Skip to navigation – Site map
Actualités

Actualités, n° 18, juillet 2014

Anne Regourd, Noha Sadek and Éric Vallet

Outline

Top of page

Une nouvelle rubrique, philologique, de périodicité variable, « Fenêtre sur », est désormais consacrée par les Chroniques du manuscrit au Yémen aux disciplines historiques dont la méthodologie est proche de la paléographie et de l’édition de textes, au travers de nouvelles ou de contributions sur la péninsule Arabique. Elle est inaugurée avec une nouvelle retentissante, celle de la découverte, début août, au Sud de l’Arabie saoudite, près du Yémen, d’une inscription en nabatéo-arabe (voir à la rubrique). Bien que légèrement en dehors de la période couverte par le numéro 18 des CmY, il a paru opportun d’inaugurer de la sorte cette rubrique naissante.

Le mandat de Stephen Steinbeiser à la direction de l’American Institute for Yemeni Studies (AIYS), Sanaa (Country Director), prend fin. Jusqu’à son terme, Stephen et son épouse Katherine seront resté basés à Sanaa, dans les locaux de l’AIYS.

L’activité de l’Institut américain de recherches s’était concentrée cette année sur l’archéologie et la restauration de monuments, des conférences ont été organisées. La coopération avec S. Steinbeiser, sollicité pour des actions communes (CEFAS et Services culturels allemands) ou ponctuelles sur les manuscrits du Yémen a été excellente.

Deux panels, récemment organisés par ses soins, prolongent son action, l’un, pour le World Congress for Middle East Studies (WOCMES), qui aura lieu les 18-22 August 2014, à Ankara ; l’autre, intitulé : « Yemen’s Cultural Crisis: Catastrophe or Opportunity? », pour la prochaine rencontre de la Middle Eastern Studies Association (MESA), les 22-25 novembre 2014, à Washington DC.

Les actualités de la péninsule Arabique des CMY 18 ont été réalisées avec la contribution efficace, précieuse et pointue d’Olga Andriyanova (doctorante à l’IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La direction des CmY

Obituaire 
Renato Traini (1923-2014)

Renato Traini s’est éteint le 27 juin 2014, à Rome. Né le 16 août 1923, à Mezzoldo, près de Bergame, ses qualités d’arabisant et de philologue sont peu à peu appréciées. C’est à lui qu’est confié, à titre posthume, le soin de compiler les notes du grand orientaliste Carlo Alfonso Nallino (m. 1939), de l’Istituto per l’Oriente, Rome, aux côtés de sa fille, Maria Nallino, pour la publication d’un important dictionnaire arabe-italien (bibliographie, 1966, plusieurs réimp.). Il faisait partie du comité scientifique de la revue Oriente Moderno, publiée par l’Istituto per l’Oriente, désormais Istituto per l’Oriente C.A. Nallino (IPOCAN). La revue est dirigée jusqu’à sa mort par son créateur, en 1921, Nallino lui-même. Conservateur du Fonds Caetani, R. Traini était devenu correspondant de l’Accademia Nazionale dei Lincei, à Rome, pour la philologie et la linguistique. Il était au Département d’études orientales de l’Université de Rome « La Sapienza » depuis 1982, l’année de sa fondation.
C’est tout d’abord comme catalogueur qu’il a marqué les études sur les manuscrits du Yémen. Lorsqu’Oscar Löfgren (1898-1992) reprend l’œuvre d’Eugenio Griffini (1878-1925) avec l’idée de réaliser enfin un catalogue complet du fonds arabe de la Bibliothèque Ambrosiane, à Milan (http://www.ambrosiana.eu/jsp/index.jsp), riche de la « collection Caprotti » (Giuseppe Caprotti, 1869-1919) de manuscrits acquis au Yémen, et après le bref passage de Ṣalāḥ al-Dīn al-Munaǧǧid, Ligue arabe, Le Caire, qui publie une sélection de manuscrits dans son Fihris al-maḫṭūṭāt al-‘arabiyya fī al-Ambroziyānā bi-Mīlānū, Le Caire, Ma‘had al-maḫṭūṭāt, 1960, il apparaît comme le collaborateur désigné : il est joint au projet en 1972.
Outre ses compétences d’arabisant et de philologue bien établies, dans la continuité de la méthode de Levi Della Vida, R. Traini s’était en effet déjà illustré comme catalogueur (Fondation Caetani, bibliog. 1967), mais aussi par son souci de réaliser une revue des bibliothèques, qui, en Italie, contenaient des manuscrits arabes (bibliog. 1971, action poursuivie au-delà du catalogage à l’Ambrosiane, en 1973 et 1983). En 1971, il ne dénombre pas moins de 249 bibliothèques italiennes possédant des codex arabes. Cependant, réaliser un inventaire minimal (auteur, titre, date et localisation) de l’ensemble des manuscrits arabe d’Italie, s’appuyant sur les catalogues existant, se heurtait à diverses difficultés. Le catalogage de l’Ambrosiane venait donc à point pour ajouter une pierre à l’édifice.
Le fonds Caetani contenait déjà quelques manuscrits du Yémen. Mais c’est au travers de sa collaboration à l’Onomasticon arabicon, un projet de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS, Paris), qu’il poursuit l’acquisition des connaissances nécessaires à l’abord des manuscrits de cette aire historique, culturelle, sociologique et sociale particulière du monde arabe (bibliog. 1975, 1977).
À la mort d’Oscar Löfgren, survenue en 1992 (voir l’hommage qu’il lui rend en 1993), trois volumes de catalogue ont déjà vu le jour. R. Traini poursuit désormais seul l’immense œuvre, à l’Ambrosiane : le quatrième volume est publié en 2011.
Mais R. Traini a aussi marqué les études yéménites par l’édition de textes (bibliog. 2005).
Je n’aurai finalement jamais rencontré Renato Traini. Notre échange fut d’abord épistolaire. J’ai reçu des courriers de plusieurs feuillets, couverts d’une écriture fine, digne d’un lettré du xixe s., dans un français parfait. C’est après être parti à la retraite qu’il s’est doté d’une adresse électronique. Les journées de Rome, en octobre 2003, dédiées au Yémen, avec un accent mis sur la période rassoulide, auraient dû permettre cette rencontre (bibliog. 2006). Elles m’auront en tous les cas donné l’occasion d’entendre sa voix au téléphone. Les colonnes des Chroniques du manuscrit au Yémen ont plus d’une fois vibré de son nom.
Pour les CMY, in memoriam, Anne Regourd.
Nos remerciements vont à Arianna D’Ottone (Université de Rome « La Sapienza ») pour les quelques précisions très utiles qu’elle nous a fournies.

Bibliographie (sélection)

  • Maria Nallino & R. Traini (compilé par), Vocabolario arabo-italiano, Rome, Pub. Istituto per l'Oriente Carlo Alfonso Nallino (IPOCAN). « Orientalistica e filologia orientale » 60, 1966, vol. I (alif-tā’) ; R. Traini, idem, 62, 1969, vol. II (ẓā’-fā’) ; R. Traini, idem, no. (non connu), 1973, vol. III (qāf-yā’) ; 1993, vol. unique [réimp. 2004, 2012]. ISSN 2282-815X.

  • I manoscritti arabi di recente accessione della fondazione Caetani/Catalogo di, Rome, Academia nazionale dei Lincei, « Indici e sussidi bibliografici della biblioteca » 6, 1967, XVI-I47-6 p.

  • « I fondi di manoscritti arabi in Italia », dans : Gli studi sul Vicino Oriente in Italia dal 1921 al 1970. vol. II. L’Oriente islamico, Rome, Istituto per l’Oriente, 1971, p. 221-276.

  • « I manoscritti arabi esistenti nelle biblioteche di Pavia (Collezione Robecchi-Bricchetti) », dans : Atti della Accademia Nazionale dei Lincei. Rendiconti. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, s. 8a, XXVIII, 1973, p. 841-865.

  • « Considerazioni preliminari allo studio dei manoscritti arabi », Sussidi didattici, Istituto per l’Oriente-CNR, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes-CNRS, Rome, CNR, « Onomasticon Arabicon », 1, 1975, p. 2-13. (Communicationd donnéed dans un séminaire à l’Istituto per l’Oriente par Renato Traini, Georges Vajda, Roberto Rubinacci... et al., les 8, 27 e 28 novembre 1974). 

  • Oscar Löfgren & R. Traini, Catalogue of the Arabic manuscripts in the Biblioteca Ambrosiana. Vicence, Neri Pozza, 1975. vol. 1. Antico fondo and medio fondo, XXX, p. 255, 16 pl. (Fontes Ambrosiani, LI) ; vol. 2. Nuovo fondo : series A-D (Nos. 1-830), XXIX, p. 455, 16 pl. (Fontes Ambrosiani, LXVI).

  • Sources biographiques des Zaidites, Années 122-1200 H, lettres alif-hā’, Paris, Centre national de la recherche scientifique, « Bibliographies, colloques, travaux préparatoires. Onomasticon arabicum », 1977, 1 vol. , XXXIX-396 p. ISBN : 2-222-02095-6.

  • « Il manoscritto : situazione catalografica e proposta d’una organizzazione della documentazione e delle informazioni », dans : Maria Cecilia Cuturi (éd.), Atti del Seminario di Roma, 11-12 giugno 1980, Rome, Istituto Centrale per il Catalogo Unico delle Biblioteche Italiane e per le Informazioni Bibliografiche, 1981, p. 38-49.

  • R. Traini (éd.), Studi in onore di Francesco Gabrieli per il suo ottantesimo compleanno, Rome, Université de Rome « La Sapienza », Département d’études orientales, 1984, 2 vols., xix-850 p., ill., quelques contributions sur les manuscrits.

  • « Un trattatello di galateo di etica conviviale : le Fawā’id al-mawā’id di al-Ǧazzār », dans : R. Traini (éd.), Studi in onore di Francesco Gabrieli nel suo ottantesimo compleanno, Rome, Université de Rome « La Sapienza », Département d’études orientales, 1984, vol. II, p. 783-806.

  • « Un Caso singolare di ġarīb al-luġa (dal ms. Ambrosiana àrabo H 94) », dans : On both sides of Al-Mandab : Ethiopian, South-Arabic and Islamic Studies presented to Oscar Löfgren on his ninetieth birthday 13 May 1988 by colleagues and friends, Swedish Research Institute in Istanbul Transactions, vol. 2, s.l., s.n., s.d., p. 123-148+ill.

  • « Ricordo di Oscar Löfgren », Rivista degli studi orientali, LXVII (1993), p. 189-195.

  • Oscar Löfgren & R. Trani, Catalogue of the Arabic manuscripts in the Biblioteca Ambrosiana. Vicence, Neri Pozza, 1995. vol. 3. Nuovo fondo : series E (Nos. 831-1295), XXX, p. 253, 16 pl. (Fontes Ambrosiani, n.s., 2).

  • Uno « specchio per principi » yemenita : la Nuzhat aẓ-ẓurafā’ wa-tuḥfat al-ḫulafā’ del sultano Rasūlide al-Malik al-Afḍal (m. 778/1377). Ed. critica del testo arabo, con versione italiana annotata, Rome, « Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, Memorie », IX, vol. XIX, fasc. 2, 2005, p. 227-341. ISBN 88-218-0930-7.

  • R. Traini (éd.), Convegno Storia e cultura dello Yemen in età islamica con particolare riferimento al periodo rasûlide (Roma, 30-31 octobre 2003), Rome, Bardi, « Accademia nazionale dei Lincei, Fondazione Leone Caetani » 27, 2006, 218 p. ISBN 88-218-0948-X.

  • « Uno ‘Specchio per principi’ del sultano rasûlide al-Malik al-Afdal », dans : id. (éd.), Convegno Storia e cultura dello Yemen in età islamica con particolare riferimento al periodo rasûlide (Roma, 30-31 octobre 2003), Rome, Bardi, « Accademia nazionale dei Lincei, Fondazione Leone Caetani » 27, 2006, p. 133-160.

  • R. Traini, Catalogue of the Arabic manuscripts in the Biblioteca Ambrosiana, Milan, Silvana editorial, « Fontes Ambrosiani, Nuova Serie » IV), 2011. vol. IV : Nuovo fondo, series F-H (N° 1296-1778), XXIII-385 p., ill.

Codicologie, catalogage, papiers, numérisation, calligraphie, histoire et transmission des textes

Février 2014. Berlin, Research Unit Intellectual History of the Islamicate World. Position au « Human Web »

En février 2014, Daniel Kinitz a été nommé coordinateur du projet « Human Web » (The Digital Bab al-Yemen), dont l’objectif est de rendre accessible tous les manuscrits du Yémen par le biais d’un seul portail sur le net.

Daniel Kinitz a fait des études d’arabe et de journalisme à l’Université de Leipzig, où il a récemment soutenu sa thèse de doctorat, intitulée : « Die andere Seite des Islam. Säkularismus-Diskurs und Islamischer Denker im modernen Ägypten » [L’autre face de l’Islam. Discours séculiers et penseurs islamiques en Egypte moderne]. Après Leipzig, il a poursuivi sa formation au Kuweit et à Damas. Il a participé à différent projets sur et dans le monde arabo-musulman, parmi lesquels on notera un poste d’assistant à l’Université d’al-Azhar au Caire et de coordinateur d’un projet manuscrit dans la région d’Aceh (Nord de Sumatra, Indonésie).

  • Voir e-newsletter 23, Research Unit Intellectual History of the Islamicate World, http://www.ihiw.de/w/.

18-20 mars 2014. Addis Ababa. Colloque international CFEE, SCAC, IES, IIC. Communication d’Anne Regourd, étude comparée des papiers de manuscrits du Yémen et d’Éthiopie

Une Conférence internationale, organisée conjointement par le Centre français d’études éthiopiennes (CFEE), les Services culturels français de l’Ambassade de France à Addis Ababa, l’Institut d’études éthiopiennes (IES, Université d’Addis Ababa), et l’Istituto Italiano di Cultura, intitulée « Manuscrits musulmans de la Corne de l’Afrique/Islamic manuscripts of the Horn of Africa », a eu lieu dans la capitale éthiopienne du 18 au 20 mars 2014. Interdisciplinaire, elle abritait aussi une après-midi consacrée aux manuscrits de Tombouctou, faisant écho à une exposition de photos d’une sélection variée de ces manuscrits à l’Alliance française.

Les communications ont souligné régulièrement les liens et échanges avec les lettrés du Yémen, touchant diverses régions d’Éthiopie. La comparaison d’un matériel rassemblé en Éthiopie (mission du CFEE) avec du matériel réuni au Yémen (Programme de sauvegarde des manuscrits de bibliothèques privées de Zabid, CEFAS) était au centre de la contribution d’Anne Regourd (CNRS, UMR 7192), intitulée « Paper studies : comparison of the papers of Ethiopian Islamic manuscripts (Hararī) with those of Yemeni manuscripts from the 17th to the 20th c. ».

26 avril 2014. Sanaa, Université de Sanaa. Inauguration de l’exposition « Calligraphie et ornement dans l’Islam »

Le 26 avril a eu lieu l’inauguration d’une exposition de reproductions photographiques de manuscrits arabes de Dar al-makhtutat et de la Bibliothèque nationale de France en présence de Franck Gellet, ambassadeur de France au Yémen, et du Vice-recteur de l’Université de Sanaa pour les Affaires académiques. Organisée conjointement par le ministère de la Culture du Yémen, l’Ambassade de France et l’Institut français à Sanaa, il est prévu qu’elle reste en place durant un mois à compter de son inauguration. F. Gellet a expliqué qu’une précédente exposition, qui a pris place à la Bibliothèque nationale de France en 2011, a inspiré celle-ci, dont les préparatifs ont commencé dès 2012.

Printemps 2014. Parution de Cornelius Berthold, « The Leipzig Manuscript of the Kitāb al-Zīna by the Ismaili Author Abū Ḥātim al-Rāzī (d. 322/933–934)”, Journal of Islamic Manuscript 5/1 (2014), p. 19-42

Partant de la découverte dans les années 2000 de fragments manuscrits du début du ive/xe s. appartenant au Kitāb al-Zīna de l’auteur ismaélien Abū Ḥātim al-Rāzī (m. 322/933–934), contenus dans une collection (maǧmū‘) de la Bibliothèque de l’Université de Leipzig (ms. Bib. Univ. Leipzig or. 377, cf. Verena Klemm, « Obvious and obscure contexts. The Leipzig Manuscript of the Kitāb al-Zīna by Abū Ḥātim al-Rāzī (d. 322/934) », Journal of Semitic Studies, Sup. 26, 2009, p. 55-67), qui nous livrent le plus ancien état du texte connu, Cornelius Berthold fait une revue de l’ensemble des manuscrits identifiés à ce jour et des éditions de cette encyclopédie à l’accès difficile, un passage obligé étant donné les questions que soulève l’objet d’un point de vue codicologique. Différents manuscrits de la Grande mosquée de Sanaa sont passés en revue (n° 8, 9, 10), ainsi que, pour d’autres, la question du lieu de leur production ou de l’origine des scribes, jugés yéménites par de précédentes études. L’effort de reconstitution généalogique, à saluer, demeure encore délicat pour une œuvre qui ne laisse pas facilement percer ses secrets.

« Fenêtre sur… »

Août 2014. Découverte épigraphique majeure au nord de Najran

Frédéric Imbert, Université Aix-Marseille/CNRS, IREMAM, a découvert dans la zone des puits de Hima, à une centaine de kilomètres au nord de Najran, en Arabie saoudite, à proximité du Yémen, ce qui semble être la plus ancienne inscription en alphabet arabe connue à ce jour : il s’agit en effet d’une écriture intermédiaire entre le nabatéen et l'arabe, le nabatéo-arabe, livrant l’un des premiers états de l'écriture arabe. Cette écriture n’est que peu attestée encore et l’est pour des zones différentes ; cette découverte apporte de surcroît un élément capital, d’un point de vue paléographique, puisqu’elle est datée, des alentours de 469-470 de notre ère. Autre point à creuser, la présence de nombreux graffiti au même endroit.

Agrégé d'arabe, F. Imbert est spécialiste d’épigraphie arabe et des graffiti du début de l’Islam au Proche Orient (viie-ixe s.).

La nouvelle a été immédiatement relayée par les réseaux sociaux et les médias :

Éditions de textes

Fin décembre 2013. Contribution de Mohammad A. Jazim au volume « Documents et Histoire », I

Mohammad ‘Abd al-Rahim Jazim (CEFAS) présente les grandes lignes d’un traité administratif et fiscal, composé au Yémen au tournant des viie-viiie/xiiie-xive s., dans un article intitulé : « Un manuscrit administratif et fiscal du Yémen rassoulide : l’Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya », paru dans : Anne Regourd (éd.), Documents & Histoire I, Islam, viie-xvie siècle, École pratique des hautes études, Sciences historiques et philologiques – II, coll. « Hautes études orientales – Moyen et Proche Orient », 5/51, Genève, Droz, 2013, ISBN 978-2-600-01371-0, p. 155-174 (1 carte + 2 ill. + tableaux en annexe). Il s’agit des Actes des Journées d’étude internationales sponsorisées par l’École pratique des hautes études, IVe section, et le musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, qui se sont déroulées à Paris, les 16 et 17 mai 2008. Le texte de l’Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya est conservé dans un exemplaire manuscrit unique, édité par l’auteur en 2008, à Sanaa, CEFAS, Deutsches Archäologishes Institut, « La Bibliothèque yéménite » 2.

March 2014. Parution de Sabine Schmidtke & Gregor Schwarb, Jewish and Muslim reception(s) of Muslim Theology, « Intellectual History of the Islamicate World », 2/1-2 (2014), Leyde, Brill, 2014

Le projet du volume est d’illustrer la circulation des idées en contexte musulman, en partant du cas de la théologie musulmane (kalām), dont la terminologie, les concepts et les modes d’argumentation ont été empruntés, acclimatés, ou discutés par les théologiens juifs et chrétiens à partir du iiie/ixe s. La première section de l’ouvrage, « I. Jewish Reception(s) of Muslim Theology », compte plusieurs contributions sur des écrits mu‘tazilites. La transmission et l’apport des manuscrits zaydites est à ce titre évoquée par Jan Thiele, à la lumière du complément apporté par les manuscrits karaïtes de la collection Firkovitch, à St Petersburg.

22 mai 2014. Éric Vallet, « Arabia Scribenda : Written Culture and State Building in Medieval Yemen », conférence donnée à l’Institute for Social Anthropology, Académie autrichienne des sciences, Vienne

Cette conférence, présentée dans le cadre du projet FSB VISCOM, a permis de présenter le corpus des archives sultaniennes rassoulides dans toute leur complexité et d’analyser ce qu’il révèle des pratiques de l’écrit à l’œuvre au sein du sultanat du Yémen aux viie-viiie/xiiie-xive siècles et de la définition d’une véritable « coutume de l’État ». (É.Vallet).

Mai 2014. Paris, Berlin, Aix-en-Provence. Voyage d’étude de Mohammad A. Jazim

En mai 2014, Mohammed ‘Abd al-Rahim Jazim (CEFAS), historien spécialiste de la période rassoulide, était de passage à Paris (09-13/05/2014), Berlin (13-18/05/2014) et Aix-en-Provence, IREMAM (18-24/05/2014) pour un voyage d’étude.

L’objet en était la poursuite de son travail, d’une part, sur les waqf-s d’époque rassoulide (voir « Un nouveau corpus documentaire d’époque rasūlide : les actes de waqf de Ta‘izz », CMY 10 (juil. 2010) et le recueil systématique des toponymes apparaissant dans les waqfiyya-s avec Éric Vallet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) et, d’autre part, sur l’édition des Mémoires de ‘Abd al-Wahhāb Šaybān, secrétaire de l’imam Yaḥyā, sous la direction de Juliette Honvault (CNRS, IREMAM). M. ‘A. al-R. Jazim est responsable d’un projet sur les waqf-s d’époque rassoulide au CEFAS.

June 2014. Berlin-Princeton. Nomination de Sabine Schmidtke et de Hassan Farhang Ansari, Institute for Advanced Study

Sabine Schmidtke, directrice de l’unité de recherche Intellectual History of the Islamicate World (IHIW), Université libre de Berlin, et Hassan Farhang Ansari, membre de l’IHIW, ont été nommés en juin à l’Institute for Advanced Study, The School of Historical Studies, Princeton (EU).

Juin 2014. Daniel Martin Varisco « Pars Pro Toto Observation: Historical Anthropology in the Textual Field of Rasulid Yemen », History and Anthropology, 2014

Dans cet important article méthodologique, Daniel Martin Varisco revient sur sa double trajectoire d’anthropologue des pratiques culturales yéménites, appuyée sur un travail de terrain entamé à partir de la fin des année 1970, et de spécialiste des textes agronomiques et agricoles d’époque rassoulide, marquée par la publication de plusieurs almanachs et traités inédits depuis le fameux almanach du sultan al-Ashraf ‘Umar (m. 696/1296) (D. M. Varisco, Medieval Agriculture and Islamic Science. The Almanac of a Yemeni Sultan, Seattle et Londres, University of Washington Press, 1994) jusqu’à l’édition en cours du Milḥ al-milāḥa du même sultan (voir CMY 9, déc. 2009). L’auteur donne des exemples concrets où données textuelles et observations de terrain viennent s’enrichir mutuellement. Il affirme ainsi que la distinction entre les disciplines historiques et anthropologiques s’avère moins importante que celle qui passe entre une démarche visant à s’approcher de la réalité par le recours à des méthodes diverses et une démarche cherchant plutôt à la recréer de manière dogmatique. (É.Vallet)

2014. Zacharie Mochtari de Pierrepont, « Aḥmad Ibn ‘Ujayl and Bayt al-Faqīh: the birth of a sacred site », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 44, 2014, p. 299-316

Cette contribution analyse la constitution d’une importante figure de sainteté en Tihāma, Aḥmad Ibn ‘Ujayl (m. 691/1291), autour de la tombe duquel s’est développé à partir de la fin du viie/xiiie siècle le bourg connu actuellement sous le nom de Bayt al-Faqīh. L’auteur y détaille notamment les différentes « strates » textuelles qui sont venues progressivement enrichir la représentation de ce saint dans la littérature biographique et hagiographique yéménite, depuis les Sulūk d’al-Janadī (m. 731/1331) jusqu’aux Ṭabaqāt al-khawāṣṣ d’al-Sharjī (m. 893/1488). Il étudie également les stratégies de constitution d’un lignage sacré et d’établissement d’une assise territoriale, en soulignant ses relations ambiguës avec l’État rassoulide contemporain. (É.Vallet)

Nouvelles de la péninsule arabique

Oman. Activités de l’Organisation des Archives Nationales du Sultanat d’Oman

Depuis sa fondation en 2007, l’Organisation des Archives Nationales du Sultanat d’Oman (Hay’at al-watā’iq wa-al-maḥfūẓât al-waṭaniyya / National Records and Archives Authority) a connu des progrès fulgurants aussi bien dans son travail d’échanges et de collaboration avec les centres d’archives étrangers que dans le domaine de la collecte et de la numérisation des documents manuscrits à l’intérieur du Sultanat. Les derniers mois ont été marqués par un certain nombre d’activités destinées à promouvoir la connaissance de l’histoire du pays et de la richesse de son héritage manuscrit, essentielle à la préservation et à l’étude de la culture omanaise.

17–22 novembre 2013. Oman, Mascate. Quatrième exposition documentaire « Oman, culture et histoire héritée »

La quatrième exposition documentaire « Oman, culture et histoire héritée » a eu lieu dans les locaux de l’Association omanaise pour les arts plastiques à al-Qurm (Mascate). Cinq cents documents et photos ainsi que des cartes anciennes, des monnaies et des timbres ont été exposés suivant un parcours thématique, dont : Imams et Sultans, Oman et le monde, documents privés, monnaies et timbres, livres manuscrits anciens, système d’administration des archives, restauration, histoire orale.

5–10 mai 2014. Oman, al-Buraymī. Colloque et exposition documentaire « Al-Buraymī dans la mémoire historique omanaise »

Le colloque « Al-Buraymī dans la mémoire historique omanaise » et l’exposition documentaire l’accompagnant (locaux du Ministère de l’Education, al-Buraymī) avaient pour ambition de développer l’intérêt envers l’histoire locale de la région.

Dans l’espace d’exposition, ont été présentés des livres manuscrits anciens, ainsi que des documents manuscrits originaux et des copies, notamment des copies de documents privés, enregistrés et numérisés par l’Organisation des Archives Nationales, mais dont les originaux demeurent chez leurs propriétaires. Des spécialistes des Archives étaient présents afin d’éclairer le contenu des documents et évoquer leur collecte et leur préservation. Les particuliers pouvaient déposer sur place une demande d’enregistrement de leurs archives privées auprès de l’Organisation des Archives Nationales.

Les contributions au colloque ont principalement porté sur l’histoire d’al-Buraymī à différentes époques (al-Buraymī dans les relations omanaises-saoudiennes de 1800 à 1955 ; al-Buraymī avant l’Islam et dans les premiers siècles de l’Islam). Deux communications ont été consacrées aux systèmes contemporains d’archivage et ont souligné l’importance des archives privées pour l’enrichissement de la base documentaire nécessaire à l’accomplissement de recherches historiques sur le Sultanat.

20–27 mai 2014. Oman, al-Rustāq. Colloque et exposition « Les documents privés et leur importance pour la mémoire nationale »

Le colloque « Les documents privés et leur importance pour la mémoire nationale », accompagné d’une exposition ont eu lieu à la Faculté des Sciences appliquées d’al-Rustāq. Trois communications présentées par des spécialistes travaillant aux Archives Nationales ont traité de l’importance des archives privées pour la préservation de la mémoire nationale et l’étude des différents aspects de l’histoire du pays, de la création du système de gestion des archives dans les organisations publiques, et, enfin, de l’archivage des documents électroniques.

(O.Andriyanova)

5 décembre 2013. Djedda. Soutenance de la thèse de doctorat de Philippe Pétriat, Les grandes familles marchandes hadramies de Djedda, 1850-1950, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pierre Vermeren.

Ce travail novateur donne un éclairage sur le rôle et les stratégies familiales des grandes lignées marchandes de Djedda en un siècle de bouleversements économiques et politiques. Outre la documentation diplomatique occidentale, il s’appuie en particulier sur d’importantes archives privées consultées par l’auteur au cours de ses séjours dans la cité portuaire, dont quelques specimen sont reproduits et édités en annexe du volume. (É.Vallet)

Février 2014. Oman, Afrique orientale. Parution de Wafīq Kīlīnī (dir.), Al-‘alāqāt al-tārīḫiyya bayna salṭanat ‘Umān wa-šarq Afrīqiyā fī-al-‘ahd al-būsa‘īdī : niẓām al-waqf wa-al-waṣāyā bi-Zanğibār unmūdağan. I : 1882 – 1938 ; II : 1939 – 1956

Mascate, Hay’at al-watā’iq wa-al-maḥfūẓāt al-waṭaniyya, 2014 (« Silsilat al-buḥūt wa-al-dirāsāt fī al-watā’iq al-waṭaniyya wa-al-duwaliyya », 2, 3), 2 vols. ISBN : 978-99969-0-221-5.

Cette publication portant sur les relations historiques entre le Sultanat d’Oman et l’Afrique orientale à l’époque des Āl Bū Sa‘īd à travers l’exemple du système du waqf et des testaments à Zanzibar, s’inscrit dans la série des publications documentaires intitulée : Silsilat al-buḥūt wa-al-dirāsāt fī al-watā’iq al-waṭaniyya wa-al-duwaliyya, créée par les Archives nationales du Sultanat d’Oman en 2012, dans le but de mettre à la disposition des chercheurs une partie de ses collections et de leur donner un outil de travail pour l’étude de l’histoire omanaise et les recherches comparées.

Parmi les milliers de testaments conservés par les Archives, 282 documents ont été sélectionnés en fonction de leur contenu : tous comportent des dispositions concernant les donations pieuses (waqfiyya) et éclairent le poids de la culture omanaise dans la vie sociale et économique en Afrique de l’Est et, notamment, à Zanzibar de 1882 à 1956.

Les documents sont édités de manière à répondre à des normes scientifiques (vocalisation du texte, numérotation des lignes, correction des fautes) et une partie d’entre eux (134 sur 282) sont traduits en anglais. Les documents sont accompagnés de commentaires (explication de certains mots, information sur les toponymes et les personnes mentionnées). L’édition des documents est précédée par une introduction générale mettant en lumière les relations entre Oman et l’Afrique de l’Est, ainsi que l’importance du waqf dans la vie sociale, économique et culturelle de ces régions. (O.Andriyanova)

7-15 février 2014. Riyad. Arabie Saoudite. Séjour de recherche de Gianluca Saitta au King Faisal Center for Research and Islamic Studies (KFCRIS)

Dans le cadre de sa recherche doctorale portant sur l’essor du genre maqāma au Yémen, Gianluca Saitta (INALCO) a effectué un séjour de recherche du 7 au 15 février 2014 au King Faysal Center for Research and Islamic Studies (KFCRIS), à Riyad, dans le but de consulter des manuscrits de maqāmāt yéménites. Quinze manuscrits directement liés à sa recherche avaient en effet été identifiés sur le catalogue en ligne du KFCRIS (voir CMY 17, janv. 2014), « Notices de manuscrits de maqāmāt yéménites de la période postclassique », 1ere partie), sélection que les autorités compétentes avaient validée pour une consultation sur place.

Aucun des quinze manuscrits (ou copies de manuscrit) demandé n’est en réalité conservé au KFCRIS, le catalogue en ligne du Centre consistant en de simples références bibliographiques renvoyant à des manuscrits conservés dans des bibliothèques du monde entier. La politique du Centre est de constituer, à long terme, une base de données incluant les manuscrits arabes du monde entier, la distinction entre les manuscrits simplement enregistrés et ceux réellement possédés par le Centre n’étant pas explicite sur le catalogue en ligne.

Gianluca Saitta a en fin de compte procédé à l’identification des manuscrits de maqāmāt de sa sélection par recoupement avec sa propre base de données (voir le détail dans la 2e partie de son article, CMY 18, juil. 2014).

5 juin 2014. Océan Indien, Arabie. Colloque Commerce et croyances dans l’océan Indien xve-xviiie siècles, Paris, Collège de France. Communication d’Éric Vallet, « À l’ombre des saints. Commerce et baraka en Arabie xiiie-xvie siècle »

Le saint, comme le marchand, sont des personnages familiers de l’Arabie des viie-xe/xiiie-xvie siècles, dans une contiguïté que révèlent, au cours de cette période. À partir de nombreuses sources hagiographiques et biographiques yéménites et hijazies, pour certaines inédites, cette communication met en lumière les trois phénomènes de commercialisation, de connection et de sanctification dont l’interaction modifia profondément le visage de l’Arabie à la fin du Moyen Âge. (É.Vallet)

Mai-juillet 2014. Paris, musée du Louvre. Exposition Louvre Abu Dhabi

L’exposition « Naissance d’un musée – Louvre Abu Dhabi » en place au musée du Louvre, à Paris, de mai à juillet 2014, réunit quelques 150 œuvres de provenance et d’époques diverses, fidèle à son propos qui est de faire dialoguer les cultures et résonner les traits universels dans les œuvres d’art plutôt que leurs spécificités.

Parmi les objets exposés, on note quelques manuscrits dont une section (ǧūz’), sourate 78 à 114, d’un Coran enluminé, probablement produit en Syrie dans la deuxième moitié du xiiie s. Des indications de lecture et des commentaires apparaissent dans les marges. Une animation complète l’approche de l’œuvre.

Une série de miniatures d’origine persane et indienne, datées de la seconde moitié du xvie s. au xixe s., sont ensuite disposées dans plusieurs vitrines.

Des manuscrits en langues turque-ottomane et arabe apparaissent dans quelques peintures, tel ce « Portrait en pied du Comte Confiz Anton Ulfeld dans un intérieur ottoman », par le peintre Jean-Étienne Liotard (Genève, 1702-1789), qui tient à la main un firman. Plus intéressant encore est le tableau d’Osman Hamdi Bey (Istanbul, 1842-1910), qui met en scène un « Jeune Émir à l’étude », lisant un manuscrit dont la reliure à rabat décoré est parfaitement visible ; dans une niche du mur, reposent sur leur côté long, adossés obliquement au stuc, deux autres manuscrits, dont une indication servant à identifier le texte est manuscrite sur la tranche, trahissant un mode ordinaire de rangement des manuscrits au lieu et époque. Le tableau est à la date de 1878.

Un Album et un Catalogue en trois langues (français, arabe, anglais) sont disponibles. Autour de l’exposition, on note plusieurs programmes (concert, journée…).

22-23 avril 2014. Doha, Qatar. Musée d’Art islamique et Conférence sur la culture matérielle du livre arabe (Coran)

Le musée of Islamic Art, Qatar, dispose d’un site web qui donne accès à une lettre d’information (newsletter) sur les activités du musée, les collaborateurs et visiteurs. La lettre disponible en juillet fait état du passage de spécialistes du manuscrit, tel David Roxburgh, dont la collaboration est pressentie pour un certain nombre d’opérations.

Les 22 et 23 avril 2014, le musée accueillait une conférence sur le Coran historique selon une approche codicologique (« materiality of the historic Qur’an and its features »), intitulée : « The illumined Word, historic Qur’ans: codicology and conservation », couvrant une aire allant de l’Espagne à l’Asie du Sud-Est. Les contributions incluaient historiens de l’art et conservateurs. Le public visé allait des professionnels aux étudiants, des chercheurs aux institutions (bibliothèques, centre de restauration, etc.).

2014. La Mecque. Éric Vallet, « Panique à La Mecque. Écrire la fitna au temps des chérifs hasanides (début ixe/xve siècle) », dans Emmanuelle Tixier du Mesnil et Gilles Lecuppre (dir.), Désordres créateurs. L’invention politique à la faveur des troubles, Paris, Editions Kimé, 2014, p. 215-243

À partir de l'étude du chapitre 38 de l'ouvrage du savant mecquois al-Fāsī (m. 1429), Shifā’ al-gharām bi-akhbār al-balad al-ḥarām, consacré à l'histoire du hajj, cet article tente d'identifier les modes de représentation du pouvoir mecquois dans l’oeuvre d’al-Fāsī. Il suggère que le récit récurrent des fitnas qui déchirèrent la cité sainte au moment du pèlerinage était une manière de mieux en neutraliser les effets et les traces, à un moment où s’affirmait un nouveau pouvoir local fort, autour du chérif Ḥasan b. ‘Ajlān (m. 829/1426). (É.Vallet)

23 avril-17 août 2014. Paris, Institut du monde arabe. Exposition Hajj, le pèlerinage à La Mecque

Inspirée par une exposition du British Museum (Londres), intitulée : « Hajj: journey to the heart of Islam » (26 janv.–15 av. 2012), et en coopération avec la King Abdulaziz Public Library (Riyad, Arabie saoudite), l’Institut du monde arabe (Paris), accueillait à son tour l’exposition « Hajj, le pèlerinage à La Mecque ». Programmée jusqu’au 10 août, elle sera prolongée jusqu’au 17 août, devant l’intérêt rencontré.

De nombreux objets sont empruntés à la Khalili collection (Londres), quelques autres viennent d’Arabie saoudite ou sont de pays ou d’institutions diverses, certains ont été prêtés par des collectionneurs privés. Croisant différents types d’objets, mais faisant une place importante à l’écrit, dont aux textiles inscrits et aux manuscrits (livres et documents d’archives), elle les met en abîme avec des œuvres contemporaines. La variété de la culture matérielle dans les mondes musulmans, célébrant un même pilier de l’islam, apparaît clairement sur la durée (sauf pour l’Extrême Orient). Les codex manuscrits, du début de l’Islam jusqu’à (presque) nos jours, prennent toute leur dimension documentaire.

On notera, pour notre part, ces deux copies du Futūḥ al-Ḥaramayn de Muḥiyy al-Dīn Lārī (m. 1526), produites à La Mecque, l’une en 1595, montrant sur un feuillet trois maḥmal-s, venant du Yémen, de Syrie et d’Égypte, l’autre au xvie s., conservées à la Bibliothèque Chester Beatti (Dublin) ; un feuillet de Coran en écriture ḥiǧāzī ; un Coran du Yémen (xviiie s.) ; enfin, ce rouleau formé d’une série de papiers raboutés portant une carte de la mer Rouge et du golfe d’Aden, sur laquelle Djeddah apparaît, propriété de la Royal Geographic Society. Un catalogue en français et en arabe, ainsi qu’un dossier spécial de la revue al-Qantara, revue de l’IMA, sur l’histoire du Hajj, accompagnent l’exposition.

23-24 juin 2014. Université de Mascara, Algérie. Colloque « Le waqf et sa terminologie : entre pratiques sociales locales et normes de jurisprudence » / « Lexicography of Waqf-Habous Foundations »

Le colloque « Le waqf et sa terminologie : entre pratiques sociales locales et normes de jurisprudence »/« Lexicography of Waqf-Habous Foundations » a été organisé par le Laboratoire de Recherches Sociologiques et Historiques et la Faculté des SHS de l’Université de Mascara, Algérie (Dr. Ouddène Bougoufala, LRSH) en collaboration avec le Groupement de Recherche International « Waqfs dans le monde islamique 2012–2016 » (Prof. Randi Deguilhem, CNRS, TELEMME-MMSH, Université d’Aix-Marseille).

La longue évolution historique de l’institution des donations pieuses (awqāf), des particularités locales et des pratiques socio-culturelles rendent compte d’une diversité certaine de ce phénomène sociétal d’une région du monde musulman à l’autre, notamment dans tout ce qui concerne sa terminologie. Après l’inauguration officielle et la conférence d’ouverture par le Prof. Nacereddine Saidouni (Université d’Alger II) portant sur le ‘anā’ (type de contrat de location des biens waqf), les interventions ont été regroupées en 7 sessions thématiques et deux ateliers de doctorants : 1) la terminologie du waqf d’après les archives (en deux sessions) ; 2) la terminologie du waqf : droit et jurisprudence ; 3) le waqf à travers l’histoire ; 4) le waqf ibadite ; 5) le waqf et les sociétés modernes ; 6) une présentation du logiciel FileMakerPro et son usage pour la création d’une base de données terminologique autour du waqf ; 7) sources médiévales et modernes de waqf : présentation bibliographique ; 8) le waqf contemporain et l’enseignement / le waqf et la société civile. La majorité des contributions s’est appuyée sur l’étude d’ouvrages de jurisprudence et de documents juridiques provenant de différents centres d’archives (archives ottomanes d’Istanbul, de Syrie, de Palestine, archives d’Algérie, de Tunisie, archives coloniales françaises) et ont étudié les termes employés et leurs significations en vue de la création d’une base de données devant réunir les témoignages documentaires d’époques et de régions différentes et fournir un vrai outil de travail pour l’études des waqf-s. La publication d’Actes est prévue.

Dans une communication intitulée Le Waqf en Oman au xixe–début du xxe siècle : fiqh, terminologie, traces écrites des pratiques juridiques, Olga Andriyanova (doctorante à l’IMAf, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a présenté la documentation existant pour l’étude terminologique du waqf en Oman et sa spécificité. Une dizaine de documents manuscrits (waqfiyya-s, testaments à waqfiyya, pages de livres manuscrits omanais portant des témoignages sur les pratiques du waqf) et les grandes notions du fiqh ibadite appliqué au waqf ont été exposés. La communication a également mis en évidence l’omniprésence des waqf–s dans l’économie locale à l’époque pré-contemporaine et son importance pour le bon fonctionnement de la société. Un point a été fait sur la difficulté d’accès aux documents pour les chercheurs et sur le développement des études sur le waqf en Oman même. La communication sera publiée prochainement dans les Actes du colloque. (O.Andriyanova)

Golfe. Secrétariat général des centres de documents et d'études des pays du Conseil de coopération du Golfe. Bulletin d’information sur les archives, Watā’iq al-Ḫalīğ

Les activités des centres d'archives et de recherches de la péninsule Arabique sont recensées dans le bulletin d’information Watā’iq al-Ḫalīğ, publié par le Secrétariat général des centres de documents et d'études des pays du CCG (al-Amāna al-‘āmma li-marākiz al-watā’iq wa-al-dirāsāt bi-duwal maǧlis al-ta‘āwun). Cette structure encourage et publie les études sur les pays du Golfe, organise des conférences et des colloques, et assure la coordination de 15 centres d’archives et de recherches de la région, dont ceux du Yémen. Fondés en 2008, les Watā’iq al-Ḫalīğ comptent dix numéros, les deux derniers (10/2012 ; 05/2014) sont disponibles sur le site de Dārat al-Malik ‘Abd al-‘Azīz (King Abdulaziz Foundation for Research and Archives). (O.Andriyanova)

Oman. King Abdulaziz Foundation for Research and Archives. Articles récents de la revue Al-Dāra

La revue scientifique Al-Dāra est publiée par Dārat al-Malik ‘Abd al-‘Azīz (King Abdulaziz Foundation for Research and Archives). Quelques articles récents portant sur l’étude des documents manuscrits et facilement accessibles en ligne sont recensés ci-dessous :

  • Muḥammad b. ‘Alī al-Sakākir, « Ahammiyyat al-watā’iq al-‘ā’iliyya fī kitābat al-tārīḫ al-maḥallī : Burayda unmūdağan » [L’importance des archives familiales pour l’écriture de l’histoire locale à travers l’exemple de Burayda], Al-Dāra, 1432, Année 37/4, p. 61–123.
    Lien vers l'article en ligne (en langue arabe)

  • Ḫālid Ḥamūd al-Sa‘dūn, « Taḥqīq wa-dirāsa li-watīqat iğârat waqf bi-Ušayqir sanat 1123h / 1711m » [Edition et étude d’un document concernant la location d’un waqf à Ushayqir en 1123 de l’Hégire/1711], Al-Dāra, 1433, Année 38/3, p. 89-154.
    Lien vers l’article en ligne (en langue arabe)

  • Turkī b. Muṭlaq al-Qaddāḥ al-‘Utaybī, « Quḍāt al-Mūriqa fī minṭaqat Banī Sa‘d al-Ṭā’if ḫilāla al-qarnayn al-ḥādī ‘ašar wa-al-tānī ‘ašar al-hiğriyyayn (al-sābi‘ ‘ašar wa-al-tāmin ‘ašar al-mīlādiyyayn) » [Les juges de la tribu al-Mūriqa dans la région de Banī Sa‘d al-Ṭā’if aux xie et xiie s. de l’Hégire (xviie et xviiie s. de notre ère)], Al-Dāra, 1434, Année 39/3, p. 143-171.
    Lien vers l’article en ligne (en langue arabe)

  • Sa‘d b. Muammad Āl ‘Abd al-Laīf, « Al-awrāq al-mufrada fī-al-maktabāt al-aṭṭiyya al-maalliyya » [Les documents isolés dans les bibliothèques des manuscrits locales], Al-Dāra, 1434, Année 39/4, p. 195-233.
    Lien vers l’article en ligne (en langue arabe)

(O.Andriyanova)

Nouvelles internationales

Fin 2013. Afrique de l’Ouest. Parution de Mauro Nobili, Catalogue des manuscrits arabes du fonds de Gironcourt (Afrique de l’Ouest) de l’Institut de France, dans la collection de l’Istituto per l’Oriente C. A. Nallino et du CNRS, UMR « Mondes iranien et indien », les Series Catalogorum, n° VI, Rome, 2013, 370 p. ISBN 978-88-97622-15-4

Le catalogue est précédé d’une longue introduction sur l’histoire du fonds, la typologie des textes, la langue des manuscrits, principalement l’arabe, les aspects codicologiques généraux, l’expédition de Georges de Gironcourt en Afrique de l’Ouest, enfin, sur la méthode de description du fonds. Le catalogue est thématique, les codex manuscrits sont classés non par numéros d’inventaire mais sous 9 sujets, puis suit une section sur la correspondance et sur les recueils (sing. maǧmū‘). Il y a une numérotation des notices propre au Catalogue. De nombreux index clôturent l’ensemble. Des images noir et blanc illustrent les notices. Quelques planches hors pagination en couleur sont placées entre les pages 48 et 49.

3-10 avril 2014. Le Caire, Ma‘had al-makhtutat al-arabiyya. Jour du manuscrit arabe

À l’initiative du Ma‘had al-makhtutat al-arabiyya, Le Caire, un jour du manuscrit arabe a été lancé en collaboration avec Alexandrie, Riyad et Tripoli. Diverses manifestations sur ce thème (expositions, films, ateliers, activités éducatives pour les enfants...) ont eu lieu dans des lieux variés, au Caire et à Alexandrie, entre le 3 et le 10 avril 2014.

2014. Parution du numéro 5/1 (2014) du Journal of Islamic Manuscripts

Le premier fascicule 2014 du Journal of Islamic Manuscripts, E. J. Brill/The Islamic Manuscript Association, est paru (voir plus haut, l’article de Cornelius Berthold).

Obituaire 
Muhammad Saïd Saggar (Muqdadiya, 1934 - Paris, 2014)

Muhammad Saïd Saggar, installé à Paris depuis 1978, s’est éteint le 24 mars 2014. Une semaine avant son décès, le 15 mars, un hommage lui avait été rendu à l’Institut du monde arabe (IMA, Paris), organisé par et en présence de Fareed Yasseen, Ambassadeur de la République d’Irak en France, de Jack Lang, Président de l’IMA, et de Mona Khazindar, Directrice générale de l’IMA. Il n’aura pas fallu moins d’une après-midi pour saluer l’œuvre de M. S. Saggar, tout à la fois journaliste, homme de lettres, et surtout, calligraphe et créateur de l’alphabet Saggar au début des années 1970 (ou l’Alphabet arabe condensé). Cet alphabet connut très vite un usage informatique, il est aujourd’hui encore utilisées par Apple (commercialisé par Diwan software, http://www.diwan.com/Default.htm). Il fut aussi le premier calligraphe à reprendre la tradition en inventant de nouvelles calligraphies ; parmi elles, on citera : le iraqi, le basri, le koufi al-Khalis. La commémoration de l’IMA était intitulée : « Saggar : de Bagdad à Paris », résumant ainsi son parcours de réfugié politique.
Sa fille Raya Saggar-Watanabe a été chercheuse au CEFAS, Sanaa, de 1998 à 2000, où elle a eu recours à des manuscrits, notamment millénaristes, pour les besoins de sa recherche. Elle a aussi contribué à l’épigraphie de l’ouvrage dont elle est co-auteur : Bruce Palluck, Rayya Saggar, The al-Hasan bin al-Qâsim Mosque Complex : An architectural and historial overview of a seventeenth century mosque in Dûrân, Yemen. جامع الحسن بن القاسم في ضوران. Ensemble de la mosquée de Doran. Sauvegarde et relevé épigraphique et architectural (texte et commentaire en arabe, français et anglais), Sanaa, AIYS-CEFAS, 2002, 63 p., ISBN 978-1-88255-710-3 (épuisé). Doran est une ancienne capitale (Yémen) détruite par le tremblement de terre de 1982.

Calligraphie de Muhammad Saïd Saggar

Image 1000000000000191000000E340765BAB.jpg

Avec l’aimable autorisation de la famille Saggar, photo Mazen Saggar

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • OpenEdition Journals