Navigation – Plan du site
Actualités

Actualités, n° 15, janvier 2013

Anne Regourd, Noha Sadek et Éric Vallet

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

La direction des Chroniques du manuscrit au Yémen souhaite une bonne année 2013 à ses lecteurs !
Les CMY ont désormais une page de couverture, suivie du sommaire du numéro. Des en‑têtes portant référence, doublés d’une mise en page en miroir, ont déjà fait leur apparition dans le précédent numéro. En conséquence, les lecteurs peuvent dès maintenant consulter ou télécharger chaque numéro, soit en fichiers séparés sur le site du CEFAS, http://www.cefas.com.ye/spip.php?rubrique36, soit en un seul fichier, ici : http://www.anne.regourd.org/chroniques‑du‑manuscrit‑au‑yemen.
Nous rappelons à nos lecteurs que si le nom « CMY » n’a pas changé, en revanche, l’aire couverte par la revue s’étend à l’ensemble de la péninsule Arabique. Des contributions et nouvelles ne portant pas exclusivement sur le Yémen sont donc les bienvenues.
L’équipe des CMY a récemment été étoffée et accueille avec grand plaisir Noha Sadek ; Noha couvrira la rubrique des manuscrits sous l’aspect de l’histoire de l’art.

Codicologie, catalogage, numérisation, sauvegarde

25 octobre 2012. Évasion de manuscrits du Yémen hors de ses frontières : quid de la loi ?

Un billet de Muhammad al‑Sayyid, posté sur le site Wikâlat anbâ’ al‑shi‘r / Poetry news agency, déplore une nouvelle fois le vide légal entourant l’évasion de manuscrits du Yémen hors de ses frontières et l’absence de sanctions prises contre toute participation aux opérations de contrebande (voir CMY 14, Actualités).

Pour plus de détail, http://www.alapn.com/ar/news.php?cat=11&id=24663.

Mi‑novembre 2012. Tazeen Hasan, les anciens corans de Sanaa, une vidéo sur le site Veoh

D’après la fiche, mis en ligne il y a deux mois,
http://www.veoh.com/watch/v40016676Q8y4XSXn?h1=Rare+Manuscript+of+Quran%2C+Sana’s+Manuscript%2C+Yemen

27 novembre 2012. Communication sur un type de papier filigrané utilisé au Yémen et en Éthiopie aux xixe et au xxe siècles

Le 26 novembre 2012, Anne Regourd a donné une communication intitulée : « Papiers des manuscrits éthiopiens aux xixe et xxe siècles : entre Italie et monde ottoman », dans le cadre du séminaire dirigé par Jean‑Pierre van Staëvel & Éloïse Brac de la Perrière, « ‘Mondes nouveaux de l’Islam’ en histoire de l’art et archéologie » (UFR Histoire des arts de l’Islam et archéologie des pays d’Islam, Université de Paris‑Sorbonne, UMR 8167 « Orient et Méditerranée »), à l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA).

Il s’agissait, en un premier temps, de classer différents types de papiers « Abū Ṧubbak », utilisés singulièrement dans les manuscrits produits au Yémen et en Éthiopie, alors que jusqu’à présent, un seul type avait été repéré ; puis, de tenter d’identifier le lieu de leur production.

Les principaux résultats de cette communication paraîtront prochainement dans: A. Regourd, « Paper Trade on the Red Sea (19th c.‑first half of the 20th c.): ‘local papers’ against Italian’s. The case of an ‘Ottoman’ watermarked paper used in Yemen and in Ethiopia », Festschrift in Honour of Professor Iraj Afshar, Londres, Fondation Furqān.

6 décembre 2012. Communication sur le catalogage des papiers filigranés des manuscrits de Zabid

Le 6 décembre 2012, Anne Regourd a donné une communication intitulée : « Le catalogage des papiers filigranés des manuscrits de Zabid », aux troisièmes Journées d’études « Series Catalogorum », à l’Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », qui s’est tenue au Palais DuMesnil, à Naples.

Il s’agissait essentiellement de montrer les problèmes liés au catalogage des papiers filigranés, lorsqu’il porte sur des manuscrits rédigés à partir du second tiers du xixe s., en prenant l’exemple d’un papier filigrané industriel à contremarque « Bombay », présent à Zabid. Le Programme de sauvegarde des manuscrits de Zabid, un programme du CEFAS, a donné lieu à un catalogue de filigrane, accessible en ligne (voir le Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid. 1. Bibliothèque ‘Abd al‑Rahman al‑Hadhrami. Fasc. 1. Les papiers filigranés).

Automne 2012. Parution de François Déroche, Valentina Sagaria Rossi, I manoscritti in caratteri arabi / Al‑maḫṭūṭāt bi‑al‑ḥarf al‑‘arabī

François Déroche, Valentina Sagaria Rossi, I manoscritti in caratteri arabi / Al‑maḫṭūṭāt bi‑al‑ḥarf al‑‘arabī, Rome, Viella, 2012. ISBN 978‑88‑8334‑687‑3.

Cet ouvrage fait suite au Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, sous la direction de François Déroche, paru en 2000, dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Cette première publication avait connu, d’une part, une version arabe, Al‑madḫal ilā ‘ilm al‑kitāb al‑maḫṭūṭ bi‑al‑ḥarf al‑‘arabī, Londres, Fondation Al‑Furqān, 1426/2005, accompagnée de glossaires plurilingues, et, d’autre part, une version anglaise, Islamic Codicology. An Introduction to the Study of Manuscripts in Arabic Script, Londres, Fondation Al‑Furqān, 1426/2005 (voir les CMY 2, juin 2006, Actualités).

Nous sommes ici dans une problématique différente : loin de s’en tenir à une simple traduction du Manuel de codicologie, I manoscritti in caratteri arabi comporte des additions notables, dont ceux sur la conservation et la restauration des manuscrits comptent parmi les plus conséquents. On note aussi des développements sur le Yémen prenant en compte des recherches menées sur la dernière décennie à partir des collections italiennes. L’article de ‘Abd al‑Rahman al‑Ahdal, « La réglure à Zabid : fabrication d’une tablette à régler (mistara) », publié dans les CMY 5, juin 2007 est cité – la référence est malheureusement tronquée – et l’exemple de misṭara utilisée à Zabid, haut centre de copie de manuscrits par des lettrés, reproduit (voir p. 79 et Fig. 23), faisant état des recherches sur les collections yéménites conservées au Yémen.

Éditions de textes

2011. Parution de The Dīwān of Ḥājj Dākōn: A Collection of Mahri Poetry

The Dīwān of Ḥājj Dākōn: A Collection of Mahri Poetry. Introduction, Translation and Transliteration by Samuel Liebhaber, Ardmore (Pennsylvania), The American Institute for Yemeni Studies, 2011, 187 p.

Compte‑rendu rédigé par Julien Dufour (Université de Strasbourg)

Texte, paratexte, métatexte, performance orale, fac‑simile et imprimé, c’est un objet à tiroirs multiples que nous offre Samuel Liebhaber. Cette œuvre traverse en passant le domaine du manuscrit yéménite, et le fait de manière tout à fait consciente. Il peut donc être utile d’en dire un mot ici.

Au centre, le poète mehri Ḥājj bir Ālī bir Dākōn, né à Qišn en 1968 et résidant à Muḥayfīf (gouvernorat du Mahra), un homme reconnu pour son talent et tout à fait conscient des circonstances nouvelles dans lesquelles se fait la production de sa poésie : non plus l’ancien monde tribal du Mahra, mais une société profondément modifiée, où l’arabe est en train de marginaliser le mehri, où les attentes et les goûts du public ont changé, où des formes, des thèmes, des structures venues d’une autre littérature se répandent en s’adaptant, où la pure tradition orale fait une place à la cassette audio, à l’enregistrement numérique, voire à l’écriture, un monde enfin où un chercheur américain vient interroger un poète d’Arabie du Sud et travailler à ses côtés. Tout cela, Ḥājj Dākōn le sait et agit en conséquence, tandis que Liebhaber l’analyse et l’expose dans une étude introductive d’une soixantaine de pages. C’est dire que l’intérêt du livre réside au moins autant dans ce recul analytique que dans l’objet lui‑même de l’édition.

Le corpus étudié se compose de 18 poèmes lyriques en mehri, rédigés par Ḥājj Dākōn en alphabet arabe (avec un certain nombre de choix orthographiques et de caractères spéciaux) et traduits par le poète lui‑même en arabe dans des formes et des mètres proches de l’original. Ce dīwān (puisqu’il se présente comme tel), manuscrit autographe, est reproduit en fac‑similé p. 143‑181. Liebhaber présente de ces textes (p. 63‑101) une transcription phonético‑phonologique en caractères latins, établie à partir d’une récitation orale de l’auteur à un stade du travail légèrement antérieur (d’où certaines discordances de détail entre les deux versions) ; chaque poème est accompagné de sa traduction en anglais. Cette section est suivie (p. 103‑141) d’une transcription imprimée en alphabet arabe, où Liebhaber rectifie certaines incohérence ou lapsus calami du manuscrit autographe, chaque poème en mehri étant suivi de sa traduction arabe. Le linguiste sera particulièrement intéressé par les nombreuses notes qui accompagnent le texte mehri en caractères latins, fruit de la familiarité du chercheur avec son objet et du travail minutieux qu’il a accompli aux côtés du poète.

Aux pages 1 à 57, Liebhaber élabore une véritable poétique néo‑mehrie, dont pourra tirer profit quiconque s’intéresse aux littératures populaires plus ou moins orales de la région et aux mutations qu’elles sont en train de subir. Il présente le statut particulier du mehri qui, contrairement à l’arabe dialectal, ne fait aucun usage de l’écriture – hormis précisément dans le dīwān de Ḥājj Dākōn. Il aborde les raisons de cette mise par écrit qui se veut pionnière et les obstacles matériels qu’elle rencontre. Il présente les influences extérieures (ḥaḍramies en particulier) qui ont amené le poète à introduire en mehri les formes nouvelles de la poésie strophique, et distingue les différents types de poésie lyrique présents dans le dīwān. Par des comparaisons précises et approfondies avec d’autres poèmes mehris plus anciens (eux aussi transcrits, traduits et abondamment annotés), il dégage ce en quoi une poésie comme celle de Ḥājj Dākōn se distingue d’œuvres issues d’une pratique purement orale : différences au niveau de la langue, des formules, de l’emploi des métaphores et des thèmes convenus, de la structure de chaque pièce, mais aussi jeux sur les genres, par des références délibérées à d’autres domaines de la culture verbale traditionnelle (devinettes en particulier).

Cette publication, dans la lignée des précédentes du même auteur (cf. la bibliographie sur http://www.middlebury.edu/academics/arabic/faculty/node/14171), est donc utile non seulement en ce qu’elle documente avec précision une littérature insuffisamment connue et dont l’existence est menacée, mais aussi parce qu’elle permet de comprendre en quoi l’étude informée de ces documents renseigne sur la société qui les a produits et les transformations qu’elle connaît.

23 octobre 2012. De la Caspienne à la Guerre froide : itinéraire d’un texte mu‘tazile

L’étude scientifique des Mu‘tazilites se heurte à de nombreux obstacles. Jan Thiele (Unité de recherche sur les manuscrits mu‘taziltes, Université Libre de Berlin) aborde, dans une courte note, « Vom Zusammenfügen der Puzzlesteine : Eine Textrekonstruktion mit muslimischen und jüdischen Handschriften », la question complexe de la reconstruction du texte d’un traité d’Ibn Mattawayh, Al‑maǧmū‘ fī al‑Muḥiṭ bi‑al‑taklīf, depuis ce qui semble en être la première copie manuscrite, datée du xiie siècle et signée par un théologien zaydite, al‑Ḥasan b. Muḥammad b. al‑Ḥasan b. Abī Bakr al‑Raṣṣāṣ (m. ca. 1187). L’originalité de la contribution de J. Thiele consiste à avoir narré les vicissitudes de la transmission d’un texte en mettant en perspective la question de la circulation physique des manuscrits avec celle de l’accès au texte, lié aux épisodes de l’histoire occidentale (par ex. la Guerre froide).

Automne 2012. Parution de Ingrid Hehmeyer, Anne Regourd et Hanne Schönig (éd.), Herbal Medicine in Yemen. Traditional Knowledge and Practice, and Their value for Today’s World

Ingrid Hehmeyer, Anne Regourd et Hanne Schönig (éd.), Herbal Medicine in Yemen. Traditional Knowledge and Practice, and Their value for Today’s World, Leyde, Brill, 2012. ISBN 0929‑2403

On signalera particulièrement les articles suivants, qui exploitent des matériaux tirés de manuscrits yéménites édités ou inédits :

  • Efraim Lev, « Eastern Mediterranean Pharmacology and India Trade as a Background for Yemeni Medieval Medicinal Plants », p. 21‑42.

  • Petra G. Schmidl, « Magic and Medicine in a Thirteenth‑Century Treatise on the Science of the Stars », p. 43‑68.

  • Daniel M. Varisco, « Qāt and Traditional Healing in Yemen », p. 69‑102.

  • Mikhail Rodionov, « Honey, Coffee and Tea in Cultural Practices of aramawt », p. 143‑152.

Nouvelles de la péninsule Arabique

10‑16 novembre 2102, Mascate – Oman International Exhibitions Center ‑ National Authority of Documents and archives, exposition et workshop

L’équipe « Islamic Bookmaking » et « Tools and Instruments in Islamic Civilization » a organisé à Mascate (Oman), du 10 au 16 novembre 2102, une série de communications et un Workshop consacré aux instruments des artisans relieurs, des calligraphes et des spécialistes de la préservation des manuscrits. Servait d’illustration, une exposition. L’événement avait lieu au Oman International Exhibitions Center ‑ National Authority of Documents and archives. Parmi les contributeurs, on comptait Ahmed Abd Al‑Baset (Bibliothèque nationale d’Égypte) & Alaa Mahmoud (Islamic Museum, Le Caire). Cette exposition représente le premier événement organisé par l’équipe sur l’un de ses thèmes de prédilection, « Documenting Islamic bookmaking tools & instruments ». Un catalogue (monographie) est prévu, ainsi que la création d’un site web documentant les instruments, antiques ou bien décrit/illustrés par des manuscrits, documents et enluminures.

Pour plus de détails, voir : www.facebook.com/IslamicBookmaking
Contact : Mahmoud Zaki, mzakimail@gmail.com

On trouvera un compte‑rendu de l’exposition dans le journal londonien Al‑ḥayāt, ainsi qu’une critique par Ḥātim al‑Ḍammān.

11‑13 décembre 2012. L’ibadisme dans les sociétés islamiques médiévales. Modèles politiques, formes d’organisation et d’interactions sociales

Ce colloque international était organisé à la Casa de Velazquez de Madrid, par Cyrille Aillet (Université de Lyon II) dans le cadre du programme Maghribadite (maghribadite.hypotheses.org).

Programme détaillé à l’adresse suivante :
http://www.casadevelazquez.org/accueil/calendrier%20des%20activites/recherche%20scientifique/news/libadisme%20dans%20les%20societes%20islamiques%20medievales/

Décembre 2012. Parution du numéro 132 de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

« L’ibadisme, une minorité au cœur de l’islam », sous la direction de Cyrille Aillet (Université de Lyon II), Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée n° 132

Présentation du numéro et sommaire : http://remmm.revues.org/7711

Nouvelles internationales

A. Actualités africaines

3‑5 octobre 2012. Workshop sur les manuscrits ouest‑africains à Ibadan, Nigeria

Afin de marquer le 50e anniversaire de l’Institut d’Études Africaines de l’Université d’Ibadan, au Nigeria, le Dr. I. A. Jimoh du Centre de documentation arabe (Centre for Arabic Documentation) – elle‑même partie de l’Institut ‑ a organisé un Workshop de trois jours sur les manuscrits ouest‑africains, du 3 au 5 Octobre 2012. Le Centre a édité jusqu’en 1994, le Research Bulletin of the Center of Arabic Documentation, qui a accueilli de très nombreux articles sur les manuscrits, dont certains sont toujours cités.

Pour plus de détail, voir http://ias.ui.edu.ng/conference/Handbill.pdf.

11 octobre 2012. Lyon, École normale supérieure, remise du Doctorat Honoris Causa, à Abdel Kader Haidara, Bibliothèque de Tombouctou

La cérémonie de remise de Doctorat Honoris Causa à Abdel Kader Haidara, directeur de la Bibliothèque de Tombouctou, s’est déroulée le jeudi 11 octobre 2012 à l’École normale supérieur de Lyon (ENS Lyon).

C’est Georges Bohas, professeur à l’ENS et membre de l’Institut universitaire de France, qui a prononcé son éloge, soulignant sa contribution exceptionnelle au rassemblement et au sauvetage d’un grand nombre de manuscrits.

La bibliothèque d’A. K. Haidara a fait l’objet d’un catalogue en plusieurs tomes publié par la Fondation al‑Furqān, Londres, le Catalogue of Manuscripts in Mamma Haidara Library, 2003. Le projet VECMAS, sous la direction de G. Bohas, a permis l’étude et l’édition de textes provenant de la bibliothèque d’A. K. Haidara (voir : http://vecmas‑tombouctou.ens‑lyon.fr/).

Octobre 2012. Le roman d’Alexandre à Tombouctou. Histoire du Bicornu. Le manuscrit interrompu

Le roman d’Alexandre à Tombouctou. Histoire du Bicornu. Le manuscrit interrompu. Traduction de Georges Bohas, Abderrahim Saguer, Ahyaf Sinno, Paris, Actes Sud / ENS de Lyon. Bibliothèque Mamma Haidara. « Les manuscrits de Tombouctou », 2012, 98 + 134 p. ISBN 978‑2‑330‑01339‑4

Il s’agit d’une version de l’histoire d’Alexandre le Bicornu par Abdou Abdelmalik. L’édition arabe de ce texte et sa traduction française ont été réalisées dans le cadre du projet VECMAS, qui a pour entreprise l’édition critique de manuscrits en arabe conservés à Tombouctou et la formation de spécialistes dans ce domaine (voir : http://vecmas‑tombouctou.ens‑lyon.fr/).

Octobre 2012. Jean‑Michel Djian, Les manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités

Jean‑Michel Djian, Les manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités, Paris, Jean‑Claude Latès, 2012, avec les contributions de Georges Bohas, Cheikh Hamidou Kane, Doulaye Konaté, Mahmoud Zouber, Mohamed Hamady, Saad Traoré, Floréal Sanagustin, Souleymane Bachir Diagne, ISBN 978‑2‑7096‑3954‑5

Fig. 1

Image 1.jpg

Cet ouvrage, accessible à un public large, abondamment illustré, bat en brèche l’image d’Épinal « collée » à l’Afrique au‑dessous du Sahara, liant son histoire à la transmission orale. Tombouctou est élue parmi d’autres cités comme un lieu emblématique de transmission du savoir en Islam africain, depuis le xive siècle. Les très nombreuses illustrations présentent des manuscrits, en leur état, ainsi que les outils du copiste et les moyens ordinaires de conservation. La simple observation de la tranche des manuscrits, qui a perdu de sa blancheur et de son éclat, montre qu’ils ont été régulièrement consultés par les lettrés.

Fig. 2

Image 2.jpg

Notre confrère Masārāt se fait l’écho de la parution de l’ouvrage dans son numéro du 2 décembre 2012
http://www.albayan.ae/paths/books/2012‑12‑02‑1.1777212.

B. Autres événements

6‑7 décembre 2012. Naples, Troisième journée d’études « Series Catalogorum », suivies d’un colloque international « Codex & Text. The use of codicology, paleography and illumination for textual studies »

Ces deux événements ont été organisés par Maria Szuppe, Michele Bernardini et Roberto Tottoli, avec le concours de l’UMR 7528 du CNRS, « Mondes iranien et indien ». Les « Series Catalogorum » sont le titre d’une collection qui a déjà accueilli un certain nombre de catalogues (voir CMY 5, janvier 2008, Actualités et CMY 9, janvier 2010, Actualités).

Pour plus de détail sur les deux programmes, voir ici
http://h-net.msu.edu/cgi-bin/logbrowse.pl?trx=vx&list=h-mideast-medieval&month=1212&week=a&msg=BI6rYmfbZTr/VJaGj%2bap9w&user=&pw=.

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • OpenEdition Journals