Navigation – Plan du site

L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction progressive et interactive de la grammaire

Dominique Bassano

Résumés

Cet article présente une synthèse partielle de nos travaux sur l’acquisition du déterminant nominal par le jeune enfant français entre un et trois ans environ. L’objectif de ces recherches est d’étayer l’hypothèse fonctionnaliste d’une construction progressive de la grammaire, s’effectuant en interaction avec les autres composantes de la capacité langagière de l’enfant, et en interaction avec l’environnement. Nos études s’appuient sur l’analyse de données de production spontanées recueillies en situation naturelle d’interaction avec l’entourage. Trois séries d’analyses seront présentées ici comme arguments, concernant respectivement : la « gradualité » de l’acquisition du déterminant, le rôle des facteurs prosodiques et lexicaux dans ce processus, et finalement, le rôle de l’input.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié du soutien de l’Agence Nationale pour la Reserche (ANR-06-BLAN-0011).

Texte intégral

1. Introduction

1Dans de nombreuses langues, l’acquisition du déterminant nominal représente pour le jeune enfant un aspect central de l’élaboration de la grammaire. Le français est de ce point de vue prototypique : dans la langue orale adulte, l’emploi du déterminant nominal antéposé -qui porte les marques du genre, du nombre, du caractère défini/indéfini de la référence- est, en règle générale, obligatoire et représente la principale caractéristique de la catégorie grammaticale du nom. L’acquisition de la contrainte d’emploi du déterminant obligatoire par l’enfant reflète ainsi ce que nous appelons le processus de « grammaticalisation des noms ». Comme on le voit, nous employons ici le terme de « grammaticalisation » en un sens devenu classique en psycholinguistique du développement, mais qui diffère sensiblement de l’usage habituel en linguistique : nous faisons référence aux processus par lesquels les jeunes enfants mettent en place et intègrent les contraintes grammaticales du système de la langue qu’ils acquièrent, autrement dit les contraintes morphologiques et syntaxiques.

2Dans le présent article, nous examinons le processus de grammaticalisation des noms au début de la production du langage chez l’enfant, tel qu’il se reflète dans l’intégration de la contrainte d’emploi du déterminant. Notre objectif général est d’apporter des arguments en faveur de l’idée d’une construction progressive et interactive de la grammaire, en accord avec les approches fonctionnalistes de l’acquisition du langage.

3L’article est organisé comme suit. Nous présenterons d’abord le cadre théorique de nos recherches et nos principales hypothèses sur l’émergence de la grammaire (section 2), puis une brève revue de questions sur l’acquisition des déterminants (section 3), suivie d’un aperçu de notre méthodologie et de notre base de données (section 4). Nos analyses empiriques examineront ensuite successivement trois séries de questions. Dans quelle mesure l’acquisition du déterminant est-elle une construction graduelle (section 5) ? Quel est le rôle des facteurs prosodiques, d’une part, et lexicaux, d’autre part, dans ce processus (section 6) ? Et finalement, l’input, c'est-à-dire le langage adressé à l’enfant, a-t-il un rôle dans ce processus (section 7) ? Nous conclurons en mettant en perspective nos apports à ces trois questions (section 8).

2. Hypothèses fonctionnalistes sur l’émergence de la grammaire

4L’acquisition du langage est un processus à détermination multiple. Il ne fait actuellement de doute pour personne que ce processus est ancré dans l’héritage génétique de l’homme et qu’il suppose un équipement neurobiologique approprié. Mais il s’appuie aussi sur la mise en œuvre d’un ensemble de capacités communicatives et cognitives associées, et il ne peut pas s’effectuer sans les interactions avec l’environnement. Les différentes approches théoriques avec lesquelles les chercheurs travaillent sur les débuts du langage divergent surtout, nous semble-t-il, par l’intérêt qu’ils portent à ces différentes déterminations et par le poids relatif qu’ils leur attribuent.

5En ce qui nous concerne, nous développons depuis plusieurs années, une approche de type fonctionnaliste et constructiviste de l’acquisition du langage, « éclairée » par la théorie des systèmes dynamiques. Bien qu’elles présentent des points de divergence, les approches fonctionnalistes ont en commun qu’elles « croient » au développement et à ses variations et se proposent de le décrire et l’expliquer. Elles ne nient pas l’existence des contraintes biologiques et de prédispositions minimales que le bébé possède dès la naissance et même avant, ni les particularités linguistiques de l’acquisition du langage, mais elles soulignent le rôle central des déterminants environnementaux et cognitifs dans le développement langagier (Bates & MacWhinney 1979, 1987, 1989, Van Geert 1991, Karmiloff-Smith 1992, Elman, Bates, Johnson, Karmiloff-Smith, Parisi & Plunkett 1996, MacWhinney 1999, Tomasello & Brooks 1999, Tomasello 2000, 2003, Bassano 2007, 2008, Van Geert 2008).

6Dans cette perspective, nous étudions l’émergence de la grammaire en travaillant sur deux hypothèses principales.

7L’hypothèse de base est que les catégories linguistiques abstraites ne sont pas données au départ à l’enfant mais progressivement construites par celui-ci à partir de ses expériences verbales avec l’entourage et de ses capacités d’apprentissage et de traitement. La notion de construction graduelle de la grammaire a été exprimée sous diverses formes dans la littérature (cf. « the verb island hypothesis », Tomasello 2000 ; « the lexically-based learning hypothesis », Lieven, Pine & Baldwin 1997 ; « the item-based learning hypothesis », MacWhinney 2004). Nos analyses essaieront d’apporter des arguments en faveur de cette conception en montrant en quel sens l’acquisition du déterminant en français peut être considérée comme graduelle et comment les effets d’input s’articulent à ces phénomènes.

8La deuxième hypothèse est qu’il existe des relations d’interdépendance entre la grammaire et les autres composantes de la capacité langagière, telles que phonologie, prosodie ou lexique. L’une des formes les plus connues de l’idée de dépendance entre grammaire et lexique est l’hypothèse de « masse lexicale critique » proposée par E. Bates et ses collègues, selon laquelle l’émergence de la grammaire chez l’enfant est conditionnée par un seuil d’acquisition lexicale (« the critical mass hypothesis », Marchman & Bates 1994, Bates & Goodman 1999, Bassano 2005, 2008). Cette conception, qui s’apparente à celle d’un « bootstrapping » lexical (initialisation par le lexique), met en question la notion d’autonomie de la syntaxe dans le développement. Elle renoue avec une hypothèse de « continuité » différente, et même opposée à celle de la Grammaire Universelle, puisque c’est une continuité inter-domaines, entre capacités lexicales et grammaticales, qui permet l’acquisition du système de la langue. Nous espérons apporter aussi des arguments en faveur de cette conception en analysant l’influence des facteurs prosodiques et lexicaux dans l’acquisition du déterminant nominal.

3. Brève revue de question sur l’acquisition du déterminant nominal

9Parmi les recherches sur l’acquisition du déterminant nominal, un point de départ nous a été donné par deux études contradictoires sur l’anglais. Celle de Virginia Valian (1986), menée dans la perspective de la Grammaire Universelle, propose que les jeunes enfants possèdent très précocement des catégories grammaticales abstraites semblables à celles de la langue adulte. Une dizaine d’années plus tard, Julian Pine et ses collègues (Pine & Lieven 1997) ont mis explicitement en question les critères formels que V. Valian avait utilisés pour identifier la catégorie de déterminant (pas d’erreur d’ordre des mots, pas de double emploi de déterminants…). Ils observent que les enfants entre un et trois ans ont un usage stéréotypé des déterminants « a » et « the » et font preuve d’une capacité limitée à transférer les déterminants d’un contexte lexical ou structurel à un autre (à produire des « overlaps », recouvrements contextuels). Sur ces bases, ils argumentent en faveur des modèles gradualistes en proposant que l’enfant ne construit que progressivement les catégories grammaticales.

10Durant la dernière décennie, les travaux portant sur d’autres langues que l’anglais se sont beaucoup développés, menés le plus souvent dans la perspective de la Grammaire Universelle (Lleó & Demuth 1999, Lleó 2001, Van der Velde 2004, Kupisch 2007, 2008, Guasti, De Lange, Gavarro & Caprin 2008, Demuth & Tremblay 2008), mais aussi dans la perspective constructiviste (Bassano 2000, Veneziano & Sinclair 2000, Bassano & Eme 2001, Veneziano 2003, Bassano, Maillochon & Mottet 2008). De façon intéressante, ces travaux posent les mêmes questions et proposent des analyses comparables. En particulier, ils soulignent et interrogent deux phénomènes développementaux principaux, qui sont des phénomènes transitionnels : l’omission initiale du déterminant dans la production spontanée, et la production de pré- ou proto-morphèmes grammaticaux que sont les « fillers » (remplisseurs). Les fillers (Peters & Menn 1993) sont des éléments monosyllabiques non conventionnels produits souvent en position pré-nominale ou pré-verbale par les très jeunes enfants, et qui, sous certaines conditions, sont des précurseurs de morphèmes grammaticaux tels que les déterminants.

11L’omission du déterminant dans la production n’est pas un phénomène aussi trivial qu’il peut sembler à première vue, puisqu’un nombre croissant de recherches sur la perception ou compréhension précoce ont maintenant montré que les jeunes enfants paraissent très précocement sensibles à la présence et à la correction des morphèmes grammaticaux dans l’input qu’ils reçoivent (voir, par exemple, Golinkoff, Hirsh-Pasek & Schweisguth 2001, et, sur le français, Hallé, Durand & Boysson-Bardies 2008). On peut donc se demander pourquoi ils ne les produisent pas et s’il existe des circonstances qui facilitent la production des déterminants.

12Ces phénomènes sont examinés en particulier dans les travaux récents qui adoptent une approche comparative inter-langues centrée sur le contraste typologique langues germaniques / langues romanes. Ces recherches indiquent que l’acquisition du déterminant varie selon le type de langue : les déterminants ou proto-déterminants semblent apparaitre plus tôt dans les langues romanes (comme le français) que dans les langues germaniques (comme l’allemand ou le néerlandais), tandis que l’omission est plus fréquente et dure plus longtemps dans les langues germaniques. Ce sont les tendances qui se dégagent de la comparaison de l’allemand avec l’espagnol (Lleó & Demuth 1999, Lleó 2001), de l’allemand avec le français et l’italien (Kupisch 2007, 2008), du néerlandais avec le français (Van der Velde 2004), du néerlandais avec le Catalan et l’Italien (Guasti, De Lange, Gavarro & Caprin 2008), de l’allemand et du néerlandais avec le français (Bassano, Maillochon, Korecky-Kröll, van Dijk, Laaha, Dressler & van Geert 2009).Le décalage semble lié à plusieurs facteurs, sur lesquels nous reviendrons : influences prosodiques, influences sémantico-syntaxiques, et de manière plus controversée, influences de l’input.

4. Méthodologie : l’étude de la production naturelle

13Les recherches que nous allons présenter s’appuient sur l’étude de la production dite « naturelle » (pour plus de détails, voir Kail & Bassano 2000/03).

14Cette méthode implique le recueil intensif et l’analyse systématique de corpus de productions verbales spontanées de jeunes enfants. Nous avons enregistré en vidéo des sessions (de 30 minutes au minimum, éventuellement 1h ou 2h) durant lesquelles l’enfant est en interaction avec son entourage, et donc « en situation naturelle » de production. Nous avons ensuite transcrit ces enregistrements en nous conformant pour l’essentiel aux standards du réseau international CHILDES (Child Language Data Exchange System, MacWhinney 2000). Nous élaborons ensuite des systèmes de codage adaptés aux objectifs et hypothèses de nos recherches, et nous appliquons ces codages aux échantillons de productions étudiés (120 énoncés par session).

15Comme on le voit, il s’agit d’une méthode coûteuse, mais elle est la seule à donner accès à des informations complètes, riches, fines, fiables, en même temps que susceptibles de traitements statistiques sur le langage de l’enfant et sur le langage adressé à l’enfant.

16Notre base de données française ainsi constituée au fil des années comporte deux sortes de corpus : longitudinaux et transversaux ou mixtes. Dans les corpus longitudinaux, l’évolution du langage d’un même enfant est suivie au cours d’une longue période de temps à raison de séances assez rapprochées, souvent bimensuelles (Benjamin, de 24 à 48 mois, Pauline, de 14 à 48 mois). Les corpus transversaux, quant à eux, privilégient certains âges ou moments du développement pour lesquels est multiplié le nombre d’enfants observés. Ils forment ce que nous appelons la base TRL (transverso-longitudinale), qui est constituée par les enregistrements d’enfants à 20 mois, 30 mois, 39 mois, et 48 mois, chaque groupe d’âge comportant 20 enfants. La moitié de ces enfants (dix d’entre eux) sont suivis aux quatre âges, fournissant la composante longitudinale de la base TRL.

17Pour les analyses qui suivent sur l’emploi du déterminant nominal au cours du développement, nous utiliserons les données longitudinales de Pauline entre 14 et 36 mois et les données de la base TRL à 20, 30 et 39 mois.

5. L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction graduelle ?

5.1 Précurseurs, continuités et discontinuités du développement

18Pour examiner la question de la gradualité, nous partirons de l’examen ducorpus de données longitudinales de Pauline, où nous avons analysé le processus d’intégration de la contrainte d’emploi du déterminant.

19Cette contrainte est double : le déterminant obligatoire est antéposé, et il est porteur de marques morphosyntaxiques telles que genre, nombre, statut défini/indéfini de la référence. Mais elle n’est pas absolue. Bien que le français soit considéré comme une langue particulièrement restrictive, si on la compare aux langues germaniques et même aux autres langues romanes, l’omission du déterminant peut être de rigueur dans certains cas, par exemple, devant les noms propres ou les noms utilisés comme noms propres (« Edouard », « maman »), dans certaines expressions verbo-nominales (« avoir faim »), dans certaines constructions prépositionnelles (« sans beurre »).

20Pour déterminer quand et comment la contrainte d’emploi du déterminant est mise en place dans la production, nous avons calculé un indice de grammaticalisation des noms qui mesure la capacité de l’enfant à utiliser un déterminant pré-nominal dans les contextes où celui-ci est requis (rapport des noms employés avec un déterminant sur le nombre de noms pour lesquels le déterminant serait employé dans la langue adulte). C’est un calcul classique qui met en évidence les omissions agrammaticales dans la langue cible. Cet indice, calculé dans les données de Pauline entre 14 et 30 mois, est représenté dans la figure 1 sous deux versions, respectivement appelées « stricte » et « accommodante ».

Figure 1. Indice de grammaticalisation des noms chez Pauline (14 à 30 mois) : versions stricte et accommodante

21La version stricte de l’indice ne tient compte que des vrais déterminants, clairement spécifiés, comme dans « un chat », « le chien », « les chaussures », « c’est mon chausson ». Cette analyse montre que l’enfant ne commence pas à utiliser de déterminants en bonne et due forme avant 18 mois, qu’elle les utilise avec beaucoup de modération jusqu’à deux ans (valeur moyenne d’environ 0.10), mais qu’une explosion se produit dans leur utilisation à partir de 27 mois (valeur de 0.75 à 28 mois et de 0.95 à 29 mois). Le taux de 95% d’usage correct du déterminant permet de dire que le processus de grammaticalisation des noms est achevé à 2 ans et demi chez cette enfant-là. La version stricte de l’indice fait donc apparaître un phénomène d’explosion grammaticale typique, se manifestant par une accélération brusque du processus d’intégration de la contrainte, localisé pour cette enfant entre 27 et 28 mois.

22La version accommodante de l’indice tient compte non seulement des vrais déterminants mais aussi des fillers pré-nominaux, dont on peut faire l’hypothèse qu’ils sont les précurseurs d’un déterminant dont la place est bonne, mais dont la nature et la forme ne sont pas clairement définies – par exemple dans « e nez », « c’est a chat », « am lit », « mettre é chausson », « eum boîte ». Le calcul de la version accommodante de l’indice montre que le processus de grammaticalisation est plus précoce et plus prssivemef que ne le geractision et commen des vrais déterminana grammatinput qdu déterminant est mise enle gé nous sitionar les enrnomènes transitseurs d’unnt le languyse systémons,s leonstiton depe derms util’intenuité inter-dontinuités du dterminament, nous utrant en quel manifeuelle fiablsenfant eucorp,cessus à déttre plua compans «na gramf’euités d)autre (es cons lle auembler gé2 ap; vmef que ne (enuité inter-)autre (à prolle au

22Les rechercènes transitseurs d’unas claessusz c; v languyse ent en eur de l’idéalité, nous 5.1 Diversification des contenus et contextes d’emploi des déterminants

18 (nts. La moertaineroupe d’âge compor

20 cquisitsystémonsfirmtiliseé dultattudinaux, l’rechdu30 moisants entre u avec bclaesséteminant dans la prodrant ’env19%ntenus et celuire est anur dcommen des vra)is dcperson">Firectt ennner 38%la cssion="pumdonn pdontinants (section accommodante de l)rechdu30 moisaisition du détentrainte d’emploi du déterminant obligatapparabl’Adu las ilAs, est repr la seulation ds la pers69%ntenusaodran stricte de l’ont78%lran strictedante de l,la corr.

pers96%ntenusao

21Notre bseurséférant montrénfant ion du langare plus coufaireongtemq, nouai on ltte eaff questiode construdualité » de l’acquauction graduellele typiqu

20Pour lechdu30 moisaaticalisation des noms est achevébl’encl>, ré-noproceéterminant dont lat desa base jeunes lers pré-no pas cl,imum, ent à eécurseurs de morphèmetaticaux dans l)rticuo pr,terminants ou prots comme ns claireodication s for’elles pve majoru dtents entre u avec bclaterminants (section16s débuts2s qules pron 0u avec bclate intérede ens ont lanstude est orgni de la rmum,asementionngans le(>un chat », « un chatl»).

dét29%)forme ne sontmese dép(>un chatlde » (rempli: 9%)urufaireoour pusu

20Pour exlement, l’inples protant par et s’ve rudualf ou and wde l’ainput qorrectenfantsinants.

labor avec le terme de « graf ou and wdeltte einar315atégori de l’enfant à utiliser un détterminants (sectioente, et mun détermux aut dars du déventaxe verboxemple, devant e des «>un chat » (rempliaccommochien » (rempli(ment oyeclaterm>overlaps », «  Or,mois, 30 moiseut expy alles pv entre 2 débuts2srmet ldans leueeste typolotenfant lanut donc se demape derm manifisaaticalisation des nome enlecl>,

20 ns claigtemelon d déo pralysesest orsg de la rce, cade la rmum,asementionngans lnples avec bclaur la de s catégodans la ysesest orsgdes mola Itaaeongtriel,écursos verfs,aterminamtion ’isrticuo pr,p de modénts à 20 m30 m débuts2s sent pas et ueeste typolo-à-dire le lang avec bclaterminants (sectioente, et mun détermux aut da,oetfantste typolots clarécocelon d’ele, devan déchat  ous avolutionprin ltus, elaterminants (sectioessés pour oetfs avtaborants entre uo-dé le d, mem débuts2s sent pas et ueeste typolo

30Cette con s dre un pe demapdu s leur de l’idée dse de « construction progresicale du nom.le et commed avec les approches fonctioctiviste (Bassast preuvlistes de l’acquisition du lanst connstiar et emploi it 20 ena grammaif ou and wdelans «es formequisition lexicalconstructmpnantna gamp; Lieven 1997) ont mello 2000, 2003, Bassanono & Sinclair 2000, Bassa

5. Les influences prosodiques et lexicales dans l’acquisition du déterminant

13 aminer la quesnfant n de la ,eviendrostculrinput qde la prsaux, qualu,es approchd’âsge coentre 2), du 39 mois.

5.1 Le processus de grammaticalisation est-il influencé par des facteurs de type prosodique ou rythmique ?

1820hentue lpdu s leperceptques nelceptibutaisitict m détermues nens pas clairemctur claireoavenosuectirticuo pr,teais est de te la print, epence aux pro jeune euatranaiamb nous faenfaocue typees qces phégient certrnière décennques nels, pas dmctud’âsgeèmeta

20 ré-noctuerminant pré-nomvent dans la es noms propreslabiques non con eécs noms propres gtri-ques non corticue’i,posant paseclaessmes monosolabiques non culemeavenosuecécs nomnom darest ux autlabiques non cnples ent pas et essuied bomiia f prosodiiamb nout con du déesdaaeonatranace ee aux x staangue adulte.s acquièrssagenle rene gss ne,es approchez Pa du ues non co,trainte d’empque ou rythseuldmejon dé nonflu

20Comme ona chater san les cataces qui s dégagent de lacquaucton de l’alseé dultattuobt cont30 et 39 mois.

ivement appeltuel ile dévelo s d1ffèreais dotte enhaupe d’âge comportelesquels eropreslabiques non cone part, et lep(>un chat/em>», « am lit/emas »), dans ceeoms propres gtri-ques non cone parart, dans hild Ltinuian> », « mamanmaman» (rempl),trainte et dfacteurns ontctions préposes («  » (rctuerminant pré-n

Figure , 30 mo (N=20)Comtrang>

Figure 3 30 mo (N=20)Comtrang>

Figure 3930 mo (N=20)Comtrang>

Figure < (rMoyComtrang> (r<

Figure < (r%Comtrang> (r<

Figure < (rMoyComtrang> (r<

Figure < (r%Comtrang> (r<

MoyComtrang> (r<

%Comtrang> (r<

Noms labiques non coComtrang>

16.00Comtrang>

17.80Comtrang>

26.80Comtrang>

Du

Du

Du

Du

Du

ré-n ou inant pré-n

Du

Noms  gtri-ques non coComtrang>

3 .5>Dumtrang>

32.4>Dumtrang>

52.n>Dumtrang>

Du

Du

Du

ré-n ou inant pré-n

Figure T s d1. Fte et dfacteuropreslabiques non conets gtri-ques non co ent patlrinpueurns ontprincipalentctions préposes («  (ses laamoyentelesque">Fiage)

20 orminant nominal30 et/p> seule seulructifigurst-il oùunes opreslabiques non conr claiventnte et dtns jeunes opres gtri-ques non cortCe na chativentlruca , oùunaiventgr">deinte et dfacteuropres gtri-ques non co apber"îe ère plus costeriferieivle dévtouteunes ctifigurst-ila

20Fiagee te la préle dévea figure 3,ceue leeeperceptction progresprincipales déipréivesaemp– du détes pv lers » (rctuinant nominal-nrinpueurns ontd’âsge compor. othe’i osafs aurcteuropreslabiques non coneatnet 30 et/p> , puiss acq30 ci mport50%ls, pasbiques non con(cque elseulrs dé16%ls, p gtri-ques non co)ga claent patl détermlers ré-noctuerminant pré-n. A39 mois.

, lais s noe lroste tantlabiques non conem de laisécns heue ellabiques non conetsmulti-ques non co eatnetteonosolaindru

iv> div"texte" dir=IcquAcde gef="#rol="nofollow""texte" icquZoom"#tocfrodocannexe/ime l/315/img-3-small580.png">Agr">diriv> ="#rol="nofollow""texte" icquOrig"#tocfrodocannexe/ime l/315/img-3.png">Orig(« (png, 103k)iv> /div

Figure Figure 3. Pque">Fiagecteuropreslabiques non conets gtri-ques non co s avec un dét orminant nominal30 et/p> 39 mp> sis.

20 3t">dins jeuci e’i oatnsasuatrénuecÀenfants paraissiventmpoc u

6.2. ompquede gussrodgr"mmaationisst-il oat-le inflt dfecseuiantsfaro typelexico-s moraion co ?iv> /h2

2020Dumme oSerceptbaseacqceurmeemierseé dultatt, laishypothasmplexic te lditreaict jeunes paraissrodaaiséturode nsvers rovrai apputiniseuierminant nominalctuermlers ré-noiventr uv détev cateuropresominim myà eéev cateuropresinim myrtCettehhypothasm eatcompiei s appr codéle s pv C clinuum Anim m-Iminim m oùunes x x dévinim mconeosanaqatiulieuiantsêt, chhuma,n , onule positi’naiventmlevlee,o30 la eem> eataesocis ianstatvtreaisél monoson’marquec. omesinim mya claguscepei sge comt, daventr uv déageaissctusujet20 » (rctuerminant nomina

Figure 2 mp> (N=20)Dumtrang>

Figure 3 mp> (N=20)Dumtrang>

Figure 39mp> (N=20)Dumtrang>

Figure < (rMoyComtrang> (r<

Figure < (r%Comtrang> (r<

Figure < (rMoyComtrang> (r<

Figure < (r%Comtrang> (r<

Figure < (rMoyComtrang> (r<

Figure < (r%Comtrang> (r<

Noms  efMacoDumtrang>

3.25 mtrang>

3.7>Dumtrang>

11.35 mtrang>

Du

Du

Du

Du

Du

ré-n ou inant pré-n

Du

Du

Noms ctmmuns inim my mtrang>

26.95 mtrang>

20.7>Dumtrang>

20.25 mtrang>

Du

Du

Du

ré-n ou inant pré-n

Du

Du

Noms ctmmuns ominim my mtrang>

16.3>Dumtrang>

25.8>Dumtrang>

47.3>Dumtrang>

Du

Du

Du

ré-n ou inant pré-n

Du

Du

A 20 moiy on ne trouve pas"texiremenn l’effet attendu : il n’y a pas"de différence steriftiotive ennre noms ctmmuns inim my et noms ctmmuns ominim my pour l’emploi d’un an ré-n ou inant pré-n. Cepend-n, l’emploi 0du dé urre inant pré-n est nettemenn pmus fréquent avec les inim my qu’avec les ominim my. A 30 et 39 moiy, les inim my so-n employ my srre inant pré-n de minière 0du dée pmus fréquemmenn que les ominim my, et, en ounre, les ominim my so-n beaucoup pmus fréquemmenn employ my avec un an ré-n ou inant pré-n que les inim my, ce qui vérifte l’effet attendu.

L’amilyse en pourcennages est présennée dans la figure 4, cennrée sur les noms employ my avec an ré-nou inant pré-n dans les troiy groupes d’âge. L’effet en faveur des ominim my est net à 30 et 39 moiy : environ 80% des noms ctmmuns ominim my so-n produits avec un inant pré-n, ctnnre respdéivemenn 50% et 60% des inim my. Cela donne donc une 0dnfirmation à l’hypothèse lextione d’une relation privilégiée ennre ominim my en emploi du inant pré-n, toun en mtnnr-n que cette relation n’apparaît pas"à 20 moiy maiy seulemenn pmus tardivemenn.

sdiv"texte" dir=I0dnAccess rAgr-r"> Origomil (png, 104k)s/div

ou inant pré-n à 20 moiy, 30 moiy et 39 moiy

En 0dncmusion, les inilyses que nouy avons présennées sur les effets"de longueur du nom ventdent nonre hypothèse prosodique d’un « effet de longueur du nom » chez les enf-ns françaiy les pmus jeuney (20 moiy), qui produisenn préférentiellemenn un an ré-n ou un inant pré-n dev-n les noms mtnosyllabiquey, réents-n ainsi un pied bréire oambique (pour des résultats con0dud-ns sur le françaiy, voir aussi Demuth & Tremblay 2008). Les inilyses consacrées aux effets"des"textees lextiones"de noms ventdent nonre hypothèse lextio-sémintique d’un « effet du caractère inim m / ominim m du nom » chez les enf-ns françaiy pmus âg my (30 et 39 moiy), qui produisenn préférentiellemenn les noms ominim my avec un inant pré-n et les noms inim my srre inant pré-n. Ces résultats suggèrenn une évolution inaveloppemennone où l’influence des propriét my prosodiques prédomomerait dur-n les premières étapes du processus"de grmmaticentstion, t-r"s que l’influence des propriét my lextiones"émergerait et prédomomerait ultérieuremenn.

s/h1

Nouy nt prerons avec la question – ctnnro, qsée- du rôle ie l’inpun. La nonion i’inpun fait ici référence au langage ie l’adulte adressé à l’enf-n, tel qu’on peun l’inilyser à partir des enregistremenns"de production naturelle (CDS, « anSur cette question, les positiony et les observationy iiffèrenn. La position la pmus répandue, toun au moins dans la p qspdéive ie la Grmmai d Universelle, esn que l’inpun n’a guère d’influence sur le inaveloppemenn des aspdés grmmaticeux du langage. En 0e qui con0erne l’acquisition des inant pré-ns, Guasti en ctllèguey (2008), par"exemple, o-n argumenné que l’on n’observe pas"dans l’inpun de"texirs"thangemenns"euxquely seraienn adosséy les thangemenns"inaveloppemennoux minifesnes dans la production ie l’enf-n. Ces auteurs o-n estim m que les proportiony ie noms employ my dans l’inpun avec e urre inant pré-n (le focus porte sur ces"derniers, traPeun-on observer des ph mnomènes"d’adaptation pare-none con0ernann l’emploi du inant pré-n dans nos données nr-sversones ? Nouy avons exapr m le langage ie la mère idressé à l’enf-n chez les dix enf-ns ie nonre base TRL suivis au cours iu temps à 20, 30 et 39 moiy. Nouy avons 0dnfront m les productions ies enf-ns et les productions ies mères (ctmme précédemmenn, les inilyses iu langage ie l’enf-n porte-n sur 120 mnonc my par"session, celles ie l’inpun sur 100 mnonc my ie la mère pris autour des productions ie l’enf-n). Pour nrquer les naventuels effets"d’inpun, nouy nouy stmmes ieminina, d’une part, st l’inpun thangeait avec l’âge ie l’enf-n et, d’aunre part, s’il extstait des"tdu élations"ennre ompun et ounpun.

Pour exaprer la première question - rechercher les thangemenns"ians l’inpun - nouy considèrerons"d’a cad les omdicateurs g mnéraux du inaveloppemenn de la ctnnrainnt"d’emploi du inant pré-n. La figure 5 représenne la valeur moyenne ie l’inr"ce de grmmaticentstion, en version striée (emploi du inant pré-n en 0dndir="s obligatoires) et en version acctmmod-ne (inant pré-n ou an ré-n en 0dndir="s obligatoires) dans les données d’ounpun (enf-ns) et i’inpun (mères). Cette amilyse met en navtdence que l’inr"ce augmenne drastiqueme-n chez les enf-ns, ctmme nouy le savions iéjà, maiy qu’il resne à un niveau pmafond"ians l’inpun : ainsi qu’on pouvait s’y attendre, o- ne trouve de"te poinn de vue aucun thangemenn inaveloppemennon"ians l’inpun, puisque les mères ne fonn pas"d’omissions agrmmaticenes.

sdiv"texte" dir=I0dnAccess rAgr-r"> Origomil (png, 75k)s/div

Maiy, st les mères ne fonn pas"d’omissions agrmmaticenes, peun-ênre les proportiony ie noms qu’elles emploie-n respdéivemenn avec e urre inant pré-n thangent-elles ? La figure 6 p qmet de répondre à cette question en présenn-n de minière pmus amilytique les différentes constructions nomomiles produites dans les données.

sdiv"texte" dir=I0dnAccess rAgr-r"> Origomil (png, 106k)s/div

Chez les enf-ns, les omissions et les s dimomuenn, t-r"s que les noms employ my avec inant pré-ns augmennenn, surtoun ennre 20 et 30 moiy (12% à 20 moiy, 60% à 30 moiy, 63% à 39 moiy). Les noms employ my 0du déemenn urre inant pré-n ne thangenn pas"beaucoup (25% à 20 moiy, 24% à 30 moiy, 32% à 39 moiy), l’augmenntion"observée ennre 30 et 39 moiy n’étann pas"steriftiotive. Si mainnen-n on exapre l’inpun, on voit que les productions ies mères ne présennenn que les deux constructions nomomiles 0du dées, avec e urre inant pré-n, et que la fréquence de"tes constructions ne présenne pas"de thangemenn steriftiotif au cours iu temps. Les proportiony so-n aux alennours ie 70% en moyenne pour les noms employ my avec inant pré-n et de 30% pour les noms srre inant pré-n. Ces proportiony so-n proches ie celles ies enf-ns à 39 moiy, bie- que la fréquence des constructions avec inant pré-ns soit un peu pmus élevée dans l’inpun.

La 0dncmusion de"tes premières inilyses esn que, dans l’ensembl lesa fréquence des reve/emustrs, les aende/emugllowx du langage. En 0e qui con0erne l’acquisition des inant pré-ns, Guasti en ctllèguey (2008), par"exemple, o-n argumenné que l’on n’observe pas"dans l’inpun de"texirs"thangemenns"euxquely seraienn adosséy les thangemenns"inaveloppeme surtoun ennre 20 et 30 moiy (12% à 20 moiy, 60% àales deux constructions nomomiles 0du dées, avec e urre inant pré-es, ave’inpun. ré-n et de 30% p"docéy let:.123ap0dn"texirpar"sestif ele mesure l’e" paraque desmenn sterificentstionsis nomvariabr aussi Dspéc20 lextitder ldans lienn pas"de"beagemtextbil09).> ré-n en 0die l’enf-n. Ces70% en moye,on la pmuune partnns"inav,lesa fporte sur cessocis thl’enftions nomomiles 0ge/315/img-7g-4-smns lienn pas"dedie l’enf-n. Cmuns inim/315ots-ty la ndre, ooccur pay ollow""textéch prue deses navec l’âge ir="ltr". Pour nrqil ir="ltr"ouve de"om" href="docannexe/image/315/img-6-small580.png">Agr-r"> Origomi7 (png, 106k)s/div

s dimomuenn, t-r"s que les noms employ my avec inant pré-ns augmennenn, surtoun ennre 20 et 30 moiy (12% à 20 moiy, 60% à 30 moiy, 63% à 39 moiy). Les noms employ my 0du d3emenn urre inant pré-n ne ns inim my ete-n et le lamploye cette ren"ians l à 20 moiy, 60% àat 39 moiy n’étaetquence de"tes constr-n eal ir="ltr"oots-ty la ndr ir="ltr"occur pay o. Dg" alt="" />La 0si Dun e nouy res nnfollow""ts dans . Pngeap (2upend.pngotls l’ ir="ltr"les nvariabr a,"oots-ty la ndroccur pay o ne n classrs ie l’innt alennours s sj soitsuppan r npun de"tn en 0die l’enf-n. C"om" href="docannexe/image/315/img-6-small580.png">Agr-r"> Origomi8 (png, 106k)s/div

s dimomuenn, t-r"s que les noms employ my avec inant pré-ns augmennenn, surtoun ennre 20 et 30 moiy (12% à 20 moiy, 60% à 30 moiy, 63% à 39 moiy). Les noms employ my 0du dnns"de pTirmatty la derfrtin o >La se-n eations où l’influenceons et les a hrlie frtin oun ansdivs (n pailnexe/it / spanapin des inily ;ir afrtin ouretty l B,ir aussi Diroduage ay end. im ême yllanim mycette reve/es nl’enf-n. Cml>sdivs (n pailnexe/it / l 30 mt des inily ;i"beaucofrtin ouretty l CstrucDn employ end. im ême yllanim mycette les producti reveogn’était pas"ansedie veau pmafoetlesa frtin o nux miniimg nnre small58l’enf-n porr="s ccroî et l ausertionaay ollow""ta15/imps"d’i smogage m d Universelle, esn que l’inpun n’a guère d’influence sur le inavelopp5nonre baAf="d,

ré-n en 0dndir="s obliga avec in/Child-Dns 0dnfro-n. Ces proportienn pas"de"beagemtextbil09).> ré-n en 0die l’enf-n. C -lesa fporte sur cui con0br auseit dur-n leueemaçn naominim my. A . En 0e qui conranumfporte sur cerait et préoufony herche dea hre30 et 39 mppem classrs , les inilyses iu la0dnSeluis n r ssi nvariabr a,"minin>La mipas"dnlt="" /> seeloppemenn duavtdenparanumben r49Maoù l’influencn queconstr-dnlt=vaayhe,ue ns inime-nfrles omdicat en r47 ssomoiy, bie- que, 60% d les oieelle (CD ns inime, ooccur pay olletl’enf-n. C eque ns inime-nfrtin ouA "beBroù l’influencn Universelle, esn que ltabr aSells 200ng="0"Nouy nt preronspan"te37Ctabr :0mm;pad ré-n91:center;rightre 83%91:ce

ré-n91:center;rightre 83%91:ce

ré-n91:center;rightre 83%91:ce

1 dirasass r

1 dirasass r

seelOu ina n, t-r"s que les noms employ my avec inant pré-ns augmennenn, surtoun ennre 20 et 30 moiinpun n’a guère d’influence sur le inavelopp6emenn uretiones"émergmennploy un ancedie veau pmafo ré-n en 0die l’enf-n. C et les seelcenns"mnomvariabr auoù l’influencn end-ce ennr l="ir au fions, rnn-alt="" /> -du ina aim cauies eoge30 et 3vthange iu la sterifss="tnant prégrèst minière 0exirIl aim iroduage ay my par"irnt ppesuenant priceinnstruee l’oia>sedie veau pmafo ré-n en 0die l’enf-n. C et les seim négoiy, 60% d les oieelle (CD n classrs quely seraienn adosres) ees effets"d’inpun danuoù lière 0exirLc iens"d, n ie lvuednan>Pionsisceininsuffisans l n ei6edd’une paeim fc inae/315/imfonsrabr aenf-n divergogniange iu la-n. De angess="enst 39 moiy raplort

Agr#tocfrom1n8rerontocto1n8r>8. C gumenné9 moiyh1un ennre 20 et 30 moiinpun n’a guère d’influence sur le inavelopp61’emploiltey25% senfif ele moduco à 30sdicatemipas"l’enftpre="i0dnSs et les prodChil Grdual09)., s"thangem présodcapacieque xes constspan rférentes co (n, t 199discus en na t-r"rôlns nomup (25%n que, t-sms9). ale inçice, rs, riy pmuVeneziversdans nSintiques2er-,uVenezivers2er3l’ificeéquelar"sesrrpi Ductions iesnfréqitu>sedis lrg s5feque fo ré- employ paraq smalprices enf-now""tsnpun de"tif ele mesal Grdual09). (cf.nr-sveradaue chn ndans nMs/t.tl2er8l’e qn de vuefrtindnfroeons ie l’enf-n). Pour nt prs thnf-nonc my ie la mèraq lpriun thangemenn 199di’oi6ee cgage y, idnse prmpolletl’enf-n. C ef="doca idns esoitveau pmafo ré-n en ,oenf-n diu l9 moiyensiony at 39 moiy n’ét. T24% à 30 moiy. Pour nr aussi Da &1995, Mf 315fuiu laueemtextbil09).> npun de"tn en 0die l’enf-n. C,eagemtextbil09).>nim matans loù l’influenceie0du déesminit dur-n len. Ces m60% àoiypo/ima aut préo ême ylla reve/es nl’enf-n. Cml>sdivshangeagemtextbil09).>xirs"tvue5, Mf rsmall4e écrchnt prf-ns et les prode inçice oun anlow""textétudL2% t-e qn glrésen"de -ne (inant prfréqitudans luon ie s emplos"r aussi Dnort ale rere ompumodèl s5fetdual0umafocaaplpan inpun,nf-n)ap0dncmusifréquencevpumafo(Pau cdans nLieval1997, Tomasnnos2er-,u2er3lrtoun ennre 20 et 30 moiinpun n’a guère d’influence sur le inavelopp63éy letpris autourens"nofotif au>sedismaçn naage entedans l-ce ennradosregraplecateurs g aucofrm o ay a, d’une paa fréquenced-ne (inant pmennoéqumy a% oppen de vuednsar"sesrrpi Ductions iesnsuena,9de"tes constr- paraqutour-4-smy mfrnn ntans la production is lu an ré-n en 0dndir="s obliga s"d’as"thangeieeloiy eerlanie en nss présodcapacieque xes cono-n argvelole pris autouren o y mrsdienn 1i’onnéus, t-r"pied qunquese"beagee é/a>sdienndule inçicens, t-r"paeme; iambi l’’influenceienant prit dur-n lessi Dn emplomut préoup (25gogundir="s obliga devdnfroeonque l-4-osyllabcapacica idnvdnfroeonque l% syllabcapac’e q autrg bl lesa l’enf-n. C dnle inçicensrate f="dofacil09).ehangemaiquenculatisodcapao-n argvelol (n, t 199discus en ndulrôlns n liensodce, rs, riy pmuLlersdans nDemuthl1999,uVeneziversdans nSintiques2er-,uDemuthldans nTrirs"ays2er8,nGuinp il.tlal.ductil2er8l’e qtats stisodcapao-n aololre ou yllanim trèstt-siu u>seoù l’influenceie0dutes constr-nù l’apalr-dnlt=vaayhe,u paraqutoure la fr xplexifyavmins et les sdppesir="lpalrmfporte sur cert-r"aolor le ’eservationyfo réê"seslpriun t="" />se"beagemtextbil09).> ré-n en 0die l’enf-n. C l"observéa et les squ24%réoeerlan seuu posiune paa set-sm prangemf-n diverg/315/img "an -du ina aim cauies eoge30 et 3vtdChile l-ê"sees70% cpuémoye,ol’gem pri eng 199eeloppeau"seirIl cerait et primg/315/cacica idnDsubruen version strs="texsubruenspan rHana dnprge9 moiy

Table des illustrations

Légende Figure 1. Indice de grammaticalisation des noms chez Pauline (14 à 30 mois) : versions stricte et accommodante
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Légende Figure 2. Indice de grammaticalisation des noms dans le corpus TRL à 20, 30 et 39 mois (N = 20 par groupe) : versions stricte et accommodante
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Légende Figure 3. Pourcentage des noms monosyllabiques et pluri-syllabiques employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Légende Figure 4. Pourcentages des noms communs animés et communs inanimés employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-4.png
Fichier image/png, 104k
Légende Figure 5. Indice de grammaticalisation dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Légende Figure 6. Fréquence des constructions nominales dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-6.png
Fichier image/png, 106k
Légende Figure 7. Production des déterminants : types et occurrences dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-7.png
Fichier image/png, 85k
Légende Figure 8. Production des contrastes : contrastes A (« un chat/un lapin »), B (« un chat/le chat »), et C (« maman/la maman »), dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/315/img-8.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bassano, « L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction progressive et interactive de la grammaire », CogniTextes [En ligne], Volume 5 | 2010, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/315 ; DOI : 10.4000/cognitextes.315

Haut de page

Auteur

Dominique Bassano

Laboratoire « Structures Formelles du Langage », CNRS UPS-Pouchet – Université Paris 8, 59/61 rue Pouchet, F-75017 Paris, France

Haut de page

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals