Navigation – Plan du site

Introduction

François Brun et Martin Thibault

Texte intégral

Le souvenir n'a de valeur que quand on sait que l'on repartira pour un nouveau voyage. Le pire des reniements, le plus grand désespoir est de jeter l'ancre dans son pays et de vivre de souvenirs.

Nikos Kavvadias, Le quart (1954)

1Si nous avons lancé un appel à contribution sur le thème « travail et mémoire » , c’est parce que nous souhaitions mettre en évidence un certain nombre d’enjeux autour de cette mémoire du travail, trop souvent devenue un vecteur de « muséification » condescendante qui, en évoquant la mémoire des travailleurs, tend quelque part à les faire appartenir au passé (Gérard Mauger, 1996).

2Mais la lecture des relations croisées entre le  travail et la mémoire (croisées dans la mesure où la mémoire du travail passé influence la perception que l’on a de son travail d’aujourd’hui tandis que, dans le même temps, le rapport que l’on entretient avec son travail actuel reconfigure en retour la mémoire de son travail passé) invite au préalable à quelques considérations méthodologiques.

La mémoire instrument de lecture du présent

3La mémoire (du travail, comme de tout autre objet), bien loin de n’être que simple évocation du passé dégagée des conditions de cette évocation, s’inscrit en effet pleinement dans le rapport au présent dont elle offre une grille de lecture. C’est pourquoi le questionnement critique de son modelage continu (qu’elle soit intime ou collective) mérite des approfondissements.

4L’évocation de son travail passé se construit dans un processus d’émergence de souvenirs plus ou moins disparates aboutissant à la construction et à l’énonciation d’un discours en situation : ainsi, le passé peut être fantasmé, ce qui permet d’accrocher la critique d’une situation marquée par l’absence d’emploi ou la dégradation des conditions de travail au « c’était mieux avant », (Nicolas Hatzfeld, 2004) ; il peut être au contraire décrié pour mieux faire valoir une amélioration. Les racines de la mémoire s’accrochent tout autant au présent qu’elles plongent dans le passé. Et, dans tous les cas, c’est à travers les manières de dire et de penser d’un être au parcours singulier, s’exprimant dans un contexte singulier, que la mémoire prend forme. L’analyse de ses conditions d’émergence lui donne tout son sens.

Enjeux de mémoire, enjeux idéologiques

  • 1 Pour une lecture critique de ces théories, voir Louis Chauvel, 2001.

5La mémoire produit des effets sur le présent et se trouve projetée vers l’avenir par les effets que produit matériellement ou symboliquement son énonciation comme le montrent, par exemple, les enjeux de la mémoire du travail autour de la construction de la représentation des ouvriers. Le silence sur la condition ouvrière des années 1990 a ainsi laissé la place au début des années 2000 à une forme de surmédiatisation, parfois, de certains conflits ouvriers donnant à voir des ouvriers privés de leur emploi, naufragés laissés aux bords de la mondialisation économique. La mémoire dans ce cas servait une idéologie renvoyant à une société sans ouvrier que bon nombre de penseurs nous avaient déjà promis depuis un certain temps (par exemple Robert Nisbett, 19591).

  • 2  Martin Thibault, Thèse de doctorat, Université Paris 5, à venir, fin 2011. Sur cette question voir (...)

6Car si nous ne sommes pas dans une société de classes moyennes qui serait désormais sans ouvrier (ceux-ci représentent encore près de 6 millions d’actifs, soit plus d’un quart de la population active), la mise en scène du déclin du groupe ne manque pourtant pas de produire, par une forme de « prophétie auto-réalisatrice » (Robert K. Merton, 1998), des effets symboliques sur ce groupe. Mais, au-delà de leur portée symbolique, ces effets participent également d’une reconfiguration de la réalité sociale, puisque la représentation du groupe par les autres a des effets sur les représentations de soi (Stéphane Beaud et Michel Pialoux, 1999),  les jeunes ouvriers ayant tendance à se voir avec « les yeux des autres » selon l’expression de Bourdieu (Pierre Bourdieu, 1979) et à intérioriser la représentation dominante que la construction de la mémoire contribue  à élaborer : celle d’un groupe en déclin, peu en phase avec la « modernité libérale », placée sous le signe de l’expansion triomphante des emplois de services. Pour prendre la pleine mesure de la véritable translation des aspirations qu’entraîne cette évolution des représentations, on peut se référer par exemple à des phénomènes tels que le refus, observé parfois, d’embauches renvoyant trop clairement à l’image de l’ « ouvrier » : témoin cette formule de jeunes hommes, affirmant que même si le statut (de salarié d’une entreprise publique) qui leur était proposé pouvait sembler avantageux, ils préféraient « aller vendre des téléphones portables » (Martin Thibault, 20112).

7Mais c’est souvent bien en amont que se construisent ces représentations d’un monde révolu. Dans une certaine mesure, la consécration du « patrimoine » symbolique (par la mutation d’une activité artisanale en attraction touristique « mémorielle » ou la création d’un musée dans une ancienne usine) en lieu et place d’un patrimoine réel sacrifié (l’outil de production) va dans ce sens. La muséification est alors à prendre au sens propre. Dans ces conditions, déconnecter ces usages sociaux de la mémoire des enjeux idéologiques qui les sous-tendent, conduit à masquer l’orientation politique qui guide les choix effectués.

Les conditions de recueil de la mémoire, objet méthodologique 

8Notre appel à contributions interrogeait sur « les implications particulières des conditions de recueil de la mémoire du travail ». Il prétendait souligner ainsi que la mémoire du travail est un objet en tant que tel qui doit être pris avec des précautions méthodologiques particulières.

9De manière générale, nous savons que la mémoire est un objet difficile à saisir. D’une part, dans sa portée individuelle, elle est en effet soumise à une reconstruction avec des manques, des oublis, un souci de « garder la face » (Erving Goffman, 1959) face à l’enquêteur. D’autre part, dans sa dimension collective elle est modelée par les enjeux liés aux effets de son expression. L’interprétation du « texte » de la mémoire renvoie ainsi directement aux conditions de l’entretien, à la manière dont l’enquêteur a su construire l’échange, le (re)diriger ou non. Elle doit également faire la part entre les souvenirs dûment sollicités, les confidences encouragées et les digressions plus spontanées, donnant lieu, par exemple à une évocation à première vue anecdotique.

10Quand il s’agit plus spécifiquement de mémoire du travail, cela se traduit concrètement en termes de volonté de résister ou de désir de s’adapter aux évolutions. Or ce modelage (qui est aussi par définition déformation) est nécessairement aussi bien le fait de celui qui fait émerger et exprime sa mémoire que de celui qui la recueille. Du coup, de même qu’elle était reliée à la situation présente par ses conditions d’activation et par la volonté plus ou moins assumée de l’enquêté de produire un discours sur son travail (passé ou présent), elle l’est également par l’objet de son recueil, voire l’orientation du chercheur.

  • 3  Dans la deuxième partie de ce numéro, la restitution vocale d’un entretien enregistré avec un mili (...)

11Par ailleurs, l’analyse de ses conditions d’émergence doit prendre en compte ses formes d’expression : il n’est pas indifférent que l’on évoque des violences subies au travail (des situations de harcèlement, des mises au placard…) en riant, avec une amertume apparemment détachée ou en témoignant, par la voix et les intonations, de ses affects. Plus que jamais, pour cet objet mouvant, multiforme, qu’est la mémoire, masquée par une succession de filtres ou déformée par de nombreux biais, d’autant plus quand elle est provoquée par la situation d’enquête, il apparaît nécessaire de faire apparaître les manières de dire, c’est à dire non seulement le ton du discours (l’assurance, la distance, l’aisance, les rires)3, mais aussi les regards, les hésitations, les situations de malaise, parfois simplement une moue complice à l’enquêteur exprimant une volonté de ne pas insister sur tel aspect trop douloureux : autant d’indications scéniques posées comme des jalons pour saisir le point d’ancrage de la mémoire dans le présent, celui, dans lequel, quand il s’agit de mémoire du travail, s’enracine le rapport au travail actuel et, parfois, à partir duquel il se cristallise (à moins que tel ou tel aspect du passé soit à ce point mis à distance que l’intérêt de le fouiller soit nié)…

12Les articles que nous présentons dans la première partie de ce numéro s’articulent autour de 4 axes. Même si ceux-ci se recoupent (les regroupements sont de notre responsabilité et auraient pu donner lieu à d’autres choix), leur constitution permet de questionner diversement le processus mémoriel et d’en analyser les enjeux sous différents angles.

Du travail révolu : les enjeux de la « patrimonalisation »

13Notre premier axe porte sur les enjeux idéologiques et sociaux de la patrimonialisation à travers deux exemples : l’écomusée d’une fonderie du centre de la France qui s’est donné comme « le microcosme d’une vie sociale aujourd’hui révolue » (Guillaume Étienne) ; la reconversion de l’activité de souffleurs de verre dans le sud-est (Marie-Ange Lasmènes) dont la mémoire, dans une perspective diachronique, glisse de l’expérience intime à l’élaboration d’un discours officiel. Ces articles appellent un questionnement quant à la production d’un discours qui ne se contente pas d’évoquer « pour la mémoire » l’activité d’anciens travailleurs, c’est le principe de la reconversion de l’activité en présentation oscillant entre histoire et « folklore » touristique qui est interrogé (Laurent Bazin, 2001).

Mémoires sur sites : de l’intime au collectif

14Le deuxième axe traite du passage de la mémoire individuelle à la mémoire collective dans un ancrage essentiellement territorial. Réussir à produire un discours collectif socialement situé devient ainsi un enjeu local. Le discours des anciens syndicalistes de chez Pirelli sur le lieu de travail reconverti en témoigne (Luca Rimoldi). Il met également en valeur un type de production de ce discours sur le groupe par des syndicalistes ; ce qui amène des questionnements quant à la production du discours sur soi et sur le groupe : jusqu’à quel point le discours produit correspond à ce que l’on souhaite dire de la mémoire du groupe ouvrier et produit des distorsions sur les représentations du réel ? L’imbrication des mémoires individuelles dans le collectif territorial apparaît également dans le texte de Sylvie Contrepois qui, à partir de la confrontation de diverses approches des transformations du travail (sources associatives, discours sur les situations passées, données produites par des chercheurs dans leur posture propre…), analyse la production d’un discours par les associations de mémoire locales, le but étant de voir « quel éclairage spécifique apportent les productions et les initiatives visant à préserver la mémoire locale dans l’analyse des transformations qui affectent les sociétés contemporaines ? ».

Le travail invisible des femmes

15Le troisième axe questionne la place spécifique des femmes dans la mémoire du travail. Le travail « invisible » à domicile questionne tout autant les rapports de force entre sexes que la construction d’une mémoire à côté d’une mémoire officielle, laissant de côté certains acteurs dans le processus mémoriel. L’article d’Inès Fonseca sur les tricoteuses à domicile de la ceinture industrielle de Lisbonne met en valeur des rapports sexués dans la construction de la mémoire intime et collective. D’un côté, le travail des femmes bouscule les relations dans la famille vis-à-vis des travailleurs masculins (frères, époux, pères), ouvrant d’autres possibles ; de l’autre, il met en scène une « mémoire hors la mémoire » pour reprendre l’expression d’Halbwachs, nourrissant dans la relation avec le chercheur la volonté de se faire une place dans la mémoire collective, au-delà de l’intériorisation d’une position dominée dans cette production de mémoire. Celui de Maria Leticia Mazzzucchi Ferreira sur la production de gâteaux à domicile au sud du Brésil part des souvenirs des pâtissières, héritières d’un savoir-faire enraciné dans les mutations de l’activité locale, pour faire valoir un patrimoine immatériel, éloigné cette fois de la muséification, dans la mesure où il survit ici dans une forme de mémoire du corps.

Mémoire et transformations du travail dans les entreprises

16Le quatrième axe met l’accent sur les effets de la mémoire dans des entreprises de deux secteurs très différents qui ont en commun d’avoir été touchées par des restructurations. Il montre ce que les transformations dans l’organisation du travail produisent sur les représentations de son activité (et de soi) à travers le rappel en situation d’entretien des situations passées. En fonction des situations présentes et des effets de ces restructurations, les salariés tendent à relire leurs situations passées avec certains regrets. Loin d’une lecture organisationnelle, ces articles donnent à voir la manière dont les changements sont vécus par ceux qui ont la charge du travail au quotidien. L’article de Julien Tassel questionne l’instrumentation de la mémoire par le management dans le groupe Caisse d’épargne et ce qu’elle produit en termes de reconnaissance de l’entreprise et de changement organisationnel. Celui d’Armelle Gorgeu et René Mathieu analyse à partir de l’évocation de situations de travail passées et de la reconstitution mémorielle des trajectoires professionnelles d’ouvriers de la sous-traitance automobile, la manière dont les conditions de travail affectent, notamment, la santé de ces ouvriers. Dans les deux cas, les allers-retours entre les objets de la mémoire et les conditions de sa production renvoient à la fonction de sa mobilisation, que celle-ci soit imputable aux détenteurs de la mémoire ou aux acteurs du temps présent qui la sollicitent.

17Dans la seconde partie de la revue, nous nous penchons plus en détail sur la mémoire du travail ouvrier face aux restructurations de l’activité et sur les instruments de collecte de la mémoire.

18Nous présentons un texte autobiographique (issu d'un travail universitaire mené dans les années 1990) de Robert Kosmann, responsable national de l'Union Syndicale Solidaires qui évoque son parcours d'ouvrier chez Renault. L’auteur, à partir d'une réflexion sur sa mémoire du travail, met en valeur, son expérience d'ouvrier et sa continuité dans la définition de son identité sociale bien après sa « sortie d'usine », et ce malgré son changement d'activité. Ce texte entre en résonance avec un entretien audio mené avec un autre militant ouvrier, revenant sur son parcours militant et professionnel et évoquant, après la fermeture de son imprimerie, les enjeux autour de l'appropriation collective de sa propre mémoire du travail, qui s’expriment notamment à travers la création d’une association d'anciens salariés.

19Enfin, nous présentons un autre entretien audio, avec Laurent Bazin, ethnologue, qui nous a fait part de son expérience de recueil de la mémoire du travail dans le contexte de l’Ouzbékistan postsoviétique. Au cours de cet entretien, nous échangeons sur les questions méthodologiques que soulève, pour un tel objet, le travail de terrain. En s'interrogeant sur les biais possibles dans les situations d'enquête, sur les conditions de la relation d'enquête dans une langue étrangère et un contexte de dictature, tout comme sur la manière de travailler sur un type de matériau singulier (la mémoire du travail), il fournit des clés permettant d'exploiter l'information mémorielle "en connaissance de cause (Daniel Bizeul, 1998).

Haut de page

Bibliographie

Bazin Laurent, « Patrimoine, mémoire, généalogie. Quelques considérations critiques », Revue Espace Marx Lille, 2001.

Beaud Stéphane et Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999.

Bizeul Daniel, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue Française de Sociologie, n°39-4, 1998, pp.751-787

Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Chauvel Louis, « Le retour des classes sociales », Revue de l’OFCE, n°79, octobre 2001.

 Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, traduction française 1973 (version originale 1959).

Hatzfeld Nicolas, « L’intensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux », Sociologie du travail, n°46, 2004.

Mauger Gérard, « Les ouvriers : un monde « dé-fait ». Introduction à Lionel Duroy, « Embauchés dans une usine », Actes de la recherche en sciences sociales, n°115, décembre 1996.

Merton Robert K., Eléments de théories et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin, 1998.

Nisbett Robert, « The decline and fall of social class », The Pacifical Sociological Review, vol .2, N°1, spring 1959.

Thibault Martin, « Entrer à la RATP : de la mise à distance de sa condition à la réouvriérisation » in Marie Cartier, Jean-Noël Retière et Yasmine Siblot, La salariat à statut. Genèses et cultures, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Haut de page

Notes

1 Pour une lecture critique de ces théories, voir Louis Chauvel, 2001.

2  Martin Thibault, Thèse de doctorat, Université Paris 5, à venir, fin 2011. Sur cette question voir aussi Martin Thibault 2010.

3  Dans la deuxième partie de ce numéro, la restitution vocale d’un entretien enregistré avec un militant ouvrier met en évidence ce rapport à la mémoire. La dernière partie de l’entretien qui porte sur les événements les plus récents donne à écouter un changement de ton à mesure que sont évoquées des situations douloureuses. La voix semble alors moins affermie. En choisissant des extraits audio nous avons souhaité faire valoir les tons qui renseignent fortement les propos rapportés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brun et Martin Thibault, « Introduction », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/940

Haut de page

Auteurs

François Brun

  L’essentiel de la carrière professionnelle s’est déroulée au Centre d’études de l’emploi. Il y travaillé essentiellement sur politique publiques en matière d’insertion sociale et professionnelle  et sur les conditions de travail et d’emploi des migrants. Depuis 2008, il a rejoint le laboratoire du CNRS Genre, Travail, Mobilité, aujourd’hui intégré dans l’UMR CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris). Il est notamment auteur de "Répondre à des besoins difficiles à exprimer : les acteurs de l’insertion face aux problèmes de santé" in Défaillances et inventions de l’action sociale, L’Harmattan, mai 2006 ; "Trajectoires d’insertion ou gestion « sociale » d’un chômage de masse ? L’insertion par l’activité économique dans deux bassins d’emploi", (avec Michèle Ernst, Jérôme Pelisse) CEE, rapport de recherche n° 30, février 2006 ; "Situation régulière", (avec Smaïn Laacher, CEE-L’Harmattan 2001) ; "Sans-papiers au guichet : échec au droit ?" in A la lumière des sans-papiers (Revue de l’Université de Bruxelles 2001) ; "Les immigrés et l’évolution du marché du travail en France" (Migrations société, vol.15, n° 85, janvier-février 2003) ; "Laisser circuler (un peu) plus pour gagner (beaucoup) plus", Vacarme n°43: printemps 2008.

Martin Thibault

 est ATER au Conservatoire National des Arts et Métiers. Il vient de finir une thèse en sociologie sous la direction d'Olivier Schwartz intitulée "Une jeunesse ouvrière. Sédimentation des identités sociales de jeunes ouvriers de la maintenance des trains à la RATP", à l'Université Paris 5-René Descartes. Il a notamment publié "Agent RATP plutôt qu'ouvrier, la sécurité?", Actes de la recherche en Sciences sociales, n°175, décembre 2008 ; "Entrer à la RATP : de la mise à distance de sa condition à la réouvriérisation" dans Le salariat à statut. Genèses et cultures, sous la direction de Jean-Noël Retière, Yasmine Siblot et Marie Cartier, Presses Universitaires de Rennes, octobre 2010 ;  ''Le refus de ''l’isine'' : les constructions symboliques de la condition ouvrière d’un fils d’OS marocain. La crise de reproduction du monde ouvrier'', Migrations société (revue du CIEMI), à venir fin 2011 ; et, avec François Brun (co-directeur du numéro), "L'accompagnement au carrefour des tensions entre logiques d'action : l'exemple des zones rurales", dans Reconfiguration de l'Etat social en pratique : les interactions entre acteurs publics, professionnels et militants dans le champ de l'intervention sociale, sous la direction de Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu,  Septentrion, à venir automne 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals