Navigation – Plan du site
Textes

Mafâkhir Qahtân wa‑l‑Yémen

Une partie du volume III de l’Iklîl d’al‑Hamdânî ?
Mounir Arbach et Muhammad Jāzim
Traduction(s) :
مخطوط الفاصل بين الحق والباطل في أنباء قحطان واليمن، مؤلف مجهول

Texte intégral

  • 1 Sur ce papier dit « ottoman », voir G. Humbert, « À la recherce de manuscrits dans les bibliothèque (...)

1Un manuscrit, actuellement possédé par un habitant de San‘â’, ‘Abd al‑Khâliq b. Husayn al‑Maghribî, issu d’une célèbre famille de lettrés yéménites, a récemment retenu notre attention en raison du caractère inédit d’une de ses parties. Ce manuscrit, écrit à l’encre noire sur ce papier épais du xixe siècle que les Yéménites nomment « Abû Shubbâk »1, contient 84 folios (24,5 cm de hauteur sur 17,5 cm de largeur), reliés avec une couverture en cuir brun.

2Il comporte deux ouvrages, mais le début du premier ne nous est pas parvenu. D’après la succession des chapitres, on peut déduire que la partie manquante devait comporter le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur et les sept premiers chapitres. Toutefois, le titre de ce premier ouvrage se trouve indiqué à la page 8 du manuscrit : Al‑fâsil bayn al‑haqq wa‑l‑bâtil min Kitâb al‑Iklîl Mafâkhir Qahtân wa‑l‑Yaman [« Le rétablissement de la vérité d’après le Livre de la couronne : Les titres de gloire de Qahtân et du Yémen »]. Le second livre contenu par ce manuscrit n’est autre que le tome X de ce même Kitâb al‑Iklîl ou Livre de la Couronne d’Abû Muhammad al‑Hasan al‑Hamdânî (m. vers 360/971), intitulé plus précisément Les connaissances de Hamdân, ses généalogies et son histoire.

3L’ensemble comprenant ces deux livres a été copié d’une seule main et achevé le mardi 17 dhû al‑qa‘da 1316/29 mars 1899 par un copiste nommé ‘Abd al‑‘Azîz b. ‘Abdallâh b. Ahmad b. Alî b. Ahmad b. Salâh b. Ahmad al‑Gharsî, originaire de la hijra d’al‑Ghars, un bourg de Khawlân al‑‘Iyâl, situé à 160 km au sud‑est de San‘â’.

4Le titre du premier ouvrage suggère qu’il pourrait s’agir d’une copie ou à tout le moins d’un ensemble d’extraits du troisième volume de l’Iklîl, aujourd’hui perdu, mais dont le titre était effectivement Mafâkhir Qahtân wa‑l‑Yaman. De fait, il se présente avant tout comme une défense de la supériorité de Qahtân et du Yémen sur les descendants de Nizâr b. ‘Adnân, et notamment sur les membres de Quraysh. Les premières pages du manuscrit, correspondant manifestement à la fin du chapitre VII, traitent des nouveautés introduites par Ya‘rub b. Qahtân dans le domaine de l’équitation, faisant des Sabéens les premiers à avoir utilisés des chevaux. Les chapitres VIII à XIV conservés sans interruption abordent les thèmes suivants (VIII : Histoire du prophète Ibrâhîm ; IX : Prétentions des Banû Nizâr ; X : Rivalités entre les Yéménites et les Nizarites pour les titres de gloire ; XI : La Ka‘ba et ses prérogatives ; XII : Attachement des Banû Nizâr à la seule généalogie sans prendre en compte les mérites ; XIII : Mensonges rapportés par les Banû Nizâr à l’égard du Yémen ; XIV : Vertus du Yémen).

5Toutefois, il apparaît clairement qu’al‑Hamdânî n’est pas l’auteur de cet ouvrage. Dès la page 9, les rapporteurs cités sont postérieurs à al‑Hamdânî, tels Muhammad b. Hasan al‑Kilâ‘î (m. 404/1013‑1014) ou le Qâdî ‘Amrân b. al‑Fadl al‑Yâmî, l’un des fondateurs de l’Etat Sulayhide (m. 479/1086‑1087). Le nom même d’al‑Hamdânî n’est cité qu’une seule fois dans le manuscrit (p. 27), associé au nom d’al‑Kilâ‘î à propos d’informations provenant du volume V de l’Iklîl, lui aussi perdu à ce jour. Au total, il semble que le présent ouvrage soit une compilation fondée principalement sur des parties perdues de l’Iklîl, mais recourant aussi à d’autres textes, d’al‑Kilâ‘î, mais aussi d’Ibn al‑Kalbî ou d’Ibn Ishâq, pourtant peu estimés par al‑Hamdânî.

6On sait par ailleurs que Muhammad b. Nashwân al‑Himyarî (m. 610/1213‑1214) est le principal rapporteur des tomes de l’Iklîl connus à ce jour (I, II, VIII, X), qui ne sont en fait que des résumés des œuvres originales. Comme son père avant lui, Muhammad b. Nashwân al‑Himyarî avait lui aussi été en lutte contre les imams, descendants de la famille du Prophète, qui gouvernaient alors le Yémen. Ces auteurs yéménites considéraient en effet que le pouvoir était injustement réservé aux gens du Quraysh, donc descendants de ‘Adnân, éponyme mythique des Arabes du Nord. Pour autant, il faut noter la grande différence de style et de forme entre le présent ouvrage et les différents textes de l’Iklīl rapportés par Muhammad b. Nashwân : ce dernier ne cite presque jamais al‑Kilâ‘î par exemple, alors que celui‑ci est abondamment mentionné dans le manuscrit des Mafâkhir. En l’absence de preuve définitive, on se gardera donc de se prononcer sur l’auteur de cet ouvrage. Tout au plus sommes‑nous certains que sa rédaction fut postérieure à la fin du ve/xie siècle et qu’elle s’appuya sur certains textes d’al‑Iklîl transmis par al‑Kilâ‘î. La mise en lumière de cette tradition textuelle originale, peut‑être antérieure au travail de Nashwân, n’est pas le moindre des intronc .iers ">xiSignaler ce docu">Texte iandnotAuteurs

Adnâés ownload" href#t"section">R href="ion3>
ation">Ci"section">recherce 63 clv>
CNRS UMR 8167oindre des intronch4>" /> http:/Etate, on org4dre des intronciv class="au Yémen,dre des intronc .ili #ftn1">(...) class="texttion.o
[

class="tex Parur G. H qul" href="http://journals.openeditioal, div id="doc57">58">(...)recherce 198 clvir Arbach et Muhn.org3>CEFASoindre des intronch4>" /> http:/Etate, on org4dre des intronciv class="au Yémen,dre des intronc .ili #ftn1">(...) class="texttion.o
[

class="tex Parur G. H qul" href="http://journals.openeditioal, div id="doc57">58">(...) class="texttion.o
[

class="texs> class="tex Parur G. H qul" href="http://journals.openeditioal, div id="doc94cla08"> | (...) class="texttion.o
Drodist Sula, on or"section"> v> ">