Navigation – Plan du site
Revisiter les normes spatiales du sport

Aux limites du réel : le terrain vague et la palissade du Bicot de Branner

Borders with Reality: The Playground and Fence in Branner’s Bicot
Denis Jallat et Yann Descamps

Résumés

En France, la série Bicot, Président de club est publiée à partir de 1923. L'Excelsior dimanche, l’a commandé à un bédéiste américain. Bicot et plusieurs gamins issus de milieux populaires ont créé un club pour s'adonner à leur passion, le base-ball. Sur un terrain vague, ils construisent un club-house et aménagent l'espace pour jouer à leur sport favori. Leur « territoire » est séparé de la rue par une palissade. La friche et la barrière de bois jouent un rôle essentiel dans la BD. La seconde marque la frontière entre des univers différents. Elle sépare la banlieue pavillonnaire bourgeoise dans laquelle vit Bicot et l'espace réservé aux gamins dans lequel ils jouent et réalisent leurs farces ou leurs menus larcins. La palissade est ainsi le trait physique et symbolique qui sépare et différencie, inclut ou exclut, dernière lequel les gamins se cachent, mais derrière lequel ils apprennent également la vie. Notre travail s’appuiera sur toutes les historiettes de la série ayant le sport comme fil conducteur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ils seront rendus plus accessibles avec la création, en 1934, du Journal de Mickey, un magazine qui (...)

1Dans la période de l’entre-deux-guerres en France, il existe une réelle concurrence entre, d’une part, les strips et les comics venus des États-Unis, publiés le plus souvent dans la presse quotidienne1 – ce que certains considèrent comme une « américanisation brutale » des récits en image pour jeunes (CREPIN, 2001) – et, d’autre part, des aventures écrites et dessinées par des auteurs francophones, de plus en plus nombreux à explorer ce domaine (PERROT, 1999).

2C’est dans ce contexte qu'est publié Bicot, président de club, une série de bande dessinée diffusée d’abord aux Etats-Unis, puis en France. Dans l'hexagone, elle paraît à partir de 1924 dans le Dimanche Illustré, un supplément du titre L'Excelsior. Les historiettes d’une page placée au centre du journal se déroulent dans l’Amérique des années 20. Bicot – un bambin espiègle, farceur et assez bagarreur – fonde avec d’autres gamins, le club des Ran-Tan-Plan. Ils rêvent de monter une équipe sportive, mais aussi d'assister aux matchs de base-ball donnés à proximité de chez eux. Les gosses doivent donc trouver de l’argent (image 1).

Image 1

Image 1

BRANNER, Martin. « Bicot président de club et le marchand de journaux ». In Bicot président de club. Paris : Hachette, 1926

©Branner/Hachette/The Tribune Company

3Pour cela, ils rendent de menus services dans leur quartier, aidant les commerçants, les personnes âgées, trouvent de petits jobs, mais ils se livrent également à quelques menus larcins. Par ailleurs, ils multiplient les farces et ne pensent, le plus souvent, qu'à s'amuser. Les histoires de Bicot se finissent souvent sur un échec – malgré leur bonne volonté, les enfants font pire que mal lorsqu’ils essayent de rendre service. Leurs rapines pourtant minutieusement élaborées tournent court. La caisse du club reste désespérément vide. Et parfois, ce sont eux qui font les frais de leurs plans. Peu importe, Bicot s’amuse. C’est sans compter sur sa grande sœur, Suzy, plus âgée d’une quinzaine d’années. Elle ambitionne de donner une bonne éducation au garnement alors que ce dernier ne pense qu’à échapper à sa vigilance pour rejoindre sa bande de copains – des gosses issus de milieux pauvres, contrairement à Bicot qui vit dans une famille de la classe modeste américaine (working class ou lower middle class) qui aspire, et c'est notamment le souhait de Suzy, à évoluer.

  • 2 La numérotation indiquée dans cet article pour chaque histoire mentionnée fait référence aux éditio (...)

4Les saynètes se déroulent dans la rue (36 % des histoires contre 15 % à la campagne et 17 % en intérieur) ou sur un terrain vague (38 % des aventures de Bicot se déroulant dans un environnement urbain extérieur, se passent en partie sur un terrain vague). La rue est l'espace des jeux des gamins, le lieu où ils réalisent leurs farces et tentent de gagner quelques piécettes. Le terrain vague est un espace plus complexe ; il a ainsi un statut pluriel et polymorphe. Playground, au sens littéral du terme, mais aussi géo-symbolique, concept utilisé par la géographie culturelle, ce territoire est celui des activités sportives et celui du jeu des bambins. Ils peuvent donner libre cours à leur imagination, inventer, s'exprimer comme c'est le cas de quelques sports pratiqués sur des playground (BURNS, 2004) et qui ont connu leurs transformations majeures sur ces terrains inorganisés voire inappropriés (DESCAMPS, 2013). Dans ce lieu que Bicot et sa bande s'approprient, les gamins construisent leur club-house, ils élaborent leurs mauvais coups. Ce « playground » devient refuge lorsque les aventures tournent mal et les bambins s’y cachent pour échapper aux adultes ou aux bandes de grands. Il est aussi leur lieu de rendez-vous. Le terrain vague est entouré par une palissade. Celle-ci a d’autres fonctions que la friche, mais elles aussi sont variées. Elle masque et protège le territoire de Bicot qu’elle délimite. Elle en filtre les entrées, incluant ou excluant. Plus généralement, elle rythme et dessine le visage de la ville en différentes zones dont les contours, dans les années 1920 sont encore assez flous. Les dessins du bédéiste, Martin Branner, rendent compte de cette situation. Des pavillons avec jardinet, entourés d'une barrière basse en bois (par exemple dans « un Monsieur grincheux » - album n°42) côtoient des prés (par exemple dans « le ballon changé en nid de guêpes » - album n°2) ou une campagne proche (par exemple dans « Déloyauté féminine » (album n°4) ou « La baignade interrompue » (album n°4)), mais aussi des chantiers, des zones plus urbanisées ou plus animées. Des rues calmes alternent avec des artères plus circulantes (« Bicot et son sifflet » - album n°4) et des trottoirs plus animés (« Bicot se lance dans le commerce » - album n°4). Les premières sont néanmoins plus nombreuses, d’autant que souvent Branner ne met en scène que les protagonistes de l'histoire ; les figurants sont peu nombreux.

5L'importance des planches de bois est telle que, quelle que soit l’histoire, quel que soit le lieu, une palissade est représentée, même si la taille varie, les matériaux changent, l’état du mur de bois n’est pas toujours le même. Ainsi sur les 220 aventures de Bicot étudiées, dont 149 se déroulent à l'extérieur, en ville, seules 26 ne montrent aucune palissade ; par ailleurs, un mur de bois est dessiné sur plus d'un quart des vignettes de la BD (29  %) lorsque l'action se déroule en ville. Cette constance donne des repères aux lecteurs, car les quartiers (neighborhood) dans les lesquels Bicot évolue ne sont pas souvent les mêmes. Et rares sont les indices qui permettent de situer l'action. Les aventures de Bicot se déroulent-elles dans une de ces small town (petite ville américaine traditionnelle) encore très prisées des Américains dans les années 20 ou dans une banlieue récente (suburb) d'une grande ville qui façonne le paysage urbain à la même période ? Les historiettes se passent-elles en centre-ville, dans des rues adjacentes, des quartiers plus résidentiels, aux portes d’une mégapole comme le suggère « La baignade imprévue » (album n°1) dans laquelle le lecteur entrevoit des tours au loin, derrière un fleuve large parcouru par des paquebots ? Certes, quelques immeubles plus hauts ou des commerces plus nombreux (« Une juste vengeance » - album n°1) , ou, à l'inverse, des maisons de bois individuelles (« Qui casse les verres, les paie » - album n°3), des paysages urbains au loin donnent des indices, mais, au final peu importe où se déroulent les historiettes, ce qui compte pour le jeune lecteur, ce sont les pitreries, les aventures et mésaventures de Bicot, les ruses qu'il mobilise pour échapper à la vigilance de sa sœur.

6La présence d'un terrain vague – territoire de Bicot et de ses copains – et surtout de palissades de bois fonctionnent comme des repères. Ils viennent rappeler que l'on lit une aventure de Bicot. Ces deux éléments donnent une forme d'unité, de stabilité, aux historiettes, alors même que les lieux dans lesquelles elles se déroulent changent ou sont difficiles à identifier.

  • 3 Nous mettrons entre parenthèses les barrières de bois qui entourent les jardinets pavillonnaires. S (...)

7Et au-delà de cet aspect, les palissades et les friches de Bicot semblent être des personnages à part entière de la BD, car elles jouent un rôle dans les historiettes : Bicot s'y cache pour faire une farce, s'y réfugie pour échapper à un commerçant ou un passant en colère. Le groupe de gamins s'y retrouve pour discuter, échafauder les plans de la journée, etc. Dès lors, elles doivent être considérées autrement que comme de simples éléments du décor3. Et, pour preuve, le terrain vague ne s'inscrit comme paysage que dans seulement 15,75 % des cases où il est dessiné. Dans les autres cas, comme la palissade, il donne corps à Bicot, façonne son caractère. Les deux éléments subliment le Bicot chef d'une bande de gamins, le Bicot farceur, mais aussi le Bicot travailleur. Ils permettent à Bicot d'échapper à sa sœur, de se détourner des principes éducatifs qu'elle tente de lui inculquer, de vivre ses propres expériences, de se construire. Ce sont encore eux qui sauvent le garçonnet des situations les plus compliquées. Ainsi, ces deux éléments permettent au bédéiste de faire fonctionner le triptyque – la morale, l'éducation et l'aventure – si caractéristique de la littérature de jeunesse à partir de l'entre-deux-guerres (VIVIER, 2012).

  • 4 Ici le terme « autorités politiques » sera considéré dans une acception large, il s'agit tour à tou (...)

8Plus encore, les murs de bois de Bicot et le terrain vague dans lequel il joue, constituent de véritables frontières entre des mondes différents ; c'est à dire « une limite séparant des territoires gouvernés par des autorités politiques4 différentes » (FEBVRE, 1962, p. 18).

Quelques éléments du décor

9La saga Bicot, président de club, est écrite par Martin Branner. La série est créée aux États-Unis, en 1920, sous le titre de Winnie Winkle the breadwinner et sous la forme d’un strip de quatre ou cinq cases. En 1923 s’ajoute à ce court bandeau publié la semaine, une planche dominicale, en couleurs, centrée sur les frasques de Perry/Bicot, le jeune frère adoptif de Winnie/Suzy.

  • 5 Sources : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, Angoulême.

10La même année, L'Excelsior-Dimanche (rebaptisé Dimanche illustré après 1924) rachète les droits de cette bande dessinée au Chicago Tribune et fait paraître, le 6 janvier 1924, la première planche d'une longue série consacrée aux aventures du jeune Bicot. Le Dimanche Illustré est un supplément du journal L'Excelsior, concurrent de l'Illustration ; la livraison dominicale est très populaire, elle s’adresse à toute la famille, en témoignent les articles qui y sont publiés. Le magazine se présente sous la forme de 16 pages de 30 cm par 44 cm (le format changera après 1938). Le tirage est proche des 230 000 exemplaires dans les années 19245. Il consacre ses pages centrales, en orange et bleu ou gris, contrairement au reste du journal, en noir et blanc, à la publication de bandes dessinées à bulles, notamment les aventures de Bicot qui trônent en face de La famille Mirliton.

11En France, Bicot, président de club paraîtra également sous une forme brochée : 14 albums sont édités entre 1926 et 1939 qui réunissent, à l'identique, les planches du Dimanche Illustré.

  • 6 « The American version of the strip was far more concerned with Winnie’s class aspirations, or pret (...)
  • 7 « Comparing the American Perry Winkle episodes with the reworked French-version strips offers usefu (...)
  • 8 Branner colorie la peau du gamin comme celles des autres personnages pour montrer une forme d'égali (...)
  • 9 « In the French version the baseball field becomes a football (soccer) field and the worry is that (...)

12Bicot est le héros principal de la série éponyme. A l'inverse, aux Etats-Unis, c'est sa sœur, qui est la protagoniste des bandes dessinées, lesquelles mettent l'accent sur les prétentions sociales6 de la jeune fille et sa modernité (elle travaille, souhaitant être indépendante, elle choisit ses prétendants, etc.). Néanmoins la vraie différence entre les versions françaises et américaines se situe sur le plan de l'humour7. Et en effet, la traduction a parfois été adaptée pour que les dialogues correspondent à la culture et aux habitudes du lectorat français, alors même que, dans l'entre-deux-guerres, il est habituel que les BD étrangères publiées en France ignorent les spécificités du pays d'origine. Par exemple, l'un des gamins de la bande de Bicot se prénomme Chink dans la version américaine, un choix racialement connoté8. Dans celle publiée en France, il s'appelle Ernest, un prénom qui gomme totalement ses origines chinoises (GORDON, 2016, p.40). De ce fait, les dessins de Bicot, président de club, diffèrent peu. Gordon repère néanmoins l'une ou l'autre modification ; par exemple un terrain de base-ball transformé en terrain de football9.

13L'action se situe dans la période de l'entre-deux-guerres. Bicot vit dans un quartier loti de petites maisons et de quelques immeubles bas, dans une ville américaine fictive. L'espace urbain varie selon les historiettes, de même que le quartier dans lequel se déroulent les frasques de Bicot ; mais la référence à l'Amérique est bel et bien présente : le père du bambin se balance dans un rocking-chair sur la terrasse d'une maison en bois.

  • 10 Une exception : « Le match de boxe », Bicot et les Ran-Tan-Plan, album n°3, Hachette, 1928, comport (...)

14Chaque aventure de Bicot, président de club tient sur une planche qui comporte douze vignettes d’un format toujours identique (6 cm de haut par 6,5 cm de large). De manière exceptionnelle, l’auteur réunit les 2 ou 3 dernières vignettes, souvent celles du bas de la page ; la planche ne comporte alors que 11 cases, voire 1010. Un bandeau, qui varie selon les historiettes, en annonce le titre. Le dessin sans être grossier est assez sommaire.

  • 11 Nous n'avons pas pris en compte la page de garde des albums, un dessin en couleur, ni le bandeau qu (...)

15L'étude, objet de cet article, prend appui sur la totalité des quatre premiers albums de Bicot, président de club parus en France, entre 1926 et 1929, aux éditions Hachette (à raison d'un album par an). Ainsi, 212 historiettes ont été analysées, soient un total de 2493 cases dessinées11.

16Sur le plan méthodologique, la difficulté du travail a consisté à décrypter les messages contenus (PEETERS, 1991) dans le dessin sans les surinterpréter. La méthodologie employée, qui s'appuie sur le travail réalisé à Besançon (LAFFAGE-COSNIER, VIVIER, 2012), cherche à traduire ce que disent et montrent les vignettes mais aussi ce qu’elles donnent à penser et permettent d’imaginer, étant entendu que les deux plans (évidence-suggestion) peuvent être différents. Deux formes d'analyses ont été menées conjointement. La première, quantitative, permet de donner corps et force aux intuitions qui ont présidé à l'élaboration de la problématique et des hypothèses énoncées dans ce travail. La seconde, d'ordre qualitative, affine ce que les chiffres montrent, mais aussi révèle ce que la seule quantité ne permet pas de voir.

17La lecture d'un album dessiné fonctionne en premier lieu sur le visuel. Dès lors, ce qui « saute aux yeux » et attire l'attention, ce qui fait sens au premier abord, est ce qui se voit. La répétition, par le dessinateur, d'un élément, est un procédé parmi d'autres, pour le rendre visible (sa taille, le plan sur lequel il est situé en sont d'autres). Le dénombrement permet donc de saisir cette répétition et, partant, l'importance d'un élément, avant d’envisager une analyse détaillée de son sens. Le comptage a été organisé selon des thématiques construites sans idée préconçue, mais de manière empirique, au fil de la lecture de Bicot. Ces regroupements en catégories évidentes ont permis de construire des hypothèses et d'étayer la démonstration. Deux types de catalogage ont été opérés. Le premier, large et général, pour rendre compte de la place de la palissade et du terrain vague dans la BD, le second, plus précis, pour mettre en lumière le rôle joué par ces deux éléments et la manière dont Bicot s'en saisit. La récurrence mesurée est donc un prérequis indispensable à la compréhension globale du statut du terrain vague et de la palissade dans Bicot, président de club. Elle est complétée par un second type d'analyse basée sur une approche qualitative. Si l'on s'en tient aux travaux très nourris de Groensteen (GROENSTEEN, 1999), l'on constate la difficulté de l'entreprise. Dès lors, « la solidarité iconique » que cet auteur revendique, doit être confrontée, même de manière modeste et rapide, aux contextes états-uniens et français de l’entre-deux-guerres. Ce renvoi à ce qui s'est passé à un moment donné, est « le plus précieux garde-fou contre des interprétations hâtives » (GERVEREAU, 2000, p.54). Il permet notamment de rendre compte de la manière dont les petits Français, lecteurs de l’époque, comprenaient et se projetaient dans les aventures de Bicot. Le contexte permet aussi de comprendre les écarts entre la version américaine et la version française de la série (GORDON, 2016) et, partant, d'engager une forme de lecture sémiotique autour de la palissade et du terrain vague.

18Même si quelques données générales prennent en compte l’historiette dans sa globalité, l’unité choisie pour les analyses, qu’elles soient qualitatives ou quantitatives, est la case dessinée. En effet, elle possède une autonomie relative et elle délivre son lot de messages parfois indépendants de ceux que suggère l’historiette dans sa totalité, mais en même temps, elle appartient à un ensemble pensé par l'auteur pour être cohérent. Elle offre la possibilité pour le lecteur d’avancer pas à pas dans le scénario proposé, mais aussi en marge de ce récit « officiel » ou encore d’inventer sa propre histoire. Bien sûr, l’ensemble de la planche a également été pris en compte.

Des personnages à part entière

  • 12 Dans l’une ou l’autre de ses aventures, Bicot décide de jouer sur un autre terrain. Le dessin suggè (...)

19Le terrain vague et la palissade apparaissent comme des éléments importants de « Bicot, président de club ». Dans l'avant-propos d'une réédition parue chez Hachette en 1965, Claude Santelli écrit : « Les palissades ! Décor mouvant, infini où se font et défont les mirages… ! Que n'imaginerait-on pas […] Cette palissade nous pensions la reconnaître : c'est celle de Tom Sawyer […] celle, exactement où Charlot vagabond abrite son bonheur […]. Mais surtout, cette palissade, ce domaine vaste et interdit et qui n'appartient à personne, c'est le monde caché où un jour enfin, peut-être, le club des Ran-tan-plan pourra trouver refuge ». Le terrain vague, mais surtout la palissade, sont d’ailleurs présents dans de nombreuses historiettes de la BD. 56 histoires pour le premier, et surtout 128 aventures montrent un mur de bois. La manière dont l’auteur dessine ces deux éléments varie quelque peu. S’agit-il toujours du même lieu, de la même palissade ? Une attention particulière au type de planche, à la hauteur du mur de bois, au quartier, suggère que non. Parfois, et pour souligner le type de quartier dans lequel Bicot se trouve, les planches en bois laissent place à un mur de pierre, car, en effet, Branner ne prétend pas plonger son lecteur dans un seul lieu. Peu importe, l’existence d’un terrain vague ou d’une palissade renvoie au territoire de Bicot et déclenche l’imagination, suggère des représentations. L’utilisation d’éléments identificatoires récurrents (des gamins, un ballon ou une batte de base-ball, la cabane du club, etc.)12 renforce le processus. La palissade est souvent témoin des discussions entre les gamins, de leurs messes-basses ou de leurs activités. Elle entre en jeu dans de nombreuses saynètes (on s'y cache pour faire une farce, on se bagarre devant, etc.). Parfois, elle est le déclencheur des activités de Bicot et de ses copains : une affiche collée sur le mur de bois donne des idées aux gamins, un trou permet de placer une fausse caisse pour faire concurrence à celle qui vend les tickets d'entrée dans le stade, etc. Par ailleurs, terrain vague et palissade permettent aux protagonistes de jouer leur rôle. Bicot est le chef de sa bande, car il maîtrise l'espace dans lequel le dessinateur l'a plongé (le terrain vague, la palissade mais également les rues des quartiers plus chics). Un dialogue se crée entre ces deux « éléments » et le bambin ou quelques-uns de ses copains : les garnements se cachent derrière la palissade, la traversent, la contournent, grimpent par-dessus. Ils passent le plus clair de leur temps sur le terrain vague, y jouent ou échafaudent leurs plans, y apprennent les règles de la vie en groupe et découvrent celles de la société ; bref ils s’y socialisent et y grandissent. Ce sont ces éléments, portés par le mur de bois ou la friche, qui ont pu déclencher chez le jeune lecteur, notamment français, l’envie de jouer à Bicot, d’être ce poulbot américain et, partant, d’incorporer ses manières d’être ou de faire et les valeurs que le dessinateur suggère dans son histoire (CREPIN, GABILLIET, 2008).

Le terrain vague, un autre monde

20Dans Bicot, le terrain vague s’offre le plus souvent au détour d’une rue, entre deux pâtés de maison (78 histoires se déroulent dans un univers urbain extérieur, contre 32 à la campagne). Dans de rares historiettes, la friche est parfois dessinée à la limite de la ville – un plan large montre la campagne au loin ou des grands ensembles, des usines qui renforcent l’idée d’entre-deux. Une zone qui n'est plus tout à fait la ville, pas non plus la campagne, ce que le sociologue Ratzel appelle des « manifestations éparses ». Branner s'inspire des transformations que connaissent les villes américaines dans les années de l’entre-deux-guerres. A cette époque, l'urbanisation gagne les zones non centrales des villes. Ces dernières sont alors découpées en zones, voire en parcelles. Des espaces pavillonnaires se développent qui côtoient des territoires non bâtis, et pour certains encore ruraux (SUKKO, 2007 et GHORRA-GOBIN, 1997). Plusieurs aventures de Bicot, mettent en scène le bambin dans une campagne proche de chez lui, pour des parties de pêche (par exemple « Un concours de pêche » - album n°2) ou des baignades (notamment « Bicot ne veut pas se baigner » - album n°3) et parfois pour aider aux travaux de la ferme (« Une journée de repos » - album n°4). D'autres montrent le terrain de jeu des garnements à proximité directe de champs (« Bicot et les carreaux cassés » - album n°3). De part et d'autre de la friche, Branner dessine des territoires différents. D’un côté, la banlieue où vivent les classes moyennes modestes (lower middle class) dont la famille de Bicot fait partie et, de l’autre, les quartiers pauvres où habitent les autres membres de la bande des Ran-Tan-Plan. Si les habitats populaires ne sont pas représentés par le dessinateur, ils ne sont néanmoins pas absents des aventures de Bicot. Le bédéiste les suggère et notre imagination fait le reste. Au loin quelques bicoques et quelques immeubles collectifs qui semblent en mauvais état ; un mur ou un muret de pierre dans certaines cases et des palissades très nombreuses dans d'autres avec des planches de bois déclouées, manquantes ou abîmées ; des rues où le nombre de vagabonds, de gamins en loques contraste avec d’autres, de quartiers plus huppés, où des enfants bien habillés jouent dans des parcs bien aménagés ou dans des maisons cossues (« Une humiliante situation » - album n°1). De même, comment imaginer que cette entrée d'un sous-sol habité par une famille afro-américaine (« Bataille de nègres » - album n°4), pourrait être située ailleurs que dans un quartier très modeste et ancien ou dans un centre-ville peu attrayant et souvent insalubre (SILVER, 1985). Et pour preuve, cette petite fille noire mise en scène non loin de grands immeubles dans « Bicot et la voiture d'enfant » (album n°3).

21Branner représente souvent le terrain vague comme un entre-deux ou une enclave qui rompt l’harmonie de l’espace urbain, mais qui le structure également (MAUMI, 1997 et GHORRA-GOBIN, 2006).

  • 13 Ce que suggère la loi Cornudet du 14 mars 1919 (plans d'extension et d'aménagement de villes).
  • 14 « […] an important mark of the cultural differences between the versions with the French adaptation (...)

22En France, le terrain vague dessiné par Branner, a également du sens. Il en est de même de la palissade que nous évoquerons ensuite. Il n'est pas question d'affirmer ici que Branner a souhaité s'adresser aux petits Français de manière intentionnelle, d'autant que le dessin ne subit aucune modification entre la version américaine et celle publiée en France. Néanmoins, le terrain vague et la palissade sont des réalités que les lecteurs de l’Hexagone, ceux de l'entre-deux-guerres, connaissent et dans lesquels ils peuvent se projeter. La palissade suggère, par exemple, les chantiers de reconstruction du pays après la Première Guerre mondiale (VAYSSIERE, 2009), évoque les « cités », transformées13. Le terrain vague, pour sa part, est celui de la modernité en marche. Les usines s'y installent. Sorez montre le parallèle qui peut être fait entre le développement de l'industrie et l'aménagement des lieux sportifs sur fond de terrain vague (SOREZ, 2012). Dès lors, si le sens donné par Branner à ces deux éléments (la palissade, le terrain vague) n'est pas un emprunt au contexte français, il n'empêche que le jeune public de l'Hexagone, se plonge dans la lecture des aventures de Bicot, avec son imaginaire et les représentations qu'il s'est forgées des barrières en bois et des friches, éventuellement son expérience française de ces deux éléments. Et ce, d'autant que les traducteurs de la BD ont fait le choix de présenter une enfance plus mature dans la version française14.

Le terrain vague, une unité pour caractériser l’espace

23Branner dessine une ville dans laquelle alternent des maisonnettes avec leur jardinet clos par de petites barrières en bois, des centres-villes plus urbains et des terrains en friche, cachés derrière de hautes palissades (voir par exemple « Qui casse les verres, les paie » - album n°3). Ces derniers constituent aussi des zones franches où les règles, les codes et les normes diffèrent de ceux qui fonctionnent dans l’espace bâti (voir « Efforts inutiles » (album n°2) ou « Une expulsion rapide » (album n°3) qui font l'éloge du plus fort). Les pratiques sportives qui s'organisent sur le terrain vague (62 % des cases qui prennent le sport comme thème se déroulent sur un terrain vague, dès lors que l'activité se passe en ville) font exception à ce fonctionnement. Les activités sportives se déroulent derrière la barrière en bois, dans la partie non « policée » de l’espace urbain, alors qu'il s'agit d'activités réglementées, codifiées, organisées. Dès que les enfants s'adonnent à des pratiques corporelles, ce sont les lois du sport qui s'appliquent et qui régissent le terrain vague. La triche n'y est pas permise (« Un arbitre impartial » - album n°1) et chacun respecte l'organisation contraignante du sport ainsi que ses règlements. En d’autres termes, le bédéiste affirme le caractère prétendument socialisateur du sport. Ce faisant et en positionnant le jeu des gamins et le sport sur le terrain vague, Branner introduit l’idée qu’il ne s’agit pas d’un territoire vide ; et même, il démontre l’utilité de ces espaces qui canalisent les bandes de gosses, les socialisent, leur apprenant les règles de la société. En appliquant les réflexions de M. Foucault faites sur le jardin au terrain de jeu des enfants, l’on pourrait dire que « Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. Le jardin, c’est, depuis le fond de l’Antiquité, une sorte d’hétérotopie heureuse et universalisante. » (FOUCAULT, 1984). Il apparaît d'ailleurs qu'il existe un lien entre l'organisation urbaine qui se construit aux États-Unis, dans la première moitié du XXe siècle, et les phénomènes de désorganisation sociale ou de déviance (THOMAS, ZNANIECKI, 1919). Branner s'appuie sur ces idées lorsqu'il met en scène une bande de grands qui tente de s'implanter sur le territoire des Ran-Tan-Plan (« Bicot est déchu de son titre » - album n°2), ou des gamins afro-américains vivant dans une cave du centre-ville, accusés d'avoir volé les tenues de base-ball de Bicot (« Bataille de nègres » - album n°4).

24Si les aménagements sont souvent synonymes d'interdit (PERROT, 1983), le terrain vague, à l'inverse, reste un lieu de créativité, d'expression, de liberté ou de changements profonds ; et en effet, l'imagination sans borne de Bicot, l’élaboration des farces ou ses plans pour gagner de l’argent, prennent très souvent naissance sur le terrain vague comme dans « La cabane des Ran-Tan-Plan » (album n°2) ou « Un sauvetage incomplet » (album n°3). Et lorsqu'ils sont échafaudés dans la rue, Bicot retrouve ses copains dans une friche pour se mettre en ordre de marche.

25Le terrain vague marque aussi la frontière entre l’espace appartenant aux collectivités publiques et le privé (le chantier mais surtout les pavillons d’habitation) et, si l’on pousse un peu plus le raisonnement, entre le territoire qui peut être investi par tous et l’espace appartenant à quelques-uns (vendu à un propriétaire par exemple, ou interdit au public). Le changement d'état (ouvert à tous-fermé) entraîne que tous ceux qui le fréquentaient avant en soient chassés ou exclus (NAVEZ-BOUCHANINE, 1991). L'exemple de « Une tentative malheureuse » (album n°1) qui met en scène un promoteur mettant Bicot dehors du terrain qu'il veut lotir, est, sur ce point, significatif.

  • 15 Il est intéressant de noter que de nombreuses historiettes prennent comme fil conducteur la constru (...)

26Dans sa bande dessinée, Branner fait le choix d’attribuer le terrain vague de manière quasi exclusive à des gamins : en y implantant son club, Bicot privatise un espace pourtant public, s’arrogeant le droit d’accepter ou de rejeter les autres. La construction d'un club-house15 sur le terrain vague donne aux enfants le sens de la propriété d’un territoire qu’ils ont conquis et qu’ils doivent défendre face à d’autres prétendants (des bandes rivales, mais aussi les pelleteuses du chantier, etc.). De nombreuses histoires de Bicot prennent cette question du territoire et de sa propriété, comme thème (environ 35 % des vignettes lorsque l'histoire ne se déroule pas dans la rue).

Le terrain vague, lieu des rencontres, entre-deux sportif

  • 16 Parfois rond, parfois allongé le ballon dessiné par Branner ne permet pas d'affirmer s'il s'agit de (...)
  • 17 Dans un contexte ou la boxe aux USA est une pratique qui permet à des sportifs américains d'être co (...)
  • 18 Quelques parties de ballon sont également données dans la rue, mais elles se terminent toujours par (...)
  • 19 « Une belle partie de golf », « Bicot et le joueur obstiné », « Bicot et le monsieur sourd », « Bic (...)

27Des parties de jeu de ballon16, de base-ball – une pratique que Branner mobilise souvent ou qu'il suggère grâce au dessin d'une batte ou d’un gant – s'organisent sur le terrain vague (93 vignettes montrent du base-ball contre 41, un jeu de ballon). Les aventures sont ponctuées par d’autres activités physiques. Ainsi, des courses, de la boxe17 (ou des affrontements à poings nus) s'organisent dans la rue, un espace dont les codes différent de ceux du terrain vague. En différenciant les lieux de pratique, Branner propose une typologie des sports. Les sports collectifs se déroulent sur la friche18 et les pratiques plus individuelles s'organisent dans la rue. La baignade, le patinage, le tir à l’arc, la pêche – qu’il faut plus considérer comme des loisirs, des amusements, que comme des sports – se déroulent, pour leur part, à la campagne. Branner évoque également le cirque avec son zoo, ses contorsionnistes et ses acrobates, que Bicot s'empresse d'imiter ; ces pratiques disposent d'un espace qui leur est propre -du moins le lecteur identifie mal où s'installent les chapiteaux des cirques. Enfin, le golf, qui donne l’occasion de plusieurs historiettes a un statut et un territoire particuliers (Il s'agit de quatre épisodes19 ; c'est peu, mais ce sont les seules occasions où Bicot est mis en scène seul au service de messieurs sérieux). D'ailleurs, Bicot ne s’adonne pas à cette activité, il travaille comme caddy pour tenter de gagner quelques pourboires.

28L’aspect corporel de Bicot confirme qu’il ne s’agit pas d’une BD à caractère sportif (les pratiques sportives ou physiques, y compris les activités circassiennes, ne représentent que 28 % (62 planches) des histoires ; souvent, elles ne sont d'ailleurs qu'évoquées (un stade au loin, un ballon porté, etc.) ; elles servent de prétexte aux regroupements des gamins, à une aventure de Bicot, ou encore elles constituent des récompenses lorsque Bicot a obéît à sa sœur, a été sage, etc.). Le gamin n’a rien d’un athlète, même s’il s’adonne à quelques activités physiques. Son corps n’est ni musclé, ni surpuissant. Bicot ne cherche aucune performance particulière. Le dessin traduit bien cette banalité physique. Pour autant, le sport est une thématique récurrente de Bicot, président de club.

29La thématique des activités physiques permet à Branner de démontrer que le terrain vague n’est pas un monde sans règle, ni sans valeur, mais un lieu où des codes, qui ne sont pas nécessairement ceux de la ville, existent. Dès lors, cet espace est un lieu d’acculturation, d’apprentissage de socialisation comme d'autres.

30Branner fait mention de territoires variés dans lesquels Bicot et ses copains s'adonnent aux sports – le terrain vague bien sûr, la rue, la campagne et, dans de rares histoires, une salle privée, un terrain tracé de base-ball. Avec cette diversité, le bédéiste suggère que les pratiques physiques ont une autonomie très relative : elles s'inscrivent et s’insèrent dans d'autres univers et, partant, elles peuvent porter d’autres valeurs que celles liées au sport. Et d'ailleurs, il faut noter l'absence des filles dans les pratiques sportives mises en scène par Branner. (Une seule histoire met en scène une gamine plus agile et téméraire que Bicot : « Déloyauté féminine » - album n°4). De fait, aux États-Unis, comme en France, le sport féminin est à ses balbutiements (TERRET, 2006), même si quelques pionnières développent la pratique du basket-ball, d'ailleurs absente de « Bicot, président de club » et que la place de la femme dans la société évolue comme le symbolise Suzy/Winnie.

  • 20 Très certainement, il s'agit de football (américain). Le lecteur français y voit pour sa part des p (...)
  • 21 Pour comprendre cette suprématie des sportifs américains nous renvoyons aux analyses de A. Guttmann

31Dans la BD, les activités corporelles servent de prétexte aux garnements, une sorte de décor, qui pourrait être tout autre, si le sport dans l’entre-deux-guerres n’avait pas l’importance qu’on lui connaît. De fait, quel que soit le côté de l'Atlantique d'où l'on lit, les aventures du gamin, ses activités sont parlantes. Elles jettent un pont entre les États-Unis et la France ; Branner les utilise pour mettre en scène le modèle culturel et sociétal américain (DYRESON, 1989 ; MOREAU, 2006). En tout cas, il différencie les sports selon leur type mais surtout leurs origines. Sur le terrain vague, les sports collectifs, et dans la rue, les sports individuels. Et surtout, sur la friche, les sports américains (base-ball, jeux de ballon ovale20) ou dans la ville, les sports anglais (course, vélo…). La boxe (ou la bagarre à coups de poing) a un statut particulier : elle démarre souvent dans les rues de la ville et se termine à l’abri des regards derrière la palissade (mais à la limite). A cette période de nombreux sports venus d’outre-Atlantique se développent dans l’Hexagone. Et l'on peut même montrer que « les sports anglais commencèrent à être concurrencés voire supplantés par leurs équivalents nord-américains. Dans les années 1920, 1930 des sports [d'origine américaine] se diffusèrent dans les parties du monde situées dans la zone d'influence américaine. » (OHL, 2006). Ainsi, en est-il par exemple du basket-ball (ARCHAMBAULT, 2007) : en France cette pratique, inventée en 1891 aux États-Unis, est d'abord confinée dans la sphère des patronages jusqu'à la date de la première guerre. Puis, « durant deux ans (1917-1919), les Américains débarqués sur le territoire français, soldats bien sûr, mais également instructeurs ou agents humanitaires, font la démonstration d’un basket-ball pratiqué selon des normes et standards similaires à ceux du football-association et du football-rugby. Dans de nombreux lieux publics réquisitionnés pour leur cantonnement, (établissements scolaires, hôpitaux, ports, squares et jardins) ils organisent des championnats » (CHAVINIER, 2008). Les Jeux interalliés (TERRET, 2003) ou les Jeux olympiques de Paris (TERRET, 2008) ont consacré les capacités des sportifs américains : ainsi l'équipe américaine de Rugby à XV bat-elle celle de France le 15 mai en finale des Jeux de Paris en 1924 ; en athlétisme, les Américains (Frederick Morgan Taylor, Harold Osborn, Robert Legendre, Jackson Scholz et d'autres encore) raflent de nombreuses médailles et des records du monde ; le constat est le même en natation féminine ou avec les exploits de Johnny Weissmuller et en tennis également, etc.21.

De part et d'autre de la palissade

  • 22 Sur l'espace particulier de New-York, voir Pouzoulet Catherine, New York, construction historique d (...)

32Le terrain vague structure et différencie les espaces. Il est souvent placé au centre de territoires différents, sorte de sas ou d'entre-deux que la palissade, pour sa part, délimite. D’un côté du mur de planches l’espace construit, attractif et rempli, de l’autre un lieu vide, souvent à l’abandon – même s’il est en devenir : une bicoque en ruine (« Bicot et les carreaux cassés » - album n°3), des matériaux de chantier entreposés, un projet de construction (« Un trésor caché » - album n°1), permettent d’imaginer une transition entre le passé et l’avenir. Aux États-Unis, les années 1910 à 1930 correspondent à une période où les banlieues se développent. Les palissades de chantier se multiplient et font très vite partie du paysage urbain (MONNET, 2000).22 Derrière elles, des terrains vagues sur lesquelles des zones pavillonnaires seront construites ou des prés, dernières traces d'une Amérique rurale encore bien réelle dans les années 1920.

33La palissade marque donc la limite entre la ville Vs des espaces non bâtis ou en construction ; mais surtout, elle trace une démarcation entre le territoire ou le monde des gamins Vs celui des adultes (seuls deux dixièmes (21 %) des vignettes se déroulant sur un terrain vague, montrent des adultes : le père de Bicot, sorte de grand enfant heureux d’accompagner son fils dans ses farces (il est présent sur le terrain vague dans 25 % de vignettes où il est dessiné hors de chez lui, car Mr. Bicotin est très casanier ; Suzy (seulement 4 cases) pour récupérer son chenapan de frère ; quelques marginaux pour se cacher (un vagabond, un voleur, etc.) ; des chefs de chantier ou des ouvriers ; parfois de jeunes hommes qui cherchent à déloger les Ran-Tan-Plan ou des adultes venus à leur rescousse ou encore quelques grands invités à participer à des matchs contre Bicot et ses amis).

34La palissade sépare également la bonne éducation et la culture bourgeoises, des manières populaires (exemple dans « Bicot fait une nouvelle recrue » - album n°1), elle différencie l’univers policé de celui des bandes, de la bagarre, de la transgression des règles établies (il est d'ailleurs intéressant de noter que les policiers ne pénètrent pas sur le terrain vague et que Suzy n'y met souvent qu'un pied pour gronder Bicot).

35En fin de compte, la palissade représente une frontière matérielle entre des mondes géographiques ou physiques (l’âge ou le sexe entre autres), des cultures, des socialisations et surtout des rituels. Selon que l'on se trouve de part ou d'autre de la palissade les rituels ne sont pas les mêmes ; ils sont parfois très clivants, se donnant à voir, ici, dans les attitudes, le langage, les formes de jeux, etc.

36Elle symbolise la fracture générationnelle mais surtout culturelle, sociale que vit l’Amérique de l’entre-deux-guerres, par exemple dans « Le costume neuf » (album n°1), qui met en scène tour à tour, des dames appartenant aux classes élevées, une matrone noire dont le tablier est raccommodé, Suzy, des gamins des milieux populaires ou dans « Bicot fête deux anniversaires » (album n°1) où le garçonnet invité à un goûter d’anniversaire dans une famille aisée chaparde les cadeaux pour les offrir à l'anniversaire d'un copain dont les parents n'ont pas les moyens.

37Rien n’interdit objectivement de passer de l’autre côté des palissades de Branner qui sont souvent très ajourées. Et pourtant, seuls quelques personnages de Bicot, président de club s’aventurent au-delà du mur de bois. Il constitue ainsi une protection. Dans 30 % des aventures de Bicot, toutes histoires confondues, la palissade permet à l'un des protagonistes d'échapper à ses poursuivants, de se cacher ou de dissimuler quelque chose (le club-house, une ficelle pour une farce, etc.). A l'inverse, l'absence dans 7 historiettes d'une palissade à proximité oblige Bicot ou son père à des sprints pour éviter les objets de toute sorte qui leur sont lancés.

38Les interdits socialement, culturellement, mentalement incorporés sont nombreux qui empêchent les personnages de Bicot, président de club de passer de l'autre côté de la palissade. Branner a aussi choisi d’utiliser le mur de bois comme un filtre auto-régulant. Il y a ceux qui ne savent pas où se trouvent les passages, mais il y a également ceux qui, les connaissant, ne veulent ou n’osent pas les franchir (image 2).

Image 2

Image 2

BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; tant va la cruche à l’eau ». In Bicot et Suzy. Paris : Hachette, 1927

©Branner/Hachette/The Tribune Company

39Le dessinateur joue ainsi sur différents registres selon les situations et son dessin varie. Une trappe invisible ou cachée par des affiches (dans quatre histoires, par exemple « Tant va la cruche à l'eau » - album n°2), une planche déclouée, permettent le passage pour Bicot et sa bande (dans « Simple méprise » ou dans « Les malfaiteurs bienfaisants » - album n°3 et 4). Dans d’autres vignettes, l’accès se fait par un trou visible de tous auquel les passants ne prêtent que peu d’attention. Les possibilités de traverser (ou de ne pas traverser) la palissade et surtout les manières de fonctionner de part et d’autre du mur de bois différencient les personnages de la bande dessinée. Elles marquent l’appartenance à l’un ou l’autre groupe. Suzy ou les enfants bien élevés ne s’aventurent que rarement au-delà de la palissade (« Un camarade trop exigeant »). À l’inverse les garnements du terrain vague, à l'exception de Bicot, ne savent pas comment aborder une « grande dame », un monsieur à chapeau, un enfant bien élevé, qu’ils font souvent pleurer, pas toujours par méchanceté. Ils sont maladroits dans cet univers qu’ils ne connaissent pas (« Bicot est bonne d'enfants » - album n°1) et inversement (« Bicot fait une nouvelle recrue » - album n°1).

40Les attributs vestimentaires jouent un rôle important pour identifier ceux du terrain vague et ceux des quartiers pavillonnaires (BARTHES, 1967). Bicot est le seul à faire partie des deux mondes. Poulbot le matin, il n’hésite pas à salir ses beaux habits ou à les réduire en lambeaux après avoir pénétré sur le terrain de jeux bien habillé, au grand dam de sa sœur qui le « déguise » en garçonnet sage pour se rendre chez ses amies à l’heure du thé. Bicot râle dès lors qu’il est attifé comme un enfant de classe supérieure. Il semble mal à l’aise dans ce corps guindé, bien habillé, déguisé. Ses copains se moquent d’ailleurs de lui, le traitent de fille et parfois ne le reconnaissent plus (vingt-trois histoires de Bicot, soit 10 %, jouent sur le thème des beaux habits ou des bonnes manières).

  • 23 « Un camarade trop exigeant », album n°1.

41Quoi qu'il en soit, tous les personnages de « Bicot, président de club », ont admis l'existence de la frontière de bois. Ils savent ce qu'elle autorise et ce qu'elle interdit (il n'y a qu'une seule histoire23 dans laquelle un enfant d'une famille riche est accepté sur le terrain vague ; ce sera à ses dépens. Dans un autre registre, Dorothée, la petite amoureuse de Bicot, réussit, elle aussi, à s’immiscer au-delà de la limite de bois). De l'autre côté de la palissade, les gosses font bande et une complicité s’établit entre eux. Inversement, les rares intrus sont chassés ou mis à part ; Branner les maintient au loin et toujours à proximité de la palissade. Dans ces conditions, la rue représente un terrain neutre dans lequel de nombreuses situations se mettent en place. Pour prendre en compte les principes énoncés par Anssi Paasi (PAASI, 1996), il conviendrait d'observer la manière dont les acteurs des territoires positionnés de part et d'autre de la frontière agissent et interagissent, ou plus exactement, pour ce travail, de regarder comment les personnages dessinés jouent avec la palissade et parfois se jouent d'elle. Quelles transformations le passage de la frontière opère-t-il, dans le récit, mais aussi dans les manières d'être et d'agir des héros de papier ? Bicot joue le rôle de passerelle qui relie, met en communication des univers différents ou, du moins, différenciés (le terrain vague et les rues ou le centre-ville commerçant).

La palissade, une ligne de démarcation

42Le terrain vague façonne l’espace urbain et les personnages de la bande dessinée s'approprient ce territoire avant que l'urbanisation ne s’en empare et qu’une vie « normale » ne s’y développe à nouveau. En France comme aux Etats-Unis, ces lieux de réurbanisation sont inscrits au cœur des problématiques de gestion de l’espace et, partant, ils ont à voir avec les questions sociales. Aux États-Unis, les nouveaux quartiers qui sortent de terre sont habités par les classes sociales intermédiaires (middle class et working class). Dans les années 1930, plus de 55 % des Américains vivent dans les zones urbaines contre 40 % environ avant la première guerre (SILVER, 1985). Les Etats-Unis représentent un idéal de vie, un modèle en devenir pour les Français de l'entre-deux-guerres, en attestent « l'américanisation de la culture française » (TOURNES, 1997) ou l'américanisation par la culture (NYE, 2004), mais aussi les débats qui animent la production de BD en France (CREPIN, 2001 ; PERROT, 1999). En atteste également le développement d'une consommation de masse en France prenant modèle sur les États-Unis (ROSENBERG, 2009 ; CORBIN, 1995), même si bien sûr ces éléments qui expliquent l'attirance entre les deux pays doivent être nuancés des phénomènes de répulsion qui existent également et qui permettent de comprendre des revirements de l’opinion publique (ROGER, 2002).

43Cette spatialisation de la ville ne serait rien sans les palissades qui lui donnent corps et la renforcent (128 histoires de Bicot se déroulant en ville montrent une palissade). Les murs de planches constituent un trait d'union entre des milieux différents, une sorte d'espace de contact, mais aussi de friction. Dans de nombreuses planches de Bicot, la palissade semble donner l’avantage aux plus pauvres, elle exclut les plus riches. Sans chercher à surinterpréter les intentions de l'auteur, il semble toutefois que Branner fasse écho à l’idée en vigueur aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres, de citoyens de première et de seconde zone. Ceux-ci, de condition modeste, ambitionnent de s'élever socialement. Se construisent alors certains mythes américains, notamment le self-made man, et l’élévation de la pauvreté à la richesse (rags to riches). Bien sûr, l’état originel de pauvreté – qui ferait presque office d’ « origine commune » à beaucoup d’Américains – n’hypothèque pas la possibilité d’un avenir radieux.

  • 24 Exception faîte du cirque, dans la mesure où les terrains où s'installent les chapiteaux ne sont pa (...)

44Dans Bicot, président de club, les plus pauvres se jouent des plus riches et la barrière les protège. Elle masque, aussi, ce que la société ne veut pas voir, comme les rivalités entre bandes que l'Amérique de l'entre-deux-guerres veut juguler (TRASHER, 1927). C'est le lieu où la loi du plus fort ou du plus malin règne (voir par exemple, « Bicot est déchu de son titre » ou « Efforts inutiles » - album n°2). Hormis une ou deux exceptions, qui finissent souvent de manière favorable pour les Ran-Tan-Plan, Branner mobilise la palissade de manière inverse : elle protège des petites frappes (« Sur la défensive » - album n°2), elle participe à l'arrestation des méchants (« Bicot, chef d'une société secrète » - album n°2). Elle laisse passer sur le terrain vague ce qui est bon pour l’éducation des gamins, comme le sport (84 vignettes sur 270 qui évoquent une pratique sportive24 en ville placent cette activité de l'autre côté d'un mur de bois).

45Et surtout, la palissade marque les limites des différents territoires, traçant une démarcation visible entre des zones bâties ou non-bâties, des zones modernes, reconstruites ou anciennes, en friche, mais également des identités différentes, notamment sociales que Branner exprime par le dessin (des planches de chantier ajourées dans certaines vignettes, une palissade haute et fermée dans d'autres, une barrière en bois ou un muret en pierre).

46La palissade fait frontière entre des espaces physiques mais aussi culturels et sociaux différents. Ainsi, il y a ceux qui sont à l’aise dans la friche où ils jouent et ceux qui le sont dans le quartier résidentiel où ils vivent et, selon Branner, on appartient à l’un ou à l’autre (onze histoires se déroulent dans des beaux quartiers et surtout dans de riches maisons, Branner dessinant souvent les intérieurs cossus pour signifier que les scènes se déroulent dans la upper class). Comme les frontières, la palissade est parfois infranchissable, mais elle peut aussi, selon les circonstances, les moments ou les personnes, être perméable. Le sport est d’ailleurs un prétexte pour dépasser les limites ou passer la frontière. Ainsi, Bicot et sa bande sortent du terrain vague pour gagner quelques sous afin d’assister aux compétitions de base-ball ou pour acheter du matériel sportif ; des gamins et parfois des grands sont autorisés à pénétrer sur le terrain de jeu pour participer aux matchs contre l’équipe de Bicot. Des pratiques sportives se déroulent parfois au-delà de la palissade.

47Pour renforcer cette fonction de frontière, le bédéiste dessine parfois un gendarme en uniforme dont, bien sûr, les enfants se jouent. La palissade permet de réguler, d’autoriser ou d’interdire les entrées-sorties. Elle assure ainsi une fonction de filtre. Pour leur part, les codes sociaux et les normes culturelles incorporées, l’éducation, jouent le rôle de passeport. Grâce à sa sœur, et donc malgré lui, Bicot connaît les deux mondes, joue avec l’un et l’autre, dans l’un et l’autre. Sorte d’entre-deux, de passeur, le gamin favorise la perméabilité de la palissade : il accompagne ses copains pauvres dans les rues de la banlieue pavillonnaire où ils multiplient les farces. Il invite quelques enfants riches sur le terrain vague, territoire de la mauvaise éducation et des jeux populaires, ou dans les rues de son quartier. Ceci renvoie, sans aucun doute, aux hétérotopies de M. Foucault qui précise qu’elles disposent d’un « système d’ouverture et de fermeture qui, à la fois, les isole et les rend pénétrables » (FOUCAULT, 1984).

La palissade qui inclut et exclut

48Si le mur de bois filtre, par voie de conséquence, il inclut et exclut selon l’appartenance à l’un ou l’autre espace dont il souligne les différences. Le terrain vague est, certes, le territoire de la mauvaise éducation, de la culture populaire, des petits larcins, mais il n’est pas celui de la délinquance, pourtant si développée outre-Atlantique (TRASHER, 1927). Les petites frappes, les bandes sans foi ni loi ne sont que très rarement admises « outre-palissade » ; les voyous, des grands, multiplient les mésaventures lorsqu’ils cherchent à en forcer le passage. De l'autre côté du mur de bois, ils perdent leurs repères et leurs habitudes et sont placés en position de faiblesse, sous l’emprise de ceux qui dominent l'espace, bien que plus jeunes et moins bagarreurs.

  • 25 Il existe un album plus récent que ceux de notre corpus dans lequel la fillette est plus délurée. E (...)

49Le terrain vague de Branner est un univers masculin, alors que cette affirmation perd de sa vigueur dans l’entre-deux-guerres (seules 10 cases sur 2493 montrent des femmes sur le terrain vague : il s'agit bien souvent de Suzy (7 cases) et exceptionnellement des mères des gamins de la bande des Ran-Tan-Plan ou des matrones). Les filles ne pénètrent pas sur la friche. Elles n’en sont pas exclues, car ce sont elles qui ont incorporé le fait que ce territoire était celui des garçons. Bicot fera, néanmoins, une exception pour une gamine de bonne famille, Dorothée, qui joue à la maman avec sa poupée et oblige le garçonnet aux mêmes jeux. Sans aucun doute épris d’elle (« Espoirs et désillusions » - album n°2), Bicot l’introduit sur le terrain vague. Bien mal lui en a pris puisqu’elle osera s’accaparer la cabane des Ran-tan-plan (« Une expulsion difficile » - album n°1) et permettra à ses copines de passer de l’autre côté de la palissade, chassant les garçons de leur territoire et surtout transformant le club-house en univers cosy, grâce à un bon nettoyage et des rideaux aux fenêtres (image 3). Dorothée est représentée sur le terrain vague dans une seule vignette et encore, Branner la dessine avec ses copines dans la cabane25.

Image 3

Image 3

BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; une expulsion difficile ». In Bicot président de club. Paris : Hachette, 1926

©Branner/Hachette/The Tribune Company

50Les adultes, pour leur part, s’aventurent rarement de l’autre côté de la limite, comme s’ils avaient intégré que ce lieu n’était pas le leur. Le père de Bicot fait figure d’exception : il est présent dans 25 % des vignettes se déroulant sur un terrain vague. Il passe des journées entières avec son fils, arbitrant ou commentant les matchs de basket-ball improvisés par son rejeton. Comme Bicot et ses copains, il se cache derrière la palissade pour faire des farces ou s’y réfugie pour échapper à un commerçant ou un monsieur en chapeau, en colère ou encore protéger son fils comme dans « Bicot distribue des lettres » (album n°4) (image 4).

Image 4

Image 4

BRANNER, Martin. « Bicot président de club distribue des lettres ». In Les farces de Bicot. Paris : Hachette, 1929

©Branner/Hachette/The Tribune Company

  • 26 C’est d’ailleurs ce que Suzy reproche à ses parents et la raison pour laquelle elle a pris en main (...)

51Sorte de grand enfant rêveur, flegmatique et irresponsable26, ce sont ces traits du caractère de Mr Bicotin qui en font un des rares adultes autorisés à franchir la limite. Suzy, pour sa part, parvient de temps en temps à mettre un pied sur le terrain vague (7 cases sur les 2493 du corpus). Il s’agit alors pour elle d’en extirper son chenapan de frère (image 5) ; l’expression n’est pas usurpée, car elle est souvent dessinée un pied dedans un pied dehors ou le bras dedans le corps dehors.

Image 5

Image 5

BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; envoi de fleurs ». In Les farces de Bicot. Paris : Hachette, 1929

©Branner/Hachette/The Tribune Company

52Le système d’inclusion-exclusion que la palissade autorise n’est cependant pas définitif : certaines situations autorisent le passage de l’autre côté. Suzy, qui ne pénètre que rarement sur le terrain vague, y trouve refuge alors qu’elle est poursuivie par une matrone noire dont elle a rudoyé le fils, par erreur (« Le costume neuf » - album n°1). La barrière empêche les tricheurs, les bagarreurs, de revenir sur le terrain de jeu une fois qu’ils en ont été repoussés. Par exemple, Mr Bicotin se fait sortir par son fils et les Ran-Tan-Plan, car il est soupçonné de collusion avec l’équipe de rugby adverse et d’un arbitrage à charge. Le mur de bois peut aussi gêner les habitués du terrain vague, alors qu’ils sont poursuivis après l’une de leur blagues. S’ils parviennent parfois à s’échapper en grimpant sur la palissade, ils se retrouvent aussi acculés contre elle ; c'est le cas dans « La bonne escapade » (album n°1).

  • 27 « La désobéissance punie », « Dans une fâcheuse position », « Bicot est bien placé », n°3, op. cit.(...)

53Et en effet, la palissade n’est pas toujours la complice des gamins. Elle les exclut également dès lors qu’elle est enceinte de manifestations sportives (les quatre seules histoires27 qui évoquent la tenue d'un match officiel, jouent sur ce registre de l'exclusion). À cause des palissades, Bicot et ses amis ne peuvent assister aux matchs officiels de base-ball ou de rugby organisés dans la ville et toute tentative de resquillage est un échec comme dans « Dans une fâcheuse position » (album n°3) (image 6). Branner démontre ainsi que deux mondes existent qui cohabitent mais dont les fonctionnements, les valeurs, diffèrent : celui des sports officiels, d’une part, et celui des jeux des gamins, fussent-ils sportifs, d’autre part. De même montre-t-il, en cantonnant les enfants du mauvais côté de la palissade qui enceint le terrain de sport, que l’accès aux premiers est fermé, réservé et sélectif. Ainsi, si la palissade est perméable lorsqu’elle entoure le terrain vague, elle est en revanche sans faille dès lors que des manifestations sportives « officielles » s’organisent derrière. Le filtre qu’elle représente s’est durcit.

Image 6

Image 6

Branner, « Bicot président de club, ou le désobéissant puni ». In Bicot et les Ran-Tan-Plan. Paris : Hachette, 1928

©Branner/Hachette/The Tribune Company.

La palissade, une amie et une protectrice

  • 28 Voir la lecture que Diogo Sardinha fait des théories de Georges Bataille (SARDINHA, 2005).

54En incluant certains (et en favorisant l’exclusion des autres, ou pour le moins, en interdisant de pénétrer sur le terrain vague), la palissade protège des regards, entre autres, et elle dissimule. C’est d’ailleurs pour cette raison que Bicot et ses amis ont érigé le club-house des Ran-Tan-Plan derrière le mur de bois. Ils évitent ainsi que leur cabane soit visible de tous et éventuellement vandalisée. Le rôle de la palissade va cependant au-delà de cette fonction. Elle permet aux garnements de se réunir en toute discrétion (dans quarante historiettes les regroupements de Bicot et de ses copains, mais aussi les belles intentions ou les discours fédérateurs de Bicot se déroulent au pied d'une palissade -et d'ailleurs dans 77 % des cas, c'est même derrière les planches de bois. A l'inverse, Bicot élabore des plans avec ses copains dans la rue dans vingt-cinq aventures seulement). Ils échafaudent leurs plans, préparent leurs coups ou leurs bonnes actions, font le bilan de leurs rapines ou des services rendus à l’abri des planches de bois ou dans leur club-house, qui est adossé à la palissade. Cette dernière devient ainsi une complice. Elle l’est d’autant plus qu’elle permet aux gamins de se cacher pour commettre leurs farces : un portefeuille attaché à une ficelle, un faux coup de vent pour faire tomber un chapeau, une boule de neige lancée à un passant, etc. ou à l’inverse lorsqu’ils sont poursuivis par un policier, une personne mécontente ou une bande rivale. Dès lors on peut considérer la palissade dans un sens métaphorique : franchir cette frontière tournée vers le dehors28, sortir du terrain vague, c’est s’offrir la possibilité de pouvoir transgresser les interdits ou les règles sociales.

55Mais la palissade est aussi une confidente (« Tant va la cruche à l'eau » - album n°2. Les bambins lui confient leurs peines, ils se réfugient derrière le mur de bois pour pleurer ou réfléchir à comment réparer leurs bêtises (par exemple, dès la première aventure intitulée « Premières difficultés » - album n°1), soigner en toute discrétion les bosses (« Bataille de nègres » - album n°4). La palissade permet ainsi aux gamins du terrain vague, habitués à une vie dure, celle des milieux pauvres d’une Amérique en mutation, de rester des enfants. Le terrain-vague, devenu playground, renvoie à cet espace investi par la jeunesse, un espace en construction qui accueille des identités ou qui les forge ; l'ancrage à un lieu, l'identification ou l'appartenance objective à un espace s'accompagne d'une incorporation des identités que porte le territoire (DI MEO, 2007). Le terrain de jeu devient alors un lieu de mémoire, un patrimoine lié à la jeunesse (BROMBERGER, 2006).

56Le mur de bois est aussi un tuteur, un éducateur. Derrière la palissade se développe un apprentissage de règles et de la vie en société que les enfants incorporent petit à petit (ainsi dans « Bicot est déchu de son titre ou « Des efforts inutiles » (album n°2), les gamins très naïfs sont spoliés de leur cabane par des plus grands. A l'inverse, Bicot s'impose en chef de groupe (« La cabane des Ran-Tan-Plan » - album n°2) ou cherche à s'intégrer au quartier (« Bicot veut devenir meilleur » - album n°3) ; sa fonction de président d'une association complète l'idée d'une acculturation). Certes les codes et normes du terrain vague diffèrent parfois de ceux qui ont cours dans la ville et dans les quartiers pavillonnaires. Peu importe, Bicot et les autres apprennent à vivre ensemble et à vivre avec les autres (image 7).

Image 7

Image 7

BRANNER, Martin. « Bicot président de club veut devenir meilleur ». In Bicot et les Ran-Tan-Plan. Paris : Hachette, 1928

©Branner/Hachette/The Tribune Company

57Branner s’appuie entre autres sur le mythe du sport socialisateur. Si de manière traditionnelle la socialisation se fait selon Durkheim dans nos sociétés par les adultes en direction des jeunes, le groupe de pairs joue également un rôle important (socialisation dite secondaire étudiée par Berger et Luckmann) ; c'est ce procédé qui est, principalement, en œuvre dans Bicot, président de club et qui participe à la construction d'identités différentes (ou, dans la BD, à la représentation d'identités différentes) selon la position que le personnage occupe, à son rôle, aux efforts qu'il entreprend pour vivre et s'adapter aux situations (culturelles ou sociales) dans lesquelles il est plongé.

58À propos de cette fonction socialisatrice, chère à l’auteur de Bicot, la présence d’un arbitre n’est jamais évoquée lorsque les gamins jouent au base-ball. Les parties semblent pourtant se dérouler au mieux. Sérieux, concentration, respect des autres ou des règles sont de mise dans les équipes de gamins en lice. Quelques rares historiettes mettent en scène un arbitre – très souvent le père de Bicot. Triche, corruption, erreurs d’arbitrage sont alors de mise, à chaque fois. Et Bicot est obligé d’exclure le juge. Ainsi la socialisation proposée par Branner se réalise entre-soi, sous l’œil de la palissade, mais débouche bien sur l'intégration de codes communs. Les bêtises sont moins nombreuses voire totalement absentes dès lors que le sport est évoqué. Pour preuve dans une historiette (« Bicot et les carreaux cassés » - album n°3), Bicot décide de trouver un autre terrain d’entraînement éloigné de la ville pour ne pas casser les carreaux du voisinage avec le ballon.

Conclusion

59Nous avons essayé de montrer le statut de la palissade et du terrain vague avec une double idée. D’une part, celle de la séparation des mondes, de la distinction, et d’autre part celle du trait d'union entre des univers différents. En effet, Branner, le dessinateur de Bicot, président de club, joue sur ces deux registres. La friche et la banlieue pavillonnaire servent de révélateur des différences. Ils les catalysent, renforçant les contrastes entre les personnages, Mieux, la démonstration du dessinateur consiste à expliquer à son jeune lecteur, notamment français, que des univers différents, voire antagonistes peuvent se compléter, s’enrichir l’un l’autre. Autrement dit que ceux qui évoluent dans l’un peuvent puiser des ressources dans l’autre. Pour ce faire le bédéiste se sert de la palissade comme d’une frontière, d’une protection, entre le terrain vague et la banlieue pavillonnaire, mais en même temps, il fait du mur de bois une passerelle, une porte d’entrée et surtout une sorte de « marche », de zone franche autour desquelles les échanges sont possibles. Pour les enfants mis en scène dans la bande dessinée, le phénomène de perméabilité semble mieux fonctionner de la friche vers la ville, comme si grandir était sortir de l’univers du jeu vers celui du sérieux, du territoire peu organisé, vers le monde policé. Ainsi franchir la palissade, fonctionnerait comme une sorte de rite de passage. Les trois temps mis en évidence par Van Gennep (VAN GENNEP, 1981) apparaissent d'ailleurs de manière assez marquée dans Bicot, président de club. Le rituel d'entrée sur le terrain vague, codifié même si les situations varient, renforce les liens au sein du clan. En même temps, il permet de réguler, de trier les personnages qui appartiennent au groupe, ou sont invités par lui et ceux qui lui sont extérieurs. Il a enfin comme fonction très symbolique d'obliger ceux qui franchissent la palissade à se soumettre aux règles de fonctionnement du terrain vague.

60Ainsi nous avons montré que le terrain vague, territoire vide, n’était pas un « territoire du vide » pour reprendre l’expression de Corbin. Bien que lieu où les gamins pauvres évoluent, il procure aussi le « désir et le plaisir », notamment de jouer ensemble, de préparer des farces, etc., et parfois, il engendre même de la convoitise. Le caractère éphémère du terrain vague – entre deux moments d’urbanisation, ou avant que la ville ne le fasse disparaître – bien que protégé ou défendu par la palissade, permet d’apprécier cet espace limité encore plus que s’il n’avait été institué en terrain de jeu par les architectes des nouveaux quartiers. C'est aussi l'espace de la jeunesse par excellence, le lieu de l’insouciance et de tous les possibles en tout cas aux États-Unis.

61A l'image de ce que Gordon propose dans son ouvrage (GORDON, 2016), il est très intéressant de constater les différences et les ressemblances entre les versions de Bicot publiée aux États-Unis et en France. Elles traduisent, à n'en pas douter, une adaptation entre des cultures, qui se regardent, s'imitent, mais préservent aussi leurs spécificités. L'utilisation de la palissade et du terrain vague comme celle des pratiques sportives traduisent sans aucun doute ces éléments que les questions techniques (un bon mot intraduisible par exemple) ne suffisent pas à expliquer.

62A propos du sport, même si le thème des pratiques corporelles est secondaire dans Bicot, président de club, de nombreuses pistes pourraient être suivies dans des travaux additionnels (l’opposition entre les sports d'origine anglaise et les sports « américains », la question du genre dans le sport, du développement et de la diffusion du sport dans l'Entre-deux-guerres, des lieux du sport ou plus précisément des tensions ou des connivences entre l'espace urbain et l'espace sportif, etc.). Dans Bicot, le terrain vague est aussi le lieu où des pratiques (le base-ball, le football) se massifient, se démocratisent ; on y apprend les règles sportives et les manières de se tenir (le fair-play, entre autres, le respect de l'adversaire) ; de façon sous-jacente on se confronte et on incorpore les règles sociales. Branner mobilise le thème dans plusieurs histoires ou du moins évoque-t-il les intentions de Bicot et de ses copains, intentions pas toujours menées à terme.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

BRANNER, Martin, Bicot, président de club, album n°1, Paris : Hachette, 1926.

BRANNER, Martin, Bicot et les Ran-tan-plan, album n°2, Paris : Hachette, 1927.

BRANNER, Martin, Bicot et les Ran-Tan-Plan, album n°3, Paris : Hachette, 1928.

BRANNER, Martin, Les farces de Bicot, album n°4, Paris : Hachette, 1929.

Ouvrages et articles scientifiques

ARCHAMBAULT, Fabien, ARTIAGA, Loïc et BOSC, Gérard. Double Jeu, Histoire du basket-ball entre France et Amériques. Paris : Vuibert, 2007.

BARTHES, Roland. Système de la mode. Paris : Seuil, 1967.

BROMBERGER, Christian, « De la notion de patrimoine sportif. » Cahier Espaces, 88, 2006, p. 8-12.

BURNS, Ken. Baseball [DVD]. PBS Home Video, 2004 (1994).

CHAVINIER, Sabine. « Histoire du basket-ball français catholique (1911-1921). Jeu des patronages ou sport américain ? », Sciences sociales et sport, 1/2008 (N° 1), p. 27-48.

CORBIN, Alain, (dir.). L'avènement des loisirs, 1850-1960. Paris : Aubier, 1995.

CREPIN, Thierry. Haro sur le gangster ! La moralisation de la presse enfantine 1934-1954. Paris : CNRS Éditions, 2001.

CREPIN, Thierry et GABILLIET, Jean-Paul. « Écrire L’histoire Culturelle de La Bande Dessinée : Comparaison Franco-Américaine ». In DELPORTE, Christian, GERVEREAU, Laurent et MARECHAL, Denis. Quelle est la place des images en histoire ? Paris : Nouveau monde, 2008, p. 181–192.

DESCAMPS, Yann. & VACHERON, Ismaël. « Où le ghetto (se) joue : Playground, basket-ball et culture afro-américaine ». Géographie et Cultures, « La campagne autrement », n°87-88, 2013, pp.169-189.

DI MEO, Gilles. « Identites et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ? ». Metropoles, ENTPE, 2007, p. 1-14.

DYRESON, Mark. « The Emergence of Consumer Culture and the Transformation of Physical Culture : American Sport in the 1920s ». Journal of Sport History, Vol.16, n°. 3, 1989, 261-275.

FEBVRE, Lucien. « Frontière : le mot et la notion », Pour une Histoire à part entière. Paris : Sevpen, 1962 [1928].

FOUCAULT, Michel. « Des espaces autres ». In Dits et écrits (Tome 2, texte n°360). Paris : Gallimard, 1984.

GABILLIET, Jean-Paul. Des comics et des hommes. Histoire culturelle des comic books aux États-Unis. Nantes : Éditions du Temps, 2005.

GABILLIET, Jean-Paul, « BD, mangas et comics : différences et influences », Hermès, La Revue, 2/2009 (n° 54), p. 35-40.

GERVEREAU, Laurent. Voir, comprendre, analyser les images. Paris : Éditions La Découverte, 2000.

GHORRA-GOBIN, Cynthia, « L'invention de la banlieue américaine », in CALENGE, Christian, LUSSAULT, Michel et PAGAND, Bernard (dir.), Figures de l'urbain : Des villes, des banlieues et de leurs représentations. Tours : Maison des Sciences de la Ville, 1997.

GHORRA-GOBIN Cynthia, « Territoires et représentations : l'imagination géographique de la société américaine ». Revue française d’études américaines, 2/2006, p.  84-97.

GORDON, Ian, Kid Comic Strips. A Genre Across Four Countries. London : Palgrave Mcmillan, 2016.

GROENSTEEN, Thierry. Système de la bande dessiné. Paris : PUF, 1999.

GUTTMANN, Allen. Du rituel au record. La nature des sports modernes (Traduit et présenté par Thierry Terret). Paris : L'Harmattan, 2006.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien ; VIVIER, Christian et LOUDCHER, Jean-François. « Le corps sportif dans la presse illustrée de jeunesse. L’exemple de la série dessinée Jean-Jacques Ardent Athlète dans le journal Junior (1938-1939) », Le Temps des Médias. Revue d’histoire, vol. 19(2), 2012, p.  187-204.

MAUMI, Catherine, Grille, ville et territoire, aux Etats-Unis : un quadrillage de l’espace pour une pensée spécifique de la ville et de son territoire, Thèse de Doctorat de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, soutenue le 07 février 1997.

MONNET, Jérôme, L'urbanisme dans les Amériques : modèles de ville et modèles de société. Paris : Karthala, 2000.

MOREAU, Etienne. « Le sport dans la société américaine des années vingt : L’avènement du sport américain », Bulletin de l'IPR n° 23, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2006.

NAVEZ-BOUCHANINE, Françoise. « L’espace limitrophe. Entre le privé et le public, un no man’s land ? La pratique urbaine au Maroc ». Espaces et Sociétés, n° spécial « Espace public et complexité sociale ». 1991, n°62-63, p.  135-158.

NYE, Joseph S. Soft Power: The Means to Success in World Politics. New York : PublicAffairs, 2004.

OHL, Fabien. Sociologie du sport : Perspectives internationales et mondialisation, Paris : PUF, 2006.

PAASI, Anssi. Territories, Boundaries and Consciousness: The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border. New York : Wiley, 1996.

PEETERS, Benoît. Case, planche, récit : comment lire une bande dessinée ? Tournai : Casterman, 1991.

PEETERS, Benoît. Lire la bande dessinée, Paris : Flammarion, 2002.

PERROT, Jean. Jeux et enjeux du livre d'enfance et de jeunesse. Paris : Electre-Editions du cercle de la librairie, 1999.

PERROT, Michelle. « De la manufacture à l’usine en miettes ». Le Mouvement Social, n°125, 1983.

ROGER, Philippe. L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme, Paris : Seuil, 2002.

ROSENBERG, Emily. « Le « modèle américain » de la consommation de masse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°108, 2009, pp.111-142.

SARDINHA, Diogo. « L'éthique et les limites de la transgression ». Lignes. 2/2005, n° 17, p. 125-136.

SILVER, Christopher. « Neighborhood Planning in Historical Perspective » Journal of the American Planning Association, vol. 51, 1985.

SOREZ, Julien. « Du terrain à la buvette : diffusion du football et contrôle social en région parisienne durant l'entre-deux-guerres », Le Mouvement Social, n° 238, 2012, p. 65-80.

SUKKO, Kim, « Immigration, Industrial Revolution and Urban Growth in the United States, 1820-1920. Factors Endowments, Technology and Geography ». NBER Working Papers, n° W12900, 2007.

TERRET, Thierry. Les Jeux interalliés de 1919 : sport, guerre et relations internationales. Paris : Éditions L'Harmattan, 2003.

TERRET, Thierry. « Le genre dans l’histoire du sport », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n°23, 2006, p. 209-238.

TERRET, Thierry (dir). Les paris des Jeux olympiques de 1924. Biarritz : Atlantica, 2008. Coll. « Sport et mémoire ».

THOMAS, William et ZNANIECKI, Florian, Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d'un migrant. Paris : Nathan, 1998 [Chicago, 1919].

TOURNES, Ludovic. « L'américanisation de la culture française ou la rencontre d'un modèle culturel conquérant et d'un pays au seuil de la modernité », Historiens/Géographes, n° 358, 1997, pp. 65-79.

TRASHER, Frederic Milton. The Gang : A Study of 1,313 Gangs in Chicago. Chicago : University of Chicago Press, 1927.

VAN GENNEP, Arnold. Les Rites de passage. Etude systématique des rites. Paris : E. Nourry (rééd.), 1981.

VAYSSIERE, Bertrand, « Relever la France dans les après-guerres : reconstruction ou réaménagement ? », Guerres mondiales et conflits contemporains, 4/2009 (n° 236). p. 45-60.

VIVIER, Christian ; RENAUD, Jean-Nicolas et GUILLAIN, Jean-Yves, « Il était une fois les activités physiques de Martine. De la transmission des pratiques corporelles bourgeoises dans un album illustré pour enfant depuis 1954 », Histoire sociale, vol XLV, n°89, 2012, p. 157-194.

Haut de page

Notes

1 Ils seront rendus plus accessibles avec la création, en 1934, du Journal de Mickey, un magazine qui leur est entièrement consacré.

2 La numérotation indiquée dans cet article pour chaque histoire mentionnée fait référence aux éditions parues chez Hachette entre 1926 et 1929 (voir « Corpus »).

3 Nous mettrons entre parenthèses les barrières de bois qui entourent les jardinets pavillonnaires. Si quelques aventures de Bicot y font référence, leur statut n’est pas le même que la palissade du terrain vague, elles servent bien d’élément de décor dont la fonction est essentiellement de permettre au lecteur de reconnaître que l’action se situe dans les quartiers résidentiels de la ville.

4 Ici le terme « autorités politiques » sera considéré dans une acception large, il s'agit tour à tour de Suzy, des agents de police, des commerçants ou voisins en colère, etc..

5 Sources : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, Angoulême.

6 « The American version of the strip was far more concerned with Winnie’s class aspirations, or pretensions, than the French version » (GORDON, 2016, p.44).

7 « Comparing the American Perry Winkle episodes with the reworked French-version strips offers useful points of contrast between American humor and French humor. Moreover, it provides a useful way to examine the different cultural contexts shaping the sort of humor derived from the activities of kids. », (GORDON, 2016, p.38).

8 Branner colorie la peau du gamin comme celles des autres personnages pour montrer une forme d'égalité entre tous (GORDON, 2016, p.42)

9 « In the French version the baseball field becomes a football (soccer) field and the worry is that if they use it their ball will break a window », (GORDON, 2016, p.58).

10 Une exception : « Le match de boxe », Bicot et les Ran-Tan-Plan, album n°3, Hachette, 1928, comporte 16 cases permettant de retracer chaque échange de coup du match.

11 Nous n'avons pas pris en compte la page de garde des albums, un dessin en couleur, ni le bandeau qui illustre le titre de chaque aventure.

12 Dans l’une ou l’autre de ses aventures, Bicot décide de jouer sur un autre terrain. Le dessin suggère alors à travers force détails qu’il ne s’agit pas du même lieu : la palissade est absente, une bicoque désaffectée est placée dans un coin de la vignette, etc.

13 Ce que suggère la loi Cornudet du 14 mars 1919 (plans d'extension et d'aménagement de villes).

14 « […] an important mark of the cultural differences between the versions with the French adaptation playing to a slightly more mature view of childhood » (GORDON, 2016, p43).

15 Il est intéressant de noter que de nombreuses historiettes prennent comme fil conducteur la construction d'une cabane en bois par les enfants.

16 Parfois rond, parfois allongé le ballon dessiné par Branner ne permet pas d'affirmer s'il s'agit de soccer, que l'on commence à voir aux Etats-Unis dans les années 20 (MOREAU, 2006) ou de football américain, voire de rugby (Dans « Concurrence malhonnête », Les farces de Bicot, album n°4, Hachette, 1929. Une affiche placardée en ville annonce un match de rugby). Gordon repère d'ailleurs quelques changements dans le type de terrain sportif entre les versions française et américaine (voir note n°9).

17 Dans un contexte ou la boxe aux USA est une pratique qui permet à des sportifs américains d'être consacrés sur la scène sportive internationale.

18 Quelques parties de ballon sont également données dans la rue, mais elles se terminent toujours par des bêtises (« Richesses éphémères », n°1, op.cit.), contrairement à celles qui se jouent sur le terrain vague, plus sérieuses et cadrées.

19 « Une belle partie de golf », « Bicot et le joueur obstiné », « Bicot et le monsieur sourd », « Bicot et le recordman de golf », Bicot et les Ran-Tan-Plan, n°3, op. cit..

20 Très certainement, il s'agit de football (américain). Le lecteur français y voit pour sa part des parties de rugby.

21 Pour comprendre cette suprématie des sportifs américains nous renvoyons aux analyses de A. Guttmann.

22 Sur l'espace particulier de New-York, voir Pouzoulet Catherine, New York, construction historique d´une métropole. Paris : Ellipses, 1999. Voir également Bretagnolle Anne, Giraud Timothée, Mathian Hélène, « La mesure de l’urbanisation aux Etats-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan Areas (1790-2000) », Cybergeo : European Journal of Geography, 2008.

23 « Un camarade trop exigeant », album n°1.

24 Exception faîte du cirque, dans la mesure où les terrains où s'installent les chapiteaux ne sont pas identifiables (s'agit-il d'un terrain vague, d'un pré en périphérie, d'une place au centre-ville ?).

25 Il existe un album plus récent que ceux de notre corpus dans lequel la fillette est plus délurée. Elle est montrée sur plusieurs vignettes sur le terrain vague dont elle chasse les garçons.

26 C’est d’ailleurs ce que Suzy reproche à ses parents et la raison pour laquelle elle a pris en main l’éducation de son jeune frère.

27 « La désobéissance punie », « Dans une fâcheuse position », « Bicot est bien placé », n°3, op. cit.. et « Une concurrence malhonnête », n°4, op. cit..

28 Voir la lecture que Diogo Sardinha fait des théories de Georges Bataille (SARDINHA, 2005).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club et le marchand de journaux ». In Bicot président de club. Paris : Hachette, 1926
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-1.png
Fichier image/png, 416k
Titre Image 2
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; tant va la cruche à l’eau ». In Bicot et Suzy. Paris : Hachette, 1927
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-2.png
Fichier image/png, 289k
Titre Image 3
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; une expulsion difficile ». In Bicot président de club. Paris : Hachette, 1926
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-3.png
Fichier image/png, 287k
Titre Image 4
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club distribue des lettres ». In Les farces de Bicot. Paris : Hachette, 1929
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-4.png
Fichier image/png, 261k
Titre Image 5
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club ; envoi de fleurs ». In Les farces de Bicot. Paris : Hachette, 1929
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-5.png
Fichier image/png, 263k
Titre Image 6
Légende Branner, « Bicot président de club, ou le désobéissant puni ». In Bicot et les Ran-Tan-Plan. Paris : Hachette, 1928
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-6.png
Fichier image/png, 282k
Titre Image 7
Légende BRANNER, Martin. « Bicot président de club veut devenir meilleur ». In Bicot et les Ran-Tan-Plan. Paris : Hachette, 1928
Crédits ©Branner/Hachette/The Tribune Company
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2293/img-7.png
Fichier image/png, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Jallat et Yann Descamps, « Aux limites du réel : le terrain vague et la palissade du Bicot de Branner », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2293

Haut de page

Auteurs

Denis Jallat

Enseignant-chercheur à l'Université de Strasbourg (France). Il travaille au sein de l'Equipe de recherche Sport et sciences sociales (EA1342). Il utilise l'exemple des pratiques sportives, notamment la voile, pour étudier les identités culturelles des élites et les enjeux qu'elles poursuivent grâce à ces activités. Il a également commis plusieurs articles portant sur la littérature de jeunesse, les représentations qu’elle véhicule et sur les mécanismes d’acculturations qu’elle favorise.

Yann Descamps

Docteur en civilisation américaine de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Sa thèse est consacrée à une histoire culturelle du basket-ball afro-américain et son traitement médiatique aux États-Unis entre 1950 et 2015. Il a également créé un partenariat international avec l’Institut d’Études Sportives et Médiatiques de l’Université de Southern California et le Centre d’Études Olympiques de l’Université Autonome de Barcelone sur le thème « Sports, Cultures and the Media ». Il consacre désormais ses travaux aux questions de représentation au sein de la culture populaire.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals