Navigation – Plan du site

De Ceylan Quarter à Keezhputhupattu : lieux de l’exil sri-lankais en Inde

Refugees and Repatriates in Tamil Nadu : A Sri Lankan Perspective
Anthony Goreau-Ponceaud
p. 261-284

Résumés

Cet article propose de mettre en perspective deux groupes de populations tamoules originaires de Sri Lanka aux trajectoires migratoires, statuts administratifs, sociaux et économiques distincts. D’un côté des Tamouls indiens rapatriés du Sri Lanka à la citoyenneté indienne, de l’autre des réfugiés tamouls sri-lankais. La comparaison de ces deux groupes a pour ambition de questionner leur expérience exilique respective.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Rapatriés et réfugiés : similitudes et dissemblances
Le destin de la famille d’Udaya Vasanthan
De Mannar à Keezhputhupattu : chroniques de la famille de Denis
Keezhputhupattu et Ceylan Quarter : deux lieux de l’exil pour une expérience exilique commune ?
Le camp de Keezhputhupattu
Ceylan quarter

Aperçu du début du texte

Il faut tout de même avouer que le gouvernement du Tamil Nadu nous aide beaucoup. On est plutôt privilégiés par rapport à la population locale qui nous accueille et qui vit autour du camp. On est privilégié car le gouvernement nous vient en aide de multiples façons. Nous ne payons ni eau, ni électricité, ni école et frais d’écolage, ni frais médicaux. Le gouvernement nous donne également tous les mois des aides financières, 20 kg de riz gratuits par mois et toutes les autres denrées alimentaires et même l’essence à prix subventionnés. On reçoit même de l’argent pour les mariages, les naissances et les décès. La contrepartie c’est qu’il n’y a pas de choix possible en dehors de celui dicté par le gouvernement. Après il s’agit de vivre avec cette contrainte tout en essayant de la rendre plus vivable. Cependant, de façon générale dans le camp c’est aide et contrainte gouvernementales et initiative privée. Il y a peu de liberté c’est bien cela le problème majeur. On ne peut rien acheter ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Goreau-Ponceaud, « De Ceylan Quarter à Keezhputhupattu : lieux de l’exil sri-lankais en Inde », Les Cahiers d’Outre-Mer, 267 | 2014, 261-284.

Référence électronique

Anthony Goreau-Ponceaud, « De Ceylan Quarter à Keezhputhupattu : lieux de l’exil sri-lankais en Inde », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 267 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/7218 ; DOI : 10.4000/com.7218

Haut de page

Auteur

Anthony Goreau-Ponceaud

Maître de conférences, Université de Bordeaux, UMR ADESS ; 25 rue du Terme, 24190 Neuvic ; mél : anthonygoreau@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals