Navigation – Plan du site
Atlas de COM

Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie)

Jean-Christophe Gay
p. 267-270

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Au sein de la Nouvelle-Calédonie, les îles Loyauté (1 980 km²) constituent un monde à part eu égard à leur nature corallienne et à leur histoire. En contact avec le monde polynésien, soumises à l’action précoce et profonde des missionnaires anglicans, elles ont été mises en réserve en 1899, sans cantonnement, ce qui leur épargna un épisode sombre de la colonisation. Handicapées par l’absence de ressources naturelles, ces îles exportent depuis longtemps leur main-d’œuvre. Leur part dans la population néo-calédonienne est passée de 25 % à la fin du xixe siècle à 6,8 % en 2014, avec 18 297 habitants au dernier recensement.

Maré, l’île la plus méridionale et la plus haute de l’archipel loyaltien compte, en 2014, 5 648 habitants pour une superficie de 642 km2, soit une densité inférieure à 9 hab./km². Une double opposition structure l’île. Socialement, on distingue les gens de la mer, qui habitent le sud et l’ouest de l’île, et les gens de la terre, au centre et à l’est. Spatialement, l’î...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Gay, « Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 267-270.

Référence électronique

Jean-Christophe Gay, « Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/7766 ; DOI : 10.4000/com.7766

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Gay

Professeur des universités, IAE de Nice, Université Nice Sophia Antipolis, UMR ESPACE-DEV, jcg06500@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals