Navigation – Plan du site
Du travail révolu: les enjeux autour de la « patrimonialisation »

Souffleurs de verre, mémoires intimes « au travail » 

Glassblowers, private memories « at work »
Marie-Ange Lasmènes

Résumés

Le recueil de mémoires réalisé à l’occasion d’une enquête ethnographique auprès de verriers montre l’intérêt d’observer le changement au sein d’une entreprise porteuse de projets à la fois artistiques, sociaux et politiques. Après avoir montré l’intérêt pour l’ethnologue d’étudier la mémoire dans une perspective diachronique et le jeu de temporalité qui s’en dégage, il s’agira d’exposer en quoi la patrimonialisation des métiers relatifs à l’artisanat d’art ouvre vers une nouvelle catégorie patrimoniale à la croisée entre des politiques nationales et le développement d’un sentiment identitaire local autour de ce secteur d’activité exprimé par des discours officiels comme par un ensemble de mémoires individuelles. Enfin, sans rechercher à retracer une vérité historique du passé, il s’agira de présenter certains éléments de mémoires intimes autour du travail en entreprise rendus tacites par le changement de contexte entrepreneurial et la réappropriation d’une mémoire « officielle ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Alpes-Maritimes, Biot, France

Index chronologique :

2008
Haut de page

Texte intégral

« Il était une fois… Non, il était plusieurs fois, il n’y a pas qu’une histoire du verre à Biot. Demandez aux différents témoins, à ceux qui ont vécu cette épopée à ses débuts et à ceux qui la poursuivent. Tous avec l’accent de la sincérité vous feront le récit authentique de ce passé récent et chacun apportera un éclairage différent. A chacun sa verrerie. » (Gilloire et Monod, 2002 : 19). 

1Que peut nous apprendre le recueil de mémoires orales sur un univers social ? La mise en parallèle de l’histoire officielle d’une verrerie, aujourd’hui au cœur de préoccupations patrimoniales, et de mémoires recueillies autour de la démarche de son créateur et des conditions de travail de souffleurs de verre sur une période d’un demi-siècle, révèle une transformation des modèles organisationnels d’une entreprise, ainsi que des rapports sociaux au travail. La diversification de points de vue et de souvenirs de la vie professionnelle nous éclaire, en effet, sur le passage sensible d’une organisation utopique du travail artisanal et de la transmission de savoir-faire à une forme semi-industrielle de production vouée à un public touristique, qui s’annonce sous le signe du conflit. Mais elle nous informe aussi sur un environnement social lié à la vie en dedans et en dehors de l’entreprise ainsi que sur un contexte politique par l’énonciation d’idéologies mises en pratique dans le monde du travail. Le travail de mémoire observé au sein d’un milieu professionnel tend à dresser le portrait d’une figure patronale paternelle honorée par la mobilisation de souvenirs chargés d’émotions. Le temps semble être parcouru à travers des affects qui dévoilent une identification et un dévouement à l’entreprise basés sur une participation collective de personnes qui ont fait de leur métier et de ce modèle entrepreneurial leur vie.

2Aujourd’hui, une dimension patrimoniale institutionnellement valorisée et réutilisée semble avoir pris le pas sur l’énonciation de ces récits individuels dénaturant alors les dimensions subjectives de ces mémoires pour en livrer un discours historique simplifié sous forme de prétendue « mémoire collective ». Ainsi, les discours officiels paraissent converger vers une seule histoire dominant, de par sa visibilité répondant à un marché touristique, des mémoires plurielles, tout en inscrivant un secteur d’activité en plein essor sous une égide patrimoniale. Le recueil de mémoires, réalisé à l’occasion d’une enquête ethnographique auprès de verriers témoins de cette vie d’entreprise, ne consiste pas à rétablir une vérité historique difficile à retracer mais à centrer l’attention sur le travail de mémoire lui-même et sur ce qu’il révèle. L’expression de mémoires liées à un cadre professionnel par une mise en discours du passé sera ici abordée en tant qu’expériences exprimées parallèlement à l’histoire de l’entreprise.


Perspectives diachroniques de l’enquête ethnographique : mémoires au présent

  • 1  Extrait d’entretien. Toutes les expressions en italique placées entre guillemets dans le texte qui (...)

3« Nous sommes ici en plein soleil, en 2008, dans une verrerie qui est connue mondialement parce que sa spécialité c’est le verre bullé. Oui mais tout ça, ça ne s’est pas fait évidemment avec une baguette magique. Alors on va vraiment faire un retour en arrière »1. Ce « retour en arrière » commencerait en 1956, dans un petit village du sud-est de la France, où un homme, ingénieur en céramique de l’école de Sèvres ayant travaillé une quinzaine d’années dans la plus importante poterie locale, réalise son projet et crée une verrerie. Par le premier souffle donné, il déclenche une série d’innovations dont les conséquences sont toujours d’actualité. Des mémoires témoignent aujourd’hui de cet ouvrage.

4En 2008, au moment de l’enquête, ressurgit, dans une commune située entre Provence et Côte d’Azur, un ensemble de discours mémoriels inscrivant le secteur d’activité des métiers d’art sous le signe de la tradition et du patrimoine local. Une forte publicité enserre la localité lui offrant l’image d’une spécialisation dans le domaine de l’artisanat d’art. Une entreprise est particulièrement visée : La Verrerie de Biot. Son appellation l’inscrit directement sur le territoire auquel elle se rattache. Mais il ne s’agit pas du seul facteur d’inscription de l’entreprise au niveau local. En effet, la verrerie joue un rôle économique dominant en accueillant près de 700 000 visiteurs par an, ce qui en fait l’un des sites les plus visités du département des Alpes-Maritimes. C’est également au niveau symbolique et politique qu’elle prend place au sein de la commune. Aujourd’hui, cette entreprise se voit en effet située au cœur des préoccupations patrimoniales de la ville, considérée à la fois comme attraction touristique assurant un développement économique et comme « lieu de mémoire » qui participa activement, depuis sa création, au changement d’état d’un village rural en un centre d’artisanat d’art internationalement apprécié.

5Partant de ce constat actuel, la compréhension des mécanismes sociaux mis en pratique autour du dit patrimoine des métiers d’art nécessitait une enquête ethnographique au sein de cette commune. C’est ainsi que La Verrerie de Biot, son histoire et le rapport actuel que différents acteurs sociaux peuvent entretenir avec elle, devenaient des éléments incontournables pour la compréhension du développement du patrimoine local. En essayant de retrouver les acteurs témoins de l’implantation d’une telle entreprise, considérée aujourd’hui comme un véritable événement ayant engendré une réelle transition entre deux situations d’un même univers social à partir duquel de nombreuses composantes sociales auraient changé - 1956 reste un point d’ancrage temporel référentiel, vécue et transmis en tant que tel par la population locale s’organisait progressivement un recueil de la mémoire sociale qui se dégageait d’un tel contexte.

6Cet objet de recherche comporte alors certaines particularités. La première est celle, pour une ethnologue, d’enquêter sur le passé d’une situation contemporaine et donc d’accorder une importance particulière au contenu de la mémoire. Ce qui pourrait sembler être un paradoxe pour la discipline ethnologique, épistémologiquement attachée à observer le présent (Lenclud, 1995 ; Althabe, 1998), s’inscrit en fait dans le champ de l’Anthropologie de la mémoire qui s’interroge sur l’ensemble des pratiques et des représentations sociales du passé. Faire acte de mémoire peut se penser comme la manière de faire vivre au présent une perception du passé. C’est donc une sorte de « présentification » (Ricœur, 2000) des représentations du passé qui marque une distinction entre deux instants : l’avant et le maintenant. L’intérêt de l’ethnologue à enquêter sur la mémoire réside alors en cette « présentification », annonçant ainsi un jeu de temporalités dans une approche diachronique de la réalité.

7A partir d’un dialogue entre micro-histoire et ethnologie, Alban Bensa (Bensa, 1996) décèle un paradoxe qu’il tente de surmonter. Il écrit que l’anthropologie dont une des principales propriétés est de s’attacher, par l’intermédiaire de l’expérience du terrain, à la compréhension des univers sociaux contemporains, ouvre parfois ses frontières au-delà des réalités présentes pour révéler une meilleure explication de la réalité. Nous entrons, dans le cadre de cette enquête, dans cette configuration. Gregory Bateson (Bensa, 1996 : 54) semble apporter une réponse au problème des frontières temporelles émises par le « présent ethnographique » en énonçant que tout phénomène social est à replacer dans son contexte. Les faits observés et leur contexte d’émergence entretiennent une relation inévitable que l’ethnologue doit comprendre comme un processus. Il se trouve donc impossible de penser les pratiques en des termes statiques, l’expression de la mémoire offrant des dimensions problématiques et des situations complexes ne pouvant être figées.

8Certes, la recherche d’une explication historique au mouvement de patrimonialisation amenait à une approche chronologique des faits. Or, il ne s’agissait pas de « vérifier » cette histoire dans le sens où je ne cherchais pas à connaître une vérité historique des faits présentés mais bien au contraire à croiser les données recueillies de façon à pouvoir déceler et exploiter toute la subjectivité d’un travail de mémoire réalisé autour d’eux. Ceci afin de faire apparaître les éléments utilisés pour la légitimation du patrimoine local, construit et symbolisé aujourd’hui en tant que tel. Cette perspective diachronique était donc la réponse à l’observation et à la compréhension d’usages sociaux issus du passé provoquant une dynamique temporelle au sein même de l’enquête. Pour analyser ces faits et les constituer en tant que « données », il fallait effectivement se replacer, en tant qu’observateur devenant un acteur de ce jeu social, dans un contexte évoluant de manière permanente. Par cela, mon implication sur le terrain faisait donc partie d’une histoire qui fait qu’à un moment donné, par l’enquête sur le passé d’une société délimitée localement, l’ethnologue entre lui-même dans l’histoire notamment à travers l’histoire individuelle et affective qui se tisse autour des relations créées. Je m’attachais alors à observer cette mémoire vive, celle des discours présentés ou « présentifiés » telle qu’elle m’apparaissait en enquêtant sur un rapport à l’histoire et à la mémoire locale. Pour respecter la teneur des récits recueillis, certains extraits d’entretiens viendront illustrer mes propos afin qu’ils parlent « d’eux-mêmes » et restituent au plus près de la réalité les émotions et les idées énoncées.

9La critique établie par Bensa qui s’appuie sur les fondements de la micro-histoire nous intéresse ici dans le sens où elle apporte de réelles réponses à la difficulté d’observer et d’interpréter le rapport au temps d’une société dans son présent et des perspectives diachroniques qui en découlent : les jeux d’échelles d’interprétation micrologique et macrologique, s’articulent à la fois dans le temps et dans l’espace, donnant à penser la construction d’une société à travers ces deux critères comme un processus complexe en perpétuel dialogue, et jouent le rôle d’éclairage. Il devient donc possible d’enquêter sur le passé puisqu’il s’agit de faire émerger un processus qui, par définition, renvoie à une dialectique entre un fait et son contexte dont on doit extraire des éléments de compréhension. Pour cela, la restitution de mémoires recueillies auprès de mes interlocuteurs en privilégiant la parole à l’échelle individuelle et les détails qui en ont été livrés permettront d’interroger un contexte élargi, bien qu’il s’applique toujours à l’échelle locale, et de tirer des éléments de réponse à la question soulevée par ce présent objet.

Patrimonialisation des métiers

10La deuxième particularité de cet objet de recherche se situe au niveau de l’objet patrimonial lui-même : les métiers d’art, dans le sens où il s’agit de la patrimonialisation d’une catégorie d’activités professionnelles définie institutionnellement. Selon l’arrêté du 12 décembre 2003 du Ministère des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales et le Journal Officiel du 27 décembre 2003 qui établissent l’inventaire des métiers d’art, cette activité serait définie et circonscrite aux champs de métiers de création, de tradition et de restauration du patrimoine relevant de l’artisanat d’art. Près de 217 activités aux savoir-faire très variés ont alors été répertoriées, selon ces critères, en 19 catégories balayant un large éventail de métiers hétérogènes allant de caractéristiques dites traditionnelles aux plus créatives : art floral, arts du spectacle, arts et traditions populaires, arts graphiques, arts mécaniques/jeux-jouets, bijouterie-joaillerie-orfèvrerie-horlogerie, bois, cuir, décoration, facture instrumentale, luminaire, métal, métiers liés à l'architecture, mode, pierre, tabletterie, terre, textile, verre.

11Le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi ajoute que la France est un des seuls pays européens à avoir structuré le secteur des métiers d’art. Au sein de l’Etat, un Ministère est en charge de l’artisanat et donc des métiers d’art qui bénéficient d’une politique spécifique de la part des pouvoirs publics. Mais il existe aussi des organismes dont la mission est de promouvoir ces métiers, d’informer les professionnels sur les perspectives offertes par ce secteur et les jeunes débutants sur les diverses formations proposées afin d’assurer la transmission de ces divers savoir-faire. Ainsi en est-il de la Société d’Encouragement des Métiers d’Art (SEMA) et de la Confédération Française des Métiers d’Art (CFMA). Un premier effort de sauvegarde et de perpétuation de ces métiers sur le plan national est entrepris grâce à la promotion de métiers alliant tradition et création ainsi que par l’offre de formations dans ces domaines. Ce secteur serait alors, à l’échelle nationale, considéré comme menacé de par la rareté des savoir-faire usités.

12Ce qui caractérise également les métiers d’art est ce rapport entretenu avec le patrimoine. En effet, selon les définitions précédemment évoquées, les métiers d’art sont à la fois caractérisés par leur utilité au niveau de la restauration du patrimoine bâti et artistique, mais aussi parce qu’ils constituent eux-mêmes un ensemble patrimonial de savoir-faire. Selon ces discours, la valeur des métiers d’art tiendrait alors de l’ancienneté des techniques utilisées qui, associée à la valeur donnée à la création, à l’imagination et à l’esthétique, assurerait la qualité supérieure de la production d’artisanat d’art. Le secteur des métiers d’art se trouverait à la croisée de plusieurs thématiques entre tradition et modernité, conservation et création, objet d’art et objet utilitaire, matérialité et immatérialité, enfin entre une forme d’organisation entrepreneuriale et artisanale du travail. Il serait devenu une catégorie de métiers à part entière.

13D’autre part, les métiers d’art formeraient un patrimoine immatériel qui rassemble ses savoir-faire difficiles à transmettre. Ce patrimoine, selon les différents organismes chargés d’en assurer la promotion, serait à protéger. Ainsi un ensemble de dispositifs et de politiques publiques est élaboré afin de valoriser ce secteur pour que les savoir-faire qu’il regroupe puissent être transmis (Pierre Dehaye, 1976). Les métiers d’art et le patrimoine seraient alors institutionnellement associés pour deux raisons, non seulement parce qu’ils permettent d’entretenir et de restaurer le patrimoine national entendu dans son sens commun, mais aussi parce qu’ils garantissent la transmission de savoir-faire d’un secteur menacé par la production industrielle. Ainsi pouvons-nous nous arrêter sur la question de la patrimonialisation des métiers qui suscite la patrimonialisation des techniques et des savoir-faire au sens de « compétences acquises, incorporées, transmises, qui se manifestent dans l'acte technique. Présent à tous les instants de l'activité technique, il est perceptible dans les aptitudes physiques de l'individu comme dans ses capacités à juger, prévoir et maîtriser un processus technique et les rapports sociaux qui lui sont associés. » (Chevallier, 1991a : 7) Il ne s’agit pas d’une conservation semblable à celle des métiers ruraux disparus telle que l’on peut la découvrir dans de nombreux écomusées ou musées des Arts et Traditions Populaires où seule l’exposition d’un outil inanimé rappelle la technique oubliée. Il s’agirait plutôt de répondre à une menace supposée devant la rareté de certains métiers tout en renouvelant leur attrait, redynamisant leur propension par une incitation destinée aux nouvelles générations et perpétuer des techniques dans le dit respect des traditions tout en l’adaptant à un système économique et social contemporain. 

14Mais, au niveau local, une autre mobilisation s’ajouterait à ce premier vecteur de patrimonialisation matérialisé entre autre sous forme de labellisation de la commune sous le titre de « Ville et Métiers d’art » délivré par la SEMA, associant directement une spécialité culturelle à un territoire local. Une première phase d’enquête, réalisée en milieu institutionnel et associatif auprès de services municipaux et de bénévoles, présente un certain consensus quant à la nécessité et aux intérêts de patrimonialiser et de valoriser l’héritage culturel entretenu par un discours historique sur les métiers d’art (Lasmènes, 2006).

15Toute l’originalité, lorsque l’on recentre l’objet de recherche au niveau de La Verrerie de Biot comme élément à la fois acteur et sujet patrimonial, réside en ce qu’il ne s’agit ni d’un patrimoine industriel ni d’un patrimoine artisanal rural, ce qui ouvre vers une autre catégorie patrimoniale qui se démarque par un statut institutionnel qui lui est propre. De la même façon, il n’est pas ressenti de manière évidente une menace de la disparition de ce domaine. En effet, les ateliers de verrerie sont nombreux et toujours en activité. La Verrerie de Biot quant à elle, connaît un succès quotidien. Il y aurait alors un paradoxe à patrimonialiser des métiers « vivants », et même en plein essor.

16A Biot, les métiers d’art, notamment la poterie et la verrerie, sont institués comme symboles identitaires et territoriaux. Ainsi, expositions, fêtes, festivals organisés par les services municipaux animent régulièrement le centre historique et mettent en avant les créateurs locaux, contemporains ou non, en précisant l’inscription historique sur le territoire de ces métiers présentés comme un héritage direct de productions artisanales et de mouvements artistiques ayant eu lieu antérieurement, représentés notamment par le célèbre Fernand Léger.

17Ces différentes initiatives associent alors les métiers d’art en développement à une action patrimonialisante qui cherche à donner une identité au territoire, provoquant ainsi une continuité dans la représentation du travail vécue dans les temps passé, présent et futur. La mise en scène patrimoniale de ces métiers s’inscrirait alors dans une démarche de patrimonialisation du « vivant », ayant trait « aux objets en fonctionnement pour lesquels les évolutions technologiques apparaissent comme des étapes du développement de l’organisation du travail et non comme des ruptures. Cette continuité est en tous cas nécessaire à la permanence culturelle des groupes sociaux concernés (opérateurs, démonstrateurs, guides, et citoyens en général). » (Kourchid et Mélin, 2002 : 53).

18Cependant, si cette promotion officielle assure un développement culturel autour des métiers d’art, il n’en reste pas moins manifeste que ce secteur d’activité est fortement présent dans la mémoire sociale. Ainsi est-il fréquemment évoqué par la population comme faisant partie intégrante de la culture locale. Certains passionnés par ces métiers vont jusqu’à créer des associations ; le Musée de l’Histoire et de la Céramique Biotoises s’attache à présenter l’histoire de la poterie et à aménager des expositions temporaires d’artisans d’art locaux ; des articles écrits par des bénévoles considérés comme « personnes ressources » ou bien comme « mémoires du village » sont fréquemment publiés dans la presse municipale relatant le passé des métiers d’art. Cette visibilité participe alors à la construction sociale de l’identité du lieu. Les métiers d’art font donc bel et bien partie du paysage social et mémoriel par une participation et une implication de certains acteurs dans l’émergence de ce phénomène patrimonial et mémoriel qui tend à interagir avec l’activité des entreprises et des ateliers actuels.

19Ces initiatives jouant sur la conservation et la perpétuation de savoirs historiques du lieu et de savoir-faire transmis relève donc d’une mobilisation plurielle puisque différents types de discours se rencontrent au sujet de la mise en valeur des métiers d’art, provoquant par conséquent une complexité au niveau de l’énonciation de la mémoire. Les mémoires individuelles sont ainsi mobilisées à travers la production de témoignages personnels afin de pouvoir alimenter les discours officiels qui en retour semblent annoncer un certain consensus. Néanmoins, ce consentement, même s’il reste le plus visible car porté sur le devant de la scène publique, n’est pourtant pas aussi partagé qu’il n’y paraît.

 
De la création au socio-politique : mémoires d’une entreprise inovante

20
L’histoire officielle de La Verrerie de Biot, à savoir celle qui est issue d’une mobilisation patrimoniale des institutions locales notamment par les services municipaux, rendue la plus accessible possible et généralement adressée à un public touristique de passage, que l’on peut retrouver sous forme de dépliants explicatifs, sur les sites internet de la ville ou bien de l’entreprise elle-même, et donc écrite, ne dresse qu’un portrait hâtif et élémentaire de ce qui semble avoir été un élément déterminant du passage d’un village rural à un site touristique de renommée. Elle ne serait pas non plus très développée dans les livres d’histoire du verre du XXème siècle alors qu’elle s’inscrit dans le rapport entre artisanat et industrie amorcé par le mouvement réformiste des Arts and Crafts anglais attaché à la réalisation d’un projet sans distinction de classes et prônant un travail et une vie collective autour de l’entreprise pour revaloriser la création d’objets faits main (Andréani, 2002). Seule la convocation des mémoires de témoins des débuts de la verrerie nous apprend la pluridimensionnalité et la consistance d’un tel projet touchant de manière innovante à la fois des aspects créatifs, conceptuels, sociaux, politiques et culturels.

21En 1956, ouvre donc La Verrerie de Biot, première et unique verrerie en ces lieux, grâce à cet ingénieur en céramique dénommé Eloi Monod, à deux de ses collaborateurs et à son épouse. Son aspect novateur concerne un premier apport quant à l’aspect technique de la création artisanale. Ce qui est considéré comme un défaut issu d’une fusion imparfaite par les verriers à la recherche d’une matière lisse et cristalline, devient l’élément central d’un type de production nouveau à Biot. Les bulles qui se mêlent à la matière telles des anomalies sont maîtrisées et exploitées de façon à créer un effet de style : le verre bullé. Attaché aux qualités utilitaires de la céramique et de la verrerie d’autrefois, Eloi Monod s’emploie à percer les secrets d’une production artisanale appliquée aux objets du quotidien. De là, une collection colorée d’ustensiles domestiques, volontairement « rustique », aux propriétés fonctionnelles et aux prix modestes, est imaginée, reprenant certaines allures des pièces autrefois fabriquées régionalement, dont le succès assurera bientôt à l’entreprise, d’abord familiale, un succès international.

22Dans un contexte d’après guerre où la fabrication industrielle, représentée notamment par les verres Duralex, prend le pas sur la production artisanale, modifiant à la fois les matériaux, l’organisation sociale du travail et les techniques de production, le concept lancé par Eloi Monod développe un attrait autour des objets « faits main » rappelant un passé rural. L’ambition de cette nouvelle verrerie se concentre sur ces aspects et cherche également à se distinguer à la fois de l’artisanat de luxe des grandes cristalleries françaises et de ce contexte d’industrialisation massive par un retour à la fabrication de produits fabriqués manuellement, proposant ainsi la qualité d’un produit artisanal original, mais aussi de revenir sur un modèle d’organisation d’entreprise familiale où l’homme est au cœur de la fabrication puisque c’est également un projet politique que porte discrètement la verrerie.

23Ainsi, une politique de travail basée sur différents idéaux tels que le respect de l’employé, la répartition des bénéfices ou encore le bien-être moral de chacun fera également partie des innovations liées à ce projet, qui au-delà de ses aspects techniques, aura rapidement de réelles répercussions sur l’environnement social et politique de la localité. La verrerie représentait l’activité économique la plus importante du village, redynamisant l’emploi local avec des salaires généreux par rapport au contexte agricole et relativement pauvre de la localité, sans qu’il y ait toute autre concurrence.

24Travailler à la verrerie est souvent décrit comme une « chance », l’accent est mis sur l’ « harmonie » dans le travail et dans la hiérarchisation des tâches. Une « ambiance familiale » prend ainsi place au sein et en dehors des heures de travail qui se font « en chantant », nourrissant alors un sentiment d’identification à l’entreprise et à la fonction opérée : « mon métier de verrier, quand j’ai fait une pièce, j’aime bien en parler parce que ça fait partie de ma vie ». Des parties de football ou de ping-pong réunissent les employés dans le pré de la verrerie pendant les heures de pauses ou bien à la fin de la journée. Les repas sont souvent partagés à la table du patron. Un espace de jeu est aménagé dans les jardins de l’entreprise pour les moments de détente et pour les pauses obligatoires, toutes les deux heures, pour reposer la concentration de l’artisan et éviter les accidents de travail. Le temps de travail quotidien est scindé en deux pour les mêmes raisons : deux équipes se succèdent alors dans la journée. Des excursions sont organisées pour récompenser le personnel qui partage avec le patron ces moments de vacances. Des cours du soir de langues étrangères sont organisés pour les verriers. Les bénéfices de l’entreprise sont entièrement reversés au personnel, des primes s’ajoutent aux salaires. Des crédits à taux zéro sont délivrés par l’entreprise pour permettre aux employés d’accéder à un investissement foncier. La politique de l’entreprise se tourne alors vers un modèle ascensionnel du niveau de vie des employés dans un contexte de pauvreté rurale ainsi que vers un cadre de travail agréable pour compenser la difficulté de l’exercice : « C’était une aventure, une aventure qui me plaisait, moi qui était habitué avant à travailler à double horaire. » Cette description détonne considérablement de celle effectuée pourtant en 1987 dans une cristallerie de Lorraine, soit trente ans après la mise en place de ce modèle, par Marie-Ange Grandjean (Grandjean, 1988), faisant ainsi apparaître toute l’originalité de ce projet.

25Si la verrerie connaît une telle réussite c’est aussi grâce au dévoilement du travail des verriers, jusqu’alors invisible, par l’ouverture des ateliers au public. La fabrication artisanale et l’espace de travail ne sont plus des secrets mais deviennent une réelle attraction instructive sur les processus et les conditions de réalisation des objets. Les travailleurs ouvrant au milieu de la halle entrent ainsi en contact direct avec la clientèle qui voit sous ses propres yeux l’ensemble de la chaîne de fabrication des pièces disponibles à la vente. Ludique, cette initiative fait accourir de nombreux touristes qui peuvent venir là découvrir les secrets du métier.

26Ce succès incontestable permettra ainsi le développement d’activités professionnelles tout autour de la verrerie, multipliant les tâches et assurant une économie stable au sein de la localité. Les métiers sont de plus en plus diversifiés, allant de la fabrication même des produits à la gestion de la vente en passant par l’entretien et la fabrication du matériel de travail. Les emplois internes à l’entreprise se multiplient pour répondre à une production de plus en plus convoitée : de 3 verriers, l’entreprise passe en quelques années à 85 employés répartis entre la production, souvent réservée aux hommes, le lavage du verre, le grattage de la marque du pontil, la vente, l’emballage et l’expédition, postes généralement occupés par des femmes. Mais ce sont aussi des emplois externes à l’atelier, notamment pour l’entretien du matériel et des outils en bois et en métal qui fait appel aux spécialistes de ces matières, sollicités autour de cette activité formant le noyau de tout un système professionnel.

27Recueillir cette mémoire nous montre en quoi cette expérience a eu une place importante dans une reconfiguration d’un système entrepreneurial adapté à la fabrication du verre et viendrait ainsi donner un éclairage sur ce passé. Les formes d’organisation de l’entreprise artisanale et les conditions de travail semblent se distinguer du contexte ouvrier habituel pour plusieurs raisons : ce nouveau modèle aurait ainsi permis de repenser le mode de rétribution mais aussi les relations professionnelles entre patron, ouvriers et employés sous le signe d’ « une vie de famille » et d’ « un esprit d’équipe » où « chacun a mis du sien, chacun a fait avec le cœur ». Une formation complète est exigée pour chaque apprenti qui teste ses savoir-faire à différents niveaux de la chaîne de production alors que dans les autres verreries, le travail de fabrication est hiérarchiquement divisé en fonction de l’ancienneté de l’ouvrier qui réalise des tâches attitrées seulement à son statut. Le passage d’un poste à un autre n’a lieu que dans des conditions très codifiées, le pouvoir des plus expérimentés maintenant l’ouvrier à des fonctions inférieures et moins rémunérées pendant de longues années (Gilloire et Monod, 2002).

« On a donc décidé que tous les verriers devaient savoir faire toutes les pièces. Les ouvriers et les gamins aussi. Ainsi, ça permettait de pouvoir faire tourner les équipes. N’importe qui pouvait tomber malade, il n’y avait plus de problème. […] On peut dire que c’était un peu révolutionnaire de travailler comme ça. »

28De plus, à la verrerie, les savoir-faire, les connaissances techniques, les normes et les codes liés au métier s’acquièrent par transmission d’une génération à l’autre sans qu’il n’y ait plus de « secrets » de fabrication, de rétention des savoirs inculqués à l’apprenti (Chevallier, 1991a), de « loi du silence » (Grandjean, 1988) comme dans beaucoup d’autres ateliers. L’apprentissage du métier s’effectue donc par une transmission directe du savoir et du savoir-faire, donnant à voir un autre type de relation sociale entre le maître et l’élève. Chacun prend connaissance de son métier qui est d’autant plus valorisé qu’il devient sujet d’un spectacle dévoilé à un public. Ainsi, le travail semble se répartir selon un principe de coopération et de gestion collective :

« Quand on réussit une pièce, on ne peut pas la faire seul, on est 4 ou 5 et quand à la fin, la pièce part à la poubelle, croyez-moi, ça fait mal au cœur. Mais croyez-moi que quand on a réussi à 4 ou 5 vraiment une belle pièce comme j’ai réussi à faire un jour pour un homme et une femme, Eh bien, on réunit les meilleurs de la Verrerie : on a cassé 4 pièces, à la 5ème on l’a réussie, eh bien, le soir, j’ai pleuré comme un gosse ! »

29Un consensus mémoriel se fixe à peu près sur cette première période même s’il a été question de faire ressurgir quelques témoignages de « l’ombre » pour en apprécier les nuances. Tout semble basculer lorsque surgit une phase transitoire déstabilisant l’organisation de l’entreprise et surtout « l’aventure » qu’elle représentait.

  • 2  « Entreprise du Patrimoine Vivant » est un label d’état délivré par le Ministère de l’Economie, de (...)

30Un peu plus d’une décennie après sa création, à la fin des années 1960, une série de revendications et de grèves menées par des représentants syndicaux de la verrerie font écho aux mouvements de 1968. Désaccords et luttes font imploser ce modèle d’organisation du travail à un moment où les bénéfices sont en baisse. Le statut de l’entreprise est en jeu pour tenter de rétablir un ordre et de résoudre les problèmes de gestion. La proposition d’une coopérative ouvrière où les employés auraient leur propre gestion de l’entreprise, rappelant le fonctionnement de la Verrerie Ouvrière d’Albi, n’est pas retenue. Les grèves continuent. Les relations des différents acteurs de la verrerie sont troublées par cette agitation. Eloi Monod se retire de son entreprise en la cédant progressivement à son fils qui, de 1971 à 1974, lui redonne une stabilité. Elle sera revendue trois ans plus tard à une famille qui sacrifiera ce modèle au contexte économique contemporain, pour en faire « une entreprise du patrimoine vivant »2et introduira une politique commerciale divergente. Les frustrations, les déceptions et la colère de certains se font encore ressentir aujourd’hui. Ainsi, la disparition d’un monde du travail idéalisé et rassemblé autour de valeurs familiales crée un climat de mésentente et la verrerie éclate en une multitude de petits ateliers, voulant tous échapper aux changements qu’elle était en train de connaître. Seulement, chacun l’explique à sa façon, certains contournant la question par le silence ou changeant de conversation, témoignant de l’embarras que ce souvenir provoque.


« Et puis l’histoire a voulu que quand on fait du bien en partant on l’envoie promener : ils ont fait des grèves à Eloi. Je peux le dire ça ? Je peux le dire ça ? Vous savez comment ça a fini ? Le parti communiste et la CGT ont voulu lui prendre son usine. Ils ont voulu lui voler son usine à Eloi. Et ça l’a rendu malade. » 


« C’était des gens du pays qui étaient embauchés et ils ne connaissaient pas la difficulté du travail ailleurs. » 


« Les verriers, dès qu’ils ont su un peu travailler, mais je trouve ça normal, dès qu’ils ont su travailler, dès qu’ils ont su s’exprimer, chacun a fait son petit atelier… Ce qui est normal. Enfin moi je me l’imaginais différemment. Je me l’imaginais qu’une fois que les verriers étaient qualifiés, ils se seraient exprimés à la Verrerie et puis qu’il y aurait eu des promotions. » 


« Et puis c’était aussi à un moment où il commençait à y avoir des problèmes financiers. Donc Eloi, à ce moment-là, qu’est-ce qu’il a fait ? Et bien il a convoqué tout le monde et il a dit : voilà, cette année, les choses font qu’il n’y a pas de bénéfices à redistribuer et qu’il va falloir revoir peut-être les horaires et la façon de travailler pour essayer de resserrer les boulons et d’essayer de se sortir de ce moment un peu difficile financièrement. Et là, hiatus… Une très petite fraction des employés qui étaient les délégués syndicaux, de la CGT pour ne pas les nommer, qui avaient une position très rigoriste en disant : « Mais non, ce patron, qu’est-ce qu’il nous raconte, c’est pas vrai, son fric il le cache » ou je ne sais pas quoi ! » 

31
Le changement de direction de 1974 provoque un certain nombre de tensions et de nouveaux conflits incitant au départ la plupart des verriers en désaccord avec la nouvelle organisation de l’entreprise et est souvent vécu comme un échec de la verrerie. Mais il résultera de cet affranchissement un enrichissement individuel au sens propre du terme, puisque par ce biais, certains verriers d’origine modeste vont voir leurs conditions financières s’accroître obtenant, par conséquent, une reconnaissance sociale due à cette ascension. Dès lors, les péripéties de la verrerie vont se cristalliser en une multitude de mémoires subjectives s’accordant parfois les unes avec les autres, se confrontant à d’autres occasions. Ces mémoires, largement tournées vers un seul homme comme une figure paternelle, le créateur de la verrerie, connaîtront le paradoxe d’avoir fait la renommée de la commune par une instrumentalisation patrimoniale de l’artisanat tout en taisant certains aspects vraisemblablement douloureux. Les actions patrimoniales proviennent en partie de la nouvelle configuration de l’entreprise soucieuse d’inscrire son identité dans le temps par une mobilisation sélective du patrimoine et du passé motivée par une quête de légitimation « traditionnalisante », et non pas de ses anciens acteurs qui pourtant auraient beaucoup à révéler au risque de créer une situation conflictuelle. Acteur à part entière d’un système de production patrimoniale, l’entreprise cherche à s’investir dans une valorisation historique et traditionnelle pour asseoir sa légitimité technique et la qualité dite « authentique » de ses produits, qui pourtant n’est plus la même qu’autrefois, envers sa clientèle. « La patrimonialisation participe à la culture d’entreprise par la représentation valorisante qu’[elle a] choisie. » (Kourchid et Mélin, 2002 : 54), mais ce point de vue ne fait pas l’unanimité :« M-A. L. : Le travail d’aujourd’hui ressemble au travail de l’époque ? R. : Euh, ça c’est pas mon rayon, je préfère que vous le demandiez à quelqu’un d’autre… Ce qui est fait actuellement… (Silence). » D’autre part, le souci de transmission du métier de verrier tel qu’il était entrepris jusque là et tel que les mémoires l’expriment semble avoir interférer avec un nouveau système semi-industriel qui ne correspond plus à l’entreprise familiale telle qu’elle a été initialement conçue mais renvoie pourtant à une image patrimoniale dont l’authenticité peut être discutée, réutilisée comme argument commercial.

32Un silence semble s’être imposé depuis. Aujourd’hui, on n’entend en surface que certaines allusions implicites en ce qui concerne l’histoire de la verrerie. La figure de pouvoir local que représente la nouvelle direction de la verrerie qui occupe une place prépondérante dans la vie symbolique, économique et politique de la ville, semble avoir emprisonné les mots et les paroles de ceux qui voulaient révéler leur point de vue, menacés par des procès ou d’autres formes de pressions à l’abri desquelles je n’ai pas non plus été. Seuls certains sous-entendus traduisaient l’expression d’une suspicion quant à l’histoire de cette entreprise.

33Largement affectés par ce « retour en arrière » provoqué par la présente recherche, ces interlocuteurs ont exprimé de nombreuses émotions lors du rappel de certains événements en lien avec la verrerie, comportement qui n’avait pas été observé d’une manière aussi intense lors d’entretiens qui convoquaient une mémoire moins personnelle. Exprimée par de longs silences ou au contraire par des coups de colère, voire même le refus d’enregistrement des témoignages délivrés, cette mémoire paraissait, au fur et à mesure de sa collecte, beaucoup plus polémique que ce qui était visible jusqu'alors. Illustrées par des documents, des photographies, des carnets de travail avec le dessin des pièces à réaliser et les cotes annotées au papier crayon, archivés dans de vieilles boîtes à biscuits en fer rouillé ou bien dans des enveloppes jaunies, cette mémoire semblait se taire mais ne pas vouloir disparaître totalement du présent jeu social. Ces papiers avaient été gardés pendant des décennies entières comme si un jour ils pouvaient être utilisés comme preuves. En consultant avec son propriétaire un album photos vieilli, on voyait en première page la photographie des débuts de la verrerie dans laquelle il a passé sa vie entière (c’est aussi l’endroit qu’il avait choisi pour livrer ses souvenirs), comme si elle servait de couverture, plus significative que n’importe quelle autre, à une vie qui venait s’illustrer, par la suite, par une série de clichés. Le premier coup de pioche, en 1956, pour creuser les fondations du bâtiment qui allait matérialiser ses rêves avait été donné le jour de l’anniversaire de cette même personne (Andréani, 2002). Des objets sortis des fours de la verrerie ayant échappé à la casse ou bien à la générosité d’une épouse ayant distribué toutes les autres pièces personnelles rappellent encore ces souvenirs. Ces témoignages passionnés prenant l’allure de monologues semblaient attendre qu’on leur manifeste de l’intérêt et qu’une sorte de justice, ou bien de rétablissement des faits déformés par des discours plus conventionnels et promotionnels, soit opérée.


Conclusion

34Outre le plaisir de s’attarder dans l’espace dérobé des salles-à-manger de ces personnes qui racontent leurs histoires pleines de vie, de se sentir au milieu de cet espace de confidentialité que sont anecdotes, rires, tensions, se pencher sur ces mémoires permet à l’ethnologue d’ouvrir ses perspectives vers d’autres dimensions. Dépasser l’approche du « présent ethnographique » par la convocation de passés racontés, ceux qui révèlent les vérités subjectives, des souvenirs encodés avec leurs propres émotions, permet ainsi de croiser les dimensions et les échelles temporelles d’un régime d’historicité non linéaire. Cela permet aussi de comprendre les divers modes d’énonciation d’une histoire à travers un cas particulier et de venir éclairer les sélections opérées au niveau des discours émergents sans que toutes ces expériences subjectives soient prises en compte. Ainsi ne parle-t-on plus ou presque de ce que pensent Raymond, Fidel, Lucette, Georges, Claude, Véronique, Jean-Claude, ceux-là même qui ont donné une identité à une entreprise par leur expérience de vie. A peine ébauche-t-on le portrait d’Eloi pour reconnaître son ingéniosité d’artisan mais trop rarement peut-être parle-t-on de son œuvre politique au sein de son entreprise qui ne correspond plus aux priorités politiques actuelles alors que paradoxalement, ce qui en découle maintient l’image patrimoniale d’une ville.

35Ainsi, mémoires des gestes, des savoirs, des savoir-faire et des techniques, d’une forme d’organisation sociale autour du travail révélant un projet utopique réalisé mais révoqué, celui de l’attachement d’acteurs à leur métier, à leur milieu professionnel, à l’implication de chacun selon des tâches réparties et partagées, aux relations sociales mais aussi au mode de fonctionnement de l’entreprise, au réseau social que ce dernier déploie comme une « famille » et à la figure patronale considérée comme un véritable père, nous permettent la description et la compréhension d’un univers social élargi à partir d’un exemple précis, de ses mutations, de ses enjeux sociaux, politiques et identitaires. Tout cela nous permet de nous interroger sur une dite « mémoire collective » et une image patrimoniale qui n’est pas toujours partagée ni maîtrisée par l’ensemble des acteurs qu’elles concernent puisque des rapports de force existent encore plusieurs décennies après les faits, et donc de remettre en cause l’élaboration des discours qui s’y rattachent. Enfin, cette perspective subjective dans l’approche ethnographique nous éclaire sur la place de ces personnages qui sont à la fois acteurs et médiateurs de connaissances du passé véhiculées par leurs mémoires dont la marginalisation peut parfois nous aider à comprendre des enjeux à taire.

Haut de page

Bibliographie

« La Verrerie de Biot », Bibliothèque du Travail, Cannes, Institut coopératif de l’Ecole moderne, juin 1962.

ALTHABE, Gérard, « Vers une ethnologie du présent », dans Gérard ALTHABE et Monique SELIM (sous la direction de), Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998.

ANDREANI, Carole, « Histoire d’une utopie réussie (1956-1974) », dans Rêve de verre. Un demi-siècle de verrerie à Biot, Eloi Monod et après…, Paris, Somogy éditions d’art, 2002, p. 33-48.

BATESON Gregory, La Cérémonie du Naven, Paris, Editions de Minuit, 1971, p. 130, in Alban BENSA « De la micro-histoire vers une anthropologie critique », dans Jacques REVEL, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard et Le Seuil, 1996.

BENSA, Alban, « De la micro-histoire vers une anthropologie critique », dansJacques REVEL, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard et Le Seuil, 1996.

CHEVALLIER, Denis, « Des savoirs efficaces », Terrain, n° 16, 1991a, p. 5-11.

CHEVALLIER, Denis, Savoir-faire et pouvoir transmettre, Paris, MSH, Collection ethnologie de la France, Cahier 6, 1991b.

DEHAYE, Pierre, Les difficultés des métiers d’art, Rapport au Président de la République, Paris, La Documentation Française, 1976.

GILLOIRE, Augustin et MONOD, Véronique, « Saga impressionniste », dans Rêve de verre. Un demi-siècle de verrerie à Biot, Eloi Monod et après…, Paris, Somogy éditions d’art, 2002, p19-31.

GRANDJEAN, Marie-Ange, « Verre et savoir-faire en Lorraine. Une première approche », Terrain, n° 11, 1988, p85-93.

JEWSIEWICKI, Bogumil, (sous la direction de), Récits de vie et Mémoires, vers une anthropologie historique du souvenir, Paris/Sainte-Foy, L’Harmattan/Safi,1987.

KOURCHID, Olivier et MELIN, Hélène, « Mobilisations et mémoire du travail dans une grande région : le Nord-Pas-de-Calais et son patrimoine industriel », Le Mouvement Social, n° 199, 2002, p. 37-52.

LASMÈNES, Marie-Ange, « Les métiers d’art à Biot : construction et usages politiques du patrimoine »,Socio-Anthropologie, n° 19, 2006, p. 97-108.

LENCLUD, Gérard, (sous la direction de), Vers une ethnologie du présent, Paris, MSH, Collection ethnologie de la France, Cahier 7,1995.

RICOEUR, Paul, La Mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

Entreprise du Patrimoine Vivant, consulté le 15 novembre 2010, [http://www.patrimoine-vivant.com/label/decouvrir_le_label/un_label_etat].

Haut de page

Notes

1  Extrait d’entretien. Toutes les expressions en italique placées entre guillemets dans le texte qui suit sont tirées d’entretiens.

2  « Entreprise du Patrimoine Vivant » est un label d’état délivré par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi « mis en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Ces maisons se distinguent par une histoire et un patrimoine parfois séculaires, des capacités d’innovation et des savoir-faire rares et pointus qui ont contribué à asseoir leur notoriété dans le tissu entrepreneurial français. » Entreprise du Patrimoine Vivant, consulté le 15 novembre 2010, [http://www.patrimoine-vivant.com/label/decouvrir_le_label/un_label_etat].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ange Lasmènes, « Souffleurs de verre, mémoires intimes « au travail »  », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/958

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Lasmènes

Doctorante en ethnologie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, Marie-Ange Lasmènes effectue un travail de thèse sur « Les Usages sociaux et politiques du passé : la patrimonialisation des métiers d’art à Biot ». Elle s’interroge sur le rapport d’une société locale à son patrimoine dans le but de saisir les mécanismes de construction sociale de l’identité locale par un usage de son passé et les enjeux politiques qui s’en dégagent, notamment à travers la valorisation historique et touristique des lieux.
Phd candidat inanthropology at the University of Nice Sophia-Antipolis, Marie-Ange Lasmènes works on "The Uses of social and political past: the heritage-crafts in Biot." It examines the report of a local company to its heritage in order to understand the mechanisms of social construction of local identity through use of its past and political issues that emerge, particularly through the enhancement of historical and tourist places.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals