Navigation – Plan du site

L’ouest forestier ivoirien : enjeux et problèmes d’une zone grise

West Ivorian forest, stakes and problems of a grey zone
Bertin G. Kadet
p. 437-458

Résumés

L’Ouest de la République de Côte d’Ivoire, est une zone grise, en raison des contradictions socio-spatiales qu’elle connaît depuis plusieurs décennies. Troisième entité nationale par son étendue (30 750 km2) et la deuxième par sa population (1 500 000 habitants), cette zone qui s’étend sur trois régions administratives (Tonkpi, Guémon, Cavally) constitue l’avenir économique du pays, grâce à la présence de ressources forestières, agricoles et minières, mais c’est également un lieu de manifestation de conflits armés récurrents, conséquences des guerres civiles ayant affecté certains États ouest-africains (Libéria, Sierra Leone, Côte d’Ivoire). Cette situation qui comporte de nombreuses conséquences, mérite d’être enrayée par des mesures démocratiques de renforcement de la sécurité dans cette zone, faute de quoi, la stabilité économique nationale peut être affectée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les fondements de l’essor économique régional
Un enjeu environnemental, touristique et scientifique menacé
Le potentiel agricole
Une province minière
L’impact des conflits armés régionaux
Conflits armés régionaux et rébellion ivoirienne
La menace du virus de l’Ebola
Les pressions exercées sur les espaces protégés
Renforcer la sécurité régionale
En matière de sécurité, tirer les leçons du passé
La gestion des ressources minières
La nécessaire gestion foncière
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les territoires faisant l’objet de la présente étude sont constitués du District des Montagnes comprenant notamment les régions administratives de Tonkpi (Man), Guémon (Duékoué) et Cavally (Guiglo). À l’intérieur des terres ivoiriennes, ces territoires sont limités par les régions de Bafing (Touba) au nord, Worodougou (Séguéla) au nord-est, Haut-Sassandra (Daloa) et Nawa (Soubré) à l’est, enfin San Pedro (San Pedro) au sud. L’extrême ouest de l’ensemble ainsi délimité représente la frontière que la Côte d’Ivoire partage avec le Liberia et la Guinée.

À la fin des années 1980, l’Ouest ivoirien est devenu le théâtre d’un cycle de violences armées dont les effets destructeurs sur les populations et leurs environnements ont été accentués par la crise militaro-politique ivoirienne (2002-2011). Des bandes armées y occupent des forêts protégées de l’État, et règnent comme en territoire conquis, au mépris de la loi. La persistance de la violence qui sévit continuellement dans cett...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertin G. Kadet, « L’ouest forestier ivoirien : enjeux et problèmes d’une zone grise », Les Cahiers d’Outre-Mer, 271 | 2015, 437-458.

Référence électronique

Bertin G. Kadet, « L’ouest forestier ivoirien : enjeux et problèmes d’une zone grise », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 271 | Juillet-Septembre 2015, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/7578 ; DOI : 10.4000/com.7578

Haut de page

Auteur

Bertin G. Kadet

Bertin G. Kadet, École normale supérieure, Abidjan, BP 254 Grand-Bassam, RCI, bertinkadet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals