Navigation – Plan du site

En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (I)

Awaiting the Green Revolution (I) : State science and dispossession in Vidarbha (I)
Joël Cabalion
p. 307-328

Résumés

À l’heure où l’attention se focalise sur un développement économique qui brille par ses zones franches, ses aéroports, ses autoroutes ou ses nouvelles industries de pointe, la Révolution Verte semble passée de mode. Ce serait toutefois oublier qu’en Inde, de nombreuses régions sont encore en attente de la réalisation de ce paradigme développementaliste vieux de plusieurs décennies. Chaque élection nous rappelle aussi que la Révolution Verte demeure un réservoir inépuisable de promesses politiques à haute valeur ajoutée. Or l’évolution du champ économique semble toujours plus repousser les objectifs d’un développement rural qui s’articulerait sur sa mise en œuvre. En s’appuyant sur le cas du barrage de Gosikhurd au Vidarbha, cet article souhaite ainsi illustrer la trajectoire régionale d’une telle attente et revenir sur quelques raisons socio-historiques ayant conduit aux délais et aux défaites de ces perspectives néhruviennes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La vision des bâtisseurs et l’émergence des grands travaux
Le Vidarbha en recherche de sa Révolution Verte

Aperçu du début du texte

A great experiment for the benefit of generations to come and millions of yet unborn. (Franlin Roosevelt, décembre 1932, à propos des barrages de la Tennessee Valley Authority)

Avant même d’espérer changer l’espace concret, tout projet unifié de transformation socio-économique commence par construire le sien propre, à la fois pour reconnaître les inégalités du terrain qu’il faut modifier et démontrer la légitimité de son dessein. Le jeu avec les divisions géographiques s’inscrit dès lors dans une rhétorique de la persuasion fondant ses évidences sur le sens attribué à la distribution spatiale des écarts. (Roger Chartier, 1998, p. 29)

Il y aurait plus de 45 000 grands barrages dans le monde, dont la majorité fut construite après les années 1950, illustrant un mouvement de modernisation technologique rapide dans un contexte d’affranchissement des tutelles coloniales. Ces édifices relèvent d’une culture matérielle plus vaste de stabilisation territoriale : routes, ponts, ports, égouts, r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Cabalion, « En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (I) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 267 | 2014, 307-328.

Référence électronique

Joël Cabalion, « En attendant la Révolution Verte : Science de l’État et dépossession au Vidarbha (I) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 267 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/7244 ; DOI : 10.4000/com.7244

Haut de page

Auteur

Joël Cabalion

Docteur en sociologie, CEIAS, A53, 18 quai Jean-Baptiste Clément, 94140 Alfortville ; mél : joel.cabalion@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals