Navigation – Plan du site
Atlas de COM

Marginalité, dépendance et coprahculture dans les atolls de Polynésie française

Rémy Canavesio
p. 281-285

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La Polynésie française regroupe près de 20 % des atolls de la planète. Ces îles basses marquées par des contraintes édapho-climatiques importantes (salinité, submersions régulières, sols calcaires pauvres) se concentrent dans l’archipel des Tuamotu qui s’étire sur près de 2 000 km au beau milieu du Pacifique Sud, aux antipodes de la France. Cet archipel constitue une marge évidente dans le référentiel tahitien alors même que l’île de Tahiti est considérée comme étant le « bout de la France » par de nombreux Français. Dans la seconde moitié du xixe siècle, missionnaires et colons européens se sont efforcés de tirer profit de ces territoires en organisant la pêche des huîtres nacrières dans les lagons d’une part, et en développant une culture systématique du cocotier (coco nucifera) sur les îlots, d’autre part. Ces dynamiques participèrent activement à l’intégration de ces atolls à l’économie mondiale tout en positionnant dès lors ces îles en situation de marge vis-à-vis du système te...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Canavesio, « Marginalité, dépendance et coprahculture dans les atolls de Polynésie française », Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 281-285.

Référence électronique

Rémy Canavesio, « Marginalité, dépendance et coprahculture dans les atolls de Polynésie française », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/com/7771 ; DOI : 10.4000/com.7771

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals