Navigation – Plan du site
Revisiter les normes spatiales du sport

Échange de passe et lutte de places dans Max Winson de Jérémie Moreau

Les territoires du sportif dans la bande dessinée
Volley exchanges and battle for ranking in Jeremie Moreau’s Max Winson. The realm of the athlete in comics
Christophe Meunier

Résumés

Les deux albums de la série Max Winson de Jérémie Moreau, consacrée à un champion de tennis hors norme, proposent de multiples représentations d’enceintes sportives, mettent en images les « échanges » que le héros entretient avec ses adversaires, avec les différents lieux de sa vie. Tout invite à porter sur la série un regard géographique et spatial. Cet article s’interroge sur le récit spatial produit par la narration iconotextuelle ; sur les relations socio-spatiales qui s’établissent entre le joueur, l’aire sportive et l’adversaire ; sur leurs mutations lorsque le sport devient spectacle et l’aire de jeu, « enceinte sportive ». Il s’agira ainsi de montrer comment le tressage du discours iconique, spatial et verbal amène à considérer le public et les spectateurs comme un opérateur non négligeable de la spatialité du héros, voire du sportif de haut niveau.

Haut de page

Entrées d’index

Éditeurs et profession :

Delcourt

Noms cités :

Jérémie Moreau
Haut de page

Texte intégral

« Le monde de l'action sociale et du vécu, au jour le jour, constitue une scène spatiale, sur laquelle interagissent des acteurs, qui utilisent pour arriver à leurs fins des instruments tels que la mise à distance, l'emplacement, la délimitation, le franchissement » (LUSSAULT, 2009, p. 94).

1Dans le second tome de la série consacrée à Max Winson, intitulée « L’Échange », la double-page 84-85 met en scène deux personnages : le héros, Max Winson, et un jeune garçon du nom de Pedro. Les dix-sept cases relatent un échange qui s’étend sur une journée entière. Cette double-page fait écho à la dernière case de la page précédente et à l’injonction qu’un vieillard, ancien joueur de tennis, Pancho Elegantes, du fond de son rocking-chair, a lancée aux deux joueurs : « Hé ! Les gamins ! Cette balle-là, je veux pas qu’elle tombe de la journée ! » (MOREAU, 2014b, p. 83).

2La case de chute de la page 85 apparaît donc comme une réponse à cette injonction. En effet, Pedro s’approche de Sancho dont on ne voit que le bras droit et lui lance : « On a joué toute la journée sans faire tomber la balle une seule fois !!! ». La page 84 est construite avec une grande régularité : 3 séries de 2 strips, une vue oblique panoramique et trois cases. On peut aisément concevoir que cette organisation tabulaire renvoie à la régularité de l’échange et au bruit pendulaire de la balle sur le court et dans la raquette. Le jeu de l’ombre portée sur l’aire de jeu témoigne de la course du soleil et du déroulement de l’échange dans le temps. La deuxième case du dernier strip annonce d’ailleurs la fin de la journée et de la partie : « Le soleil se couche ! ».

3La grande case de la page 85 (image 1), apparaît alors comme un « arrêt sur image » ou un ralenti sur le trajet de la balle qui s’élève dans les airs. La case suivante est nettement plus petite et stoppe définitivement l’échange par le « poc » que fait la balle dans la main de Max Winson. Le mouvement reprend alors avec la course de Pedro qui se jette hors du court et rejoint le vieillard sur le perron en trois petites cases.

Image 1

Image 1

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.84-85

© Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau)

  • 1 En 2013, Bernard Chambaz, Benoît Heimermann et Victor Robert, respectivement historien et journalis (...)
  • 2 Voir à ce sujet les travaux de Michel Peter et Philippe Tétart sur les prémices du tennis balnéaire (...)

4Dans ces deux planches, ce n’est pas un match qui nous est donné à voir mais bien davantage un amusement, pour reprendre le sens premier du verbe « desporter »1. Il n’y est pas question de « compétitions physiques "ludiques" » (GUTTMANN, 2006, p. 35), mais bien davantage de « jeux » (games) tels qu’ils sont définis et distingués du sport par Allen Guttmann et dans lesquels l’activité gratuite est organisée et pratiquée pour le seul plaisir qu’elle procure : « Le plaisir provient de l’acte et non de ce qui a été réalisé » (GUTTMANN, 2006, p. 20). Le court est représenté sous trois angles différents : en vue oblique, en vue zénithale et en vue frontale. Il est omniprésent. Le site choisi pour implanter le court est d’ailleurs surprenant. Au milieu d’un champ de maïs, le court constitue une aire close dont les limites sont poreuses. Rien n’a été prévu pour retenir la balle. Bien au contraire, tout a été fait pour la perdre si jamais elle venait à échapper aux joueurs. La fiction de ce roman graphique permet alors de modifier et de s’émanciper de l’univers spatial standardisé d’un sport comme le tennis. Les conditions topographiques impliquent une pratique précise de l’aire de jeu2. Les deux joueurs sont obligés de se livrer à un véritable échange de balle qui prend la forme d’une « conversation » spatiale comme le rappelle le mot laissé par le vieillard à la page 87 : « N’oublie pas, Max, le tennis est une conversation ». Cette forme de pratique renvoie, à certains égards, à la fois à la pratique primitive du tennis balnéaire mais également au jeu de paume, ancêtre du tennis, et au terme « peloter » qui étymologiquement signifiait « jouer pour passer le temps ». À l’origine, le jeu de paume avait pour but de faire durer le plus longtemps possible l’échange de balle entre les deux joueurs (GILLMEISTER, 1998).

5Voici donc que se dégagent trois axes, pris sur trois échelles différentes et qui seront interrogés dans cet article. D’abord, quel récit d’espace est produit par la narration iconotextuelle ? Ensuite, quel discours socio-spatial, en d’autres termes, quelle spatialité est défendue par l’auteur à travers l’évocation de ce qui se joue sur un court de tennis ? Enfin, quelles influences cette spatialité a-t-elle sur l’individu pratiquant ? À travers ces trois axes et ces différentes interrogations, il s’agira de montrer que ce roman graphique suggère de remettre en cause une idée, sans doute simpliste ou tout du moins courante, que l’homme domine l’espace. Dans les deux volumes, il n’en est rien. C’est bien au contraire, l’aménagement de l’espace sportif qui conditionne, dans la série, les comportements voire les destinées de l’individu pratiquant.

L’iconotexte au service d’un récit d’espace

6Thierry Groensteen (GROENSTEEN, 1999, p.109) parle pour la bande dessinée d’un système à trois dimensions : le découpage en cases (arthrologie), la mise en page « multicadre » (spatio-topie) et le découpage en pages (tressage). Le format des cases, leur disposition sur la page est une narration visuelle à part entière. Elle vient entrer en résonance avec les images et le texte qui, eux-mêmes, possèdent leur propre narration. Ce système à trois dimensions peut donc être associé à une triple narration que l’on trouve dès la couverture des deux ouvrages.

Deux volumes, deux couvertures, deux temps de l’histoire

  • 3 Son petit format et son nombre de pages dépassant le classique « 48CC » renvoient aux caractéristiq (...)

7Le premier tome de la série, « La Tyrannie », est publié par Delcourt en janvier 2014. Le second tome, « L’Échange », le suit de quelques mois, puisqu’il est sorti en octobre 2014. Les deux volumes, faisant chacun 160 et 168 pages, constituent ce qu’on a coutume d’appeler un roman graphique3. Sur les deux couvertures (image 2), de manière programmatique, le dessinateur met en scène un héros et son adversaire à l’intérieur d’un espace circonscrit. Dans la première couverture, le héros, Max Winson, dominant par sa taille le court, est recroquevillé derrière le filet. C’est un grand champion de tennis qui, depuis qu’il est arrivé sur le circuit international, n’a perdu aucun match. Sa domination semble le blaser. De l’autre côté du filet, un adversaire multiplie les coups et s’épuise à vouloir battre Max Winson. L’opération semble impossible. L’adversaire qui s’est démultiplié n’a pas de visage. Il est un anonyme, quasi insignifiant pour Max. Cet anonymat peut être interprété comme une sorte d’allégorie de l’adversité.

Image 2

Image 2

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 1-La tyrannie. Paris : Delcourt, 2014, ISBn : 978-2-7560-4331-9, couverture / MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, couverture

© Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau)

8Dans la seconde couverture, le filet a disparu. Le héros, dont on ne voit que les pieds géants, est représenté à côté de son partenaire de jeu. Il s’est effacé derrière son adversaire et l’on découvre la silhouette et le visage de ce dernier au premier plan. Le soleil semble se lever sur l’aire de jeu et, au fond sombre de la première couverture, succède un arrière-plan un peu plus clair. Le court est représenté en vue frontale et est donc à peine perceptible. À la « tyrannie » imposée par un champion hors pair dans le premier volume fait suite un « échange » entre deux partenaires dans le second.

Le « cercle vertueux de la victoire »

9Ce que nous pouvons appeler le « cercle vertueux » de la victoire est mis en images par l’auteur dès les premières pages du premier volume. Dans les pages 12 à 19, Jérémie Moreau décide de raconter un match, celui de la « Grande finale internationale du Magnus Tennis Tournament » (MOREAU, 2014a, p.6, b.2, c.2). Cette finale oppose Max Winson à Don Kohler et est présentée comme une énième rencontre entre les deux joueurs respectivement premier et deuxième joueurs mondiaux. Dès les pages qui précèdent, les commentateurs laissent entendre, tout en ménageant un léger suspens, quelle sera l’issue de la rencontre (MOREAU, 2014a, p.10, b.3, c.1).

10Si l’on porte son attention sur le tressage des huit pages qui relatent le match (image 3), on constate que l’auteur joue avec les temporalités : deux ralentis (la première balle de service et la balle de match) encadrent une série de cinq pages dans lesquelles le match s’accélère. La rencontre apparaît comme une simple formalité dont Winson s’acquitte avec succès. La spatio-topie, quant à elle, est très révélatrice dans la mesure où Jérémie Moreau s’emploie à utiliser différentes mises en pages. Le « gaufrier » central (page 15), par exemple, tranche avec les autres pages qui proposent davantage de mouvements dans les cases. Cette page 15 se déroule dans une rame de métro dans laquelle les usagers sont représentés comme suspendus à leurs tablettes sur lesquelles ils suivent le match. Cette parenthèse dans le déroulement de la rencontre joue à sa façon le rôle d’accélérateur temporel tout en montrant l’inévitable victoire de Winson, habituelle comme une « ritournelle ». Les commentaires sont unanimes : « Cet homme est stupéfiant. Il a quelque chose du héros grec, vous ne trouvez pas ? » - « Max Winson, un Achille sans talon » (MOREAU, 2014a, p.15, b.2, c.2).

Image 3

Image 3

Schéma spatiogénétique du volume 1 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)

Schéma de l’auteur – Christophe Meunier

11Sur les pages 12 et 13, est lancé le premier service de Max Winson qui donne d’emblée le ton à la rencontre. L’articulation des cases (arthrologie) de la première page décompose le mouvement de Max. Les cases trapézoïdales de la deuxième bande coupée en travers accélèrent le mouvement du service au moment où le joueur frappe la balle. Dans la case finale qui montre l’achèvement du mouvement de service, le visage de Max est impassible. À la page suivante, les cases qui occupent l’intégralité des deux premières bandes accélèrent une nouvelle fois le rythme. La balle frappe l’aire de jeu, le joueur adverse semble médusé par l’ace et la balle vient heurter avec force le panneau de fond de court dont les juges de ligne se sont écartés avec effroi. Les trois dernières cases de la dernière bande ralentissent alors le rythme. Le petit « poc » que fait la balle en retombant sur le court fait comme un grand « boum » dans la tête de l’adversaire qui semble paralysé de frayeur. Le ton du match est donné : l’affrontement sera difficile pour Don Kohler.

12De la même façon, les pages 18-19 rendent compte de l’issue du match. La balle de match est annoncée dans la première case de la page 18. Cette fois-ci, c’est Don Kohler qui est au service. Deux longues cases ralentissent le geste du service et de nouveau une bande coupée en travers accélère le retour de Winson. Les grandes cases dédiées à Max renforcent l’impression que le geste est facile. Les deux longues cases de la page 19, symétriques de celles de la page 18, font un ralenti sur le smatch du dernier point. « Jeu, set et match : Max Winson ! » dit la case centrale de l’avant-dernière bande entre les visages des deux adversaires montrant l’épuisement de Kohler et la fraîcheur de Winson. La bande finale est un gros plan sur la poignée de mains des deux joueurs.

13Les pages 14 et 16 sont découpées à la manière de planches de manga. Les bandes sont construites en trapèzes donnant énormément de mouvement à l’ensemble. La page 14 relate le premier jeu blanc. Après une première bande qui décompose le deuxième service, les cases alternent les coups entre Kohler et Winson et les points s’enchaînent jusqu’à la dernière case dans laquelle Kohler, emporté par la puissance des coups de Winson, a chuté. La page 15 montre la même alternance des coups entre les deux joueurs et se termine par une bande, construite de manière ascendante, qui illustre la montée de la ferveur du public. La page 17 est l’image de la couverture que nous avons déjà analysée. Conçue comme un accélérateur du jeu, elle montre quant à elle les jeux et sets qui s’accumulent en faveur du jeune champion étoilé.

14Comme on peut le voir, tout dans la spatio-topie, le tressage et l’arthrologie de ces huit pages concourt à montrer l’inéluctabilité de la victoire de Max Winson qui semble n’y prendre aucun plaisir ni aucune difficulté. Le plaisir du jeu a abandonné le jeune champion.

15À partir du déplacement des personnages et notamment ceux de Max, il est possible de proposer un schéma spatiogénétique. Cette production graphique permet de rendre compte de la création des espaces au fur et à mesure des déplacements des personnages à l’intérieur du récit (MEUNIER, 2016, p.12-13). Celui du premier volume pourrait résumer la première partie de l’histoire de la manière suivante (image 4). Max Winson, entraîné dès son plus jeune âge, par un père tyrannique, domine le tennis mondial. Sa vie est réduite à un « cercle vertueux de la victoire » qui le partage entre son château et les enceintes sportives où il livre « combat ».

Image 4

Image 4

Schéma spatiogénétique du volume 2 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)

Schéma de l’auteur – Christophe Meunier

16Le manoir est une forteresse située à l’écart de la ville. Il s’agit d’un domaine clos et protégé par de très hauts murs et des grilles dans lequel Max Winson vit avec son père et Eliott, le majordome. Le manoir est un véritable sanctuaire dédié à Max. L’édifice est orné de statues à l’effigie du garçon. Autour du manoir, des courts de tennis sont à la disposition du héros. La vie du jeune garçon est ainsi entièrement vouée à ce sport. La chambre même de Max ressemble à l’intérieur d’une cathédrale. Son lit est lui aussi un lieu clos aux allures de char d’assaut qui s’ouvre pour accueillir le héros fatigué une fois que ce dernier a tapé dans des balles envoyées par son matelas.

17Les stades quant à eux n’ont jamais de nom propre, comme la grande majorité des lieux représentés dans les deux albums d’ailleurs. Ce sont de vastes enceintes sportives qui enferment l’espace clos du court. Il s’agit d’une sorte d’écrin dont les remparts, les tribunes, sont surdimensionnées et peuvent accueillir des milliers de personnes toutes acquises à la cause de Max Winson. Le passage du stade au manoir se fait toujours en voiture blindée et Max Winson n’a que très peu de contact avec son public. Un événement va pourtant venir interrompre ce « cercle vertueux » : l’interview de Pia Olhin dans l’émission « Athénaphrodite ». La candeur de Max Winson se trouve exposée aux questions volontairement provocatrices de l’animatrice. Cette exposition hors du manoir, dans une interview à laquelle Max Winson n’a pas été préparé, pousse le jeune champion dans ses derniers retranchements. Pia Olhin oblige Max Winson à voir une réalité qui le sort du « cercle vertueux » construit par son père.

L’initiation personnelle par l’échange

18À en juger par le schéma spatiogénétique du second volume, celui-ci est construit davantage comme un parcours linéaire, un récit initiatique (image 4). Au début de l’album, Max Winson a perdu tous ses repères : son père est mort, la société Max Winson est ruinée. Le « cercle vertueux » est brisé. Max quitte le manoir pour se perdre dans les bas-fonds de la ville. Emmitouflé dans le manteau de son père qui lui sert de carapace, il erre dans les rues où il tente de devenir un anonyme. Il découvre une ville entière qui a fait de sa personne un personnage de merchandising. Il est partout sur les murs, sur les écrans. Cherchant à fuir cette pression médiatique, il tombe sur une boutique vintage, seule boutique dans toute la ville qui ne porte pas la trace de son nom. Dans la vitrine, une télévision retransmet un vieux match et Max découvre un autre tennis, une autre façon de jouer. Max Winson veut rencontrer ce Pancho Elegantes, ex-champion, vainqueur de la partie qu’il vient de voir à la télévision et qui est semble-t-il devenu entraîneur loin d’ici.

19La fuite de Max se transforme alors en quête et il part, avec la complicité de Pia Olhin, à la recherche de Pancho qui habite en rase campagne. Une fois arrivé au bout de sa route, il restera pendant plusieurs années auprès de Pancho Elegantes où il fait la rencontre du jeune Pedro. Ici s’installe un nouveau « cercle vertueux » au milieu du champ de maïs. La vie des trois, puis des deux personnages, se passe entre la cabane de Pancho et le court au milieu des maïs.

20Ce cercle vertueux est de nouveau rompu par le retour de Tyle, le président directeur général de Winson Entreprise, qui décide de jeter son dévolu sur Pedro, jeune prodige du tennis. De nouveau, Max ne parvient plus à trouver un sens à sa vie. Il décide de rejoindre Pia en ville et assiste à la montée en puissance de Pedro qui devient le nouveau « Max Winson ».

21Cette montée en puissance et cette sorte d’échange de place est très bien montrée notamment à travers deux double-pages. Ainsi aux pages 118-119, Pedro est montré à la presse par Tyle. La scène se passe de tout dialogue et la narration iconique est suffisamment éloquente. Les quatre premières cases des deux premières bandes de la page 118, rigoureusement symétriques, marquent l’entrée du jeune Pedro dans le monde du spectacle sportif. Une première case donne le lieu : une enceinte sportive. Une deuxième case, fait du précédent lieu une scène digne des champs de foire. Tyle est à côté d’une effigie de Max qui cache Pedro. Dans la troisième bande composée d’une case unique, Tyle dévoile l’échange : Pedro prend littéralement et physiquement la place de Max. La case de chute de la page montrant une nuée de photographes ainsi que le geste de Tyle à la case précédente peuvent faire penser à une sorte de « mise en pâture » (image 5).

Image 5

Image 5

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.118-119

© Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau).

22À la page suivante, Pedro fait son premier match dans l’enceinte sportive montrée à la page précédente. Une série de huit petites cases de même format disposées sur deux bandes accélère le mouvement et montre la virtuosité du nouveau petit prodige. La stupéfaction de l’entraîneur adverse dans la première case de la bande 3 contraste avec la jubilation de Tyle dans la seconde case. La dernière case qui occupe à elle-seule la moitié de la page 119 montre un Pedro rageur, le poing serré. Cette image fait directement écho à la première case de la page 155 dans le premier volume dans laquelle Max Winson, enfant, entraîné par son père, affiche la même attitude.

23Enfin, les pages 124-125 (image 6) du second volume mettent en scène un rêve de Max. Les deux planches jouent une nouvelle fois avec le rythme. Une première case panoramique montre le champ de maïs, première aire de jeu pour Max et Pedro, survolé par quelques corbeaux de mauvais présage. Puis, le rythme s’accélère. Quatre cases oblongues décrivent la course de Max à travers les maïs à la poursuite des corbeaux. Dans les deux dernières cases, plus grandes, de la page 124, Max arrive au milieu d’une foule ébahie par le vol des charognards. La page 125 laisse découvrir une image quasi pleine page : les charognards tournent autour de la tête d’un Pedro géant agenouillé dans son nouveau « berceau ». Une nouvelle fois, cette image qui renvoie à la couverture du premier volume, montre Pedro « à la place » de Max.

Image 6

Image 6

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.124-125

© Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau).

24Pour ramener Pedro dans le droit chemin, c’est-à-dire celui du jeu et non de la compétition, Max demande à faire un match ultime contre lui. L’affrontement se transforme en rencontre et les deux joueurs retrouvent la joie de jouer ensemble. Spatialement, les deux joueurs semblent s’affranchir de l’enceinte qui n’a plus de prise sur eux. Le public qui n’a plus sa « place » dans le stade, dans la mesure où il n’agit plus sur le jeu et sur les deux joueurs, finit par quitter l’endroit. Les deux personnages prennent la main sur l’espace et sur leur destin.

Luttes de places, échange et match

25Le court de tennis est évidemment une aire de jeu très représentée dans les deux albums. Jérémie Moreau multiplie les vues obliques et zénithales. L’auteur exprime une véritable idéologie spatiale dans son récit. Le court dont l’étymologie latine, curtis, renvoie à un « espace clos » fait également penser à la notion géographique de « territoire ». Il s’agit alors d’un territoire coupé en deux par un filet dont les deux « habitants » s’octroient temporairement et alternativement une moitié du territoire.

Le court : un lieu, un territoire

26Dans le second tome, le court de tennis au milieu du champ de maïs réunit les trois composants d’une triangulation spatiale : l’aire de jeu et chacun des deux joueurs. Dans la continuité des travaux du géographe Olivier Lazzarotti relatifs à « l’habiter » (LAZZAROTTI, 2006, p. 269), un premier schéma peut être proposé (image 7). Il met en relation l’espace habité, l’habitant et la cohabitation. Si les liens qui constituent le cercle circonscrit à cette triangulation sont incomplets chez Lazzarotti, nous pouvons, dans le cas présent, en proposer un schéma finalisé qui ressemblerait à l’image 5. L’aire de jeu pratiquée est à concevoir comme un lieu d’échanges entre les deux joueurs.

Image 7

Image 7

Triangulation spatiale d’une aire de jeu

Schéma de l’auteur – Christophe Meunier

27À ce point précis de l’histoire, l’auteur ne fait intervenir aucun enjeu. Il ne s’agit pas de gagner ou de battre son adversaire mais de « spectacle, de style et d’élégance » (cf. t.2, p.22-23). Il s’établit alors entre les deux joueurs un échange qui doit être le plus long. L’idée est de rester le plus longtemps dans cette aire de jeu où l’on partage avec un partenaire, où l’on rentre en conversation.

28L’étymologie même du mot « conversation » montre qu’il est extrêmement bien choisi. Converser vient du bas latin conversari, cum-versari. C’est-à-dire habiter, pratiquer le même espace avec quelqu’un. La forme passive de versare, utilisée ici, renvoie à un mouvement, à une mobilité dans un espace, puisque que versare a le sens de « tourner ». Ainsi, converser c’est pratiquer, parcourir ensemble un même espace. Les pages 160-161, avec cette vue zénithale, témoignent d’une vraie conversation entre Pedro et Max. Le court est parcouru de part en part. Le texte dit alors :

« Tu peux parler fort, exhiber ton savoir, asséner tes arguments, brandir ta culture… Mais la conversation est à sens unique et tristement stérile. Au terme de l’échange, tu demeures exactement le même, tu n’as pas évolué d’un pouce. La rencontre n’a pas eu lieu.
Ou bien, tu peux laisser l’autre s’exprimer, l’écouter. Et alors te hisser sur la marche qu’il érige puis en poser une à ton tour. Vois la balle de tennis comme le lien qui te rattache aux autres. Cultive-le tant que tu peux. » (MOREAU, 2014b, p.160-161)

  • 4 On peut renvoyer le lecteur également à l’étymologie du terme « tennis » qui découlerait de la prat (...)

29La conversation que le vieux Pancho Elegantes veut voir s’établir entre ses deux joueurs est à la fois spatiale et mentale. Le jeu, au sens de game pour Guttmann (cf. supra), est un échange4 compris comme un va-et-vient incessant entre deux êtres mais également comme un enrichissement mutuel, un rapport communicationnel établi sur le don/contre-don (WINKIN, 1996).

L’enceinte sportive : autre espace, autres enjeux

30Sur les deux volumes, trois enceintes sportives sont représentées : celle du début du premier tome où se joue le Magnus Tennis Tournament, celle de la fin du premier tome dans la capitale du Vincera aux mains d’un dictateur et celle qui se trouve à la fin du second tome. Les trois enceintes sont conçues comme des « arènes » de par leur forme ovale ou par l’importance accordée aux tribunes (BOLZ, 2008). Les vues obliques montrent la faible part de l’espace global que prend l’aire de jeu. Finalement ce n’est pas ce qui s’y produit qui compte, mais bien davantage ce qui s’y joue. Ces enceintes sont de véritables « espaces de mise à mort » dans lesquelles le public est déjà acquis à la cause du vainqueur.

31Ces enceintes qui s’élèvent au cœur des villes sont encore des espaces clos dans lesquels une place majeure est accordée au public. Ce dernier apparaît comme un nouvel acteur dans la triangulation établie précédemment. Le rôle conféré au public est perceptible dès les premières pages du premier volume puisque c’est dans la boutique de coiffure que nous découvrons l’ambiance d’avant-match, la ferveur de la population, du plus jeune au plus âgé, qui décide d’adopter la coiffure stellaire de Max Winson.

32Mais d’autres opérateurs spatiaux sont également présents, ceux qui confèrent au public le rôle qu’il occupe dans l’enceinte puis à l’extérieur : les acteurs économiques. Autour de Max Winson, il existe une vaste compagnie financière qui vit des produits dérivés, qui discute des contrats publicitaires, qui orchestre la vie médiatique du « produit marketing » Max Winson (TRIBOU, 1996 ; OHL, 1994/95 ; LORET, 1993). À la tête de ces acteurs économiques, se trouve Tyle, le PDG de la Compagnie. Autour de Max, ces acteurs ont tous quelque chose de fellinien. Ils sont anguleux alors que Max est lisse et lunaire ; ils sont exubérants et explosifs alors que Max est renfermé sur lui-même et peu bavard. Tout est dans l’excès autour de lui, jusqu’au sponsoring si on en juge par la vignette 2 de la page 65 (t.1, p.65, b.3, c.2) :

« Figurez-vous que Max représente tellement, que si un sponsor avait le privilège d’apposer sa marque sur Max, il écraserait tous ses concurrents immédiatement. Si bien que chaque sponsor verse une somme à la compagnie Max Winson pour que nous n’acceptions justement aucun sponsor. » (MOREAU, 2014a, p.65)

33Pour conclure, la pratique des enceintes sportives pourrait être résumée par le schéma suivant (image 8). Ces équipements sont des vases clos, sortes d’éprouvettes, dont les acteurs économiques se servent pour créer une émulation entre des joueurs qui cherchent à tout prix le record et la vitesse de la « mise à mort », et un public qui met une pression sur les joueurs. La réaction chimique qui en résulte porte ses fruits à l’extérieur de l’enceinte par l’orchestration d’une vaste opération de merchandising. L’aménagement et la spatialité induite de ces enceintes, quasi lieu de séquestration des joueurs, semblent organiser l’enfermement du sport contemporain dans une logique commerciale et libérale. Regard fataliste ou accusateur de l’auteur ? Il semble cependant en accord avec les théories développées par un certain nombre d’historiens du sport (ARNAUD et TERRET, 1998 ; BALE et MOEN, 1995 ; PIZZORNI-ITIE, 1992 ; VERTINSKY et BALE, 2004).

Image 8

Image 8

Quadrangulation spatiale de l’aire de jeu dans le volume 1 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)

Schéma de l’auteur – Christophe Meunier

Être ou avoir

  • 5 « Angoulême 2014, l’interview de Jérémie Moreau » In 9emeart.fr, 11 février 2014. Disponible sur : (...)

34Interrogé par la revue en ligne 9ème art5 en février 2014, Jérémie Moreau expliquait que le sujet profond de Max Winson lui était venu à la lecture d’Albert Jacquard lorsque celui-ci écrit dans Le Compte-à-rebours a-t-il commencé ? : « Il faut arrêter de lutter contre les autres, il vaut mieux lutter contre soi, grâce aux autres ». La formule est d’ailleurs partiellement reprise dans le tome 2, à la page 161 : « Ne cherche plus à lutter contre les autres pour être meilleur, Max, mais deviens meilleur grâce à eux. Le tennis est un art. C’est un art de l’échange », dit Pancho Elegantes à Max. L’album semble ainsi opposer la logique primitive du jeu de paume, illustration du « game » défini par Guttmann (cf. supra) et la logique du sport moderne. Jérémie Moreau questionne la société de consommation et le système libéral qui ont transformé de manière significative le sport. Il interroge et souvent dénonce l’effet « d’idolâtrie et d’identification collective, la fonction grégaire ou consensuelle qui permet la massification et l’agrégation des meutes sportives derrière un leader, un meneur, une idole, un clan, une star, un club, un nous mythique et totémique » pour reprendre les propos de Jean-Marie Brohm. (BROHM, 2004).

35C’est bien plutôt aux travaux du psychanalyste américain Erich Fromm qu’il faut rapprocher l’idéologie présente dans ces deux ouvrages. En 1978, dans Avoir ou être : un choix dont dépend l’avenir de l’homme, Fromm rappelle que le choix entre Avoir et Être, ces deux notions contraires est au cœur de nos systèmes de pensées et de ceux des plus grandes religions monothéistes.

La tyrannie de l’avoir

36« Dans l’avoir, l’avenir est l’anticipation de ce qui deviendra le passé » écrit Fromm (FROMM, 1978, p.150). C’est une sorte de cercle vertueux dans lequel Ronald Winson a totalement élevé son fils Max. Dans la voiture qui le ramène au manoir Winson, Ronald fait le debriefing de la victoire que vient de remporter son fils (t.1, p.25, b.1 et 2). « Tu crois que tu peux te satisfaire de gagner tes matchs ? », lui dit-il. « L’objectif, c’est la perfection. Tant que tu ne gagneras pas tous tes matchs sans céder le moindre point, tu resteras imparfait. »

37Détenir le record, posséder la perfection absolue, accrocher un nouveau titre, accumuler les victoires : c’est dans cette dynamique là qu’a été élevé Max Winson. C’est son mode de vie dans le premier tome. C’est cette idéologie qui est à la base de la spatialité du volume intitulé volontairement « La Tyrannie ». La territorialisation telle qu’elle est vécue par Max Winson correspond à une volonté manifeste d’appropriation des espaces : il les domine autant qu’il domine ses adversaires (cf. page de couverture). La tyrannie de l’avoir dans laquelle se trouve immergée Max Winson le conduit à ne connaître que le plaisir d’avoir.

38Pour Fromm, le plaisir se définit comme la satisfaction d’un désir (FROMM, 1978, p.138). Ce plaisir est visible chez Max quand il entre sur le court au début du tome 1 et au moment de la victoire. Il s’agit d’un plaisir ponctuel qui ne déclenche qu’un pâle sourire sur le visage du champion.

39L’interview d’un de ses adversaires, Don Kohler, qui se met à gagner lorsque Max abandonne le circuit est une prise de conscience de ce qu’est l’existence de Max. Peu à peu, il comprend ce que l’Avoir égoïste produit sur les autres : « Il nous impose son jeu performant, puissant, depuis des années, et nous on subit, on subit… » dit Don Kohler, « C’est pas évident de garder l’envie » (p.89). L’accumulation d’un Avoir est assimilée à un Prendre aux autres à l’instar de vases communicants et comme le montre encore une fois la couverture du premier volume ce qui grandit Max miniaturise ses adversaires.

L’Être de l’échange

40A contrario, le second tome est la quête de l’Être. Cette quête est celle de réponses aux questions existentielles telle que celle rapportée par Fromm (FROMM, 1978, p.33) et extraite de l’évangile de saint Luc : « Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il se détruisait ou se perdait lui-même ? » (Luc, 9 : 25).

41C’est une fois arrivé à la cabane de Pancho Elegantes que Max rayonne et sourit. Il y parvient à partir de la page 82 après avoir passé l’étape essentielle du retour à ses racines. En effet, de la page 73 à 76, il apprend du vieillard qui était sa mère et quelle personne ignoble était véritablement son père. Cette découverte est pour lui comme une seconde naissance et la double-page 78-79 montre Max recroquevillé en position fœtale sortant de terre. Cette seconde naissance lui permettra de pouvoir être heureux.

42Les longs échanges qui sont entretenus avec Pedro sont des moments de joie saisis dans l’instant. Pour Fromm, la prise d’Être se fait dans l’immédiateté, ici et maintenant. La joie, que Fromm oppose au plaisir, est la « lumière resplendissante qui accompagne l’Être » (FROMM, 1978, p.138). Si le plaisir d’avoir pouvait se passer d’un lieu spécifique, la joie d’être est profondément liée à l’ici. C’est sur le court, dans la conversation qu’il entretient avec son partenaire, que Max Winson est heureux, dans un état d’euphorie qu’il lui appartient de maintenir ou d’interrompre. L’espace partagé avec son partenaire n’a pas de limites. Spatialement parlant, l’aire de jeu ne possède pas les frontières matérielles qui permettent de parler d’appropriation comme cela peut être le cas dans les enceintes sportives du premier tome. L’aire de jeu ouverte devient ici un lieu d’échanges et de rencontre et non un espace clos d’affrontement.

Conclusion

43Pour conclure, la série Max Winson, premier roman graphique réalisé entièrement par Jérémie Moreau, est une œuvre qui interroge à la fois le vivre-ensemble, l’esprit sportif et également « l’habiter ». Elle est un exemple de la façon dont notre existence est liée à notre façon d’être sur Terre, d’appréhender l’espace, de nous construire avec et dans les aires que nous traversons et que nous nous approprions, que nous occupons et que l’on aménage pour nous. La représentation des infrastructures sportives est intéressante dans la mesure où Jérémie Moreau y voit des « machines à consommer » et en fait les héritières des amphithéâtres antiques. À proximité des palestres, des gymnases et des stades, ces infrastructures étaient entièrement consacrées au spectacle, aux paris, aux concurrences d’écuries (VERNANT,1996).

44La logique de marché liée à la médiatisation est un sujet qui a su intéresser des géographes comme Jean-Pierre Augustin (AUGUSTIN, 2011) dans la mesure où elle modifie les rapports entre les pratiquants et l’espace pratiqué, imposant parfois de nouvelles règles pour rendre le jeu plus télévisuel ou en développant à la périphérie des grandes métropoles de vastes et coûteux équipements sportifs. Les réflexions actuelles de Jean-Pierre Augustin pourraient nous conduire à envisager une autre grille d’analyse sur les deux albums du corpus en portant notre regard non plus sur le personnage de Max Winson mais sur le public et sur le rôle des grands équipements sportifs dans les aires urbaines appréhendés potentiellement comme à la fois des aires de contention (retenant les individus contre tout débordement) et des aires de contentement (tenant ces mêmes individus en haleine).

Haut de page

Bibliographie

Corpus

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 1. La Tyrannie. Paris : Delcourt, 2014a.

MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2. L’échange. Paris : Delcourt, 2014b.

MOREAU, Jérémie. Max Winson, L’intégrale. Paris : Delcourt, 2016.

Bibliographie

ARNAUD, Pierre, TERRET, Thierry. (dir.). Le Sport et ses espaces. Paris : éditions du CHTS, 1998.

AUGUSTIN, Jean-Pierre. « Qu’est-ce que le sport ? Cultures sportives et géographie » In Annales de géographie. Vol.4, n°680, 2011, p.361-382.

AUGUSTIN, Jean-Pierre. « Les territoires émergents du sport » In Quaderni, 1998, n°34, p.129-140.

BALE, John, MOEN Olof. The Stadium and the city. Londres : Keele University Press, 1995.

BOLZ, Daphné. Les Arènes totalitaires. Hitler, Mussolini et les jeux du stade. Paris : éditions du CNRS, 2008.

BROHM, Jean-Marie. « La compétition, c’est la mort », Outre-Terre, 2004/3, n°8, p. 181 à 190. DOI :10.3917/oute.008.0181.

FROMM, Erick. Avoir ou Être : un choix dont dépend l'avenir de l'homme. Paris : Robert Laffont, 1978.

GILLMEISTER, Heiner. Tennis : a cultural History. New York : University Press, 1998.

GROENSTEEN, Thierry. Système de la bande dessinée. Paris : PUF, 1999.

GUTTMANN, Allen. Du rituel au record. La nature des sports modernes. Paris : L’Harmattan, 2006.

LAZZAROTTI, Olivier. Habiter. La condition géographique. Paris : Belin, 2006.

LEMOINE, Bertrand. Les stades en gloire. Paris : Gallimard,1998.

LORET, Alain et al. Sport et management. Paris : Dunod, 1993.

LUSSAULT, Michel. De la lutte des classes à la lutte des places. Paris : Grasset, 2009.

MEUNIER, Christophe. Espaces dans les livres pour enfants. Rennes : PUR, 2016.

OHL, Fabien. « La consommation de biens et services sportifs », Revue française de marketing, 1994/95, n°150, p. 17 à 33.

PETER, Jean-Michel, TETARD, Philippe. « L’influence du tourisme balnéaire dans la diffusion du tennis. Le cas de la France de 1875 à 1914 », Staps, 2003/2, n°61, p. 73 à 91.

PIZZORNI-ITIE, Florence. Les yeux du stade : Colombes, temple du stade. Paris Albaron, 1993.

SMOLDEREN, Thierry. « Graphic Novel/Roman graphique : la construction d’un nouveau genre littéraire », Neuvième Art, janvier 2006, n°12, p. 11 à 18.

TRIBOU, Gary. « La rationalisation économique d’un club sportif », Staps, mai 1994, n°34, p. 33 à 41.

VERNANT, Jean-Pierre. L’Individu, la mort, l’amour. Paris : Folio, 1996.

VERTINSKY, Patricia, BALE John. (dir.). Sites of sport. Space, Place, Experience. Londres : Routledge, 2004.

WINKIN, Yves. Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain. Bruxelles : De Boeck Université, 1996.

Haut de page

Notes

1 En 2013, Bernard Chambaz, Benoît Heimermann et Victor Robert, respectivement historien et journalistes sportifs, créent la revue Desports dont la ligne éditoriale s’intéresse à tous les jeux qu’ils soient de l’esprit et du corps.

2 Voir à ce sujet les travaux de Michel Peter et Philippe Tétart sur les prémices du tennis balnéaire en France à partir des cartes postales (PETER et TETARD, 2003, p. 73 à 91).

3 Son petit format et son nombre de pages dépassant le classique « 48CC » renvoient aux caractéristiques floues du roman graphique (SMOLDEREN, 2006, p. 11 à 18).

4 On peut renvoyer le lecteur également à l’étymologie du terme « tennis » qui découlerait de la pratique du jeu de paume. Le serveur avait coutume d’annoncer son envoi à l’adversaire comme pour amorcer un échange verbal. Le serveur criait « Tenez ! » invitant son adversaire à se saisir en quelque sorte de la balle. En ancien français, l’impératif du verbe tenir se prononçait : « Tenèts ». Le jeu de paume passa en Angleterre au XVIe siècle sous le nom de « court tennis » ; héritage à la fois de l’appellation française « courte paume » (jeu en salle) et de l’anglicisation de l’annonce des échanges.

5 « Angoulême 2014, l’interview de Jérémie Moreau » In 9emeart.fr, 11 février 2014. Disponible sur : http://www.9emeart.fr/post/interview/franco-belge/angouleme-2014-l-interview-de-jeremie-moreau-max-winson-1280

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.84-85
Crédits © Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Image 2
Légende MOREAU, Jérémie. Max Winson. 1-La tyrannie. Paris : Delcourt, 2014, ISBn : 978-2-7560-4331-9, couverture / MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, couverture
Crédits © Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Image 3
Légende Schéma spatiogénétique du volume 1 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)
Crédits Schéma de l’auteur – Christophe Meunier
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Image 4
Légende Schéma spatiogénétique du volume 2 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)
Crédits Schéma de l’auteur – Christophe Meunier
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Image 5
Légende MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.118-119
Crédits © Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Image 6
Légende MOREAU, Jérémie. Max Winson. 2- L’échange. Paris : Delcourt, 2014, ISBN : 978-2-7560-4332-6, p.124-125
Crédits © Jérémie Moreau/Delcourt (avec l’accord de Jérémie Moreau).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Image 7
Légende Triangulation spatiale d’une aire de jeu
Crédits Schéma de l’auteur – Christophe Meunier
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Image 8
Légende Quadrangulation spatiale de l’aire de jeu dans le volume 1 de la série Max Winson de Jérémie Moreau (2014)
Crédits Schéma de l’auteur – Christophe Meunier
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2327/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Meunier, « Échange de passe et lutte de places dans Max Winson de Jérémie Moreau », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2327

Haut de page

Auteur

Christophe Meunier

Professeur d’histoire-géographie à l’ESPE Centre Val de Loire/Université d’Orléans. Il est docteur en géographie, diplômé de l’ENS-LSH de Lyon. Il est chercheur associé au laboratoire InTRu de l’Université François Rabelais de Tours (EA6301). Ses recherches sont principalement dirigées vers la médiation spatiale et les transferts de spatialités à travers la littérature dessinée (albums pour enfants et bandes dessinées).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals