Navigation – Plan du site
Redéfinir les normes corporelles sportives

La sportivité des techniques corporelles d’un héros éminemment moderne : Rahan

Le nouvel âge des sports… farouches
The new age of sports…fierce: the sportsmanship of body techniques of a modern hero: Rahan
Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud

Résumés

À partir d’une approche anthropo-historique des représentations, cette étude se penche sur la manière dont le dessinateur – André Chéret – représente corporellement son héros dans la Bande dessinée Rahan. À une époque pré-historique, le dessinateur plonge ses jeunes lecteurs dans un univers où les codes gestuels du héros sont proches de l’univers sportif des années 1970-1980. Reflet le plus légitime de l’excellence corporelle, la norme sportive élève ainsi le héros de ses semblables et renforce son identification auprès de son lectorat de plus en plus adepte de la chose sportive. Cependant, le dessinateur n’hésite pas à distordre la réalité pratique du geste sportif pour mieux le représenter. Il s’émancipe ainsi de certains critères d’efficacité sportifs pour rendre le graphisme du mouvement plus visible. Finalement, la norme sportive n’est pas le dessein d’André Chéret, il n’est qu’un moyen au service du projet moral du scénario.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

Rahan, sports, body, youth

Éditeurs et profession :

Pif-Gadget, Soleil
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette acception de la modernité renvoie à la culture contemporaine du XXème siècle et ce que « cela (...)

1Rahan. Blond parmi les bruns. Homo Sapiens Sapiens parmi les Sapiens. Sa chevelure flamboyante irradie au-dessus de son corps musclé et presque glabre. Esthétiquement, le héros porte les stigmates d’une différence. Mais cette distinction exprime par ailleurs une modernité1 infaillible qui fait face à l’obscurantisme des traditions, des rituels souvent macabres ou désignés comme tels (VOGLER, 1986-1987). Participant aux changements et à l’évolution des mentalités des tribus primitives, les techniques inventées puis enseignées par Rahan côtoient celles des gestes corporels.

  • 2 Nous entendons le terme « corporéité » comme une façon extériorisée d’être au corps, partageant le (...)
  • 3 Si plusieurs théories existent sur l’émergence même du sport, nous nous attachons à l’idée que les (...)
  • 4 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, (...)
  • 5 « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditio (...)
  • 6 « Rahan et la sauvageonne », Pif Gadget, n°1044-47, mars 1991, dans Rahan, L’intégrale Tome 19, Tou (...)
  • 7 La datation des épisodes a été reconstruite à partir de la bibliographie de Rahan par Louis Cance, (...)

2Or, si le jeune lecteur adolescent des années 1970-80 est plongé dans une époque lointaine  – préhistorique  –, force est de constater la présence d’une corporéité2 éminemment contemporaine : celle du sport moderne3. Au fur et à mesure de ses péripéties, Rahan emploie alors le crawl pour « ramper sur l’eau »4, utilise des techniques de lutte pour se défendre sans tuer5 ou saute à la perche pour franchir un précipice6. Cette (con)fusion entre gestes corporels et gestes issus de l’univers sportif (ARNAUD ET BROYER, 1985) tendrait à concevoir la modernité corporelle à travers un modèle sportif de la société contemporaine. Notre ambition est donc tout d’abord de mettre en avant les formes de modernité corporelle présente dans les dessins, au travers de l’identification des différents gestes sportifs en présence. De cette manière, nous essaierons de saisir la place des techniques sportives comme l’expression d’une norme corporelle moderne des années 1970-80, rendue visible par le scénariste  – Roger Lécureux  – et le dessinateur  – André Chéret  – et accrue par le déplacement de l’action dans une époque ancienne. Ainsi, à partir de l’ensemble des intégrales de Rahan entre 1969 et 19927 et d’un entretien avec le dessinateur phare, il s’agit plus largement, à travers une mise en perspective de l’objet technique, de comprendre en quoi et pourquoi le geste technique du héros porte l’empreinte de l’univers sportif. Plus encore, ce support de comparaison permet de saisir toute la force d’imitation que comporte la séduisante modernité du corps en mouvement de Rahan.

3Pour autant, l’objectif n’est pas de prouver que le héros est un sportif mais plutôt que Rahan est une BD mobilisant des pratiques sportives modernes à des fins de promotion d’une attitude morale incorporée (VOGLER, 1986-1987). L’univers normé de la technique sportive ne s’observe donc pas dans les conditions de pratiques, de réglementation ou de standardisation des pratiques institutionnalisées, mais bien dans une mobilisation nécessaire au héros pour se déplacer et s’extirper de situations difficiles. Le processus d’émergence de cette gestuelle parfaite accompagne, quelque part, le cheminement de Rahan, lequel passe d’une observation à une réflexion, avant d’aboutir à sa généralisation logique puis à son application. En ce sens, la norme sportive émane clairement d’une abstraction qui s’exprime ensuite sur le plan pratique. Pierre Arnaud et Gérard Broyer arrêtent d’ailleurs en ces termes l’un des fondements de la technique sportive (ARNAUD ET BROYER, 1985, p. 157). Pour autant, le réalisme n’est pas le propre du dess(e)in de Chéret. Le style et l’illustration des cases importent plus que la crédibilité pratique de ces techniques. Dès lors, comment l’auteur procède-t-il pour représenter ces gestes particuliers ? Si l’enjeu de la représentation est de les rendre visibles et reconnaissables pour le lecteur, comment s’émancipe-t-il de l’univers du geste sportif normé, tout en s’attachant à en présenter les traits caractéristiques auprès du lecteur ? On perçoit donc ici toute la finesse exigée par la représentation d’un corporel suffisamment signifiant pour que le lecteur lui prête une intention proche de celle voulue. Le rapport à la norme chez le dessinateur sera ainsi questionné sur deux axes : d’une part, celui de sa formation personnelle/professionnelle dans l’art et plus particulièrement dans l’art graphique, et d’autre part, celui de son parcours personnel à l’aune de son rapport aux activités physiques, sportives et artistiques.

4Notre ambition est de saisir la relative similarité des gestes corporels illustrés dans Rahan avec ceux en cours dans l’univers sportif des années 1970-80 et identifiables par le lectorat. Pour autant le dessinateur n’hésite pas à distordre la réalité pratique des techniques sportives du héros et à s’émanciper de l’univers sportif, pour en faciliter l’identification auprès de la jeunesse de ces deux décennies. La hiérarchie des critères d’efficacité du geste sportif est moins la préoccupation du dessinateur que la reconnaissance de cette technique efficace au service du scénario et du projet moral qu’il contient. La part de l’homme d’art joue alors un rôle prépondérant à la mise en mouvement du personnage fictif.

5Finalement, nous défendrons l’idée que le choix de présenter le héros d’après les codes sémantiques du geste sportif perçu par les néophytes, dont fait partie Chéret, s’inscrit dans un mode de lecture de ces histoires en cohérence avec l’environnement technique communément partagé des années 1970-1980. Dès lors, les postures et gestuelles adoptées, loin d’induire du flou dans la lecture iconique de Rahan, accroissent d’autant plus l’impact d’une culture commune que celle-ci est instinctive et floue. L’univers sportif n’est, en réalité, pas présent. Chéret emprunte seulement, dans sa bibliothèque mentale d’images sportives, certaines formes gestuelles pour interpeller les représentations et les mentalités des jeunes lecteurs. Le geste sportif est perçu à cette période comme l’aboutissement du geste humain, celui de l’efficacité et de l’efficience – à l’image des actions humanistes considérées comme pertinentes de Rahan. Jouant sur le degré de similarité de la forme gestuelle, le dessinateur représente son héros sans se soucier des normes d’efficacité du geste sportif.

Des gestes corporels normés librement inspirés des techniques sportives contemporaines des années 1970-80

  • 8 Interview de André Chéret en 2012 lors de l’exposition de Rahan à la Médiathèque André Malraux de B (...)

6Comme l’explique André Chéret, il ne s’agit pas d’une BD de réalité préhistorique comme peut le proposer Emmanuel Roudier dans Néandertal ou La guerre du feu, mais d’une fiction8 qui n’hésite pas à distordre la réalité historique pour que le lecteur s’identifie plus facilement à son héros. En effet, bien que plongé à l’époque préhistorique, le geste technique alors dessiné s’inspire très fréquemment de l’univers sportif. Différenciant fréquemment le héros des usages à l’œuvre dans d’autres tribus, ce mouvement précis et défini apparaît alors comme la seule norme d’efficacité. Dans les années 1970-1980, il incarne le geste parfait dont la reproduction démontre la maîtrise de son auteur. Ainsi, Vigarello rappelle qu’il est reproductible, copiable, transmissible, etc. (VIGARELLO, 1988, p. 7). De cette manière, le geste technique dans son univers sportif draine tout son univers et ses représentations.

La pratique aquatique, un exemple particulièrement saillant

  • 9  « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditi (...)

7Quand Rahan nage, il n’est pas seulement nageur ; il est un champion perceptible au travers de sa vitesse et de son efficacité supposée. Il est un homme au geste technique maîtrisé. L’aptitude apparaît avec d’autant plus de contraste que certaines tribus ne sont pas en capacité de nager ; tous ceux « qui marchent debout » ne savent pas « ramper sur l’eau » !9 Cette compétence apparaît d’autant mieux incorporée chez Rahan qu’il en montre des déclinaisons.

  • 10 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, (...)
  • 11 « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon, É (...)

8On le voit ainsi nager le crawl de vitesse10 (Image 1) et celui de sauvetage11 (Image 2).

Image 1

Image 1

Dessin d’André Chéret, « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p.   8

© LECUREUX/CHERET/MC PRODUCTIONS

Image 2

Image 2

Dessin d’André Chéret, « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 20

© Lecureux/Chéret/Geronimo

  • 12 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, (...)
  • 13 « La horde folle », Pif Gadget, n°7, avril 1969, dans Rahan, L’intégrale Tome 1, Toulon, Éditions S (...)
  • 14 « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon, É (...)

9La similitude du geste est frappante. La propulsion par battements alternés des jambes provoque des éclaboussures d’eau. Cette nage asymétrique avec un bras allongé dans le prolongement du corps avec une main serrée à l’entrée de l’eau, et un bras en retour de poussée qui signe la fin de cette dernière phase, place le héros dans une configuration qui n’est pas sans rappeler un espadon dont le nez est remplacé, ici, par la main tendue du héros. La puissante volonté de Rahan à vaincre les limites, induites par l’ignorance ou l’assujettissement à la fatalité, doit prendre corps dans l’expression du mouvement. Ainsi, des masses d’eau mettent en évidence que Rahan se tracte, puis pousse pour « ramper » le plus rapidement vers la berge. Dans le cas d’un crawl de vitesse, la tête est alors placée dans l’axe du corps afin de créer une petite vague derrière laquelle il sera plus aisé de respirer en dessous du niveau de l’eau mais également de créer un alignement qui facilite le retour du bras non propulseur12 (Image 1). Ces principes d’efficacité présents marquent les dessins du sceau des normes sportives. Le geste en porte les traits reconnaissables. Dans la même veine, Rahan complète la panoplie de la maîtrise technique du milieu aquatique par l’adoption précoce et l’usage répétitif du plongeon. Avec seulement quelques essais à son actif (Image 3)13, Rahan excelle (Image 4)14.

Image 3

Image 3

Dessin de Chéret André, « La horde folle », Pif Gadget, n°7, avril 1969, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 1, Toulon : Éditions Soleil, 1998, p. 71

© Lecureux/Chéret/MC Productions

Image 4

Image 4

Dessin de Chéret André, « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon : Éditions Soleil, 1998, p. 16

© Lecureux/Chéret/MC Productions

  • 15 « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, dans Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon, É (...)

10Le profil de goutte d’eau est parfait, les bras et les jambes sont tendus ainsi que les extrémités des pieds et des mains. Le critère d’évaluation sportive que constituent les éclaboussures à l’entrée dans l’eau est même explicitement convoqué dans le texte adjacent : « … son corps creva l’eau comme une flèche. Sans presque soulever d’éclaboussures !!! »15. Ailleurs, sa position arquée laisse penser qu’il ne tombe pas dans l’eau mais saute en prenant une impulsion au sol. Cette entrée sportive, signifiant à la fois le dynamisme et la maîtrise, domine ainsi tout le scénario de l’histoire puisqu’il ne plonge pas moins d’une quarantaine de fois sur l’ensemble des épisodes. La continuité récurrente du plongeon et du crawl laisse même supposer une maîtrise de cette phase intermédiaire que les sportifs dénomment « reprise de nage ». Plus encore, ce qui pourrait apparaître comme de la technique stérile et décontextualisée prend une épaisseur dans la dynamique de l’inter-case. En passant d’une case à une autre, le lecteur se rend compte de la chronologie des actions mais aussi du rythme avec lequel les différentes phases se succèdent. Comme un story-board qui envisage les séquences filmiques au point le plus signifiant de l’image, l’œil de cinématographe de Chéret choisit le temps t du mouvement, instant où la puissance de Rahan transparaît nettement.

11Ce qui apparaît dans toutes les phases nagées de manière particulièrement probante existe dans d’autres pratiques physiques, dans d’autres gestuelles à la signification sportive latente.

La course comme mouvement quasi-perpétuel du héros

Image 5

Image 5

Dessin de Chéret André, « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 53

© Lecureux/Chéret/Geronimo

  • 16 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, (...)
  • 17 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, (...)

12Rahan court comme un athlète confirmé (Image 5)16. Reprenant les techniques de représentation et d’analyse du mouvement humain d’Etienne-Jules Marey à la fin du xixe siècle (POCIELLO, 1999), Chéret semble donner une décomposition particulière à un geste trop rapide pour être perçu dans sa complexité à l’œil nu. La présence de cette unique chronophotographie – à ce niveau-là de précision – conforte cette image de maîtrise, et accroît l’effet de vitesse de sa course. L’utilisation d’un kinogramme17 apporte alors un rôle cinématique particulièrement intéressant dans le dessin, qui anime un art – le 9ème – non animé. Il permet de dérouler le mouvement dans le temps et de présenter la quasi-simultanéité des différents gestes qui constituent, ensemble, l’unité de sens de l’action (VIGARELLO et VIVES, 1985, p. 266).

  • 18 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, (...)

13D’ailleurs, il reste une part d’animalité affichée de Rahan que laisse apparaître l’attitude technique. Principalement en début de mouvement, les extrémités pendantes du héros marquent une similitude avec les courses de chasse que les félins utilisent pour avancer tout en restant tapis et que Chéret conçoit comme la motricité usuelle de son héros. Cette logique naturelle – copiée sur le guépard – est contrebalancée par la position élancée, bras opposé au genou dirigé à la perpendiculaire qu’adopte ensuite le coureur (Image 5)18. Cette technique efficiente de course, marque Rahan du sceau de l’athlète tout en lui laissant une part animale qui pourrait avoir comme vertu – et non comme intention – d’affirmer le côté inné de bien des qualités que Rahan utilise et améliore. La technique sportive s’en faisant une forme d’incarnation et de perfection quant aux valeurs de transmission.

Le combat pour la vie donné à voir à travers une gestuelle sportive

Image 6

Image 6

Dessin de Chéret André, « Rahan et la Sauvageonne », Pif Gadget, n°1144-1145-1146-1147, mars 1991, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 19, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 90

© Lecureux/Chéret/Geronimo

Image 7

Image 7

Dessin de Chéret André, « Le monstre d’un autre temps ! », Pif Gadget, n°137, septembre 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 115

© Lecureux/Chéret/MC Productions

  • 19 « Rahan et la Sauvageonne », Pif Gadget, n°1144-1145-1146-1147, mars 1991, dans Rahan, L’intégrale (...)
  • 20 « Le monstre d’un autre temps ! », Pif Gadget, n°137, septembre 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome (...)
  • 21 « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditio (...)

14D’autres situations laissent apparaître des corporéités sportives. Rahan est parfois amené à se battre, souvent pour se défendre. L’inspiration martiale est clairement perceptible. En position statique de défense, l’orientation des mains est celle fréquemment utilisée lors des différents arts martiaux. L’objectif ici est bien de démontrer la maîtrise technique du héros à travers une attitude associée à des univers : celui des karatékas aux mains ouvertes et aux doigts tendus, portées devant le torse (Image 6)19 ou celui des boxeurs aux poings fermés (Image 7)20. L’utilisation du geste sportif met à jour les compétences martiales du héros. Il contrôle et maîtrise ces gestes pour arriver à son but qui est bien souvent de ne pas tuer son adversaire. La vie comme bien suprême (ARENDT, 1967) constitue une valeur fondamentale du héros et ces modalités de combat en assurent la mise en œuvre. L’inspiration sportive est alors au service du dessein. Comme l’explique Vogler, Le Fils de Crao incarne « une nouvelle société » qui se fonde sur le pacifisme et le partage. C’est ainsi qu’on y voit Rahan immobiliser ses adversaires humains ou animaux par une double clef Nelson (Image 8)21. Dressé derrière son ennemi, le héros bloque alors l’utilisation des bras de son rival en lui tenant le cou et les épaules en extension. L’anachronisme engendré à l’époque préhistorique sert donc le scénario : le héros qui se différencie par son geste sportif singulier facilite la transmission de valeurs.

Image 8

Image 8

Dessin de Chéret André, « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 36

© Lecureux/Chéret/MC Productions

15L’efficacité imprégnée du geste sportif est au service de la transmission de valeurs de cette « nouvelle société » que Le Fils de Crao « partageur, pacifique, anti-sexiste, laïque, équanime, véridique, réaliste, inventif » incarne (VOGLER, 1986-1987, p. 167). Ainsi, l’inspiration sportive d’André Chéret est factuellement perceptible dans ses dessins. Dès lors, comment s’est-il émancipé de cet univers normé ? Quelle liberté avait-il au regard du scénario écrit par Roger Lécureux ? Et comment son parcours personnel et professionnel peut expliquer ces représentations de gestes sportifs ?

Le geste technique à l’épreuve du style : l’émancipation au service du graphisme

16André Chéret n’hésite pas à distordre la réalité pratique du geste sportif pour mieux le représenter. Il s’émancipe alors de certains critères d’efficacité du crawl pour rendre le graphisme du mouvement plus visible. Certaines vignettes, basées sur la figure de l’hyperbole, sont particulièrement signifiantes puisqu’elles exagèrent certains aspects du geste technique pour mieux le mettre en relief. Ainsi, pour accroître l’effet de vitesse, Rahan survole l’eau, les deux bras en l’air (Image 9).

Image 9

Image 9

Dessin de Chéret André, « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 9, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 144

© Lecureux/Chéret/Geronimo

  • 22 « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, dans Rahan, L’intégrale Tome 9, T (...)

17On y voit, d’une part, le bras gauche terminant sa phase de propulsion et commençant son chemin aérien, et d’autre part, le bras droit n’ayant pas fini son retour aérien22. Cette surextension des bras pointe également la liberté graphique et stylistique que se laisse Chéret au regard des limites anatomiques humaines. En effet, la chaîne musculo-squelettique de l’épaule et de la ceinture scapulaire limite le mouvement et empêche une extension et une flexion bras tendu dans l’axe transverse, supérieure à 180 degrés.

Image 10

Image 10

Dessin de Chéret André, « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 153

© Lecureux/Chéret/Geronimo

  • 23 « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditio (...)
  • 24 « Celui qui fait les nuages », Pif Gadget, n° 246, novembre 1973, dans Rahan, L’intégrale Tome 8, T (...)
  • 25 « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, dans Rahan, L’intégrale Tome 9, T (...)

18Sur cet autre dessin (Image 10), Chéret déboîte l’épaule droite de Rahan dans le plan sagittal (CALAIS-GERMAIN, 1999, p. 108) pour mettre en évidence le retour du bras qui a terminé sa phase propulsive23. La position de l’avant du deltoïde qui se déplace en arrière de l’épaule l’atteste. L’intérêt est alors de mettre en avant le mouvement de fuite du héros et la puissance que la nage dégage pour cela. Le muscle est alors survalorisé comme objet d’hyperbolisation de cette puissance, au point qu’il en détourne le geste technique en lui-même. Le projet est bien de transmettre l’idée de l’action – Rahan fuit en nageant vite en crawl – et non la représentation fidèle du geste sportif. Il s’émancipe ainsi des réalités de l’amplitude du mouvement humain. S’adjoint également à l’obstacle anatomique, celui des principes d’efficacité du crawl. En effet, Rahan le nage en toutes circonstances, y compris lorsqu’il évolue en milieu subaquatique24. Or, le retour du bras en crawl sous l’eau ralentit considérablement la vitesse de nage, voire rend le déplacement inopérant. De la même manière, des phases sans propulsion rendent difficile le maintien dans la position horizontale (Image 9)25. Les résistances à l’eau augmentent considérablement et limitent la prise de vitesse et la conservation de celle-ci. Cette situation quasi-surréaliste - Rahan « rampe » en survolant l’eau - renforce la croyance que le crawl est la nage par excellence pour lutter contre cet environnement inconnu, incertain et, a fortiori, périlleux qu’est l’eau. Cette émancipation au regard de l’univers du geste technique sportif est aussi sans doute le fait que la BD ne traite pas du sport. Le réalisme technique n’est pas le pendant des dessins de Chéret ; il le représente au gré des scénarios qu’il fait vivre. Le choix du plan conditionne alors en grande partie le réalisme technique. En effet, ce regard très cinématographique qui est celui de Chéret se retranscrit dans les vignettes sous la forme d’une mise en place du héros dans le cadre qui permette d’allonger la posture de Rahan. C’est ainsi qu’une grande part de ces activités de crawl positionne le héros dans la diagonale de la case. Mais le fait de devoir tenir dans un espace restreint, ce qu’anticipe rapidement le dessinateur sur des croquis sommaires, exige un jeu sur les proportions et sur la détermination des parties du corps montré alors. Les choix de démonstration sont également amputés par cette contrainte induite par le style même de la BD.

19Cette fiction n’hésite donc pas à distordre autant la réalité historique que la réalité pratique. Chéret explique ainsi :

  • 26 Interview de André Chéret en 2012 lors de l’exposition de Rahan à la Médiathèque André Malraux de B (...)

C’est vrai qu’il y a eu des positions qui étaient… (temps de silence), on ne pouvait pas les réaliser. Rahan par exemple était accroché et puis il pouvait faire un demi-tour. Je crois que les clavicules en prenaient un drôle de coup26.

20Une remarque analogue apparaît lors de l’entretien avec l’auteur. Cette fantasmagorie corporelle se retrouve dans les positions de crawl, interrogeant la manière dont s’y prend le dessinateur pour représenter Rahan en train de nager. La fiction, y compris des techniques corporelles et sportives, doit avant tout servir la mise en abyme des actions du héros chez le lecteur. Rahan met en scène un héros fort et puissant, qui domine l’élément primaire qu’est l’eau avec la seule technique qui peut dompter cet environnement : un crawl symbole d’efficacité. Elle doit donc être clairement visible pour le lecteur et cela passe par la mise en relief des traits identifiables de la nage : un bras allongé à l’avant, et un bras en retour de propulsion avec un coude au-dessus du niveau de l’eau. Finalement, l’hyperbolisation du geste technique n’est donc pas une contestation de l’univers sportif normé, mais le détournement d’une forme sportive au service d’un propos.

  • 27 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, (...)

21Au-delà de la natation, d’autres pratiques physiques sont également affectées par ces choix. Des techniques issues de l’athlétisme sont alors détournées. Ainsi, la représentation de Rahan en train de courir ne présente pas de phase de griffé, c’est-à-dire ce temps où le pied est actif pour réduire le temps d’appui au sol et accélérer (Image 5)27. Le primat de l’animalité qui se joue à travers une « patte » délicate et tombante serait mis à mal en rendant l’appui plus actif. Si le travail de bras est apparemment en accord avec les canons techniques des années 1970-1980 (VIGARELLO, 1988, p. 29), il reste quelques détails qui montrent les choix du dessinateur. Ainsi, la puissance que doit exprimer Rahan s’inscrit dans ses poings serrés, dans le cou tendu vers l’avant, alors que cette crispation est en inadéquation avec les principes de relâchement nécessaires à un usage optimal des propriétés pliométriques des muscles. En l’absence de travail spécifique de documentation, le dessinateur reste pourtant attaché à un modèle technique évoquant le sprint, cette vitesse qui imprime dans l’atmosphère générale un mouvement synonyme de modernité, de progrès, d’évolution positive par l’action de Rahan.

  • 28 « Le Trésor de Rahan », Pif Gadget, n°464-465-466-467, février et mars 1978, dans Rahan, L’intégral (...)

22Une petite différence apparaît également au niveau de l’usage du bambou à l’époque28 où la fibre de verre transforme la technique du saut à la perche – dès les années 1960 – (DEFRANCE, 1985, p. 263). Il n’est pas de petit, ni de grand balancier, ces deux temps rendus possibles par la capacité de flexion et de renvoi de cette perche nouvelle. L’usage d’une technique « fibre de verre » sur une perche en bambou donne une représentation qui, en définitive, inscrit véritablement le héros dans son époque. Les résultats probants de la perche française à cette époque, avec le record du monde de Thierry Vigneron ou le titre de champion olympique de Pierre Quinon en 1984, constitueraient des éléments de visibilité qui pourraient avoir été captés par l’œil acéré – mais pas forcément instruit aux choses sportives - de Chéret.

  • 29  « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditi (...)
  • 30 « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditio (...)

23De même, au niveau du combat, l’application déjà évoquée de la double clé Nelson sur une panthère peut laisser dubitatif (Image 8)29. Les principes qui gouvernent cette technique d’immobilisation des gestes, s’ils fonctionnent sur les omoplates d’êtres humains, n’ont certainement pas la même force de contrainte sur les articulations différemment orientées du félin. Plus encore, lors de la frappe par coup de poings, Rahan reste face à son adversaire30. Si son bras part loin derrière pour accumuler une plus grande force de frappe, son poignet se casse également pour démultiplier cette puissance. Or, ce dernier qui n’est désormais plus dans l’axe de l’avant-bras, provoque de fait une erreur technique qui pourrait se traduire par une fracture des petits os du poignet.

  • 31 Pour plus d’informations, se référer à l’enquête INSEE sur les « Loisirs des Français » de 1967 à 1 (...)

24Tous ces indicateurs démontrent le positionnement particulièrement sensible de la culture sportive31, large et parfois imprécise, du dessinateur qui, comme un reflet de la représentation sociale, considère le sport comme une forme d’excellence et la technique comme son reflet le plus légitime. Rahan fonctionnerait donc d’autant plus qu’il entre en écho avec une culture corporelle partagée auprès d’une jeunesse de plus en plus adepte de la chose sportive (ATTALI, 2007).

Une légitimité à la force du poignet. André Chéret : l’image d’un autodidacte produit de son temps ?

25Les détails qui constituent des points d’adaptation iconique du dessin à un besoin sémantique de la représentation du héros sont autant de leviers d’appropriation d’un imaginaire qui renvoie à une culture sportive communément partagée. Comment expliquer la similitude frappante des gestes corporels issus du monde sportif chez Rahan ? Et comment le dessinateur explique-t-il la manière dont il s’émancipe de l’univers normé de ces techniques très codifiées ?

26Si, dans le cadre de la revue Pif Gadget, le centre névralgique et idéologique de l’histoire reste dans les mains du scénariste Lécureux, André Chéret dispose d’une grande liberté. Lorsqu’il dessine, ce dernier ne mobilise aucune documentation particulière, ne fait appel à aucun modèle. Pas une revue sportive ne paraît sur son bureau. Il dit s’inspirer de ses expériences en imaginant et en se projetant le mouvement. S’il nage encore régulièrement dans sa piscine, et qu’il a nagé pendant le service militaire, il affirme n’avoir jamais pris de cours de natation. Cette activité physique présente une valeur particulière pour l’auteur qui nous rappelle maintes fois cette qualité chez lui mais elle renvoie également à un véritable souci du corps. Il apparaît chez cet homme comme une véritable sensibilité à la représentation esthétique du corps, mais aussi à une considération positive du travail de force de ce même corps, faisant un possible écho avec le métier de docker de son beau-père.

  • 32 « Le clan des hommes-doux », Pif Gadget, n°345-346, octobre 1975, dans Rahan, L’intégrale Tome 12, (...)

27Selon ses propos, il serait davantage adepte de la nage indienne que du crawl. Sa démarche graphique se baserait alors sur les représentations qu’il se fait de cette nage. Artisan du dessin, il s’est fait à la force du poignet. Si la BD est l’affaire de bon nombre de personnes issues des classes supérieures déchues du monde de l’art (BOLTANSKI, 1975, p. 38), Chéret s’inscrit dans une mouvance nouvelle à l’aube des années 1965 : celle des classes populaires ou de la partie inférieure des classes moyennes comme l’ont été Marcel Gotlib, Philippe Druillet ou encore Jean Giraud (Ibid.). Si certains ont bénéficié d’enseignement dans les écoles d’Arts appliqués ou lors des cours du soir (Ibid.), il fait partie de ceux qui n’ont pas eu besoin d’accéder aux échelons, même socialement inférieurs, du système d’éducation artistique. En effet, s’il a pu avoir un professeur de dessin comme tout écolier dans les années 1950 qui le conduisait à des expositions ou des musées, il ne suit aucune formation d’art graphique. Une première et seule tentative se serait soldée par une éviction du cours du soir dès la première séance. Cette position autodidacte peut sans doute le libérer d’une forme d’académisme et expliquer l’importance du mouvement qu’il laisse apparaître dans ses dessins. En particulier, lorsqu’il casse les normes habituelles présentes dans la BD. Chez Chéret, ces dernières sont bien souvent déstructurées pour laisser passer le mouvement sur une page entière. L’inter-case devient un espace de représentation et un nouvel interstice d’expression. Par exemple, il peut faire partir une lance qui traverse la page en diagonale pour venir s’intégrer dans la dernière case32. Est-ce un précurseur dans ce domaine ? Si Chéret affirme ne s’inspirer d’aucune autre BD en se jouant des règles jusque-là imposées à la BD, il se fond de nouveau dans le courant qui traverse cette époque, à l’image de Philippe Druillet qui supprime le système des cases (Ibid., p. 50). La sophistication du découpage des vignettes qui remplace l’alignement et la proportion, était donc un procédé nouveau, mais bel et bien de son temps.

  • 33 Expression utilisée par madame Chéret pour décrire les compétences techniques de André Chéret.

28Ce dynamisme est également le résultat d’un dessin sans doute à main levée qui nécessite une précision particulière et un mouvement continu. La méthode est assumée ; il utilise exclusivement la plume. Il réalise un premier croquis avec des traits fins puis le finalise. Oser déstructurer les vignettes, c’est sans doute faire preuve d’une compétence de projection du geste technique et sportif, et maîtriser un lot important de techniques afin de respecter une certaine représentation réaliste, nécessaire à son lectorat. À l’image d’un faussaire33, André Chéret est capable de maîtriser bon nombre des techniques des arts graphiques afin de dépasser et de s’émanciper du caractère rigide des cases qui se suivent. En conséquence, si les aventures apparaissent en couleur au milieu des années 1970, les dessins originaux restent en noir et blanc. Cette manière de dessiner est d’ailleurs un impératif éditorial qui répondait à une logique purement économique de Pif Gadget à ses débuts (RANNOU, 2014, pp. 28-29). Ils sont ensuite colorisés de manière mécanique, puis par des coloristes. C’est d’ailleurs madame Chéret qui occupera ce rôle à la fin des années 1970. L’utilisation récurrente de représentations de Rahan en plein mouvement permet à l’auteur de s’améliorer, se parfaire selon un critère stylistique suffisamment explicite pour que le versant technique apparaisse, malgré quelques imperfections, mais surtout pour que l’ensemble des critiques de la BD accepte le message qu’il dispense. Comme nous l’avons dit, il ne s’occupe que des dessins, la couleur ne l’intéresse d’ailleurs pas. C’est donc avec l’expérience que la qualité de retranscription d’une représentation personnelle du corps, d’après Chéret, s’est imposée comme une possible expression du corps en mouvement de Rahan. Année après année, le dessinateur s’est donc imposé comme le père visuel de Rahan et, à ce titre, l’un des auteurs.

Conclusion

29Finalement, la façon avec laquelle André Chéret investit le dessin et la représentation du corps de Rahan selon des postures très ouvertement porteuses d’un sens sportif nous renseigne énormément sur le période de leur production. En étant autodidacte, et laissant son environnement direct investir ses propres productions, en ayant apparemment un œil extrêmement vif, Chéret s’inspire de ce qu’il voit. À ce titre, il met en image un corps dynamique selon les critères d’excellence de son temps. Les représentations techniques de Rahan cristallisent finalement deux choses. D’une part, elles mettent en lumière les aptitudes particulières du dessinateur à compléter le scénariste Lécureux dans sa démarche de diffusion d’une excellence collectivement partagée. D’autre part, elles incarnent avec force la manière avec laquelle la société et la jeunesse appréhendent le sport comme lieu d’expression optimale du mouvement et de sa perfection.

30Finalement, le système des sports (YONNET, 1998) prend place au sein du 9e art et l’intégration d’une technique comme modèle de corporéité socialement signifiante rend bien compte d’une diffusion d’une représentation partagée du geste. L’incorporation d’un mouvement spécifique garant de son efficacité participe d’un conformisme groupal (Ibid., 82-83), consubstantiel à l’acte identificatoire, puisque cette technique donnée à voir s’inscrit dans la lignée du sport-spectacle à travers le geste normé du champion. Le crawl comme élément de visibilité de la performance et de la maîtrise technique compétitive et l’usage récurrent du mouvement dans les aventures de Rahan permettent de multiplier les situations analogues. Non seulement la logique natatoire est investie dans ce qu’elle représente d’environnement inconnu, voire hostile, pour cette population Sapiens et Néandertalienne, mais la course elle-même porte les stigmates d’une gestuelle empreinte de modernité. Si la BD apparaît comme un miroir et un moteur des représentations collectives des pratiques corporelles (VIVIER, RENAUD, GUILLAIN, 2012), elle devient alors une archive historique intéressante – à prendre non sans minutie –, pour étudier la manière dont s’incorpore l’activité physique et sportive chez les jeunes lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hannah. Essai sur la révolution, Paris : Gallimard, 1967, 480 p., ISBN 9782070202423.

ARNAUD, Pierre et BROYER, Gérard. « Des techniques du corps aux techniques sportives », in ARNAUD, Pierre et BROYER, Gérard (dir.), Psychopédagogie des activités physiques et sportives, Toulouse : Privat, 1991, (éd.or.1988), pp. 151-172, ISBN 9782708936096.

ATTALI, Michaël. « L’explosion des pratiques sportives : massification, diversification, différenciation (fin des années 1960 à nos jours) », in TETART, Philippe (dir.), Histoire du sport en France de la libération à nos jours, Paris : Vuibert, 2007, pp. 63-117, ISBN 978-2-7117-7142-4.

BARTHES, Roland. « Rhétorique de l’image », Communications, n°4, 1964, pp. 40-51.

BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la Bande Dessinée », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°1, Vol. 1, 1975, pp. 37-59.

CALAIS-GERMAIN, Blandine ; Anatomie pour le mouvement : Introduction à l’analyse des techniques corporelles, Tome 1, Revel : DésIris, 1999, 3ème édition, [1ère édition 1984], 298 p., ISBN 2-907653-01-6.

DEFRANCE, Jacques. « L’adoption de la perche en fibre de verre », Culture technique, n°13, Neuilly-Sur-Seine : Centre de recherche sur la culture technique, 1985, pp. 257-263.

POCIELLO, Christian. La science en mouvements. Etienne Marey et Georges Demenÿ (1870-1920), Paris : PUF, 1999, 336 p., ISBN 2-13-049917-1.

RANNOU, Maël. Le communisme par la bande : Transmission de l’idéologie communiste dans les bandes dessinées de Vaillant à Pif Gadget (1942-1969), Mémoire soutenu à l’Université du Maine sous la direction de Sylvie Servoise, septembre 2014, 82 p.

VIGARELLO, Georges. Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier… et d’aujourd’hui, Paris : édition Revue EPS/Robert Laffont, 1988, 204 p., ISBN 9782221055403.

VIGARELLO, Georges, VIVES, Jean. « Technique corporelle et discours technique », Culture technique, n°13, 1985, pp. 265-273.

VIVIER, Christian, Du Canotage à l’Aviron, Histoire de la Nautique Bisontine (1865-1930), Thèse de doctorat en STAPS, sous la direction de Pierre Arnaud, Université Lyon 1, 1994

VIVIER, Christian, RENAUD, Jean-Nicolas et GUILLAIN, Jean-Yves. « Il était une fois les activités physiques de Martine. De la transmission des pratiques corporelles bourgeoises dans un album illustré pour enfant depuis 1954 », Social History, vol.45, n°89, 2012, pp. 157-187.

VOGLER, Pierre. « Une bande dessinée idéologique : Rahan », Revue des Sciences Sociales, n°15, 1986-1987, pp. 157-179.

WAT, Pierre. « Modernisme, Modernité », in DELPORTE, Christian, MOLLIER, Jean-Yves, et SIRINELLI, Jean-François (dir.). Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris : PUF, 2010, pp. 536-537, ISBN 978-2-13-056108-8.

YONNET, Paul. Systèmes des sports, Paris : Gallimard, NRF, 1998, 254 p., IBSN 2-07075372-7.

Haut de page

Notes

1 Cette acception de la modernité renvoie à la culture contemporaine du XXème siècle et ce que « cela implique d’ambition universaliste : culture au sein de laquelle l’innovation, la recherche permanente du nouveau, devient une quête incessante vécue sur le mode de la nécessité » (Wat, 2010, pp. 536-537).

2 Nous entendons le terme « corporéité » comme une façon extériorisée d’être au corps, partageant le sens que Roland Barthes donne au suffixe « -ité » (Barthes, 1964).

3 Si plusieurs théories existent sur l’émergence même du sport, nous nous attachons à l’idée que les activités physiques et sportives émanent de l’essor de la société industrielle et technique du xxe siècle. Les techniques qui en résultent sont donc le fruit de cette société moderne. Une synthèse très intéressante des différentes théories a été proposée par Christian Vivier en 1994 (pp. 3-5).

4 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 8.

5 « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 36.

6 « Rahan et la sauvageonne », Pif Gadget, n°1044-47, mars 1991, dans Rahan, L’intégrale Tome 19, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 86.

7 La datation des épisodes a été reconstruite à partir de la bibliographie de Rahan par Louis Cance, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, pp. 2-5 ; Cependant, les changements de titres du magazine n’ont pu être précisés. Pour cela, nous conserverons systématiquement l’intitulé Pif Gadget de 1969 à 1992.

8 Interview de André Chéret en 2012 lors de l’exposition de Rahan à la Médiathèque André Malraux de Béziers lors d’une table ronde avec Emmanuel Roudier, et animé par Jean-François Marty. Vidéo disponible sur le site de rahan.org.

9  « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, pp. 147-166.

10 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 8.

11 « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 20.

12 « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, dans Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 8.

13 « La horde folle », Pif Gadget, n°7, avril 1969, dans Rahan, L’intégrale Tome 1, Toulon, Éditions Soleil, 1998, p. 71. ; « La pierre magique », Pif Gadget, n°17, juin 1969, dans Rahan, L’intégrale Tome 1, Toulon, Éditions Soleil, 1998, p. 112.

14 « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 20 ; Pour la référence de l’image n°4 : « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, dans Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon, Éditions Soleil, 1998, p. 16.

15 « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, dans Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon, Éditions Soleil, 1998, p. 16.

16 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 53.

17 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 53.

18 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 53.

19 « Rahan et la Sauvageonne », Pif Gadget, n°1144-1145-1146-1147, mars 1991, dans Rahan, L’intégrale Tome 19, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 90.

20 « Le monstre d’un autre temps ! », Pif Gadget, n°137, septembre 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 115.

21 « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 36 ; « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, dans Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon, Éditions Soleil, 1998, p. 41.

22 « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, dans Rahan, L’intégrale Tome 9, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 144.

23 « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 153.

24 « Celui qui fait les nuages », Pif Gadget, n° 246, novembre 1973, dans Rahan, L’intégrale Tome 8, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 47.

25 « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, dans Rahan, L’intégrale Tome 9, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 144.

26 Interview de André Chéret en 2012 lors de l’exposition de Rahan à la Médiathèque André Malraux de Béziers lors d’une table ronde avec Emmanuel Roudier, animée par Jean-François Marty. Vidéo disponible sur le site de rahan.org.

27 « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 53.

28 « Le Trésor de Rahan », Pif Gadget, n°464-465-466-467, février et mars 1978, dans Rahan, L’intégrale Tome 14, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 122.

29  « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 44.

30 « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, dans Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon, Éditions Soleil, 2000, pp. 158-159.

31 Pour plus d’informations, se référer à l’enquête INSEE sur les « Loisirs des Français » de 1967 à 1981 dans Defrance, 1995, p. 25.

32 « Le clan des hommes-doux », Pif Gadget, n°345-346, octobre 1975, dans Rahan, L’intégrale Tome 12, Toulon, Éditions Soleil, 2000, p. 63.

33 Expression utilisée par madame Chéret pour décrire les compétences techniques de André Chéret.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Dessin d’André Chéret, « Le lagon de l’effroi », Pif Gadget, n°152, janvier 1972, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 6, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p.   8
Crédits © LECUREUX/CHERET/MC PRODUCTIONS
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Image 2
Légende Dessin d’André Chéret, « Comme aurait fait Craô », Pif Gadget, n°60, avril 1970, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 3, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 20
Crédits © Lecureux/Chéret/Geronimo
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Image 3
Légende Dessin de Chéret André, « La horde folle », Pif Gadget, n°7, avril 1969, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 1, Toulon : Éditions Soleil, 1998, p. 71
Crédits © Lecureux/Chéret/MC Productions
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Image 4
Légende Dessin de Chéret André, « La jeunesse de Rahan », Pif Gadget, n°1045, avril 1989, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 2, Toulon : Éditions Soleil, 1998, p. 16
Crédits © Lecureux/Chéret/MC Productions
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Image 5
Légende Dessin de Chéret André, « Le peuple des arbres », Pif Gadget, n°95, décembre 1970, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 53
Crédits © Lecureux/Chéret/Geronimo
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Image 6
Légende Dessin de Chéret André, « Rahan et la Sauvageonne », Pif Gadget, n°1144-1145-1146-1147, mars 1991, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 19, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 90
Crédits © Lecureux/Chéret/Geronimo
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Image 7
Légende Dessin de Chéret André, « Le monstre d’un autre temps ! », Pif Gadget, n°137, septembre 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 115
Crédits © Lecureux/Chéret/MC Productions
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Image 8
Légende Dessin de Chéret André, « Pour Sauver Alona », Pif Gadget, n°123, juin 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 5, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 36
Crédits © Lecureux/Chéret/MC Productions
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Image 9
Légende Dessin de Chéret André, « Le captif du grand fleuve », Pif Gadget, n°296, septembre 1974, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 9, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 144
Crédits © Lecureux/Chéret/Geronimo
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Image 10
Légende Dessin de Chéret André, « La terre qui parle », Pif Gadget, n°116, mai 1971, Source : LECUREUX, Roger et CHERET, André, Rahan, L’intégrale Tome 4, Toulon : Éditions Soleil, 2000, p. 153
Crédits © Lecureux/Chéret/Geronimo
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2276/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud, « La sportivité des techniques corporelles d’un héros éminemment moderne : Rahan », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2276

Haut de page

Auteurs

Kilian Mousset

Doctorant en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) à l’École normale supérieure de Rennes et à l’Université de Rennes 2, il est membre du laboratoire Violences, Innovations, Politiques, Socialisations et Sports (VIPS2 - EA 4636). Sous la direction de Jean-Nicolas Renaud et Christian Vivier, il mène actuellement un travail doctoral sur une histoire des effets de mode du ping-pong en France de 1901 à 1939. Plus largement, ses travaux de recherches portent sur les représentations sociales et culturelles du sport et de l’Éducation Physique au travers de l’iconographie, de la presse écrite au cours du XXe siècle.

Jean-Nicolas Renaud

Maître de conférences en STAPS à l’ENS-Rennes et membre du laboratoire VIPS2 de l'Université de Rennes 2. Il est particulièrement intéressé par l'histoire des pratiques sportives naissantes à l’échelle locale, dans une démarche monographique, et par l'histoire de l'éducation physique. Enfin, il s’intéresse aux représentations du sport à travers l’iconographie et la presse au XXe siècle.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals