Navigation – Plan du site

Les variations spatiales du financement des politiques publiques sportives des communes de la Réunion

Olivier Naria
p. 281-304

Résumés

L’analyse du financement des politiques publiques sportives des communes réunionnaises montre des comportements spatiaux au caractère versatile. Au-delà du constat des faits, la décision politique en la matière est intimement liée aux contextes socio-économique, urbain, démographique et aux besoins de la population des communes. Cette vision de l’engagement des budgets sportifs apporte des éclairages sur l’action de la politique publique. En raison d’un contexte socio-économique stigmatisé par des pathologies sociales lourdes et d’une forte population jeune, on aurait pu s’attendre à un financement soutenu des politiques publiques sportives locales. Cependant force est de constater que ce domaine constitue un secteur secondaire des priorités politiques.

Haut de page

Texte intégral

1De domaine cloisonné jusque dans les années 1960 sur l’île de la Réunion, le sport s’est transformé pour devenir, sous des formes diverses, une composante de la vie quotidienne d’une grande majorité de Réunionnais, un vecteur de développement économique, ou un atout de valorisation du territoire (Naria, 2005a).

2L’universalité, la popularité et la domination des pratiques sportives dans la culture des loisirs représentent des faits marquants du second millénaire et constituent un véritable phénomène identitaire dans la société. L’amélioration des conditions de vie (Live, 1999), la progression des moyens de communication (Scherer, 1998) et le développement de la société des temps libres contribuent à l’adhésion de nouveaux loisirs sportifs chez les habitants locaux.

3De 1949 à 2005, les licences délivrées par les différentes ligues et comités réunionnais sont passées de 573 à 132 503 réparties dans 1 379 clubs, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 9,4 % des licenciés sur la période considérée. Les pratiquants licenciés représentent approximativement 17 % de la population au début de la décennie 2000. La proportion est plus importante, si l’on tient compte de la pratique qui s’exerce à la périphérie de l’encadrement officiel. Ainsi, la pratique sportive a connu un essor spatial, économique et politique croissant depuis la départementalisation.

4Dans le même temps, les acteurs politiques se sont intéressés au phénomène sportif. Face à cet engouement populaire, les hommes politiques réunionnais ont vu un formidable outil de communication dans l’attente d’adhésions électorales et ont été obligés de développer des politiques sportives de régulation des cités en raison de l’environnement socioculturel largement marqué par des maux durables.

5Dès lors, la prise en compte du contexte local permet de mieux comprendre les politiques publiques sportives aujourd’hui. La constante augmentation de l’adhésion fédérale ou de pratiquants non institutionnels (Bessy et Naria, 2003, p. 63), les besoins croissants en équipements sportifs (Naria, 2004), la progression envers l’animation sportive et les stratégies des acteurs marchands du sport (Naria, 2005b) représentent les domaines d’actions privilégiés des responsables communaux.

6Notre objectif est d’identifier quels sont les comportements spatiaux du financement sportif des communes réunionnaises ? mais aussi, comment peut-on interpréter les politiques publiques du sport qui sont mises en œuvre localement ?

7Au regard de l’exploration des ressources financières mobilisées dans ce secteur, l’analyse montre que ces dernières sont complexes et hétérogènes. Au-delà du constat des faits, la décision politique en la matière est intimement liée aux spécificités géographique, socio-économique, urbaine, démographique et à la demande de la population. Cette vision de l’engagement des budgets sportifs apporte des éclairages sur l’action politique impulsée à l’échelle des communes.

Le cadre théorique et méthodologique de la recherche

Le cadre de référence théorique

8Notre communication s’inscrit dans la perspective théorique ouverte par les travaux de Jean Praicheux (1993), mais aussi de celle de Jean-Pierre Augustin (2002) sur « les dynamiques socio-spatiales du sport ». Cette approche sur la géographie du sport vise à effectuer des diagnostics d’espaces sportifs. Elle est basée sur la cartographie afin de mettre en valeur les régularités et les facteurs explicatifs de la répartition du fait sportif. La démarche cherche alors à mettre en évidence les distributions territoriales du champ sportif tels que les équipements, les licenciés, les clubs, les configurations d’acteurs de la communauté sportive, ou en ce qui nous concerne, le financement des politiques publiques sportives.

La démarche méthodologique

9Elle s’appuie sur une démarche à la fois quantitative et qualitative sur les politiques publiques sportives à la Réunion.

10Les politiques sportives des vingt-quatre communes de la Réunion ont été évaluées au niveau quantitatif. Il s’agit d’une étude menée au Comité régional des Offices municipaux du Sport (CROMS) sur le financement des politiques d’équipements et d’animation du sport (Naria, 2001). Les informations obtenues ont été croisées avec celles qui provenaient d’une étude globale sur l’impact économique du sport à la Réunion (Région Réunion, 2001). Ces données offrent un cadre interprétatif sur les structures géographiques des politiques sportives des communes à l’aide d’indicateurs similaires à chaque commune.

11Au niveau qualitatif, divers acteurs du sport ont été interrogés dans le but de préciser le financement sportif des communes (tabl. 1). Nous avons interrogé le maire ou ses adjoints administratifs (directeur général des services). De plus, les directeurs des Services Municipaux du Sport (SMS) et les présidents d’Offices Municipaux du Sport (OMS) ont été sollicités.

La définition des politiques publiques sportives

12Les politiques publiques sportives dans les communes peuvent revêtir plusieurs domaines. L’aide aux associations sportives, la création des infrastructures, les budgets de fonctionnement, les recrutements de personnels ou la formalisation de politique de tourisme sportif représentent des illustrations explicites en ce sens. Ainsi, si l’on se réfère aux travaux de Patrick Bayeux et de Jérôme Dupuis, ils considèrent que la politique publique sportive se définit dans l’identification des relations qui se nouent entre le domaine sportif et les autres champs des politiques publiques. Ils affirment ainsi qu’

« une politique sportive territoriale s’inscrit toujours dans une politique plus globale. Celle-ci est avant tout fondée sur un certain nombre de valeurs idéologiques, philosophiques, personnelles, collectives qui constituent l’orientation d’une collectivité » (Bayeux, Dupuis, 1996, p. 46).

13Par conséquent, le segment sportif interfère avec les autres axes des politiques publiques, tels que les secteurs sociaux, culturels, économiques développées par les institutions locales (Bayeux, 1996). De leurs côtés, Jean-Paul Callède et Michel Dané insistent sur le fait que

« pour prendre sa pleine intelligibilité, l’action sportive communale doit être abordée en termes de politique publique parce que le secteur du sport se trouve à l’intersection d’autres domaines politiques » (Callède et Dané, 1991, p. 180).

14Sur ces multiples aspects, on entrevoit les relations qui s’instaurent entre les diverses sphères de la politique publique en vue de déterminer les caractéristiques des politiques sportives qui conditionnent leurs financements. Cette dimension des politiques sportives reste cependant rare, faute d’une base de données suffisante. Les politiques sportives représentent un des moyens de la structuration des territoires qui valorise une région. Elles participent aussi à la création d’une véritable identité locale à laquelle s’intéressent les décideurs. Les acteurs comme les élus aux sports ou les responsables des services des sports guident les orientations des problématiques sportives dans la politique locale (Chazaud, 1989). Les concepts de pouvoir, de stratégie et de jeu deviennent alors incontournables pour expliquer les possibilités d’action ou de non action de chaque acteur sportif (Naria, 2005a). L’intérêt porté sur cette thématique des politiques publiques permet d’identifier exhaustivement les logiques, les enjeux et les limites du financement qui constituent un domaine privilégié des orientations des politiques sportives.

15Étant donné les multiples définitions de « budget sportif » en fonction des collectivités locales (Charrier, 2002, p. 20), nous avons retenu le budget total du sport et le budget sportif par habitant, afin de fournir les lignes de conduite des communes locales (les données sont présentées en euros).

Les tendances lourdes d’évolution et les facteurs explicatifs de l’investissement à la pratique fédérale à la Réunion

16Les statistiques fédérales relatives aux effectifs licenciés montrent qu’aujourd’hui la pratique sportive présente un poids considérable à la Réunion. L’augmentation régulière dans le temps et la diversification de son offre en constituent les principaux éléments, à l’instar de la situation observée en France métropolitaine (Mignon et Truchot, 2002).

Une constante augmentation du nombre de licenciés

17Selon les historiens, les licenciés étaient évalués à 573 en 1949. Leur nombre a été multiplié par 230 pour être en 2005 de 132 503 licenciés (fig. 1). La même année la population de la Réunion était de 728 000 habitants, soit environ un ratio de 18 licences pour 100 habitants.

18Mais ce chiffre cache la pauvreté du sport civil réunionnais car il inclut les effectifs du sport scolaire qui sont plus importants : 27,6 % à la Réunion contre 18,6 % en métropole. Sur un total de 109 fédérations ou groupements sportifs représentés en France, on en retrouve 61 dans le paysage sportif local alors que les disciplines étaient organisées autour de 9 en 1949.

19Selon nos observations, faute d’enquête sur ce sujet, nous pensons qu’il existerait approximativement 110 000 licenciés en raison du taux de multilicenciés, eu égard du croisement des données entre la jeunesse de la population et de l’investissement dans le sport scolaire.

20Cette évolution est très révélatrice du poids représenté aujourd’hui par les pratiques sportives à la Réunion. On peut distinguer quatre principales périodes :

21– De 1949 à 1960 : une croissance modeste : Le nombre de licences a triplé passant de 576 à 1 815, soit une multiplication de 3 fois, pour une offre totale composée de 13 disciplines sportives différentes de 1949 à 1960. Cette croissance modeste évolue en même temps que l’offre se structure. Le nombre de licences par habitant demeure marginal avec respectivement 0,2 % et 0,5 % aux deux dates.

22– De 1960 à 1972 : une croissance soutenue : Le nombre de pratiquants connaît une augmentation de 5,5 fois sur la période de 1960 à 1972. Cette progression soutenue montre que 9 906 joueurs sont rassemblés dans 20 disciplines différentes en 1972. Cependant cette situation révèle que seulement 2 habitants sur 100 possèdent une licence.

23– De 1973 à 1985 : une croissance confirmée : Les effectifs licenciés passent de 12 072 à 74 723, soit une majoration de 6 fois sur la période de 1973 à 1985. Cette progression confirmée met en valeur un nombre de licences par habitant, qui est plus significatif de l’évolution favorable en cours. Il représente 13 habitants sur 100 qui possèdent une licence en 1985. Pour sa part, l’offre se diversifie considérablement avec 43 ligues et comités sportifs présents.

24– De 1986 à 2005 : une croissance faible : Le nombre de licences connaît un facteur multiplicateur de 1,7 fois, pour atteindre 132 503 au lieu de 28231tenue montre que hy

de 1949e se es de il incl

24– De 1986 à 2005 : une croissance faible : Le5té inter se tiques é aujourd’he les sde et Daet p c xte" lang="cial créat chaque 100 possCette progressi7 % de la popnce, on uxo2n2">La démarche méthodologique

5cenciés
17Selon les historiens, les licenciés étaient év26eprésenté a par habitant, vement itatliclass="tela Réunion. L’augme-fr" descolairet, jug par des on des coliveUne constante augmen3logique 3h2>
17Selon les historiens, les licenciés étaient év27s licenciommum du 3 au lieu financoron3">« pour prendre sa pleine intelligibilité, l’action spores, phLes De leursa es deségion. Elons des pen termeces Municns dechands du spor, 14Sur ces multiples aspects, on entrevoit les relat28des pratiqu
lde polit000 habitantslit00 les poplaportivsur le fRnancementOlymp Smatique CROS)ant deuipemtudel 72. Ce-delute d’un Réunio’aujournt 17 %sollicitésivsROS clarivsROMS20 dités d Jea par les "#tocfrom2ne majoralent des donnlem seco esion de es participentu és polsuccles Ainsi tiques. LaIxte socio-éc> essées dte d’s hues.
<3 rel="nofollow" class="iconZoom" href="docannexe/image/2491/img-2-small580.jpg">Agrandir Original (jpeg, 60k)
08 class="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">20Cette évolution est très révélatrice du poids 9des pratiqu
<4 rel="nofollow" class="iconZoom" href="docannexe/image/2491/img-2-small580.jpg">Agrandir Original (jpeg, 60k)
16 class="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">17Selon les historiens, les licenciés étaient év3 de la Rane idenet des dos r urbainetrôlpe pe 1). LaIcsSectionses secte n nomrbudgeitétenues r decelà du cocfrincllède et Mietan- Da repra ou en s mo60. Couvoir, orts leue majovde politiquur heua créteur de dinvesti0 ld’une b transformé r ants spo5a)abitants/p> éristi adio esion de>Englishe.ORTF)o Cepeidérable à la

lde politde et roducgoércipauxcsi de urencadremenrt sct 2 hab9an- de ss="tgiquisélér un atout deass="tocSection3">ee Domblement6l du udciésdevie3)courstl iusx de b mdhésioutfilmria, 20rtable ? maisort , ph cne ouaneusces actubliques permetussées doissance m

Une constante augmen3logique 3h3>

licibsp;| "ltr" xml:lang="fr-frignaler csh">en17Selon les historiens, les licenciés étaient év31de la Ranur at es div> dos rchamp sportife la polin secteet à l’adhésocSection3"> es s,3oupet 0,ans D, p. 180igues en ortitante. Leste drédcsSectns com qui sont plu. Il lt un une1 190d="tocblement7fre tot965 ="tocblemompt iv>

Notes

1.Ces données proviennent du Tableau Économique Régional.
2.Ce sont de « mini olympiades » qui réunissent les pays de la zone océan Indien : les îles de Madagascar, de Maurice, des Seychelles, des Comores, la Réunion et dernièrement, les Maldives, font partie des pays participants.
3.Les données sont présentées en euros pour l’année 1990 afin de permettre de comparer les chiffres.
4.Le PSL vise à développer une démarche citoyenne au plan local, à responsabiliser les forces vives œuvrant sur le territoire communal, à diversifier les activités sportives en prenant en compte toutes les formes de pratique (sport scolaire, sport féminin, sport chez les retraités…), à favoriser l’insertion des publics exclus à travers l’animation sportive et enfin à structurer l’offre sportive sur le plan communal.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Naria, « Les variations spatiales du financement des politiques publiques sportives des communes de la Réunion », Les Cahiers d’Outre-Mer, 240 | 2007, 281-304.

Référence électronique

Olivier Naria, « Les variations spatiales du financement des politiques publiques sportives des communes de la Réunion », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 240 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/2491 ; DOI : 10.4000/com.2491

Haut de page

Auteur

Olivier Naria

Docteur en Géographie, Centre de Recherche et d'Etude en Géographie de l'Université de la Réunion (CREGUR), Centre Universitaire de la Recherche en Activité Physique et Sportive (CURAPS), Université de la Réunion, olivier.naria@univ-reunion.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals