Navigation – Plan du site
Redéfinir les normes corporelles sportives

Des sportifs embarqués dans l'aventure en canoë

Narrations visuelles et normes sociales
The sportsmen embarked in the canoe adventure : visual narrations and social norms
Antoine Marsac

Résumés

Cet article traite de la façon dont l’introduction de la bande dessinée dans des publications spécialisées dans le canoë met en avant les normes des pratiques aventureuses et leur évolution au cours du XXe siècle. A partir d’un corpus d’œuvres amateures publiées de 1930 à 2000, l’analyse se concentre sur les « narrations visuelles » (UHL, 2015). Quels sont les procédés utilisés par les auteurs pour décrire l’univers normatif d’un sport d’aventure ? En s’appuyant sur les concepts de la sociologie de l'image, trois ensembles sont analysés : les règlements et l’éthique des politiques sportives puis le corps et le genre et enfin, le rapport aux espaces naturels. Il s’agit de montrer, par l’intermédiaire des supports, qu’une évolution s’opère à partir des années 1980, passant des représentations liées à un imaginaire prométhéen relevant d’exploits sportifs à l’aventure ordinaire de nouveaux publics captifs (femmes, enfants). Les dessins illustrent les effets de touristification des cours d’eau et de libre accès de tous à la nature.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Hergé, Tintin L’oreille cassée, 1993 (rééd. version couleur 1943), Casterman. 62p. ISBN-10: 2203001 (...)
  • 2 Job, Derib et Dominique Yakari et le Coyote, album n°12, Lombard, 1986, 48p. ISBN 2-203-30312-3.

1Pour beaucoup de nos contemporains, le canoë fait son apparition dans les couvertures de Tintin dans L’oreille cassée1 puis de Yakari et le Coyote2. Mais d’une manière générale, les adeptes de bande dessinée sont familiers des héros embarqués à l’instar d’Astérix et Obélix coulant dans leur esquif… Cependant, l’objectif de ce texte est d’analyser les œuvres amateures montrant cette activité que l’on peut définir comme un sport autant qu’une aventure. La pratique consiste à « naviguer sur une embarcation propulsée à la pagaie » (MARSAC, 2015, p. 316) appelant des représentations propres aux sports aventureux : quête de l’ailleurs, dépassement de soi. Dès lors, on s’intéresse ici aux publications sur le canoë à travers la déconstruction des normes produites par les auteurs de planches dédiées à ce sport. Il s’agit d’étudier cette mise en bande dessinée durant sept décennies (1930-2000) par des auteurs qui ont immortalisé les exploits des canoéistes. Si, dans la bande dessinée belge, la figure de l’aventurier ou de l’indien en canoë demeure omniprésente, qu’en est-il de l’aventure ordinaire en canoë à travers la figure du (l’anti-)héros dans les bandes dessinées amateures en France ? Nous voudrions montrer que la mise en image de l’activité dans les œuvres bédégraphiques est ancienne et qu’elle remet en question les normes propres à ce sport. Elle apparaît dès l’entre-deux-guerres et s’accompagne de démarches d’auteurs qui ont saisi l’engouement des sportifs pour l’exploration des torrents.

2En sciences sociales, l’aventure est définie comme une démarche reposant sur la recherche de l’éloignement du quotidien (VENAYRE, 2002) ou la découverte de l’inconnu (SIMMEL, 2002) constitutives de nombreuses pratiques dans lesquelles dominent la connaissance d’un milieu incertain et de ses dangers. Pour caractériser ces notions, Bouet (BOUET, 1969) insiste sur « l’affrontement avec la nature » puisque les sportifs opèrent une adaptation perpétuelle de leurs techniques aux éléments : l’eau, la terre... Pratiqués à l’origine dans les torrents de montagne, le canoë engage tout le corps du fait des risques encourus : blessures, noyade ou chocs. L’évolution dans un écosystème inconnu, celui des rapides exacerbe le caractère périlleux de l’aventure vécue par le héros en révélant la puissance d’intrigues inédites :

Ces pratiques, ces représentations et ces récits contemporains rencontrent en France, un vieux fond culturel, hérité des années trente, qui nous sont apparues comme un âge d’or de l’aventure tous azimuts, et un temps privilégié pour ses héros […] qui renouent visiblement avec les mythes occidentaux de la conquête auxquels les Français sont restés historiquement attachés. (POCIELLO ET DENIS, 2000, p. 5)

3En effet, la bande dessinée de canoë apparaît à partir des années 30, c’est-à-dire à la fin de la période coloniale. La mise en dessin d’un univers épique et conquérant rencontre cette tradition d’aventure comme genre dominant dans la bande dessinée durant deux décennies entre 1930 et 1950. Cette dramatisation d’un univers sportif s’accompagne de procédés suggestifs ou ironiques. L’évolution des scénarios des bandes dessinées oscille entre la volonté de dépeindre l’exploit des protagonistes sportifs ou touristes et la description des contextes de pratique via des registres humoristiques. Il s’agit donc ici d’étudier les planches de bandes dessinées en tant qu’écritures artistiques et parodique. Ce jeu avec la norme devient le « point de départ de la narration visuelle » (UHL, 2015, p. 162).

Contexte et problématique

  • 3 Il s’agit de planches de 1921 du CCF non retenue dans le corpus car ne relevant pas de la critique (...)
  • 4 Source : La rivière, n°236, janvier 1932.

4La production de bande dessinée de canoë suit logiquement l’évolution du sport lui-même et de son statut tout en obéissant aux canons aventuriers. La mise en image du canoë s’inscrit dans la continuité d’une tradition littéraire liée aux récits d’aventure en vogue dans l’entre-deux-guerres3. En effet, la première bande dessinée montrant le style de vie des canoéistes est à dater de cette période4. Elle s’adresse à un lectorat exclusivement formé d’hommes adultes car la conjoncture engendre un retour à des valeurs conservatrices reléguant des pratiquants comme les enfants, les jeunes gens et les femmes aux activités traditionnelles (l’école, le foyer…). Dans la presse, le thème du héros masculin en proie avec les éléments naturels y est omniprésent. Comme le relèvent les historiens, ce retour à la nature dans les années 30 n’est pas sans ambivalence car en même temps que les terroirs sont exaltés, les auteurs de ces œuvres, souvent parisiens, s’évertuent à déprécier les provinces (CORBIN, 1992).

5Au cours de la période étudiée, les journalistes des revues consacrées au canoë et les auteurs de romans coloniaux ont relaté les aventures des sportifs dans une dimension onirique proche de la conquête des territoires ruraux et sauvages en érigeant l’aventure en exploit, même si jusqu’aux années 40, le canoë est resté cantonné dans l’anonymat car ses adeptes demeurent dans un entre-soi viril aux normes perçues par nos contemporains, comme élitistes. Puis, à partir de l’après-guerre, la diffusion des sports nautiques a ouvert la voie à d’autres représentations. A partir des années 70, l’essor des sports d’eau vive a permis de diffuser une autre image de l’aventure auprès du public. En effet, le cinéma puis la télévision ont relayé les épopées en canoë par l’intermédiaire de films de grande production et de séries télévisés comme Délivrance ou Rintintin durant lesquelles des héros ordinaires vivent des aventures toutes hors du commun.

6Mais comment la bande dessinée traduit-elle ce jeu avec la norme présent dans les imaginaires liés à ce sport ? Quels sont les attributs des héros dans leur rapports avec les codes sportifs de cette « mystique nouvelle » (VENAYRE, 2002, p.96) qu’est devenue l’aventure sportive au XXe siècle ? Autrement dit, il s’agit de voir comment le récit de pratique procède d’une visualisation.

  • 5 Nicolas Hulot s’associe par exemple, au champion Feuillette dans la descente du Rio Palaressa pour (...)
  • 6 Des animateurs de télévision comme Patrice Drevet, les commentateurs des rallyes ou raid comme le P (...)

7Au début des années 60, le sport devient peu à peu un objet central dans la littérature jeunesse et la culture populaire. Deux décennies plus tard, dans le second mouvement du « retour à la nature » à partir de la fin des années 1970, des émissions de télévision mettent en scène des aventuriers professionnels : presque exclusivement des hommes5. Durant les années 80, ces aventuriers sont associés aux héros dans les représentations liées à l’imaginaire prométhéen, univers pouvant être défini comme renvoyant au goût de l’action et à la foi en l’homme. Pour ces raisons, journalistes et hommes de télévision qualifient ces pratiquants « de sportifs de l’extrême »6. Ces représentations liées à une hypertrophie de l’exploit sont renforcées par l’essor d’épreuves de masse (raids, défis sportifs…). Dans cette course à l’image et au sensationnel, les procédés médiatiques jouent sur les émotions du spectateur et le risque perpétuel de mort. L’analyse des bandes dessinées s’empare ici de ces clichés pour les déconstruire par l’étude des procédés narratifs étudiés en sociologie de l’image.

Cadre d’analyse

  • 7 Le rafting est apparu en France dans les années 1980. Dans Sales blagues, Vuillemin (2013) parodie (...)

8Une narration visuelle (UHL, 2015) émerge dans l’aventure adaptée en bande dessinée. Ce concept sociologique permet de décortiquer le récit par l’image et d’interroger les normes en vigueur dans cet univers. Mis en dessin, franchir une chute s’apparente à un acte viril voire dangereux. Ainsi, le franchissement de cascades en rafting7 illustre la volonté de conquérir un lectorat avide d’émotions. Ce mouvement reposerait non pas sur une contestation frontale des imaginaires de l’aventure mais sur le travail de déconstruction normative propre à l’extrême et aux expéditions. Trois types de normes sont ici interrogés et mis en texte puis dessinés par les auteurs : les règlements et le rapport à l’éthique, puis les canons corporels et les codes vestimentaires, à travers les normes de genre et enfin, l’appréhension de l’espace de jeu. Chacun des ensembles qui composent ce texte s’appuie sur l’analyse de contenus du corpus.

9L’analyse thématique des productions des auteurs de bande dessinée permet de comprendre comment les mythes de l’héroïsation se transforment à travers le prisme du scénario aventurier et comment les représentations sociales évoluent vers l’aventure ordinaire. Si le champion incarne une icône couramment représentée en bande dessinée, d’autres figures sont ici analysées : l’anti-héros(ïne) sportif(ve), les enfants qui apparaissent comme figures de cet univers bédégraphique marqué par l’exploration par des amateur(e)s de la nature de torrents. A partir d’une approche interdisciplinaire combinant des perspectives historiques et sociologiques par le biais des narrations visuelles (UHL, 2015), il s’agit de mieux cerner les processus à l’œuvre dans les scénarios mettant en scène des sportifs ordinaires. L’aventure est ici prise dans le sens premier de mythe né au sein des sociétés occidentales, c’est-à-dire dans son évolution via le jeu de contradictions avec les normes du quotidien (JANKELEVITCH, 1963).

Un corpus original

10Notre corpus est composé d’albums qui s’inscrivent dans le sillage de cette mise en scène épique et humoristique assez présente, à travers les dessins des caricaturistes consacrés aux canoéistes dont les explorations interpellent. Par exemple, ceux de Jean-Claude Denis représentent une vision anticonformiste et transgressive en ce qu’ils donnent à voir « l’envers du décor » et les actes ratés du succès héroïque (DENIS, 1986). Le corpus se présente comme un ensemble de documents de petite taille. Les sources sont extraites de revues spécialisées : La Rivière et Canoë Mensuel parues à partir des années 1930 jusqu’aux années 80. Leur dépouillement s’est effectué en analysant le contenu thématique de ce corpus à partir d’extraits donnant à voir des formes de « narration visuelle et de récits séquentiels » (UHL, 2015, p. 163), là où l’étude de périodiques de la Fédération française de canoë-kayak (FFCK) s’est révélée insuffisante. L’enjeu est ici d’analyser cette dramatisation liée à la figure du héros vu par des amateurs ; le canoë en bande dessiné étant demeuré jusque dans les années 1990 un phénomène de presse (GROENSTEEN, 2017). Le corpus présenté ici a donc aussi été réuni à partir d’extraits provenant de collections privées. Il se décline comme un ensemble de planches de bandes dessinées, d’une couverture d’un manuel consacré à l’initiation au canoë et d’une affiche de championnat du Monde. Ces sources ont été collectées et mises en ligne sur le blog de l’Amicale des Internationaux Français de Canoë-Kayak (AIFCK), association fédérant les anciens champions et les cadres techniques de ce sport. Ce support expose des scènes de vie ordinaire en s’appuyant sur des collections et archives familiales, contribuant en cela, à « narrer visuellement un univers » (UHL, 2015). Le corpus a donc été réuni à partir de documents montrant les étapes de la navigation en canoë et l’organisation de l’activité car ses auteurs sont tous des amateurs de ce sport. En effet, ces documents émanent de la collection personnelle d’anciens cadres techniques de la FFCK. La diffusion publique des images qui composent le corpus s’est effectuée en dehors des canaux commerciaux. Loin d’être présentées comme des œuvres d’art reconnues dans l’univers de la bande dessinée (à l’exception des planches de Luc Leroi, analysées mais n’apparaissant pas ici), ces images demeurent des documents iconographiques montrant des moments ordinaires de l’expérience sportive : la préparation du matériel, l’apprentissage, le club, le tourisme, la compétition et le transport des embarcations.

  • 8 www.canalblog.aifck.org

11Le corpus est composé de collections aujourd’hui visibles sur Internet8. Celles-ci ont été rassemblées au sein du blog de l’AIFCK qui recueille des documents de différents types : images, photographies, peintures, affiches et planches de bandes dessinées. Son contenu a été établi en rapport à la volonté de donner à voir un « carnet de bord avec des documents au format numérique » (PALDACCI, 2006). Ces billets postés représentent des sources inédites. En effet, les figures dessinées présentent des traits communs avec les dessinateurs dans la composition de la population représentée. La sélection s’est effectuée par le biais de trois canaux principaux : la représentation du héros, son pouvoir de narration des épisodes les plus ordinaires et la dimension subversive des scènes. En complément, il repose sur l’extrait d’archives collectées durant la période des années 1930 à 2000. Les documents du corpus représentent une partie de la culture du canoë en France depuis l’avènement du tourisme dans les clubs et sociétés nautiques. Si les premières planches mettent en récit des pionniers du sport, ces images invitent le lecteur à considérer que le canoë n’est plus l’apanage des hommes mais que, à la faveur de l’évolution des mœurs et de l’initiation, il peut aussi être pratiqué par les femmes et les enfants.

12L’aventure peut se définir, classiquement comme ce qui a un intérêt, un enrichissement pour l’homme dans un but de découverte de l’inconnu (SIMMEL, 2002) et son versant ordinaire renvoie à la capacité de ces publics non captifs à s’approprier cet univers. Dès lors, l’aventure ordinaire se définit comme une valorisation pour les sportifs ou aventuriers contemporains de ce qui transcende leur quotidien. La différence entre les deux types réside dans le rapport à l’espace, aux exploits et aux normes véhiculées. Le succès des émissions et des magazines consacrés aux expéditions, le développement des activités de vertige qui prennent la nature pour cadre, la mise en forme aventureuse de pratiques sportives banales (marche, vélo tout-terrain, course, nage) et la « sportivisation » des activités touristiques marquent la période étudiée ici. Dans ce contexte, l’aventure ordinaire relève d’une forme d’hybridation entre sports et loisirs (MARSAC, 2015, p. 124) en référence au fait de s’adonner à une activité au cours d’un séjour. Il s’agit de la dissocier de l’aventure extra-ordinaire qui serait en cela remarquable, en quelque sorte propre à un « affrontement symbolique à la mort » (LE BRETON, 2011, p. 23). L’analyse questionne le concept d’aventure ordinaire à partir d’effets produits par le contraste entre la vie des professionnels – dits « sportifs de l’extrême » - et les publics accédant récemment en masse à la pratique du canoë (femmes, enfants…). Car, le défi devient désormais accessible à chacun.

13Les étapes de la progression dans l’aventure rythment les récits que nous allons analyser à travers les trois parties de ce texte. La narration visuelle y est un instrument de subversion par son dispositif sémiotique car elle introduit ici des représentations graphiques narrées qui entrent pour la plupart en contradiction avec l’univers normatif du sport. Ces paradoxes composent trois grands types de contradictions dans ce contexte aventureux sur lesquelles les auteurs du corpus s’appuient : le jeu avec les règles, les codes corporels et les espaces dédiés. Trois grands types de normes sont déclinées : le rapport aux règles (la norme réglementaire) ; les normes de genre (normes corporelles) ; les normes imposées par l’espace de jeu ordinaire dans une opposition aventure vs respect de la nature (normes imposées par l’environnement).

Une « mise en dérision » des règlements et de l’éthos du canoéiste

  • 9 Des décisions ont été prises à travers lesquelles les fédérations sportives fondent leur action. La (...)

14Le premier élément de différenciation mis en scène dans les bandes dessinées repose sur la représentation graphique des marges ou des impensés des règlements des clubs. De fait, il ne s’agit non pas de déstabiliser l’ordre établi, mais plutôt de donner à voir des règles qui échappent à ces institutions9 ou restant peu en phase avec la norme du pratiquant ordinaire et de son langage. Ainsi, la planche présentée ci-dessous (Image 1) s’apparente à un « code de bonnes conduites » destiné à l’apprentissage du débutant devant intégrer les rangs du Canoë Club durant l’entre-deux-guerres. Diffusé dans la Rivière, revue interne à l’association, elle illustre l’apport du règlement intérieur du seul club de canoë existant en France dans les premières décennies du XXe siècle. Elle donne à voir le style, la navigation collective, l’initiation sous la houlette des anciens, l’éthos des notables du club et leur mode de vie (voyages, camping). Ces derniers exposent ici l’expérience naissante des premières expéditions.

Image 1

Image 1

PALSOYE, Jacques. La rivière, janvier 1932, n°236, p. 12

© Jacques Palsoyé

15Dans la planche ci-dessus, les règles fixées et mises en bandes dessinées relèvent d’enjeux importants : avertir et fédérer de nouveaux adeptes. Les auteurs de cette publication entendent se saisir des représentations associées à l’activité : la découverte des eaux libres et celle des règles collectives. Cette démarche préfigure l’institutionnalisation officielle de ce sport avec, la même année, la création de la FFCK. Cette concomitance révèle en creux la politique de l’Etat qui réagit suite aux noyades dans les torrents dont sont victimes des membres du Canoë Club au début des années 1930. Il s’agit là d’un travail sur l’ethos des aventuriers qui valorisent le danger et l’évolution dans un milieu hostile tout en subissant la contrainte des éléments, par définition non voulue. Car les sportifs s’adaptent autant à l’étiage qu’à la crue.

16Ce que l’auteur de la bande dessinée pointe ici, c’est l’évolution d’un loisir où la norme et les règlements deviennent prégnants. Les représentations sociales associées à la croisière hors de Paris s’estompent pour laisser place aux exigences des institutions sportives en charge des compétitions durant lesquelles l’application des règlements prime sur toute initiative au sein de ces cercles d’initiés. L’aventurier, qui exalte la libre circulation dans la nature comme moyen de ressourcer son corps, entre alors en contradiction avec les règlements et leur carcan institutionnel. Les canons corporels et les codes vestimentaires témoignent du rapport à la règle.

17Depuis son importation en France au XVIIIe siècle, le canoë a été promu par la morale médicale des notables sous l’effet de campagnes hygiénistes. Les bandes dessinées parodient la démarche et l’ethos aventurier s’immisçant dans le contexte rural de l’entre-deux-guerres. Or, la bande dessinée de canoë conteste cette domination reposant sur l’arbitraire et l’ethnocentrisme de classe dont font preuve les responsables des clubs face aux débutants qu’ils initient. Leurs habits renvoient à des classements et des codes en vigueur chez les aventuriers, figures identificatoires vêtues de costumes car issus des classes dominantes. Si l’aventure provient d’une morale de la « chrétienté musculaire » (POCIELLO ET DENIS, 2003, p. 9) qui fait la part belle à la débrouillardise et à la vie au grand air, en bande dessinée, elle présente un arrière-fond idéologique à travers l’initiation dans le club. Le sportif, sous couvert de neutralité envers son club, devient un concurrent pour l’aventurier car il incarne le souci de performance. Par conséquent, les auteurs soignent le dessin du matériel ou des formes du corps, des apparats qui fondent le rapport aux normes. Dans la planche présentée ci-dessus, le canoéiste est équipé pour faire du feu tandis qu’il rencontre un riverain en sabots qui lui montre la rivière à sec en parlant patois. Ainsi le contraste de mœurs et de codes vestimentaires (cravate, langue) renvoie au clivage entre univers urbain et rural particulièrement en tension lors de l’avènement de ce sport.

La plasticité des normes corporelles et de genre

18A partir des deux décennies d’après-guerre, le corps sportif est devenu objet de représentations dominantes. En réaction à l’arbitraire des règles prévalant dans le sport, des auteurs se sont employés à créer des héros non-violents transgressant les interdits de l’aventure.

19La figure des sportives offre une alternative à la bravoure des héros masculins, prêts à risquer leur vie et mis en scène dans les aventures périlleuses engageant leur intégrité physique et dans lesquelles le danger peut surgir à n’importe quel moment. Dans les récits mis en bulles, les accidents sont l’expression des forces de la nature qui mettent au défi les aventuriers. Les planches représentent des héros s’adonnant à une forme d’aventure prise dans une dimension réhumanisée où l’engagement corporel apparaît central (la peur de la chute, de la noyade est présente dans les scénarios). Le registre de la théâtralisation de la mort exploité par les auteurs de bande dessinée remet en partie en cause le code déontologique fixé par les institutions en charge de la promotion de la pratique : l’Etat et la FFCK qui s’emploient à demeurer les garants des activités. Notre corpus à travers l’univers visuel qui le compose joue sur ces facettes habituellement peu présentes dans la presse spécialisée dans le sport qui encense les champions.

20Des débuts jusqu’à la fin des années 2000, de nombreux points des règlements en eau vive n’autorisaient pas les femmes à s’adonner aux mêmes épreuves que les hommes. En compétition, les femmes ne pouvaient concourir ensemble qu’en kayak. Le canoë pratiqué seule leur était interdit par un règlement jugé aujourd’hui discriminant. La seule possibilité qui leur était offerte était de s’associer à un homme pour former ce qu’on appelle encore un équipage mixte (deux canoéistes : une femme et un homme dans la même embarcation). Dans l’entre-deux-guerres, la qualité d’époux était même requise pour s’aligner dans les critériums ou participer à des croisières en canoë. Cette différenciation est révélatrice du rapport hiérarchique entre hommes et femmes sur lequel reposaient naguère les règlements. Cette activité est cependant longtemps demeurée quasi-exclusivement réservée aux hommes. Ainsi, la compétition féminine a été souvent décriée et placée sous contrôle médical à cause de l’idéologie hygiéniste du corps des procréatrices. L’hégémonie des notables pouvait alors en attester. La norme hétérosexuelle reposait sur la tradition des sports d’aventure qui exaltait la virilité et l’exploit. L’évolution de la présence des femmes dans l’espace de production des auteurs s’est donc effectuée à travers une lecture sexuée des pratiques et des représentations qui lui sont associées. En filigrane, nous nous posons la question de la sexuation du canoë à travers la production de normes, des aventures vécues qui s’inscrivent dans l’arrangement des genres. La bande dessinée devient là un prétexte pour réhabiliter la figure de l’héroïne. La mise en suspend de l’érotisation des corps propre à l’idéal de compétition sportive qui exclut toute épreuve mixte aux Jeux olympiques (à l’exception de l’équitation) est rompue à travers les découvertes de deux anti-héroïnes d’une bande dessinée formant un équipage féminin (Berg, 1997). Ce dessin interpelle sur le jeu de normes les stigmatisant en séparant arbitrairement hommes et femmes tout en usant de violence instituée par les règles et l’ethos des aventuriers.

  • 10 La bande dessinée est utilisée régulièrement comme visuel pour les affiches d’évènements de canoë t (...)

21Face au culte du champion, aux institutions dans lesquels les hommes sont portés en triomphe, l’(ré)introduction du canoë féminin à travers l’affiche10 des Championnats du Monde organisés en France est mise en bulles par Charles Berg, dessinateur de la bande dessinée Des femmes et des écluses et collaborateur au sein de Canoë Kayak Magazine. Sa narration visuelle montre une militante de la réintroduction du canoë mixte fermement accoudée sur sa pagaie :

Image 2

Image 2

Affiche par Charles Berg pour les championnats du monde canoë-kayak de 1987

Source : archives de l’AIFCK, 1987. © Charles Berg (avec l’autorisation de l’auteur)

  • 11 La descente torse nu des hommes est une habitude très tôt décriée au sein du Canoë Club. Voir à ce (...)
  • 12 Amorcée en 1976 voir BEAUDOU 1996.

22Mais pour quelle raison l’institution officielle régissant le canoë en France use-t-elle de la bande dessinée pour interpeller les canoéistes et les institutions en charge de l’activité ? L’affiche montrant un corps de sportive en partie dénudé fonctionne non seulement comme un rappel des normes constitutives du canoë (le corps immergé dans la nature11) mais interroge aussi la masculinité hégémonique. La norme légitime et les interdits sont en partie transgressés (la nudité pourtant proscrite des règles en compétition est présente en filigrane). Ce dessin allusif du personnage de bande dessinée remplace ici la mise en relief de l’image de presse qui orne habituellement les affiches. La forme érotisée s’accorde avec la bande dessinée de genre des années 80. Ce choix du procédé graphique s’inscrit dans une démarche de réhabilitation de l’image des sportives en canoë suite à leur éviction en 1983 et leur assignation au rang de second rôle. Cette affiche est diffusée en 1987 après plus d’une décennie de lutte de la part de la FFCK pour faire reconnaître les épreuves de canoë mixte au sein des règlements internationaux12. Sans isoler cet évènement de ses conditions de production institutionnelle, l’auteur joue sur l’esthétique pour marquer le désaccord de la FFCK avec la fédération internationale de canoë qui a officiellement exclu les équipages mixtes des épreuves mondiales. Les vignettes bigarrées offrent l’opportunité de favoriser le rétablissement du canoë mixte, tradition déchue des compétitions internationales. L’affiche dévoile la quintessence de cet univers et l’hétérogénéité des pratiques avec des photos de compétiteurs et de montagne en arrière-plan. La position adoptée par la canoéiste sur l’affiche est celle d’une manifestante pacifique qui a droit de parole.

23Cependant, cette image de la femme-canoéiste témoigne d’une dualité qui porte la marque de l’hygiénisme puisqu’elle rend compte d’excursions, dans laquelle la navigation se réalise en couple. Le corpus nous donne à voir l’ethos masculinisant des excursionnistes. Ce fait déclenche la polémique du canoë mixte. La seule voie d’entrée dans la pratique, le mariage, doit être levée pour ouvrir la catégorie à des canoës féminins. Ce contexte discriminant n’est mis en bande dessinée qu’en 1997 dans Du pertuis…à l’écluse, publication retraçant l’histoire de la navigation (le canoë y est dessiné p. 6 à 9). Le dessin révèle deux femmes s’adonnant au canoë sur le Loing à Moret-sur-Loing et dans un canal, transgressant ainsi la hiérarchie des genres qui est communément représentée dans ce sport. Dans ce contexte, la présence des femmes donne à voir un paradoxe et interpelle un fantôme (au rôle d’historien) qui vient les juger en commentant leurs gestes techniques maladroits et leur ignorance des règles du milieu.

Image 3

Image 3

Charles Berg, Les cahiers du musée de la batellerie. Du Pertuis à l’écluse, Paris : Ministère de la Culture, 1997, ISBN : 2-909044-34-3, p. 6, p. 7 et p. 9

© Charles Berg/Musée de la batellerie (avec l’autorisation de Charles Berg)

24À la page 9, lorsque les sportives réussissent à franchir un déversoir dans un canoë de slalom, elles sont interpellées par l’historien des écluses qui leur scande « Pas mal les pucelles. Vous auriez fait des marinières acceptables ». Le terme de « pucelles » renvoie au statut de débutantes dans l’activité et apprenant la culture fluviale tout autant qu’à une assignation sociale liée à la sexualité, évacuée du récit sportif. Plus qu’une simple caricature des canoéistes, l’idée-force consiste à suivre l’évolution bien au-delà de la pratique en elle-même. Le dessinateur nous mène au cœur des questions existentielles dans cette pratique aux côtés desquels le garant de l’histoire est bien présent mais sans pour autant prôner l’égalité. Le dessin suggère en ce sens une énigme. L’originalité de ces planches réside dans le fait qu’elles donnent à voir des scènes de découverte de l’histoire des écluses en canoë. L’association des deux femmes en équipage interroge la différence sexuelle. Le canoë féminin, dessinée ici comme pratique de retrait momentané du monde social relève de la construction des identités de genre. A cette période, une dramatisation portée par les magazines et accentuée par la grande presse nationale (L’évènement du jeudi…) valorise des canons corporels hétéronormés et l’érotisation des corps. Ces héroïnes représentent donc des figures rares ou montrées comme des êtres d’exception. Depuis la fin des Trente Glorieuses, ce marquage de genre trouve toute sa résonance à travers la norme virile dans les sports d’aventure (alpinisme, parapente…) qui renvoie à l’homophilie. A la fin du XXe siècle, le canoë féminin mis en bande dessinée redessine les frontières du genre en identifiant des dispositions homosexuées. Une des dimensions institutionnelles de ce sport est de remettre en cause ces caractéristiques. Si l’épreuve de canoë mixte repose les enjeux de définition des catégories sportives, en dépassant les clivages hommes/ femmes dans lesquelles prévalent les relations de domination et les règlements, mon analyse se situe dans le cadre du loisir. Les auteurs de bande dessinée du corpus donnent autant à voir les corps et les apparences que les affichages, les agences ou les rencontres, dans un périmètre facilement et rapidement accessible au lecteur qui rend la réception du sport d’aventure particulièrement empreinte d’ambivalences : entre volonté d’égalité et concurrence entre catégories ; émancipation et domination. Ces dualités forment le substrat des narrations visuelles d’un sport d’aventure ordinaire. Les normes de genre constituent l’essence de ce qui fonde l’arbitraire des catégories conduisant au rejet du canoë féminin puis au déclin du canoë mixte pendant trois décennies. A travers ces planches, on voit que les techniques dont les hommes sont dépositaires n’empêchent pas les pratiquantes de se les approprier même si la pratique contient une hiérarchie sexuée qui peine à s’inverser. L’œuvre permet d’en désingulariser les effets car l’auteur tend à euphémiser le poids des genres. Les représentations en font une activité à la fois « nouvelle » et marginale car éloignée de l’ethos masculin des canoéistes. Pourtant, les effectifs de l’activité (près de 10000 femmes sont licenciées à la FFCK à cette période) sont plus conséquents que dans des sports présentés comme accueillant les pratiquantes. Le dessin tend à érotiser le corps, renforçant les stéréotypes.

  • 13 Date de parution pour réutiliser une bande dessinée avec le même titre que celui d’un film pornogra (...)

25Les productions ne contestent pas forcément toutes les normes mais les auteurs en détournent les codes. Dès lors, l’anti-héros devient l’ambassadeur d’une période, les années 1980, durant laquelle la performance individuelle est érigée en véritable « culte » (EHRENBERG, 1991). Mais le héros ne cherche pas toujours à gagner car il n’arrive à ses fins qu’au prix de redoutables épreuves. Les planches Gorges profondes dessinées et scénarisées par Jean-Claude Denis (1981) dans Luc Leroi contre les forces du mal13 parodient ce contexte. Son héros, Luc Leroi tombe dans des situations périlleuses comme cette descente de gorges durant laquelle il chavire, terminant l’aventure à pied après avoir perdu son kayak. Lorsque la nuit tombe, il est récupéré sur la route par son ami Gilbert qui l’avait pourtant averti des risques encourus par la pratique de ce sport. Le renvoi au dépassement des limites n’est donc pas évoqué comme un exploit personnel mais plutôt en référence à l’expérimentation qui lui est imposée, faisant éloge de l’altruisme. Le pendant de la logique de performance est alors révélé à travers les péripéties du beautiful loser. Car l’auteur incarné par Luc Leroi fait ici figure de sédentaire et représente l’anti-héros non aventurier qui puise la particularité de son personnage dans les déboires d’un célibataire parisien en mal de nature. Le héros demeure assez lunatique et possède des dimensions autobiographiques. Les planches « gorges profondes » (DENIS, 1981) le font sortir de son quotidien par la découverte d’une rivière en kayak. Ce héros entreprend la descente des rapides alors qu’il lui est déconseillé de se lancer seul dans cette aventure. Pendant ce temps, sa copine et son ami embarquent avec un guide. Cette intrigue est accentuée par le fait que Luc Leroi est un personnage sans prétention sportive mais qui embarque tout de même dans un kayak fermé par une jupe. Il incarnerait un touriste qui s’adonne à cette pratique en « eaux troubles » tout en sachant qu’il n’a de compétences que pour pratiquer en eau calme ! Fatigué, l’anti-héros échoue après avoir manqué son esquimautage et brisé son embarcation sur les rochers. On retrouve ici le registre de l’humour dont fait preuve son dessinateur face au danger de noyade. Celui-ci utilise le second degré comme moyen de parodier les déceptions de la vie. La mise en avant du anti-héros correspond à l’envers de l’idéal de performance dans les sports d’aventure distillée par les médias de masse des années 80 (L’Evènement du jeudi, Paris-Match…). Le fait d’avoir choisi le même titre qu’un film pornographique accentue le procédé de mise en scène et la prise de recul vis-à-vis du mythe du corps sportif masculin censé être viril et performant. Le renvoi aux dimensions féminines (la rivière et la partenaire) se substitue à l’icône qu’est la copine toujours présente en coulisses. Jean-Claude Denis tourne en dérision l’équipement du kayakiste en montrant Luc Leroi avec une jupe dégoulinante (équipement pourtant indispensable dans l’activité pour rendre étanche le kayak lors de la descente du torrent) aux antipodes des canons corporels de séduction des stars en couverture des magazines. L’embarras corporel est une situation exploitée par l’auteur qui capte l’air du temps comme un rapport complexé à la figure de l’aventurier, le « gagneur » des années 80, sorte de pied-de-nez aux canons de la virilité triomphante. Luc Leroi relève d’une facette ambivalente du anti-héros peu entreprenant avec les femmes. La production d’une norme est ici interrogée avec humour.

26En jouant sur le registre parodique, l’auteur restitue les contradictions du compagnon tiraillé entre amitié et virilité. Cette déconstruction des normes sexuelles renvoie à un jeu de genre dans cette bande dessinée. En effet, la mise en scène des personnages s’engage sur le registre de l’auto-dérision (en référence à la maladresse, au tempérament du héros et de l’auteur). Cette narration visuelle est consubstantielle à son auteur et possède une résonance jouant sur un rapport intimité/ amitié dans le rapport à l’exploit. En fin de compte, le lien homme-femme apparait ici en miroir de tout défi. L’hypothèse d’une ambivalence de la présence féminine dans la quête d’espaces du héros peut être ainsi soulevée dans le rapport aux normes des aventuriers ordinaires, seuls face au défi. Cette (non-)connaissance des torrents est alors sous-tendue par une rupture avec le vécu de l’aventurier fondé initialement sur l’exploit collectif dans une nature vierge où il évolue, loin des villes. A contrario, l’aventure ordinaire réintroduit l’individu et son jeu avec la norme. Un basculement s’opère au seuil des années 1980 au moment où l’activité prend essor et dépasse l’entre-soi des cercles d’initiés. La nature devient accessible à tous et devient espace de jeu où se tournent les regards au prisme du genre.

Le rapport à l’espace de jeu : des expériences ordinaires dans la nature

27Cette inversion d’un univers prométhéen à l’ordinaire du quotidien s’opère avec humour par des références au couple perdu dans la nature. La couverture du manuel présenté ci-dessous (FEUILLETTE ET LUTZ, 1980) montre un homme à l’avant d’un canoë se dirigeant avec sa compagne dans la même embarcation. Ils forment un équipage mixte dessiné sous la case « tourisme ». Une bulle sort du visage du canoéiste avec ce slogan « le canoë, c’est aussi le plaisir des yeux » en référence à la beauté des paysages du cours d’eau. Sa femme lui rétorque : « regarde devant toi » car leur canoë vient dériver en face d’une femme se baignant nue sur une plage naturiste :

Image 4

Image 4

Alain Feuillette et Jean Lutz, Le canoë-kayak en 10 leçons, Paris : Hachette, 1980, ISBN : 2-010063-33-3, couverture. Illustrations de Pierre Jacquelin

© Feuillette, Lutz et Jacquelin/Hachette

  • 14 La revue ne paraîtra que quatre fois et avec un tirage limité d’avril à juillet 1986. Concurrencée (...)

28La bande dessinée constitue là un procédé humoristique pour exprimer les relations fébriles du couple dans une situation d’aventure (MARSAC, 2009, p. 316). Cela inscrit ce moment de la vie dans la nature dans un espace-temps qui se révèle inattendu : rencontres improbables ou évènements particuliers. La bande dessinée constitue un moyen de parodier l’existence en l’inscrivant dans l’aventure ordinaire tout en révélant l’opinion des auteurs en participant à la visibilité de ce style de vie hédoniste. Sur fond de réveil écologique, de désir d’évasion du quotidien, de réalisation corporelle, l’arrivée d’œuvres représentant des descentes de rivière grand public renouvelle les symboliques élitistes dont le canoë était historiquement porteur dans l’imaginaire populaire : la conquête des territoires, l’accès aux espaces vierges caractéristiques des périodes où l’aventure des notables régnait en maître. Le « passeur » de cette implantation est François Cirotteau, kayakiste dit de « l’extrême » et directeur de publication de Canoë mensuel, magazine qui s’ouvre sur la bande dessinée14. Par son ouverture, sa diversité, son ambiance, ses possibles, cette publication grand public s’inscrit dans l’engouement pour l’aventure ordinaire des citadins des années 1980 dans le contexte de touristification des rivières. Les auteurs en signant des planches inédites consacrent leur travail à rendre visible cet univers avec pour destination un jeune lectorat. Ils participent à rapprocher le canoë des canons ludiques en vogue en essayant de faire rêver de grands espaces via la bande dessinée. Il s’agit de concurrencer Canoë kayak Magazine, bi-mensuel lié à la FFCK où il est question de compétition dont le slogan est « on gagne ». Cette démarche dénote avec les activités fédérales en présentant des contenus inédits (jeux, bande dessinée). La ligne éditoriale est tournée vers l’aventure, marquée par l’imaginaire prométhéen des années 80. Bref, le but de la rédaction est d’être plus proche des attentes des pratiquants ordinaires que du champion. Cette atténuation de l’univers viril répondrait alors davantage à leurs aspirations hédonistes (GUEDJ, 1986 p. 67).

29Dès lors, les aventures s’organisent dans des aires bien localisées, mais leur diversité varie selon la météo, les saisons. C’est à partir de cette variation des esthétiques du lieu, que se révèlent les attitudes proprement citadines des auteurs de bandes dessinées de canoë qui viennent reconsidérer les normes traditionnelles. Or aujourd’hui, même dans les sports d’aventure comportant des risques, des épreuves ont aussi été adaptées récemment aux enfants. La bande dessinée joue ainsi un rôle d’initiation puisqu’elle révèle aux plus jeunes la démarche de l’aventurier en canoë devant composer avec la nature. Ces règles de découverte d’un milieu inconnu qui ont prévalu jusqu’au début des années 80, deviennent les mêmes pour les enfants. A ce titre, la série intitulée Tout sur le canoë-kayak en bandes dessinées part à leur rencontre pour les sensibiliser à ce mode de vie dans la nature. La figure enfantine s’incarne dans les « héros ordinaires » à travers l’ouvrage de Préssurot (1978) qui propose de présenter non sans humour, la rivière comme cet ailleurs en rupture avec la frénésie de la ville et de leur quotidien.

Image 5

Image 5

Jean-Claude Préssurot. Tout sur le canoë-kayak en bandes dessinées, Guide pratique Authier, Paris : G. Authier, 1978, ISSN : 0154-6732, p.8

© Jean-Claude Préssurot/Authier

30Il s’agit d’abord de caractériser l’espace de l’aventure ordinaire comme un milieu nouveau à découvrir tout en alertant les enfants sur les dangers constitués par l’eau et la pollution dans la rivière. Puisque les sports d’aventure sont immersion dans la nature, cette bande dessinée participe d’une démarche éducative dans le sens où elle incite les lecteurs à considérer la rivière comme un milieu vivant. L’aspect précurseur en 1978 repose, pour les enfants, sur une découverte de l’élément naturel par l’humour. L’espace représenté par la rivière et les berges est mis en relief par l’écosystème. Le message est surtout pédagogique : montrer que le cours d’eau est un lieu de vie à protéger. Au final, la prise de repères spatiaux par les enfants se décline selon ces trois procédés manifestes dans l’activité (la reconnaissance des éléments, l’animation autour de la sécurité lors des descentes et l’interaction entre pratiquants au sein du groupe). Il faut rappeler que l’éducation à l’environnement n’est pas l’apanage des institutions sportives comme la FFCK, qui se préoccupent davantage de l’application des règlements, mais plutôt de l’école. Or, la bande dessinée cherche à transmettre une éthique face à l’environnement que le sport contribue à détruire. Dès lors, l’œuvre de Préssurot résulte des consignes adressées aux élèves et mises en bulles ici. Elle s’apparente à une transmission de règles éthiques : respecter l’écosystème, c’est s’abstenir d’embarquer si le niveau d’eau est bas.

31Dans ce scénario, l’urbanité et le rêve, autant que l’appréhension de couler et le respect de la nature sont interdépendants de l’évolution de l’espace de jeu. Le message reste lié au caractère onirique de la bande dessinée. On y retrouve les attributs que dans la planche présentée ci-dessus (voir PALSOYE, 1933). Sont prodigués des conseils au débutant qui s’initie et réagit face à l’accident. L’intention des auteurs est de décrire des espaces-temps liminaires lors de l’aventure ordinaire. Tandis que les uns représentent des activités en marge du quotidien, les autres narrent les épreuves de personnages qui évoluent dans les institutions sportives, représentant la vie des élèves qui expérimentent ou tâtonnent. L’aventure s’y décline en différentes dimensions : humaine et technique. Il ne s’agit plus de les opposer mais de les croiser. Le héros devient un modèle d’actions qui adhère à des idéaux de liberté tout en restant urbain. Ces auteurs n’ont de cesse d’innover dans la mise en scène en jouant sur des registres adaptés aux aventures ordinaires : force émotive qui se dégage de la dramatisation de l’expérience sportive et d’assignations qui polarisent l’identité du héros. Ces créatures fictives transcenderaient la banalité du quotidien. Ces œuvres « ordinaires » (vs « œuvres d’art ») illustrent une pratique ordinaire d’un sport (vs « pratiques sportives de haut niveau »). L’intérêt de l’ordinaire réside dans sa potentialité de généralisation, plus importante que face à l’extraordinaire qui ne rend pas compte des hésitations et remise en cause de l’élève. La production met à l’épreuve les catégories de référence de l’aventure comme Jankélévitch (1963) distinguait les « vrais aventuriers » des amateurs dans leurs vies ordinaires. Le canoéiste et ses initiateurs apparaissent comme les figures de ce rapport à l’action. Or les images fournissent la matière de récits spéculaires ou de mise en abyme du lien des sportifs aux normes de l’aventure.

Conclusion : du héros à l’aventure ordinaire

32De la narration visuelle aux jeux de normes, la bande dessinée de canoë se nourrit des imaginaires contemporains de l’aventure. Les œuvres étudiées offrent une césure avec les mythes du sport reposant sur la déification du champion ou du grand sportif acclamé par les foules et encensés par les journalistes. Depuis le début des années 80, les « sportifs de l’extrême » deviennent la figure totémique des mass-médias instillant l’image ambivalente d’un héros aux qualités surhumaines et à l’accomplissement sans faille. Mais, derrière cette image de gagneur se trame un travail aux normes par les institutions qui ne cessent de contrôler la mise en œuvre d’une uniformité. A ce titre, le rejet du canoë « mixte » constitue l’envers d’un règlement sportif discriminant pour les femmes. La figure de la sportive aventurière n’est donc pas sans équivoque. Porret (PORRET, 2008, p. 39) démontre cette permanence de l’ambiguïté de l’aventure et ses multiples facettes : « La BD appartient aux dispositifs de fiction qui glorifient l’imaginaire multiforme de l’aventure comme récit héroïsé du dépassement de soi dans la quête courageuse du bien (RICOEUR, 1990). Elle décline une « mystique moderne » liée à la figure romantique et individualiste de l’aventurier en tous ses états, parfois militaire, souvent savant, explorateur, marin, globe-trotter ou sportif, presque toujours redresseur de tort… ». Ce corpus montre une autre voie dans cette mise en abyme : l’aventure ordinaire et les coulisses du sport.

33L’anti-héros révèle ce jeu avec le carcan normatif, modèle exemplaire de bravoure et d’héroïsme qui confirme l’hypothèse de l’ambivalence de genre propre à l’espace de l’aventure mis en bulle par les auteurs depuis les années 1930. Le canoë pourrait être perçu à travers la télévision, le cinéma, la vidéo ou la photographie comme un « sport extrême ». Or cette formule, prisée dans les médias et la culture de masse repose sur une généralisation abusive, incapable de rendre compte de la spécificité de l’activité. A contrario, la bande dessinée renouvelle le point de vue sur cet univers aventureux. Car ces mêmes médias n’utilisent la bévue et le risque que dans leur quête du sensationnel. Il est donc peu question de l’erreur comme point de départ pédagogique et cette mainmise sur le sport et ses vertus laudatives masque tout en l’accentuant la dualité entre loisir et compétition. En filigrane, les créateurs des anti-héros nous invitent à percevoir le travail aux marges. Le point de départ de leurs œuvres correspond à l’étiquette assignée à ceux qui sortent de la norme pour mieux interroger les fondements de l’institution et de la vie sportive. Le risque y est souvent euphémisé pour parodier ou dépeindre avec humour un monde enchanté saisi parfois uniquement par ses scandales ou ses records. En marge des compétitions et des champions, les anti-héros incarneraient peu ou prou la frange d’une majorité de pratiquants dévoilés dans leurs aventures ordinaires in situ. Loin de redoubler le réel, ces œuvres interpellent le fonctionnement normatif du sport en ce qu’elles donnent à voir une vision plus nuancée du monde sportif que l’univers bédégraphique participe à révéler.

34Enfin, la bande dessinée amateure de canoë met en vignette un fonctionnement social du non-dit et en cela, la représentation graphique et les scénarios favorisent des représentations subversives. Le basculement à la fin du XXe siècle dans la narration visuelle d’« aventure ordinaire » déstabilise l’univers sportif, ce qui pousse les auteurs étudiés à insister sur l’accès à l’aventure pour tous. Car les institutions sportives donnent souvent à voir principalement la vie de leur élite et peu celle des masses qui représentent pourtant la majorité des adhérents. Cela dit, il ne s’agit pas d’opposer les sports traditionnels au sport dit « d’aventure ». En effet, loin de se différencier, ces types de pratique se chevauchent voire se complètent. Le canoë en alliant les pratiques de nature-aventure aux principes de compétition, offre un contre-exemple à une dichotomie entre pratique de masse et haut niveau érigée en croyance dans l’univers sportif. La bande dessinée amateure présente les ressorts de cette subtilité lorsque les normes des institutions olympiques tendent à ne glorifier que les médaillés. Ce message délivré aux lecteurs renvoie à la remise en cause d’un conservatisme qui demeure encore prégnant au sein des sports.

35En revanche, les auteurs de bande dessinée en se saisissant de « l’envers du décor » instillent le doute au lecteur pour redéfinir les codes aventuriers qui se caractérisent par leur ambivalence : tour à tour extraordinaire ou ordinaire. Le goût du défi et le mythe de l’éternelle jeunesse y conjuguent leurs effets. En définitive, les héros sont mis en scène dans des postures qui rompent avec les normes sportives du champion transformé en être d’exception. Face à cela, ces planches restituent les difficultés, les actes manqués, la lutte pour la mixité aux marges des institutions qui promeuvent l’hétéronormalité. Le scénario se joue des codes, via la dérision du récit illustré. Il suggère du sens par le passage d’imaginaires prométhéens à l’introspection du héros qu’offre la parodie. Dans ce pied-de-nez au « tout performant », l’aventure ordinaire mise en bande dessinée est donc belle et bien jeux de normes, de connaissances de soi et des autres.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

L’auteur remercie Charles Berg, auteur et la Bibliothèque Nationale de France pour l’aide apportée à ce travail.

Archives de l’Amicale des Internationaux Français de Canoë-Kayak (AIFCK) Voir blog www.canalblog.aifck.org

Canoë Mensuel, magazine paru de 1985 à 1987, 4 numéros.

La Rivière, Bulletin du Canoë Club de France (CCF)

BERG, Charles, Les Cahiers du musée de la batellerie : Du Pertuis à l’écluse, n°37, Conflans-Sainte-Honorine, DRAC, Ministère de la culture, 1997, 68 p. ISBN : 2-909044-34-3.

DENIS, Jean-Claude. Luc Leroi, (Gorges profondes 1981, RCP 4p.), reproduit dans Canoë mensuel, 3, juin 1986, p. 22-25. 1980-1986 et DENIS, Jean-Claude. Luc Leroi, Tout d’abord (1980-1986). Paris, Futuropolis, 2016, 166 p. ISBN : 9782754819282. p. 75-78.

FEUILLETTE, Alain et LUTZ, Jean. Le canoë-kayak en 10 leçons, Paris, Hachette, 1980, 221 p. Illustrations de Pierre Jacquelin. ISBN : 2-010063-33-3.

PALSOYÉ, Jacques. « Conseils au débutant pour 1932 » dans La rivière, janvier 1932, n°236, p. 12. ISSN 0996-2557.

PRESSUROT, Jean-Claude. Tout sur le canoë-kayak en bandes dessinées, « Guides pratiques Authier », Paris, Authier, 1978, 251 p. ISSN : 0154-6732.

VUILLEMIN, Philippe. Sales blagues, la totale (17 tomes, tome 3), Grenoble : Glénat, 2013. 824 p. ISBN : 2723489825

Ouvrages et articles scientifiques

BEAUDOU, André, « Une histoire originale : le canoë mixte », in, ARNAUD Pierre et TERRET, Thierry (dir.). Histoire du sport féminin. Tome 1 : Histoire et identité), Paris/Montréal : L’Harmattan, 1996, 234 p. ISBN : 273844296X, pp. 95-109.

BOUET, Michel. Signification du sport. Paris : Editions Universitaires, 1968, 672 p. ISBN : 2738435920.

CORBIN, Alain. « Paris-Province » dans NORA, Pierre (dir.). Les lieux de mémoire, Paris : Gallimard, 1992. 992 p. ISBN : 2070707946.

GROENSTEEN, Thierry. « 1833-2000 : une brève histoire de la bande dessinée », Le Débat, n°195, 2017, p. 51-65. ISSN 0246-1346.

GUEDJ, Marc. « Les Français assoiffés d’eau vive. Le canoë-kayak déferle sur les médias », L’évènement du jeudi, 4 septembre 1986, p. 66-67. ISSN 0765-412X.

JANKELEVITCH, Vladimir. L'Aventure, l'ennui, le sérieux. Paris : Aubier, 1963, 222 p. ISBN 2700700414.

LE BRETON, David. « Passions contemporaines du vertige », Revue des sciences sociales, n°45, janvier 2011, pp. 22-27. ISSN 1623-6572.

MARSAC, Antoine. « Les photographies de canoë ou la mise en scène des expériences touristiques par l'image », Revue des sciences sociales, n°54, juillet 2015, pp. 124-131, ISSN 1623-6572.

MARSAC, Antoine. « Couple et expédition de montagne. Le modèle alpin au Canoë Club en 1942 », in OTTOGALLI-MAZZACAVALLO Cécile et SAINT-MARTIN Jean (dir.). Femmes et hommes dans les sports de montagne, au-delà des différences, Grenoble : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme Alpes, 2009, ISBN : 978-2-914242-34-9, pp. 315-331.

PALDACCI, Mathieu. « Le blogueur à l’épreuve de son blog », Réseaux [en ligne], vol.138, n°4, 2006, [consulté le 11 septembre 2017] Disponible sur le Web. URL <http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RES_138_0073>.DOI:10.3917/res.138.0073.

POCIELLO, Christian et DENIS, Daniel. A l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde : 1890-1940. Voiron : Presses universitaires du sport, 2000. ISBN : 2-912321-48-4, 325 p.

PORRET, Michel. « La bande dessinée éprouve l’histoire », in PORRET, Michel (dir.). Objectifs bulles, bande dessinée et histoire, Genève : Georg, 2008, pp. 11-40, 302 p. ISBN : 2825709611.

RICOEUR, Paul. Soi-même comme un autre. Paris : Seuil, 1990. 424 p. ISBN-10: 2757853082.

ROBERT, Pascal. Polyptyque. Pour une anthropologie communicationnelle des images, « Culture numérique », Paris, Hermann, 2015, 227 p. ISBN 978 2 7056 9005 2.

SIMMEL, Georg. La philosophie de l’aventure, Paris : L’Arche, 2002, 120 p. ISBN : 2851815245.

UHL, Magali. « La narration visuelle, une pensée en présence. Propositions pour une introduction alternative des images en sociologie », Revue des Sciences Sociales, n°54, juillet 2015, pp. 21-32. ISSN 1623-6572.

VENAYRE, Sylvain. « Une histoire des représentations : l’aventure lointaine dans la France des années 1850-1940 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique. [En ligne], 84 | 2001, [consulté le 12 septembre 2017]. URL : http://chrhc.revues.org/1856

Haut de page

Notes

1 Hergé, Tintin L’oreille cassée, 1993 (rééd. version couleur 1943), Casterman. 62p. ISBN-10: 2203001054.

2 Job, Derib et Dominique Yakari et le Coyote, album n°12, Lombard, 1986, 48p. ISBN 2-203-30312-3.

3 Il s’agit de planches de 1921 du CCF non retenue dans le corpus car ne relevant pas de la critique de l’aventure.

4 Source : La rivière, n°236, janvier 1932.

5 Nicolas Hulot s’associe par exemple, au champion Feuillette dans la descente du Rio Palaressa pour l’émission Ushuaïa diffusée sur TF1. Auparavant, les Carnets de l’aventure avaient été produits par Antenne 2.

6 Des animateurs de télévision comme Patrice Drevet, les commentateurs des rallyes ou raid comme le Paris-Dakar ou encore Philippe de Dieuleveult décédé en 1985 en rafting sur le fleuve Zaïre y ont participé.

7 Le rafting est apparu en France dans les années 1980. Dans Sales blagues, Vuillemin (2013) parodie cette pratique proche du canoë. Celle-ci apparaît avec le franchissement non voulu d’une chute d’eau par l’équipage.

8 www.canalblog.aifck.org

9 Des décisions ont été prises à travers lesquelles les fédérations sportives fondent leur action. La doctrine des sports du Haut Comité des sports (1964, p. VIII) tend à vanter les règlements : " Le sport, par la discipline qu'il impose, fait découvrir la réussite de la règle, des bienfaits de l'effort gratuit et organisé. Par la vie en équipe, il donne le respect de la hiérarchie loyalement établie, le sens de l'égalité et de la solidarité et de l'indépendance. ». En réalité, l’application de ce texte cache de nombreuses disparités en termes de participations (hommes/femmes ou adultes/ enfants) dans les compétitions sportives. Le droit présent dans les règlements est donc ici interrogé.

10 La bande dessinée est utilisée régulièrement comme visuel pour les affiches d’évènements de canoë tant en France qu’à l’étranger. Voir à ce propos Canoë-kayak magazine.

11 La descente torse nu des hommes est une habitude très tôt décriée au sein du Canoë Club. Voir à ce sujet La Rivière, 246, 1932, p. 200.

12 Amorcée en 1976 voir BEAUDOU 1996.

13 Date de parution pour réutiliser une bande dessinée avec le même titre que celui d’un film pornographique. Voir les bandes dessinées oubliées : http://bdoubliees.com/asuivre/auteurs2/denis_j_c_.htm. Une récente réédition de l’intégrale (DENIS, 2016) ne nous permet pas de présenter ces planches dans le cadre de cet article.

14 La revue ne paraîtra que quatre fois et avec un tirage limité d’avril à juillet 1986. Concurrencée par Canoë Kayak Magazine, revue initialement liée à la FFCK.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende PALSOYE, Jacques. La rivière, janvier 1932, n°236, p. 12
Crédits © Jacques Palsoyé
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Image 2
Légende Affiche par Charles Berg pour les championnats du monde canoë-kayak de 1987
Crédits Source : archives de l’AIFCK, 1987. © Charles Berg (avec l’autorisation de l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Image 3
Légende Charles Berg, Les cahiers du musée de la batellerie. Du Pertuis à l’écluse, Paris : Ministère de la Culture, 1997, ISBN : 2-909044-34-3, p. 6, p. 7 et p. 9
Crédits © Charles Berg/Musée de la batellerie (avec l’autorisation de Charles Berg)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2389/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Image 4
Légende Alain Feuillette et Jean Lutz, Le canoë-kayak en 10 leçons, Paris : Hachette, 1980, ISBN : 2-010063-33-3, couverture. Illustrations de Pierre Jacquelin
Crédits © Feuillette, Lutz et Jacquelin/Hachette
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2389/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Image 5
Légende Jean-Claude Préssurot. Tout sur le canoë-kayak en bandes dessinées, Guide pratique Authier, Paris : G. Authier, 1978, ISSN : 0154-6732, p.8
Crédits © Jean-Claude Préssurot/Authier
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2389/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Marsac, « Des sportifs embarqués dans l'aventure en canoë », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2389

Haut de page

Auteur

Antoine Marsac

Antoine Marsac est sociologue, Maître de conférences au laboratoire C3S, à Dijon. Ses recherches portent sur les liens entre sport, tourisme et territoires. Il s’intéresse à l’ethnographie des acteurs mobilisés dans les processus de mise en tourisme des territoires et d'innovation liés à l'offre et aux usages des espaces de pratique sportive. Il a publié de nombreux articles où il est amené à interroger le rôle des activités dans la nature dans l’attractivité touristique des lieux.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals