Navigation – Plan du site

Les représentations du passé

Mélissa S.-Morin et Patrick-Michel Noël

Texte intégral

1Complétementaires et antagonistes, les relations entre histoire et mémoire en tant qu’appropriations du passé sont une question à la fois épistémique, politique et éthique. Elles sont intimement liées à la connaissance et aux usages sociaux du passé. Si la question ne date pas d’hier, elle a pris une importance nouvelle depuis les trente dernières années sous l’impulsion de ce que les historiens Pierre Nora, François Hartog et Allan Megill ont aptement et respectivement nommé le « moment-mémoriel », le « flot mémoriel » et la « memory craze » (Nora, 1984 ; Hartog, 1993 ; Megill, 1998) et qui trouve également écho chez Franklin R. Ankersmit qui évoque « the sudden predominance of the notion of memory in comtemporary historical consciousness » (Ankersmit, 2001 : 154). Ce phénomène se caractérise essentiellement par l’irruption de la mémoire dans l’ensemble des sphères de la société générant une « commémorite » aiguë, une (sur)patrimonialisation du passé et surtout un appel à un devoir de mémoire court-circuitant les opérateurs critiques du travail de l’historien. La mémoire s’empare, au détriment de l’histoire, de la totalité de l’espace représentationnel du passé : elle se place devant l’histoire comme mode de gestion du passé.

2Ce véritable défi mémoriel a engendré une importante littérature, notamment chez les historiens et les philosophes, sur la nature des rapports entre histoire et mémoire. Si un constat peut être fait de cette littérature foisonnante, c’est bien la complexité caractérisant ces rapports, complexité qui résulte avant tout de leur historicité. La nature des rapports entre histoire et mémoire a en effet varié tant dans le temps que dans l’espace. La contextualisation s’avère ainsi une démarche pertinente pour ne pas dire incontournable pour comprendre leur complexité.

3L’élucidation de la problématique générale de la relation entre histoire et mémoire peut également profiter de la mobilisation du prisme conceptuel des représentations. Cette approche connaît un succès considérable en histoire ainsi que dans l’ensemble des sciences sociales et participe à leur tournant herméneutique et pragmatique ; l’histoire et les sciences sociales s’» humanisent » en se distanciant du déterminisme, du matérialisme, du structuralisme et du fonctionnalisme leur ayant longtemps servi de matrices théoriques (Dosse, 1995). Le concept de représentations permet aux chercheurs des sciences humaines de mieux établir l’agencéité des dimensions réflexive, discursive et idéelle du comportement des acteurs sans pour autant les désincarner de leur environnement social comme le faisait une certaine histoire des idées maintenant dépassée.

  • 1  Voir aussi l’anthologie éditée par Patrick Gardiner (1959) qui regroupe plusieurs textes gravitant (...)
  • 2  Les travaux de Hayden White (1973, 1978, 1987) ont joué un rôle qu’on peut difficilement surestime (...)

4Or, les ressources heuristiques de l’approche des représentations ont paradoxalement peu été mises à profit par les chercheurs s’intéressant aux relations entre histoire et mémoire, à l’exception de certains adeptes de la new philosophy of history et, surtout, de Paul Ricœur. La new philosophy of history remonte à 1986. Dans un numéro de la revue History and Theory consacré à l’état et à l’avenir de la philosophie de l’historiographie, F. R. Ankersmit soutient que celle-ci fait face à un dilemme ; elle est divisée entre ce qu’il appelle une tendance épistémologique et une tendance narrativiste (Ankersmit, 1986). La première, qui a dominé des années 1930 aux années 1970, s’intéresse à la structure de l’explication historique. Le modèle nomologique de Carl Hempel, celui de l’herméneutique analytique de Robin G. Collingwood de même que le modèle herméneutique de l’explication rationnelle recourant à une causalité sans légalité de William Dray ont été trois propositions fortes s’inscrivant dans la première tendance (Hempel, 1942 ; Collingwood, 1994 ; Dray, 1957)1. La seconde, dans la mouvance du linguistic turn, focalise son attention sur le langage des historiens, sur les « instruments historians develop for furthering our understanding of the past » (Ankersmit, 1986 : 2). L’orientation narrativiste prend de plus en plus de place en philosophie de l’histoire à partir des années 1970 (Vann, 1995)2 et c’est elle que les philosophes doivent prendre selon Ankersmit. Ce dernier plaide en fait pour un renouvellement de l’approche narrativiste au moyen de l’appropriation de la notion de représentation permettant de rendre compte de la dimension interprétative du travail historien. Contrairement à la notion d’explication ou de compréhension empathique ayant dominé la philosophie de l’historiographie, « the vocabulary of representation has the capacity to account not only for the details of the past but also for the way these details have been integrated within the totality of the historial narrative » (Ankersmit, 1988 : 209 ; 2001).

5Important les thèses narrativistes de la philosophie anglo-saxonne de l’histoire en France, P. Ricœur souligne dans son Temps et récit l’identité fondamentalement narrative de toute histoire (Ricœur, 1983-85). Cette thèse ne revient aucunement chez lui à faire une apologie de l’histoire narrative récusée par l’histoire (science) sociale ni à mettre en question l’ambition scientifique du savoir historien, comme certains narrativistes radicaux. Ricœur poursuit sa réflexion avec La Mémoire, l’histoire, l’oubli où le concept de représentation est central. Histoire et mémoire sont pensées comme deux formes de représentation – prise dans l’acception de la présence de l’absence – du passé. Il construit par ailleurs son épistémologie de l’histoire sur « une hypothèse de travail particulière », soit « de mettre le type d’intelligibilité propre à l’explication/compréhension à l’épreuve d’une classe d’objets de l’opération historiographique, à savoir les représentations». Le philosophe fait d’elles « l’objet de référence prochaine » du discours historique en les appréhendant comme la « composante symbolique dans la structuration du lien social et des identités qui en sont l’enjeu » (2000 : 236, 238 et 239). Plus que tout autre philosophe de l’historiographie, Ricœur nous fait ainsi prendre conscience du fait que la notion de représentation(s) en histoire (et en sciences sociales) peut à la fois désigner la démarche du chercheur comme « moment méthodologique » – la « phase représentative » de l’opération historiographique qui se conjuguent avec celles de l’» archivation » et de l’» explication » –, être mobilisée dans sa référencialité comme source témoignant d’une réalité extralinguistique et finalement être saisie dans sa performativitécomme objet, notamment dans le cadre d’une histoire de la mémoire.

6En ce sens, il n’est pas exagéré de prétendre que la question des rapports entre histoire et mémoire ne peut se comprendre sans recourir au concept polysémique de représentation(s). Conjuguer la question des rapports entre histoire et mémoire à l’approche théorique des représentations s’avère ainsi pertinent pour (ré)apprécier la nature complexe de ces rapports, question ayant fait coulé beaucoup d’encre depuis les vingt dernières années (Lafabvre, 2009), mais qui est toutefois loin d’être épuisée, comme en témoignent les 14 contributions rassemblées dans ce numéro thématique. Allant d’essais théoriques à des études de cas empiriques, ces 14 textes mobilisent différentes approches et perspectives méthodologiques, sollicitent différents auteurs et choisissent différents espaces-temps pour interroger et thématiser les représentations du passé. Par conséquent, le présent numéro se veut avant tout un lieu de rencontre, un carrefour qui ne prétend aucunement présenter un portrait exhaustif ni même représentatif de la recherche actuelle sur la problématique des rapports entre histoire et mémoire.

7Les contributions ont été divisées en thématiques structurant la problématique des représentations du passé. Cette problématique ne peut être comprise sans examiner les enjeux historiographiques et théoriques que soulève la relation entre la représentation mémorielle et la représentation historienne du passé. Trois textes traitent d’enjeux reliés à la discipline historique et un, d’enjeux reliés à la littérature. Un élément traverse les trois premiers, à savoir celui du constat d’un moment mémoriel qui met en question la capacité de la pratique des historiens de s’approprier le passé. Patrick-Michel Noël s’interroge sur la réponse « épistémologique » des historiens à ce défi. Il soutient qu’elle a consisté essentiellement en deux stratégies : les historiens ont, d’une part, historicisé la mémoire (l’histoire de la mémoire) et ont, d’autre part, porté un nouvel intérêt à leur passé disciplinaire (mémoire de l’histoire). Daniel Poitras s’intéresse plutôt à l’usage implicite de la mémoire dans « les opérations courantes qui l’impliquent ou y touchent de près ». Il examine et compare comment deux historiens – Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien (1980) et François Furet dans Le Passé d’une illusion (1995) – font agir la mémoire dans le champ d’expérience de leurs contemporains. La contribution de Diana Napoli porte aussi sur Michel de Certeau dont elle mobilise les réflexions en vue d’étudier le concept de représentation en histoire et pour mieux déterminer ce « que peut fait l’histoire face à la montée de la mémoire ». Elle soutient que Certeau identifiait, à partir d’une lecture de Freud, l’historiographie à une « comédie de l’identité » que la société joue pour s’établir dans la dimension du présent. Enfin, le texte de Florence Tilch s’intéresse, à travers les réflexions de Maurice Halbwachs, aux enjeux théoriques soulevés par la relation qu’entretiennent les représentations littéraires du passé et la mémoire collective. La littérature est « chez Halbwachs » à la fois un cadre et un médium de la mémoire collective. Tilch examine, de façon plus générale, quelques questions au cœur du rapport entre mémoire et littérature telles que la narration, la vérité/fiction et la réception/souvenir.

8Trois contributions s’articulent autour de la thématique du passé représenté via les média télévisuelles et cinématrographiques. Elles montrent que la problématique des représentations du passé dépasse la sphère théorique des disciplines. Olivier Côté étudie la circulation des récits historiques dans la société canadienne à travers l’analyse de la production de la série Le Canada, une histoire populaire, de la dynamique radio-canadienne entre journalistes et historiens ainsi que du décodage du récit de la série par les téléspectateurs qui ont envoyé des courriels à la Société Radio-Canada. Il soutient que ce sont les récits de type centripède qui s’imposent puisqu’ils « font davantage consonance avec l’imaginaire social des Canadiens ». Nuran E. Işik s’intéresse à la question de la narration extra-historienne de la vie de Mustafa Kemal Atatürk et focalise son attention sur le docudrame Mustafa. Révélant des détails ou des anecdotes inconnus sur sa vie privée, le docudrame propose une lecture alternative de l’histoire de la République turque et d’Atatürk, c’est-à-dire contra les récits officiels et hégémoniques. Cette lecture conduit, selon Işik, à une « individualization of history ». La contribution d’Elie Yazbek examine le rapport entre la référence au passé historique et sa représentation écranique à travers quelques films récents américains. Son analyse de la question de la représentation du passé au cinéma tient compte de la réception des spectateurs plus ou moins connaisseur de l’histoire et aborde ainsi la problématique de la « mémoire spectatorielle ».

9Deux contributions portent ensuite à nouveau sur la thématique du passé représenté via, cette fois, les musées et sites historiques. Les auteurs mettent de l’avant l’importance des représentations construites par les visiteurs – et influencées par leur propre mémoire individuelle ou collective – dans la réception, la compréhension et l’acceptation des représentations du passé offertes par les structures muséales. Felicity Bodenstein traite ainsi des musées d’histoire en tant que lieux de mémoire et examine comment certains musées parisiens offrent aux visiteurs non pas des représentations statiques du passé, mais plutôt une expérience sentimentale et émotionnelle du passé alimentée par des mediums technologiques interactifs stimulant la sensibilité et l’émotivité du visiteur, lequel participe ainsi à la construction mémorielle collective en devenant acteur au sein des expositions plutôt qu’observateur passif. Brittney Anne Bos s’intéresse, quant à elle, à la représentation des femmes dans les sites historiques sous la tutelle de Parcs Canada et propose un regard sur les cadres théoriques et conceptuels de l’» historical memory » et de l’» heritage conservation », lesquels peuvent permettre de comprendre « the complex and rarely explored connections between gender history and National Historic Sites ». Établissant la fonction mémorielle des sites historiques, Bos s’interroge sur les motifs orientant le choix des mémoires représentées ou mises de côté et sur le rôle des sites historiques comme acteurs mémorielles, mais également comme médiateurs entre l’histoire et la mémoire.

10Les quatre textes formant la section pénultième de ce numéro s’inscrivent en histoire de la mémoire ; ils présentent des évènements dont les représentations mémorielles varient en fonction du temps et mettent de l’avant des remémorations inscrites dans des contextes historiques spécifiques. Bien que portant sur des cadres spatio-temporels hétérogènes, ces quatres contributions abordent des représentations d’un passé historique dont les collectivés impliquées conservent la mémoire. Nathalie Monio traite ainsi de l’évolution des représentations iconographiques de la Guerre de Troie chez les Grecs d’époque archaïque et classique. Elle examine le choix des évènements, des sujets et des thèmes représentés et soutient que les représentations iconographiques et les perceptions de la Guerre de Troie fluctuent et changent en fonction des contextes historiques contemporains dans lesquels s’inscrivent les artistes. Passant de l’histoire ancienne à l’histoire contemporaine, Valérie Lapointe-Gagnon s’interresse aux représentations du passé apparaissant dans le rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme qui a ébranlé la vie politique canadienne et teinté les relations canado-québéboises dans les années 1960-1970 et pour les décennies subséquentes. Lapointe-Gagnon étudie les représentations canadienne et québécoises du passé national émergeant du rapport et met de l’avant les distinctions, parfois dichotomiques, entre les mémoires collectives des Canadiens anglophones d’une part et des Québécois francophones d’autre part, une divergence mémorielle présentée comme une source de tensions entre les deux principales communautés politiques du Cananda. Mónica López Lerma aborde ensuite les tentatives de rétablissement de la mémoire historique des victimes du régime dictatorial de Franco en Espagne en confrontant les représentations du passé franquiste véhiculées dans deux textes aux visées fort différentes, soit le roman Beltenebros écrit par Antonio Muñoz Molina et la loi sur la mémoire historique votée par le gouvernement espagnol en 2007. López Lerma se penche sur les pratiques représentationnelles utilisées au sein des deux textes dans le but de rétablir les mémoires historiques collectives des victimes du régime dictatorial et de gérer l’expérience mémorielle traumatisante des communautés. Enfin, Nassim Amrouche conclut cette partie en présentant un article portant sur l’opposition sociopoiltique berbériste, articulée autour de la structure tribale des aarch, en Kabylie (Algérie) depuis 2001. Amrouche montre ainsi comment les aarch instrumentalisent les mémoires politiques et historiques portées collectivement afin de soutenir leurs revendications identitaires et comment ils utilisent le patrimoine mémoriel collectif pour opposer une histoire officielle algérienne, aux origines arabo-musulmanes, à une histoire dite légitime, issue d’une transmission mémorielle intergénérationnelle justifiant les exigences berbéristes contemporaines.

11Finalement, les deux dernières contributions de ce numéro thématique sur les représentations du passé traitent des autobiographies et des souvenirs personnels comme vecteur représentationnel et mémoriel. Paula Sombra examine dans un premier temps les mémoires du militantisme révolutionnaire politique et militaire d’Argentine. S’appuyant sur des récits oraux collectés auprès d’anciens militants et activistes politiques, Sombra utilise une approche biographique lui permettant de se pencher sur la reconstruction du passé récent argentin à partir de mémoires collectives et individuelles des pratiques vécues du militantisme révolutionnaire. Dans un second temps, Christine Plasse-Bouteyre analyse les autobiographies de quatre professeurs de lettres de la Sorbonne et se questionne sur l’acte de remémorations et sur la fonction des écritures personnelles dans la prise de conscience de soi. Plasse-Bouteyre soutient ainsi que « ce travail de construction et de représentation d’une vie […] aboutit à renforcer la légimité et la visibilité sociale des auteurs et du corps professoral plus généralement ».

Haut de page

Bibliographie

Ankersmit, Franklin R., 1986, « The Dilemma of Contemporary Anglo-Saxon Philosophy of History », History and Theory, 25, 1, p. 1-27.

Ankersmit, Franklin R., 1989, « Historical Representation », History and Theory, 27, 3, p. 137-153.

Ankersmit, Franklin R., 2001, Historical Representation, Stanford, Stanford University Press.

Collingwood, Robin G., 1994, The Idea of History, Oxford/New York, Oxford University Press.

Doran, Robert, 2010, The Fiction of Narrative : Essays on History, Literature, and Theory, 1957-2007, Baltimore, John Hopkins University Press.

Dosse, François, 1995, L’Empire du sens. L’humanisation des sciences sociales, Paris, La Découverte.

Dray, William, 1957, Laws and Explanation in History, London, Oxford University Press.

Gardiner, Patrick (éd.), 1959, Theories of History, Glencoe, Free Press.

Hartog, François, 1993, « Comment écrire l’histoire de France », Magazine littéraire, 307, p. 28-32.

Hempel, Carl, 1942, « The Functions of General Laws in History », Journal of Philosophy, 39, 2, p. 35-48.

Lavabre, Marie-Claude, 2009, « Historiography and Memory » dans Aviezer Tucker (dir.), A Companion to the Philosophy of History and Historiography, Oxford, Blackwell, p. 362-370.

Megill, Allan, 1998, « History, Memory, Identity », History of the Human Sciences, 11, 3, p. 37-68.

Nora, Pierre, 1984, « Entre histoire et mémoire : la problématique des Lieux », Lieux de mémoire, vol. 1, Paris, Gallimard, p. xvii-xlii.

Ricœur, Paul, 1983-85, Temps et récit, 3 tomes, Paris, Seuil.

Ricœur, Paul, 2000, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Vann, Richard T., 1995, « Turning Linguistic : History and Theory and History and Theory, 1960-1975 », dans Franklin R. Ankermit et Hans Kellner (dir.), A New Philosophy of History, Chicago, Chicago University Press, p. 40-49.

White, Hayden, 1973, Metahistory : the Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, John Hopkins University Press.

White, Hayden, 1978, Tropics of Discourse. Essays in Cultural Criticism, Baltimore, John Hopkins University Press.

White, Hayden, 1987, The Content of the Form : Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimore, John Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1  Voir aussi l’anthologie éditée par Patrick Gardiner (1959) qui regroupe plusieurs textes gravitant autour de ces deux propositions du moment « épistémologique » de la philosophie de l’histoire.

2  Les travaux de Hayden White (1973, 1978, 1987) ont joué un rôle qu’on peut difficilement surestimer dans cette transition. On consultera également la toute récente anthologie éditée par Robert Doran (2010) sur l’œuvre de White.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélissa S.-Morin et Patrick-Michel Noël, « Les représentations du passé », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/846

Haut de page

Auteurs

Mélissa S.-Morin

est doctorante en histoire romaine à l'Université Laval (Québec, Canada) et à l'Université de Besançon (France). Ses intérêts de recherche sont l'histoire environnementale, les représentations sociales et les contacts culturels. Sa thèse porte sur les représentations sociales du delta du Rhin (Pays-Bas) et de son occupation à l'époque romaine.

Mélissa
S.-Morin
is a Ph.D candidate in Roman History at Université Laval (Québec, Canada) and Université de Besançon (France). Her research interests are environmental history, social representations and cultural contacts. Her dissertation focuses on social representations of the Rhine delta (The Netherlands) and the land use during the Roman times.

Patrick-Michel Noël

est doctorant à l’Université Laval (Québec, Canada) en  histoire. Sa thèse porte sur l’épistémologie historienne au Québec, c’est-à-dire sur le discours que les historiens tiennent sur leur savoir. Il enseigne également à l’Université de Moncton (Canada).

Patrick Michel Noël
is a PHD candidate in History at Université Laval (Québec, Canada). His thesis focuses on the epistemology of historians, that is to say the discourse they hold on their know-how. He also teaches at l’Université de Moncton (Canada).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals