Navigation – Plan du site
Actualités

Actualités, n° 14, juin 2012

Anne Regourd, Noha Sadek et Éric Vallet

Plan

Haut de page

Codicologie, catalogage, numérisation, préservation / conservation

Mai 2012. Berlin. Yemen Manuscript Digitization Initiative International Workshop

Les 9 et 10 mai ont réuni des participants venus du Yémen, d’Europe et des États-Unis autour des manuscrits du Yémen. L’événement était organisé conjointement par :

  • The Yemeni Manuscript Digitization Initiative (YMDI, David B. Hollenberg), voir l’encart présentant le projet, CMY 13 (janv. 2012), http://cmy.revues.org/1931,

et par

  • The Yemen Manuscript Digitization Project (YMDP, Sabine Schmidtke, voir les Actualités des CMY 12 (juillet 2011), http://cmy.revues.org/1918.

Il s’est déroulé à la Bibliothèque nationale de Berlin. Il rassemblait aussi bien des chercheurs que des bibliothécaires ou documentalistes travaillant à construire des bases de données, qui ont échangé leurs points de vue avec des responsables, eux, en prise avec des exigences financières ou liées à des politiques générales. La Fondation de l’Imām Zayd b. ‘Alī pour la Culture (FIZbAC, Sanaa), partenaire des projets YMDI et YMDP, avait envoyé deux de ses membres. Si les manuscrits zaydites étaient largement présents, les manuscrits d’autres régions du Yémen y été représentés.

Juin 2012. Berlin. Université Libre de Berlin. Programme « Research Unit Intellectual History of the Islamicate World », brochure mise à jour

Le Programme « Research Unit Intellectual History of the Islamicate World » (Université Libre de Berlin – Freie Universität Berlin) propose une version actualisée de sa brochure de présentation. Tout d’abord, l’équipe accueille deux nouveaux membres (voir p. 9sq.). Les thématiques de recherche ont elles aussi été étoffées: elles incluent à present les thèmes suivants: « Muslim and Jewish Philosophy Intertwined during the 13th through 15th Centuries » (p. 16sq.), « Aesthetics » (p. 19sq.), « The formative period of mysticism » (p. 21sq.), « The intellectual and religious heritage of Shi‘ism (Zaydism and Imamism) » (p. 28sq.), « The Bible in Arabic among Christians, Jews and Muslims » (p. 34sq.). Les lecteurs des CMY seront aussi intéressés par la bibliographie mise à jour, en fin de brochure.

Juin 2012. Sanaa. Déclaration du représentant du ministère de la Culture

Début juin, dans son allocution faisant suite à la parution, le 17 mai, de l’enquête intitulée : « Le marché noir des manuscrits » (« سوق سوداء لبيع المخطوطات »), ouverte par ses services (Wikālat al-maḫṭūṭāt), le représentant du ministère de la Culture, a assuré qu’un projet visant à préserver les manuscrits du vol, de leur destruction physique et de leur disparition du territoire, était dans les cartons.

Une polémique

En mai dernier, Hišām ‘Abd Allāh Warrū, l’homme de lettre et directeur de la Bibliothèque publique de Zabīd (Maktabat Zabīd al-‘āmma), avait dénoncé le trafic de manuscrits et d’ouvrages imprimés, à Zabīd, un trafic organisé, nous dit-il, qui repose sur des intermédiaires (samāsira), bénéficiant, pour certains, d’appuis officiels (voir les liens ci-dessous).

Reconnaissant le rôle joué par les publications du Dr. Muǧāhid al-Yatīm dans la mise sur pied de ce projet, il indique qu’il s’agit de combattre ces plaies, dont on a observé les dégâts durant des années, par le recensement statistique, l’inventaire et la restauration des manuscrits. Selon lui, ces opérations comprennent la numérisation des manuscrits et la saisie manuelle aussi bien qu’électronique des données. Il a enfin déploré l’absence de loi condamnant le vol et la contrebande de manuscrits, au Yémen.

Un projet de loi condamnant la contrebande de livres et de manuscrits au Yémen

Le ministère de la Culture est sur le point de mettre en route un projet de loi pour la préservation et la conservation des manuscrits au Yémen, qui sera soumis aux députés. Le projet est assorti de peines à l’encontre de ceux qui portent atteinte à ce patrimoine. Le représentant de la Culture a mis en exergue l’exemple de la poésie yéménite afin d’illustrer la valeur de ce patrimoine. Il a rappelé enfin l’importance que joue la conscience de cette valeur dans la lutte pour la sauvegarde de cette partie du patrimoine et condamne la collaboration à des opérations entraînant sa disparition du territoire.

Statistiques : manuscrits privés / manuscrits publics

Selon les statistiques du ministère de la Culture, environ 200 000 manuscrits seraient possédés par des particuliers, au Yémen. Il semblerait qu’en dépit du désir qu’ont les propriétaires de manuscrits de se défaire de leur bien, les sommes proposées sur budget du ministère soient insuffisamment attractives.

En outre, toujours selon la même source, Dār al-maḫṭūṭāt, à Sanaa, détiendrait environ 4 000 manuscrits, sans compter les 17 000 manuscrits des bibliothèques d’al-Ḥaṣr et d’al-Iqtinā’, et environ 14 000 manuscrits conservés dans les deux bibliothèques publiques de Zabīd (n. d. A. du Centre des manuscrits) et de Tarīm.

Éditions de texte

2011. Parution de l’ouvrage de Samuel Liebhaber, The Diwan of Hajj Dakon

Samuel Liebhaber, The Diwan of Hajj Dakon: A Collection of Mahri Poetry: Introduction, Translation, and Transliteration, Tucson, AZ: American Institute for Yemeni Studies, 2011.

La rédaction n’ayant pas eu en temps voulu cet ouvrage, elle en réserve le compte-rendu pour le prochain numéro des CMY, le n° 15, mais tenait à en signaler l’existence en temps voulu.

Janvier 2012. Parution de l’ouvrage de Julien Dufour sur la poésie ḥumaynī

Julien Dufour, Huit siècles de poésie chantée au Yémen. Langue, mètres et formes du ḥumaynī, Strasbourg, Presses de l’Université de Strasbourg/CEFAS, 2012. ISBN‑10 2‑86820‑483‑X

Cet ouvrage, tiré de la thèse de doctorat de Julien Dufour comprend une étude formelle ainsi que l’édition de l’un des plus anciens recueils de poésie ḥumaynī connu (‘Abd Allāh b. Abī Bakr al-Mazzāḥ, xve siècle).

  • Voir à ce propos dans les CMY n° 7, http://cmy.revues.org/1874

Mars 2012. Workshop Ta‘izz, un centre religieux du Yémen médiéval

Organisé au Dipartimento di Studi Orientali (Université La Sapienza, Rome) avec le soutien du CEFAS et du Laboratoire Islam médiéval (CNRS / Paris 1 / Paris IV), le vendredi 23 mars 2012, cet atelier a été l’occasion de confronter les données recueillies sur le terrain, notamment lors de la restauration de la madrasa Ashrafiyya (équipe italienne dirigée par Renzo Ravagnan) et données textuelles issues des chroniques, ṭabaqāt et waqfiyyāt d’époque rasūlide.

Printemps 2012. Un dossier de la revue Arabica sur le zaydisme

Édité par Sabine Schmidtke, le volume 59 de la revue Arabica rassemble sous le titre The neglected Šīʿites : Studies in the legal and intellectual history of the Zaydīs neuf articles dont les suivants évoquent plus particulièrement le zaydisme du Yémen :

  • Sabine Schmidtke, « The history of Zaydī studies. An Introduction », p. 185-199;

  • Najam Haider, « A Kūfan Jurist in Yemen: Contextualizing Muḥammad b. Sulaymān al-Kūfī’s Kitāb al-muntaḫab », p. 2006-217 [étude d’un auteur qui appartenait au cercle intellectuel entourant al-Hādī ilā al-Ḥaqq, premier imam zaydite du Yémen];

  • Jan Thiele, « La causalité selon al-Ḥākim al-Ğišumī », p. 291-318 [étude de la 1ère partie du Kitāb al-Taʾṯīr wa-l-muʾaṯṯir fī ʿilm al-kalām, préservée dans un manuscrit unique conservé au Yémen];

  • Maher Jarrar, « Al-Manṣūr bi-Llāh’s controversy with Twelver Šī‘ites concerning the occultation of the Imam in his Kitāb al-‘Iqd al-ṯamīn », p. 319-331;

  • Bernard Haykel et Aron Zysow, « What Makes a Maḏhab a Maḏhab: Zaydī Debates on the Structure of Legal Authority », p. 332‑371;

  • Gregor Schwarb, « Mu‘tazilism in a 20th century Zaydī Qur’ān Commentary », p. 372-403 [étude du Miftāḥ al-sa‘āda de ʿAlī b. Muḥammad al-ʿAǧrī, paru en 1952].

Actualités de la péninsule arabique

Juin 2012. Arabie saoudite, Hā’il. Exposition de manuscrits anciens

Une exposition de manuscrits et de documents anciens a ouvert ses portes au Markaz al-Amīr Sulṭān al‑Ḥaḍārī. Parmi eux, des corans et textes de sciences religieuses ou non, des firmans, des cartes et des monnaies. Selon notre confrère, le journal ‘Ukāẓ, y figure l’un des plus anciens manuscrits connus sur peau de gazelle, écrit de la main d’une femme en écriture andalouse. Asmā’ Ġabrat, c’est son nom, faisait partie des élèves du calligraphe (ḫiṭṭāṭ) Maḥmūd Ǧalāl al‑dīn, à la Mecque, en 1210/1796‑1797.

L’exposition a été inaugurée, le 28 juin, par l’adjoint au responsable du district, ‘Abd al‑‘Azīz b. Sa‘d b. ‘Abd al‑‘Azīz.

Juin 2012. Bahrayn. Interview de Muḥammad Āl Makbās, éditeur de textes manuscrits

Au cours des années, Muḥammad Āl Makbās a accumulé environ 500 manuscrits. Il s’est consacré à la diffusion de leur contenu par l’édition de texte, qu’il pratique depuis 22 ans. Le premier ouvrage qu’il a édité, aux alentours des années 1990, est la Mas’alat muqaddimat al‑wāǧib (مسألة مقدمة الواجب) de Māǧid b. Ḥāshim al‑Ǧadḥafṣī al‑Baḥrānī (m. 1028/1618). Dans une interview accordée à notre confrère al‑Wasaṭ, M. Āl Makbās poursuit l’énumération de ses travaux et ne mentionne pas moins de six autres œuvres éditées à son actif. Au total, le nombre de ses éditions de texte s’élève à une douzaine d’œuvres dont certaines ont été publiées en plusieurs volumes, tel ce manuscrit des muṣannafāt al‑muḥaqqiq al‑baḥrānī Sulaymān b. ‘Abd Allāh al‑Māḥūzī (m. 1121/1709), qui représente 25 volumes.

Selon lui, les manuscrits en circulation qui ont pour auteur des ulémas de Bahrayn, avoisineraient les 3 000 volumes. Si l’on ajoute à ceux qu’il possède, ceux du Shaykh Sulaymān al‑Māḥūzī, on parvient déjà à un total de 800 manuscrits. Une partie n’a pas quitté Bahrayn, l’autre est disséminée entre des bibliothèques du monde entier. Beaucoup sont en Iran, d’autres en Iraq. Ensuite, M. Āl Makbās mentionne, dans l’ordre, Londres, Berlin, la Turquie, Damas, l’Arabie saoudite, l’Égypte et, enfin, le Yémen.

Proceedings of the Seminar for Arabian Studies en ligne

Les numéros 1 à 38 des Proceedings of the Seminar for Arabian Studies sont maintenant entièrement numérisés et accessibles sur le bouquet en ligne JSTOR.

Actualités internationales

Mars 2012. Chine. Université de Pékin. Conférence d’Ibrahim Hajji Hulong

Le 30 mars, Ibrahim Hajji Hulong a donné une conférence à l’Université de Pékin, introduisant à la codicologie arabe et à l’étude des manuscrits arabes en Chine. Selon le Prof. Hulong, c’est la première fois qu’un tel événement se produisait depuis une centaine d’années, dans l’histoire de la Chine. Le Prof. Hulong est membre de The Islamic Manuscript Association (TIMA). Un enregistrement vidéo de la conférence a été réalisé.

Mai 2012. Parution du JIM 3/2012

En mai, est paru le numéro 3/2012 du Journal of Islamic Manuscripts.

Juin 2012. Paris. Colloque « Autour du Coran de Gwalior »

Les 14 et 15 juin, a eu lieu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), puis à la salle des Commissions de la BnF, le Colloque « Autour du Coran de Gwalior. Polysémie d’un manuscrit à peinture ». Organisé par Éloïse Brac de la Perrière (Université Paris–Sorbonne/UMR 8167), Francis Richard (BULAC/UMR 7528) et Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris–Sorbonne/UMR 8167), coordonné par Sandra Aube (Université Panthéon–Sorbonne/UMR 8167), il couronnait les travaux d’un séminaire de l’UFR d’Histoire de l’Art et de l’Archéologie (Université Paris–Sorbonne) qui s’est déroulé sur deux ans. Les étudiants de ce séminaire ont contribué Il a reçu le soutien de l’UMR 8167 « Orient & Méditerranée », Islam médiéval UMR 7528 « Mondes iranien et indien », et la participation financière et matérielle de l’Aga Khan Trust for Culture, du Labex RESMED, de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), de l’Institut d’Études ismaéliennes, de la Bibliothèque nationale de France et du Musée des Beaux-arts d’Orléans.

Ce colloque international réunissait des spécialistes de diverses disciplines (Histoire, histoire de l’art, codicologie, sciences religieuses, anthropologie) qui ont pu, grâce à cette initiative, confronter leurs points de vue sur l’objet. Le Coran de Gwalior, propriété de l’Aga Khan Trust for Culture, était exposé durant le colloque. Des Actes de ce colloque sont prévus.

Pour avoir accès au programme, voir :

Juillet 2012. Cambridge (GB), Queen’s College. TIMA, colloque annuel

Le huitième colloque de The Islamic Manuscript Association s’est tenu au Queen’s College, à Cambridge (GB), du 9 au 11 juillet. Le thème abordé cette année était : « The Science of Manuscripts ; Manuscripts of Science ».

Printemps 2012 – Manuscrits de Tombouctou, quelques reportages ou réactions relayées par nos confrères des médias arabes et français

La majorité d’entre eux parle de l’importance des manuscrits, de la décision de l’UNESCO et de la réaction de l’ISESCO. Tous critiquent la « destruction d’un patrimoine islamique au nom de la religion » et invitent à les protéger.

Été 2012. « Philologie. Documents en arabe », vient de paraître

Werner Diem, „Philologisches zu arabischen Dokumenten. I : Dokumente aus Sammlungen in Prag, Giessen und Jerusalem“, Zeitschrift für Arabische Linguistik 55 (2012), p. 5‑43.

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • OpenEdition Journals