Navigation – Plan du site
Questionner les normes sociales à travers le sport

De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru

From violence to sport, from sport to violence: a graphic approach in Baru
Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut

Résumés

L’œuvre de Baru s’attache, selon ses propres mots, à redonner ses lettres de noblesse à la classe ouvrière. Pour ce faire, la dénonciation de la violence sociale dont elle est victime passe par la narration d’histoires de vie ou de destins de personnages en quête d’identité ou d’ascension sociale. Si l’usage du sport n’est pas systématique dans ses albums, néanmoins le football et la boxe y occupent parfois une place de choix. La violence sportive inhérente à ces pratiques s’y décline en fonction des différents âges de la vie : plutôt absente ou incidente pendant l’enfance, elle devient progressivement acceptée à l’adolescence, pour devenir un moyen conscient d’échapper au déterminisme social à l’âge adulte. Enfin, la mémoire de Baru lui permet, à travers la narration des différentes formes de violence, de faire revivre des évènements historiques qui peuvent constituer des sources dignes d’intérêt pour l’historien.

Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre de Baru s’attache à décrire les conditions de vie de la classe ouvrière, en particulier celles de la jeunesse, depuis l’enfance puis l’adolescence jusqu’à l’âge adulte avant la trentaine. Le sport n’en est pas forcément la thématique majeure, mais il est souvent un prétexte à l’illustration de certaines formes particulières de violence sociale. Baru s’intéresse aux destins et aux trajectoires de personnages issus de la classe ouvrière, qui souvent ont à affronter des violences ordinaires, celles du quotidien. C’est qu’il revendique son enfance et son adolescence de fils d’un sidérurgiste immigré italien au cœur de la cité ouvrière de Saint-Claire, à Thil, petite ville lorraine du Pays Haut, dans la région de Longwy. Si Baru met parfois en scène de façon autobiographique sa propre jeunesse, c’est qu’à l’instar de certains de ses (anti)héros, il se situe du côté des dominés, du côté de ceux qui subissent la violence sociale que leur inflige l’industrie, la politique, par le biais de discriminations ou d’exclusions de natures diverses. Cette dénonciation, qui s’effectue dès son premier album, paru en 1984, est déjà perceptible à travers son titre :

(…) Le présentateur du journal télévisé a eu du mal à annoncer le titre du meilleur premier album au festival d’Angoulême en 1984, « Quéquette Blues », parce que cela choquait. Parce que ça n’était pas évident et aussi parce que c’était très cru et que je mettais en scène une vulgarité, qui était une vulgarité que la bande dessinée s’était efforcée de chasser pendant très longtemps, c’était la vulgarité de la réalité sociale (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015).

2Dans les albums de Baru, la dénonciation de la souffrance sociale est un thème récurrent. A ce titre, le sport, en tant que « fait social total » (MAUSS, 1923, p. 274), devient souvent une thématique qui semble évidente à l’auteur. Souvent, mais pas toujours, la pratique sportive lui permet d’aborder la violence sociale sous un autre prisme, soit parce qu’elle permet de la dépasser voire de l’occulter, soit parce qu’elle en est un reflet fidèle, que l’auteur utilise en tant que métaphore ou vecteur symbolique : la violence sociale est-elle consubstantielle à la violence sportive ? Dans l’œuvre de l’artiste, les pratiques sportives et leurs représentations graphiques constituent une forme de kaléidoscope qui réfléchit tel un miroir, les problèmes, les difficultés et les impasses de la société française. Aventure individuelle mais aussi collective, le sport est à la fois lieu d’intégration et terrain d’exclusion, facteur d’émancipation et vecteur de discrimination. L’objet de cet article est double : il s’agit de montrer qu’à travers l’articulation de deux violences, l’une sociale, l’autre sportive, Baru s’inscrit dans un processus qui permet effectivement de mieux appréhender son rapport aux pratiques sportives en même temps qu’elles s’inscrivent dans un contexte historique et géographique situé. D’une pratique innocente et épurée durant l’enfance, l’auteur passe ensuite à un usage du sport moins idéalisé lors de l’adolescence, dans le sens où les usages compétitifs révèlent déjà les vices et dérives inhérents au haut niveau. Enfin, à l’âge adulte, la représentation de la violence sportive mise en scène par Baru contribue à dénoncer les violences sociales dans les contextes des Trente Glorieuses, de la guerre d’Algérie ou de la mondialisation. In fine, le deuxième objectif de cet article consistera à envisager les histoires dessinées par Baru comme des témoignages historiques, des sources dignes d’intérêt qui forgent une écriture visuelle et culturelle de l’histoire contemporaine des représentations (LAFFAGE-COSNIER, 2016 ; MARIE, 2016, p. 248).

  • 1 La distinction entre violence politique et violence sociale reste à discuter, car il existe une por (...)

3Afin d’illustrer notre réflexion, nous allons circonscrire notre propos à deux pratiques sportives majoritairement employées par Baru, le football et la boxe. Nous analyserons leur utilisation à travers plusieurs types de manifestation de la violence sociale : celle perpétrée à l’encontre de la classe ouvrière, qui se manifeste par des atteintes à ses conditions de vie, ou celle, plus politique1, qui opprime les immigrés italiens, polonais ou algériens des années 1950 et 1960 (NOIRIEL, 2007, 514-520), tout comme leurs descendants des années 2000. Pour ce faire, nous étudierons principalement cinq albums ou séries qui concernent chacune une période de sa jeunesse ou de celle de ses héros : l’enfance, avec la série des Années Spoutnik (1999-2003) ; l’adolescence, avec La piscine de Micheville (1985) Fais péter les basses Bruno (2010) ; l’âge adulte, avec les deux tomes de L’enragé (2004-2006) et Le chemin de l’Amérique (1990). Cependant, afin de pouvoir étayer nos propos, nous choisirons également de nous appuyer sur des épisodes de La piscine de Micheville, sur Quéquette Blues (Part ouane, Part tou et Part tri), et sur L’Autoroute du Soleil. Ces trois derniers albums nous permettront de nous livrer au comparatisme pour vérifier si la teneur de la violence sportive revêt des particularismes qui permettent de la distinguer d’autres formes de violence, ou si elle n’est pour les héros de Baru qu’un dérivatif, ou encore un atout supplémentaire dans leur tentative d’échapper au déterminisme social.

4Nous nous appuierons en outre sur trois entretiens semi-directifs avec Baru en 2014 et 2015 et surtout sur le troisième, plus long, mené en public dans le cadre du colloque international Bande dessinée et Sport de Besançon (2015).

Aux origines de l’imprégnation des violences sociale et sportive chez Baru

Quelques notions pour cerner la violence

  • 2 Certes, Max Weber a déjà formulé cette notion de violence légitime dans Le savant et le politique ( (...)

5Comment considérer la violence ? Il n’est évidemment pas question ici de faire une revue de la littérature historique ou sociologique de la question. Mais on peut noter avec Muchembled qu’il est possible depuis le Moyen-Âge de constater une double conception de la violence (MUCHEMBLED, 2008, page 21), l’une mise en œuvre par les institutions, telles que l’Etat ou l’Eglise, qualifiée de « légitime »2 ; l’autre, taxée d’« illégitime », est celle exercée individuellement contre les lois et la morale. Nous considérerons que la première forme de violence englobe très bien cette violence sociale infligée à la classe ouvrière décrite par Baru, alors que la violence sportive, plus individuelle chez ses personnages, répondrait davantage aux critères de cette violence « illégitime ». De surcroît, cette violence sportive paraît d’autant plus illégitime dans une société démocratique, qu’elle s’exprime dans des sports naturellement dominés dans l’espace des positions sociales (POCIELLO, 1999, p. 109-120). La violence sportive légitime s’exprimerait dans les compétitions et la codification, la violence illégitime serait à rechercher non pas dans la pratique proprement dite, mais dans l’environnement physique et humain, qu’il concerne les comportements des promoteurs, des entraîneurs, de l’entourage, du public…

6Bien entendu, notre parti-pris s’applique ici uniquement à l’œuvre de Baru, car on sait par ailleurs que penser la violence en sciences sociales du sport, c’est aussi raisonner en termes de transgression de la norme (LOUDCHER, 2006, p. 144-146). Vigarello (VIGARELLO, 2001, p. 7-9) distingue quatre versants de la violence sportive : la violence symbolique du sport, la violence directe des acteurs, la violence directe des spectateurs, la violence indirecte des uns et des autres visible à travers les accidents ou catastrophes. Si la bande dessinée est un formidable outil pour raconter les récits de vie, c’est bien la violence des acteurs qui trouve d’une case à l’autre les faveurs de l’artiste. Pour autant, les autres versants de la violence sportive évoqués par Georges Vigarello ne sont pas totalement absents des œuvres de Baru d’autant qu’il faut chercher, dans son parcours personnel, des éléments qui vont forger son imaginaire graphique de la brutalité sportive.

Les relations aux violences sociale et sportive d’Hervé Baruléa, à travers sa biographie

  • 3 Baru déclare : « C’était une formation pour laquelle j’avais des prédispositions, même si durant ma (...)
  • 4 Il est l’un des 748 signataires nationaux de la lettre adressée au Ministre de la culture en 2014 p (...)
  • 5 Nous remercions Baru de nous avoir spontanément et gracieusement offert d’utiliser les fichiers ori (...)

7Hervé Baruléa n’est pas naturellement prédisposé à devenir dessinateur et auteur de bande dessinée. Né en 1947 d’une mère bretonne et d’un père immigré italien, ouvrier sidérurgiste, il grandit dans la cité ouvrière Sainte-Claire de Thil où son père est employé à l’usine locale. Dans les souvenirs de son enfance, se côtoient des immigrés italiens donc, mais aussi algériens, polonais, ukrainiens, luxembourgeois… autant de personnages hauts en couleur qui peupleront plus tard ses albums. Il faut dire aussi que si, gamin, Baru est un grand lecteur de petits mickeys qu’il trouve dans la presse communiste comme Vaillant, ou dans ce qu’il qualifie lui-même de « BD de gare » comme Akim, il ne crayonne pas vraiment souvent. Sa vraie passion reste le football, qu’il pratique avec ses copains d’école, avant d’évoluer à l’adolescence dans les rangs de la J.S. Thil. Parce que son père a tout fait pour qu’il ne se retrouve pas lui non plus à l’usine, Baru, qui est un des rares fils d’ouvrier de sa génération à obtenir le baccalauréat, se retrouve en faculté de sciences. Mais ces études ne lui conviennent pas et il bifurque vers le Centre Régional d’Education Physique et Sportive (CREPS) de Nancy, où, à l’issue de sa formation, il devient professeur d’éducation physique et sportive, « un métier qu’il a adoré » (GRÜN, 2015)3. C’est pendant ses études de professeur d’EPS qu’il commence à dessiner, passion qu’il poursuit pendant ses années d’enseignement. Marqué par la mort de son père quelques années auparavant, en 1973, il décide de redonner le beau rôle à la culture ouvrière, voire à la culture syndicale par sa virtuosité graphique. C’est ainsi qu’il fait paraître Quéquette Blues, récit autobiographique de son adolescence en 1984, chez Dargaud. En fait, Baru ne quittera réellement son métier de professeur d’EPS qu’en 1991, lorsqu’un hebdomadaire japonais le sollicitera pour écrire ce qui deviendra L’Autoroute du soleil. Une vingtaine d’albums parus à ce jour lui sont crédités seul ou en collaboration. Son choix de ne pas être sous contrat avec un éditeur unique lui offre une certaine forme de liberté et lui évite une trop grande pression. Il a été récompensé à deux reprises par le prix du meilleur album au festival d’Angoulême (1991 et 1996) ainsi que par le grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre. Baru, à l’image de son positionnement visant à réhabiliter la culture ouvrière et au-delà, les plus démunis, est également un auteur engagé dans la défense de sa profession4. Convaincu que la bande dessinée est un problème de scénario et non de dessin5, il n’hésite pas au besoin à faire cohabiter l’évènement historique et la fiction, la biographie et la réalité romancée.

Entre violences sportives et sociales : la mise en image des âges de la vie chez Baru

Le football, nostalgie dessinée d’une enfance insouciante ?

8Les quatre tomes des Années Spoutnik (1999 à 2003) mettent en scène Igor et ses camarades de classe, des gamins d’une dizaine d’années qui fréquentent la même école primaire, celle de la cité de Saint Claire. L’appartenance géographique, qui façonne leur identité collective, sert de prétexte à une série d’affrontements entre deux bandes rivales, ceux de « Par-en-haut » contre ceux de « Par-en-bas ». Ces enfants, qui sont les fils des ouvriers travaillant dans la sidérurgie du Pays Haut, subissent de manière indirecte une violence dirigée vers leurs pères, car la crainte du chômage « divise, et fait ressortir ce qu’il y a de plus malsain, l’individualisme, la jalousie, l’envie » (BOURDIEU, 1993, p. 628). En effet, l’usine pouvait pallier les déficiences scolaires et procurer un travail aux enfants. Dans Boncornards Têtes de lard ! les ouvriers, victimes de conditions de travail difficiles, en viennent à démarrer une grève et à occuper leur usine menacée de fermeture. La fin de l’usine signifierait non seulement la perte de leur emploi, mais l’obscurcissement des perspectives d’avenir pour leurs enfants.

9Pour illustrer le conflit, l’usine menacée devient menaçante. À elle seule, elle occupe la moitié d’une page et semble dominer la troupe des CRS réquisitionnée pour procéder à l’évacuation des grévistes. En dessinant les représentants des forces de l’ordre de dos, tout en bas de la page, face à l’usine gigantesque et inquiétante, masse sombre qui tranche avec le ciel bleu et les drapeaux rouges symboles de la résistance, Baru renverse symboliquement le rapport de force. Pour cette fois, ce sont les ouvriers qui, momentanément, semblent dominer le conflit qui menace, de la même manière que dans L’Autoroute du soleil, les anciens sidérurgistes jubilent face au haut-fourneau qui refuse de céder aux charges de dynamite des artificiers (BARU, 1995, p. 9-11). Dans le même temps, les pratiques sportives réservées aux enfants de Boncornards Têtes de lard ! semblent les cantonner dans l’âge de l’innocence et les préserver des dommages de la vie sociale. Ici, la violence est accidentelle, car le sport, et surtout

Le football ça reste une pratique d’enfance. Malgré les turpitudes qui caractérisent le sport de haut niveau, comme le football, comme on peut le voir en ce moment, je pense qu’il y a beaucoup de gens qui restent attachés au football à cause de leur enfance, parce que quand ils étaient gamins, ils ont tapé avec leurs copains dans un ballon et que c’est cette fraicheur-là, cet immense bonheur-là, après lequel on court longtemps (GRÜN, 2015).

10Ici, pas de mesquinerie ni de tricherie, les violences sont presque systématiquement accidentelles, ou éventuellement provoquées par un excès de motivation (image 1).

Image 1 : La violence accidentelle de l’enfance

Image 1 : La violence accidentelle de l’enfance

BARU. Les Années Spoutnik tome 1 - Le penalty, Paris : Casterman, 1999

© Baru/Casterman. (avec l’autorisation de Baru)

  • 6 Hervé Baruléa dans une interview accordée à Claude André dans « Du sport dans les livres », La Citr (...)

11On pourra ici faire mention de cette violence indirecte évoquée par G. Vigarello (VIGARELLO, 2001). Pour contrebalancer ces excès d’agressivité, mêmes fortuits, Baru use d’un langage d’initié, (Le penalty page 36, strip 4 en entier) pour mettre en valeur son héros Igor. A l’âge de l’enfance, le football en reste à cet état de sport purifié vanté par les pouvoirs publics (BODIN, ROBÈNE, HÉAS, 2004, p. 15). En restituant ses souvenirs de prime jeunesse, auxquels la patine du temps confère sans doute un aspect mythique, Baru fait de la pratique sportive un antidote aux maux de la classe ouvrière. Mais par ricochet, cette planche de salut n’est réservée qu’aux enfants et non à leurs parents, victimes d’une violence sociale qui s’exerce par le biais des conditions de travail à l’usine et de la précarité professionnelle, auxquels ils sont soumis. Pour autant, dresser trop naïvement un tableau de la pratique insouciante du sport durant l’enfance n’est pas toujours pertinent dans l’œuvre de Baru. En effet, pour le dessinateur : « Le sport ce n’est rien d’autre que le résultat de l’impérieuse nécessité qui veut qu’on fasse d’un chiot un chien : il faut qu’il s’agite »6. A l’aune de cette réflexion, si nous relisons Les années Spoutnik, cette chronique d’une enfance dessinée, on trouve de nombreuses scènes d’agitations entre gamins frondeurs et téméraires des cités de la Vacherie ou « Par-en-haut » et ceux de « Par-en-bas ». Dans cette perspective, la pratique du football semble s’inscrire dans une tradition ancestrale, traduction d’une forme d’agitation emprise de rivalités et de violences. Chez ces gamins, l’exercice du football n’était donc pas simplement une mode ou un jeu car leur expérience du ballon rond n’avait rien à voir avec celle que nous connaissons aujourd’hui. Elle n’était pas normée, il n’y avait pas de tenue réglementaire... Dans Les années Spoutnik, Baru développe tout un arsenal codifié d’affrontements allant de l’insulte raciste aux bagarres individuelles. Pour le dessinateur : « Tout cela contribuait à la socialisation définitive de ces garçons de 10-11 ans, c’est-à-dire à la canalisation de leur énergie hormonale » au seuil de l’adolescence. En dessinant les cases de l’album, l’artiste réalisait que

  • 7 Ibidem

cette pratique sauvage du foot ne proposait rien d’autre qu’un lieu où s’apaisaient les conflits. Quand ceux de « Par-en-haut » battaient ceux de « Par-en-bas », les choses étaient claires, jusqu’à la fois suivante...7

12On retrouve donc dans Le penalty, quelque chose d’une tradition ancestrale qui renvoie à l’expression d’une rivalité.

  • 8 Ibidem

Ce qu’il faut savoir (…) c’est que le football et le rugby, avant qu’ils ne se séparent, viennent d’une pratique antérieure qu’on appelait la soule. La soule c’était deux villages qui s’affrontaient avec une balle ou une boule qu’il fallait amener d’un village dans l’autre. L’espace d’affrontement était monumental et tous les coups étaient permis, c’était le moment où tout le monde réglait ses comptes 8

13Elément de dramatisation du récit, le match de foot chez Baru semble donc cacher « une forme de ritualisation virile (les filles en sont exclues) des pratiques sportives liées à l’enfance à moins que ce ne soit une façon de donner du sens à une forme d’héroïsme individuel lié à l’insouciance de l’enfance à l’image fantasmée de la statue d’Igor représenté en gardien de but sur la place du village ? » (MARIE, 2016, p 249).

14Dans l’œuvre de Baru, les enfants ne sont pas directement affectés par la violence illégitime exercée par l’Etat et les institutions. Ce sont bien leurs parents qui en subissent les différentes formes, qui s’opérationnalisent à travers les fermetures d’usine, la crainte du chômage, l’absence d’une perspective d’avenir non seulement pour eux, mais pour leurs enfants. Ces derniers, avec l’insouciance qui les a longtemps caractérisés dans la littérature occidentale, ne semblent pas posséder une conscience avérée de ces dangers économiques et sociaux, même s’ils ne sont pas forcément dupes (DELALANDE, 2010, p. 71). La violence qu’ils utilisent dans leurs jeux et pratiques sportives, leur permet aussi de s’évader du quotidien de leurs parents, matérialisé par l’usine et le foyer. Pour illégitime qu’elle soit, la violence juvénile est ici caractérisée par la recherche de profits symboliques, comme gagner ou être le héros de sa cité, ou d’un sentiment d’appartenance à une communauté juvénile. Le sport n’est qu’un des moyens, certes privilégié, d’exprimer une violence somme toute encore innocente. En effet, cet oxymore exprime que le fait de gagner ou de perdre relève bien souvent de la violence symbolique inhérente au sport, évoquée par Vigarello (VIGARELLO, 2001), mais que cette dernière est utilisée sans que les enfants aient pleinement conscience de la portée de leurs actes.

15On peut relever aussi que les violences que les enfants s’infligent entre eux, parce qu’elles s’inscrivent dans un cadre géographiquement, spatialement et temporellement situé, sont perçues par eux-mêmes comme légitimes : la conquête d’un territoire ou l’embuscade dans Boncornards têtes de lard !, ou la bagarre dans la cours d’école dans Le Penalty. Ces agissements perpétrés par leurs adversaires, s’ils sont considérés comme des agressions par les « Par-en-haut » comme par les « Par-en-bas », s’inscrivent dans les représentations normées de leur existence sociale. Ils appellent réactions et représailles, mais ne sont pas assimilés pour autant à des formes d’injustice. A l’inverse, les châtiments corporels infligés par l’autorité professorale ne renvoient pas aux mêmes perceptions de la part des enfants. Récurrents dans l’œuvre de Baru, qu’il s’agisse de l’instituteur dans Bip Bip !, de l’enseignant surnommé « le vieux » dans La piscine de Micheville ou dans Quéquette Blues Part. Tou, la violence « légitime », en tout cas exercée par l’autorité, est perçue comme immorale et inacceptable de la part des enfants et jeunes adolescents. Sachant que la révolte contre l’autorité n’est guère possible à cet âge, c’est en maniant l’humour et la dérision que les jeunes héros de Baru expriment leur ressentiment :

  • 9 Baru. « Le vieux ». La piscine de Micheville, p. 37-41 pour l’édition Les Rêveurs, 2015.

Bref, pour finir, après que ce soit moi qui me soit fait tabasser en début d’après-midi, on a été tout à fait rassuré… Le vieux était toujours le vieux, il était pas malade, et on avait pas fini de nous faire taper dessus. On avait eu peur.9

16En fait, à une perception plutôt innocente des violences que les enfants s’infligent entre eux, s’opposent des représentations antagonistes, qui dénoncent celles, pourtant considérées comme légitimes par leurs parents, que leur administre l’autorité personnifiée par le corps enseignant.

Le temps de l’adolescence : vers la mise en scène des dérives violentes de la compétition sportive

17Plus tard, à l’âge de l’adolescence, le sport que dessine Baru dans La piscine de Micheville (1985) demeure le football, mais cette fois-ci sous forme compétitive, en tant que membre de l’équipe de la J.S. Thil. En raison de ses qualités, l’auteur se voit propulsé dans la catégorie supérieure à son âge, dans le monde des adultes. Certes, ce sont de jeunes adultes, des footballeurs d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années. Mais dans ce contexte, le sport est désormais débarrassé de sa pureté originelle et désormais inévitablement soumis aux excès et vicissitudes liés par essence à la pratique compétitive, selon certains auteurs, comme Jean-Marie Brohm (BROHM, 1992, p.179-186), Jacques Ulmann (ULMANN, 1989, p. 9-13) ou Claude Pujade-Renaud (PUJAD-RENAUD, 1974). Lorsqu’elles s’effectuent dans le monde adulte, l’auteur abandonne les codes et valeurs liés à l’âge de l’innocence pour illustrer les pratiques sportives :

Moi, je ne savais même pas que le sport existait. Il y avait quelque chose qui existait, c’était cette chose ronde, gonflée, dans laquelle on mettait des coups de pied. Pour moi, le sport c’était le foot. Je n’envisageais même pas, je ne savais même pas qu’il y avait autre chose, notamment qu’on puisse jouer avec un ballon à la main (GRÜN, 2015).

18Néanmoins, force est de reconnaître que pour vecteur de dévoiement qu’il soit, le football est également porteur de vertus pour Baru. Il fait office d’agent de socialisation, il permet de renforcer son sentiment d’appartenance et de façonner son identité, sportive comme sociale. Ici, le propos est moins de s’appuyer sur la pratique sportive pour dénoncer la violence, que d’utiliser le ballon rond en tant que dérivatif, pour s’échapper du contexte socio-économique d’une région qui commence à devenir sinistrée. Dans sa façon de représenter le football, le dessinateur a façonné son style, et notamment le dynamisme qui caractérise son dessin.

Je pense que si je n’avais pas fait les études de prof de gym que j’ai faites, j’aurais eu beaucoup plus de mal à représenter le corps en mouvement… et à arriver à synthétiser suffisamment la formation pour que ce corps soit réellement en mouvement (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

  • 10 On retrouve ces comportements déviants des supporters dans Fais péter les basses Bruno !, p. 91-94.

19Dans l’épisode « Protège-tibias » extrait de La piscine de Micheville, Baru donne à voir la brutalité sportive inhérente au sport de compétition et au football en particulier, telle qu’elle est dénoncée par les historiens et sociologues du sport (BROHM, 1992). Qu’il s’agisse des comportements déviants des supporters10, des brutalités commises par les joueurs dans le cadre du jeu ou en périphérie de celui-ci avec le déclenchement de bagarres générales, le temps de la pratique enfantine dénuée de violence est désormais révolu. On fera ici référence à deux formes de violence évoquées par Vigarello (VIGARELLO, 2001), toutes deux directes, celle des acteurs et celle des spectateurs.

20Donc effectivement, au moment de l’adolescence, Baru s’appuie sur la violence sportive qui existe dans la pratique du football. Elle correspond à cette pratique belliqueuse en vigueur depuis des siècles, qui voit les jeunes mâles asseoir leur identité et affirmer leur appartenance au monde des adultes (MUCHEMBLED, 2008 p. 32-34). Mais elle n'est pas exacerbée, elle constitue simplement le reflet fidèle de la mémoire de l’auteur. Le mouvement, si perceptible dans le dessin de Baru, lui permet de retranscrire les actions de jeu et de les faire vivre en direct au lecteur, grâce à une connaissance du corps humain que ne possède pas forcément l’ensemble de ses confrères (image 2). Il imprime ainsi à tel point sa marque particulière dans cette mise en scène singulière des corps sportifs (LAFFAGE-COSNIER, LOUDCHER, VIVIER, 2015, p. 129-140), que l’on peut le qualifier de « dessinateur du corps en déséquilibre » (MARIE, 2016, p 258).

Après, au niveau de la dynamique du corps humain, on apprend toujours, au niveau de notre cursus, que la marche, c’est juste une chute rattrapée, c’est-à-dire que pour marcher, il faut d’abord tomber. Et après on compense, on met le pied devant. Et la course, c’est pareil. Et une fois que vous savez tout cela, mais pas seulement savoir avec sa tête, c’est-à-dire l’avoir ressenti, l’avoir vécu, l’avoir pratiqué, eh bien quand il s’agit de faire quelqu’un qui marche dans une petite case comme ça, c’est qu’il va falloir trouver la juste position des différents constituants de l’anatomie du corps humain, pour signifier qu’un personnage est en train de marcher, vite, lentement, en ayant peur, etc. Après il y a autre chose qui se greffe là-dessus. Mais franchement, je pense que si je n’avais pas fait ces études-là, jamais je ne dessinerais comme je dessine aujourd’hui, avec le dynamisme qui éventuellement, on me l’a assez répété, caractérise mon dessin (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

Image 2 : Le corps en mouvement

Image 2 : Le corps en mouvement

BARU. La piscine de Micheville, Baru, 1985, Paris :Dargaud

©Baru/Dargaud/Les Rêveurs. (avec l’autorisation de Baru)

21Il est indéniable que le style de Baru, façonné par des années de dessin, s’est affiné. On peut distinguer une réelle sobriété dans le dessin. Ni traits pour évoquer un déplacement d’énergie ou des corps en mouvement, ni onomatopées pour illustrer une gestuelle ou le commentaire du sportif en plein effort, comme cela peut être visible chez nombre de ses confrères (VIDELIER, 2016, p. 29-34). Pour autant, la violence des coups ou des chutes, qu’elle soit fortuite pendant l’enfance ou provoquée durant l’adolescence, est bien ressentie en tant que telle par le lecteur. Cependant, il existe aussi une autre forme de violence sportive liée à la compétition et au fait de gagner de l’argent facile. Dans Fais péter les basses Bruno, Baru signe une œuvre singulière. Si la bande dessinée se présente comme un hommage aux films noirs du cinéma français des années 1960-70, elle nourrit tout de même une réflexion sur les pratiques sportives dans le cadre du processus de la mondialisation. Le parcours du jeune Slimane, jeune africain doué pour le football est ici révélateur. Il va venir en France (clandestinement), attiré par un horizon doré que lui promettent les recruteurs et touristes européens. C’est l’appât de l’argent plus que l’amour du sport qui motive l’exil. Le personnage est alors confronté à différentes violences marqueurs d’une réalité sociale. Le propos de l’artiste rejoint celui de Jean-Marie Brohm pour qui

les affrontements sportifs, surtout en football, dopés par les enjeux financiers extravagants et exacerbés par les rivalités nationales ou régionales, débouchent de plus en plus fréquemment sur de graves actes de violences sur les terrains (injures racistes, agressions délibérées, blessures) et sur des débordements criminels dans les gradins et autour des stades. Il suffit de suivre attentivement la chronique des incidents, échauffourées, bagarres, provocations, émeutes liées au football pour comprendre qu’il ne s’agit plus d’un « jeu », mais bel et bien d’une forme de guerre civile ou de haine militante » (BROHM, 2013)

22Raconter le parcours de Slimane s’inscrit dans les thématiques de l’univers du dessinateur :

les ‘gens de peu’ ne possèdent pas beaucoup d’outils pour échapper à leur condition sociale, au déterminisme dans lequel ils sont plongés. S’ils ne sont pas instruits, ils ne peuvent posséder que leur corps pour s’en sortir. Il ne leur reste que la capacité à faire souffrir leur propre corps

23Cette considération se lit dans le dessin. En effet, dès les premières planches de l’album, notre regard est d’abord guidé par celui d’un spectateur puis nous sommes plongés au cœur de l’action sportive. La composition des planches qui fonctionne sur le principe du champ/contre champ permet de montrer le corps de Slimane, toujours en déséquilibre, exultant, flottant, volant et dansant avec le ballon dans la poussière de son village africain. Graphiquement, Baru cherche à montrer la virtuosité du jeune homme qui suscite l’intérêt d’un recruteur. Impressionné par la qualité technique du jeune Slimane, monsieur Traoré lui fait miroiter un horizon doré en l’invitant à venir en France. L’image d’après, nous voyons le visage de Slimane entouré d’une masse noire épaisse regarder le ciel. Ses yeux brillent. En une seule case, Baru résume ici le fantasme du « rêve européen » de nombreux jeunes africains, virtuoses du ballon rond. Avec Fais péter les basses Bruno ! Le dessinateur s’autorise une certaine forme de récréation en considérant le sport dans le cadre de la mondialisation (image 3). Les problématiques d’exclusion, de précarité, de culture exclusive peuvent se lire dans la figuration d’un imaginaire lié aux pratiques sportives les plus populaires comme le football et la boxe.

Image 3 : L’Eldorado européen ou le football mondialisé

Image 3 : L’Eldorado européen ou le football mondialisé

BARU. Fais-péter les basses, Bruno !, Paris : Futuropolis, 2010, p.92

©Baru/Futuropolis. (avec l’autorisation de Baru)

24Le sport devient la métaphore d’une violence sociale située. Baru dénonce avec virulence ces processus de violence illégitime, qui s’expriment dans des rapports de domination des opportunistes sur les naïfs, des pervertis sur les innocents, des fanatiques sur les rêveurs. Que ce soient les spectateurs, les agents de sportif, les investisseurs, aucun ne trouve grâce à ses yeux face aux jeunes sportifs qui pratiquent pour le plaisir ou poursuivent un rêve.

25De même, en dehors du sport, la violence qui se manifeste durant le temps de l’adolescence ne bénéficie plus systématiquement de la même indulgence que Baru témoignait sur celle qui se produisait durant l’enfance. De bienveillant, son regard devient conciliant. Dans Quéquette blues Part. Ouane, lorsque se produit une rixe entre les copains d’Hervé et la bande des Polacks, une immense tâche de sang qui recouvre tout le visage de Kader, victime d’un coup de boule, ne permet plus d’en distinguer les reliefs et les contours (image 4). La bagarre générale qui a éclaté entre bandes rivales, qui trouve son origine dans les comportements racistes et les provocations de deux groupes, voire deux communautés, bénéficie encore de quelque indulgence, car la violence s’exprime à armes égales, par le biais du langage, de la gestuelle et des coups. Parce que ces jeunes sont tous des fils d’immigrés appartenant à la classe ouvrière, Baru la traite avec distanciation, voire humour, chacun des adolescents exhibant ses blessures comme un fait d’armes et comme une manifestation de son appartenance au groupe des pairs. A nouveau, cette forme de violence illégitime relève davantage de la chronique que de la dénonciation. On peut poser l’hypothèse que Baru la considère comme moins dangereuse que celle qui s’exerce dans un rapport de domination, comme celle que Slimane subit dans Fais péter les basses Bruno !

Image 4 : Violence communautariste, violence raciale

Image 4 : Violence communautariste, violence raciale

BARU. Quéquette blues part ouane. Paris : Casterman, 1984, p.40.

©Baru/Casterman (avec l’autorisation de Baru).

L’âge adulte : le sport comme métaphore d’une violence sociale souvent historiquement située

26A l’âge adulte, la violence sportive devient plus évidente dans l’œuvre de Baru. Le football cède la place à la boxe, qui devient une métaphore de la violence sociale.

La violence qui caractérise la boxe est en phase complète avec la violence qui est faite à ces gens-là, qui ne peuvent faire autrement que de choisir ce moyen-là pour essayer d’échapper aux violences qui leur sont faites. D’une manière un peu plus simple, en gros il y a deux sports, c’est la boxe et le vélo, où ce sont des sports de souffrance. Et généralement, le recrutement de ces sports-là, est à peu près le même : des gens qui n’ont pas d’autre moyen que ceux-là pour essayer d’échapper à leur souffrance (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

  • 11 Baru est lui-même conscient de cet oubli de l’histoire, ainsi que le révèle son témoignage : « A l’ (...)

27Que ce soit dans Le chemin de l’Amérique (1990) ou dans les deux tomes de L’enragé (2004 et 2006), on retrouve ici la violence directe des acteurs (VIGARELLO, 2001). La boxe est violente car elle permet à ses héros d’espérer échapper à une destinée elle-même brutale. Chez les adultes, la boxe n’est plus un jeu, elle est « une pratique savamment sauvage », notamment dans le milieu professionnel où le but est de « tuer l’adversaire » (WACQUANT, 2002, p. 19-20). Dans Le Chemin de l’Amérique, Baru se transforme en passeur d’histoire à défaut d’historien, en témoignant par son œuvre de l’histoire franco-algérienne à travers un récit de vie singulier. De fait, son scénario prend pour point de départ un témoignage oral délivré par l’un des protagonistes qu’il met en scène. La collecte de ce témoignage pourrait servir de base à un travail scientifique tel qu’il est mené actuellement par nombre d’historiens (DESCAMPS, 2001, p. 223-249). Elle permet de revenir sur un évènement longtemps passé sous silence. En effet, le dénouement du scénario repose en grande partie sur les évènements du 17 octobre 1961, la répression conduisant à l’assassinat de plusieurs dizaines d’Algériens à Paris. Organisé par les services du préfet de police de la Seine, Maurice Papon, ce massacre a pourtant été occulté par la mémoire collective (MANCERON, 2012)11, au « profit » des évènements de Charonne du 8 février 1962. La boxe est le prétexte à la restitution de cet évènement historique, même si la trajectoire de Saïd Boudiaf, en partie inspirée de celle du boxeur algérien Chérif Hamia, a été romancée. Il faut reconnaître que le scénario de Baru précède de plusieurs années les principaux travaux historiques relatifs à cette question, comme ceux de Gilles Manceron (MANCERON, 2012 p. 65-89) ou Sylvie Thénault (THÉNAULT, 2000, p. 70-76). Le scénario lui permet également de livrer avec précision les mécanismes de levée de l’impôt révolutionnaire prélevé par le Front de Libération Nationale (F.L.N.). Ici également, le héros, Saïd Boudiaf, est victime d’une violence que la boxe lui permet de surpasser. Néanmoins, c’est la violence infligée par ses propres compatriotes (Mc KINNEY, 2008), en tous cas ceux qui président aux destinées du F.L.N., qui semble l’affecter le plus.

28En effet, si les sarcasmes racistes sont vécus comme autant d’humiliations par le héros, ils semblent peser d’un poids moins lourd que ces tentatives de le rallier contre son gré à la cause indépendantiste algérienne, sinon idéologiquement, au moins financièrement. Baru, qui, à raison, cite d’autres sportifs algériens renommés, comme le footballeur Mekhloufi, qui se sont ralliés à la cause du F.L.N. (FRENKIEL, 2007, p. 136-139) prend à cœur des évènements qui ont affecté durablement sa propre histoire de vie. Il utilise d’ailleurs ces références à la levée par le F.L.N. de l’impôt révolutionnaire ou au recrutement des jeunes Algériens des cités industrielles dans les rangs des Fellaghas dans Boncornards, Têtes-de-lard ! (2003). Par ailleurs, dans les quatre tomes des Années Spoutnik sont visibles sur les murs des cités ouvrières des inscriptions siglées « F.L.N. ». En effet, pour Baru, le conflit algérien est un évènement qui, à plus d’un titre, a façonné son identité.

  • 12 Nous procédons à dessein à la retranscription intégrale d’un extrait assez long, qui montre toute l (...)

De la guerre d’Algérie ? C’est plus qu’un souvenir, c’était probablement un traumatisme pour moi, c’était que… un truc tout con, c’est qu’il y avait les cités, qui étaient un peu à l’écart de la ville, comme la cité de Saint Claire et au fond, à la Vacherie, il y avait des Algériens qui habitaient là-bas. Et pendant la guerre d’Algérie, cela a été un théâtre assez violent, parce que vous savez qu’il y a eu un conflit avec le FLN, donc il y a eu des assassinats qui ont eu lieu dans les cités et ensuite, notamment la pression émanant du FLN qui voulait obliger les gens à payer l’impôt révolutionnaire quand ils étaient en France. Et donc, quand ils refusaient malgré tout, il y avait donc des exécutions, et moi j’ai été réveillé plusieurs fois par des tirs, des mitraillettes et tout… et il y a eu trois quatre morts comme ça aux cités de Saint Claire et l’autre truc c’est certainement un peu plus tôt parce que c’est un peu plus confus, c’est … devant moi, je revenais du marché de Villerupt avec mon père, on remontait à pied par les cités et là, il y avait un bistrot qui était tenu par un Algérien, et là il sort de chez lui, j’étais là, je regardais, et il y a un gars qui traverse la route, comme ça, je le vois encore en image comme ça, et j’entends un claquement sec, le gars qui tombe dans le caniveau, le sang qui commence à couler comme ça… C’est terrifiant !!! C’est terrifiant, c’est une image qui m’a hanté, et je l’ai d’ailleurs dans un autre album… qui était peut-être « Vive la classe », je crois… Donc, j’ai utilisé ce truc-là. Et après plus tard, j’ai appris que c’était un gars qui ne voulait pas payer l’impôt révolutionnaire, qui avait été abattu comme ça. Moi je voyais aussi tous les copains de ma génération qui étaient des Algériens… Et je voyais leurs grands frères qui un jour n’étaient plus là, ils étaient partis, ils étaient partis pour se battre en Algérie, ça pour moi, l’Algérie, c’était quelque chose de très concret, j’étais dedans, et je commençais à avoir la trouille, j’avançais en âge et je me disais : « si ça ne finit pas, je vais devoir y aller ». Et je crois que j’ai gardé, avec cet évènement-là, un rapport qui fait que je voulais faire quelque chose sur la guerre d’Algérie12(GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

29Même si les souvenirs de Baru ne répondent pas forcément à une chronologie précise, ils sont suffisamment ordonnés pour constituer le ferment de réflexions qui trouvent leur prolongement dans différents albums. Son témoignage permet de mieux appréhender un de ses objets majeurs de préoccupation. Dans Le chemin de l’Amérique, le personnage de Saïd Boudiaf s’efface presque devant la noirceur de l’évènement historique. La violence décrite par Baru, c’est celle que l’histoire (au sens de discipline académique) inflige aux hommes, davantage que celle que le déterminisme social leur administre.

Mon sujet c’était la guerre d’Algérie. Et là-dedans la boxe venait pour représenter toutes les contradictions de l’époque. A savoir que lui ne voulait pas qu’on parle de la guerre d’Algérie, il est lui-même algérien, lui se considère comme hors du jeu. La thèse du « Chemin de l’Amérique » c’est : de toute façon, on n’échappe pas à l’histoire. L’histoire vous rattrape toujours (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015).

30Si l’excellence sportive de Saïd Boudiaf lui permet de répondre de manière singulière à l’expression du racisme quotidien, ce n’est pas le cas pour tous les héros de Baru. D’autres ne comptent que sur leur débrouillardise, comme Karim Kemal dans L’Autoroute du soleil. Pourtant, on ne décèle pas de réelle différence dans le traitement que l’auteur inflige aux racistes de tous bords, que ce soient les orateurs de « L’élan National Français », le docteur Raoul Faurissier ou ses sbires, dessinés les traits crispés, le regard haineux et le verbe xénophobe (BARU, 1995, p. 20-21 et 91). En effet, le dessin comme les injures ne sont en rien dissemblables de ceux employés pour caractériser les protagonistes du Chemin de l’Amérique. Cette forme de violence légitime de l’Etat, qui se double d’une violence illégitime de la part des nationalistes de tous bords, ne trouve jamais grâce aux yeux de Baru. Simplement, dans le cas de Saïd Boudiaf, la résistance à cette violence s’exacerbe dans sa trajectoire sportive, alors que dans celui de Karim Kemal, ses armes résident dans son intelligence, sa vivacité, son charme et son à propos.

31Le scénario de L’enragé, lui, n’est pas explicitement inspiré d’une quelconque biographie. Davantage que dans Le chemin de l’Amérique, les deux tomes, surtout le premier, placent la boxe au centre du récit. Par contre, il parait évident que si aucune référence historique n’est clairement établie, la dénonciation à laquelle procède Baru est celle d’une violence perpétrée par la société en direction des classes les plus démunies. Pour appuyer son propos, la boxe tient une place de choix, même si le fait sportif n’est pas directement le seul moyen d’ascension sociale. A nouveau, le dessinateur fait usage de sa connaissance avérée des techniques corporelles, due à son observation participante, voire à sa participation observante (SOULÉ, 2007, p. 127), durant ses années d’études et d’enseignement (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015).

C’est une trajectoire. Celle d’un gamin, un écorché, qui ne supporte pas les violences qui lui sont faites et qui va réagir en utilisant la seule chose dont il dispose, à savoir son corps et la capacité qu’il a à souffrir avec ce corps-là. (…) Son ami l’avocat, est d’origine algérienne alors que le boxeur est d’origine polonaise. Du coup, j’ai inversé le truc, c’est-à-dire que l’un s’en sort avec ses poings alors que l’autre s’en sort avec sa tête. Après, c’est comment la jonction des deux va faire qu’au bout du compte, l’un et l’autre comprennent que leur trajectoire a ceci en commun et qu’en fait, ils sont le produit de la société de maintenant, à savoir que pour échapper aux violences qui leur sont faites, il faut payer le prix, et le prix est élevé (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

32Ce prix élevé se ressent dans L’enragé à travers la virulence des échanges et des coups. Dans le tome 1, page 34, le héros, Anton Witkowsky dit Witko, fait subir une série de K.O. à ses adversaires, que l’on perçoit gisant ou s’écoulant sur le sol du ring lors de cinq combats différents dans les cinq premières vignettes (image 5).

Image 5 : La virulence des K.O

Image 5 : La virulence des K.O

BARU. L’enragé. Tome 1, Paris : Dupuis, 2004, p.34.

©Baru/Dupuis (avec l’autorisation de Baru).

33Dans les deux derniers strips de la page, constitués chacun d’une seule vignette, Witko, narquois, s’amuse à défier un adversaire d’un gabarit bien supérieur. Les mains dans le dos, il le nargue. Dans le dernier strip, Baru joue de l’effet Carpentier (POCIELLO, 1998, p. 158-159), un effet de théâtralisation sportive, qui consiste à opposer deux adversaires dont les traits physiques et stylistiques sont en tous points dissemblables (image 6). La boxe se prête bien à cet effet de communication stylistique, tout comme elle est un support propice au débordement des normes autrefois en vigueur dans le neuvième art. Ainsi, comme d’autres de ses collègues, l’auteur, rompt à l’occasion de ces combats avec l’organisation classique de la planche et outrepasse les conventions narratives de la bande dessinée (PORRET, 2016 p. 86-89).

Image 6 : L’effet Carpentier

Image 6 : L’effet Carpentier

BARU. L’enragé. Tome 1, Paris : Dupuis, 2004, p.34.

©Baru/Dupuis (avec l’autorisation de Baru).

34Mais si dans le tome 1 le lecteur assiste à l’ascension sportive d’Anton Witkowsky, illustrée par sa capacité à esquiver les coups des adversaires pour mieux porter les siens, dans le second tome, le prix à payer est personnel. Pour accéder à la ceinture de champion du monde, avant lui-même de pouvoir asséner ses uppercuts, crochets et directs à son adversaire, Witko subit la domination du boxeur noir américain Mike Evans. Les quatre strips de la page 26, qui chacun constituent à eux seuls une vignette unique, donnent à voir un boxeur subissant et encaissant.

  • 13 A titre de comparaison, dans Le chemin de l’Amérique, on dénombre seulement 31 vignettes sur 363 co (...)

35Le dessin sobre de Baru, dans lequel n’apparaît nul trait pour souligner la vitesse des mouvements, grâce à une étude fine des postures de chaque protagoniste, fait ressentir la violence des coups. La dernière vignette, qui exhibe le visage tuméfié de Witko, permet de jauger cette violence physique qu’il vient de subir, illustrée par les doigts de l’arbitre qui le compte. De surcroît, on assiste, comme le souhaite le dessinateur, à une répartition différente des vignettes consacrées à la boxe. Si l’on choisit arbitrairement celles où l’on voit Anton Witkowsky ou ses adversaires revêtir leurs gants rouges, on constate que le tome 1 lui consacre 96 vignettes sur 523, soit 18%, alors que le tome 2 ne lui accorde que 38 vignettes sur 418, soit la moitié (9 %)13. Cette disparité correspond à la volonté d’illustrer l’accession du héros à la célébrité dans un premier temps, marquée de ce fait par l’emploi conséquent de cette violence physique sur le ring. Par contre, la déchéance du héros, suivie de sa rédemption, se caractérise par une violence sportive moins distribuée dans le temps, qui s’estompe au profit de l’oppression sociale et judiciaire.

  • 14 Si on procède à une nouvelle comparaison avec Le chemin de l’Amérique, la couleur rouge est bien mo (...)

36L’emploi de la couleur rouge permet de mieux appréhender l’évolution du dessin. Depuis qu’il a cessé de collaborer avec son fidèle coloriste Ledran, à l’occasion du tome 2 de L’enragé en 2006, l’auteur avoue qu’on retrouve beaucoup moins de noir dans son dessin, tout simplement parce que, contrairement à ses débuts, il commence à dessiner en pensant à la couleur (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015). L’utilisation de la couleur rouge vif est caractéristique de la violence sportive illustrée dans les deux tomes de L’enragé. Bien davantage que dans ses autres albums, Baru procède à une sur-utilisation de cette couleur14. Dans le tome 1, seules deux pages sur les 69 illustrées ne comportent pas cette couleur rouge-vif, parfaite métaphore de cette violence sportive qui s’exacerbe sur le ring. Dans le tome 2, ce sont neuf pages seulement sur 58 qui ne comportent pas cette même teinte rouge, que l’auteur utilise également pour dessiner le sang qui coule. Or, comparativement, le spectacle des blessures est très peu visible. C’est réellement là que réside la puissance d’évocation du dessinateur : grâce à l’emploi de la couleur, il a le pouvoir de suggérer le caractère féroce des combats. Les pages 30 et 31 du tome 2 sont exemplaires de ce constat : le rouge y est omniprésent, des gants de chaque protagoniste au short de l’adversaire de Witko, des chemises des hommes de coin aux cordes du ring (image 7). C’est cet emploi de la couleur qui souligne la dramaturgie évoquée par Baru au sujet de la boxe.

Image 7 : Rouge violence

BARU. L’enragé. Tome 2, Paris : Dupuis, 2006, p.30-31.

©Baru/Dupuis. Illustrations publiées avec la gracieuse autorisation de Baru

37Or, dans les autres albums, ceux des Années Spoutnik par exemple, si l’emploi de cette couleur rouge vif n’est certes pas absent, son utilisation est bien davantage modérée. Tout se passe comme si Baru usait de cet effet artistique de manière délibérée pour caractériser les turpitudes de la violence sportive, mais réservée à l’âge adulte.

  • 15 Baru confirme lui-même que les traits de ses personnages se sont affinés avec le temps et qu’il emp (...)

38En conclusion, il apparaît que les procédés stylistiques (tels que l’emploi modéré ou oblitéré de traits pour donner l’illusion du mouvement, de l’action ou de la vitesse), l’utilisation de la couleur, l’évolution du dessin de l’auteur15 sont autant de paramètres qui permettent à Baru non seulement d’inclure les différents degrés de violence sportive dans ses scénarii, mais également de permettre au lecteur de les appréhender dans le temps. En effet, au fil des années et des albums, il est possible d’établir des distinctions entre les différentes périodes de la vie d’un homme et de les corréler à l’utilisation des pratiques sportives. Ces dernières, quasiment dépourvues de violence volontaire au cours de l’enfance, deviennent de plus en plus agressives au cours de l’adolescence puis de l’âge adulte. De même, le football et la boxe relèvent de statuts différents : au ballon rond, une fonction d’exutoire ou de compensation ; au noble art, une fonction de métaphore de la cruauté sociale, qui ne peut être exempte des coups, du sang et des blessures physiques, mais aussi psychologiques. Dans l’œuvre de Baru, sa pratique favorite, le football, cède le pas à la boxe, plus à même de répondre à son dessein de scénariser les violences sociales et politiques.

(…) Quand j’ai utilisé la boxe dans « Le chemin de l’Amérique », je l’ai utilisée en tant que vecteur symbolique, en tant que métaphore d’une violence. La violence que subissait ce boxeur sur le ring, c’était une violence que subissaient les autres immigrés lors de la guerre d’Algérie. De la même manière que la violence dans le deuxième bouquin, « L’enragé », c’était une violence qui était faite à tous les gens qui sont dans les cités, qui sont confinés dans ces logements-là, et donc lui choisit de souffrir pour échapper à cette condition-là. Ce qui s’est passé entre les deux, c’est que la première fois je l’ai utilisé comme vecteur (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015)

39Cet usage de la boxe, noble art que Baru a pratiqué durant ses études, même si c’était de manière éducative et limitée dans le temps, permet de mieux saisir les contradictions de l’intégration par le sport (GASPARINI, 2005, p. 253 -255), que ce soit pour Saïd Boudiaf ou Anton Witkowsky. La boxe n’est qu’une métaphore pour caractériser le destin d’individus qui tentent d’échapper à deux formes de violence, celle, légitime, infligée par l’Etat ou le déterminisme social et l’autre, illégitime, véhiculée par les individus de tous bords, politiciens, miliciens, promoteurs, managers, spectateurs… En ce sens, les trajectoires incarnées par les boxeurs que sont Saïd Boudiaf et Anton Witkowsky ne sont pas si différentes de celle de Karim Kemal dans L’Autoroute du Soleil. Pour les deux premiers, la boxe est un média pour répondre à la violence, mais un média combiné à leur intelligence, leur débrouillardise, leur capacité d’adaptation. Autant de qualités présentes chez Karim Kemal et sans doute exacerbées chez ce personnage, car il ne peut compter sur ses qualités sportives pour échapper à la violence qui le cerne.

Conclusion

40A travers l’articulation d’une violence sociale de fait, « légitimement » imposée par l’Etat, et d’une violence souvent plus individuelle et considérée comme « illégitime » (MUCHEMBLED, 2008), Baru donne toute leur humanité à ses personnages. Il est possible de discerner des degrés d’utilisation particulière de la violence sportive, à travers deux indicateurs précis qui se croisent. Le premier concerne la distinction entre les pratiques sportives employées : la violence active des acteurs (VIGARELLO, 2001) est effectivement moins marquée dans le football que dans la boxe, même si la violence active des spectateurs l’est tout autant. Mais de ce fait, la boxe est davantage utilisée par Baru, souvent en tant que métaphore, pour illustrer les pérégrinations de ses héros de papier à travers les arcanes de la réalité sociale. A l’inverse, le football, parfois dépourvu de violence volontaire avant l’adolescence, est employé en tant que dérivatif à ce déterminisme social qui emprisonne les parents des jeunes héros et leur permet d’esquiver une conscience aiguë de la pression économique environnante. Le ballon rond est donc conçu comme une échappatoire, parfois comme un moyen d’affirmer un sentiment d’appartenance à une bande de gamins, qui s’oppose à une autre bande : il est la traduction rituelle géospatiale de la cité ouvrière qui oppose les « Par-en-haut » et les « Par-en-bas ». La boxe, quant à elle, est assimilée à un moyen de revanche. Comme le confirment les entretiens menés avec Baru, le football de l’enfance est un football de la naïveté et de l’innocence, caractéristiques dont est dépourvue la boxe. C’est donc à la jonction de la toute fin de l’adolescence, pour la fin des illusions juvéniles, et de l’entrée de plain-pied dans la réalité adulte que le dessinateur et scénariste revêt les gants, davantage pour la pratique du pugilat que celle du noble art.

41On pourra considérer que chez Baru, c’est souvent la violence légitime qui est la plus difficilement supportable chez ses héros, qu’elle prenne les traits de l’autorité enseignante pour les enfants et les adolescents, du chômage, de la colonisation ou de l’oppression chez les adultes. En revanche, la violence illégitime revêt des degrés différents : lorsqu’elle se manifeste par des conflits et bagarres entre catégories sociales identiques, que ce soient les enfants ou adolescents entre bandes rivales, les footballeurs ou les boxeurs pendants leurs matches, les communautés entre elles, Baru en narre les différents épisodes avec un regard amusé et presque tendre, comme par exemple dans l’épisode Charly Gaul dans La piscine de Micheville.

42C’est lorsque la violence illégitime s’exprime sous la forme de domination d’une classe ou d’un groupe social sur un autre que Baru manifeste son aversion la plus totale, par le graphisme comme par le verbe. Que Saïd Boudiaf ou Karim Kemal ou les copains d’Hervé soient victimes des racistes, des intolérants, des rigides, qu’Antoine Witkowsky ou Slimane soient la proie des magouilleurs, les adolescents et enfants de l’autorité professorale, les ouvriers des CRS, Baru fait en sorte de fournir à ses héros les solutions pour que, momentanément au moins, ils trouvent la parade et s’opposent aux exactions dont ils sont victimes. Finalement, si la violence sportive est un excellent révélateur d’une forme de résistance à la violence sociale, elle n’est dans l’œuvre de Baru qu’un procédé efficace qui vient compléter la panoplie des subterfuges utilisés par ses héros, intelligents souvent, innocents parfois, lucides, engagés afin de résister au déterminisme. En somme, l’excellence ou le défoulement sportif ne seraient que des atouts supplémentaires qui complèteraient l’arsenal des attributs intellectuels ou sociaux que sont la débrouillardise, la ruse ou la clairvoyance.

43Au terme de ce parcours, nous pouvons admettre que les récits de vie mis en scène par Baru, parfois autobiographiques ou biographiques, constituent de véritables sources graphiques pour les historiens (LAFFAGE-COSNIER, 2014, p. 100-101). Parce que l’album intitulé Le chemin de l’Amérique paraît en 1990, qu’il met en lumière les évènements du 17 octobre 1961 alors encore largement occultés par l’historiographie, on peut considérer que Baru est un précurseur dans cette reconstitution. D’autre part, la description de la vie dans les cités ouvrières de la sidérurgie lorraine, les chroniques qui retracent la séparation des sexes, les rapports à l’immigration, à la réception du conflit algérien chez ces populations, à la culture communiste, aux loisirs ouvriers… sont autant de matériaux qui peuvent être croisés avec d’autres pour les historiens contemporains.

44Autrement dit, à la lecture de l’œuvre de l’auteur, on s’aperçoit que se dessine l’histoire des immigrés dans la société française, du monde ouvrier historique aux banlieues pauvres et modernes, dont les travailleurs sont réduits à la marge économique, sociale et désormais spatiale. Chez Baru, la recherche graphique de leurs pratiques sportives, dont découlent des dérives brutales, se transcrit comme la métaphore d’une intégration fragile et met subtilement en lumière les violences auxquelles ils sont confrontés quotidiennement.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

BARU. Quéquette blues. Paris : Dargaud, 1984-1986.

Quéquette blues part ouane. Paris : Dargaud, 1984. 46 p. ISBN : 2-205-02633-X.

Quéquette blues part tou. Paris : Dargaud, 1985. 47 p. ISBN : 2-205-02932-0.

Quéquette blues part tri. Paris : Dargaud, 1986. 47 p. ISBN : 2-205-03385-9.

BARU. La piscine de Micheville. Dargaud, 1985. ISBN : 2-205-02939-8

BARU. Le chemin de l’Amérique. Scénario de Jean-Marc Thévenet, Paris, Albin Michel, 1990.

BARU. L’autoroute du soleil. Paris : Casterman, 1995. 426 p. ISBN : 2-203-37206-0.

BARU. Les années Spoutnik. Paris : Casterman, 1999-2003.

Le penalty. Paris : Casterman, 1999. 48 p. ISBN : 2-203-38931-1.

C’est moi le chef. Paris : Casterman, 2000. 47 p. ISBN : 2-203-38955-9.

Bip bip !. Paris : Casterman, 2002. 54 p. ISBN : 2-203-38974-5.

Boncornards, Têtes de lard !. 2003. Paris : Casterman, 2003. 45 p. ISBN : 2-203-39006-9.

BARU, THÉVENET Jean-Marc et LEDRAN Daniel. Le chemin de l’Amérique. Paris : Albin Michel, 1990. 45 p. ISBN : 2-226-03970-8.

BARU. L’enragé. Paris : Dupuis, 2004-2006.

Tome 1. 2004. Paris : Dupuis, 2004. 70 p. ISBN : 2-8001-3543-3.

Tome 2. 2006. Paris : Dupuis, 2006. 61 p. ISBN : 2-8001-3800-9.

Entretiens

GRÜN, Laurent. Entretien semi-directif avec Hervé Baruléa, 10 juillet 2015 à Nancy.

GRÜN, Laurent. Entretien semi-directif avec Hervé Baruléa, 29 septembre 2015 à Metz.

GRÜN, Laurent, LOUDCHER, Jean-François et THIÉBAUT, Michel. « Entretien avec Baru ». Entretien avec Hervé Baruléa, réalisé le 26 novembre 2015, dans le cadre du Colloque international Bande dessinée et Sport. Besançon, 26 et 27 novembre 2015.

Ouvrages et articles scientifiques

BODIN, Dominique (dir.). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, 206 p. ISBN : 2-7027-0697-5.

BODIN, Bodin, ROBÈNE, Luc et HÉAS, Stéphane. Sports et violences en Europe. Conseil de l’Europe, 2004, 249 p. ISBN : 92-8715-510-0.

BOURDIEU, Pierre (dir.). La misère du monde. Paris : Seuil, 1993, 1463 p. ISBN : 978-2-7578-5152-4.

BROHM, Jean-Marie. Sociologie politique du sport. Nancy : Presses universitaires de Nancy, 1992, 399 p. ISBN : 2864805618.

BROHM, Jean-Marie. « Le spectacle sportif une aliénation de masse » [en ligne]. La sociale, analyses et débats pour le renouveau d’une pensée de l’émancipation, 2013 [consulté le 1er novembre 2016]. Disponible sur le Web. URL http://la-sociale.viabloga.com/news/le-spectacle-sportif-une-alienation-de-masse

CRETTIEZ, Xavier. Les formes de la violence. Paris : La Découverte, 2008. 120 p. ISBN : 978-2-7071-5363-0.

DAVISSE Annick et LOUVEAU Catherine. Sport, école et société. La part des femmes. Joinville-le-Pont : Actio, 1991, 344 p. ISBN : 2-296-36293-1.

DELALANDE, Julie. « Comment des enfants et des adolescents voient-ils les âges de la vie ? ». Le Télémaque. 2010, n° 37, p. 71-81. ISBN : 978-2-841-33358-5.

DESCAMPS, Florence. L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation. Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 pages. ISBN : 9782110953780.

FRENKIEL, Stanislas. « Les footballeurs du FLN : des patriotes entre deux rives ». Migrations Société. 2007, n° 110, p. 121-139. ISBN : 0995-7367.

GASPARINI, William. « Les contradictions de l’intégration par le sport ». In FALCOZ, Marc et KOELBEL, Michel (dir.). Intégration par le sport : représentations et réalités. Paris : L’Harmattan, 2005, p. 243-260. ISBN : 2-7475-8571-9.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien, LOUDCHER, Jean-François, VIVIER, Christian. « Créations, déformations et mouvements du corps sportif chez Pellos : des cases sous influences mythologiques ». In GUILLAUME, Isabelle, LANDOT, Aymeric, LEROY LADURIE, Irène et MARTINE, Tristan (dir.). Les langages du corps dans la bande dessinée. Paris : L’Harmattan, 2015. ISBN : 978-2-336-39595-1.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. « Les archives de l’humour : de la jubilation au dégoût ». STAPS. 2014, n° 106, p. 100-101. ISBN : 978-2-804-19403-1

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. « La bande dessinée. Une source pour l’historien du sport ? ». Communication orale lors de Strasbulles, 9ème festival européen de la bande dessinée de Strasbourg, 10-12 juin 2016.

LOUDCHER, Jean-François. « Penser la violence en sciences sociales du sport ». In TRUAN, F. (dir.). Sport and violence. Cadiz : Pablo de Olavide, 2006, p. 141-149.

MANCERON, Gilles. « La triple occultation d’un massacre ». In PÉJU Marcel et Paulette. Le 17 octobre des Algériens. Paris : La Découverte, 2012, 204 p. ISBN : 978-2-7071-7344-7.

MARIE, Vincent. « Sport et cultures populaires dans l’œuvre de Baru ». In MELANÇON, Benoît et PORRET, Michel. Pucks en stock. Chêne Bourg : Georg éditeur, 2016, p. 247-263. ISBN : 978-2-8257-1041-8.

Mc KINNEY, Mark. « The Algerian War in Road to America (Baru, Thévenet and Ladran) ». In Mc KINNEY, Mark. History and Politics in French-Language Comics and Graphic Novels. Jackson : University Press of Mississippi, 2008, p. 139-165. ISBN : 978-1-6047-3004-3.

MUCHEMBLED, Robert. Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Age à nos jours. Paris : Seuil, 2008, 490 p. ISBN : 978-2-02-081845-2.

NOIRIEL, Gérard. Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées. Paris : Fayard, 2007, 717 p. ISBN : 978-2-213-63001-4.

POCIELLO, Christian. Sports et sciences sociales. Histoire, sociologie et prospective. Paris : éditions Vigot, 1999, 223 pages. ISBN: 2 7114 1415 9.

POCIELLO, Christian. « Sur la dramaturgie des sports de combat ». Communications. Le spectacle du sport. 1998, n° 67, p. 149-164. ISBN : 2-02-035425-X.

PORRET, Michel. « Veille à ta garde, Johnny ! L’imaginaire de la boxe dans la bande dessinée ». In MELANÇON, Benoît et PORRET, Michel. Pucks en stock. Chêne Bourg : Georg éditeur, 2016, p. 63-99. ISBN : 978-2-8257-1041-8.

PUJADE-RENAUD, Claude. Expression corporelle, langage du silence. Paris : Les éditions sociales françaises, 1974, 128 p.

SOULÉ, Bastien. « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales ». Recherches qualitatives. 2007, n° 27, p. 127-140. ISSN : 1715-8705.

THÉNAULT, Sylvie. « Le fantasme du secret d’état autour du 17 octobre 1961. Matériaux pour l’histoire de notre temps ». Le secret en histoire. 2000, n° 58, p. 70-76. ISBN : 2-901658-08-3.

ULMANN, Jacques. De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physique. Paris : Vrin, 1965 (1989 pour la présente édition), 501 p. ISBN : 2-7116-0713-5.

VIDELIER, Philippe. « Mens sana in corpore sano : les corps en mouvement de la bande dessinée ». In MELANÇON, Benoît et PORRET, Michel. Pucks en stock. Chêne Bourg : Georg éditeur, 2016, p.19-37. ISBN : 978-2-8257-1041-8.

VIGARELLO, Georges. « Préface ». In BODIN Dominique (dir.). Sports et violences. Paris : Chiron, 2001, p. 7-9. ISBN : 2-7027-0697-5.

WACQUANT, Loïc. Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Seconde édition revue et augmentée. Marseille : Agone, 2002. 287 p. ISBN : 2-7489-0011-1.

WEBER, Max. Le savant et le politique. Paris : Plon, 2002. 224 p. ISBN : 978-2264031594

Haut de page

Notes

1 La distinction entre violence politique et violence sociale reste à discuter, car il existe une porosité entre les limites de l’une et de l’autre (CRETTIEZ, 2008, p. 11-12). Pour la clarté de notre propos, on considérera que lorsqu’un groupe syndical ou politique exerce des pressions sur un ou plusieurs individus, il s’agira de violence politique.

2 Certes, Max Weber a déjà formulé cette notion de violence légitime dans Le savant et le politique (1919), p. 97 pour l’édition 1959. Néanmoins, nous utiliserons la classification de Muchembled dans la mesure où il exploite davantage la comparaison entre ces deux formes de violence.

3 Baru déclare : « C’était une formation pour laquelle j’avais des prédispositions, même si durant ma formation, j’ai compris ma douleur. Mais j’ai découvert que le vrai luxe, c’était de ne pas passer ma vie à la gagner » (GRÜN, 2015). Baru est presque gêné d’avouer que la profession de professeur d’EPS lui laissait beaucoup de temps libre, il a l’impression de « cracher dans la soupe ». Mais tout, au cours de l’entretien, indique que ce métier « le plus excitant pour la relation à l’autre » l’a fortement marqué et que ses années d’enseignant ont pour lui été merveilleuses.

4 Il est l’un des 748 signataires nationaux de la lettre adressée au Ministre de la culture en 2014 par les auteurs de BD. Ces derniers, partant du constat que beaucoup d’entre eux ne peuvent plus vivre de leur profession, en appellent à des mesures en leur faveur. Dans le cadre d’une action plus locale, Baru a été l’actif membre du comité de soutien de son collègue Yann Lindingre, renvoyé de l’école des Beaux-Arts de Metz au printemps 2007.

5 Nous remercions Baru de nous avoir spontanément et gracieusement offert d’utiliser les fichiers originaux des vignettes et strips qui accompagnent cet article.

6 Hervé Baruléa dans une interview accordée à Claude André dans « Du sport dans les livres », La Citrouille, revue des Librairies jeunesse, n°47, juillet 2007.

7 Ibidem

8 Ibidem

9 Baru. « Le vieux ». La piscine de Micheville, p. 37-41 pour l’édition Les Rêveurs, 2015.

10 On retrouve ces comportements déviants des supporters dans Fais péter les basses Bruno !, p. 91-94.

11 Baru est lui-même conscient de cet oubli de l’histoire, ainsi que le révèle son témoignage : « A l’époque où j’avais mis ça en scène, les 9/10e de mes lecteurs sont tombés sur le cul, en allant dire « de quoi vous parlez ? ». Je ne sais plus comment, peut-être au détour d’un essai d’un historien, j’avais découvert cet évènement-là. Mais parce que tout cela ça a été masqué pendant très longtemps par les morts du métro Charonne. Et donc la mémoire française, peut-être que ça l’arrangeait bien de mettre ça en avant, surtout chez les communistes ». (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015).

12 Nous procédons à dessein à la retranscription intégrale d’un extrait assez long, qui montre toute la force et le côté émouvant des choix et de l’engagement de Baru dans ses scénarii.

13 A titre de comparaison, dans Le chemin de l’Amérique, on dénombre seulement 31 vignettes sur 363 consacrées à la boxe avec le port des gants. Cela tend à démontrer que la boxe n’est pas le sujet central, mais la métaphore de la violence, ici « politique » infligée au héros.

14 Si on procède à une nouvelle comparaison avec Le chemin de l’Amérique, la couleur rouge est bien moins utilisée. Les gants de boxe ne sont pas forcément de cette couleur, ils peuvent être verts ou noirs. Quatre uniques pages sur 45 en tout montrent l’emploi de gants de couleur rouge et la couleur utilisée est bien moins vive que dans les deux tomes de l’Enragé.

15 Baru confirme lui-même que les traits de ses personnages se sont affinés avec le temps et qu’il emploie désormais davantage de couleurs chaudes (GRÜN, LOUDCHER & THIÉBAUT, 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : La violence accidentelle de l’enfance
Légende BARU. Les Années Spoutnik tome 1 - Le penalty, Paris : Casterman, 1999
Crédits © Baru/Casterman. (avec l’autorisation de Baru)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-1.png
Fichier image/png, 391k
Titre Image 2 : Le corps en mouvement
Légende BARU. La piscine de Micheville, Baru, 1985, Paris :Dargaud
Crédits ©Baru/Dargaud/Les Rêveurs. (avec l’autorisation de Baru)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-2.png
Fichier image/png, 496k
Titre Image 3 : L’Eldorado européen ou le football mondialisé
Légende BARU. Fais-péter les basses, Bruno !, Paris : Futuropolis, 2010, p.92
Crédits ©Baru/Futuropolis. (avec l’autorisation de Baru)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-3.png
Fichier image/png, 847k
Titre Image 4 : Violence communautariste, violence raciale
Légende BARU. Quéquette blues part ouane. Paris : Casterman, 1984, p.40.
Crédits ©Baru/Casterman (avec l’autorisation de Baru).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Image 5 : La virulence des K.O
Légende BARU. L’enragé. Tome 1, Paris : Dupuis, 2004, p.34.
Crédits ©Baru/Dupuis (avec l’autorisation de Baru).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Image 6 : L’effet Carpentier
Légende BARU. L’enragé. Tome 1, Paris : Dupuis, 2004, p.34.
Crédits ©Baru/Dupuis (avec l’autorisation de Baru).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende BARU. L’enragé. Tome 2, Paris : Dupuis, 2006, p.30-31.
Crédits ©Baru/Dupuis. Illustrations publiées avec la gracieuse autorisation de Baru
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2345/img-7.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Grün, Vincent Marie et Michel Thiébaut, « De la violence au sport, du sport à la violence : une approche graphique chez Baru », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2345

Haut de page

Auteurs

Laurent Grün

Professeur agrégé et Docteur en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Il est chercheur associé au Centre de Recherche Universitaire en Histoire (CRULH) de Metz. Ses thèmes de recherche sont l’histoire de l’éducation physique et du sport, particulièrement le domaine de l’entraînement. Mais il s'intéresse aussi au corps et à la gestuelle, notamment dans la musique rock et la bande dessinée.

Vincent Marie

Professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée Philippe Lamour de Nîmes, docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au LERASS-CERIC, Université de Montpellier III. Réalisateur de films documentaires sur la bande dessinée, il est également co-directeur avec Nicole Lucas de la collection « Enseigner Autrement » aux éditions Le Manuscrit.

Michel Thiébaut

Docteur en Histoire Ancienne et chargé de cours à l’Université de Franche-Comté. Spécialiste des bandes dessinées de fiction historique (notamment Les passagers du vent de François Bourgeon), il travaille essentiellement sur la question de la représentation de l’Histoire par l’image au sein du Laboratoire ISTA « Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité » (EA 4011) de l’Université de Franche-Comté.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals