Navigation – Plan du site
Mémoires sur site: de l'intime au collectif

Identités collectives ; territoires et mémoires

De l’usage de la mémoire locale dans l’analyse des transformations du travail et des identités sociales
Collective Identities, Places, MemoryAnalysing working lives and social identities changes through local Memory
Sylvie Contrepois

Résumés

Quel éclairage spécifique apportent les productions et les initiatives visant à préserver la mémoire locale dans l’analyse des transformations qui affectent les sociétés contemporaines ? Nous abordons cette question à partir d’une recherche menée dans le cadre d’un projet européen portant sur l’articulation des identités régionales, nationales et européennes au travers du travail et des communautés d’appartenance dans des régions subissant des processus de restructurations et de transformations économiques (Projet SPHERE : www.sphereeurope.eu). La conduite de ce projet repose notamment sur la mise en place de comités de pilotage dans chacun des pays partenaires et doit déboucher sur d’importants efforts de valorisation en direction des populations locales.

Le terrain d’enquête retenu en France est constitué par deux communautés d’agglomérations voisines de la région parisienne, celles d’Evry et celle de Corbeil-Essonnes. Si la première symbolise l’ère du tertiaire et le renouveau urbain apporté par les villes nouvelles, la seconde porte encore les traces d’un passé industriel prestigieux. Leur contiguïté représente une formidable opportunité d’analyser les continuités et discontinuités de l’histoire des transformations du travail et des identités sociales.

Les président(e)s de quatre associations d’histoire et de mémoire locale ont été mobilisés pour ce faire au sein du comité de pilotage de la recherche. Pour la première fois les matériaux et connaissances produits par chacune des associations sont directement confrontés et exploités ensemble, simultanément aux données produites par le chercheur. Nous rendons compte ici de cette démarche et de ses résultats.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comment se recomposent les identités sociales dans des régions marquées par de profondes transformations économiques ? Cette question, dont l’actualité s’accroît avec l’accélération des processus de désindustrialisation dans de nombreux pays occidentaux, constitue la problématique du projet de recherches européen SPHERE1. Nous nous proposons d’en présenter quelques résultats préliminaires.

2L'ambition de ce projet est de saisir les conséquences des restructurations économiques sur le travail et la vie sociale locale et de comprendre les répercussions que ces changements peuvent avoir sur les identités individuelles et collectives, les traditions et les coutumes.

3Six régions européennes ont été sélectionnées pour être enquêtées et faire l'objet d'une comparaison. Trois régions industrielles sont étudiées : celle d'Evry-Corbeil près de Paris en France, celle de Nuremberg en Allemagne et celle du Levante en Espagne - et trois régions minières - la province de Zonguldak, près de la mer noire en Turquie, le sud du Yorkshire en Angleterre et la Haute Silésie en Pologne.

4Chacun des pays étant couvert par une équipe de recherche différente, nous rendrons compte ici des travaux réalisés en France.

5Le terrain d’enquête choisi est constitué de deux communautés d’agglomération immédiatement voisines, se situant à une trentaine de kilomètres au Sud-Est de Paris. La première, celle de Corbeil-Essonnes, comprend cinq communes au total couvrant une population de 58 849 habitants pour un territoire de 48 km2. Créée en 2002, elle constitue une alliance récente entre des villes ayant développé quelques synergies. Corbeil-Essonnes, qui en constitue le cœur, est une ville de tradition industrielle et ouvrière, en déclin aujourd’hui. La communauté d’agglomération d’Évry est, en revanche, construite sur la base d’une synergie relativement ancienne entre quatre des cinq communes qui la composent. Ces quatre communes ont été choisies comme centre pour la construction de la ville nouvelle bâtie à la fin des années 1960 autour du village d’Évry qui ne comptait alors que quelques milliers d’habitants. Finalement crée en 2001 avec la participation d’une commune supplémentaire, la communauté d’agglomération d’Évry compte aujourd’hui 104 162 habitants sur un territoire de 39 km2.

6Les mutations subies par le territoire que constituent ces deux communautés d’agglomération sont tout autant liées aux reconversions économiques successives intervenues au fil du temps, qu’aux politiques d’aménagement urbain et aux transformations des modes de vie des habitants.

7Placées au cœur d’une région principalement agricole, les villes de Corbeil et d’Essonnes ont constitué un premier foyer d’implantation industrielle dès le XIIe siècle. La meunerie, le textile, la tannerie, puis la papeterie, l’imprimerie et la métallurgie lourde y sont les principales activités jusqu’au début du XXe siècle. Si le textile et la tannerie s’effacent ensuite   progressivement, la meunerie, l’imprimerie, la papeterie et la métallurgie restent très dominantes jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un basculement s’opère ensuite au profit de la métallurgie et de l’informatique, secteurs représentés par de grandes entreprises de renom telles qu’IBM, la SNECMA, Hewlett Packard et Digital. Une partie de ces entreprises s’implantent à Évry et dans les communes limitrophes, à la faveur de la création de la ville nouvelle. A partir des années 1990, la révolution informatique laisse progressivement place à celle de la génétique. Le Genethon, le nouvel hôpital et l’université d’Évry avec son institut de biologie symbolisent cette nouvelle mutation.

8Les politiques d’aménagement urbain sont un second facteur de transformation. Elles se traduisent par le lancement d’importants programmes de logements collectifs à Corbeil-Essonnes à partir de la fin des années 1950 et avec le Schéma directeur d’aménagement de la Région Parisienne de 1965, par la création de la ville nouvelle d’Évry. Les nouvelles formes d’habitat qui émergent témoignent de l’urgence de loger une population à la croissance rapide mais aussi des utopies sociales qui ont animé les bâtisseurs de ces nouvelles cités. Ces utopies sociales ont vite été démenties par la politique gouvernementale d’étalement urbain, qui ont notamment pour conséquences un éloignement habitat/emploi, à partir de 1975.

9L’évolution des modes de vie constitue, enfin, un troisième facteur important de transformation des paysages locaux. Si le travail garde une place structurante, l’entrée dans la civilisation des loisirs et de la consommation se matérialise par la multiplication des équipements sportifs, culturels, de loisir et des espaces commerciaux.

10L’impact de ces mutations sur les identités sociales a largement été appréhendé au travers d’un travail sur la mémoire ou plutôt sur les mémoires locales. La recherche repose, en effet, sur la réalisation d'entretiens biographiques. Nous avons, par ailleurs, fait le choix, en France, de solliciter quatre présidents d’associations d’histoire et de préservation de la mémoire locale et une ancienne élue locale pour participer au comité de pilotage de la recherche2.

11Comme nous le verrons dans un premier temps, ce choix a eu un impact important tant sur le plan épistémologique, pour la conduite de la recherche elle-même, que sur le plan de la compréhension du rôle de la mémoire dans la construction des représentations actuelles du monde du travail et des identités collectives. Au fil des réunions, la confrontation des connaissances accumulées dans leurs activités associatives par les membres du comité de pilotage, tout comme les éclairages apportés par leurs propres parcours de vie montre à quel point l’identité locale était façonnée par la superposition de mémoires renvoyant tout autant aux évènements et aux réalités personnellement vécus qu’aux événements relatés ou aux légendes colportées.

12Ces mémoires, dont le sens peut évoluer en fonction des expériences de vie les plus récentes, puisent leurs sources indifféremment dans toutes les époques et dans tous les aspects de la vie sociale. Dans une seconde partie de cet article, nous tenterons de rendre compte de cette complexité au travers d’une analyse des transformations des identités sociales au sein du territoire étudié.

Quand la mémoire locale se mobilise

13C'est en tentant d'évaluer la nouveauté des pratiques et des stratégies syndicales que nous     observions dans les entreprises de Corbeil-Essonnes entre 1993 et 19983, que nous nous sommes progressivement intéressé à l'histoire économique et sociale de cette localité. Nous avons alors découvert les travaux de quelques-unes des sociétés d’histoire et de mémoire locale qui opéraient sur le territoire et avons commencé à contribuer aux travaux de l’une d’entre elles (Contrepois, 1999). L’érudition, l’ampleur et la diversité de ces travaux en marge des publications universitaires ont largement motivé notre ambition de coopérer avec  elles dans le cadre de ce nouveau projet de recherches. Nous présentons rapidement, dans une première section, les membres de notre comité de pilotage et les associations qu’ils président, avant de mettre en évidence, dans une seconde section, les évolutions de perspectives apportées par le travail commun.

De parcours biographiques diversifiés à des travaux d’intérêt général

14En nous intéressant aux parcours biographiques des membres de notre comité de pilotage, nous avons d’emblée été frappé par le lien existant entre les parcours individuels des uns et des autres et la nature des associations qu’ils président et qu’ils ont bien souvent contribué à créer.

15L’un des membres de notre comité de pilotage a ainsi commencé sa carrière d’enseignant au lycée d’Évry après avoir obtenu son agrégation d’histoire-géographie à l’école normale supérieure de Saint-Cloud. Il obtient ensuite un doctorat d’Histoire et  accède à un poste de Maitre de Conférences puis de Professeur à l’université. Il développe alors principalement des travaux sur la Révolution Française. En 1987, il décide avec quelques anciens et nouveaux collègues résidant dans le département de l’Essonne de créer le Comité de  recherches historiques sur les révolutions en Essonne (CRHRE). Rapidement, cette association de rayonnement départemental rassemble une quarantaine de membres, principalement des historiens (professeurs du secondaire, universitaires, chercheurs, archivistes), des membres de groupes d'histoire locale, des étudiants et quelques élus locaux.  La première tâche du CRHRE sera de produire, dans le cadre du bicentenaire de la Révolution Française, une série de publications sur l’histoire des quelques 200 communes que compte le département de l’Essonne. Le CRHRE s’intéresse ensuite de la même manière aux manifestations et conséquences de la révolution de 1848. A partir de 2001, à la faveur d'un financement du Conseil Général, il entreprend d'analyser les caractéristiques locales de la Révolution industrielle du XIXe siècle. Ses nombreuses publications ont été réalisées à partir des dépouillements d'archives et des recherches menées par les adhérents4. Plusieurs articles concernent la région que nous étudions et sont directement utiles à nos recherches. Ils permettent notamment de comprendre la vie politique locale, proposent des monographies sur les conditions de vie et de travail, analysent les trajectoires des grandes familles d’industriels, et s’intéressent aux différents aspects de la vie économique5.

16Un second membre du comité de pilotage est un corbeil-essonnois de souche, issu d’une famille de commerçants. Il a travaillé à Paris comme éditeur d’une collection d’ouvrages sur  les régions de France mais a aussi assumé pendant plusieurs années des responsabilités locales en tant que président de la maison des jeunes et de la culture de Corbeil-Essonnes. Photographe professionnel, il participe à de nombreuses expositions locales. C’est en 1994 qu’il décide de créer, avec quelques amis, l'association Mémoire et patrimoine vivant (MPV). Cette association rassemble principalement des habitants de Corbeil-Essonnes, attachés à la préservation de la mémoire locale. D’après son président, elle n’a pas la prétention de réaliser des travaux d’historiens, mais elle a pour ambition de collecter et de conserver tous documents et témoignages relatifs à la mémoire locale. Dans cette optique, elle produit de nombreux documents audiovisuels qu’elle réalise à partir d’entretiens filmés d’habitants de la région, notamment de Corbeil-Essonnes, et de documents iconographiques  produits ou collectés par les membres de l’association. Si la mémoire du travail n’est pas nécessairement centrale dans ces travaux, force est de constater qu’elle tient une place non négligeable. Une série de documentaires a notamment été réalisée par l’association sur le foyer Sonacotra et sur les entreprises de Corbeil-Essonnes. Nous pouvons y entendre les témoignages d’entrepreneurs et de salariés qui ont souvent joué un rôle important dans l’histoire locale. Ces témoignages contiennent de nombreuses anecdotes précises au travers desquelles il est possible d’appréhender les conditions de vie et de travail, l’organisation de l’espace, de la production et la nature des changements intervenus.

17Une autre membre du comité de pilotage est arrivée dans la région au cours des années 1970, par le biais de sa nomination au lycée de Corbeil-Essonnes. Née dans le Val-de-Marne d’une mère institutrice et d’un père menuisier, elle a fait des études de géographie à Paris puis a obtenu son agrégation à l’école normale supérieure de Fontenay aux Roses. Elle décide d’habiter Evry dès le début de sa carrière. Elle devient militante de la CFDT, dont elle est permanente pendant  plusieurs années. Au cours de ses dernières années d’activité professionnelle, elle a consacré une partie de ses heures d’enseignement au service éducatif des archives départementales de l’Essonne.

18Elle préside actuellement deux associations. Le centre d'action, de recherche et de documentation des entreprises (CARDE) rassemble principalement des militants syndicaux et des acteurs locaux. Créé en 1992, il a pour ambitions de sensibiliser à la préservation du patrimoine du travail et de réaliser des histoires d’entreprises impulsées par les salariés ou leurs représentants. Il est notamment l'auteur du film « Mai 1968 : quelle mémoire dans les entreprises », réalisé en 1998 à partir des témoignages d’une cinquantaine de salariés dont de nombreux syndicalistes, "acteurs" du mouvement social de mai 68, issus d’une trentaine d’entreprises de tailles et de secteurs d’activité différents et de dix régions de France6. Il s'est aussi intéressé à l'histoire du comité d'entreprise d'une des grandes entreprises de la région Corbeil-Essonnes - Evry, la Snecma (Simony, Marcon, 1995). Enfin, une de ses dernières réalisations est une exposition intitulée « Femmes en Essonne » et explorant notamment les conditions d’accès des femmes à l’éducation, au travail salarié, aux responsabilités politiques et syndicales.

19La seconde association est celle des amis du Maitron dont la tâche est de pérenniser l'œuvre de Jean Maitron (1910 – 1987), initiateur d'une importante collection de dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier et du mouvement social – il s'agit du plus grand dictionnaire biographique en langue française. Réalisées par des correspondants locaux, enseignants du secondaire, universitaires, chercheurs, historiens locaux, les notices biographiques s'intéressent aux itinéraires militants, au peuple militant, aux récits de vie et aux autobiographies des acteurs du mouvement social. L'association des amis du Maitron fédère des associations de même but dans chaque département. Une association de ce type a été créée dans l'Essonne en 1999. Elle rassemble pour le moment des membres du CARDE et du CRHRE. Son activité est encore peu organisée, mais quelques biographies d’anciens militants essonniens sont en cours.

20Un quatrième membre du comité de pilotage, issu d’une famille d’agriculteurs d’origine modeste du Sud de la France, est géographe de formation et c’est au cours de sa thèse de doctorat (1966) sur les restructurations industrielles qu’il découvre la région de Corbeil-Essonnes. Il s’installe finalement à Evry et réalise toute sa carrière dans les administrations chargées du développement de la Ville nouvelle d’Évry. Il préside aujourd’hui l’association évryenne Mémoire de la ville nouvelle (MVN). Cette association, créée en 1982, rassemble de nombreux acteurs qui étaient à l’origine de la construction de la ville nouvelle d'Evry. Elle a pour objectif de collecter des documents sur l'histoire associative d’Evry, plus particulièrement depuis la création de la Ville Nouvelle (1965), et de les valoriser par des manifestations. Elle produit ainsi des documents internes et organise régulièrement des expositions et des réunions publiques. Elle a également produit un certain nombre de documentaires et un guide de recherches intitulé Mémoire d'un territoire, recensant les documents publiés sur la ville nouvelle depuis 1975. Si l’association reçoit des dons ou dépôts d'archives, elle effectue également un travail de prospection pour identifier d'autres documents. Elle réalise notamment des entretiens avec des habitants de différentes générations et de différents milieux sociaux.

21La cinquième membre du comité de pilotage, enfin, est issue d’une famille d’ouvriers, militants communistes chez Dunlop à Montluçon. Elle suit son mari, dentiste, lorsqu’il trouve un poste à Paris dans les années 1960. Militante communiste, elle est chargée par le PCF de collaborer avec le maire de Corbeil-Essonnes à partir de1965. De 1971 à 1995, elle assume plusieurs mandats de premier maire adjoint et de conseiller général. Elle ne préside à l’heure actuelle aucune association. Mais son intérêt pour l’histoire locale l’a conduit à jouer un rôle actif dans un certain nombre d’initiatives ayant trait au sujet. Ses nombreuses années de mandatures lui ont, par ailleurs, conféré une bonne connaissance des problématiques de développement local.

22Ces rapides descriptifs mettent non seulement en évidence l’intrication des parcours individuels et des démarches de préservation de la mémoire locale mais aussi la grande variété des approches en présence. C’est de cette variété que nous avons tenté de tirer parti, en ce qu’elle ouvrait l’accès à une connaissance relativement fine des différents milieux sociaux cohabitant sur le territoire étudié.

Regards croisés : apports et questionnements

  • 1  Afin de bénéficier le plus largement possible de l’ensemble des expériences des membres du comité (...)

23La coopération que nous avons initiée au travers des réunions du comité de pilotage1 est tout à fait inédite. Elle a permis, pour la première fois, que des données et des productions de nature très différentes soient confrontées et comparées entre elles. Il en résulte pour chacun d’importants bouleversements dans l’ordre de ses connaissances. Pour ce qui nous concerne, plusieurs idées que nous avions avancées à l’issue de notre première recherche ont été ébranlées. Bien entendu, notre problématique de recherche n’étant plus la même, l’angle de vue a lui aussi changé apportant de nouveaux éclairages. Mais il nous aurait certainement été impossible d’accéder aussi rapidement à certains éléments de connaissance et d’analyse sans les informations qui ont émergé lors des discussions du comité de pilotage.

24Tout d’abord, la dynamique de développement des deux villes a été largement réexplorée. En travaillant sur Corbeil-Essonnes, nous avions maintes fois entendu l’histoire de la désignation arbitraire du village d’Evry comme cœur d’une des cinq villes nouvelles à créer en Région Parisienne et comme ville préfecture du nouveau département de l’Essonne. Cet événement, vécu comme un drame par les corbeil-essonnois, a été rendu largement responsable du déclin économique de Corbeil-Essonnes. Certains de nos interlocuteurs ont suggéré que les autorités ont agit ainsi dans l’objectif de déstabiliser la municipalité communiste de Corbeil-Essonnes, n’hésitant pas à précipiter le déclin de la ville. Ces arguments n’ont pas fondamentalement été remis en cause par notre nouvelle recherche. Mais de nouveaux éclairages sont, toutefois, apparus au fil des réunions du comité de pilotage. Il s’est notamment avéré que le projet de ville nouvelle était beaucoup plus large que celui qui a été retenu. Il englobait Corbeil-Essonnes ainsi qu’une dizaine d’autres villes. Ce projet a rencontré une farouche opposition de la part des municipalités communistes de l’époque, mais aussi de la part de larges franges de la population. Le choix final, porté sur Evry, a créé une profonde rivalité entre cette dernière commune et celle de Corbeil-Essonnes.

25Les discussions collectives nous ont également permis de prendre la mesure de l’évolution des paysages urbains et de l’emprise industrielle. Il est apparu à la lumière de l’analyse des fonds iconographiques que de nombreux quartiers essentiellement industriels ont été gagné par l’urbanisation. C’est le cas des quartiers de Chantemerle, de la Nacelle et des Tarterêts à Corbeil-Essonnes. Anciens sites industriels, ces quartiers ont progressivement été urbanisés par de « grands ensembles » jusqu’à ce que l’industrie en soit totalement chassée. Leur identité a dès lors totalement changé.

26Les membres du comité de pilotage ont également attiré notre attention sur les nombreuses traces de la ruralité, aujourd’hui ancrées dans le tissu urbain. Si une grande partie des champs ont disparu, eux aussi gagnés par les « grands ensembles », l’architecture reste en maints endroits du territoire largement marquée par la présence d’un univers rural. Parties prenantes de la ville nouvelle d’Evry, les communes de Courcouronnes, Lisses, Bondoufle et Evry ont ainsi conservé leurs vieux villages faits de fermes, de maisons de bourgs et de bâtiments agricoles. Quant à Corbeil-Essonnes, les enseignes qui y sont encore visibles ça et là rappellent le temps où les paysans venaient faire réparer leurs tracteurs ou commander du matériel agricole.

27Les caractéristiques de la main d’œuvre locale ont également été reconsidérées. Nous avions ainsi peu conscience du poids de la main d’œuvre féminine dans le bassin étudié. Au vu des statistiques manipulées lors de notre première recherche, nous avions conclu que la main d’œuvre féminine était très peu présente dans les grandes entreprises industrielles et se trouvait principalement dans les services publics et les PME. Nous supposions également qu’elle était davantage conduite à aller travailler à l’extérieur du bassin d’emploi. Nous pensions qu’il s’agissait là d’une constante historique. Or les documents iconographiques conservés par les associations nous ont amené à réviser cette hypothèse. Ils attestent de la part prise par cette main d’œuvre féminine dans l’emploi local. Ouvrières de la filature de Chantemerle, typographes et ouvrières de la brochure chez Crété, ouvrières cuisant les briques chez Gilardoni… Les entreprises traditionnelles semblaient employer plus volontiers la main d’œuvre féminine, qui a semblé ensuite être délaissée par les entreprises de haute technologie qu’étaient la Snecma et IBM.

28Notre approche a également été nuancée en ce qui concerne la main d’œuvre immigrée. Peu présente dans les grandes entreprises dans lesquelles nous avions enquêté jusque là, cette dernière est aujourd’hui très visible sur le territoire. Les travaux du comité de pilotage ont attiré notre attention sur l’ancienneté des phénomènes d’immigration dans le bassin d’emploi étudié. La communauté italienne notamment apparaît avoir été très présente autour des nombreuses carrières existant dans la région. C’est avec surprise que nous avons ainsi découvert tout un quartier italien resté intact sur la commune d’Evry, dont la mémoire est aujourd’hui symbolisée par la rue d’Udine. Des témoignages attestent également de la présence d’une importante main d’œuvre immigrée à la papeterie.

29Il ne s’agit là que de quelques exemples de découvertes et de remises en question, auxquelles les réunions du comité de pilotage nous ont conduit. Ces découvertes auraient certes pu être effectuées au travers d’un travail de recherches sur archives. L’intérêt ici, toutefois, est d’avoir pu croiser au fil des réunions les regards d’acteurs sociaux se situant selon des points de vue totalement différents. Ce dernier aspect a particulièrement attiré notre attention sur la multiplicité des univers sociaux qui constituent un même territoire, sans forcément se rencontrer ou s’interpénétrer.

La mosaique des mémoires locales du travail

30Le concept de « structure des perceptions » (structures of feelings) développé par Raymond Williams (1977) offre un cadre d’analyse particulièrement intéressant lorsqu’il s’agit d’appréhender la pluralité des mémoires du travail et la complexité de leur transformation. La « structure des perceptions » correspond aux perceptions qu’ont les individus de leur expérience vécue dans un contexte historique et culturel donné.Cette structure des perceptions est constituée d’une pluralité d’éléments que Raymond Williams classe en trois catégories : la culture dominante, la culture résiduelle et la culture émergente. Ainsi, la perception des individus peut être marquée plus ou moins fortement par la culture dominante d’une période historique donnée que Raymond Williams nomme la conscience officielle (1977, p. 131). Elle peut aussi se référer à une culture résiduelle qui renvoie à une vision du monde alternative, voire oppositionnelle, qui correspond de manière assez claire à la formation d’une conscience de classe. La culture émergente, enfin, est avant tout une culture en formation (Williams, 1977, p. 134), résultant des interactions entre les différentes cultures existantes.

31Selon Williams, chaque génération produit sa propre « structure des perceptions », laquelle résulte de l’interaction entre les différents éléments. Il nous paraît utile ici d’articuler plus clairement une dimension diachronique. Nous posons, en effet, l’hypothèse que les individus gardent en mémoire différentes structures de perception, qui peuvent se superposer au fil du temps. Les travaux conduits avec le comité de pilotage nous ont ainsi permis de repérer de multiples matrices, constituées à différentes périodes de l’histoire, et formant aujourd’hui la source des mémoires du travail. Nous tenterons d’en rendre compte, tout en mobilisant de manière rhétorique les catégories d’analyse proposées par Raymond Williams.

Les identités dominantes

La région étudiée a été fortement marquée, aussi bien par son passé agricole et que par son développement industriel précoce. Si la plupart des activités et des structures sociales qui leur étaient liées ont bel et bien disparu, les expériences vécues par les générations successives continuent, elles, de nourrir l’imaginaire.

32De grands propriétaires terriens

33« Trois ou quatre grandes familles se partageaient les terres dans notre région. Lorsque le chemin de fer est arrivé, Alexandre-Marie Aguado n’a pas supporté qu’il coupe sa propriété. Il a vendu son château », raconte l’un des membres de notre comité pilotage. L’anecdote remonte aux années 1840. Au travers de ces quelques mots, notre interlocuteur évoque en filigranes la structure d’une société qui restera largement agricole jusque dans les années 1960. L’agriculture ne décline, en effet, que très lentement dans le territoire étudié. Elle est dominée par de grands propriétaires terriens, plus souvent parisiens que locaux. Evry, avec ses bords de Seine, abritera en effet jusqu’au milieu du XXe siècle de nombreuses villégiatures de la grande bourgeoisie parisienne, employant toute une population de domestiques.

34Plusieurs agriculteurs vont marquer l’histoire locale par les reconversions spectaculaires qu’ils opèrent dans le monde de l’industrie. Parmi eux, Paul Decauville est sans doute le personnage le plus emblématique. Avec ses trois autres frères, il fait partie des plus gros agriculteurs du département de Seine-et-Oise, au milieu du XIXe siècle. Installé dans la ferme de Petit Bourg à Evry, son père est spécialisé dans la culture de la betterave et la fabrication d’appareils de distillerie. A partir de 1853, il implante à la limite de Corbeil (lieu dit le Bras de fer) des ateliers de chaudronnerie pour y fabriquer divers produits au service de l’exploitation. En 1875, Paul qui lui a succédé, invente un type de voie de chemin de fer démontable et transportable, de faible écartement (40 à 60 centimètres), pour sauver une récolte particulièrement abondante cette année là. Cette invention va faire basculer définitivement l’entreprise familiale dans le monde industriel. Elle trouve des applications dans de nombreux domaines : exploitations minières et industrielles, desserte des ouvrages militaires. Les wagonnets étaient d’abord poussés à la main ou tractés par des chevaux. Par la suite, des voitures de formes diverses et des petites locomotives firent du Decauville un véritable système de chemin de fer. Au Concours Général Agricole de 1880, Paul Decauville annonce qu’il compte plus de 3 000 commandes et fait construire une usine de 80 000 m2 à Corbeil, qui ouvre ses portes en 1881. A l’occasion de l’exposition universelle de 1889, Paul Decauville construit un chemin de fer qui transportera plus de 6 millions de visiteurs. La renommée mondiale de l’entreprise est confirmée.

35D’autres entreprises locales de renom international, nées entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, partagent cette même origine agricole. Leur histoire témoigne de la réalité de la reconversion économique intervenue à l’ère industrielle. Plus tard, dans les années 1960, l’implantation de la ville nouvelle à Evry et dans les villes limitrophes et le développement de l’urbanisation dans le secteur de Corbeil-Essonnes, font notablement reculer la propriété foncière et, par voie de conséquence, les exploitations agricoles. Si l’agriculture occupe toujours une partie du territoire de certaines communes à l’heure actuelle, elle emploie moins de 1 % de la population active dans la région étudiée. Pour autant, l’empreinte laissée au territoire par les grands propriétaires terriens est bien réelle.

Les grandes heures du paternalisme d’entreprise

36Une autre caractéristique territoriale renvoie à la survivance tardive de l’influence exercée
par les grandes familles d’industriels sur la vie locale, au travers d’un mode de gestion
paternaliste de la main d’œuvre, doublé d’une participation active – voire dans certains cas financière — à la vie publique et municipale. Ainsi, par exemple, le « système Darblay »7 organise pratiquement l’ensemble de la vie sociale des salariés de l’entreprise, avec ses logements ouvriers intégrant les normes de confort les plus modernes, ses écoles, son épicerie, son dispensaire, sa chapelle et sa caisse de secours. En outre, dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle, certains ouvrages publics (routes, canalisations,...) ont pu voir le jour grâce aux financements directement consentis par les entrepreneurs de la région, qui ont également fourni plusieurs générations de maires et de conseillers municipaux8. D’autres ouvrages, comme l’hôpital ou l’orphelinat, doivent leur existence à la bienfaisance d’industriels parisiens, les frères Galignani en l’occurrence. A l’orée des années 1950, ces grandes familles d’industriels sont encore à la tête de leurs entreprises et continuent de régner sur la vie publique locale, même si depuis la première guerre mondiale, ils résident à Paris pour la plupart. Tous ces éléments contribuent à conférer aux industriels un statut de haute notabilité, très peu contesté et dont on trouve encore les traces aujourd’hui, au détour des souvenirs des plus anciens habitants, des légendes entendues et colportées par les nouveaux arrivants ou encore des noms de rues.

37N., 62 ans, témoigne ainsi : « quand on allait à la messe, les Darblay avaient les deux premiers rangs, quoi. Marqué d’une plaque et tout. Ben on trouvait ça normal, quand même. (…) Quand on était gamines, on était assez admiratives. Parce que c’étaient des gens qui étaient très à l’aise, hein. Et qu’ils se déplaçaient, qu’ils arrivaient, même en retard, ils se mettaient au premier rang (…) C’est du…, tu sens la différence de classe quoi. Manteaux de fourrures, les vêtements, et puis, et puis, tout le monde s’approche pour leur dire bonjour, enfin, tu vois. Ah c’était une notoriété quand même. Et quand il a été Maire, mon père attendait à l’église, pour aller serrer la main à Monsieur Darblay.”

38Au cours des années 1960 et 1970, les restructurations et / ou la disparition progressive des industries traditionnelles aboutissent à l’effacement du système paternaliste qui structurait jusque-là les relations sociales. Les entreprises qui survivent aux crises sont revendues à des groupes actionnariaux d’envergure nationale voire multinationale. Les grandes familles d’industriels cèdent progressivement la place aux actionnaires, après s’être dégagées à la fois de la direction de leurs établissements et de la vie politique locale.

Le nouveau monde industriel et le management à l’américaine

39Si le modèle de la grande entreprise survit au déclin des entreprises traditionnelles grâce à l’arrivée de nouveaux géants de l’industrie, la gestion des relations sociales se transforme profondément au cours des années 1960 et 1970. À la tradition paternaliste se mêle progressivement, jusqu’à devenir dominante, la culture issue des préceptes tayloriens et fordiens, elle-même progressivement supplantée par les techniques de management participatif. Ces dernières se diffusent particulièrement avec l’installation de grands noms américains de l’informatique comme IBM et Hewlett Packard. Politique de communication soutenue, boîtes à idées, déroulements de carrière fondés sur les capacités de mobilité fonctionnelle et « l’audace professionnelle » constituent autant de nouvelles pratiques visant à créer une nouvelle forme d’esprit d’entreprise. Dans le même temps, les centres de décision s’éloignent, la vie des établissements s’affranchit des contraintes locales et devient peu à peu tributaire d’arbitrages réalisés au plan international.

Une nouvelle droite patronale

40Malgré toutes ces évolutions, la droite patronale reste très présente sur la scène locale. La chambre de commerce et d’industrie de l’Essonne, installée à Evry depuis 1990, a pour mission de représenter les entreprises auprès des pouvoirs publics et des instances économiques territoriales. Elle a connu un développement notable au cours de ces dernières décennies et joue un rôle important dans le développement économique territorial. Son impact sur le territoire étudié est important, celui-ci concentrant un cinquième environ des entreprises du département.

41Par ailleurs, en 1995, après plus de trente années d’absence, la droite revient à la tête de la municipalité de Corbeil-Essonnes. Ironie de l’histoire, le nouveau maire, Serge Dassault, est issu d’une puissante famille d’industriels. PDG de Dassault Industries et  de Dassault-Aviation, il est aussi président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) et membre du conseil exécutif du CNPF.

42Faut-il voir dans ce choix des électeurs un quelconque renouement avec le paternalisme d’antan, bien que les entreprises de Serge Dassault ne soient pas implantées à Corbeil-Essonnes ? Le succès des méthodes employées par ce nouveau maire est, en tous les cas, troublant. Promettant d’intercéder personnellement auprès des dirigeants d’entreprise en faveur du maintien de l’emploi, de trouver des situations à ceux qui le “méritent” et cité pour sa générosité, ce grand patron a la  réputation d’être un homme soucieux du bien être de ses électeurs.

43De manière symptomatique, un jour que nous suivions une manifestation de salariés de l’imprimerie Hélio, une ménagère maghrébine qui se trouvait être sur le passage de la manifestation nous a confié ce témoignage : « Moi, Serge Dassault, je suis allée le voir pour qu’il me donne un logement. Je vivais avec mes enfants dans une maison insalubre. Il est venu voir, il s’est déplacé. Et il m’a donné un appartement avec mes enfants. Au moins, lui, il s’occupe des problèmes des gens ».

La culture résiduelle

44Les villes de Corbeil et d’Essonnes sont apparues comme des foyers d’agitation ouvrière dès le XIXe siècle, constituant un terreau particulièrement favorable à l’émergence de la constellation PCF - CGT9, qui y devient au fil du temps quasiment hégémonique. Force est toutefois de constater que le mouvement ouvrier ne s’y est pas développé aussi rapidement et aussi radicalement que dans d’autres grands centres industriels. La création des premières sociétés de secours mutuels puis des premiers syndicats y a été plus tardive. Leurs orientations et leurs actions sont restées plus timides et, selon de nombreux témoignages, davantage empreintes de réformisme. L’explication la plus communément évoquée renvoie au poids de la ruralité qui a marqué la région. De manière significative, les ouvriers composant la main d’œuvre locale sont qualifiés de « betteraviers » par leurs homologues parisiens.

45Malgré tout, à l’issue de la fusion des deux villes, Corbeil-Essonnes sera conquise par une municipalité communiste en 1959. L’ère du communisme municipal perdurera jusqu’en 1995. En devenant le cœur d’une ville nouvelle à l’orée des années 1970, Evry attirera de son côté toute une population en quête d’expérimentations associatives et autogestionnaires. Le parti socialiste ne tarde pas à y renverser la municipalité de droite, pour s’installer durablement à la tête de la ville.

Le communisme municipal de Corbeil-Essonnes

46Le contexte particulier de l’après-guerre associé à la fusion de Corbeil et d’Essonnes, en 1951, aboutissent à une modification des configurations électorales10. Une nouvelle équipe, dirigée par un maire socialiste est élue. Huit années plus tard, en 1959, c’est une équipe composée pour plus de moitié par des ouvriers et conduite par le communiste Roger Combrisson qui gagne les élections à la faveur d’une triangulaire. Une nouvelle ère s’ouvre alors. Le nouveau maire restera en place pendant trente-trois ans et l’on assistera, à partir de 1965, à une extraordinaire simplification de la vie municipale sur le plan politique. C’est, en effet, au premier tour que l’élection sera désormais acquise, les électeurs n’ayant à choisir qu’entre deux listes, celle de la municipalité sortante et une liste commune des partis de droite (Varin, 1986, p. 286).

47A partir du début des années 1960, la force ainsi acquise par les partis de gauche modifie radicalement la donne des luttes sociales. Les salariés et leurs organisations syndicales prennent l’habitude d’être systématiquement soutenus par la municipalité de Corbeil-Essonnes. Ainsi, par exemple, lors de la crise que traverse l’imprimerie en 1978, le maire et les élus interviennent auprès du ministre de l’industrie, de l’Assemblée nationale et du préfet de l’Essonne. Ils demandent que les pouvoirs publics prennent en considération le plan des organisations syndicales visant à moderniser et à développer l’entreprise, notamment en rapatriant des travaux effectués à l’étranger. Il en sera de même pour la papeterie. Le conseil municipal, qui envisage alors l’implantation d’un grand complexe papetier sur l’emplacement Darblay, n’hésitera pas à solliciter lui-même d’éventuels repreneurs afin de permettre la poursuite d’activité.

48Au cours de cette période, pourtant, le mouvement ouvrier corbeil-essonnois est rudement mis à l’épreuve par le déclin des entreprises traditionnelles et par l’arrivée de populations ouvrières issues de la déconcentration des industries parisiennes. Plusieurs entreprises installent ainsi une partie de leur personnel dans des établissements existants (IBM, Hélio) ou dans des établissements qu’elles créent (La Snecma). Ces salariés qui arrivent sont déjà rompus à des formes de relations sociales moins « personnalisées » et sont organisés dans des syndicats souvent plus revendicatifs. Les anciennes et les nouvelles populations ouvrières ne se mixent pas facilement. Nombre de témoignages font encore état d’oppositions fortes, pouvant aller jusqu’à l’affrontement physique, et s’exprimant jusque dans les organisations syndicales11.

49Vivant d’ailleurs leur transfert comme une véritable régression sociale12, les salariés de la Snecma, d’IBM et de l’imprimerie Chaix Desfossés arrivés de Paris, ne viennent pas systématiquement résider à Corbeil. La plupart, espérant retrouver un emploi dans la capitale ou dans la banlieue proche, y conservent leur logement et obligent leurs entreprises à mettre en place un service de transport. Par ailleurs, les politiques conduites par les directions d’entreprise, qui tentent de faciliter le relogement à proximité d’un certain nombre de salariés, visent à éloigner ces derniers d’une concentration ouvrière considérée comme déjà trop remuante7. Elles bénéficient du soutien des pouvoirs publics, qui développent alors une politique du logement relativement volontariste. Les salariés d’IBM seront ainsi prioritairement dirigés vers Mennecy et ceux de la Snecma vers Evry et Ris-Orangis.

50Ces phénomènes conjugués accroissent la dissociation entre habitat et lieu de travail qui tend, par ailleurs, à s’opérer partout en France. Alors qu’en 1962, 82,6 % des actifs résidant à Corbeil-Essonnes y travaillaient, ce n’est plus le cas que de 63,3 % en 1975 et de 48,4 % en 1982. Nous assistons donc, dans les années 1960 et 1970, à une relative dilution de la classe ouvrière corbeil-essonnoise, qui se matérialise notamment par l’affaiblissement des réseaux sociaux d’interconnaissance qui existaient jusque-là. Malgré tout, la population active corbeil-essonnoise reste une population plutôt ouvrière, comprenant un fort taux d’ouvriers qualifiés. Ainsi, en 1982, l'INSEE recense 24 % d'ouvriers qualifiés, tandis que la part totale des ouvriers s'élève à 42 %. Ces chiffres étaient respectivement de 37 % et 58 % en 1954.

51Dans ce contexte, la stabilisation d’une municipalité communiste et de ses rapports avec le mouvement syndical, est peut-être l’élément qui permet d’expliquer qu’une relative cohérence ait été préservée au sein du mouvement ouvrier corbeil-essonnois. Cette dernière a, en effet, constitué un facteur d’intégration pour ceux des ouvriers parisiens qui ont décidé de rester. Plusieurs d’entre eux ont ainsi été conseillers municipaux ou associés à l’activité municipale. Une relative stabilité du paysage syndical local, dominé par la CGT, est à souligner, dans un contexte national marqué par l’affirmation de trois nouvelles confédérations : la CGC, créée en 1944, dont le fondateur, Henri Malterre, aurait été un salarié de la papeterie Darblay ; FO né d’une scission de la CGT en 1947 ; et la CFDT, issue de la déconfessionnalisation d’une partie importante de la CFTC, en 1964.

52Au tournant des années 1980, toutefois, la constellation locale CGT-PCF se trouve fortement ébranlée par la crise nationale qui frappe les syndicats, les partis politiques de gauche et l’engagement militant de manière générale. Bon an, mal an, le parti communiste parvient toutefois à se maintenir à la tête de la municipalité jusqu’au milieu des années 1990. Mais plusieurs phénomènes se conjuguent à cette période pour favoriser l’arrivée de la droite. Tout d’abord, sur le plan international, la chute du mur de Berlin, tout en actant l’échec du communisme, discrédite sérieusement les projets politiques portés par les partis communistes dans tous les pays occidentaux. Ensuite, ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler le “malaise des banlieues” s’aiguise13. Les familles disposant d’un revenu stable et suffisant pour se loger dans le privé ont peu à peu déserté les trois grandes cités HLM que compte la ville. Ces dernières deviennent de véritables ghettos pour populations démunies.

53Ensuite, les répercussions de la crise sur le tissu économique local avivent les inquiétudes. Le taux de chômage atteint un niveau particulièrement important à Corbeil-Essonnes, puisqu’il s’établit à plus de 17 % en 1999. Or, la plupart des corbeil-essonnois en ont fait l’expérience : bien qu’indéniablement volontariste, l’action municipale s’avère relativement limitée dans ce domaine. Dès lors, les promesses de Serge Dassault, riche industriel se présentant en gestionnaire exemplaire, ne manquent pas de rencontrer des oreilles attentives.

54En 1995, l’arrivée de la droite à la tête de la municipalité change radicalement le contexte de l’activité syndicale et des luttes sociales. Il n’est, en effet, plus question d’accorder un quelconque soutien aux mouvements collectifs, même lorsque ceux-ci visent le maintien de l’emploi local. À plusieurs reprises, le maire dénoncera les militants syndicaux pour leur « irresponsabilité ». Mais c’est sans doute les tentatives répétées de changer la destination du bâtiment de la bourse du travail qui constitue l’action la plus symbolique à leur encontre. A la fin des années 1990, le système local d’action ouvrière est donc bouleversé à Corbeil-Essonnes. Immédiatement après l’élection de Serge Dassault, de nombreux militants connus partent habiter les quelques communes à direction communiste qui restent en région parisienne ou bien écouler leur retraite en province. Une nouvelle génération de militants reprend le flambeau, mais le PCF cesse de présenter des listes électorales en son nom et s’allie avec plus ou moins de succès aux autres forces de gauche présentes. Certaines des organisations amies du PCF, quant à elles, perdent de leur audience. La CGT renouvelle ses effectifs de manière radicale.

Le terreau socialiste à Evry

55La création de la ville nouvelle d’Evry, au cours des années 1960, a constitué un facteur important d’évolution de l’identité locale. Dans un premier temps, la modernité du concept de ville nouvelle attire toute une population de catégories intermédiaires, de cadres et d’ingénieurs en quête d’expérimentation sociale. Dès le milieu des années 1970, le quartier des pyramides notamment est le siège d’un développement tous azimuts de pratiques autogestionnaires, dans la lignée des utopies qui ont émergé au cours du mouvement de 1968. C’est dans cette euphorie locale que naît par exemple l’un des premiers réseaux d'échanges réciproques de savoirs de France14. A ce moment, les bases sont réunies pour que les habitants d’Evry précèdent de quelques années les citoyens français en donnant la majorité au parti socialiste en 1977.

56A partir des années 1980, Evry et sa région accueillent toute une vague d’immigration politique latino-américaine. Fuyant la dictature, très fortement attachés à la démocratie, ces migrants viennent gonfler durablement les rangs du parti socialiste. L’une de nos interviewées, arrivée dans la région à cette époque et travaillant dans les Maisons des Jeunes et de la Culture d’Evry et de Corbeil-Essonnes explique ainsi le contexte de son engagement politique :

« Lorsque nous sommes arrivés, on s’investissait beaucoup à l’école, dans les spectacles, dans les…C’était la première année d’école, je ne comprenais rien, je ne savais rien, mais les premiers votes qu’il y a eu pour élire les délégués des parents à l’école, j’ai voté. Bien sûr j’ai voté absolument à l’opposé de ce que j’aurais voté après [RIRES] quand j’avais compris comment ça marchait.

(…)

La France est un pays de droits, c’était un pays de droits avant. Je crois que ça se perd. Je crois que le problème c’est que maintenant les gens sont nés dans un Etat de droits et ils croient que ça c’est le naturel de l’homme, et ce n’est pas le naturel de l’homme. L’Etat de droit il se construit, il y a des gens qui ont donné la vie, qui ont donné leur temps, la vie dans plusieurs sens pour arriver à construire les contextes qui font la société française. Ils croient que c’est normal, ça veut dire que quand tu, tu crois que jamais ça… Tu es né dedans, ça va être comme ça toute la vie. Ça ne pourra pas disparaître. Et ça fait qu’ils ne sont pas vigilants et que l’Etat de droit est en train de disparaître. Et sans qu’ils s’aperçoivent, parce que c’est pas quelque chose que…

Q : Vous avez l’impression de retrouver des processus que vous avez pu observer en Argentine, c’est ça ?

« La première fois que je l’ai dit on m’a regardé avec des yeux énormes en disant comparer la France avec un pays comme l’Argentine ! Mais ce n’est pas le problème du pays que je compare, c’est les gens que je compare. Et les gens sont les mêmes partout. Ils sont manipulables partout. (…) C’est pour ça que quand on a fait la semaine de la solidarité, on a passé des films dans lesquels on voit le processus argentin. Il y a des jeunes qui sont venus me voir après. Ils m’ont dit « c’est impressionnant ». Parce qu’il y a des jeunes qui ont compris. Et ça c’est quelque chose dans lequel on peut être utile. (…) C’est cela qui m’a mené à la politique. Malgré la trouille parce que je vous assure que moi la trouille, je l’ai dans les os. »

57Cette population de réfugiés politiques devient particulièrement présente et visible à Evry, au cours des années 1980. De fait, en 1983, les autorités locales soutiennent la création d’une « Maison du Monde », qui constitue un groupe local du mouvement « Peuples Solidaires ». Il s’agit d’un lieu inter-associatif de réflexion et de mise en place d'actions sur les thèmes de la coopération Nord-Sud, des droits de l'Homme et de la rencontre interculturelle. L’objectif de la Maison du Monde est de permettre un rapprochement entre les diverses populations de l'Agglomération Nouvelle d'Evry, en vue d'un enrichissement mutuel et d'un "mieux vivre ensemble", en favorisant l'expression, la reconnaissance et le partage des différences culturelles. Plusieurs actions, dont le rayonnement local est particulièrement important, sont organisées dans cette perspective.

58Dès les années 1980, également, la ville d’Evry accueille la bourse départementale du travail. Cinq unions départementales d’organisation syndicales y sont actuellement logées. Paradoxalement, l’action syndicale n’est pas très visible sur le territoire d’Evry et de son agglomération. La plupart des entreprises de ce territoire sont, en effet, cantonnées dans des zones industrielles éloignées des centres-villes. Par ailleurs, contrairement à ce qu’il s’est passé pour Corbeil-Essonnes, les autorités politiques apparaissent à Evry relativement coupées du mouvement syndical.

59La situation politique y apparaît malgré tout plus stable, malgré une faible participation aux scrutins. Ainsi, le Parti Socialiste sort largement majoritaire lors des deux dernières élections présidentielles, en 2002 et en 2007. Il en est de même à tous les autres scrutins qu’ils soient locaux, nationaux ou européens. Cette stabilité de couleur politique favorise la cohérence à long terme de l’action locale. La municipalité s’est ainsi fixée comme principale mission de lutter contre les inégalités sociales et les discriminations. De nombreuses actions sont notamment menées pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme ; lutter contre les discriminations à l’embauche ; développer l’alphabétisation chez les familles immigrées ; accueillir les nouveaux habitants, soutenir les comités de jumelage ; développer la solidarité internationale et la coopération décentralisée ; favoriser le dialogue entre les différentes communautés et confessions...

Les identités émergentes

60A côté des identités de classe se développent d’autres identités que nous pouvons qualifier d’émergentes. Parmi elles, celle développée par la frange la plus visible des habitants des « cités » fournit une bonne illustration des transformations à l’œuvre dans le territoire étudié et plus largement dans la société française.

Les habitants des cités de banlieues

61Le territoire étudié compte aujourd’hui plusieurs grandes cités populaires. Ces dernières ont été bâties au cours des années 1960 et 1970 dans l’objectif d’accompagner la croissance économique locale et d’offrir un parc de logement aux nouvelles populations d’ouvriers et de techniciens qui arrivaient dans la région.

62Insensiblement, toutefois, ces cités populaires se sont transformées en ghettos hébergeant des populations immigrées qui rencontrent les plus grandes difficultés à s’insérer dans l’emploi. Les populations cibles des premières heures ont progressivement fuit quant à elles vers les nouvelles zones pavillonnaires alentour. Nombre de témoignages font état de ce processus, souvent vécu comme une véritable dégradation de la situation dans ces cités délaissées par les classes moyennes.

63L’une de nos interviewées qui a grandi dans la cité des Tarterêts (10 000 habitants soit un quart de la population de Corbeil-Essonnes), aujourd’hui âgée de 34 ans témoigne ainsi :

« Mes parents sont arrivés à Corbeil dans les années soixante-dix. Ils sont tous les deux de la région lilloise au départ. Ils sont arrivés pour travailler. Mon père a été pris à Hélio-Corbeil. Ils se sont installés aux Tarterêts. Ça allait avec les contrats d’Hélio-Corbeil. On les logeait quand ils arrivaient. Pour eux c’était une avancée sociale très forte. La grande époque des Tartêrets. C’était le démarrage du quartier en fait. Voilà. Mon père a fait toute sa carrière à Corbeil, ils n’ont pas quitté les Tarterêts. (…)Euh je pense que ma maman était un peu triste parce que je pense que l’Eldorado n’était pas exactement aussi parfait qu’ils s’y attendaient au départ. Ils ont vécu cela plus fortement que nous parce que pour nous ça été plus bref. (…) Je pense qu’au départ ils s’attendaient à… oui c’était vraiment les années soixante-dix… Ils avaient l’impression d’avoir socialement accès tout d’un coup à quelque chose de très fort. Et puis dans les années quatre-vingt, quatre-vingt dix, ça s’est soudainement extrêmement détérioré. Et donc je pense que j’ai beaucoup entendu ma mère regretter la province, une vie plus… Je pense qu’elle considérait quand même Corbeil comme une ville dortoir. (…) J’ai un souvenir absolument merveilleux de ma petite enfance. J’adorais le quartier où on était, on était au dix-sept avenue Léon Blum donc c’était la tour la plus haute au-dessus du centre commercial. (…)Euh j’avais l’école, enfin j’ai un souvenir formidable de ma petite enfance, je pense que les choses ont commencé à se détériorer quand j’avais entre douze et quatorze ans. Effectivement, l’arrivée au Collège où là on sentait ouais ma maman a commencé à souffrir d’avantage. (…)Aujourd’hui c’est une cité. Les Tarterêts à l’époque n’étaient pas une cité, voilà.

Donc je pense que c’est ça, il y a un changement brutal qu’on n’arrive pas nécessairement à déterminer, on ne sait pas à quel moment ça s’est passé.(…) C’est vraiment, mais une détérioration physique en fait, quelque chose de très agressif pour ma mère. Une détérioration des gens qui changent, des gens avec qui elle était amie, parce que j’ai des souvenirs d’avoir vécu dans l’immeuble, on allait manger chez le voisin d’à côté, on jouait avec les enfants etc. il y avait vraiment une vie sociale très forte et puis au fur et à mesure les gens partaient parce que, ben ça, ou ils montaient socialement, où ils en avaient marre. Je ne sais pas pourquoi ils partaient. Et puis ben il y a eu un changement de vie, du visage du quartier, donc elle, je pense que c’est typiquement la personne qui s’est pris de plein fouet le changement au sein de la cité. (…)Quand je me suis installée ici (dans un quartier pavillonnaire de Corbeil-Essonnes), mes parents étaient très heureux pour le coup, voilà, « tu ne dois pas être comme nous ». Ils se sont retrouvés piégés quand même, ils se retrouvent avec un appartement qu’ils ne peuvent plus vendre. Ouais ils ont acheté, ils ne peuvent plus le vendre. »

64De leur côté, les nouvelles populations de ces citées populaires vivent des situations de relégation d’une extrême violence, contre lesquelles elles restent très démunies. La « révolte des banlieues » conduite par des bandes de jeunes issus de différentes générations d’immigration prend parfois la tournure d’évènements violents tournés vers les institutions de la République et du « monde bourgeois ». Il arrive ainsi, dans ces quartiers, que des écoles soient brûlées, que les policiers et les pompiers se fassent agresser ou que les commerces soient dévalisés. Ces évènements spectaculaires ne doivent, toutefois, pas occulter les nombreuses tentatives d’intégration opérées par ces jeunes habitants qui se lancent parfois dans la création d’associations ou se mettent à coopérer avec les institutions pour développer l’accès aux loisirs et la lutte contre l’échec scolaire au sein de leur quartier (Madzou, 2008).

Conclusion

65L’un des principaux apports du travail avec le comité de pilotage de la recherche SPHERE aura été de nous permettre d’explorer la diversité des mémoires locales, particulièrement les articulations qui peuvent s’opérer entre mémoire du travail au sens large et ancrage territorial.

66L’identité de la région étudiée apparaît avoir été façonnée d’une part par les générations de grands propriétaires terriens et d’industriels qui ont participé à modeler le paysage et à structurer la vie sociale et, d’autre part, par la culture rurale des domestiques et des ouvriers des châteaux et des exploitations agricoles associée à la culture ouvrière des générations de travailleurs qui ont fourni la main d’œuvre des industries locales.

67Les trajectoires contrastées des deux principales villes du territoire étudié mettent en évidence le poids de leur histoire respective. En entrant dans le détail de celle-ci, nous pouvons pratiquement prendre la mesure des différentes couches mémorielles qui ont marqué les identités locales. Aux histoires ouvrières de Corbeil-Essonnes – celle des grandes entreprises traditionnelles puis celle des entreprises de pointe décentralisées – s’opposent l’épopée des fermes, des châteaux puis d’une nouvelle ville hightech à Evry.

68A la lumière de ce premier tableau, nous pouvons déjà mesurer les possibilités d’exploration ouvertes par la coopération avec les associations de mémoire et d’histoire locale. En travaillant chacune sur des aspects différents de la mémoire et de l’histoire locale, elles font peu à peu émerger les morceaux d’un vaste puzzle qu’il reste encore à assembler.

691 SPHERE : Espace et localités : Articulations historiques et contemporaines des identités régionales, nationales eteuropéennes au travers du travail et des communautés d’appartenance dans des régions subissant des processus derestructurations et de transformations économiques. 7e programme cadre, 2008 - 2011. www.sphereeurope.eu

70Les travaux réalisés dans le cadre du cent cinquantenaire de la seconde République ont donné lieu à quatre publicationsde plus de cent pages chacune : un guide des recherches, Enfances, Visages d'une société, Naissances d'une démocratieélectorale, Républiques et vie politique.

7112 Entretien réalisé en 1997 avec ancien salarié de Chaix Desfossé arrivé chez Hélio Corbeil (ex-imprimerieCrété), en 1974.

Haut de page

Bibliographie

BIANCHI Serge et GENTHON Muriel (dir), La République confisquée, 1848 en Essonne, Créaphis, 1999, 295 pages.

BIANCHI Serge, GOSSET Xavier, L’Essonne au milieu du XIXe siècle. Naissance d’une démocratie électorale, Malherbes : CRHRE, 2000, 351 pages.

BIANCHI Serge, OULMONT Philippe, WILLIOT Jean-Pierre, L’industrialisation en Essonne, XVIIIe – XXe siècles, Paris : CRHRE, 2004, 413 pages.

CHARDINE Marianne, AUTIER-LEJOSNE Raymonde, 2000, L’Essonne au milieu du XIXe siècle. Enfances. Malherbes : CRHRE, 197 pages.

CONTREPOIS, Sylvie, Syndicats la nouvelle donne. Enquête au cœur d’un bassin industriel, Paris : Syllepse, 1993, 227 pages.

CONTREPOIS Sylvie, « Les sociétés de secours mutuels », in Di Folco Sophie, Visages d’une société, L’Essonne au milieu du XIXe siècle, Malesherbes : CRHRE, 1999, pp. 121 – 137.

DI FOLCO Sophie, L’Essonne au milieu du XIXe siècle. Républiques et vie politique, Malherbes : CRHRE, 2000, 287 pages.

DI FOLCO (coord), Visages d’une société, L’Essonne au milieu du XIXe siècle, Malesherbes : CRHRE, 1999, 277 pages.

GUEILHERS Sophie, L'évolution de l'identité professionnelle des ouvriers imprimeurs de 1948 à 1993 chez Hélio-Corbeil, Mémoire de maîtrise, Nanterre, 1993, 90 p.

MADZOU Lamence, J’étais un chef de gang. Suivi de Voyage dans le monde des bandes par Marie-Hélène Bacqué, La découverte, 2008.

OULMONT, 1999, « Corbeil et Essonnes : naissance d’une cité industrielle », in Di Folco (coord), Visages d’une société, L’Essonne au milieu du XIXe siècle, CRHRE, Malesherbes,

pp. 195-236.

OULMONT, 1999, « Ernest Féray, industriel, notable et protectionniste », in BIANCHI Serge et GENTHON Muriel (dir), La République confisquée, 1848 en Essonne, Créaphis, pp. 181- 196

SIMONY Nadia et MARCON Michel, 1995, Les transformations du comité d’entreprise, Paris, L’Harmattan, Coll. Dynamiques d’entreprise, 220 pages.

VARIN Jacques, Corbeil-Essonnes, aux rendez-vous de l'histoire, Paris : Editions sociales, 1986, 330 p.

WILLIAMS Raymond, Marxism and Literature, Oxford : Oxford University Press, 1977.

Haut de page

Notes

1  Afin de bénéficier le plus largement possible de l’ensemble des expériences des membres du comité de pilotage, nous avons  organisé chaque séance de travail de manière à ce qu’elle permette de faire avancer des aspects concrets de la recherche. La première réunion a ainsi été l’occasion d’un échange  autour de l’élaboration du premier rapport à rendre à la Commission européenne, dont l’objet  était de présenter la région étudiée à partir de la littérature disponible. Deux autres séances ont été consacrées à l’analyse du fonds iconographique de l’association Mémoire et Patrimoine Vivant. Plusieurs séances, ensuite, ont été consacrées à la préparation d’une visite et d’un  guide de visite de la région, à l’intention des partenaires du projet et d’un certain nombre  d’acteurs locaux susceptibles d’être intéressés par le projet (services d’archives, offices du tourisme). Trois autres séances ont été consacrées à une analyse approfondie de  quelques entretiens biographiques et à la préparation d’une exposition sur l’un des thèmes du projet. Les réunions se  sont chaque fois avérées être d'une grande richesse. La connaissance fine du terrain et d'aspects clés des  enjeux locaux, développée par les uns et les autres a contribué à améliorer considérablement  la qualité des rapports de recherche, qui ont ainsi pu intégrer des problématiques ne faisant  pas partie de notre champ d’expertise, ont pu prendre en compte une chronologie précise des évènements et des changements et ont, de fait, énormément gagné en rigueur et en pertinence.   Les séances de travail communes sur l'iconographie disponible nous ont, quant à elles, ouvert  de nouvelles perspectives d'analyses sur les transformations du paysage urbain, l'évolution de  l'économie locale et celle des communautés d’habitants. Elles nous ont, notamment, aidé à  situer les évènements et les réalités dans leur espace physique. Enfin, le repérage d’interviewés potentiels a largement bénéficié des vastes réseaux de chacun des membres du comité de pilotage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Contrepois, « Identités collectives ; territoires et mémoires », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cm/994

Haut de page

Auteur

Sylvie Contrepois

, sociologue, est senior researcher au Working Lives Research Institute de la London Metropolitan University (Londres). Elle est également membre du laboratoire CNRS CRESPPA-GTM. Ses recherches ont principalement porté sur le syndicalisme français, qu'elle a étudié sous l'angle de ses pratiques et de ses modes d'action. Elle est auteur de l'ouvrage ‘Syndicats, la nouvelle donne. Enquête sociologique au coeur d’un bassin industriel’ (Syllepse 2003). Plus récemment, elle a codirigé deux ouvrages, produits à partir des résultats de recherches financées respectivement par le ministère du Travail français et par la Commission Européenne : Globalising employment relations, multinational firms and central and eastern europe transitions (avec Violaine Delteil, Patrick Dieuaide et Steve Jefferys, Palgrave 2010) et Cultures in transition: regenerating European identities (avec John Kirk et Steve Jefferys, Palgrave, 2011).  Dr Sylvie Contrepois, is a French sociologist currently employed as a Senior research Fellow at Working Lives Research Institute (London Metropolitan University). She is also a permanent member of the CNRS CRESPPA Genre, Travail et Mobilités. Her research are mainly focused on trade-unions practices and strategies. She is the author of ‘Syndicats, la nouvelle donne. Enquête sociologique au coeur d’un bassin industriel’ (Syllepse 2003). More recently, she co-edited two books, developped from research granted by the French Ministry of Labour and by European community (FP7) : Globalising employment relations, multinational firms and central and eastern europe transitions (co-edited with Violaine Delteil, Patrick Dieuaide and Steve Jefferys, Palgrave 2010) and Cultures in transition: regenerating European identities (co-edited with John Kirk and Steve Jefferys, Palgrave, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals