie d’une déconstruction de l’histoire nationale, l’entreprise qui se voulait « l’anti-Lavisse » a abouti à l’édification d’un « momument néo-lavissien à la gloire de l’identité française » (1995 : 1272-3), contrariant son intention démystificatrice. Le destin de Lieux révèle avant tout son historicité : ils ne peuvent être compris qu’en étant mis en relation avec la révolution mémorielle.

… à une reconfiguration de l’histoire nationale

29Déterminer les modalités de l’histoire nationale constitue le « vrai problème » des Lieux. Ils cherchent à échapper « au cercle dans lequel s’était jusqu’alors enfermée toute histoire nationale […] qui consistait à expliquer en permanence la nation par la nation » (Nora, 1992 : 17 et 23). Répondant au défi mémoriel, les Lieux convertissent les angoisses dont était porteuse la révolution mémorielle en questionnement de la manière par laquelle devait être écrite l’histoire nationale (Hartog, 1995 : 1230-1). Selon Nora, tous les « grands modèles matriciels » à partir desquels elle a été écrite « ont pour point commun […] de supposer que […] l’entité France est constituée d’un ensemble de réalités qu’il revient à l’historien d’établir, d’analyser, de mettre en rapport, de pondérer » (1992 : 23). Il souhaite redonner à la mémoire sa puissance signifiante pour montrer que le passé est sans cesse retravaillé par les questions du présent. Le titre qu’il donne au dernier tome de l’entreprise contribue aussi à spécifier et démarquer la topique de la nouvelle écriture de l’histoire nationale française : Les France. L’emploi d’un substantif singulier pour un article au pluriel lui permet de faire place, contre l’illusion unitaire, aux divisions et aux crises qui ont partagé la société française et séparent encore parfois les Français dans leur relation au passé (Valensi, 1995 : 1276). Cet emploi permet « d’exprimer […] le principe de décomposition qui est au fondement de l’entreprise, au cœur du “lieu de mémoire” […] Ce qu’exprime le pluriel de la France, c’est en définitive, la pluralité de ses déterminismes » (Nora, 1992 : 22-3).

30D’un projet dont l’ambition était d’étudier les lieux porteurs de la mémoire nationale en vue d’écrire une historie réflexive, les Lieux se sont aussi révélés être une nouvelle histoire nationale par la mémoire. Nora l’a en effet remarqué : « [o]pérer la France à coups de “lieux de mémoire”, c’était faire de la France tout entière un “lieux de mémoire” » (1992 : 18).

31Principal projet par lequel s’est actualisée l’objectivation historienne de la mémoire, les Lieux considéraient l’histoire elle-même comme un lieu de mémoire. Nora ne se demandait-il pas déjà dans le manifeste de l’entreprise si « le genre historique lui-même n’[est] […] pas une forme de lieu de mémoire » (1984 : xxxviii) ? Il confirmera l’hypothèse en consacrant dans le deuxième tome une section à l’historiographie (1986 : 189-434). En révélant que l’histoire comme savoir a aussi sa mémoire, les Lieux sont traversés par un souci historiographique (Hartog, 1995 : 234). En cela, ils participent à ce que Christian Amalvi appelle la « naissance et affirmation de l’histoire de l’Histoire » (2002) qui trahit un besoin de mémoire dans la discipline depuis les années 1970 (Müller, 1997 : 9).

L’extériorisation de la mémoire de l’histoire

32Cette déclinaison du savoir-dire historien se décompose en deux opérations. Les historiens ont, d’une part, employé leur mémoire comme source pour s’ériger en objet historique. Ils ont, d’autre part, instrumentalisé leur passé sous la forme d’une mémoire pour s’identifier comme groupe et justifier leur pratique mise en cause par « l’éruption mémorielle » qui l’a « affecté[e] de façon notable » (Revel, 2001 : 28). La fin de l’histoire-mémoire engendrée par la révolution mémorielle a rendu non seulement possible une histoire de la mémoire, mais aussi une mémoire de l’histoire qui s’est exprimée à travers l’ego-histoire et l’affirmation d’une mémoire disciplinaire.

L’ego-histoire

33Si la disciplinarisation de l’histoire a passé par le refoulement de leur ego (Hartog, 1988 : 127), les historiens français, comme ceux d’autres pays, écrivent de plus en plus sur leur propre vie depuis les années 1980 (Popkin, 2005). Cette inflexion dans le discours sur ce qu’ils peuvent dire d’eux-mêmes est à mettre en relation avec la révolution mémorielle traversant le champ historique, car ce seraient « les développements récents de la discipline historique qui peuvent en partie expliquer cet exercice particulier de l’historien confronté à sa propre histoire ». Cette révolution, générant une « histoire inquiète » (Farge, 1988 : 125), renvoie en effet chaque groupe à sa propre mémoire. Comme l’affirme Nora, ce

ne sont pas seulement les anciens marginalisés de l’histoire officielle que hante le besoin de récupérer leur passé englouti. C’est tous les corps constitués […] qui, à l’instar des ethnies et des minorités sociales, éprouvent le besoin de partir à la recherche de leur propre constitution […](1984 : xxix).

34Les historiens se sont abandonnés à Mnémosyne pour mieux se retrouver : utiliser la mémoire contre la mémoire pour justifier l’histoire.

  • 9  Pour une bibliographie des ego-histoires, voir Jeremy Popkin (2005).

35Le recours historien à la mémoire a donné lieu à un nouveau genre historiographique, soit l’ego-histoire, expression forgée par son principal théoricien, Nora (1987). Si l’ego-histoire ne se limite pas aux Essais d’ego-histoire9, ceux-ci se démarquent par l’explicitation que Nora en fait dans le paratexte. Popkin (2005 : 75) souligne en effet qu’elle constitue « the most extensive effort to provide historians’ writings about themselves with a theoretical justification ». Le paratexte des Essais contient des réflexions sur l’autobiographie et son rapport à la discipline historique qui sont quasi absentes de la plupart des autobiographies historiennes (Popkin, 2005 : 14). Bref, c’est moins dans le contenu de celles-ci – contenu sur lequel d’autres se sont penchés (Dosse et al., 1988 ; Popkin, 2005) pour esquisser une histoire intellectuelle des historiens – que dans l’épistémologie présente dans les Essais et générée par leur parution qu’on peut mettre en relation l’ego-histoire avec la révolution mémorielle.

36Ce n’est pas un hasard que les Essais et les Lieux aient le même directeur. « En s’efforçant d’articuler mémoire et histoire », les Essais, comme le souligne François Hartog, « poursui[ven]t la tentative des Lieux » par le dessin d’» une histoire d’un “lieu de mémoire” [de] ceux-là mêmes qui, avec d’autres, l’ont fait et le font exister […] » (1988 : 129). Les historiens à l’aide de leur mémoire personnelle « cherchent à se faire historiens d’eux-mêmes » (Nora, 1987 : 5) afin de s’ériger en lieu de mémoire en activant leur vécu au présent.

37Les Essais sont un « natural complement » (Popkin, 2005 : 75) aux Lieux, car ils participent aussià la critique du paradigme structuro-quantitativiste et objectiviste qui avait caractérisé l’épistémè des sciences humaines de l’après-guerre proclamant la « mort de l’homme » (Foucault, 1966). Sous l’emprise de ce paradigme dont les Annales braudélo-labrousiennes furent le principal porte-parole en histoire, l’historiographie avait retrouvé ses aspirations positivistes d’antan en refoulant la dimension vécue des phénomènes historiques. Elle identifiait les structures géographiques, socio-économiques, ethno-démographiques et, à terme, culturelles – les « mentalités » – à partir de séries chiffrées rendues possible notamment par les balbutiements de l’informatique qui ont alimenté un scientisme chez certains historiens. Grenier et Lepetit, en réponse à l’appel du « tournant critique » (Annales, 1988), déclaraient que la « constante préoccupation de décrire et d’observer que l’histoire sérielle a héritée de C.-E. Labrousse n’est pas sans rappeler l’exigence positiviste d’une lecture directe du fait historique d’où doit surgir l’interprétation » (1989 : 1364). La quantification était devenue le mot d’ordre puisqu’il garantissait la scientificité de l’histoire. Emmanuel Le Roy Ladurie témoigne de la prégnance de ce scientisme en soulignant qu’» il n’est d’histoire scientifique que quantifiable » (1973 : 20). En subsumant les activités humaines dans des régularités, l’histoire sérielle emprisonne l’individu dans la « longue durée » et, de ce fait, ne lui accorde que très peu d’importance comme agent historique. Bref, c’est dans une nouvelle sensibilité historiographique réaffirmant l’» agencéité » de l’individu et réhabilitant le genre biographique après que la seconde génération annaliste les aient respectivement niée et discréditée que s’inscrivent les Essais (Poirrier, 2005 : 225-6).

38Produits et agents du transfert paradigmatique amorcé au tournant des années 1980 à l’instar des Lieux, les Essais sont, par ailleurs, portés par un discours redéfinissant le rôle de l’historien dans « l’opération historiographique ». Nora conçoit l’autobiographie historienne comme porteur d’un « nouvel âge de la conscience historique ». Elle débarrasserait les historiens du « scrupule à rompre une loi du milieu, celle du silence sur soi » (1987 : 368). Autrefois, l’historien comptait moins par sa personne que par « son service ; à lui de n’être qu’[…]un trait d’union aussi léger que possible entre la matérialité brute de la documentation et l’inscription dans la mémoire ». Or, ce rôle traditionnel se transforme avec « l’éclatement de l’histoire-mémoire » généré par la révolution mémorielle. De cet éclatement,

émerge un personnage nouveau, prêt à avouer […] le lien étroit, intime et personnel qu’il entretient avec son sujet. Mieux à le proclamer, à en faire non l’obstacle, mais le levier de sa compréhension. […] C’est lui l’instrument du métabolisme […]. Il n’est plus un homme-mémoire, mais en sa personne même, un lieu de mémoire (Nora, 1984 : xxxiii-iv ; nous soulignons).

39En plus d’illustrer le lien unissant le projet des Lieux à celui des Essais, Nora reprend le postulat de la philosophie critique de l’histoire telle qu’elle s’est développée en Allemagne où des néokantiens l’avaient initiée au tournant du XXe siècle. Cette tradition franchit le Rhin grâce aux travaux d’appropriation de Raymond Aron (1938) qui soutient que la connaissance de la réalité historique ne se réalise qu’à travers l’expérience de celui l’étudiant, lui-même inséparable de cette réalité à laquelle il appartient comme être historique. De cette inséparabilité découle la contemporanéité de toute histoire (Croce, 1968). La philosophie critique de l’histoire, selon Henri-Irénée Marrou, opère une « révolution copernicienne qui fait désormais graviter tout le système de l’histoire autour du foyer central d’énergie constitué par l’esprit de l’historien » (1975 : 229). Les Essais illustrent, trente ans après l’antiquisant, que l’» histoire est inséparable de l’historien » en montrant que celui-ci est lui-même inséparable de l’histoire vécue. L’historien devient lui-même objet historique : l’histoire fait autant l’historien que l’historien fait l’histoire.

40L’ambiguïté sémantique d’» histoire » suggère, comme le soulignait Michel de Certeau, une « situation de particulière proximité entre l’opération scientifique et la réalité qu’elle analyse » (1975 : 37) faisant en sorte que « la science historique ne peut pas désolidariser entièrement sa pratique de ce qu’elle saisit comme objet ». L’historien doit « préciser les modes successifs de cette articulation » (1975 : 71) entre sa pratique et la situation dans laquelle elle s’imbrique. L’ego-histoire participe à cette tâche. Elle consiste en une anamnèse par laquelle les historiens élucident leurs implications personnelles dans leur travail, ce que Marrou nommait, empruntant une expression sartrienne, une « psychanalyse existentielle » (1975 : 232). Par la médiation de leur mémoire, ils objectivent la relation subjective qu’ils entretiennent avec le passé afin d’» expliciter […] le lien entre l’histoire faite et l’histoire qui [les] a fait » (Nora, 1987 : 7). En plus de révéler l’interpénétration du sujet historien connaissant et de l’objet historique connu exprimant la dialectique constitutive de l’histoire entre le passé et le présent (Bédarida, 1995), ce lien met en évidence ce qui, pour Le Goff, « est la nature même de la science historique », à savoir « d’être étroitement unie à l’histoire vécue dont elle fait partie » (1988 : 352). Dans la conclusion des Essais, Nora souligne en effet qu’ :

[a]ucune activité intellectuelle n’est sans doute aussi dépendante que l’histoire des raisons qui poussent à s’y intéresser, des conditions de son élaboration, de ses lieux d’épanouissement, des circonstances de sa production, de ses enracinements psychiques et biographiques. (1987 : 367)

41Les Essais relèvent le défi mémoriel puisqu’ils constituent une « apologie du métier » (Rousso, 1988 : 134-5). Tel que le souligne Popkin, comme « apologias for history, theyreassure other practioners of the discipline [] historians’ autobiographies tend to reinforce the collective image of the discipline. » (2005 : 84 et 281). Les Essais se voulaient un projet rassembleur, comme en témoigne leur confrontation qui révèle l’existence d’» une communauté historienne, une “koinè”, par-delà les itinéraires différents […] unit la corporation sur des objectifs […] et permet de rassembler sur des projets communs […] des hommes et des femmes que par ailleurs tout sépare » (Nora, 1987 : 363). Cette communauté assure l’existence de la discipline dont l’identité et la légitimité se fondent sur une mémoire collective, une mémoire disciplinaire.

Une mémoire disciplinaire

42Bien qu’il fasse remonter l’histoire de l’histoire au tournant du XXe siècle tout comme Pomian pour qui elle cesse d’être à ce moment « purement bibliographique » (1975 : 936), Le Goff soutient que c’est surtout depuis une vingtaine d’années qu’elle s’est développée (1988 : 17). Jean Glénisson soulignait en 1965 « l’indifférence que manifeste l’école historique française dans sa quasi-totalité pour l’histoire de l’histoire » (1965 : ix). Dix ans plus tard, Charles-Olivier Carbonell notait : « Voilà près d’un demi-siècle que les historiens français disent leur volonté de faire une histoire totale […]. Il est pourtant un domaine qui n’attire guère l’attention des historiens […] : c’est celui de l’histoire de leur propre science. » (1976 : 34).

43L’histoire de l’histoire a longtemps tenu – hormis les bilans historiographiques ponctuels ou les rétrospections spontanées programmatiques – dans quatre ouvrages. L’anthologie Extraits des historiens français du XIXe siècle (Jullian, 1897) présente un commentaire de la production historique où le jugement prime sur l’analyse. Elle cherche moins à « faire une histoire du mouvement historique » qu’à « replacer dans leur milieu politique et littéraire les écrivains et les œuvres » choisis en fonction de leur « valeur littéraire » (1896 : i-ii). L’Histoire en France depuis cent ans (Halphen, 1914) dresse une synthèse de l’historiographie structurée schématiquement en différents courants tels que l’histoire philosophique, l’histoire romantique et l’histoire critique. La Naissance de l’historiographie moderne (Lefebvre, 1971) que Guy Palmade proclamait « le guide le plus intelligent […] pour la découverte d’un continent presque inconnu, l’histoire de l’historiographie » (1971 : 11) est un cours professé à la Sorbonne en 1945-6. Généalogie du concept d’» historiographie moderne » à travers une synthèse de différents courants qui cherche à montrer que l’étude du passé est « en rapport avec la vie qu’elle reflète » (1971 : 15), le manuel resta la référence en la matière jusqu’aux années 1980 (Poirrier, 2004 : 218). Enfin, L’Histoire (Ehrard et Palmade, 1964) qui prétend « esquisser une histoire de l’histoire » en mettant « en lumière les transformations de la méthode historique » est avant tout une anthologie commentée.

  • 10  Cette catégorisation homogénéise des ouvrages dont seule une analyse de contenu rendrait compte de (...)

44L’affirmation de l’histoire de l’histoire à partir des années 1970 est un effet de la « plongée dans la mémoire » (Amalvi, 2005 : 378) contemporaine. Elle avait moins pour objectif de produire une connaissance scientifique du passé disciplinaire que de définir l’identité de l’histoire. Elle s’adresse en bonne partie aux cours d’introduction à l’historiographie via lesquels on « socialise » les nouveaux disciples. Elle est surtout écrite, comme celle des autres disciplines, non par des historiens ayant été formés en histoire des sciences, mais par des praticiens de la « science normale » (Carbonell, 1981 ; Bourdé et Martin, 1983 ; Thullier et Tulard, 1990 ; Bizière et Vayssière, 1995 ; Bonnaud, 1997 et 2001 ; Tétard, 1998 ; Caire-Jabinet, 2002 ; Delacroix et al., 2005 ; Cadiou et al., 2005 ; Poirrier, 2009)10 : l’historien fait l’histoire de sa discipline comme un physicien ferait l’histoire de la physique, soit pour donner sens à sa pratique actuelle (Müller, 1997 : 7). Nora souligne sur ce point que « ce ne sont pas des historiens de métier à qui l’on doit les histoires les plus significatives de la biologie, de la physique, de la médecine ou de la musique, mais à des biologistes, des physiciens, des médecins et des musiciens » (1984 : xxix ; nous soulignons). Ce sont bien entendu des historiens qui ont écrit les histoires les plus significatives de l’histoire. Ces histoires, sauf exceptions (Keylor, 1975 ; Dumoulin, 1983 ; den Boer, 1998), ne sont pas « historiennes », mais avant tout ce que Novick nomme des « disciplinary histories » qui sont « characteristically distorded by “presentism” » (1998 : 12). Le passé de l’histoire y est appréhendé pour qu’il lui soit utile (Mucchielli, 2004). L’histoire disciplinaire consiste moins en une appropriation critique du passé qu’en une mémoire de l’histoire. Renouvelant leur conscience historiographique et identifiant leur savoir, cette mémoire est une déclinaison de l’épistémologie par laquelle les historiens ont relevé le défi mémoriel.

45Certes, le caractère présentiste de l’histoire disciplinaire n’empêche pas qu’elle puisse être critique. Elle interroge les moyens matériels et conceptuels du savoir historique, les procédures de sa production et diffusion et, de ce fait, le délivre et le désidentifie de la mémoire. Pour Nora,

Quelque chose de fondamental commence quand l’histoire commence à faire sa propre histoire. La naissance d’un souci historiographique, c’est l’histoire qui se met en devoir de traquer en elle ce qui n’est pas elle, se découvrant victime de la mémoire et faisant effort pou s’en délivrer (1984 : xxi ; nous soulignons).

46Dans l’ébranlement des savoirs impulsé par la révolution mémorielle, chaque discipline, y compris l’histoire, s’est mise en devoir de vérifier ses fondements par le parcours rétrospectif de sa propre constitution (Nora, 1984 : xxi et xxiv). L’extériorisation de la mémoire de l’histoire crée une « discontinuité historiographique » dans l’histoire de l’histoire permettant aux historiens de se conscientiser à leur savoir ou, dans les mots excessifs de Nora, d’entrer dans leur « âge épistémologique ».

47En mettant en cause l’histoire, la révolution mémorielle est un facteur sous-estimé pour rendre compte de la perception d’une crise de la discipline (Noiriel, 2005). L’extériorisation d’une mémoire disciplinaire dans ce climat d’incertitude est un moyen par lequel les historiens ont procédé à un « examen de conscience » (Boutier et Julia, 1995 : 14). À cet égard, il est possible d’établir une corrélation entre la certitude épistémique d’une discipline et sa propension à l’historicisation (Blondiaux et Richard, 1999 : 120-1). Plus les fondements d’une discipline sont questionnés, plus celle-ci aura tendance à se mettre en perspective historique pour retrouver une identité réassurante. Dans une conjoncture marquée par les questions mémorielles faisant régner le doute sur l’orientation de la discipline, l’extériorisation de sa mémoire a rendu possible une stabilisation par filiation. Face aux interrogations sur l’avenir de l’histoire, la mémoire disciplinaire permet aux historiens de se souvenir d’où ils s’en vont (Létourneau, 2000). Elle a été une modalité par laquelle les historiens ont pris conscience, d’une part, de sa spécificité comme rapport au passé la distinguant de la mémoire et, d’autre part, de la domination que celle-ci exerce sur elle par l’entremise de ses injonctions. Qui plus est, l’identification générée par cette mémoire permet aux historiens de justifier leur pratique (Graham et al., 1983).

48La mémoire disciplinaire donne du poids aux revendications de ses praticiens soulignant la pertinence de leur mode de gestion du passé. Par la formulation de ces revendications, les historiens tentent de relever le défi posé par la révolution mémorielle substituant à leur travail le devoir de mémoire derrière lequel se cachent des enjeux identitaires incompatibles avec le principe d’universalité commandant la démarche historienne. En produisant une « mémoire collective », l’histoire disciplinaire constitue un des lieux où se joue l’identité disciplinaire (Blondiaux et Richard, 1999 : 116). Cette identité forge chez les historiens un sentiment d’appartenance assurant leur cohésion. L’extériorisation de la mémoire de l’histoire sera d’ailleurs appelée à jouer un rôle de plus en plus décisif au sein de la discipline qui se fragmente à mesure qu’elle se spécialise. Comme toute mémoire disciplinaire, la mémoire de l’histoire est une réaction à l’éclatement des savoirs (Müller, 1997). Rassemblant ses praticiens répartis dans différents domaines de recherche sous une commune identité, elle permet à l’histoire de mieux défier la marée mémorielle.

49À l’instar de toute communauté, la discipline historique dispose d’une mémoire dont l’extériorisation a pour fonction de justifier les intérêts de ses praticiens (Noiriel, 2003 : 140). Les rapports de force entre ces derniers expliquent que si la mémoire disciplinaire est un moyen de les unifier, son extériorisation est un enjeu de lutte entre eux (Bourdieu, 2002 : 80). L’appréhension du passé disciplinaire a de tout temps généré des « combats » entre les historiens. Mettant en valeur certains épisodes de son passé et en en gommant certains autres, la mémoire disciplinaire ne sauve du passé que ce qui peut lui servir au présent. Mobilisant le passé disciplinaire pour justifier et définir leur pratique mise en cause par la révolution mémorielle, les historiens se sont ainsi emparés du dispositif de la mémoire pour cautionner leur savoir et le démarquer d’elle, intérêt commun traversant les rapports de force entre eux. À la fois agent, effet et enjeu de la discipline (Schlanger, 1992 : 296), la mémoire de l’histoire constitue une déclinaison du savoir-dire historien.

50Pour ne pas être instrumentalisée par la mémoire, l’histoire a instrumentalisé la mémoire en s’en servant comme source – la mémoire des historiens – et comme image – la mémoire disciplinaire – pour asseoir son autorité comme appréhension spécifique du passé. Double instrumentalisation en laquelle a consisté la deuxième déclinaison de l’épistémo-logie ayant permis aux historiens de relever le défi mémoriel : la mémoire de l’histoire.

La liberté de l’histoire

51Pour relever le défi mémoriel, les historiens ont discouru sur leur savoir. Cette épistémo-logie historienne a pour axe central le rapport histoire-mémoire qu’elle reproblématise doublement. Elle a, d’une part, programmé un nouveau domaine de recherche à partir duquel leur savoir se met en œuvre pour produire une connaissance positive, soit l’histoire de la mémoire. Ce faisant, elle permet aux historiens d’interroger le comment de leur savoir. Elle a, d’autre part, actualisé le passé de celui-ci pour qu’ils puissent retrouver son identité et le justifier sous la forme d’une mémoire de l’histoire. L’épistémologie leur permettait ainsi d’interroger le pourquoi de leur savoir. Entre l’histoire des représentations du passé et les représentations du passé de l’histoire s’est constituée la réponse épistémologique des historiens au défi mémoriel dans laquelle Nora a tenu un rôle décisif, dirigeant les projets la symbolisant : Lieux de mémoire et Essais d’ego-histoire.

52En (re)tissant les mailles de la dialectique mémoire-histoire, l’épistémologie a permis aux historiens de distancier leur savoir de la mémoire qu’ils ont objectivée et instrumentalisée pour qu’ils puissent maintenir son autonomie par rapport à elle, autonomie qui demeure sa présupposition principale (Ricœur, 2000 : 168). Inquiets des instrumentalisations du passé, les historiens ont discouru sur leur savoir, comme le souligne un de ces « historiens-épistémologues », pour dire comme Noiriel (2005), en vue de « dissiper tout risque de confusion entre l’histoire, entendu comme un savoir critique et contrôlable, et les reconstructions mémorielles qui entretiennent avec le passé une relation affective, militante ou manipulatrice » (Chartier, 2002 : 8). Son étude oblige à nuancer le « refus d’épistémologie » (EspacesTemps, 2004) chez les historiens autant déploré comme une « insupportable vanité du technicien » (Ariès, 1954 : 216) que valorisé comme une vertu nécessaire à la posture empiriste. L’épistémologie est le médium par lequel les historiens produisent des représentations réelles mais pas forcément réalistes de leur savoir. Sa fonction est bien celle d’une « idéologie scientifique » (Revel, 2001 : 53), soit l’ensemble des idées que les historiens se font de leur savoir pour orienter et évaluer son effectuation empirique, idéologie qui a été aussi importante que l’infrastructure institutionnelle dans sa disciplinarisation.

53Si ce texte ne se donnait pour objectif que de cerner les contours de l’épistémologie historienne générée par le défi mémoriel, nous ne prétendons aucunement en avoir effectué un traitement socio-historique comme le demande Delacroix (2003) ou en avoir élucidé toutes ses dimensions. L’épistémologie historienne durant cette période n’est pas non plus à mettre en relation dans son entièreté avec ce défi, pas plus qu’elle n’a été le seul moyen par lequel les historiens l’ont relevé. D’une part, il aurait fallu traiter de l’histoire du temps présent dont la programmation est aussi à mettre en relation avec le « moment-mémoire ». Lié à l’histoire de la mémoire, ce programme de recherche (IHTP, 1993) cherche à légitimer un objet correspondant grosso modo à l’étendu temporelle de l’appréhension mémorielle du passé. L’histoire tente ainsi de s’emparer avec ses procédés critiques de ce « passé le plus proche » (Bédarida, 1995 : 75) qu’elle a longtemps déconsidéré, le laissant au jeu de la mémoire. D’autre part, pour relever le défi mémoriel, les historiens sont intervenus sur la scène publique en vue de préserver leur liberté intellectuelle, comme en témoigne, entre autre, la création du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH) et de l’association Liberté pour l’histoire (LPH). Appelant « tous ceux qui refusent que l’histoire soit livrée en pâture aux entrepreneurs de mémoire » à s’y rejoindre, le manifeste du CVUH distingue la mémoire et l’histoire en déclarant qu’il y a « un rapport étroit entre la recherche historique et la mémoire collective, mais ces deux façons d’appréhender le passé ne saurait être confondues » (CVUH, 2007). Ayant pour objet « de défendre la liberté d’expression des historiens contre les interventions politiques et les pressions idéologiques », la LPH est née en décembre 2005. D’abord présidée par René Rémond que Nora a depuis remplacé, elle compte près d’un millier d’historiens signataires de son appel (LPH, 2005) qui soutient que

[l]’histoire tient compte de la mémoire, elle ne s’y réduit pas. […] Dans un État libre, il n’appartient ni au Parlement ni à l’autorité judiciaire de définir la vérité historique. La politique de l’État, même animée des meilleures intentions, n’est pas la politique de l’histoire.

  • 11  Pour une analyse des rapports entre les historiens et la sphère juridico-politique, voir Rémond (2 (...)

54L’intervention historienne contre l’» interventionnisme historique »11, phénomène lié à la révolution mémorielle, participe des « combats pour l’histoire » pour maintenir l’autonomie de son savoir qui, en plus d’être mis en œuvre pour produire une connaissance du passé, est explicité via une épistémo-logie pour le définir, le programmer et le légitimer.

Haut de page

Bibliographie

Amalvi, Christian, 2002, « Naissance et affirmation de l’histoire de l’histoire : jalons pour une connaissance de la Nouvelle Clio », dans C. Amalvi (dir.), Une Passion pour l’histoire. Histoire(s), mémoire(s) et Europe. Hommage au professeur Charles-Olivier Carbonell, Paris, Privat, p. 33-39.

Amalvi, Christian, (dir.), 2005, Les Lieux de l’histoire, Paris, Armand Colin.

Amalvi, Christian, 2005, « 1975-2005 : les Trente Glorieuses des historiens ? », dans C. Amalvi (dir.), Les Lieux de l’histoire, Paris, Armand Colin, p. 372-88.

Annales, 1988, « Histoire et sciences sociales : un tournant critique ? », Annales : ESC, 43, 3, p. 291-3.

ANNALES, 1989, « Tentons l’expérience », Annales : ESC, 44, 6, p. 1317-23.

Arcangeli, Bianca, 1992, « The Historical Treatises and the Image of History in France between the 19th the 20th Centuries », Storia della Storiografia, 22, p. 57-78.

Ariès, Philippe, 1954, Le Temps de l’histoire, Monaco, Rocher.

Aron, Raymond, 1938, La Philosophie critique de l’histoire, Paris, Vrin.

Atkinson, R. F., 1978, Knowledge and Explanation in History. An Introduction to the Philosophy of History. New York, Cornell University Press.

Austin, John, 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.

Aymard, Maurice, 2003, « Histoire et mémoire : construction, déconstruction et reconstruction », Diogène, 201, p. 5-16.

Barrera, José, 2001, « Making History, Talking about History », History and Theory, 40, 2, p. 190-205.

Bédarida, François, 1995, « La dialectique passé/présent et la pratique historienne », dans F. Bédarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France depuis 1945, Paris, MSH, p. 75-89.

Bédarida, François, 1998, « L’historien régisseur du temps : savoir et responsabilité », Revue historique, 605, p. 3-23.

Bizière Jean-Maurice et Pierre Vayssière, 1995, Histoire et historiens. Antiquité, Moyen Âge, France moderne et contemporaine, Paris, Hachette.

Blondiaux, Loïc et Nathalie Richard, 1999, « À quoi sert l’histoire des sciences de l’homme ? », dans C. Blanckaert et al. (dir.), L’Histoire des sciences de l’homme, Paris, L’Harmattan, p. 109-130.

Bonnaud, Robert, 1997, Histoire et historiens depuis 1968, Paris, Kimé.

Bonnaud, Robert, 2001, Histoire et historiens de 1900 à nos jours. L’histoire nouvelle, au-delà de l’histoire, Paris, Kimé.

Bourdé, Guy et Hervé Martin, 1983, Les Écoles historiques, Paris, Seuil.

Bourdieu, Pierre, 1995, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 106-7, p. 108-22.

Boutier, Jean et Dominique Julia, 1995, « À quoi pensent les historiens ? », dans J. Boutier et D. Julia (dir.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Autrement, p. 3-33.

Burguière, André, 1995, « L’anthropologie historique », dans F. Bédarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France depuis 1945, Paris, MSH, p. 171-85.

Burguière, André, 2006, L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob.

Cadiou, François et al., 2005, Comment se fait l’histoire ?, Paris, La Découverte.

Caire-Jabinet, Marie-Paule, 2002, L’Histoire en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Flammarion.

Canguilhem, Georges, 1983 [1968], Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin.

Carbonell, Charles-Olivier, 1976, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français : 1865-1885, Paris, Privat.

Carbonell, Charles-Olivier, 1981, L’Historiographie, Paris, PUF.

Carrard, Philippe, 1998, Poétique de la Nouvelle Histoire : le discours historique en France de Braudel à Chartier, Paris, Payot.

Chartier, Roger, 1998, « Histoire et philosophie », dans Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et incertitude, Paris, Albin Michel, p. 234-54.

Chartier, Roger, 2002, « Le passé au présent », Le Débat, 122, p. 4-11.

Châtelet, François, 1962, La Naissance de l’histoire, Paris, Seuil.

Chaunu, Pierre, 1978, Histoire quantitative, histoire sérielle, Paris, A. Colin.

Clarke, Elizabeth A., 2004, History, Theory, Text : Historians and the Linguistic Turn, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Corbin, Alain, 1992, « “Le vertige des foisonnements”. Esquisse panoramique d’une histoire sans nom », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 39, 1, p. 103-26.

Croce, Benedetto, 1968 [1915], Théorie et histoire de l’historiographie, Genève, Droz.

CVUH, 2007, Manifeste du CVUH, [en ligne], consulté le 15 juillet 2009,

http://cvuh.free.fr/spip.php?article5

Darbo-Peschanski, Catherine, 2007, L’Historia. Commencements grecs, Paris, Folio.

de Certeau, Michel, 1975, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Delacroix, Christian, 2005, « De quelques usages historiens de P. Ricœur », dans B. Müller (dir.), L’Histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Lausanne, Payot, p. 99-123.

Delacroix, Christian, Dosse, François et Patrick Garcia(éds.), 2003, Histoire et historiens en France depuis 1945, Paris, ADPF.

Delacroix, Christian, Dosse, François et Patrick Garcia, 2005, Les Courants historiques en France, XIXe-XXe siècle, Paris, A. Colin.

DenBoer, Pim, 1998, History as a Profession : the Study of History in France 1818-1914, Princeton, Princeton University Press.

Dosse, François, 1997, L’Empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, Paris, La Découverte.

Dosse, François, 1998, « Entre histoire et mémoire : une histoire sociale de la mémoire », Raison présente, 128, 4, p. 5-24.

Dosse, François, 2000, L’Histoire, Paris, A. Colin.

Dosse, François, 2005 [1987], L’Histoire en miettes. Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte.

DOSSE, François et al., 1988, « Autour de l’ego-histoire », Le Débat, 49, p. 122-140.

Dray, William, 1997, « Philosophy and Historiography », dans Michael Bentley (dir.), Companion to Historiography, Londres, Routledge, p. 746-764.

Droysen, Johann Gustav, 2002 [1857], Précis de théorie de l’histoire, traduit de l’allemand par A. Escudier, Paris, Cerf.

Dumoulin, Olivier, 1983, Profession historien, 1919-1939 ; « un métier » en crise, Thèse de 3ème cycle, Paris, EHESS.

Dumoulin, Olivier, 2003, Le Rôle social de l’historien : de la chaire au prétoire, Paris, A. Michel.

Dupront, Alphonse, 1961, « Problèmes et méthodes d’une histoire de la psychologie collective », Annales : ESC, 16, 1, p. 3-11.

Ehrard, Jean et Guy Palmade, 1964, L’Histoire, Paris, A. Colin.

EspacesTemps, 2004, « La dure simplicité du positif », L’Opération épistémologique. Réfléchir les

sciences sociales, 84-86, [en ligne], consulté le 15 juillet 2009,

http ://espacestemps.net/document605.html

Esprit, 1993, « Le poids de la mémoire », Esprit, 193, p. 5-6.

Farge, Arlette, 1988, « L’histoire inquiète », Le Débat, 49, p. 125-6.

Foucault, Michel, 1966, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard.

Frank, Robert, 1992, « La mémoire et l’histoire », Les Cahiers de l’IHTP, 21, p. 65-72.

Gauchet, Marcel, 1988, « Changement de paradigme en sciences sociales ? », Le Débat, 50, p. 165-170.

Gauchet, Marcel, 1999, « L’élargissement de l’objet historique », Le Débat, 103, p. 131-47.

Gauchet, Marcel, 2002, Philosophie des sciences historiques, Paris, Seuil.

Glénisson, Jean, 1965, « L’historiographie française contemporaine : tendances et réalisations », dans J. Glénisson (dir.), La Recherche historique en France de 1940 à 1945, Paris, Comité français des sciences historiques, p. ix-lxiv.

Goldstein, Leon, 1996, The What and the Why of History: Philosophical Essays, Leiden, Brill.

Graham, Loren R. et al. (dir.), 1983, Functions and Uses of Disciplinary Histories, Dordrecht, Reidel.

Grenier, Jean-Yves, 2001, « Du bon usage du modèle en histoire », dans J.-Y. Grenier et al. (dir.), Le Modèle et le récit, Paris, MSH, p. 71-101.

Grenier, Jean-Yves et Bernard Lepetit, 1989, « L’expérience historique. À propos de C.-E. Labrousse », Annales : ESC, 44, 6, p. 1337-60.

Halbwachs, Maurice, 1994 [1925], Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, A. Michel.

Halbwachs, Maurice, 1997 [1950], La Mémoire collective, Paris, A. Michel.

Halphen, Louis, 1914, L’Histoire en France depuis cent ans, Paris, A. Colin.

Hartog, François, 1988, « Un genre nouveau ou un document nouveau genre ? », Le Débat, 49, p. 127-29.

Hartog, François, 1988, Le XIXe siècle et l’histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, Seuil.

Hartog, François, 1993, « Comment écrire l’histoire de France », Magazine littéraire, 307, p. 28-32.

Hartog, François, 1995, « Temps et histoire », Annales : ESC, 50, 6, p. 1219-1236.

Hartog, François, 2000, « Histoire. La tentation de l’épistémologie ? », Le Débat, 112, p. 80-83.

Hartog, François, 2003, Régimes d’historicité, présentismes et expériences du temps, Paris, Seuil.

Hartog, François, 2005, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, EHESS.

IHTP, 1993, Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS.

Joutard, Philippe, 1986, « Mémoire collective », dans A. Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, p. 447-449.

Joutard, Philippe, 1998, « La tyrannie de la mémoire », L’Histoire, 221, p. 98.

Jullian, Camille, 1897, Extraits des historiens français du XIXe siècle, Paris, Hachette.

Keylor, William, 1975, Academy and Community. The Foundation of the French Historical Profession, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Koselleck, Reinhart, 1990, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’allemand par J. et M.-C. Hoock, Paris, EHESS.

Koselleck, Reinhart, 1997, « Le concept d’histoire », dans L’Expérience de l’histoire, traduit de l’allemand par A. Escudier, Paris, Gallimard, p. 15-99.

Kuhn, Thomas S., 1962, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, Chicago University Press.

LaCapra, Dominick, 1982, « Rethinking Intellectual History and Reading Texts », dans D. LaCapra et S. L. Kaplan (dir.), Modern European Intellectual History: Reappraisals and New Perspectives, Ithaca, Cornell University Press, p. 245-276.

Lecourt, Dominique, 2002 [1969], L’Épistémologie historique de Gaston Bachelard, Paris, Vrin.

Le Goff, Jacques, 1988, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard.

Le Roy Ladurie, Emmanuel, 1973, Le Territoire de l’historien, Paris, Gallimard.

Lefebvre, Georges, 1971, La Naissance de l’historiographie moderne, Paris, Centre de documentation universitaire.

Leterrier, Sophie-Anne, 1997, Le XIXe siècle historien. Une anthologie raisonnée, Paris, Belin.

Leterrier, Sophie-Anne, 2000, Passer à l’avenir, Montréal, Boréal.

LPH, 2005, L’Appel du 12 décembre 2005, [en ligne], consulté le 15 juillet 2009, http ://www.lph-asso.fr/doc.html

Marrou, Henri-Irénée, 1975 [1954], De la connaissance historique, Paris, Seuil.

Martin, Raymond, 1989, The Past within Us: an Empirical Approach to Philosophy of History, Princeton, Princeton University Press.

Megill, Allan, 1998, « History, Memory, Identity », History of the Human Sciences, 11, 3, p. 37-62.

Mongin, Olivier, 1993, « Une mémoire sans histoire ? Vers une autre relation à l’histoire », Esprit, 190, p. 102-13.

Monod, Gabriel, 1876, « Du progrès des sciences historiques en France depuis le XVIe siècle », Revue historique, 1, p. 5-38.

Müller, Bertrand, 1997, « Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales », Les Annuelles, 8, p. 173-190.

Müller, Bertrand, 2005, « Cheminer avec P. Ricœur. À propos de la Mémoire, l’histoire et l’oubli », dans B. Müller (dir.), L’Histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Lausanne, Payot, p. 15-35.

Mucchielli, Laurent, 2004, Mythes et histoire des sciences humaines, Paris, La Découverte.

Noël, Patrick-Michel, 2008, « Réfléchir à l’histoire en historien. Vers une connaissance de l’histoire par l’histoire », dans J. Massicotte et al. (dir.), Actes du 7e Colloque du département d’histoire de l’Université Laval, Québec, Artefact, p. 165-188.

Noël, Patrick-Michel, 2010, « Une question de (méta-)épistémologie historique : la liberté de l’historien ou l’autodétermination disciplinaire », dans J. Boivin et al. (dir.), Actes du 9e Colloque du département d’histoire de l’Université Laval, Québec, Artefact, p. 303-320.

Noiriel, Gérard, 2005 [1996], Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Gallimard.

Nora, Pierre, 1978, « La mémoire collective », dans R. Chartier, J. Le Goff et J. Revel (dir.), La Nouvelle histoire, Paris, C.E.P.L., p. 398-401.

Nora, Pierre, 1984, « Entre mémoire et histoire : la problématique des lieux », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 1 : La République, Paris, Gallimard, p. xvii-xlii.

Nora, Pierre (dir.), 1984-1993, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Nora, Pierre, 1986, « L’historiographie », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 2 : La Nation, vol. 1 : Héritage, historiographie et paysages, Paris, Gallimard, p. 189-434.

Nora, Pierre (dir.), 1987, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard.

Nora, Pierre, 1992, « Comment on écrit l’histoire de France », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 3 : Les France, vol. 1 : Conflits et partages, Paris, Gallimard, p. xi-xxxii.

Nora, Pierre, 1993, « L’ère de la commémoration », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 3 : Les France, vol. 3 : De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard, p. 977-1012.

Nora, Pierre, 1994, « La loi de la mémoire », Le Débat, 78, p. 187-91.

Nora, Pierre, 2002, « Pour une histoire de second degré », Le Débat, 122, p. 24-31.

Nora, Pierre et Françoise Chandernagor, 2008, Liberté pour l’histoire, Paris, CNRS.

Novick, Peter, 1998 [1988], That Noble Dream: the « Objectivity Question » and the American Historical Profession, Cambridge, CUP.

Ory, Pascal, 2007, L’Histoire culturelle, Paris, PUF.

Poirrier, Philippe, 2004, Les Enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil.

Poirrier, Philippe, 2009, Introduction à l’historiographie, Paris, Belin.

Pomian, Krzysztof, 1975, « L’histoire de la science et l’histoire de l’histoire », Annales : ESC, 30, 5, p. 935-52.

Pomian, Krzysztof, 1986, « L’heure des Annales. La terre – les hommes – le monde », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 3 : La Nation, vol. 1 : Héritage, historiographie, paysages, Paris, Gallimard, p. 377-429.

Pomian, Krzysztof, 1998, « De l’histoire, partie de la mémoire, à la mémoire, objet de l’histoire », Revue de Métaphysique et de Morale, 103, 1, p. 63-110.

Popkin, Jeremy, 2005, History, Historians, and Autobiography, Chicago, Chicago University Press.

PROST, Antoine, 1996, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil.

PROST, Antoine, 1999, « Mais comment donc l’histoire avance-t-elle ? », Le Débat, 103, p. 148-53.

Rancière, Jacques, 1992, Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil.

RÉmond, René (dir.), 1988, Pour une histoire politique, Paris, Seuil.

RÉmond, René, 2006, Quand l’État de mêle de l’histoire, Paris, Stock.

Revel, Jacques, 2001, « Les sciences historiques », dans J.-M. Berthelot (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, p. 21-76.

Ricœur, Paul, 1967, Histoire et vérité, Paris, Seuil.

Ricœur, Paul, 1983-5, Temps et récit, 3 vol. , Paris, Seuil.

Ricœur, Paul, 2000, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Rioux, Jean-Pierre, 1997, « La mémoire collective », dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une historie culturelle, Paris, Seuil, p. 325-343.

Rousso, Henry, 1988, « Sept historiens en quête de mémoire », Le Débat, 49, p. 134-8.

Rousso, Henry, 1990 [1987], Le Syndrome de Vichy : de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

Rousso, Henry, 1998, La Hantise du passé, Paris, Textuel.

Rousso, Henry, 2001, Vichy. L’Événement, la mémoire et l’histoire, Paris, Gallimard.

Schlanger, Judith, 1992, « Fondation, nouveauté, limites, mémoire », Communication, 54, p. 289-98.

Taylor, Charles, 1995, « 1. Overcoming Epistemology », dans Philosophical Arguments, Cambridge, Harvard University Press, p. 1-19.

Tétard, Philippe, 1998, Petite histoire des historiens, Paris, A. Colin.

Thomas, Yan, 1998, « La vérité, le temps, le juge et l’historien », Le Débat, 102, p. 17-36.

Thullier, Guy et Jean Tulard, 1990, Les Écoles historiques, Paris, PUF.

TODOROV, Tzvetan, 1995a, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa.

TODOROV, Tzvetan, 1995b, « La mémoire devant l’histoire », Terrain, 25, p. 101-112.

Tucker, Aviezer, 2004, Our Knowledge of the Past: a Philosophy of Historiography. New York, Cambridge University Press.

Valensi, Lucette, 1993, « Présence du passé, lenteur de l’histoire », Annales : ESC, 48, 3, p. 491-500.

Valensi, Lucette, 1995, « Histoire nationale, histoire monumentale : les Lieux de mémoire », Annales : HSS, 50, 6, p. 1271-77.

Weber, Max, 1992 [1904-1917], Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket.

Wieviorka, Annette, 1998, L’Ère du témoin, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  Nous renvoyons à Poirrier (2005 : 217-232) et Noël (2008).

2  De épistémê (savoir) et logos (discours). Plusieurs trouveront cette acception insolite, étant habitués à concevoir l’épistémologie comme une branche de la philosophie qui s’intéresse à la théorie de la connaissance – gnoséologie – ou, plus spécifiquement, aux sciences qui la produisent. Aussi, l’épistémologie historienne se distingue de l’épistémologie historique, approche en philosophie des sciences soutenant qu’on ne peut trouver la logique d’une science indépendamment de son déploiement historique et ayant longtemps été la chasse gardée des philosophes français comme Gaston Bachelard, Georges Canguilhem et Michel Foucault (Lecourt, 2002).

3  Or, des philosophes de l’histoire soutiennent qu’ils ne sont pas à la remorque des historiens (Atkinson, 1978). Il n’est pas le lieu ici de se prononcer sur la question de la relation entre les philosophes de l’histoire et les historiens de métier ; seul nous intéresse le fait que des philosophes et les historiens aient jugé la philosophie de l’histoire comme étant « too remote from the realities of historical practice to be of much interest to the historians » (Dray, 1997 : 764-5).

4  Ce « memory craze » transcende les frontières de l’Hexagone (Megill, 1998 : 38). On réduirait toutefois la complexité du phénomène si on faisait abstraction de ses différentes inscriptions nationales.

5  Sur la question du rapport entre le témoin et l’historien, voir Hartog (2005 : 191-214) et Thomas (1998). La question a pris une nouvelle ampleur avec la convocation des historiens à la barre des tribunaux en tant que témoins-experts. Cette convocation a suscité un débat, puisque l’historien, étymologiquement et épistémologiquement, ne peut être témoin. Leon J. Golstein rappelle qu’il existe « a fundamental epistemic distinction to be made between the descriptions of witnesses and those of historians. The former are accounts of things present in the perceptual field of the witness. The latter emerge in the course of determinate intellectual activities which are in no way at all like perception » (1996 : 132). Si certains historiens ont accepté de témoigner « de ce dont ils n’ont pas été les témoins » (Dumoulin, 2003 : 12), d’autres dénoncent la « judiciarisation du passé » (Rousso, 1998 : 8) générée par la convocation des historiens aux tribunaux et menant à la confusion des registres de l’histoire et de la justice.

6  Nora (1992 : 27) a défini ce régime : « L’histoire […] s’est toujours écrite du point de vue de l’avenir. C’est en fonction de l’idée […] de ce que devrait être ou serait cet avenir que s’opérait […] la récollection de ce que la collectivité avait besoin de sauver d’elle-même pour affronter ce qui l’attendait […] ».

7  À ne pas comprendre ici comme l’ensemble des représentations du passé que se font les historiens.

8  Alphonse Dupront notait déjà que la « mémoire collective est la matière même de l’histoire. N’est-il pas très significatif d’une mentalité, la nôtre, dite moderne, que nous ne l’ayons encore quasi pas différenciée comme matière d’études ? » (1961 : 5).

9  Pour une bibliographie des ego-histoires, voir Jeremy Popkin (2005).

10  Cette catégorisation homogénéise des ouvrages dont seule une analyse de contenu rendrait compte de leur diversité. Davantage sépare qu’unit ces ouvrages n’ayant en commun que de traiter du passé disciplinaire sans pour autant avoir été écrits par des historiens ayant une formation à l’historicisation des sciences. Celle-ci leur permettrait de jeter un regard moins spontané sur leur objet qui est aussi le lieu d’où ils jettent ce regard. C’est à ce titre qu’on peut considérer ces ouvrages, du moins sur le plan formel, comme le support d’une mémoire disciplinaire dont le contenu nous intéresse moins que son extériorisation. Pour une analyse de ce corpus, voir Noël (2008).

11  Pour une analyse des rapports entre les historiens et la sphère juridico-politique, voir Rémond (2006) et Nora et Chandernagor (2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick-Michel Noël, « Entre histoire de la mémoire et mémoire de l’histoire : esquisse de la réponse épistémo-logique des historiens au défi mémoriel en France », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/820

Haut de page

Auteur

Patrick-Michel Noël

est doctorant à l’Université Laval (Québec, Canada) en  histoire. Sa thèse porte sur l’épistémologie historienne au Québec, c’est-à-dire sur le discours que les historiens tiennent sur leur savoir. Il enseigne également à l’Université de Moncton (Canada).

Patrick Michel Noël
is a PHD candidate in History at Université Laval (Québec, Canada). His thesis focuses on the epistemology of historians, that is to say the discourse they hold on their know-how. He also teaches at l’Université de Moncton (Canada).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals