Navigation – Plan du site
Actualités

Actualités, n° 17, janvier 2014

Anne Regourd, Noha Sadek et Éric Vallet

Plan

Haut de page

Obituaire 
Étienne Renaud (1936–2013)

Le 20 juin 2013 à Marseille s’est éteint Étienne Renaud, Père Blanc et éminent islamologue, qui a illustré les études sur le Yémen. Né le 24 octobre 1936 à Angers, il a passé son enfance et sa jeunesse à Paris. Après son diplôme de Polytechnique (1956‑1958), il fait son service militaire dans les Aurès, dans les Sections Administratives Spécialisées (SAS) (1958‑1959). C’est l’occasion pour lui de découvrir le monde musulman et de s’initier à un dialecte arabe.
Au séminaire, puis dans sa formation de Père Blanc, il étudie, outre la théologie et la philosophie, l’hébreu biblique. Ayant choisi le service dans le milieu arabo‑musulman, il acquiert à Rome une solide connaissance de l’arabe, de l’islam et de sa civilisation au PISAI (Ponteficio Istituto di Studi Arabi ed Islamici). Entre 1968 et 1969, il prolonge son étude de la langue arabe et de l’islam à Damas. Il en profite pour visiter la Jordanie, l’Irak, le Bahrayn, et le Liban.
Sa formation d’islamologue arabisant achevée, il réside en Tunisie, à l’IBLA (Institut des Belles Lettres Arabes). Par ailleurs, il commence à exercer le métier d’ingénieur en électricité à la STEG (Société Tunisienne de l’Électricité et du Gaz).
C’est entre 1972 et 1980 que se déroule son séjour décisif au Yémen, à Sanaa : il y suit un groupe de moniales, qui avaient besoin d’un prêtre. Le Yémen était alors scindé entre la République arabe du Yémen, au Nord, la plus islamisée des deux Républiques, où il se trouvait, et la République démocratique populaire du Yémen, au Sud, fondée en 1967. Étienne Renaud noue des relations de confiance avec les Yéménites, secondé par sa connaissance de la langue. Il exerce à nouveau le métier d’ingénieur à la Compagnie d’Électricité du pays, tout en donnant des cours d’arabe et d’introduction à la culture yéménite aux expatriés. Sur le plan scientifique, il s’intéresse à l’arabe du Yémen, ainsi qu’aux différentes formes qu’y a pris l’islam, en particulier le Zaydisme.
Les années 1980 à 2000 sont consacrées à l’enseignement et à des postes de responsabilité. Ainsi, il enseigne l’arabe et l’islamologie à Rome au PISAI et est nommé délégué des Pères Blancs pour la section Proche Orient–Mer Rouge (1980‑1986). Il voyage en Orient et en Afrique : Jérusalem, Liban, Soudan, Éthiopie, Djibouti. En 1986, il est élu Supérieur Général des Pères Blancs. En 1992, il devient directeur de l’IBLA à Tunis, puis directeur du PISAI de 1994 à 2000.
Il reprend alors sa vie d’expatrié, cette fois‑ci dans l’Afrique musulmane. Il séjourne deux ans à Zanzibar, sur l’île de Pemba. Mais surtout, il passe des années au Soudan, à la tête du Catholic Language Institute of Khartoum, de 2002 à 2005. Il y enseigne l’arabe littéral et l’arabe soudanais aux Soudanais du Sud, anglophones, et aux expatriés occidentaux. Il étudie l’islam soudanais, marqué par les confréries soufies. Il est aussi fasciné par la figure de Mahmud Mohamed Taha (1909‑1985), un penseur audacieux, exécuté sous Nimeiri.
De retour en Europe, il est à nouveau directeur du PISAI, de 2006 à 2008.
Le dernier engagement d’Étienne Renaud a été d’œuvrer au dialogue islamo‑chrétien auprès des Pères Blancs de Marseille. C’est ainsi, dans des activités au service des gens, notamment comme écrivain public, que s’est achevée l’existence d’Étienne Renaud, lors d’une opération du cœur.
(Pierre Liguori, EHESS‑IREMAM)

Bibliographie

Sa bibliographie reflète la diversité de ses intérêts. Ce sont des textes courts. Outre ses activités que nous avons exposées, Étienne Renaud est d’abord un prêtre et un missionnaire : le temps qu’il a pu consacrer au travail scientifique et à l’écriture est limité. Nous présentons ici une bibliographie inédite, telle que nous l’avons réunie à ce jour. Remarquons que, sur le Yémen et le Soudan, il contribue aux mêmes sujets d’étude : l’arabe du pays et ses formes spécifiques d’islam.

L’article dense intitulé : « La pensée religieuse au Yémen » est sans doute sa meilleure étude, consacrée surtout au Zaydisme, mais aussi au Soufisme et à l’Ismaélisme. Vient ensuite sa traduction commentée du récit de Mi‘raǧ de Ṭabarī dans le volume édité par Claude Kappler.

1) Études sur le Yémen

  • Poèmes de la révolution yéménite, éd. Étienne Renaud et Claudie Fayein, Paris, 1979.

  • « Histoire de la pensée religieuse au Yémen », dans Joseph Chelhod (éd.), LArabie du Sud, Paris, 1984, vol. II, p. 57‑68.

  • « Éléments de bibliographie sur les dialectes du Nord‑Yémen », Mélanges Linguistiques offerts à Maxime Rodinson, Paris, 1985, p. 297‑305.

2) Études sur le Soudan

  • « Mahmud Taha et la ‘seconde mission de l’Islam’« , Se comprendre, juillet 1985.

  • « Maḥmūd Ṭaha y la ‘secunda mision del Islam’« , Encuentro Islamo‑Christiano, vol. 284, 1995, p. 1‑8.

  • « À la mémoire de Mahmud Mohammed Taha », Prologues : Revue Maghrébine du Livre/Muqaddimāt, vol. 24, 2002, p. 34‑9.

  • « Le Soufisme au Soudan », Se comprendre, septembre 2005.

  • Lettres soufies : raison, révélation et tradition au Sahel, par Oumarou Bawa Makama et Christophe Courtin ; préface d’É. Renaud, Paris, 2006.

  • Spoken Arabic of Khartoum, Étienne Renaud et Rianne Tamis, 2 vol. (VI‑357 p., 61 p.), Khartoum, Catholic Language Institute, 2003. Selon les auteurs « (…) a new edition, entirely reshaped of Spoken Arabic of Khartoum, edited in 1991 by Orlando Dal Cason with Muhammad Mabrouk and Shahinaz Muhammad ».

3) Islamologie

  • « Une tempête sur la presse égyptienne : Tawfiq alHakim et son ‘dialogue avec Dieu’« , Se Comprendre, août 1984.

  • « Le récit du mi`raj du Prophète Mohammed », Se Comprendre, août 1985.

  • « Le récit du mi̔râj : une version arabe de l’ascension du Prophète, dans le Tafsîr de Tabarî » dans Claude Kappler (éd.), Apocalypses et Voyages dans l’Au‑Delà, Paris, 1987, p. 267‑92.

  • « El diálogo islamo‑christiano visto por los musulmanes », Encuentro Islamo‑Christiano, vol. 332, 1999, p. 1‑15.

  • « Le dialogue islamo‑chrétien vu par les musulmans », Se Comprendre, mai 2000.

  • « Les banques islamiques », Se Comprendre, octobre 2000.

  • « In memoriam Robert Caspar », Islamochristiana/Dirāsāt Islāmīya Masīḥīya, vol. 33, 2007, p. 1‑14.

  • « Les étapes du progrès spirituel », Islamochristiana/Dirāsāt Islāmīya Masīḥīya, vol. 34, 2008, p. 23‑39.

  • « L’œcuménisme en Islam », Se Comprendre, août 2008.

  • « L’adaptation du droit musulman en Europe : le droit des minorités », Se Comprendre, juin 2010.

  • « Lectures actuelles du Coran », Se Comprendre, août 2012.

  • Voir aussi le site in memoriam, http://inmemoriam‑etiennerenaud.com/.

Codicologie, catalogage, histoire des bibliothèques, transmission du savoir, histoire de la copie, reliure, patrimoine, numérisation, préservation, conservation

Juillet 2012‑janvier 2013. AIYS, Sanaa. Adel al‑Hemyari AIYS Fellowship Project : étude des marges des manuscrits de médecine

Adel al‑Hemyari, chercheur à la Dar al‑Makhtutat, Sanaa, a reçu une subvention (Fellowship) de l’American Institute for Yemeni Studies (AIYS) de Sanaa pour étudier les gloses et notes présentes dans les marges de manuscrits médicaux du Yémen médiéval afin d’y collecter toute mention aux vertus médicinales et usages de plantes locales.

Les objectifs de la recherche étaient les suivants : a) lire et relever les marginalia dans des sources variées concernant les apports médicaux des plantes et les rassembler en un rapport unique ; b) photographier ces plantes ; enfin c) comparer les remèdes naturels collectés avec ceux de la médecine moderne.

Les recherches furent conduites dans les gouvernorats de Taezz, Ibb, et al‑Bayḍā’, ainsi qu’à Sanaa, de juillet 2012 à janvier 2013.

Le rapport final d’A. al‑Hemyari comporte trois chapitres et deux annexes. Le premier chapitre traite des noms de maladie affectant le corps humain tirés des marginalia. Le second chapitre réunit les prescriptions en cas de blessures et brûlures, et s’intéresse aux cataplasmes et aux pâtes à base de plantes. Il s’attache en particulier aux prescriptions courantes contre les graisses naturelles, qui peuvent être supprimées par des compresses, à base de plantes toujours. Le troisième chapitre est un catalogue de plantes organisé par nom, avec, dans la mesure du possible, leur appellation en arabe littéral aussi bien qu’en dialecte yéménite. La valeur de certains poids utilisés pour les remèdes est aussi indiquée. Les annexes contiennent les clichés de plantes, ainsi que de manuscrits qui ont servi pour la recherche, et une liste des manuscrits consultés, allant du vie/xiie au xe/xvie siècle.

Adel al‑Hemyari a présenté les résultats de ses recherches lors d’un séminaire réunissant d’autres chercheurs, sponsorisé par l’AIYS, au Centre yéménite pour l’étude et la recherche, en avril 2013. Elles sont disponibles à la Bibliothèque de l’AIYS, à Sanaa.

Août 2013. Yémen‑Liban. Des manuscrits anciens en arabe et en ge’ez sortis illégalement du Yémen

Des manuscrits en provenance du Yémen ont été interceptés dans l’un des aéroports du Liban. Illégalement sortis du territoire, selon les autorités libanaises par un Yéménite, il s’agirait de manuscrits rédigés en arabe et en ge’ez à des époques variées, cela, il y a plus de 200 ans. Les autorités libanaises se sont alors mises en rapport avec les autorités yéménites compétentes, les informant du rapatriement des codex par Interpol à Sanaa, à la condition qu’ils soient réceptionnés par une représentation compétente sur place. Les modalités de réception des œuvres ont cependant été entourées de confusion, une délégation, composée entre autre du responsable de la section des manuscrits et du directeur général des manuscrits, s’étant rendue au Liban et réclamant à présent le remboursement de leurs frais.

30 septembre–1er octobre 2013. Institut d’études ismaéliennes, Londres. Atelier « Fragmentation and Compilation. A Comparative Perspective (Part II) », organisé par Asma Hilali

L’atelier, organisé par Asma Hilali(Institut d’études ismaéliennes, Londres), se penchait sur la difficulté à élaborer sur la base de transmissions partielles et de réarrangement de parcelles variées du Coran. Mme Hilali a parlé pour sa part du palimpseste du Coran de Sanaa. Cet atelier fait suite à un premier volet intitulé : « Fragmentation and Compilation : The Making of Religious Texts in Islam. A Comparison with Ancient Mesopotamia, Judaism and Christianity », qui a pris place les 29‑30 mai 2012, dans le même cadre
(voir le Programme, http://iis.ac.uk/view_article.asp?ContentID=113412).

9‑10 octobre 2013. Zakynthos, Grèce. Communication de Marco Di Bella sur la reliure yéménite ancienne

Marco Di Bella a donné une communication intitulée « Yemeni and early Islamic bindings » lors de l’atelier : « Multiplicity of Oriental Bookmaking Traditions and Conservation », organisé par Laura Parodi dans le cadre du Comparative Oriental Manuscript Studies (COMST, Hambourg), qui a eu lieu à Zakynthos, les 9 et 10 octobre 2013. Il s’agissait du quatrième atelier mis sur pied par l’équipe 5 du COMST regroupée autour du thème : « Conservation and Preservation of Oriental Manuscripts ». Marco Di Bella, qui ouvrait l’atelier, a formé l’équipe de la Dar al‑Makhtutat, Sanaa, à la conservation, dans les années 2000, pour un programme de l’UNESCO.

11 octobre 2013. Liège. Belgique. Communication d’Anne Regourd sur les safina‑s yéménites

Dans le cadre du colloque « Autograph/holograph and authorial manuscripts in Arabic script », organisé par Elise Franssen et Frédéric Bauden (Université de Liège, Belgique), Anne Regourd a donné une communication intitulée : « Du cas du ms. BnF Ar. 7084, Yémen, à un genre d’holographe : les safīna‑s » (au sujet du manuscrit de la BnF, collection Colin, voir les deux articles des CMY 15). Il s’agissait de montrer, en partant du cas du Yémen, le lien entre un format manuscrit, celui de la « safīna », et un type de texte qu’il abriterait, i. e. de la poésie, en particulier de type semi‑dialectal (ḥumaynī). Des Actes sont prévus.

10‑13 octobre 2013. La Nouvelle‑Orléans, États‑Unis. MESA. Communications portant sur les manuscrits du Yémen

Le Yémen était à l’honneur à la rencontre annuelle de la Middle East Studies Association (MESA) cette année avec deux panels et deux communications dans d’autres panels (voir https://mymesa.arizona.edu/meeting_program). Les manuscrits étaient la source majeure ou l’objet principal des interventions suivantes :

1. Panel: Mamluks and Rasulids: Why both Should Matter to Historians, organisé par Dan M. Varisco (Hofstra University) et sponsorisé par l’American Institute for Yemeni Studies (AIYS), Sanaa,

  • D. M. Varisco, « Heirs of the Ayyūbids : The Formation of the Rasūlid State in Yemen » : s’appuyant sur des chroniques yéménites et des textes administratifs, il s’agissait de dégager ce qu’il y a d’unique dans la formation de l’état rassoulide et ce qu’il doit à l’ascension des Mamelouks en Egypte.

  • Roxani E. Margariti (Université d’Atlanta), « Enter the Rasūlids : the Dahlakīs and their powerful neighbors in the Red Sea », a montré la place des îles Dahlak entre la fin du XIe s. et le début du XIIIe s. dans les échanges de la mer Rouge en confrontant des documents rassoulides (surtout administratifs) récemment publiés avec les travaux épigraphiques antérieurs de Madeleine Schneider (stèles funéraires).

  • Arianna d’Ottone (Université La Sapienze, Rome), « The Yemeni manuscript tradition in context. Materials, texts and decorations in Rasulid times », était la contribution codicologique du panel. Il s’agissait de mettre en rapport les traditions manuscrites rassoulides et mameloukes en partant de ce qui est déjà connu et d’ouvrir des perspectives prometteuses ou inexplorées. Un feuillet de Coran rassoulide, conservé dans la collection de l’Agha Khan, a en particulier était montré.

Résumés détaillés des communications :
https://mymesa.arizona.edu/meeting_program_session.php ?sid =ebae8300d14dcf474ed4ad0b2aa5363b.

2. Panel: « The Ethic of Reading in Islamic Manuscript Culture », organisé par Noah Gardiner (University of Michigan Ann‑Arbor), https://mymesa.arizona.edu/meeting_program_session.php?sid=4e50b056391885c70e692a76147c9538.

  • Anne Regourd (CNRS, UMR 7192), « The Ethics of Cataloguing in Modern Yemen: Questions of Inclusion ». Partant du catalogage de bibliothèques privées de manuscrits au Yémen, la communication était articulée en deux parties, le catalogage des corans et celui des livres de magie.

Résumé détaillé :
https://mymesa.arizona.edu/meeting_program_abs.php ?pid =c9fd0c6f02fb9815bfa14815c28bfc1e.

Novembre 2013. IHIW, Berlin. Daniel Kinitz, coordinateur du projet « The Digital Bab al‑Yemen »

Daniel Kinitz succède à Markus Wachowski comme coordinateur du projet « The Digital Bab al‑Yemen » au sein de l’unité de recherché Intellectual History of the Islamicate World (IHIW). Ce projet vise à rendre les manuscrits yéménites accessibles à tous via un portail internet (cf. CMY 16, p. 4).

D. Kinitz a fait des études d’arabe et de journalisme à l’Université de Leipzig, au Koweït et à Damas. Il a entre autre été assistant à l’Université d’Al‑Azhar au Caire, et coordinateur d’un projet manuscrit à Aceh (Indonesie). Il a récemment soutenu sa thèse de doctorat intitulée : « Die andere Seite des Islam. Säkularismus‑Diskurs und Islamischer Denker im modernen Ägypten », à l’Université de Leipzig.

22‑24 novembre 2013. Baltimore, Etats‑Unis. Rencontre annuelle de l’International Qur’anic Studies Association. Communication d’Asma Hilali sur un Coran de Sanaa

La communication d’Asma Hilali (Institut d’études ismaéliennes) était intitulée : « The Manuscript 27.1 DAM : Sacred Words and Words about the Sacred ».

2013. Hassan Ansari, Sabine Schmidtke, « Between Aleppo and Ṣa‘da: The Zaydī Reception of the Imāmī Scholar Ibn al‑Biṭrīq al‑Ḥillī », Journal of Islamic Manuscripts 4/2(2013), p. 158‑98.

S’appuyant sur une collection et l’histoire de la copie, l’article examine la réception du Kitāb al‑‘Umda du duodécimain Ibn al‑Biṭrīq al‑Ḥillī (m. 600/1203‑04 ou 601/1204‑1205) parmi les zaydites du Yémen et cherche à mettre en évidence que ce livre, à l’instar du Manāqib ‘Alī b. Abī Ṭālib d’Ibn al‑Maġāzilī (m. 483/1090), furent les sources principales du hadith canonique sunnite pour les zaydites du Yémen jusqu’à l’Imam al‑Manṣūr bi‑llāh (m. 614/1217).

2013. Arianna d’Ottone, « La bibliothèque d’un savant yéménite du XIIIe siècle d’après une note manuscrite autographe », dans Les non‑dits du Nom. Onomastique et documents en terre d’Islam. Mélanges offerts à Jacqueline Sublet, sous la direction de Christian Müller et Muriel Roiland‑Rouabah, Damas‑Beyrouth, Presses de l’IFPO, p. 67‑78.

Présentation d’une liste de 17 ouvrages, principalement de kalām, de droit et d’exégèse, ayant appartenu à un lettré zaydite du nom de Yahyā b. Ğābir et conservée au f. 61r du ms Ambrosiana E 208ar (deuxième et troisième volumes du traité de théologie d’al‑Ḥasan al‑Raṣṣāṣ intitulé Kitāb al‑Tibyān li‑yāqūtat al‑īmān wa‑wāṣiṭat al‑burhān).

Éditions de textes

January 2013. JNU, New Delhi, Inde. Communication de Menashe Anzi sur les relations commerciales, épistolaires et les échanges de savoir entre l’Inde et les Juifs yéménites durant les deux derniers siècles

Menasche Anzi (Ben Zvi Institute, Jérusalem) a donné une communication intitulée : « Indian and Yemenite Jews in Modern Times, Trade, Scripts and Exchange of Knowledge », lors de la conférence internationale : « Hebrew Language and Culture : Reception, Self‑Conception and Intercultural Relations », qui s’est tenue du 28 au 30 janvier 2013 à la Jawaharlal Nehru University (JNU), à New Delhi.

Il s’est penché sur les relations commerciales entre les commerçants Juifs iraquiens, qui travaillaient en Inde et en Extrême‑Orient, et les marchands Juifs yéménites du xviiie au xxe s., suggérant que l’océan Indien, par son réseau d’échanges commerciaux, de connaissances, et l’immigration, a facilité l’existence d’un espace partagé pour diverses communautés juives et a aidé à la formation d’une super‑communité transnationale.

La communication s’appuyait sur une variété de sources en différent langages, ​​textes imprimées ou archives, en particulier, sur les archives légales de deux familles de commerçants opulents de Sanaa, les Hibshush et Amr, conservées à l’Institut Ben‑Zvi de Jérusalem.

2013. Jan Thiele, Theologie in der jemenitischen Zaydiyya. Die naturphilosophischen Überlegungen des al‑Ḥasan ar‑Raṣṣāṣ, Leyde, E. J. Brill (Islamic Theology, Philosophy and Science, 86), ISBN 978‑90‑04‑25126‑7.

Tirée de la thèse de doctorat de l’auteur, l’ouvrage contient une présentation de la vie et de l’œuvre du théologien zaydite yéménite al‑Ḥasan al‑Raṣṣāṣ (m. 1188) [p. 13‑58], suivie par une étude des principaux concepts de la théorie cosmologique développée par al‑Raṣṣāṣ dans le sillage de l’école mu‘tazilite : concepts ontologiques, substances (ğawāhir) et accidents (a‘rāḍ) [p. 59‑74] ; conception de la causalité [p. 75‑116] ; conception des attributs (ṣifāt) [p. 117‑200].

Cette étude s’appuie sur une reconsidération minutieuse de l’ensemble de la production manuscrite liée à l’œuvre d’al‑Raṣṣāṣ, accompagnée par d’autres publications :

  • Jan Thiele, Kausalität in der mu‘tazilitischen Kosmologie. Das Kitāb al‑Mu’aṯṯirāt wa‑miftāḥ al‑muškilāt des Zayditen al‑Ḥasan ar‑Raṣṣāṣ (st. 584/1188), Brill, Leyde, 2011 (Islamic Philosophy, Theology and Science, 84).

  • Jan Thiele, « A propos de l’attribution du ms. Ambrosiana ar. F 122, fol. 35b : un fragment d’un texte zaydite du Yémen », CMY 16, 2013.

  • Sulaymān b. ‘Abd Allāh al‑Ḫurāšī,
Kitāb al‑tafṣīl li‑ğumal al‑taḥṣīl, édition en facsimilé, introduction et index par Hassan Ansari et Jan Thiele, Teheran, Mīrāth‑e maktūb et Freie Universität Berlin (Classical Muslim Heritage Series, 3).

Ce facsimilé du ms Glaser 51 (Staatsbibliothek zu Berlin) comprend le troisième volume du commentaire au Kitāb al‑taḥṣīl fī al‑tawḥīd wa‑l‑ta‘dīl du théologien zaydite al‑Ḥasan al‑Raṣṣāṣ (m. 1188), effectué par l’un de ses élèves, al‑Ḫurāšī en 610/1204.

Le prix de la Fondation Annemarie‑Schimmel a été remis à l’auteur pour son livre, à Münster, le 23 septembre 2013, lors de la session 2013 des journées allemandes de l’orientalisme (Deutscher Orientalistentag).

2013. Parution du n° 43 des Annales Islamologiques (daté de 2012) avec un dossier consacré à L’exercice du pouvoir au temps des sultanats.

Ce numéro comprend les actes d’un séminaire qui s’est tenu à l’IFAO (Le Caire) en 2006. Deux articles portent plus particulièrement sur la documentation yéménite d’époque rasūlide :

  • Éric Vallet, « Des « sultans‑secrétaires » ? Pratique de l’archive et savoirs encyclopédiques dans l’État rasūlide (viieixe/xiiiexve siècles) », p. 229‑54.

L’article examine comment s’est progressivement forgé un langage du pouvoir spécifique au sultanat rasūlide à travers la production administrative rasūlide qui prit la forme d’archives volontairement conservées. Deux domaines sont plus particulièrement étudiés : la description du territoire du sultanat et l’inventaire des hommes à son service.

  • M’hamed Saïd, « Une waqfiyya sultanienne du Yémen. L’acte de fondation de la madrasa al‑Ašrafiyya de Taʿizz (803/1400) », p. 255‑72.

Étude préliminaire de la waqfiyya Ašrafiyya, de son contenu et de ses enjeux politiques (voir sur ce document également l’article de M. Jazim dans CMY 10, juillet 2010)

2013. M’hamed Saïd, « Al‑mu’allafāt al‑‘ilmiyya li‑salāṭīn al‑usra al‑rasūliyya fī al‑Yaman bayn al‑ibdā‘ wa‑l‑itbā‘« [Les oeuvres scientifiques des sultans de la dynastie rasūlide au Yémen, entre novation et compilation], Les cahiers de Tunisie, n° 209 (daté de 2009, paru en 2013), p. 26‑51.

L’article contient une discussion complète de la production sultanienne rasūlide dans le domaine de la médecine, de la science vétérinaire, de l’agronomie et de l’astronomie, en tentant de circonscrire la part de nouveauté contenue par ces différentes œuvres qui reposaient fondamentalement sur un important travail de compilation. En conclusion, M. Saïd souligne les limites dans la diffusion de la culture scientifique pourtant promue par les sultans, mais tenues à l’écart des principales structures d’enseignement du Yémen de l’époque.

2013. Samy Dorlian, La mouvance zaydite dans le Yémen contemporain. Une modernisation avortée, Paris, L’Harmattan, 2013. ISBN : 978‑2‑343‑00788‑5.

Cette étude, tirée d’une thèse de doctorat en sciences politiques soutenue en 2011 à Aix‑en‑Provence, s’intéresse tout particulièrement au développement des identités politiques se revendiquant du zaydisme dans le Yémen contemporain, en les replaçant dans le contexte intellectuel plus large de la relecture des sources traditionnelles du zaydisme. Il offre ainsi de nombreuses données sur l’arrière‑plan politique et social du mouvement de publication et d’édition des textes zaydites médiévaux (voir en particulier les p. 91‑130).

Décembre 2013. Mohammed A. Jazim, « Un manuscrit administratif et fiscal du Yémen rassoulide : l’Irtifā‘ al‑dawla al‑mu’ayyadiyya », dans Anne Regourd (éd.), Documents et histoire. Islam, VIIe‑XVIe s.

  • Actes des journées d’études Musée du Louvre, EPHE, mai 2008, Genève, Droz, 2013 (Ecole pratique des hautes études. Sciences historiques et philologiques II. Hautes études orientales ‑ Moyen et Proche‑Orient, 5, 51), Préface Paul E. Walker (p. VII‑VIII), ISBN 978‑2‑600‑01371‑0, p. 163‑82.

Cet article de Mohammad Jazim, tiré de la publication d’un colloque organisé à Paris par Anne Regourd (Paris, mai 2008, EPHE/Musée du Louvre), consiste en une présentation de l’Irtifā‘ al‑dawla al‑mu’ayyadiyya (Livre des revenus du sultan al‑Mu’ayyad) édité par l’auteur en 2008 (Sanaa, CEFAS‑DAI, La Bibliothèque yéménite/Die jemenitische Bibliothek 2). Ce traité administratif et fiscal, composé pour le compte du sultan rasūlide al‑Mu’ayyad Dāwūd (m. 721/1321), comporte les revenus annuels de l’ensemble des provinces du royaume, divisées en provinces littorales et provinces montagneuses de l’intérieur. L’article met en lumière les principaux enseignements que l’on peut tirer de cet ouvrage sur le fonctionnement de l’administration rasūlide.

Nouvelles de la péninsule arabique

May 2013. Michaela Hoffmann‑Ruf & Abdulrahman Al Salimi (éds.), Oman and Overseas, Hildesheim et al. (Studies on Ibadism and Oman, vol. 2), 2013. ISBN 978‑3‑487‑14799‑4.

Il s’agit des Actes du Colloque sur les études ibabites, « The Ibadism of Oman – Its Overseas Development and its Perception Overseas », qui a eu lieu à l’Université de Tübingen, Institut pour l’Asie et l’Orient, section des sciences de l’Islam et de l’Orient, du 16 au 19 mai 2011 (programme détaillé : http://www.uni‑tuebingen.de/orientsem/download/ProgramFlyer_OmanConference.pdf). Le thème central en était le rôle géopolitique et l’histoire culturelle de l’ibadisme et d’Oman, ainsi que l’interrelation complexe entre Oman et l’extérieur. Le Colloque a fait apparaître une variété d’approches, mais aussi de sources.

Quant aux sources manuscrites, Ralph Kauz (Bonn) a discuté le rôle des Chinois dans la navigation dans l’océan Indien et les données sur Oman et les ports omanais contenues dans des sources écrites chinoises du xe au xiie siècle. Efim Rezvan (Saint‑Pétersbourg) a présenté des manuscrits se rapportant à Oman (lettres à/des gouvernants omanais), préservés à Saint‑Pétersbourg, pour partie dans la Collection des manuscrits orientaux de l’Académie, pour partie dans les archives d’état de la marine russe. Dans sa communication sur les relations entre le Sultanat d’Oman en Afrique et les Ottomans, Mohammed Z. Gol (Istanbul) a collationné des écrits officiels ottomans allant de la fin du xixe au début du xxe siècle, conservés au Başbakanlık Osmanlı Arşivi à Istanbul. Les relations entre Oman et le Portugal à la période moderne (ca. 1500–1750) ont été traitées par João Teles e Cunha (Lisbonne), dont la contribution détaillée s’appuie principalement sur des lettres et des comptes rendus de séance (en portuguais, hollandais et arabe) localisés dans des archives, à Lisbonne (Arquivo Histórico Ultramino, Arqivo Nacional da Torre do Tombo, Biblioteca Nacional de Portugal) et à la Haye (Nationaal Archief). Jan Just Witkam (Leyde) s’est, quant à lui, concentré sur des sources livrant des informations sur les relations entre Oman et les Pays‑Bas, soulignant l’importance des archives de la Compagnie hollandaise de l’Inde de l’Est (VOC). Il s’est ensuite concentré sur un petit nombre d’originaux de lettres omanaises (en arabe et persan) venant des Archives nationales, à La Haye, et de la Bibliothèque de l’Université de Leyde. En dehors d’une lettre qui traite de commerce, il s’agit essentiellement de la correspondance diplomatique entre Mascate et Batavia (aujourd’hui Djakarta), s’échelonnant entre 1798 et 1806.

Septembre 2013. Dernière parution des revues Maqalid et Les essentiels de Maqalid

Il s’agit des n° 6 (septembre 2013) de Maqalid, en arabe, et n° 2 (septembre 2013) de Les essentiels de Maqalid, en français, les deux organes du Bureau culturel saoudien à Paris, une émanation du ministère de l’Enseignement supérieur. Consacrés aux « objets de l’écriture », ils rassemblent des contributions d’auteurs venant d’horizons et de disciplines variés, dont des codicologues et un fabricant de papier. Pp. 229 et 230 ont été reproduits deux relevés de papiers filigranés sur calque réalisés par ‘Abd al‑Rahman al‑Ahmar dans le cadre du Programme de sauvegarde des manuscrits des bibliothèques privées de Zabid (CEFAS, Yémen, http://www.cefas.com.ye/spip.php?article300 et http://www.anne.regourd.org/programme‑zabid). Leur parution était accompagnée d’une exposition sur le même thème, dans les locaux du Bureau culturel saoudien, réalisée par l’équipe de rédaction, et d’un livre dédié à l’évolution de ces objets de la Préhistoire à nos jours, sous la direction éditoriale de Bernard Robert, Les objets de l’écriture. Chefs d’œuvre d’art et d’histoire, Paris, Bureau culturel saoudien, 2013, 166 p., ISBN 978‑2‑9546636‑0‑9. Le vernissage de l’exposition a été suivi d’une journée de sensibilisation, toujours sur le thème.

2013. Carine Juvin, « Calligraphy and Writing Activities in Mecca during the medieval period (twelfth–fifteenth centuries) », PSAS, 43 (2013), p. 153‑66.

L’article s’appuie à la fois sur les sources narratives (chroniques, dictionnaires biographiques) et les vestiges matériels (épigraphie, manuscrits, certificats de pèlerinage) pour proposer une esquisse de l’évolution des pratiques de l’écrit à La Mecque au cours des derniers siècles du Moyen Âge.

25 septembre 2013–5 janvier 2014. Exposition Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident, Paris, Institut du monde arabe

L’exposition Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident co‑organisée par la Chaire de dialogue des cultures (Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne/Université al‑Imam Riyad) et le musée de l’Institut du monde arabe a permis d’exposer durant trois mois cinq manuscrits issus des collections de la Bibliothèque du Roi ‘Abd al‑‘Azīz, Riyad (inv. 1030 et 1863) et de la bibliothèque de l’Université al‑Imam, Riyad (inv. 1790, 7237 et 8402).

16 octobre 2013‑5 janvier 2014. Musée national de la Marine, Paris. Exposition « Oman et la mer » 

Sous le haut patronage du ministère des Affaires étrangères et du ministère du Patrimoine et de la Culture du Sultanat d’Oman, a pris place à l’automne 2013, au musée national de la Marine à Paris, une exposition sur Oman et la mer à travers les âges. Sur fonds d’historique des relations diplomatiques entre la France et le Sultanat, le prétexte en était l’histoire que le musée parisien a en commun avec Oman, par le biais de l’Amiral François‑Edmond Pâris, auteur d’un « essai » de référence sur la construction navale des peuples non‑européens, dont l’arrière‑petit‑fils fut l’un des responsables du musée.

Quelques livres manuscrits en arabe, ainsi que du matériel épigraphié (monnaies), des instruments de navigation, et des cartes étaient exposés. Un catalogue, rédigé en anglais, trad. en français et en arabe, est disponible. Reproductions de manuscrits aux p. 47, 48, 69, et 132‑3.

28‑29 novembre 2013. Université de la Sorbonne, Bibliothèque nationale de France, Paris. Communication de Bernard O’Kane sur un manuscrit de la Bibliothèque du Roi Faysal, Riyad

Bernard O’Kane (Université américaine du Caire/AUC) a donné une communication sur le ms. inv. 2536 de la Bibliothèque du Roi Faysal, à Riyad, dans le cadre des journées organisées par Eloïse Brac de la Perrière (U. la Sorbonne) et Annie Vernay‑Nouri (BnF), intitulées : « Projet Kalila et Dimna. Rencontre à mi‑parcours ». Ces journées étaient divisées en deux parties : « Les manuscrits illustrés de Kalila et Dimna avant les Ottomans » et « Études de cas ».

Nouvelles internationales

2013. Parution des numéros 4/1 et 4/2 (2013) du Journal of Islamic Manuscripts

Le Journal of Islamic Manuscripts, E. J. Brill/The Islamic Manuscript Association, qui fait une grande place à la codicologie, entre dans sa quatrième année d’existence.

Automne 2013. Parution du tome II du Supplément persan, Bibliothèque nationale de France

Parmi les publications importantes de la fin de 2013, signalons la sortie, dans la Series Catalogorum (ISSN 2282‑1503) coéditée par l’Istituto per l’Oriente C. A. Nallino, Naples, et l’UMR 7528 « Mondes iranien et indien », CNRS, Paris, du monumental tome II (en deux volumes) du Catalogue des manuscrits persans de la Bibliothèque nationale de France, par Francis Richard. Ce tome II, richement illustré en noir‑et‑blanc et couleur, est consacré aux manuscrits Supplément persan 1 à 1000. Longtemps attendu, il constitue la suite du tome I (Manuscrits persans de la BnF. Ancien fonds), du même auteur, paru en 1987.

  • Francis Richard, Catalogue des manuscrits persans, Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Tome II : Supplément persan, vol. 1 : Première partie, 1‑524 ; vol. 2 : Deuxième partie, 525‑1000. Series Catalogorum, V/1‑2. Istituto per l’Oriente C.A. Nallino & UMR 7528 « Mondes iranien et indien ». Rome 2013. 2 volumes (en numérotation continue) : 1‑702, figs. 1‑106, planches couleur I‑XIV, introduction, bibliographie ; 703‑1430, figs. 107‑170, planches couleur XV‑XXVIII, indices. ISBN (l’ensemble des deux volumes) : 978‑88‑97622‑18‑5. ISSN 2282‑1503.
    Diffusion : Libreria ASEQ, via dei Sediari 10, 00186 Rome (Italie). Email : info@aseq.it 
    www.aseq.it.
    Series Catalogorum : http://www.iran‑inde.cnrs.fr/spip.php?article204&lang=fr.

26‑27 novembre 2013. Fondation Furqān, Londres. Sixième conférence sur l’édition de textes manuscrits islamiques

Al‑Furqān Islamic Foundation Heritage, qui fêtait cette année ses 25 ans au service du patrimoine écrit en Islam (voir : http://www.youtube.com/watch?v=FY3‑GVAc_5o&feature=em‑share_video_user), accueillait des participants venus du monde arabe pour la sixième conférence de sa série sur l’édition de textes manuscrits islamiques. La notion d’édition critique était centrale.

18 décembre 2013. Lexington, Etats‑Unis. Décès d’Abdelhamid Ibrahim Sabra (1924‑2013)

Abdelhamid Ibrahim (« Bashi ») Sabra, Professeur émérite d’Histoire de la science arabe à l’Université de Harvard est mort le 18 décembre à Lexington, dans le Massachusetts (Etats‑Unis), après une longue maladie. Il était né en 1924 dans une famille modeste de la ville égyptienne de Tanta. Les CMY retiendront son édition critique du Kitāb al‑Manāẓir d’Ibn al‑Ḥayṯām (optique), accompagnée d’une traduction anglaise et d’un commentaire.

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • OpenEdition Journals