Navigation – Plan du site

Géographie et Recherche aujourd’hui à l’Université de la Polynésie Française (UPF)

Pierre-Marie Decoudras
p. 245-248

Texte intégral

1À l’Université de la Polynésie Française (UPF), la géographie est intégrée dans l’Institut de Recherches Interdisciplinaires sur le Développement Insulaire et le Pacifique (IRIDIP), équipe d’accueil et laboratoire de recherche en Lettres, Langues, Droit, Sciences humaines et sociales. Cette intégration reflète la nécessité de travailler dans la transdisciplinarité. L’étude géographique des dynamismes et des mutations contemporaines de la Polynésie emprunte aussi à l’histoire, à l’anthropologie, aux sciences économiques et politiques. Par ailleurs, courants de pensée, conceptions philosophiques et approches littéraires participent à la production d’images et de représentations qui redéfinissent l’identité et le rapport spécifique de chaque société à son environnement.

La géographie au sein de l’IRIDIP

2Le laboratoire IRIDIP est structuré en 3 axes :
Axe 1, représentations et identités contemporaines des sociétés du Pacifique. La thématique d’ensemble concerne les langues, les cultures, les représentations, ainsi que les questions d’identité ethnique et d’appartenance dans la Polynésie française. Entre mythes européens, traditions locales et littérature post-coloniale, langue vernaculaire et langue française, il s’agit d’observer et d’analyser les représentations identitaires, de s’interroger sur les orientations culturelles actuellement choisies par les petits pays insulaires de la région Pacifique en liaison avec leur évolution institutionnelle, politique et sociologique. La réalisation d’un grand atlas linguistique de la Polynésie française est en cours.
Axe 2, vie politique et institutionnelle. La situation contemporaine des micro-États insulaires est très largement tributaire des régimes d’administration, de l’organisation et du fonctionnement des institutions, de la conciliation de la notion de développement durable avec le Droit. Les juristes posent la question de la gouvernance. La science politique donne à comprendre l’évolution des institutions de la Polynésie française, la dualité État-Territoire, le partage du pouvoir, les concessions progressives de la République à la culture politique océanienne. La démarche de recherche trouve des explications dans les différents chocs historiques qui constituent autant de fondements de l’identité, qui accélèrent ou freinent l’évolution vers la modernité : importance de la chronologie de la découverte, de l’histoire du peuplement, des vagues d’évangélisation, etc.
Axe 3, ressources et développement durable. Les économistes s’intéressent à l’étude de divers aspects macroéconomiques du développement de la Polynésie française, dans une optique comparative avec les autres économies insulaires. Deux secteurs sont plus particulièrement concernés, la perliculture et le tourisme. C’est dans cet axe qu’est inscrite une géographie fortement orientée vers le social et le culturel, s’interrogeant sur le concept de développement durable et son application dans l’espace Pacifique. Alors que deux grands types de discours, celui de l’importation nécessaire de modèles hégémoniques et celui de la primauté du culturel, sont développés de nos jours, l’émergence de territorialités alternatives, non calquées sur les États, reste à étudier.

La recherche en géographie

3La géographie a dû faire face à quelques handicaps sérieux : faiblesse numérique de l’effectif des géographes en poste à l’UFP 1, coût et durée des déplacements compte tenu de l’éloignement des îles, insuffisance des crédits alloués au laboratoire. Pour contourner les difficultés, des partenariats ont été sollicités, dans une logique de réseau, d’une part, avec : en France l’UMR Dynamique des Milieux et des Sociétés dans les Espaces Tropicaux (DyMSET/ADES, Bordeaux 3-CNRS), le Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et l’Université de Paris IV, mais aussi dans l’espace Pacifique, l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC), l’Université de Hawaii et l’Université du Pacifique Sud (USP) à Fiji. Des ressources affectées ont été obtenues, d’autre part, des Services de la Polynésie française (urbanisme, ressources marines, environnement), de la Délégation à l’Environnement de Wallis et Futuna, du Ministère de l’Outre-Mer, de l’Ambassade de France à Fiji et de l’Initiative Française pour les Récifs Coralliens (IFRECOR). Profiter des financements oblige à s’inscrire dans les préoccupations du bailleur de fonds. On ne sera donc pas étonné que lagon, récif corallien, aménagement du territoire, développement local, soient au centre des programmes, ni que cette recherche en géographie soit essentiellement appliquée.

4Sociétés et développement durable : Olivier Bon est engagé dans une thèse sur l’agglomération de Papeete, qui touche à la segmentation de l’espace urbain. Une collaboration étroite se met en place avec la commune de Punaauia, préoccupée d’aménagements terrestre et lagonaire. Un autre objectif de ce programme est de comparer les situations de mise en tourisme des lieux dans des micro-États insulaires du Pacifique (politiques publiques, niveau d’association des communautés locales, rapport au paysage et à l’environnement). Caroline Blondy (Université de La Rochelle) rédige une thèse sur le fonctionnement de l’espace touristique polynésien, les jeux d’acteurs, de pratiques et de lieux qui animent le système touristique. Dans une logique de comparaison, nos collègues de l’Université du Pacifique Sud rassemblent des études de cas sur 12 États de la région. Luciano Minerbi (Université de Hawaii) apporte son expérience de terrain à Molokai et aux Samoa.

5Risques environnementaux, société et action publique : le programme suit l’évolution du changement climatique et modélise l’élévation du niveau de la mer sur les espaces sensibles de l’agglomération de Papeete, afin de mettre à la disposition des collectivités locales des outils d’aide à la décision. Frédéric Bessat (Paris IV, PRODIG) apporte sa compétence pour ce qui est du développement d’indicateurs opérationnels et scientifiques qui permettront d’évaluer la vulnérabilité des milieux. Une réflexion sur la perception du risque par les riverains est conduite en parallèle.

6Aménagement et partage de l’espace lagonaire : les milieux lagonaires sont des espaces d’enjeux, que ce soit au niveau de l’appropriation ou de la protection de l’environnement. Ils créent des ressources et des activités, mais dans le même temps sont synonymes de mise en place d’activités humaines, sources de déséquilibres. Ce programme a été pensé dans une logique de médiation, entre les communautés insulaires et les services territoriaux de la Polynésie française, émetteurs de projets. Il a débuté, dans le cadre de la mise en place d’une réserve de biosphère, par une réflexion méthodologique et la mise au point d’outils de compréhension du rapport à l’espace de la communauté locale de Fakarava (Tuamotu). Il a été étendu à l’atoll de Fangatau (programme de collecte de bénitiers nécessitant l’autorisation de concessions individuelles dans un lagon de propriété collective) et participe à la mise en place du Plan de Gestion des Espaces Maritimes (PGEM) à Moorea.

7L’avenir se situe sans doute dans le renforcement de la logique de réseau, une collaboration accrue avec les Services de la Polynésie française, alors que débute une participation au programme Pacifique CRISP (CRISP : Initiative for the Protection and Sustainable Management of Coral Reefs in the South Pacific), dans lequel sont prévues des interventions aux îles Cook ainsi qu’à Wallis et Futuna.

Haut de page

Notes

1Un professeur, un maître de conférences, un PRAG, un ATER.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Decoudras, « Géographie et Recherche aujourd’hui à l’Université de la Polynésie Française (UPF) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 230 | 2005, 245-248.

Référence électronique

Pierre-Marie Decoudras, « Géographie et Recherche aujourd’hui à l’Université de la Polynésie Française (UPF) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 230 | Avril-Juin 2005, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/247 ; DOI : 10.4000/com.247

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals