Navigation – Plan du site
Questionner les normes sociales à travers le sport

Les Pieds Nickelés et la petite reine

Déviance sportive et conflictualités sociales
Les Pieds Nickelés and “la petite reine” : sporting deviance and social conflicts
Patrick Legros

Résumés

Le vélo est un visuel récurrent des scénarii des Pieds Nickelés. Il est présent dans la moitié des albums, tout particulièrement dans ceux portant sur le sport cycliste. À travers son instrumentalisation, Pellos soulève différentes rivalités : le peuple et la bourgeoisie, la concurrence sportive, les stéréotypes de l’ingéniosité du Français contournant les règles d’une institution stérile (en particulier des forces de l’ordre). L’expression du conflit (comparativement aux autres instants scéniques) y est manifeste même si elle demeure un outil pour la construction de gags spécifiques : chutes à répétition, bagarres, etc.

Haut de page

Texte intégral

1Le sport est régi par un certain nombre de principes, dont le respect et le fair-play que l’on retrouve par exemple dans la Charte d’éthique du sport édifiée par les Jeux Olympiques. La violence n’y est pas nécessairement proscrite puisque certaines pratiques offrent au regard des actions singulières réglementées (coups du boxeur, contact des hockeyeurs ou charge des rugbymen) et laissent des marques liées à ces actions (bleu, contusion ou sang). Elle est en revanche circonscrite par le champ définitionnel de la recherche. Tous ses aspects ne seront pas évoqués : si certaines violences physiques, le dopage et la corruption y sont présents, elles ne mobilisent ni les incivilités, les violences morales et verbales, ni les attitudes et les propos racistes et xénophobes, l’affairisme et le détournement politique (BODIN, ROBÈNE et HÉAS, 2004).

2De la même manière, les limites de ce que l’on peut considérer d’un commun accord comme un sport pourraient être interrogées : le combat de coqs ou la corrida en font-ils partie (GUTTMANN, 2006) ? Cette violence n’est d’ailleurs pas uniquement celle que l’on fait éprouver à un adversaire ; elle peut aussi bien s’adresser à des coéquipiers ou à soi-même. Enfin, elle peut être de nature symbolique sans être ostentatoire. Définir la déviance dans le sport implique alors de se baser sur l’irrespect de ces principes tout en se demandant si certaines pratiques physiques sont plus propices aux inconduites que d’autres, par exemple lorsqu’elles ne peuvent contrôler le dopage ou le détournement des règles.

  • 1 À partir de la réédition de 90 albums des Pieds Nickelés aux éditions Glénat/Vent d’Ouest, vol. 1-9 (...)

3Le corpus de bandes dessinées étudié ici, la série des Pieds Nickelés1, offre la possibilité d’interroger toutes ces facettes. Une analyse systématique des vignettes, exposant au moins une bicyclette, a été réalisée en fonction des illustrations internes : positionnement dans l’image, représentations physiques et associatives – personnage… –, évocation dans les phylactères et les cartouches ; de leur implication externe : utilisation dans la page, dans le scénario, continuité de son utilisation, cadrage de la vignette ; et de leur évolution : modification de l’illustration dans le temps, dans l’album, comparaison entre cycles – sportifs, forces de l’ordre, etc.

  • 2 René Pellarin dit Pellos et, le plus souvent, Roland de Montaubert comme scénariste (dans notre tex (...)
  • 3 Pourtant, cette loi du 16 juillet 1949 a été suivie par la création d’une Commission de surveillanc (...)

4En prenant Pellos2, dessinateur sportif à l’origine de sa carrière, grand illustrateur du cyclisme selon Jean-Michel Linfort (LINFORT, 2005 ; 2008), reconnu ensuite pour cette série qu’il a fait vivre durant plus de trente ans, cette recherche se donne la possibilité d’être agencée au cœur même de l’expression sportive tout en se dégageant de la seule pratique pour observer la violence dessinée et ordinaire. Toutefois, il apparaît à première vue incongru d’analyser la formulation de cette violence dans cette série dont le principal motif de création est d’être humoristique. Certes, aucun meurtre ne s’y trouve, aucun suicide ou aucune tentative délibérée de faire mal. Toutefois, les blessures y sont fréquentes, occasionnées par des chutes burlesques dont la mécanique et l’attente sont les ressorts. En effet, le répertoire du rire est confiné entre la bonté et le châtiment de la résultante comique (BERGSON, 1984, pp. 481-482) tout en n’étant pas heurté par les dégringolades qui, autrement que dans cet univers graphique, seraient fortement accidentogènes. Pellos n’avait d’autres perspectives que de jouer sur cette fibre comique, ce qui explique sans doute le fait que la commission de censure d’après-guerre ne s’est jamais intéressée à la réception de cette violence contenue3. Il n’a pas non plus été sensible aux vocations éducatives et moralisatrices prégnantes à partir de l’après-guerre dans ce genre de bandes dessinées pour la jeunesse. Jusque dans les années 1960, la fin espérée par les personnages des Pieds Nickelés justifie les moyens qu’ils emploient et ces derniers gagnent ou non selon l’inspiration de leurs auteurs et non selon une respectabilité morale.

  • 4 D’ailleurs, la bande dessinée ne semble pas pouvoir échapper à ce sport populaire et de nombreux au (...)

5La course cycliste n’échappe pas à ce questionnement4. Toujours suspectée d’entretenir le dopage (BARTHES, 1957 ; BLONDIN, 1996 ; DE MONDENARD, 2006), elle n’est pas considérée comme particulièrement violente en dehors des cadres de l’effort et des chutes des coureurs. La rivalité entre sportifs y est plutôt perçue comme une « affaire de famille » ; respect des pairs, sens de l’équipe et concurrences individuelles basées sur la compétence sont les ferments de cette concurrence saine.

6L’utilisation de la bicyclette par Pellos est constante de ses premiers Pieds Nickelés aux derniers. En revanche, il ne s’appuie sur son expérience de journaliste sportif spécialisé dans le cyclisme que dans sept albums dans lesquels il mêle ces principaux personnages à des courses sportives. À cette occasion, il passe en revue les particularités de ce sport tout en véhiculant une critique de la morale généralement attribuée à celui-ci : sens de l’honneur et du sacrifice pour l’équipe, promotion de l’effort et de la probité, émancipation de l’argent au profit de la gloire. La course cycliste, et le vélo en général, est pour Pellos un moyen de s’amuser des rigidités des mœurs sociales et des institutions, et de dénoncer d’une certaine manière les inégalités sociales : les vedettes du cyclisme sont la proie de diatribes au même titre que des nantis ; la morale sportive est bafouée, l’amateur et ses subterfuges pouvant concurrencer et supplanter le bénéfice du travail, du panache et de l’intégrité ; enfin, les officiels sont moqués du fait de leur incompétence ou de leur stupidité tout comme l’institution policière.

La contestation sociale d’un sport populaire

7Sur les 90 albums consultés et dessinés par l’auteur, 40 vignettes exposent au moins un vélo. Leur répartition dans le temps se fait au gré des besoins du scénario bien que l’on puisse séparer deux périodes d’utilisation pour des courses sportives et entrecoupées d’une autre où cette évocation est absente :

Image 1

Image 1

Évolution de l’utilisation des courses cyclistes dans les albums des Pieds Nickelés, par année.

Tableau de l’auteur – Patrick Legros.

8Ainsi, durant près d’une dizaine d’années, de 1964 à 1971, le cyclisme sportif n’y figure pas. Cette période coïncide, nous le verrons, avec une modification du sens moral instillé par les auteurs.

9Pellos, lorsqu’il reprend cette série, utilise son savoir-faire en termes d’illustrations sportives pour conduire le scénario de trois albums mentionnant le Tour de France de 1955 à 1960. Deux autres épreuves seront utilisées en 1957 et 1963. Il faut ensuite attendre 1972 pour retrouver une ultime fois le Tour de France, pour une dizaine de vignettes seulement, et surtout 1978 pour qu’une classique soit de nouveau mise à l’honneur. Cette absence d’épreuves cyclistes durant une dizaine d’années correspond vraisemblablement à leur abandon dans les scénarii de la bande dessinée dont le principal motif était de mieux s’accorder avec le lectorat de la série (LAFFAGE-COSNIER, VIVIER et THIÉBAUT, 2014, p. 207). Les thématiques auraient également évolué durant cette période pour l’évocation du sport en général, voyant disparaître progressivement la déviance au profit de l’esprit sportif et l’entraînement.

10La bicyclette demeure néanmoins tout au long de la série des Pieds Nickelés le symbole d’une France populaire catégorisant aussi bien le rural, l’ouvrier que le gendarme et les vedettes de la grande boucle.

Des vedettes en perte de vitesse

  • 5 Les Pieds Nickelés sportifs, 1949, (vol. 2, p.550) [les références de volume et de page données ent (...)

11Parmi les courses évoquées dans les Pieds Nickelés, le Tour de France bénéficie d’une place privilégiée. Dès 1949, il est présent avec « Brocoli », maillot jaune, dessiné par Pellos avec des textes de Maric5. Sa position sur le vélo est caractéristique du cycliste produisant un effort particulier : la tête littéralement dans le guidon puisqu’elle dépasse la roue avant, le dos courbé pour être le plus aérodynamique possible. Le dessinateur marque la vitesse par de classiques droites horizontales derrière l’objet en mouvement et la poussée par des lignes tourbillonnantes derrière le coureur :

Image 2

Image 2

PELLOS René (dessin), MARIC (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2003, vol. 2, p. 550 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1949)

© Pellos/Vents d’Ouest

12Ce style graphique commun est repris dans les albums suivants. Mais, à la différence de celui-ci, ils ne permettent pas aux trois héros (Croquignol, Filochard et Ribouldingue) de rivaliser sans peine avec les cyclistes professionnels. Dans cette version de 1949, Pellos fait de Croquignol le vainqueur d’une étape après que ce dernier a remonté le peloton puis dépassé le maillot jaune échappé. Sa force est décuplée par le fait que, contre son gré et sans qu’il le sache, Brocoli, en tête, porte dans sa musette un bébé prénommé Pompom que Croquignol désire ardemment sauver. Plus tard, les auteurs ne donnent la victoire aux Pieds Nickelés qu’à partir de l’instant où ces derniers démontrent leur capacité à truquer l’épreuve. Leur effort n’est plus physique mais mental.

13Après l’album de 1955 qui lui est consacré, le Tour de France est réutilisé dans le scénario des Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques en 1957. Cette fois, ils ne prennent pas la place des coureurs mais la direction d’une nouvelle équipe, L’Équipe internationale, composée de divers éclopés soi-disant issus d’une pépinière d’espoirs de la pédale de Meudon-les-Glycines. Pellos profite de cette occasion pour caricaturer et se moquer de Louison Bobet au curriculum imposant inscrit au-dessus de la sonnette de son domicile et avouant qu’il préfère se déplacer en avion plutôt qu’en vélo.

14Ce reproche à peine voilé à l’égard du coureur français le plus célèbre à l’époque est adressé au sport lui-même fabriquant des stars aux multiples caprices plutôt que des individus uniquement préoccupés par leurs performances sportives. Cette critique dénote également une volonté d’opposer l’épreuve populaire, dont le Tour de France est l’archétype, à ce processus de starisation que le professionnalisme déclenche, soutenu par ailleurs par la médiatisation progressive des courses et des récompenses économiques grandissantes. D’une certaine manière, ces sportifs renommés sont assimilés aux Pieds Nickelés dont l’unique préoccupation est de gagner de l’argent. Ce débat entre amateurisme et professionnalisme avait d’ailleurs déjà été soulevé dans les années 1930 à travers l’affaire Ladoumègue permettant de cerner les enjeux économiques, sociaux et nationaux (LASSUS, 2000).

  • 6 Les Pieds Nickelés tiennent le succès, 1963, (vol. 1, pp. 244-245).
  • 7 « Jacquot » est le pseudonyme généralement affublé à un perroquet répétant inlassablement son nom ( (...)
  • 8 Cet épisode fait sans doute référence au « combat » sportif acharné entre ce coureur et Raymond Pou (...)

15Sur deux planches des Pieds Nickelés tiennent le succès (1963)6, les trois comparses intègrent une course cycliste afin d’interviewer « Jacquot Anquito »7 – comprendre Jacques Anquetil. Leur insistance et leur conduite motorisée finiront par provoquer sa chute combinée à celle d’un autre coureur. Les deux concurrents, une fois à terre, continueront leur différend en se battant à poings nus, perdant ainsi tout esprit sportif8. Il s’agit probablement d’une nouvelle impertinence de l’auteur à l’égard d’un autre illustre cycliste. L’opposition est encore marquée par le fait que le coureur s’attaque ensuite aux Pieds Nickelés représentant ici à la fois le peuple, l’amateur et le coureur anonyme.

  • 9 Les Pieds Nickelés policiers de la route, 1960, (vol. 2, pp. 400-405).

16En 1960, le Tour de France est de nouveau évoqué dans Les Pieds Nickelés policiers de la route9. Cette fois encore, les trois complices n’y participent qu’indirectement, adoptant le costume de directeurs de course, avec pour objectif de gagner de l’argent en changeant la ville d’arrivée d’étape et en louant les services de sportifs néophytes. L’amateurisme par trop évident des coureurs provoque la colère du public et des officiels de la ville qui s’aperçoivent aussitôt du subterfuge et renvoient les Pieds Nickelés sans paiement de leurs services. La moralisation du scénario apparaît donc ici, bien que Pellos ait peut-être simplement voulu modifier une fin déjà présente deux fois quelques années plus tôt. Toutefois, ce changement marque une évolution dans la manière avec laquelle les auteurs vont traiter les vedettes du cyclisme. Leur transformation dans Les Pieds Nickelés suit celle des trois protagonistes. L’honneur (de sauver un enfant) décuple les forces de l’amateur assimilable au professionnel lui-même anonyme (son patronyme ne se réfère à aucun coureur connu). Il est ensuite corrompu par l’attrait économique et la notoriété.

17Pour Pellos, il ne s’agit pas ici de caricaturer le Français moyen, mais de dégager un panel de personnages stéréotypés par leur physique et en fonction de leur provenance sociale. Les urbains de classes populaires sont plutôt minces, les bourgeois et les paysans plutôt grassement croqués, les femmes aristocrates grandes et sèches. Les profiteurs sont de toutes les conditions mais préférentiellement des professions indépendantes, des commerçants, des notaires ou des politiques, dont l’attrait de l’argent ou du pouvoir et les excès qu’ils produisent sont dénoncés dans le propos satirique de l’auteur.

Une concurrence déloyale

  • 10 Les Pieds Nickelés en pleine corrida, 1957, (vol. 8, pp. 193-198).
  • 11 En argot, le « bobar » correspond à une « mensonge », une « tromperie », ce qui n’est pas flatteur, (...)
  • 12 Il s’agit probablement ici d’un simple jeu de mots compte tenu du fait que Pellos semblait l’appréc (...)

18Ces jeux de mots avec les patronymes des vedettes du cyclisme ont avant tout pour but un effet humoristique ; mais ils dénotent également une forme d’irrespect à leur égard. Ce procédé est de nouveau employé dans Les Pieds Nickelés en pleine corrida (1957)10 dans lequel Ribouldingue a pour mission de battre le record de l’heure afin de gagner un pari. Au moyen d’un ingénieux système de propulsion électrique, ce cycliste attitré, comme nous allons le voir, s’élance sur une piste et atteint une vitesse régulière de 46 kilomètres par heure au grand désarroi des spectateurs jusque-là goguenards. Parmi ces derniers figurent Louiset Bobar11 (Louison Bobet) et Photocopie12 (Fausto Coppi) dépités de devoir à la fois perdre le record et la mise de leur pari.

19Pellos, lors de cette première période (1955-1963) et par ce jeu avec les patronymes, ridiculise des personnalités mais pas le sport cycliste en général. Pour preuve, les Pieds Nickelés ne parviennent jamais, à une exception près, à concurrencer sur le terrain les coureurs professionnels sans employer des stratagèmes malhonnêtes.

20Cette exception figure dans le premier album utilisant le Tour de France, soit en 1955. Lors de la dernière étape, un contre-la-montre, Ribouldingue remporte la course, aidé il est vrai par deux acolytes barbus lui assurant un relais salvateur. Cette capacité à rivaliser avec de véritables sportifs, même à trois amateurs, est inconcevable en réalité. Cette dernière étape est donc un peu particulière. Comme pour toutes les courses auxquelles les Pieds Nickelés ont eu à participer, aucun d’eux n’a pu lutter d’égal à égal avec un coureur professionnel sans l’utilisation d’un artifice. Ribouldingue devient sur ces entrefaites un héros singulier. Toutefois, la seule récompense désirée par les Pieds Nickelés est l’achat du brevet de leur bicyclette par un industriel bien-nommé Granbraquet, la gloire n’étant qu’accessoire…

  • 13 Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, 1957, Société Parisienne d’édition, (vol. 36, p. 16).

21Lors de la deuxième épreuve du Tour de France évoquée dans Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques (1957), la morale sportive est sauvegardée. Le trio, après avoir gagné la première étape au moyen de vélos trafiqués, est, à la deuxième, aussitôt distancé par les autres équipes ayant à leur tour bricolé leur engin. Lors de la chute simulée puis réelle de tous les coureurs, Pellos précise que « ce fut le matériel qui en souffrit le plus »13 cherchant à dédouaner pour une part la forfaiture de ces héros de la petite reine qu’il ne souhaitait pas désigner comme tels :

Image 3

Image 3

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, Vents d’Ouest, 2005, vol. 4, p. 16 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1957)

© Pellos/Vents d’Ouest

22Pour cet illustrateur sportif, ces figures mythiques (BARTHES, 1957), et plus encore celle du coureur cycliste professionnel, ne pouvaient sans doute pas descendre si aisément de leur piédestal. Sans doute également respecte-t-il déjà une certaine morale, appuyée par le fait que le lendemain les tricheurs deviennent les victimes.

23Dans Les Pieds Nickelés et l’opération congélation (1972), les usurpateurs ne font illusion que jusqu’à ce qu’une côte apparaisse. À cet instant, ils sont très vite dépassés par les autres coureurs. L’effort est tel que tous doivent se faire violence pour demeurer dans le peloton de tête. Ils se mettent alors en danseuse, la tête dans le guidon, et tentent de résister au rythme imposé par les plus forts. Les Pieds Nickelés, quant à eux, n’ont que deux solutions pour résister : tenir au même titre que les autres et dans ce cas les marques d’effort sont complétées par l’apparition de nombreuses gouttes de transpiration, la bouche ouverte pour reprendre leur respiration, jusqu’à la langue pendante pour Ribouldingue qui est pourtant censé porter le maillot jaune ; ou alors tricher, ce qu’ils font en essayant de se faire tracter par une voiture conduite par des officiels, tout en étant de mauvaise foi lorsque l’un d’entre eux leur annonce qu’ils seront disqualifiés s’ils continuent leurs manigances. Ils lui répondent qu’ils ne font en fait que pousser l’automobile et non pas l’inverse.

  • 14 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, (vol. 6, p. 389).
  • 15 Elle rappelle en même temps le passé du dessinateur lorsque, à partir des années 1930, il devient j (...)

24Le trio ne demeure ainsi que dans une seule étape de ce Tour de France et termine, dès la première ascension, dans la voiture balai. Les véritables cyclistes, quant à eux, sont décrits avec déférence. « La gloire aux géants »14 lit-on sur la banderole de départ d’une étape. La situation a donc bien changé dans ces années 1970, ce que démontre l’évocation des célébrités dans Les Pieds Nickelés sportifs, album publié en 1978. Cette fois, au plus proche du lecteur, figurent quatre grands noms du cyclisme de cette époque, caricaturés à l’occasion mais conservant intact leur patronyme : Maertens, Mercks, Goddet et Geminiani ; Mercks, un de ses coureurs préférés, accompagné de Chapatte, Poulidor, De Muer, Guimard et Anglade sont présents quatre planches plus loin. Cette illustration de célébrités a pour vocation de rapporter la fiction à la réalité et de procurer de l’amplitude aux exploits des Pieds Nickelés15. Elle favorise le processus d’identification/projection (MORIN, 1957) assurant une meilleure réception de la part des lecteurs. D’ailleurs, Pellos utilise cette fois les vrais patronymes des coureurs pour accentuer cet effet de réalité.

25Ce changement explique le choix incongru de Ribouldingue dans les deux albums de 1957 comme concurrent des cyclistes professionnels. En effet, Filochard et surtout Croquignol possèdent un physique plus approprié. Ribouldingue se présente donc comme un « anti-héros sportif », « l’archétype du « Français moyen », roublard, râleur et débrouillard, se désintéressant de la victoire finale » (LAFFAGE-COSNIER, VIVIER et THIÉBAUT, 2014, p. 216). Mais, contrairement au mythe du compétiteur qui gagne dans l’honneur et le respect des règles, délivrant un message d’égalité universelle, prônant l’idée que seul le mérite s’accompagne de la réussite (EHRENBERG, 2004), Ribouldingue, qui en toute autre circonstance aurait pu porter ce costume, s’avère être en définitive un « héros anti-sportif ». Il n’a rien de commun avec un autre personnage dessiné par Pellos entre 1938 et 1940, cet

homme aux qualités physiques exceptionnelles qui s’expriment dans des sports virils [dont le cyclisme] [… et qui est une figure de] l’idéologie du self-made man inscrite dans un positionnement libéral (LAFFAGE-COSNIER, LOUDCHER et VIVIER, 2012, p. 5).

26Ce souci de coller à la réalité est propre à une modification du contenu des scénarii dont l’impact sur le public est la visée première. L’invraisemblable devient vraisemblable impliquant alors plus fortement le récepteur dans son rapport à la production médiatique. Les œuvres comiques se teintent d’authenticité à partir du premier tiers du XXe siècle aussi bien dans le cinéma que dans la bande dessinée. Le burlesque n’est plus le seul moteur créatif ainsi que le démontre l’évolution des Pieds Nickelés.

27L’humour de Pellos, quant à lui, ne se base pas ici nécessairement sur des actions réellement possibles. Tout au plus sont-elles vraisemblables et facilitées par la crédulité des commissaires de course ou des journalistes, les premiers visés dans cette satire engagée contre l’institutionnalisation sportive et médiatique. Le scénario suit cette même logique, bien plus construit pour donner du rythme aux pérégrinations de ces protagonistes que pour reposer sur une possible réalité, ainsi que le démontre la succession des étapes du Tour de France passant allègrement et sans aucune cohérence du Nord au Sud, d’Est en Ouest, de manière désordonnée. Le rythme ainsi assuré, le trait délié du dessinateur et sa capacité à croquer des portraits de personnalités ou d’anonymes caricaturés prennent le relais pour ajouter à l’humour de la situation.

Le peuple du vélo…

28Si le trio malfaiteur fait figure de « héros anti-sportif », il est en même temps assimilé à un symbole fort de l’identité française : le Tour de France. Dans l’histoire du XXe siècle, cette épreuve est devenue très rapidement un événement rituel (BOURY, 1997 ; PORTE et VILA, 2003). Elle promeut certaines valeurs morales, comme nous le verrons dans la partie suivante, mais également relie les Français les uns aux autres – et aujourd’hui les Européens, soulignant ainsi son orientation politique en même temps que sa vocation économique –, plus particulièrement la capitale, l’ultime étape, aux provinces. Il en est de même des grandes classiques telles Paris-Roubaix ou Paris-Tours. D’une manière métaphorique, deux dialectiques y sont présentes : le petit et le grand, le faible et le fort. La retransmission des épreuves est marquée indifféremment par le passage dans de modestes et d’imposantes communes et par les échappées d’anonymes qui vont batailler pour se faire connaître avec l’espoir de remporter une course en concurrence directe avec les célébrités du peloton. Le public les encourage autant que les autres mais avec la secrète attente d’un exploit toujours possible. Les mêmes ressentis sont présents lors de la coupe de France de football lorsqu’une équipe amateur parvient à éliminer l’élite du championnat professionnel. Mais le cyclisme possède de plus le fait qu’il se déplace là où vit son public. Il est en cela un sport populaire.

  • 16 Son père était employé électricien. Il trouvait d’ailleurs injuste que les ouvriers et les employés (...)

29Pellos, par son expression graphique, participe à cette réunification sociétale. Mais il fait un choix en faveur des couches populaires en s’attaquant préférentiellement au monde des nantis, banquiers, rentiers, notaires et autres bourgeois. Le cycliste amateur ou professionnel anonyme, jusqu’au simple utilisateur de ce moyen de locomotion, bénéficie de sa bienveillance, sauf si ce dernier fait preuve de cupidité et de bêtise. Les Pieds Nickelés vont profiter et de cette indistinction et de ce rapport positif au peuple inconnu dont ils font partie. Ils vont devenir le symbole d’un monde renversé où David prend le dessus sur Goliath, procédé qui permet de se rappeler que Pellos est d’origine modeste16.

  • 17 Dans un premier temps, le principe est relativement simple et répond à cette question : comment les (...)
  • 18 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, Société Parisienne d’édition.

30Certes ces héros de l’ordinaire, dont le patronyme désigne des personnes paresseuses évitant les activités professionnelles (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas de nos protagonistes), cherchent par tous les moyens, sauf honnêtes, à gagner des fortunes. Leur débrouillardise et leur malice sont au centre des scénarii et participent grandement à leur succès17. Cette relation au peuple (à l’ordinaire) est surtout marquée par l’indifférenciation des coureurs et en particulier de leur engin de locomotion. Dans Les Pieds Nickelés et l’opération congélation (1972), des bicyclettes sans attache sont adossées à des murs pour préciser le contexte. Le coureur, quant à lui, est chapeauté d’une casquette à rebord remontant, habillé d’une culotte courte, d’un maillot généralement rayé et d’un sac à bandoulière18. Ce costume le rend indissociable des autres comme si tous formaient une même communauté dont l’égalité apparente n’est perturbée que par le classement à l’arrivée. Les sportifs, comme les officiels, apparaissent d’ailleurs pleinement concentrés sur ce qu’ils font, à mille lieues de se douter d’une quelconque malversation potentielle. Ce cadre dénué de toute forme de suspicion (vol, tricherie…) renforce l’idée d’une époque idéale où le quotidien de tous se déroule sans accrocs, en-dehors des contraventions mises en scène à de multiples reprises par l’auteur.

31Les Pieds Nickelés vont profiter de cette uniformisation du coureur pour prendre la place de trois d’entre eux et entreprendre à leur tour une étape. Ce déguisement les rend non-identifiables ou, plus exactement, assimilables à n’importe quel autre sportif. Pour cette raison, ni les officiels, ni les autres coureurs ne se posent la question de leur présence, même lorsque le maillot jaune que porte Ribouldingue se fait distancer dès la première ascension :

Image 4

Image 4

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, Vents d’Ouest, 2007, vol. 6, p. 390 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1974)

© Pellos/Vents d’Ouest

  • 19 Les Pieds Nickelés sportifs, 1978, (vol. 5, p. 63).

32Cette indifférenciation identitaire se retrouve dans Les Pieds Nickelés sportifs (1978) lorsque, de crainte d’être néanmoins reconnus en remportant une étape, les trois escrocs se barbouillent le visage de boue19, simple subterfuge censé les rendre méconnaissables à l’arrivée.

  • 20 Les Pieds Nickelés profitent des vacances, 1978, (vol. 1, p. 99).
  • 21 Les Pieds Nickelés vétérinaires, 1974, (vol. 1, p. 366).

33En société, tous les personnages de la série des Pieds Nickelés équipés d’une bicyclette sont pourtant le plus souvent reconnaissables par le style de leur couvre-chef : casquette pour l’ouvrier, casquette à la visière sombre pour le livreur ou le facteur, chapeau pour le paysan, képi pour le policier, casquette de sportif pour le cycliste. Mais ils relèvent tous des couches sociales populaires. Ainsi un contractuel, casquette et visière noires dans Les Pieds Nickelés profitent des vacances (1978)20 et un ouvrier dans Les Pieds Nickelés vétérinaires (1974)21 circulent sur des routes communales.

34Le vélo est donc uniforme dans les deux acceptions du terme. Il représente le moyen de locomotion du peuple travailleur, l’ouvrier et l’agriculteur d’un côté (HÉRAN, 2014), le sportif anonyme et méritant de l’autre que Pellos, lors de sa carrière de journaliste, aimait à croquer sur ses planches. Les cyclistes ne sont que rarement identifiables. Une exception à cette association au monde populaire renforce cette impression d’unité. Dans Les Pieds Nickelés sportifs (1978), un cycliste visiblement aisé du fait du quartier dans lequel il est dessiné a la malencontreuse idée de laisser son vélo contre un mur sans l’attacher. Ribouldingue, cherchant un moyen de transport, le repère aussitôt et le vole sans difficulté :

Image 5

Image 5

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2006, vol. 5, p. 59 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1978)

© Pellos/Vents d’Ouest

35L’exposition de cette bicyclette est auréolée d’un halo qui en révèle la valeur en même temps que l’association d’idée. Pourtant, comparativement à toutes celles dessinées par Pellos, elle ne possède aucun attribut permettant de la distinguer. Le cycliste lui-même ressemble à un coureur mais, contrairement à tous les autres personnages, il porte des chaussures de ville et des bas comme signe ostentatoire, véritable écho à l’invention du cyclisme associatif, fait urbain de la fin du XIXe siècle (POYER, 2003).

… et le vélo du peuple

  • 22 Dans presque tous les albums, de grosses cylindrées sont dessinées, accompagnées de chauffeurs ou d (...)

36Le vélo est donc, pour Pellos, un objet de distinction de classes. Il appartient aux couches populaires, à la fois rurales et urbaines. Il offre ainsi un rapport implicite de conflictualité sociale : d’un côté les travailleurs manuels l’ayant comme moyen de locomotion professionnel, y compris les coureurs professionnels anonymes, de l’autre les nantis, sans profession apparente, se déplaçant dans des voitures de luxe, parfois même avec chauffeur22.

  • 23 Les Pieds Nickelés et leur soupière volante, 1961, (vol. 6, p. 244).
  • 24 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, (vol. 6, p. 410).
  • 25 Les Pieds Nickelés européens, 1980, (vol. 5, p. 14).
  • 26 Les Pieds Nickelés au lycée, 1951, (vol. 5, p. 536) ; Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, (...)
  • 27 Les Pieds Nickelés rois du pétrole, 1957, (vol. 5, p. 335).
  • 28 Cf. par exemple Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, p. 106 et p. 121) ; Les Pieds Nickelés (...)
  • 29 Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, p. 103).
  • 30 Les Pieds Nickelés rois du pétrole, 1972, (vol. 5, p. 335).
  • 31 Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, 1968, (vol. 2, p. 306).
  • 32 Voir aussi Les Pieds Nickelés tiennent le succès, 1963, (vol. 1, p. 274).
  • 33 Les Pieds Nickelés et le raid Paris-Tombouctou, 1981, (vol. 1, p. 12).

37Pour le dessinateur, le vélo devient un moyen de locomotion rural à côté des tracteurs et des camions-remorques. Au même titre que ceux exposés devant les devantures des préfectures de police, la bicyclette figure dans le décor des chemins agricoles. Par cette évocation, l’auteur l’associe au « petit peuple », notamment celui des champs : une vieille dame aboyée par un chien23, un paysan à pieds tenant son vélo à la main et observant un impressionnant cortège de camionnettes de police24, un cycliste habillé de manière populaire dans la rue d’une commune rurale25. Le paysan, le plus souvent affublé d’un chapeau, d’une veste et d’un gros nez aisément reconnaissable26, est particulièrement prisé par l’auteur. Même en zone urbaine le vélo est dessiné dans des étendues désertées ou des espaces verts, comme ce cycliste du dimanche au bois de Boulogne27. Les bicyclettes y sont le plus souvent associées à des professions et des quartiers populaires. Dans de petites communes, elles côtoient très souvent des animaux : chien errant, chat ou vache, insistant ainsi sur leur caractère rural28. Autre exemple : un vélo est adossé à un mur mitoyen de celui d’un préteur sur gages et sert au transport de deux ouvriers dans Les Pieds Nickelés réforment (1977)29. Il accompagne également d’autres moyens de locomotion, par exemple lorsque ce cycliste se rend avec de nombreuses autres personnes vers le piège tendu par les trois malfrats censés leur vendre un carburant gratuit ; la relation est d’ailleurs quelque peu paradoxale puisque son engin n’en a pas l’utilité. L’espace dessiné est un « vaste coin peu fréquenté »30, mention soulignant son caractère rural. Un livreur ou un facteur croise le camion de déménagement conduit par les trois compères dans Les Pieds Nickelés dans l’immobilier (1968)31. Un vélo est une nouvelle fois adossé à un mur32 puis conduit par un colleur d’affiches dans Les Pieds Nickelés et le raid Paris-Tombouctou (1981)33, pauvre homme renvoyé par sa femme et qui, parce qu’il apparaît assis désespéré sur un trottoir, reçoit une pièce de la part de Croquignol pensant avoir à faire à un vagabond.

  • 34 Cf. par exemple Les Pieds Nickelés et le chanvre berrichon, 1980, (vol. 6, pp. 539-540 ; Les Pieds (...)
  • 35 Les Pieds Nickelés en Guyane, 1976, (vol. 2, p. 158.
  • 36 Également dans Les Pieds Nickelés contre les fantômes, 1972, (vol. 1, p. 506 ou Les Pieds Nickelés (...)
  • 37 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 297).

38Cette association avec la ruralité est également de mise lorsqu’il s’agit de marquer le déplacement des Pieds Nickelés habitant une ferme34. En effet, lorsque ces derniers se situent en zone urbaine, en-dehors des courses poursuites et des courses sportives, ils n’utilisent jamais ce moyen de transport. Dans Les Pieds Nickelés en Guyane (1976), par exemple, ils échappent à deux gendarmes, dont ils ont provoqué l’ivresse, sur deux vélos quittant une bourgade pour se cacher en pleine campagne35. Même scénario dans Les Pieds Nickelés campeurs (1968)36 : après avoir subtilisé leur vélo et leur uniforme à deux gendarmes, les Pieds Nickelés passent d’un « petit patelin »37 à un autre après avoir dormi dans une maison isolée en pleine campagne.

  • 38 Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, (vol. 2, pp. 60-61 et 64).
  • 39 Les Pieds Nickelés superchampions de la pêche, 1958, (vol. 6, p. 118 et 120).
  • 40 Les Pieds Nickelés courent la Panasiatique, 1957, (vol. 5, p. 379).
  • 41 Les Pieds Nickelés à l’opéra, 1977, (vol. 4, pp. 230-231 et 234). Les problèmes énergétiques sont d (...)

39Le vélo est encore présent en zone rurale lorsque les Pieds Nickelés décident de pallier le déficit de fioul en fabriquant du carburant avec des moteurs à crottin de cheval ou en revendant de vieux cycles rouillés vendus deux francs pièce et retapés pour l’occasion avec une marge bénéficiaire conséquente38. L’évocation de ces deux stratagèmes assimile encore un peu plus la bicyclette à l’univers populaire palliant une forme d’impuissance économique par sa débrouillardise au quotidien. Bien qu’il soit rare que Pellos disjoigne les éléments du vélo, sur quelques vignettes, des roues fortement voilées ou des guidons rouillés se mêlent à un imbroglio d’autres déchets abandonnés : boîte de conserve, louche, casserole, poêle, et autres marmites, démontrant par là le caractère pleinement domestique et peu onéreux de l’objet39. Une fois également, il utilise ce vélo démembré pour un gag à répétitions. Les Pieds Nickelés, cherchant des numéros à jouer à la loterie, font trébucher par inadvertance un cycliste dont la roue, voilée en forme de 8, leur en procure un premier40. Un vélo dégagé de sa roue avant devient un système permettant d’obtenir de l’énergie à moindre frais. Il n’est donc plus ici un simple moyen de locomotion. Transformée en vélo de chambre, leur invention permet d’apporter de l’électricité à tout un peuple, prouvant ainsi l’ingéniosité des Pieds Nickelés41. Dans tous ces cas, la bicyclette est associée à la figure du « Français moyen » : pêcheur, joueur de loto ou simplement cherchant à faire des économies.

40Par conséquent, non seulement le vélo est accolé au peuple mais il l’est préférentiellement aux ruraux comme si cette relation soulignait le caractère traditionnel, atemporel et presque nostalgique de la situation : une France reposant sur ses campagnes et sur ses couches populaires dont l’inertie est le gage d’une forme de plénitude sociale.

41Tout ce qui a trait à cette exposition de bicyclettes comme éléments de décor et moyens de locomotion ne dénote d’aucune violence particulière. Le rapport de classes est sous-jacent mais il n’est pas conflictuel. Une certaine morale est même présente si l’on considère que le seul vélo volé est celui d’un propriétaire apparemment aisé et que la chute du cycliste permettant aux Pieds Nickelés d’envisager un numéro pour la Loterie ne lui laisse aucune séquelle. Cette clémence accordée au peuple de la petite reine ne s’étendra ni aux fonctionnaires de l’ordre ni aux cyclistes professionnels.

La transgression de la morale sociale

42On peut se demander si la série des Pieds Nickelés peut être considérée comme une bande dessinée pour la jeunesse. En effet, en tant que malfaiteurs, les Pieds Nickelés sont censés terminer leurs tribulations en étant sanctionnés par une déconvenue jusqu’à la prison. Le scénariste Roland de Montaubert notamment aurait dû subir les contraintes de la loi de protection de la jeunesse de 1949 et clore chaque histoire par des rappels moraux : ne pas voler et ne pas tricher. Il n’en est rien si l’on en juge par les fins d’albums recensées de 1950 à 1981 :

Image 6

Image 6

La fin de l’histoire, expression de la morale selon les dates de publication

Tableau de l’auteur – Patrick Legros.

43Chaque plot correspond à un album dans l’ordre de publication par année. Les plots verts correspondent à une fin immorale : les Pieds Nickelés deviennent riches à la fin de l’histoire ; les plots bleus à une fin dont la morale est ambiguë : les Pieds Nickelés conservent une petite somme de leur magot amassé au cours de leur pérégrination, répondant d’une certaine façon au principe « tout travail mérite salaire » ; les plots jaunes à une fin morale néanmoins au bénéfice des trois héros : les Pieds Nickelés se retrouvent bredouilles, sans le sou, mais libres ; les plots rouges à une fin morale : les Pieds Nickelés se retrouvent en prison. Enfin, le liseré noir qui borde certains plots indique une autre forme de morale : les Pieds Nickelés allouent une partie de leur magot à une association ou à un personnage.

44Ainsi, cette astreinte à la morale n’est presque jamais suivie, plus particulièrement dans les années 1950 et, à moindre égard certes, lors de la réalisation des derniers albums. Cette pression semble néanmoins toucher les albums publiés dans les années 1960. À partir des années 1970, une nouvelle facette des Pieds Nickelés apparaît lorsqu’ils font preuve de compassion à l’égard d’autres compagnons de route en leur léguant une partie de leurs recettes malhonnêtement gagnées. Cette moralisation secondaire permet sans doute aux auteurs de couvrir l’immoralité de leurs héros.

  • 42 Pour réaliser ce schéma, le calcul d’un « quotient d’immoralité » a été réalisé en attribuant à cha (...)

45Le regroupement des données par tranche de 5 ans42 permet de constater cette évolution et démontre que le principe « mal acquis ne profite jamais » n’est véritablement actif que dans les années 1960 pour ces auteurs :

Image 7

Image 7

Quotient d’immoralité selon la fin de l’histoire entre 1950 et 1981

Tableau de l’auteur – Patrick Legros.

  • 43 Pellos René, Futuropolis, Paris, Glénat, 1937.
  • 44 Durant la Seconde guerre mondiale, Pellos participe à la Résistance bien qu’ayant auparavant travai (...)

46Dans les années 1950, une fin d’histoire immorale est présente dans deux albums sur trois, soit une situation inverse à celle observée dans les années 1960. Cet irrespect des codes moraux instillés à partir des années 1950 pour ce qui concerne les publications pour la jeunesse démontre que la série des Pieds Nickelés dépasse, également pour les censeurs, la frontière des générations. Vraisemblablement, Pellos, au moins, n’était pas un adepte de conventions sociales ordonnées : lorsqu’il publie Futuropolis en 193743, il met en scène deux héros qui vont se révolter contre l’autorité oppressante dirigeant une ville où se meuvent des esclaves robotisés44.

Une morale en roue libre

47En mêlant les Pieds Nickelés au monde du cyclisme professionnel, Pellos se trouve dans une situation particulière : d’un côté, des héros fictifs symbolisant une forme de rébellion par rapport à l’autorité institutionnelle, de l’autre des héros réels qu’il a caricaturés mais aussi admirés lorsqu’il était journaliste sportif. Ce choix qui pouvait paraître cornélien n’a visiblement pas préoccupé les auteurs. L’évolution de la morale de fin de course sportive rejoint celle de la morale de fin d’histoire.

  • 45 Les Pieds Nickelés au Tour de France, 1955, vol. 1, pp. 485-491.

48Le Tour de France est cité par Pellos pour la première fois en 1955 dans un volume spécifiquement conçu autour de cet événement45. Dans cet album, les Pieds Nickelés fondent une équipe, qu’ils appellent Nord-Sud, composée de clochards dont ils exigent la garde de leur barbe afin qu’ils puissent être assimilés à Ribouldingue. L’objectif des Pieds Nickelés n’est pas, comme de coutume, la victoire du Tour ni même les honneurs d’un succès d’étape. En permettant à (ce dernier) Ribouldingue d’emporter la première course, ils espèrent vendre à prix d’or (un) le soi-disant vélo révolutionnaire capable d’une telle prouesse, en de multiples exemplaires évidemment.

49Lors des tribulations du trio, Pellos ne se préoccupe pas de la portée morale de son histoire. Le plus tricheur est celui qui l’emporte. Même les coureurs professionnels, y compris leurs managers, se mettent de la partie en devenant, à leur tour, déloyaux. Cette situation est totalement inversée si l’on considère les derniers albums :

Image 8

Image 8

Expression de la morale dans les courses cyclistes des Pieds Nickelés

Tableau de l’auteur – Patrick Legros.

50En 1955 et 1957, les Pieds Nickelés sortent vainqueurs de deux Tours de France et, en partie, de leur tentative de record de l’heure. En 1960 et 1963, ils sortent plus ou moins indemnes d’une classique et échouent lors d’un Tour de France. En 1972 et 1978, ils ne sont victorieux ni lors d’un Tour de France, ni lors d’une classique. L’évolution de cet effet de moralisation est donc linéaire. Le cycliste professionnel déjoue ainsi progressivement les ruses du cycliste amateur rejoignant par là le constat de Sébastien Laffage-Cosnier, Sébastien Vivier et Michel Thiébaut au cours de leur analyse des Jeux Olympiques dans la bande dessinée : « La représentation symbolique évolue considérablement entre les années 1940 et les années 1980 passant d’un sportif tricheur à un olympien vertueux et respectueux » (LAFFAGE-COSNIER, VIVIER et THIÈBAUT, 2014, p. 216). Toutefois, si les valeurs positives du sport sont préférentiellement diffusées à partir de la fin des années 1960 pour la jeunesse, certains contenus déviants, ainsi l’expression de la violence, demeurent dans la bande dessinée ciblant cette fois un public adulte. Les Pieds Nickelés, on le voit ici, s’adressent à ces deux publics.

51Les deux premiers albums citant le Tour de France confirment l’absence d’éthique dans le scénario des auteurs avant 1960. Tous les protagonistes détournent les principes moraux et les règles de ce sport. Au final, le plus truqueur d’entre eux est celui qui prend la première place.

52Profitant de l’actualité conjoncturelle lors de la scénarisation des albums, Pellos s’appuie sur une opposition entre les Pieds Nickelés et les institutions ou les fonctions établies (certaines professions notamment) pour souligner le génie des uns et l’attentisme des autres. Dans les années 1970, par exemple, la crise pétrolière lui sert à développer à la fois cette antithèse entre les trois comparses et l’État incapable de pallier le manque de carburant, et à réaliser une caricature du Français dont la capacité de débrouillardise et l’égocentrisme sont particulièrement mis en exergue.

53L’actualité alimente par conséquent l’imagination du scénario. Elle lui procure une connotation plus réaliste ; ainsi, les Pieds Nickelés interagissent avec des coureurs qui y ont réellement participé. Et pour ce qui est des courses cyclistes, elles servent à évoquer les problématiques contemporaines qui leur sont liées tels le dopage ou l’intégrité dans le sport.

Le dopage

54La question du dopage ne pouvait donc échapper aux auteurs. Parmi les sujets récurrents portant sur la déviance dans le monde du cyclisme, cette question apparaît sans nul doute au premier plan (LAURE, 2004). Les Pieds Nickelés se devaient d’utiliser ce stratagème pour truquer la course sportive. Dès 1957, il est par conséquent utilisé lors du Tour de France dans Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques.

55Après un audacieux subterfuge orthographique, les Pieds Nickelés alignent une équipe défiant toutes concurrences. Lors de la première étape, trois « bons » coureurs de l’équipe, après avoir ingurgité une substance dopante, le Cocomalto, se retrouvent rapidement détachés du peloton, d’autant que leurs collègues font en sorte de simuler une chute qui entraîne tous les coureurs avec eux. Vers la fin de la course, le peloton revenu à leur hauteur se trouve une nouvelle fois stoppé, Filochard ayant refermé intentionnellement une barrière de chemin de fer sur leur passage. Les trois coureurs finissent la course en tête. Les courses suivantes seront faites de victoires et de défaites au gré de la capacité des coureurs à les truquer.

56À travers ce va-et-vient, le monde du cyclisme est montré aux lecteurs comme immoral dès qu’ils s’aperçoivent qu’en réponse à une tricherie certes éhontée, un coureur, une équipe ou l’ensemble de la profession décident de ne plus respecter les règles éthiques du sport.

57Cette absence d’éthique est une fois de plus appuyée lorsque les Pieds Nickelés, voyant leur équipe distancée, décident de renverser du fioul sur le bitume, provoquant glissades et chutes spectaculaires du peloton ; ils encouragent ensuite une grève de paysans bloquant à l’occasion la route aux cyclistes. Les coureurs de L’Équipe internationale en profitent pour remporter la deuxième étape. Cette fois, Pellos ne modère pas la violence de la dégringolade en cascades des coureurs bien qu’il décide de ne pas en dessiner les séquelles. Il est à noter aussi le renversement de situation entre des paysans qu’il aime croquer avec un vélo et leur opposition au monde cycliste, sans doute parce qu’il s’agit de la course la plus prestigieuse.

58Au final, la corruption l’emporte sur tous les tableaux. L’équipe des Pieds Nickelés gagne le Tour de France après avoir truqué la course, dopé et acheté, au moyen de primes, ses cyclistes et certains autres d’équipes adverses préférant trahir leur première appartenance pour un bénéfice pécuniaire. Les Pieds Nickelés décident même du nom du vainqueur. Le comble de cette fable immorale est à mettre à l’actif de l’intention première des trois protagonistes : la victoire n’est absolument pas leur objectif ; elle n’est qu’un moyen publicitaire pour vendre leur produit dopant de manière industrielle au plus grand nombre.

59Sous l’effet de la moralisation du scénario, les auteurs dénoncent cette fois le dopage dans Les Pieds Nickelés et l’opération congélation (1972) en faisant comprendre aux lecteurs qu’il y a des méthodes plus simples pour être performant, même pour Ribouldingue. L’ingéniosité des Pieds Nickelés demeurent cette fois en dehors des réalités de la déviance du monde sportif cycliste.

Le processus de moralisation

60En 1972, les trois comparses finissent dans la voiture balai dans L’opération congélation, ayant abandonné leur ascension, essayant en même temps d’échapper aux gendarmes de Saint-Tropez. Pellos caricature à cette occasion les acteurs du film éponyme – dont quatre ont déjà été diffusés à cette époque – lesquels parviennent quant à eux à faire cette ascension tout en concurrençant potentiellement les véritables sportifs. Cette association entre le gendarme et ce moyen de locomotion est si fréquente dans les Pieds Nickelés qu’elle pourrait presque expliquer les raisons d’un tel exploit, tout du moins le faire passer inaperçu. En tout cas, elle indique un parallèle entre les courses cyclistes des professionnels et celles de la police, confrontées toutes deux au trio de malfaiteurs.

  • 46 Les Pieds Nickelés sportifs, 1978, (vol. 5, pp. 61-69).

61En 1978, l’album des Pieds Nickelés sportifs poursuit ce processus de moralisation. Les trois associés participent à la course qui occupe une dizaine de pages de l’album, un record. Elle donne l’occasion à Pellos de faire de ces héros des sportifs hors-pair même si leur victoire dépend pour l’essentiel de leur capacité à truquer l’épreuve. Leur objectif est simple : s’arroger les sacs de pièces d’or promis aux gagnants. Puisqu’ils ne peuvent pas rivaliser sportivement avec les professionnels, leur ruse leur servira à pallier ce déficit46.

62Pellos, sans doute par respect pour l’intégrité dans le sport mais aussi pour plaire à une édition soumise à des préceptes moraux, termine cette course par le classique humoristique arroseur-arrosé. Ce retournement de situation au détriment de ses trois héros est spécifique aux histoires sportives après les années 1960. En outre, la morale est bien plus présente dans les scénarii plus récents parce que la correspondance avec la réalité est plus marquée, entraînant alors un surcroît de contrôle des idéaux transmis par la bande dessinée à destination de la jeunesse. Les auteurs des Pieds Nickelés ressentent bien moins de scrupules et de pression pour d’autres activités tels le vol ou la destruction commis par ces mêmes personnages mais, cette fois, les victimes ne sont pas aussi prestigieuses qu’un cycliste professionnel.

63Au final, si Pellos modifie la portée moralisatrice au cours de ses albums, il ne modifie aucunement la critique des institutions et l’expression de la douleur des cyclistes lors des épreuves sur course.

Des institutions ridiculisées

64À l’origine des formes de violence utilisées par Pellos, les Pieds Nickelés peuvent être considérés comme des personnages particulièrement déviants : sans scrupules, ils volent aussi bien les riches que les pauvres – mais le plus souvent la catégorie des profiteurs et des crédules –, les hommes que les femmes, les jeunes que les vieux. Certes, à ce titre, ils peuvent apparaître comme des « Robin des bois » contemporains mais, souvent, leur exploitation de la naïveté humaine dépasse les frontières des modèles visés pour s’étendre sur toute la population.

  • 47 Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, (vol. 2, pp. 96).

65Par exemple, dans Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie (1980), les trois comparses se jouent de la crédulité d’une population découvrant une énergie « miracle » n’ayant finalement comme source que le pédalage de Filochard. Ce dernier se fait violence, dans le sens premier du terme, en produisant un effort qui, selon lui, pourrait concurrencer les qualités sportives de Bernard Hinault. La comparaison est d’autant plus appréciable qu’en 1980, ce cycliste français est déjà renommé. La tête dans le guidon, le dos arrondi, sans « jus d’navet dans les mollets »47, Filochard exécute un sprint éprouvant dont la finalité est d’alimenter une batterie soi-disant solaire un étage au-dessus.

Les officiels

66Les cyclistes renommés ne sont pas les seuls à avoir été moqués dans les albums des Pieds Nickelés, mais ils ne l’ont été que partiellement et uniquement dans les premiers numéros comparativement aux officiels : directeurs de courses, journalistes sportifs et managers. Dans Les Pieds Nickelés au Tour de France (1955), par exemple, ce sont les bustes de Robic, Bobet, Koblet, Geminiani et Coppi qui sont caricaturés, inquiets de voir figurer des coureurs qu’ils ne connaissent pas, et pour cause :

Image 9

Image 9

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés au Tour de France, Vents d’Ouest, 2002, vol. 1, p. 485 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1956)

© Pellos/Vents d’Ouest

67Leur déconvenue dénote à la fois un sentiment de supériorité qui les amène à ne pas s’intéresser aux coureurs anonymes et une méconnaissance générale du milieu. Cette ignorance est bien plus coupable de la part de ces officiels qui suivent sans hésitation les exploits du trio. Elle devient même de l’incompétence dans les albums les plus récents si l’on considère que Pellos accentue le caractère réaliste de son scénario en y introduisant à la fois une morale et en désignant les coureurs vedettes par leur patronyme, mais ne modifie en rien le comportement de ces officiels.

  • 48 Les Pieds Nickelés en pleine corrida, 1957, (vol. 8, pp. 193-198).

68Ainsi, dans Les Pieds Nickelés en pleine corrida (1957)48, l’invraisemblance de la situation, mécanisme comique récurrent chez Pellos, s’accompagne de la crédulité des directeurs de course et des journalistes sportifs. Ribouldingue parvient, au moyen d’un système de propulsion, à atteindre une vitesse de 46 kilomètres par heure pouvant ainsi battre le record de vitesse sur piste. Ni les coureurs, ni les officiels ne s’étonnent véritablement de la régularité kilométrique avec laquelle Ribouldingue parvient à faire chaque tour. Même lorsque deux individus, désirant tester l’invention, actionnent la machine propulsant Ribouldingue à 80 kilomètres par heure, les pieds en dehors des pédales tant la pression est devenue forte pour lui, sa déconvenue invraisemblable ne modifie pas le comportement des officiels ; ces derniers ne comprennent pas qu’il puisse s’agir d’une supercherie et soulignent la puissance de ce coureur capable d’une telle prouesse. Le record n’est finalement pas battu, à quelques minutes près, Ribouldingue terminant sa course accidentellement dans une voiture à l’extérieur de la piste, ce qui lui permet de déguerpir aussitôt pour ne pas subir les assauts des journalistes médusés. Par une pirouette verbale, ses deux acolytes ne perdent pas la face et surtout l’argent des paris. Comme toujours, ils disparaissent de la circulation.

69Cette critique des officiels est vraisemblablement pour Pellos le moyen d’actionner un procédé humoristique relativement classique qui consiste à renverser les pouvoirs. Mais cette raillerie dénote peut-être également une volonté de régler d’éventuels comptes liés à son histoire de journaliste sportif ayant vécu des interdits de leur part pour ce qui est de l’accès à l’information.

Le sport en parallèle : la course entre le gendarme et le voleur

70Les Pieds Nickelés n’ont pas peur de provoquer des catastrophes qui conduiraient leurs victimes à une mort certaine si Pellos ne veillait à conserver une ligne salvatrice pour toutes celles qui ont la malchance de les rencontrer. Les catastrophes à répétition, que l’auteur aime mettre en scène, se terminent généralement avec de simples contusions, des yeux pochés et des nez ensanglantés. Les trois compères ne s’embarrassent donc pas d’un contrôle routier effectué par deux gendarmes à bicyclettes. Conduisant un camion, ils les renversent sans hésitation dans Les Pieds Nickelés dans l’immobilier (1968). Les infortunés agents, après le passage du camion, se trouvent emmêlés dans les restes de leur vélo disloqué, les quatre « fers en l’air », complètement ahuris et sonnés, la tête entourée d’étoiles et de traits tourbillonnant :

Image 10

Image 10

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, Vents d’Ouest, 2003, vol. 2, p. 309 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1968)

© Pellos/Vents d’Ouest

71Un tel choc, dans la réalité, aurait laissé bien plus de séquelles. Violence physique et humour sont donc bien incompatibles chez Pellos.

72Ainsi, parmi les institutions les plus ridiculisées par les auteurs figurent sans conteste les forces de l’ordre. Ces dernières sont la proie de nombreux gags, à la poursuite des Pieds Nickelés lors de courses cyclistes aussi mémorables que les épreuves sportives.

  • 49 Le Triomphe des Pieds Nickelés, 1951, (vol. 6, p. 92) ; Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, 1968, (...)
  • 50 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 290 et 292).

73Le vélo est en effet avant tout un attribut indissociable du policier de quartier, un élément de décor indispensable lorsqu’il s’agit de représenter la devanture d’une préfecture ou d’une gendarmerie. Visiblement non attaché, il s’expose ouvertement à la tentation du vol aussitôt réfrénée par la présence des forces de l’ordre49. Mais si ces dernières ont la malencontreuse idée de s’arrêter dans un autre lieu, notamment un café rappelant le fait qu’un policier ne devrait pas boire en exercice, leur manque de défiance est aussitôt puni par la disparition de leur engin de déplacement50.

  • 51 Présence des forces de l’ordre = plot rouge. D’une certaine façon, les courses de vélo entre voleur (...)

74Parmi tous les moyens de locomotion utilisés par la police, le vélo est la dernière « roue du carrosse » derrière les motos, les voitures, les camionnettes et mêmes les hélicoptères. Une fois encore, il symbolise les couches populaires. Il est en effet fréquemment dessiné pour représenter le gendarme de base, képi sur la tête et moustache et se retrouve en station, en déplacement ou à la poursuite des Pieds Nickelés dans près de 20  % des albums, bien que sa présence soit plus marquée à partir des années 197051 :

Image 11

Image 11

Évolution de la représentation des forces de l’ordre en vélo dans les Pieds Nickelés

Source personnelle de l’auteur.

75Se déplaçant le plus souvent par paire, ils se montrent perspicaces lorsqu’il s’agit de remarquer une anomalie dans la relative quiétude de la normalité quotidienne, mais se révèlent particulièrement incompétents et crédules dès qu’ils affrontent directement les Pieds Nickelés.

  • 52 Les Pieds Nickelés courent la Panasiatique, 1957, (vol. 5, p. 387).
  • 53 Les Pieds Nickelés en Guyane, 1976, (vol. 2, p. 156).
  • 54 Les Pieds Nickelés hippies, 1972, (vol. 1, p. 461).
  • 55 Les Pieds Nickelés et l’énergie, 1975, (vol. 9, p. 147).

76Ils arrivent en retard dans Les Pieds Nickelés courent la Panasiatique (1957)52, très peu réactifs dans Les Pieds Nickelés en Guyane (1976)53, désorientés dans Les Pieds Nickelés hippies (1972)54. Pellos rappelle leur défaite dans Les Pieds Nickelés et l’énergie (1975)55 en les associant à Poulidor dont la réputation d’être toujours second est restée en mémoire :

Image 12

Image 12

PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés et l’énergie, Vents d’Ouest, 2011, vol. 9, p. 147 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1975).

© Pellos/Vents d’Ouest

  • 56 Les Pieds Nickelés percepteurs, 1973, (vol. 1, p. 186).
  • 57 Les Pieds Nickelés cambrioleurs, 1971, (vol. 5, p. 178).

77Deux policiers à vélo, au même niveau qu’une vache, sont ainsi à la traîne lors d’un contrôle routier dans Les Pieds Nickelés percepteurs (1973)56. Lors d’une course-poursuite avec les Pieds Nickelés, un imposant cortège reflète parfaitement cette relation hiérarchique dans Les Pieds Nickelés cambrioleurs (1971)57 : fourgonnette, motos, piétons, cyclistes. La place des policiers en bicyclette y apparaît même tout à fait incongrue, moins rapides encore que ceux qui courent à pieds.

  • 58 Les Pieds Nickelés hippies, 1972, (vol. 1, p. 437).

78Le vélo est souvent le dernier moyen de locomotion utilisé après une course-poursuite effrénée entre les Pieds Nickelés et des bandits ou des policiers utilisant préalablement des engins motorisés ou se déplaçant même à pieds. Dans Les Pieds Nickelés hippies (1972), les trois complices ne s’embarrassent ni du vol de deux bicyclettes pour échapper à des gendarmes, ni de leur jetée dans un ravin dès qu’ils n’en ont plus l’utilité58. Le vélo est en quelque sorte l’élément salvateur, celui qui clôt la rivalité si elle n’a pas eu d’autres aboutissements.

  • 59 Les Pieds Nickelés profitent des vacances, 1978, (vol. 1, pp. 76-78).

79Dans Les Pieds Nickelés profitent des vacances (1978), cherchant à entrer illicitement dans un magasin, les trois malfrats déclenchent une alarme et sont aussitôt pourchassés par deux gendarmes à vélo au son strident de leur sifflet. Ces derniers s’arrêteront en chemin pour verbaliser un individu traitant d’« andouille » ces perturbateurs noctambules, arrêt momentané démontrant une nouvelle fois les limites intellectuelles des forces de l’ordre dessinées ainsi par Pellos comme ressort humoristique. Reprenant leur poursuite, ils trébuchent violemment contre une palissade en bois entourant un chantier. La gravité de leur chute les empêchera de continuer59.

  • 60 Les Pieds Nickelés et l’énergie, 1975, (vol. 9, pp. 147-149).

80Enfin, à la fois tout un cortège de policiers et un accident violent, cette fois entre cyclistes, se retrouvent dans Les Pieds Nickelés et l’énergie (1975). Les forces de l’ordre, n’ayant d’autres moyens que de se déplacer en cycles en raison de la pénurie de carburant, se mettent en chasse d’une voiture conduite par les Pieds Nickelés. Prêts à les encercler, après que Croquignol a opéré un virage serré, les voici qui se percutent les uns les autres dans un imbroglio de roues et de guidons. Pour accentuer le choc de la collision, Pellos entoure la scène de lignes tourbillonnantes, d’étoiles et d’un trait circulaire discontinu donnant l’impression d’une explosion. L’effet est renforcé par la fuite des trois compères dont le mouvement contraste avec la position statique des policiers enchevêtrés et encastrés dans des morceaux de cycles démembrés. Les roues sont voilées, les pédaliers, les pompes et les dérailleurs éparpillés ; les casquettes sont retournées, les nez ensanglantés, les joues éraflées60.

81Au final, les forces de l’ordre sont une cible privilégiée pour les auteurs afin de tourner en dérision une institution dont la recherche de l’ordre est vaine. Les chutes à répétition dont la violence est masquée par le caractère humoristique et dont sont victimes les policiers en vélo vont clore des courses-poursuites mémorables.

82Une fois encore, il semble que Pellos règle ses comptes, cette fois, avec les gendarmes. Là encore, son histoire de chroniqueur-dessinateur lors de treize Tours de France explique cette rancœur liée aux déboires vécus avec les services d’ordre à Charleville, Nice, Grenoble ou Perpignan. En même temps, il poursuit ce procédé humoristique qui consiste à se moquer impunément des gendarmes que l’on retrouve dans les chansons (La tactique du gendarme interprétée par Bourvil) ou au cinéma (Le gendarme de Saint-Tropez avec Louis de Funès).

83Comme pour presque toutes les planches où les forces de l’ordre sont mobilisées, celle de la page 149 des Pieds Nickelés et l’énergie se termine par un procédé récurrent, la chute, pouvant être assimilé à un comique de répétition. En même temps, les scénaristes profitent de l’occasion pour dénoncer une institution sclérosée par l’immobilisme et le manque d’adaptation à la modernité. Les engins de locomotion que ces forces utilisent paraissent, si ce n’est obsolètes, en tout cas incapables de rivaliser avec les nouveaux bolides que détiennent des malfrats en tout genre.

84L’intention n’est pas ici d’être ironique mais d’être satirique. En effet, la satire « a pour but de corriger certains vices et inepties du comportement humain en les ridiculisant » (HUTCHEON, 1981, p. 144) et Pellos cible à cet effet les petitesses de ses contemporains plus à même de s’intéresser à leur modeste profit qu’à épouser une cause sociale, qu’elle soit écologique, humanitaire ou simplement promulgatrice de l’intégrité dans le monde sportif. Toutefois, la satire est atténuée par le fait que le public des Pieds Nickelés est aussi, et peut-être surtout, un public enfantin. Il y a donc différents degrés dans les procédés utilisés : aucune invective et, le plus souvent, de simples moqueries sur des cibles choisis. En dépit de la violence de certaines scènes, le caractère ludique de cette satire prime sur ce qu’elle est censée dénoncer.

Cyclisme et violence

  • 61 Les Pieds Nickelés en Périgord, 1980, (vol. 4, p. 176).
  • 62 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 297).

85Le gendarme est la proie préférée des Pieds Nickelés lorsqu’ils cherchent à se moquer de leur prochain mais il n’est pas la seule. D’autres officiels participent de cette raillerie, notamment lorsque le trio se fait passer pour ce qu’ils ne sont pas : des militaires gradés dans Les Pieds Nickelés en Périgord (1980)61 ou en garde champêtre dans Les Pieds Nickelés campeurs (1968)62.

  • 63 Pellos a habité pratiquement exclusivement en zone rurale et à la montagne.

86Comme le vélo est plus souvent utilisé par les Pieds Nickelés en zone rurale63, il n’est pas surprenant de les retrouver en pleine campagne pourchassés par des paysans qu’ils ont bernés.

  • 64 Technique également utilisée par Pellos pour marquer une transition entre deux espaces.
  • 65 Les Pieds Nickelés et le chanvre berrichon, 1980, (vol. 6, pp. 531-532).

87Nonobstant, cette utilisation de la bicyclette à la campagne n’est pas sans risque. Dans Les Pieds Nickelés et le chanvre berrichon (1980), Filochard ne parvient pas à contrôler son véhicule sur les chemins neigeux et détrempés. Sa chute est violente, impression accentuée par un contour de vignette tourbillonnant64, un hiatus ne respectant exceptionnellement pas le tracé rectangulaire conventionnel. La tête la première, le protagoniste vient fracasser la glace d’une mare gelée qui le laissera gravement malade65.

  • 66 Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, 1957, (vol. 4, pp. 16).

88Cette fin malencontreuse est rare dans les scénarii des Pieds Nickelés. En effet, les auteurs préfèrent dessiner des chutes magistrales dont les séquelles sont dites mineures. Ainsi, dans Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques (1957), suite à un télescopage entre coureurs, Pellos prend le soin de préciser que seul le matériel vélocipédique est la principale victime de cette chute organisée66, ne reflétant pas nécessairement le dessin qui montre des coureurs au nez ensanglanté, assis à terre et quelque peu sonnés.

89Même constat dans les courses sportives. Si les chutes à répétition paraissent impressionnantes, les coureurs finissent par se relever presque indemnes. Ainsi, dans Les Pieds Nickelés sportifs (1978), lors d’une première épreuve, le trio jette des clous sur la chaussée après avoir enfourché des vélos volés et afin que tous les autres coureurs soient stoppés dans leur élan après eux. Le résultat de leur duperie se révèle particulièrement violent, les cyclistes s’affalant à terre, les uns sur les autres, certains à même le bitume parsemé de clous, dans un fatras de morceaux de bicyclettes démembrés et détruites par l’intensité du choc. Pour exemplifier ce que Pellos nomme lui-même un « désastre » et pour ajouter à l’effet comique de la scène, il particularise les déboires de chaque cycliste : l’un allongé sur les clous pense qu’il est un fakir, un autre louche sur le clou planté au bout de son nez, un autre encore tente de dégager une roue entourant le cou d’un de ses compères de mauvaise fortune, à côté d’un autre qui crie de douleur en raison des pointes plantées dans son postérieur.

90Les dommages violents occasionnés par ces chutes en vélo se retrouvent nécessairement lors des courses sportives et des courses-poursuites avec les forces de l’ordre, reliant une fois de plus ces deux configurations. Mais si le processus de moralisation atteint progressivement les premières, protégeant ainsi de la dérision les coureurs professionnels, il n’en est pas de même pour les secondes. Le gendarme demeure une cible humoristique dont la figure ridiculisée assure le moteur comique. En revanche, les uns comme les autres vont subir les déboires de ces chutes, quels que soient les albums. Si la déviance est certes de moins en moins récompensée à partir des années 1960, l’expression de la violence, quant à elle, est similaire parce qu’elle demeure rattachée au burlesque.

91Pellos, dans l’univers du cycliste sportif, la représente différemment. Deux scènes sont à distinguer. La première, la plus simple, révèle l’effort, généralement lorsque le coureur entreprend une ascension : dos courbé, équilibre instable, tête au-delà du guidon et même de la roue avant, gouttes de sueur, mouvement que l’on sent saccadé, reculant presque, contrastant avec la passivité et la bonhomie des spectateurs et des vaches.

92La seconde intervient après qu’il y a eu une chute du coureur. L’image de la culbute collective occasionnée par la présence de clous sur la chaussée des Pieds Nickelés sportifs (1978) peut servir d’exemple. Elle est à elle seule une bande dessinée tant chaque protagoniste pourrait être considéré comme une image à part entière. Quatre expressions traduisant la violence du choc y sont illustrées, la colère, la douleur, l’effort et l’évanouissement :

Image 13

Image 13

PELLOS René (dessin). MARIC (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2006, vol. 5, p. 63 (1978).

© Pellos/Vents d’Ouest

93L’expression colérique, occasionnée par la frustration de ne pouvoir poursuivre l’action, se lit dans la gestuelle vindicative du coureur, notamment les bras et la tête relevés. La bouche est ouverte, montrant des dents pointues, les cheveux hirsutes. Le visage est surmonté de gouttelettes et d’un trait tourbillonnant ascendant symbolisant l’énervement du protagoniste.

94Même procédé pour cet autre coureur auquel s’ajoute la douleur symbolisée cette fois par quelques étoiles et/ou traits entourant la localisation du mal. La signification de la douleur seule modifie le sens du trait tourbillonnant qui, cette fois, se présente horizontalement. En revanche, elle peut soit être figurée par une bouche et des yeux ouverts, soit l’inverse (les lèvres généralement tombantes), soit les deux propositions interverties.

95L’effort est quant à lui marqué par une tête relevée, les yeux et la bouche fermés. Des traits à demi-circulaires dénotent la tension des muscles.

96Enfin, l’étourdissement est symbolisé par des pupilles au sommet des orbites oculaires et un bout de langue dépassant au niveau des commissures des lèvres. Deux traits presque verticaux indiquent la direction du ciel (d’un au-delà).

97Pellos, dans ces dessins, ne s’embarrasse pas de phylactères comportant des interjections. Vraisemblablement, il ne tient pas à complexifier le message qui, par ailleurs, se passe aisément de cet ancrage potentiel. Ceux-ci sont pourtant fréquemment utilisés pour exprimer la douleur. Ils sont d’ailleurs

propres à l’expression des émotions ; leur forme est l’ovale plus ou moins régulier. Lorsqu’il s’agit de cris particulièrement sonores, les bulles débordent parfois du territoire imparti à l’image qui les contient. Le phylactère se révèle alors anarchique, envahissant, doué d’un dynamisme quelque peu incontrôlable (FRESNAULT-DERUELLE, 1972, p. 32).

98Néanmoins, il en insère un très particulier dont la finalité humoristique contraste quelque peu avec le désordre et la souffrance ambiantes. Le dessin du fakir allongé sur une planche de clous est censé exprimer ce que ressent le cycliste allongé. Le pourtour du ballon dépasse le cadre imparti à l’image afin d’amplifier la sensation éprouvée par son auteur et sa coloration gris-bleutée a pour fonction de concentrer le regard du lecteur dans sa direction. « Le ballon éclate littéralement sous la poussée du son, c’est le cri d’alarme ou de douleur » (ibid.). L’ondulation du pourtour dénote une expérience particulière, celle de la douleur contenue, maîtrisée par le psychisme.

Les dessins qui représentent un aspect de la "réalité" à l’intérieur des ballons sont destinés à signifier le rêve ou l’évocation. Un message iconique s’est substitué au message linguistique. C’est un autre dessin (et non plus un texte) qui vient compléter le dessin, avec toutefois certains caractères propres au message linguistique de la B.D. : son aspect est explicitement conventionnel (le trait du ballon) (ibid., p. 38).

99Aucun « ballon-zéro » non plus dans ce dessin, selon l’expression de Pierre Fresnault-Deruelle, pour notifier les textes non entourés, généralement réduits à un monème pour exprimer un cri ou un bruit.

Les lettres qui en sont les supports graphiques, anarchiques comme celles de certains ballons, sont encore soulignées par une disposition typographique variable d’où toute recherche symétrique (donc contrôlable) semble exclue (ibid., p. 34).

100D’identiques constats peuvent être réalisés en prenant en compte les dessins figurant la chute de policiers en vélo. Si Pellos n’a pas eu à modifier les aspects de cette violence contenue, c’est qu’il y a là un ressort comique qui dépasse le simple aspect immoral de la scène. Elle n’est pas interprétée comme le résultat de la victoire des malfaiteurs sur l’ordre mais comme une simple distraction d’autant que les séquelles ne sont jamais, à l’exception de Filochard, décrites comme durables.

101La violence dans l’œuvre de Pellos peut donc être comprise selon plusieurs acceptions. Avant tout, elle se révèle à partir du résultat de sa manifestation : les marques physiques et psychiques, l’expression de la douleur, etc. Elle se traduit également par l’action en direct : un coup porté, la marque d’un effort, etc. Enfin, elle s’exprime de manière indirecte lorsqu’elle touche les biens moraux ou physiques d’une personne : spoliation pécuniaire, moquerie, abus de faiblesse, etc. Mais, dans l’ensemble, elle est, pour lui, le moyen d’actionner un mécanisme humoristique toujours efficace.

Conclusion

102Le sport n’a jamais été absent de la bande dessinée (FOURNIER, 2001). Les grandes vitrines sportives y figurent en grand nombre, que ce soit le Tour de France ou les Jeux Olympiques (LAFFAGE-COSNIER, VIVIER et THIÉBAUT, 2014). Leurs représentations sont autant de messages délivrés sur cette activité auprès d’une population qui n’est finalement pas seulement enfantine.

103Entre 1950 et 1981, Pellos a dessiné 295 vignettes représentant une bicyclette, dont 143 concernant une course sportive. Il utilise le plus souvent trois formes de comique pour développer l’humour de son scénario : le comique de mots notamment à partir des noms des personnages ou le jeu des sonorités des onomatopées ; le comique des gestes avec les chutes ou les démembrements ; enfin, le comique de situation en amenant le lecteur à envisager le résultat d’une catastrophe avant qu’elle n’ait lieu. Le registre humoristique utilisé ici n’empêche en rien la transmission d’un champ représentationnel spécifique à la petite reine. Il en souligne peut-être le point nodal parce que le rire est affaire de caricature et de stéréotype.

104En outre, si la perspective éducative y est absente, la finalité moralisatrice se révèle à partir des années 1960 au moins dans ce cadre sportif. Ce noyau semble d’ailleurs traverser les trente ans de création des Pieds Nickelés par Pellos alors que le contexte historique, nécessairement changeant, est source d’inspiration pour l’auteur. La course sportive en vélo révèle toujours autant l’effort, le sens de l’équipe, la souffrance, l’activité populaire et le dopage, bien que ce dernier soit plus ou moins explicitement évoqué selon les albums. Certes, la violence « reste très contenue, n’occasionnant au final que quelques plaies et bosses » (LAFFAGE-COSNIER, ibid., p. 212), mais la roublardise des Pieds Nickelés et leur situation de personnages héros de l’histoire enseignent que d’autres moyens que ceux de la compétence et du dépassement de soi permettent de parvenir à ses fins.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES, Roland. « Le Tour de France comme épopée » in Mythologies, Paris : Seuil, 1957, pp. 110-121. ISBN 2020025825.

BERGSON, Henri. « Le rire » in Œuvres, Paris : PUF, 1984, pp. 381-485. ISBN 2130384951.

BLONDIN, Antoine. Sur le Tour de France, Paris : La Table ronde, 1996, 160 p. ISBN 9782710307372.

BODIN, Dominique, ROBÈNE, Luc et HÉAS, Stéphane. Sports et violences en Europe, Conseil de l’Europe, 2004, 249 p. ISBN 9287155100.

BOURY, Paul. La France du Tour : le Tour de France, un espace sportif à géographie variable, Paris : L’Harmattan, 1997, 448 p. ISBN 2738456197.

DE MONDENARD, Jean-Pierre. Dopage. L’imposture des performances, Paris : Chiron, 2003 (2e éd.), 287 p. ISBN 9782702706398.

EHRENBERG, Alain. « Les significations et les dimensions sociales du sport. Sport, égalité et individualisme », in Sport et Société, Cahiers français, n°320, avril-mai 2004, pp. 43-48.

FRÉMION, Yves, JOUBERT, Bernard. Images interdites, Paris : Syros, 1989, 128 p. ISBN 2867384230.

FRESNAULT-DERUELLE, Pierre. La Bande dessinée. Essai d’analyse sémiotique, Paris : Hachette, 1972. 188 p. ISBN 2301203501.

GUTTMANN, Allen. Du rituel au record. La nature des sports modernes, Paris : L’Harmattan, 2006, 248 p. ISBN 2296010970.

HÉRAN, Frédéric. Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe de 1817 à 2050, Paris : La Découverte, 2014, 256 p. ISBN 9782707186812.

HUTCHEON, Linda. « Ironie, satire, parodie : une approche pragmatique de l’ironie », in Poétique. Revue de théorie et d’analyse littéraires, n°46, décembre 1981, pp. 140-155.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien, VIVIER, Christian et THIÉBAUT, Michel. « Les Jeux Olympiques célébrés par Bibi Fricotin, Les Pieds Nickelés, Astérix et Les Schtoumpfs », in European Studies in Sports History, vol. 7, 2014, pp. 197-221.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien, LOUDCHER, Jean-François et VIVIER, Christian. « La guerre et ses représentations dans la bande dessinée : la destinée du héros sportif chez Pellos dans le journal Junior (1938-1940), in Modern & Contemporary France, juin 2012, pp. 1-12.

LASSUS, Marianne. L’affaire Ladoumègue : le débat amateurisme/professionnalisme dans les années trente, Paris : L’Harmattan, 2000, 146 p. ISBN 9782738490001.

LAURE, Patrick. Histoire du dopage et des conduites dopantes : les alchimistes de la performance, Paris : Vuibert, 2004, 218 p. ISBN 9782711771288.

LINFORT, Jean-Michel. Le meilleur du Tour de France de René Pellos, Issy-les-Moulineaux : Vents d’Ouest, 2005, 224 p. ISBN 2749302552.

LINFORT, Jean-Michel. Le grand livre des illustrateurs, dessinateurs et caricaturistes du Tour de France : traits et portraits de la Grande boucle ou l'art du Tour à travers la presse sportive, Turquant : Cheminements, 2008, 411 p. ISBN 9782844787453.

MORIN, Edgar. Les stars, Paris : Seuil, 1957, 192 p. ISBN 04950836.

PELLOS, René. Les Héros du tour, Paris : Quintette, 1974, 95 p. ISBN 2868500005.

PORTE, Patrick, VILA, Dominique, AUGUSTIN, Jean-Pierre (dir.). Maillot jaune : regards sur cent ans du Tour de France, Anglet : Atlantica, 2003, 610 p. ISBN 978284393946417.

POYER, Alex. Les premiers temps des véloce-clubs : apparition et diffusion du cyclisme associatif français entre 1867 et 1914, Paris : L’Harmattan, 2003, 342 p. ISBN 9782296313460.

Haut de page

Notes

1 À partir de la réédition de 90 albums des Pieds Nickelés aux éditions Glénat/Vent d’Ouest, vol. 1-9, 2002-2011.

2 René Pellarin dit Pellos et, le plus souvent, Roland de Montaubert comme scénariste (dans notre texte, il conviendra d’associer cet auteur aux mentions de Pellos. Parfois, est utilisée la mention « les auteurs » pour les désigner conjointement) reprennent à leur compte une bande dessinée née le 04 juin 1908 sous le trait de Louis Forton (reprise également mais sans succès à sa mort en 1934 par Aristide Perré, puis par Albert Badert en 1940).

3 Pourtant, cette loi du 16 juillet 1949 a été suivie par la création d’une Commission de surveillance et de contrôle qui stipule que les publications destinées à la jeunesse ne devront comporter aucune mention « présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse », soit de nombreux paramètres susceptibles d’être associés aux Pieds Nickelés. Bien que cette loi tende, pour ce qui est de la bande dessinée, à s’attaquer principalement à celles en provenance des États-Unis, de nombreuses publications franco-belges furent inquiétées. À titre d’exemples, L’Épervier bleu et Buck Danny aux éditions Dupuis ont été sanctionnés. En 1952, quelques vignettes de Morris concernant Bob Dalton sont censurées ; quant à Franquin, il obtient un avertissement pour son Marsupilami la même année. En 1955, c’est au tour de Jacobs pour Blake et Mortimer et, en 1962, Morris, de nouveau, pour Lucky Luke. Même le volume 2 de Boule et Bill de Roba est accroché pour « cruauté envers les animaux » en 1963. Alix et la griffe noire de Jacques Martin est taxée d’« incitation à la violence » en 1965 (FRÉMION et JOUBERT, 1989).

4 D’ailleurs, la bande dessinée ne semble pas pouvoir échapper à ce sport populaire et de nombreux auteurs y font référence jusqu’à centrer leur scénario autour de celui-ci, tels Christian Lax (L’aigle sans orteil, Dupuis (Aire Libre), 2005 ; Pain d’Alouette, Futuropolis, vol. 1/2, 2009//2011 ; Échappées belles, Futuropolis, 2013), Frédéric Kinder (Tour de force, Milan, 2005) ou Nicolas Debon (Le Tour des géants, Dargaud, 2009).

5 Les Pieds Nickelés sportifs, 1949, (vol. 2, p.550) [les références de volume et de page données entre parenthèses le sont à la réédition en intégrale par les éditions Vents d’Ouest ; l’année est celle de l’édition originale à la Société Parisienne d’Edition]. Le scénario de cet album est encore influencé par la création de Forton.

6 Les Pieds Nickelés tiennent le succès, 1963, (vol. 1, pp. 244-245).

7 « Jacquot » est le pseudonyme généralement affublé à un perroquet répétant inlassablement son nom (le perroquet Jaco ou Gris du Gabon est le parleur le plus doué de son espèce). Il évoque peut-être le nombre impressionnant de ses victoires. « Anquito » est un surnom vraisemblablement affectif puisque Pellos appréciait Anquetil (cf. Pellos, Les Héros du tour, Paris, Quintette, 1974). Toutefois, ce dernier représentait le « paysan moderne » contrairement à Poulidor, préféré par les Français, qui possédait l’image nostalgique d’une France rurale traditionnelle.

8 Cet épisode fait sans doute référence au « combat » sportif acharné entre ce coureur et Raymond Poulidor qui les opposa au début des années 1960. Notons également que Jacques Anquetil ne cacha pas s’être dopé pour être le meilleur.

9 Les Pieds Nickelés policiers de la route, 1960, (vol. 2, pp. 400-405).

10 Les Pieds Nickelés en pleine corrida, 1957, (vol. 8, pp. 193-198).

11 En argot, le « bobar » correspond à une « mensonge », une « tromperie », ce qui n’est pas flatteur, une fois de plus pour Louison Bobet.

12 Il s’agit probablement ici d’un simple jeu de mots compte tenu du fait que Pellos semblait l’apprécier. Toutefois, cette évocation dénote sans doute de la volonté de critiquer un coureur qui ne serait que l’ombre des autres, une simple copie…

13 Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, 1957, Société Parisienne d’édition, (vol. 36, p. 16).

14 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, (vol. 6, p. 389).

15 Elle rappelle en même temps le passé du dessinateur lorsque, à partir des années 1930, il devient journaliste sportif pour l’Intransigeant, Paris-Match ou Miroir du cyclisme.

16 Son père était employé électricien. Il trouvait d’ailleurs injuste que les ouvriers et les employés aient à travailler plus d’une quarantaine d’années pour, au final, bénéficier d’une retraite étriquée.

17 Dans un premier temps, le principe est relativement simple et répond à cette question : comment les Pieds Nickelés vont-ils s’y prendre pour détourner un système spécifique dans un contexte donné afin d’en faire leur profit ? Le lecteur est happé par l’inventivité des trois protagonistes et se prend au jeu du « comment vont-ils faire ? », puis, dès que leurs stratagèmes sont découverts, du « comment vont-ils s’en sortir ? ». Dans un second temps, on se complaît à les voir se moquer des riches et du pouvoir.

18 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, Société Parisienne d’édition.

19 Les Pieds Nickelés sportifs, 1978, (vol. 5, p. 63).

20 Les Pieds Nickelés profitent des vacances, 1978, (vol. 1, p. 99).

21 Les Pieds Nickelés vétérinaires, 1974, (vol. 1, p. 366).

22 Dans presque tous les albums, de grosses cylindrées sont dessinées, accompagnées de chauffeurs ou de propriétaires souvent irascibles (Les Pieds Nickelés percepteurs, 1973, (vol. 1, p. 156) ; Les Pieds Nickelés profitent des vacances, 1978, (vol. 1, p. 81) ; Les Pieds Nickelés et le raid Paris-Tombouctou, 1981, vol. 1, p. 13 ; etc.), et parmi lesquels, parfois, quelques célébrités sportives.

23 Les Pieds Nickelés et leur soupière volante, 1961, (vol. 6, p. 244).

24 Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, 1972, (vol. 6, p. 410).

25 Les Pieds Nickelés européens, 1980, (vol. 5, p. 14).

26 Les Pieds Nickelés au lycée, 1951, (vol. 5, p. 536) ; Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, p. 117) ; Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, vol. 2, p. 59 ; Les Pieds Nickelés et le contrôle des changes, 1970, (vol. 8, p. 419).

27 Les Pieds Nickelés rois du pétrole, 1957, (vol. 5, p. 335).

28 Cf. par exemple Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, p. 106 et p. 121) ; Les Pieds Nickelés s’expatrient, 1977, vol. 6, p. 513 ; Les Pieds Nickelés et le raid Paris-Tombouctou, 1981, vol. 1, p. 11 ; Les Pieds Nickelés as du contre-espionnage, 1950, (vol. 8, p. 27).

29 Les Pieds Nickelés réforment, 1977, (vol. 4, p. 103).

30 Les Pieds Nickelés rois du pétrole, 1972, (vol. 5, p. 335).

31 Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, 1968, (vol. 2, p. 306).

32 Voir aussi Les Pieds Nickelés tiennent le succès, 1963, (vol. 1, p. 274).

33 Les Pieds Nickelés et le raid Paris-Tombouctou, 1981, (vol. 1, p. 12).

34 Cf. par exemple Les Pieds Nickelés et le chanvre berrichon, 1980, (vol. 6, pp. 539-540 ; Les Pieds Nickelés sportifs, 1978, vol. 5, p. 60 ; Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, (vol. 2, p. 65.

35 Les Pieds Nickelés en Guyane, 1976, (vol. 2, p. 158.

36 Également dans Les Pieds Nickelés contre les fantômes, 1972, (vol. 1, p. 506 ou Les Pieds Nickelés et l’énergie, 1975), (vol. 9, p. 169).

37 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 297).

38 Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, (vol. 2, pp. 60-61 et 64).

39 Les Pieds Nickelés superchampions de la pêche, 1958, (vol. 6, p. 118 et 120).

40 Les Pieds Nickelés courent la Panasiatique, 1957, (vol. 5, p. 379).

41 Les Pieds Nickelés à l’opéra, 1977, (vol. 4, pp. 230-231 et 234). Les problèmes énergétiques sont d’ailleurs une source fréquente d’inspiration pour les auteurs, notamment à partir des crises pétrolières des années 1970. C’est sans doute pour cette raison que l’auteur se sert d’un procédé similaire dans Les Pieds Nickelés sportifs (1978) bernant une population avide de trouver un moyen énergétique peu coûteux.

42 Pour réaliser ce schéma, le calcul d’un « quotient d’immoralité » a été réalisé en attribuant à chaque plot de couleur une valeur : vert = 3 points, bleu = 1 point, jaune = 0 point, liseré = - 1 point et rouge = - 3 points.

43 Pellos René, Futuropolis, Paris, Glénat, 1937.

44 Durant la Seconde guerre mondiale, Pellos participe à la Résistance bien qu’ayant auparavant travaillé pour le Régime de Vichy (LAFFAGE-COSNIER, LOUDCHER et VIVIER, 2012, p. 299).

45 Les Pieds Nickelés au Tour de France, 1955, vol. 1, pp. 485-491.

46 Les Pieds Nickelés sportifs, 1978, (vol. 5, pp. 61-69).

47 Les Pieds Nickelés capteurs d’énergie, 1980, (vol. 2, pp. 96).

48 Les Pieds Nickelés en pleine corrida, 1957, (vol. 8, pp. 193-198).

49 Le Triomphe des Pieds Nickelés, 1951, (vol. 6, p. 92) ; Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, 1968, vol. 2, p. 330 ; Les Pieds Nickelés percepteurs, 1973, (vol. 1, pp. 151-152) ; Les Pieds Nickelés ne veulent pas se faire rouler, 1958, (vol. 1, p. 302 et 305) ; Les Pieds Nickelés diseurs de bonne aventure, 1960, vol. 8, p. 280 ; Les Pieds Nickelés contre les fantômes, 1972, 2, (vol. 1, p. 506).

50 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 290 et 292).

51 Présence des forces de l’ordre = plot rouge. D’une certaine façon, les courses de vélo entre voleurs et gendarmes compensent l’absence de courses cyclistes de ces années.

52 Les Pieds Nickelés courent la Panasiatique, 1957, (vol. 5, p. 387).

53 Les Pieds Nickelés en Guyane, 1976, (vol. 2, p. 156).

54 Les Pieds Nickelés hippies, 1972, (vol. 1, p. 461).

55 Les Pieds Nickelés et l’énergie, 1975, (vol. 9, p. 147).

56 Les Pieds Nickelés percepteurs, 1973, (vol. 1, p. 186).

57 Les Pieds Nickelés cambrioleurs, 1971, (vol. 5, p. 178).

58 Les Pieds Nickelés hippies, 1972, (vol. 1, p. 437).

59 Les Pieds Nickelés profitent des vacances, 1978, (vol. 1, pp. 76-78).

60 Les Pieds Nickelés et l’énergie, 1975, (vol. 9, pp. 147-149).

61 Les Pieds Nickelés en Périgord, 1980, (vol. 4, p. 176).

62 Les Pieds Nickelés campeurs, 1968, (vol. 8, p. 297).

63 Pellos a habité pratiquement exclusivement en zone rurale et à la montagne.

64 Technique également utilisée par Pellos pour marquer une transition entre deux espaces.

65 Les Pieds Nickelés et le chanvre berrichon, 1980, (vol. 6, pp. 531-532).

66 Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, 1957, (vol. 4, pp. 16).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Évolution de l’utilisation des courses cyclistes dans les albums des Pieds Nickelés, par année.
Crédits Tableau de l’auteur – Patrick Legros.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-1.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Image 2
Légende PELLOS René (dessin), MARIC (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2003, vol. 2, p. 550 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1949)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Image 3
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés aux Jeux Olympiques, Vents d’Ouest, 2005, vol. 4, p. 16 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1957)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Image 4
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés et l’opération congélation, Vents d’Ouest, 2007, vol. 6, p. 390 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1974)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Image 5
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2006, vol. 5, p. 59 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1978)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Image 6
Légende La fin de l’histoire, expression de la morale selon les dates de publication
Crédits Tableau de l’auteur – Patrick Legros.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-6.png
Fichier image/png, 154k
Titre Image 7
Légende Quotient d’immoralité selon la fin de l’histoire entre 1950 et 1981
Crédits Tableau de l’auteur – Patrick Legros.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-7.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Image 8
Légende Expression de la morale dans les courses cyclistes des Pieds Nickelés
Crédits Tableau de l’auteur – Patrick Legros.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Image 9
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés au Tour de France, Vents d’Ouest, 2002, vol. 1, p. 485 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1956)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Image 10
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés dans l’immobilier, Vents d’Ouest, 2003, vol. 2, p. 309 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1968)
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Image 11
Légende Évolution de la représentation des forces de l’ordre en vélo dans les Pieds Nickelés
Crédits Source personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-11.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Image 12
Légende PELLOS René (dessin). MONTAUBERT, Roland de (texte). Les Pieds Nickelés et l’énergie, Vents d’Ouest, 2011, vol. 9, p. 147 (éd.or. Société Parisienne d’édition, 1975).
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Image 13
Légende PELLOS René (dessin). MARIC (texte). Les Pieds Nickelés sportifs, Vents d’Ouest, 2006, vol. 5, p. 63 (1978).
Crédits © Pellos/Vents d’Ouest
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2313/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Legros, « Les Pieds Nickelés et la petite reine », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2313

Haut de page

Auteur

Patrick Legros

Patrick Legros est maître de conférences en sociologie à l'Université François Rabelais de Tours et membre du Laboratoire équipe Alimentation (LÉA, Tours, EA 4247). Il travaille sur la sociologie des imaginaires sociaux.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals