Navigation – Plan du site

Introduction : Quand le 9e art se joue du sport

Introduction: When Graphic Narratives Criticise Sport
Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Résumés

Les analyses qui se centrent sur les liens qui existent entre la bande dessinée et le sport sont très peu nombreuses. Par conséquent, le but général de cette étude est d’apporter un éclairage historiographique sur les travaux des chercheurs francophones qui ont tenté d’articuler le 9e art et le sport au sein de leurs recherches. Après avoir positionné les différentes études, il s’agit d’insister sur un aspect particulier et nouveau qui a donné naissance à la thématique Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ? Dit autrement, l'enjeu majeur de cette présentation est d’introduire l’idée que la bande dessinée porte le plus souvent un regard critique sur le sport qu’elle utilise et met en scène.

Haut de page

Texte intégral

1Malgré la controverse soulevée par Arnd Krüger et John Marshall Carter (CARTER et KRÜGER, 1990), Allen Guttmann est connu pour avoir défini le sport moderne à partir de sept critères : l’aspect séculier, la rationalisation, la bureaucratisation, la quantification, l’égalité, la spécialisation et le record (GUTTMANN, 1978, p. 16). Mais les exercices physiques, pourtant considérés comme éloignés de la littérature, de la sculpture, de la musique, de la peinture, du cinéma, de l’architecture ou encore de la bande dessinée, flirtent plus qu’on aurait pu le penser avec le domaine de l’art. Pendant la première moitié du XXe siècle, leurs chemins se confondent même ponctuellement lors des Jeux olympiques (LOUDCHER et VIVIER, 2000 ; GUILLAIN, 2004 ; BAUER et GOMET, 2008). Le sport, qui englobe tout type d’activités physiques réalisées dans un but récréatif, hygiénique ou compétitif tout en se déroulant dans un cadre règlementaire minimal (EICHBERG, 1998), est donc parfois le sujet, l’objet ou le thème principal d’une approche artistique. Le sport-spectacle confirme pourtant que ces pratiques constituent potentiellement le support d’une dramaturgie ou d’une esthétique. Plus encore, et pour rester en continuité avec le thème de l’exemplarité étrangère, Allen Guttmann montre que l’art peut être une véritable source pour l’historien du sport en révélant les nombreux liens qui existent entre les sports et l’art américains (GUTTMANN, 2011).

  • 1 S’agissant de la dimension européenne, les auteurs renvoient au numéro spécial dirigé par Sébastien (...)

2Au niveau européen, après le travail sur l’image de la femme sportive exposé en 2003 au Musée Olympique de Lausanne (GUIDO, 2003), le CESH (European Committee for Sport History) a organisé un colloque en 2007 autour du sport et de l’art (Laurent, 2009). De nombreux chercheurs étrangers étaient présents. Mais en France, peu d’historiens du sport empruntent alors la voie tracée par Pierre Frayssinet (FRAYSSINET, 1968), Pierre Charreton (Charreton, 1985) ou Pierre Chazaud (CHAZAUD, 1992), pour ne citer que ces précurseurs. Plus encore, les études qui se centrent sur les liens qui existent entre la bande dessinée et le sport sont très peu nombreuses. Par conséquent, le but général de cette introduction est d’apporter un éclairage historiographique sur les travaux des chercheurs francophones qui tentent d’articuler le 9e art et le sport au sein de leurs recherches1. Après avoir positionné les différentes études, il s’agira d’insister sur un aspect particulier et privilégié par cette thématique intitulée Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ? Dit autrement, l'enjeu majeur de cette présentation est d’introduire l’idée que la bande dessinée porte le plus souvent un regard critique sur le sport qu’elle met en scène. Faut-il voir les artistes et les créateurs de littérature dessinée comme les acteurs privilégiés d’une remise en cause de l’apologie du sport ? A n’en point douter, cette vision contestataire est appréhendée par les historiens, géographes, chercheurs en Staps ou encore sociologues qui saisissent l’opportunité d’approfondir encore les questionnements soulevés par les œuvres illustrées.

Historiographie croisée de la bande dessinée et du sport

3En France, de nombreux travaux traitent de l’histoire du sport (TERRET, 2007, TETART, 2007), de l’histoire de l’éducation physique scolaire (ARNAUD, 1983 ; ATTALI et SAINT-MARTIN, 2004 ; LOUDCHER, 2011 ; OTTOGALLI-MAZZACAVALLO et LIOTARD, 2012), de l’historiographie du sport (VIVIER et al., 2005 ; TERRET et FROISSART, 2013 ; VIVIER et al., 2016) comme d’autres révèlent l’histoire de la bande dessinée (MOLITERNI, 1980 ; GROENSTEEN, 2009), de l’historiographie de la bande dessinée (BAUDRY, 2010 ; STEFANELLI, 2012). Le moment semble propice pour s’immerger dans une historiographie du sport dans la bande dessinée. Bien avant le développement d’études bédéiques inscrites spécifiquement dans le champ des Staps, quelques travaux pionniers sur le sujet voient le jour. Épistémologiquement, ces travaux de recherche s’inscrivent d’abord dans des champs scientifiques bien identifiés avant de rassembler plusieurs points de vue et convoquer diverses méthodologies. Ils sont donc estampillés du sceau de la pluridisciplinarité.

  • 2 En 1983, Alain Chante soutient une thèse en histoire intitulée Images de l’armée dans la bande dess (...)

4En effet, les premiers travaux réalisés à partir de bandes dessinées destinées à la jeunesse sont ancrés dans le champ de l’histoire. En 1987, un article de vulgarisation est rédigé par Alain Chante. Ce travail illustre la première catégorie scientifique qui concerne l’évolution de la place et de la fonction du sportif dans un magazine hebdomadaire de renom, ici dans le journal Tintin (CHANTE, 1987). Ce texte correspond à la communication d’Alain Chante donnée en janvier 1980 au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ayant pour thème « Les sportifs dans la bande dessinée ». De par sa formation, l’approche de l’auteur est historique2. A travers une étude quantitative détaillant l’évolution du nombre de pages concernant les héros sportifs, le chercheur montre que Tintin voit disparaître ses plus grands sportifs après 1971. L’étude montre également la domination de l’athlétisme, de la natation et du cyclisme pour les histoires vécues, d’une part, et des sports mécaniques, des sports de combats et du tennis pour les récits imaginaires, d’autre part. Enfin, Alain Chante avance que la fonction du héros évolue considérablement passant d’un champion qui est « le condensé de toutes les vertus » (CHANTE, 1987, p. 9) à un sportif qui tente d’atteindre « un mieux-être » (CHANTE, 1987, p. 12). En défricheur, grand connaisseur de l’univers de la bande dessinée et certainement nostalgique de ses lectures d’enfance, l’universitaire réalise une étude pionnière dans la mesure où les analyses qui empruntent ce sillon de catalogage historique paraissent plus d’une vingtaine d’années plus tard (PORRET, 2016). Mais plus encore, le travail d’Alain Chante incarne ce passage progressif vers une approche universitaire historique et culturaliste, qui caractérise les années 1990, suite au déclin de la vague sémio-linguistico-structuraliste qui domine les études de la bande dessinée des années 1970-1980 (STEFANELLI, 2012, p. 24-27).

5La seconde entrée, essentiellement exploitée à partir des champs de la sociologie et de l’histoire, consacre le thème du territoire. Apparaissant au début des années 2000, ces travaux de qualité très inégale analysent les pratiques sportives au détour d’une entrée spatiale dans la bande dessinée. Dans un chapitre intitulé « Les influences régionales dans la bande dessinée d’Aquitaine », et après avoir évoqué la campagne de Dordogne, la vigne, le vin ou encore le berger pyrénéen à travers les bandes dessinées, Pierre Pommier en vient à effectuer l’inventaire des sports représentés par les artistes aquitains (POMMIER, 1999). Outre la corrida, l’auteur s’arrête notamment sur le rugby des Rubipèdes de Michel Iturria et les jeux de force basque à travers Le templier des sables de Philippe Caupenne. Ici, l’idée est de montrer « l’affirmation du sentiment régional » (POMMIER, 1999, p. 110) en exhibant l’identité du bassin aquitain dans les bandes dessinées créées par des créateurs originaires de la région bordelaise. De manière pratiquement identique, Isabelle Papieau consacre un chapitre de quatre pages au titre évocateur « La banlieue et le sport » extrait de son livre La banlieue de Paris dans la bande dessinée (PAPIEAU, 2001). L’auteure met en avant le dépassement de soi inhérent à la pratique de la boxe présent dans le tome 2 « Les choses au poing » des aventures de Gérard Lambert (Renaud et Jacques Armand). Mais Isabelle Papieau insiste surtout sur les vertus unificatrices du football, sport phare des banlieues, mises en avant dans Ricky Banlieue (Frank Margerin) et Ethnik ta mère (Farid Boudjellal et Thierry Jollet). Selon l’auteure, le football pratiqué par ces héros des banlieues serait « un loisir "refuge" » apparaissant même être un « vecteur de reconnaissance et de cohésion sociales en gommant les différences, en misant sur le brassage ethnique » (PAPIEAU, 2001, p. 108). Dans une analyse plus détaillée et problématisée, Christian Jannone se situe dans la même veine en montrant comment « l’Afrique apparaît […] comme une terre d’aventure et d’évasion privilégiée dans le neuvième art » (JANNONE, 2000, p. 222) notamment lorsqu’il s’agit d’exploits sportifs. Intéressés par un espace spécifique, ces auteurs utilisent la bande dessinée comme un prétexte pour caractériser les représentations d’une zone géographique, révélant souvent des problématiques liées aux identités (JALLAT, 2016 ; FARRE, 2016).

6La troisième catégorie, apparue à la fin des années 2000, réunit essentiellement des chercheurs issus des champs de la littérature, de la philosophie, ou encore parfois des arts graphiques, qui travaillent sur la représentation du mouvement et du corps sportifs. Dans cette voie, s’inscrit par exemple le travail d’Alain Boillat qui s’attache à étudier l’œuvre de Marius O’Galop, notamment à travers ses dessins publiés dans Le Rire au début du 20e siècle (BOILLAT, 2009). Dans un chapitre, intitulé « décomposition : les mouvements du sportif », le chercheur en histoire et esthétique du cinéma analyse avec pertinence les illustrations de Marius O’Galop en rapport avec les sports mécaniques, cyclistes ou encore athlétiques. Mais il s’attarde notamment à montrer comment, par ses traits destinés à représenter les lignes de mouvement et les éclaboussures, le dessinateur se joue de l’histoire des techniques de nage, et notamment l’usage de termes spécifiques anglais comme l’over stroke ou encore le crawl (BOILLAT, 2009, p. 38). Toujours en utilisant des outils d’analyse graphiques, un article de 2012 montre comment Pellos (célèbre dessinateur sportif) déforme l’anatomie en raccourcissant les jambes et les bras selon les nécessités du cadrage et de la mise en scène. Le dessinateur modifie les proportions corporelles du héros sportif montré à la jeunesse en fonction des épreuves auxquelles il est confronté (LAFFAGE-COSNIER et al., 2012c). Se centrant sur les aspects graphiques ou le récit, les études d’auteurs de formations littéraires se multiplient. Tour à tour, l’éthique du corps dans Dragon Ball (DUCARME, 2015), l’esthétique du manga (BOUCHARD, 2016), l’image de l’engagement sportif au féminin (GAUCHER, 2016), l’influence des travaux d’Étienne-Jules Marey sur le représentation du mouvement graphique (OESTERLE, 2016) ou la place du corps dans les bandes dessinées à thème sportif (VIDELIER, 2016 ; BOZARD, 2016), par exemple, sont étudiés par des chercheurs initialement formés et influencés par les « belles-lettres ». Mais plus encore, ces études sont menées par des spécialistes de la bande dessinée ou des sciences sociales du sport qui, ne se limitant plus à la superficialité de l’intrigue ou de l’étude des représentations, s’engagent dans de fines analyses du corps et du mouvement graphique. Il s’agit ici d’un point de jonction scientifique essentiel, mais somme toute assez logique, entre le sport et la bande dessinée.

7La quatrième catégorie rassemble des travaux analysant les mythes sous-tendus par les bandes dessinées. Utilisant une entrée méthodologique composite de type sémio-historique inspirée notamment des travaux de Roland Barthes, deux communications universitaires sont effectuées de concert par des historiens bisontins du sport en 2010. Toutes les deux exploitent des dessins de Pellos : l’une est consacrée à l’étude de la construction du mythe de Marcel Cerdan par la bande dessinée de L’Équipe-Junior en 1951 (LOUDCHER, 2010), l’autre interprète les mythologies qui animent le dessinateur lorsqu’il illustre un héros sportif pendant la guerre (LAFFAGE-COSNIER et al., 2012a). A n’en point douter, ces deux travaux inaugurent une période qui est marquée du sceau de la pluridisciplinarité. En effet, appréhender les liens subtils entre le sport et la bande dessinée n’est pas chose aisée tant ces deux notions sont en elles-mêmes déjà complexes, notamment au niveau de leur définition et de leur délimitation. Ainsi, cet objet de recherche nouveau, véritable « objet-frontière » (boundary object) pour reprendre le concept de Susan Star et de James Griesemer (STAR et GRIESEMER, 1989), nécessite parfois le développement de méthodologies mixtes et innovantes qui s’inscrivent dans un processus « d’hybridation » des disciplines scientifiques (DOGAN et PAHRE, 1989). Dans la continuité de ces travaux, et toujours en utilisant les bandes dessinées de Pellos comme matériau, des études ont convoqué les mythologies politiques pour analyser le destin d’un athlète lorsqu’il part en guerre (LAFFAGE-COSNIER et al., 2012b). Récemment, l’utilisation croisée d’outils relevant à la fois des champs de l’histoire, du management et de la philosophie a permis de mettre en exergue le mythe du progrès de l’homme à l’œuvre au sein des premiers albums de la série Michel Vaillant (LAFFAGE-COSNIER et al., 2017).

8La dernière catégorie rassemble des travaux qui évoquent la critique du sport par la bande dessinée de fiction. Cette thématique n’apparaît que très récemment dans les travaux universitaires. C’est ce mouvement historiographique qui constitue le cœur de cet opus de Comicalités Études de culture graphique. Faisant l’objet d’une attention particulière dans ce numéro spécial, cette catégorie « critique du sport par la BD » doit être développée plus en profondeur dans le point suivant pour en comprendre sa genèse et son originalité.

La bande dessinée, un art contre l’unanimisme de l’idéologie sportive ?

9Les travaux universitaires centrés sur l’analyse de la critique du sport par la BD voient le jour en octobre 2012. Deux historiens du sport et un spécialiste de l’Antiquité donnent une communication ayant pour titre « Les Jeux olympiques célébrés par Bibi Fricotin, Les Pieds Nickelés, Astérix et les Schtroumpfs » à l’occasion du 15e Carrefour d'Histoire du Sport organisé à Rouen sur le thème Accueillir, organiser et célébrer les Jeux olympiques (LAFFAGE-COSNIER et al., 2014b).

10Bien évidemment, le projet tentait de lutter contre une forme d’ethnocentrisme de l’histoire politique, économique, institutionnelle ou encore olympique qui, en tant que détentrice autoproclamée du monopole de l’histoire du sport, est marquée par une condescendance assumée et une absence d’intérêt à l’égard des sources évoquant les classes populaires. En effet, les magazines de bandes dessinées évoquent et sont souvent associés à La Culture du pauvre (HOGGART, 1970) qu’il s’agit pourtant d’analyser dans la mesure où « le visuel […] contribue à la construction d’un imaginaire collectif » (DELPORTE, 2006, p. 17). Ainsi, dans le but de révéler les représentations des Jeux au sein de cette littérature de jeunesse, l’étude de 2012 propose d’analyser les albums « olympiques » de quatre séries (Bibi Fricotin, Les Pieds Nickelés, Astérix et Les Schtroumpfs), véritables succès prisés par les générations des Trente Glorieuses. D’une part, ce travail montre que ces bandes dessinées, en parodiant le héros sportif et en critiquant la mise en scène olympique, cherchent à séduire les jeunes lecteurs critiques à l’égard des pratiques compétitives. D’autre part, les trois historiens bisontins soulignent le passage progressif, de l’après-guerre au début des années 1980, d’une vision caricaturale et humoristique des Jeux délivrée par les Bibi Fricotin et autres Pieds Nickelés à l’émergence d’une perspective plus éducative et moralisatrice chez Astérix ou Les Schtroumpfs. Au final, l’étude montre que les plus célèbres BD olympiques mettent en avant, de façon étonnante et d’une manière troublante, la façon dont les personnages principaux, mus généralement en « anti-héros sportifs », affichent l’archétype du « Français moyen », roublard, râleur et débrouillard, se désintéressant de la victoire finale. Aussi, à leur façon, les créateurs de ces BD olympiques célèbres questionnent la place, le rôle, voire même l’utilité et la crédibilité du classement à l’issu d’un spectacle sportif.

11Dans la continuité de cette étude, d’autres articles scientifiques viennent compléter, de façon plus détaillée encore, la capacité de la bande dessinée à dénoncer les travers du sport compétitif contemporain. Dans le cadre de l’exposition Potion magique organisée à Madrid, il est question de la précieuse boisson ingérée par Astérix lors des Jeux olympiques (LAFFAGE-COSNIER et al., 2014a). L’étude révèle que l’utilisation du processus parodique génère une critique du mythe sportif mettant en avant l’utopie démocratique de l’égalité des chances. Dans un univers délibérément burlesque, les aventures sportives d’Astérix et Obélix tournent en dérision un élément fondateur du sport qui le lie à l’établissement de règles, ainsi qu’aux principes de loyauté et de fair-play. Plus encore, les facéties d’Astérix, véritables fictions appartenant à la culture commune, marquent l’imaginaire collectif au point d’atteindre les discours réels sur le dopage sportif. À titre d’exemple, l’article prend le cas d’une chronique publiée dans le supplément "Sport & forme" de l'édition spéciale Espagne du journal quotidien Le Monde du samedi 19 novembre 2011, dans laquelle l'ancien tennisman français Yannick Noah s'interroge sur la domination des sportifs ibériques dans le monde, à la fois en football, en basket-ball, en handball ou encore au Tour de France. Pour Yannick Noah, « aujourd'hui, le sport c'est un peu comme Astérix aux Jeux olympiques : si tu n'as pas la potion magique, c'est difficile de gagner. Et là, on a l'impression que, comme Obélix, [les Espagnols] sont tombés dans la marmite. Les veinards » (NOAH, 2011).

12Cet exemple montre à quel point les bandes dessinées d’Astérix, et bien d’autres encore, favorisent l’association entre les exploits sportifs et la suspicion d’une prise d’élixirs illicites. Comme le souligne aussi Laurent Grün quelques temps plus tard, les personnages de René Goscinny incarnent à merveille les excès du sport souvent synonymes de chauvinisme, de tricherie, de dopage, de domination mercantiliste des masses, d’exclusion sur la base du sexe ou encore d’exploitation des athlètes (GRÜN, 2016, p. 203). De la même manière, l’analyse approfondie de l’album Les Schtroumpfs olympiques montre qu’après les thèmes de « règlementations et arbitrage » et d’ « entraînement » abordées par Peyo, c’est bien le thème de la tricherie, et plus particulièrement du dopage, qui remporte incontestablement la palme (VIVIER et al., 2014). Plus encore, le travail de Pascal Robert, publié dans la revue Loisir et Société / Society and Leisure (ROBERT, 2018a), s’inscrit aussi dans la démonstration de mécanismes qui interrogent les corps sportifs, et montre en quoi les bandes dessinées relèvent d’une logique « subversive » (ROBERT, 2018b). Les corps des « anti-héros » de bandes dessinées franco-belges classiques (Gaston, Achille Talon, Iznogoud et Haroun El Poussah ou encore Astérix et Obélix) subvertissent l’activité sociale, le mode de vie bourgeois, la pratique sportive ou encore l’exercice du pouvoir au sens foucaldien du terme.

13Les résultats de ces récentes publications universitaires mettent en exergue que, selon les périodes, une vision critique du sport est transmise à la jeunesse par l’intermédiaire de ces bandes dessinées. Même les travaux qui portent sur des œuvres contemporaines, comme ceux de Vincent Marie sur les albums du dessinateur et ancien professeur d’éducation physique Baru, montrent que « le sport est souvent instrumentalisé par le patronat, qui cherche à créer une illusion chez les participants afin de les éloigner des luttes sociales » (MARIE, 2016, p. 252). L’album L’enragé est également « une fable féroce sur la fascination de l’argent et l’aliénation sociale » (MARIE, 2016, p. 255). Fais péter les basses Bruno ! révèle « l’illusion de l’intégration par le sport dans le contexte de la mondialisation » (MARIE, 2016, p. 258) et, finalement, Baru soulève les processus d’exclusion et de précarité vécus par les immigrés en France, notamment lorsqu’il est question de pratiques sportives populaires comme le football et la boxe (MARIE, 2016, p. 262). S’il s’agit effectivement de « faire rire » (MELANÇON, 2016, p. 102) à travers l’illustration de pratiques sportives, les dessinateurs remettent néanmoins en cause les valeurs supposées inhérentes au sport contemporain. S’inscrivant dans la continuité des caricaturistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle qui croquent le Tour de France (CHAZAUD, 2003), les Jeux olympiques (GUILLAIN, 2008) ou encore, plus largement, les exercices corporels (LOUDCHER et VIVIER, 1999), ces dessinateurs du 9e art fustigent l’idéologie sportive unanimiste.

14Ces critiques hérétiques à l’égard de la déferlante et consensuelle bienveillance envers les prétendus bienfaits du sport compétitif ne sont pas nouvelles. Dans le domaine des sciences humaines et sociales du sport, les différents auteurs qui remettent en cause le modèle sportif dominant sont bien connus. À cet égard, l’article de Philippe Liotard propose une synthèse exhaustive des différents courants qui s’attachent à bousculer la citadelle sportive (LIOTARD, 2000). En effet, si les années 1970 voient « la naissance de la méritocratie sportive » (VERCHERE, 2016), elles sont aussi marquées par un « foisonnement intellectuel » (LIOTARD, 2000, p. 122) créé par l’émergence de courants contestataires de critique de l’institution sportive (BROHM, 1976), de la sportivisation des contenus scolaires (PUJADE-RENAUD, 1974 ; LE BOULCH, 1977), de la pédagogie techniciste (PARLEBAS, 1975) ou encore du dévoilement de l’emprise normative des pouvoirs sur le corps (VIGARELLO, 1978). Cette vague critique aux multiples facettes est bien évidemment concomitante de la montée des adversaires de la société de la consommation des années 1960, mais plus largement de la société capitaliste accentuée par la crise de Mai 1968 (BANTIGNY et al., 2017). Pour comprendre la verve de l’accusation, et ne citer que le représentant emblématique de la critique dite radicale, Jean-Marie Brohm (ATTALI et ROBENE, 2015) affirme que « le sport est non seulement une politique de diversion sociale, de canalisation émotionnelle des masses, mais plus fondamentalement encore une coercition anthropologique majeure qui renforce et légitime l’idéologie productiviste et le principe de rendement de la société capitaliste » (BROHM, 2006, p. 219). Bref, ces trouble-fêtes de l’admiration de la performance et de la liesse populaire des stades marquent l’histoire du mouvement sportif de la fin des Trente Glorieuses.

15Cette large tendance à la critique du sport est bien sûr évoquée à cette époque dans les fameux albums d’Astérix. Rien d’étonnant à ce que le thème du dopage, par exemple, apparaisse fortement lors des matchs de rugby dans Astérix chez les Bretons (GOSCINNY et UDERZO, 1966), seulement trois ans après des réflexions nationales d’envergure. C’est effectivement en janvier 1963, lors du colloque européen d’Uriage-les-Bains, placé sous le patronage du Haut-Commissariat à la Jeunesse et aux Sports dirigé par Maurice Herzog, qu’est définit le doping et qu’est proposée, déjà à cette époque, la création d’une instance internationale chargée de lutter et de prévenir le dopage qui fait rage lors des rencontres sportives. De la même manière, une des dernières cases d’Astérix aux Jeux olympiques, qui insiste sur toutes les langues bleues des romains tricheurs et disqualifiés, teintées par un colorant déposé dans la marmite, fait partie de la culture commune des bédéphiles (GOSCINNY et UDERZO, 1968). L’impact de ces fictions est très fort. Ces aventures d’Astérix facilitent la critique et produisent une forme d’association sociale entre la réalisation de performances exceptionnelles et la prise de substances dopantes.

16Ces résistances et contestations au mouvement sportif dominant apparaissent dans un contexte de contre-cultures musicales, cinématographiques ou encore politique des années 1960-1970 (BOURSEILLER et PENOT-LACASSAGNE, 2013). Cette période est aussi synonyme d’évolution majeure dans l’histoire de la narration graphique dans la mesure où s’opère une « artification de la bande dessinée » (HEINICH, 2017), c’est-à-dire une « autonomisation sur le modèle du champ artistique » (SEVEAU, 2012, p. 256) qui la fait passer de la catégorie du divertissement pour enfants à celle de l’art. Même si cette transformation peut paraître périphérique, elle n’est pas sans conséquence sur la portée des œuvres dessinées. En effet, si « le Neuvième Art ne manque jamais de se moquer de lui-même, de ses codes, de ses conventions et de ses mythes » (GROENSTEEN, 2009, p. 257), il est aussi le lieu par excellence de la critique de la société et une forme de résistance au monde dans lequel il prend naissance dans la mesure où il appartient bien au domaine de l’art. À ce sujet, la position de Jean Tinguely selon laquelle l’art est ouverture au monde, donne sens à la vie, est séduisante. L’art est bien une mise en scène destinée à produire une émotion liée au plaisir esthétique (AUDI, 2010) et, plus largement, à émouvoir en sollicitant les sens et l’imagination. Il est donc caractérisé par un versant transgressif et dénonciateur ne faisant qu’alimenter nos propos. Comme Jean Tinguely l’écrit, « L’Art est révolte » (HULTEN, 1974). L’art est là pour nous montrer le monde, et donc le sport, autrement.

Quand la bande dessinée bouscule le sport : un angle mort de la recherche

17Comme nous l’avons vu précédemment, les travaux universitaires analysant la présence de la critique du sport dans la bande dessinée sont récents et encore restreints. Néanmoins, ces premiers articles démontraient qu’un grand pan du champ de la bande dessinée restait encore inexploité. Il convenait donc de créer un appel d’air à ce fort potentiel de recherches en suscitant des parutions d’articles par la création d’une thématique intitulée Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?

18L’ambition de ce dossier spécial est bien d’esquisser des réflexions originales relatives à la critique du sport dans le 9e art. En effet, la bande dessinée, aussi appelée « littérature dessinée » (GROENSTEEN, 2007, p. 7), montre qu’elle est placée à la croisée de l’art littéraire (DÜRRENMATT, 2013) et de l’art graphique (CIMENT et GROENSTEEN, 2010). Autant d’ingrédients constituant son identité et son essence qui sont donc à même de remettre en question ou de poser un regard distant sur le sport compétitif et mercantile dans lequel s’illustrent parfois sélections et discriminations (LIOTARD, 2017). Les contributrices et contributeurs de ce numéro spécial ont réfléchi sur la façon dont les bandes dessinées, mais aussi plus largement les arts graphiques, interpellent le fonctionnement normatif du sport. L’analyse des représentations des règles ou encore des limites est centrale dans ce dossier. En effet, les thèmes de l'espace, du geste technique, de la violence, de la déviance, par exemple, ou plus largement de la critique du sport sont traités de manière originale par les bédéistes et les graphistes. Il s’agit de questionner la dimension émancipatrice de la narration, du graphique et de l’esthétisme de la bande dessinée, qu’elle soit artistique, alternative, indépendante, mainstream, traditionnelle, éducative, numérique, etc. Au final, les articles retenus pour cette thématique s’inscrivent dans une vision critique du sport, au sens historique de la notion de crise (DURING, 1981 ; STARN, 1971), présente dans la bande dessinée. Trois axes majeurs se sont dessinés.

19Le premier met l’accent sur les études des bandes dessinées qui revisitent les normes spatiales du sport. Christophe Meunier (Docteur en géographie) analyse les deux albums de la série Max Winson réalisée par Jérémie Moreau consacrée à un champion de tennis hors normes. L’auteur montre de quelle manière la narration iconotextuelle se met au service d’un récit d’espace original qui ne possède pas de frontières matérielles, brisant les codes habituels. Christophe Meunier insiste aussi sur la construction du discours socio-spatial qui est évoqué par le court de tennis, en l’occurrence l’enfermement du sport contemporain dans une logique commerciale et libérale. L’article met également en avant les influences de la spatialité de l’aire de jeu sur la pratique sportive tout en prenant soin d’utiliser des outils méthodologiques originaux, comme le montrent les très illustratifs schémas spatiogénétiques. Denis Jallat (Maître de conférences en Staps) et Yann Descamps (Docteur en civilisation américaine) s’inscrivent dans cette continuité en montrant comment Branner, qui publie la série Bicot au cours de l’Entre-deux-guerres, joue sur l’imaginaire des territoires, des séparations et des limites sportives. Denis Jallat et Yann Descamps analysent le statut pluriel et polymorphe de la palissade et du terrain vague des Playground, qui possède finalement une double symbolique. D’une part, les murs de planche matérialisent la distinction et la séparation des mondes et, d’autre part, ils constituent parfois un trait d'union entre des univers et des milieux différents. Ainsi, pour les deux auteurs, la palissade des Playground serait en fait un territoire géo-symbolique constituant à la fois un espace interdit synonyme de protection tout en étant une véritable ligne de démarcation. Ce système d’inclusion-exclusion que la palissade met à l’œuvre permet aux héros d’être confrontés aux règles sociales, mais aussi de les remettre en question, voire de les combattre.

20D’ailleurs, la seconde catégorie réunit des analyses portant sur des bandes dessinées qui questionnent les normes sociales à travers le sport. Patrick Legros (Maître de conférences - HDR en Sociologie) montre que la déviance sportive, les conflictualités sociales et la violence sont récurrentes dans les scénarii des Pieds Nickelés portant sur les différentes formes d’utilisation du vélo dessiné par Pellos (les courses cyclistes, le vélo des gendarmes ou encore la bicyclette du paysan). Grâce à une analyse originale et des graphiques révélateurs, Patrick Legros souligne comment se manifeste la contestation sociale d’un sport à travers des vedettes hantées par le contournement de l’éthique et la morale sportive, corrompues par l’attrait économique et la notoriété et, enfin, aguerries aux techniques de tricherie et de dopage. Mais plus encore, Les Pieds Nickelés incarnent particulièrement la remise en question de l’ordre établi dans la mesure où ils ridiculisent les institutions telles que les officiels des courses cyclistes ou encore les gendarmes en vélo à travers des courses-poursuites mémorables. Venant d’horizons différents, mais fins connaisseurs de bandes dessinées, Laurent Grün (Docteur en Staps), Vincent Marie (Docteur en histoire contemporaine) et Michel Thiébaut (Docteur en histoire ancienne) étudient la représentation graphique des violences sociale et sportive mises en avant dans l’œuvre de Baru. Ces trois chercheurs montrent que, même s’il ne constitue pas la thématique majeure des productions graphiques de l’artiste, le sport est un prétexte à la dénonciation des nombreuses formes de violences sociale, économique et politique présentes dans la société contemporaine. Ancien professeur d’éducation physique dans le second degré, Baru s’intéresse aux destins sombres et aux trajectoires chaotiques de personnages issus de la classe ouvrière, qui ont à affronter les violences ordinaires du quotidien. En définitive, le sport chez Baru est la métaphore du déterminisme socio-culturel, de la séparation des sexes, de la confrontation des groupes sociaux, de la fragilité du vivre ensemble ou encore de la revanche sociale, comme peut l’incarner la boxe par exemple.

21Enfin, les articles qui montrent de quelle manière les œuvres graphiques redéfinissent les normes corporelles sportives constituent le troisième axe de ce dossier. Antoine Marsac (Maître de conférences en Staps) s’est attaché à une tâche très ardue : celle d’apporter un éclairage sur une thématique originale, la pratique sportive du canoë, à travers une production artistique atypique publiée entre 1930 et 2000, en partie en marge des revues et des éditeurs centraux de la bande dessinée. En étudiant trois axes, que sont les règlements et l’éthique des politiques sportives, le corps et le genre et, enfin, le rapport aux espaces naturels ; Antoine Marsac révèle les mécanismes iconographiques et narratifs qui mettent en avant un univers épique et conquérant issu de la tradition d’aventure. Mais la mise en image de l’activité « canoë » remet également en question ses normes. L’iconographie analysée interroge aussi la masculinité hégémonique et remet en question les normes propres à cette activité. Le travail de Kilian Mousset (Docteur en Staps) et de Jean-Nicolas Renaud (Maître de conférences en Staps) prend lui-aussi l’angle des normes corporelles à travers l’analyse de la sportivité des techniques corporelles de Rahan. Les deux historiens du sport et de l’éducation physique montrent comment André Chéret s’amuse à brouiller les codes corporels en plongeant ses jeunes lecteurs dans une époque préhistorique au sein de laquelle le héros réalise des techniques gestuelles plutôt propres aux univers sportifs des années 1970-1980. Même si les gestes sportifs portent des traits bien identifiables pour le connaisseur, Kilian Mousset et de Jean-Nicolas Renaud révèlent qu’André Chéret s’émancipe des normes et des règles d’efficacités sportives pour rendre le graphisme du mouvement plus visible. C’est sans aucun doute à travers ce jeu insolite utilisant les évocations du geste sportif, certes biaisées, dans un univers préhistorique que se jouent la renommée et le succès de Rahan.

22Au-delà de la diversité et de la richesse des thèmes abordés par cette thématique, le champ de départ s’inscrit principalement dans le courant de l’histoire culturelle. Mais d’une façon générale, « bien souvent, [l’histoire culturelle] interroge les conditions de production des œuvres davantage que leur sens propre laissé à l’histoire » (LEVY-DUMOULIN, 2010, p. 251). Ainsi, même si les différents travaux publiés dans cet opus thématique convoquent l’histoire de la maison d’édition ou la biographie des auteur·e·s, ils interrogent le contenu graphique, les messages (anti-)sportifs et leur portée éducative éventuelle. En effet, la multiplication des bandes dessinées dans le paysage visuel des jeunes et des adultes crée une culture visuelle particulière du sport. Par conséquent, les messages relatifs aux pratiques corporelles exhibées dans les albums dessinés peuvent être porteurs de discours critiques à l’égard du sport, et ce pour des générations successives. Mais plus encore, les auteur·e·s pouvaient emprunter, comme point de départ de leur réflexion, le paradoxe entre d’un côté des auteurs de bandes dessinées qui intègrent le sport, le validant comme fait social majeur, et, de l’autre, leurs œuvres qui en donnent une image critique et contestent ses normes. L’ambivalence, très forte ici, est d’autant plus intéressante et stimulante pour les chercheur.se.s dans la mesure où le sport, comme la bande dessinée, sont tous les deux souvent considérés comme des sous-objets universitaires.

23D’ailleurs, la bande dessinée contemporaine n’est pas en reste en se servant des côtés obscurs du sport de compétition comme fil conducteur du récit. De réelles perspectives de recherches futures sont offertes. Plusieurs exemples peuvent être signalés à ce sujet. Après avoir publié le premier tome de Prolongations sous-titré Passion (WALTER, 2014), au sein du deuxième volume, sous-titré quant à lui Dépendance, Robin Walter continue à nous immerger dans l’univers de la Ligue 1 de football à travers des héros investis dans ce milieu (WALTER, 2015). Tour à tour, le lecteur découvre par exemple le malaise du corps arbitral, le fanatisme d’un supporter mettant en péril l’équilibre de sa vie familiale ou encore le climat latent d'homophobie qui règne dans le milieu du football (image 1).

Image 1

Image 1

WALTER Robin, Prolongations. Dépendance, Volume 2, Vincennes : Des Ronds dans l'O, 2015, p.41

© Walter Robin / Des Ronds dans l'O. Image publiée avec l’autorisation de l’auteur.

24Dans Mon père était boxeur, récit autobiographique de Barbara Pellerin mis en images par Vincent Bailly et Kris (PELLERIN et al., 2016), il est question d’incompatibilité entre les performances sportives et une vie de couple sereine, mais aussi du rôle de père difficile à assumer. Plus encore, la période de retraite sportive très alcoolisée du héros-boxeur révèle la vulnérabilité pouvant apparaître au cours de la carrière de tous les athlètes de haut niveau (ÉRARD et SZERDAHELYI, 2013). Concernant les représentations du sport pratiqué par les jeunes, le 9e art ne met pas toujours en avant les pratiques physiques comme synonyme de facteur de progrès, d’outil d’éducation et d’épanouissement. À travers Les vestiaires, Timothé Le Boucher aborde avec gravité les questions du harcèlement et des relations dans les vestiaires de sport au sein desquels les corps se mettent à nu, se jaugent ou se comparent (LE BOUCHER, 2014). Dans Jeu décisif, Théo Calméjane utilise notamment comme point de départ narratif la tyrannie des ambitions du père d’une jeune joueuse de tennis qui souhaite devenir professionnelle (CALMEJANE, 2017). Les ambitions parentales et les exigences imposées par la compétition s’opposent aux histoires romantiques de l’adolescence et aux velléités sentimentales de l’apprentie championne (image 2).

Image 2

Image 2

CALMEJANE Théo, Jeu décisif, Grenoble :Glénat, 2017, p.105

© Théo Calméjane / Glénat. Image publiée avec l’autorisation de l’auteur.

Conclusion

25Au regard de l’effervescence des pistes de réflexion proposées par les auteur·e·s de cette thématique et de l’enthousiasme général en faveur des bandes dessinées sportives évoquées précédemment, maniant aisément la critique, ne faudrait-il pas ainsi remettre en question l’idée couramment admise selon laquelle la jeunesse demeure unanimement favorable et admirative de la compétition sportive ? Plus encore, les succès de ces bandes dessinées ne révèlent-ils pas une certaine futilité du sport pour les lecteurs ou, tout au moins, une forme de dérision subtile ? Si cette thématique tente d’apporter des réponses originales et de nouveaux éclairages aux lectrices et lecteurs, il n’en demeure pas moins qu’ils peuvent déjà se délecter quelques instants des fameuses caricatures de Pellos insistant sur la cocasserie de la dramaturgie du sport et choisies pour illustrer l’affiche du 7e Festival international de la bande dessinée d'Angoulême de 1980 (http://www.bdangouleme.com/​203,les-affiches-du-festival).

Haut de page

Bibliographie

Bandes dessinées citées

CALMEJANE, Théo. Jeu décisif. Grenoble : Glénat, 2017. 109 p. ISBN 978-2-344-01233-8

GOSCINNY, René. UDERZO, Albert. Astérix aux Jeux olympiques. Paris : Dargaud, 1968. 44 p. Sans ISBN

GOSCINNY, René. UDERZO, Albert. Astérix chez les Bretons. Paris : Hachette, 1966. 44 p. Sans ISBN

LE BOUCHER, Timothé. Les vestiaires. Antony : la Boîte à bulles, 2014. 127 p. ISBN 978-2-84953-201-0

PELLERIN, Barbara. KRIS. BAILLY, Vincent. Mon père était boxeur. Paris : Futuropolis, 2016. 71 p. ISBN 978-2-7548-1212-2

WALTER, Robin. Prolongations. Dépendance, Volume 2. Vincennes : Des Ronds dans l'O, 2015. 70 p. ISBN 978-2-917237-80-9

WALTER, Robin. Prolongations. Passion, Volume 1. Vincennes : Des Ronds dans l'O, 2014. 71 p. ISBN 978-2-917237-72-4

Articles de presse

NOAH, Yannick. « La potion magique ». Le Monde, 19 novembre 2011. [en ligne], 2011 [consulté le 24 novembre 2017]. Disponible sur le Web. URL http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/11/19/la-potion-magique-par-yannick-noah_1605664_3242.html

Ouvrages et articles scientifiques

ARNAUD, Pierre. Les savoirs du corps : éducation physique et éducation intellectuelle dans le système scolaire français. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1983. 317 p. Coll. « Médecine et Société ». ISBN 2-7297-0174-5

ATTALI, Michaël. ROBENE, Luc. « Le corps comme objet de pensée critique : Jean-Marie Brohm et la critique radicale de l'éducation physique sportive ». In ROBERT, André. GARNIER, Bruno (dir.). La pensée critique des enseignants : éléments d'histoire et de théorisation. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 167-188. Coll. « Penser les valeurs en éducation et en formation ». ISBN 979-10-240-0575-1

ATTALI, Michaël. SAINT-MARTIN, Jean. L’Éducation physique de 1945 à nos jours. Les étapes d’une démocratisation. Paris : Armand Colin, 2004. 327 p. Coll. « Dynamiques ». ISBN 2-200-26660-X

AUDI, Paul. Créer : introduction à l'esth/éthique. Lagrasse : Verdier, 2010. 853 p. Coll. « Verdier poche ». ISBN 978-2-86432-593-2

BANTIGNY, Ludivine. GOBILLE, Boris. PALIERAKI, Eugénia (dir.). « Les "années 1968" : circulations révolutionnaires ». Monde(s), vol. 11, no. 1, 2017.

BAUDRY, Julien. « La naissance de la bande dessinée : panorama historiographique ». Phylacterium. Réflexions sur la bande dessinée, [en ligne], 2010 [consulté le 24 novembre 2017]. Disponible sur le Web. URL https://phylacterium.wordpress.com/2010/01/18/la-naissance-de-la-bande-dessinee-panorama-historiographique/

BAUER, Thomas. GOMET, Doriane. « Géo-Charles : poète reporter de la natation olympique de 1924 ». In MUNOZ, Laurence (dir.). Usages corporels et pratiques sportives aquatiques du XVIIIe siècle au XXe siècle. Tome 2, Paris : L’Harmattan, 2008, p. 165-179. Coll. « Espaces et Temps du Sport ». ISBN 978-2-296-06244-3

BOILLAT, Alain. « La figuration du mouvement dans les dessins de presse et albums illustrés signés "O'Galop" : des images en séries (culturelles) ». 1895 Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, n°59/12, 2009, p. 22-46, http://dx.doi.org/10.4000/1895.3915

BOUCHARD, Éric. « Esthétique de la bande dessinée sportive japonaise ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 39-60. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

BOURSEILLER, Christophe. PENOT-LACASSAGNE, Olivier (dir.). Contre-cultures !. Paris : CNRS Éditions, 2013. 314 p. ISBN 978-2-271-07507-9

BOZARD, Laurent. « Un esprit simple dans un corps sage et vice-versa. Images et discours sportifs chez Goossens ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. :227-246. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

BROHM, Jean-Marie. La tyrannie sportive : théorie critique d'un opium du peuple. Paris : Beauchesne, 2006. 244 p. Coll. « Prétentaine ». ISBN 978-2-7010-1495-1

BROHM, Jean-Marie. Sociologie politique du sport. Paris : Delarge, 1976. 357 p. Coll. « Corps et Culture ». ISBN 2-7113-0034-X

CARTER, John Marshall, KRÜGER, Arnd (dir.). Ritual and Record: sports records and quantification in pre-modern societies. New York : Greenwood Press, 1990. 174 p. Coll. « Bibliographies and indexes in world history ». ISBN 0-313-25699-3

CHANTE, Alain. « La fonction du sport et du sportif d’après la BD. Évolution dans le journal Tintin ». Apollo BD, n°2, Septembre 1987, p. 3-12.

CHARRETON, Pierre. Les Fêtes du corps : histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France (1870-1970). Saint-Étienne : CIEREC, 1985. 172 p. Coll. « Travaux ». ISBN 2-901559-12-3

CHAZAUD, Pierre. « Caricatures et imaginaires du Tour de France ». In PORTE Patrick. VILA Dominique (dir.). Maillot jaune : regards sur cent ans du Tour de France. Anglet : Atlantica ; Paris : Musée National du Sport ; Châtellerault : Musée Auto Moto Vélo, 2003, p. 583-597. Coll. « Sport et Mémoire ». ISBN 2-84394-641-7

CHAZAUD, Pierre. « La dramaturgie du sport et son esthétique dans l’art du XXe siècle ». Macolin, n°6, 1992, p. 22-25.

CIMENT, Gilles. GROENSTEEN, Thierry (dir.). 100 cases de maîtres : un art graphique, la bande dessinée. Paris : La Martinière, 2010. 235 p. ISBN 978-2-7324-4140-5

DELPORTE, Christian. Images et politique en France au XXe siècle. Paris : Editions Nouveau Monde, 2006. 488 p. ISBN 2-84736-179-0

DOGAN, Mattei. PAHRE, Robert. « Domaines hybrides en sciences sociales : innovations aux intersections des disciplines ». Revue internationale des sciences sociales, n°121(1), 1989, p. 503-517.

DUCARME, Frédéric. « L’éthique du corps dans le Manga Nekketsu : l’exemple de Dragon Ball d’Akira Toriyama ». In GUILLAUME, Isabelle. LANDOT, Aymeric. LE ROY LADURIE Irène. MARTINE, Tristan (dir.). Les langages du corps dans la bande dessinée. Paris : L’Harmattan, 2015, p. 141-151. Coll. « Mouvement des savoirs ». ISBN 978-2-343-07228-9

DURING, Bertrand. La crise des pédagogies corporelles. Paris : Éditions du Scarabée, 1981. 279 p. Coll. « En-jeu ». ISBN 2-7145-0056-0

DÜRRENMATT, Jacques. Bande dessinée et littérature. Paris : Classiques Garnier, 2013. 232 p. Coll. « Études de littérature des XXe et XXIe siècles ». ISBN 978-2-8124-1713-9

EICHBERG, Henning. Body cultures: essays on sport, space and identity. London: Routledge, 1998. 166 p. Coll. « Jacinta O'Brien ». ISBN 0415172322

ÉRARD, Carine. SZERDAHELYI, Loïc. « Sport de haut niveau et vulnérabilités : le cas du basket-ball et du handball (1968-1975) ». In TERRET, Thierry. ROBENE, Luc. CHARROIN, Pascal. HEAS, Stéphane. LIOTARD, Philippe (dir.). Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 385-397. ISBN 978-2-7535-2734-8

FARRE, Sébastien. « L’aventurier au ballon rond. Éric Castel, transitions et identités européennes ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 219-226. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

FRAYSSINET, Pierre. Le sport parmi les beaux-arts, Paris : Dargaud, 1968. 124 p. Coll. « Nouvelle frontière ». D. L. 18585-68

GAUCHER, Julie. « Bécassine sportive ? ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 141-157. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

GROENSTEEN, Thierry. La bande dessinée : mode d'emploi. Bruxelles : Les Impressions nouvelles, 2007. 223 p. Coll. « Réflexions faites ». ISBN 978-2-87449-041-5

GROENSTEEN, Thierry. La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres. Paris : Skira/Flammarion, Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, 2009. 422 p. ISBN 978-2-08-122757-6

GRÜN, Laurent. « Astérix gladiateur et Astérix aux Jeux Olympiques : description des pratiques antiques ou dénonciation des dérives du sport moderne ? ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 191-207. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

GUIDO, Laurent. HAVER, Gianni (dir.). Images de la femme sportive aux XIXe et XXe siècles. Genève : Georg, 2003. 254 p. ISBN 2-8257-0849-6

GUILLAIN, Jean-Yves. « Les caricatures de presse ou les Jeux de 1924 révélés ». In TERRET Thierry (dir.). Les paris des Jeux olympiques de 1924. Volume 4, Biarritz, Paris : Atlantica, 2008, p. 1093-1115. ISBN 978-2-7588-0123-8

GUILLAIN, Jean-Yves. Art et olympisme : histoire du concours de peinture. Anglet : Atlantica, Paris, Musée national du sport, 2004. 251 p. Coll. « Sport et Mémoire ». ISBN 2-84394-763-4

GUTTMANN, Allen. From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports. New York : Columbia University Press, 1978. 198 p. ISBN 0-231-03993-X

GUTTMANN, Allen. Sports and American Art from Benjamin West to Andy Warhol. Amherst : University of Massachusetts Press, 2011, 277 p. Coll. « Sport et Mémoire ». ISBN 978-1-55849-874-7

HEINICH, Nathalie. « L’artification de la bande dessinée ». Le Débat, n°195/3, 2017, p. 5-9, http://dx.doi.org/10.3917/deba.195.0005

HOGGART, Richard. La Culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre. Paris : Les Éditions de Minuit, 1970. 423 p. Coll. « Le Sens commun ». ISBN 2-7073-0117-5

HULTEN, Pontus. Jean Tinguely : Méta. Traduit du suédois par Paul Lebeer, Anne Rubinlicht-Proux et Malou Höjer. Paris : Ed. Pierre Horay, 1974. 363 p. Sans ISBN

JALLAT, Denis. « Bicot et le sport. Une vision de l’Amérique de l’entre-deux-guerres offerte aux jeunes lecteurs français ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 159-189. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

JANNONE, Christian. « La conquête illustrée des années trente : l’aventure en Afrique dans la bande dessinée franco-belge ». In POCIELLO, Christian. DENIS, Daniel (dir.). A l'école de l'aventure : pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde (1890-1940). Voiron : Presses universitaires du sport, 2000, p. 221-235. ISBN 2-912321-48-4

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. LOUDCHER, Jean-François. ACETI, Monica. « Un héros de bandes dessinées à la guerre : entre mythologies antiques et superpouvoirs sportifs ». In ROBENE, Luc (dir.). Le sport et la guerre : XIXe-XXe siècles. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012a, p. 171-179. ISBN 978-2-7535-2126-1

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. LOUDCHER, Jean-François. VIVIER, Christian. « La guerre et ses représentations dans la Bande Dessinée : La destinée du héros sportif chez Pellos dans le journal Junior (1938-1940) ». Modern & Contemporary France, Volume 20, Issue 3, 2012b, p. 287-305, http://dx.doi.org/10.1080/09639489.2012.692668

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. VIVIER, Christian (dir.). « Bande dessinée, Arts Graphiques et Sport en Europe ». European Studies in Sports History, à paraître.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. VIVIER, Christian. LOUDCHER, Jean-François. « Le corps sportif dans la presse illustrée de jeunesse. L’exemple de la série dessinée Jean-Jacques Ardent Athlète dans le journal Junior (1938-1939) ». Le Temps des Médias. Revue d’histoire, n°19/2, 2012c, p.187-204, http://dx.doi.org/10.3917/tdm.019.0187

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien, VIVIER, Christian, THIEBAUT, Michel. « La potion magique d’Astérix : entre message de préservation de la santé et parodie de l’égalité des chances dans le sport ». In GONZALEZ AJA Teresa, IRURETA-GOYENA Pilar (dir.). ¿Poción mágica? Sobre sustancias y métodos que modifican el rendimiento: Exposición bibliográfica, Madrid, Plaza y Valdés, 2014a, p. 73-85. ISBN 978-84-16032-40-2

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. VIVIER, Christian. THIEBAUT, Michel. « Les Jeux olympiques célébrés par Bibi Fricotin, Les Pieds Nickelés, Astérix et Les Schtroumpfs ». European Studies in Sports History, Vol. 7, 2014b, p. 197-221.

LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. GARCÍA-ARJONA, Noemi. VIVIER, Christian. « Engines at Top Speed! Using the Adventures of a Comic Book Motorsports Hero as an Approach to Understanding Recent French History ». Sport in History, 2017, p. 1-22, http://dx.doi.org/10.1080/17460263.2017.1358655

LAURENT, Daniel (dir.). L’Art et le Sport. Biarritz : Atlantica, 2 tomes, 2009. 559 p. Coll. « Sport, Mémoire et Société ». ISBN 978-2-7588-0159-7

LE BOULCH, Jean. Face au sport : de l'éducation physique en France depuis 1945 à la psychocinétique. Étude critique et perspectives. Paris : ESF, 1977. 236 p. ISBN 2-7101-0141-6

LEVY-DUMOULIN, Olivier. « Esquisse d'un bilan de l'histoire culturelle en France depuis 1995 ». In SIRINELLI, Jean-François. CAUCHY, Pascal. GAUVARD, Claude (dir.). Les historiens français à l'œuvre, 1995-2010. Paris : PUF, 2010, p. :237-259. ISBN 978-2-13-058498-8

LIOTARD, Philippe. « Compréhension du corps et dénonciation du sport (1968-1979) ». In TERRET, Thierry (dir.). Education physique, sport et loisir (1970-2000). Clermont-Ferrand : AFRAPS, 2000, p. 121-138. Coll. « Préparation aux concours de recrutement des enseignants d'EPS ». ISBN 2-910448-07-X

LIOTARD, Philippe. « Introduction : exposition aux discriminations ordinaires dans les sports ». Les cahiers de la Lutte Contre les Discriminations, n° 4, 2017, p. 12-19.

LOUDCHER, Jean-François (dir.). Éducation physique et sport dans le monde contemporain. Clapiers, AFRAPS, 2011. 286 p. Coll. « Préparation aux concours de recrutement des enseignants d'EPS ». ISBN 978-2-910448-18-9

LOUDCHER, Jean-François, VIVIER Christian, « Les concours olympiques d’Art de la VIIIe olympiade (1924) et l’Art sportif ». In SAINT-MARTIN, Jean. TERRET, Thierry (dir.). Le sport dans l’Entre-deux-guerres. Paris : L’Harmattan, 2000, p. 95-122. Coll. « Espaces et Temps du Sport ». ISBN 2-7384-9799-3

LOUDCHER, Jean-François. « Marcel Cerdan, la construction d’un mythe. Analyse de la représentation dans la bande dessinée de L’Équipe-Junior (1951) illustrée par Pellos et commentée par Robert Colombini ». In BAUER, Thomas. GOMET, Doriane (dir.). Histoire(s) de la performance du sportif de haut-niveau. Paris : INSEP, 2010, p .95-104. Coll. « Cahier de l’INSEP ». ISBN 978-2-86580-184-8

LOUDCHER, Jean-François. VIVIER Christian. « La santé dans les pratiques corporelles au milieu du XIXe siècle selon Honoré Daumier ». In TERRET Thierry (dir.), Sport et santé dans l’histoire, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1999, p. 475-483. Coll. « ISHPES - Studies ». ISBN 3-89665-119-6

MARIE, Vincent. « Sport et cultures populaires dans l’œuvre d’Hervé Baru ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 247-263. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

MELANÇON, Benoît. « BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 101-117. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

MOLITERNI ; Claude (dir.). Histoire mondiale de la bande dessinée. Paris : Horay, 1980. 250 p. Coll. « Les Classiques de la bande dessinée ». ISBN 2-7058-0097-2

OESTERLE, Raphaël. « Instants choisis : le "mouvement" en bande dessinée ». In BOILLAT, Alain, BOREL, Marine. OESTERLE, Raphaël. REVAZ, Françoise. Case, strip, action ! Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959). Gollion : Infolio, 2016, p. 122-155. ISBN 978-2-88474-821-6

OTTOGALLI-MAZZACAVALLO, Cécile. LIOTARD, Philippe (dir.). L'éducation du corps à l'école : mouvements, normes et pédagogies (1881-2011). Clapiers : AFRAPS, 2012. 379 p. Coll. « Préparation aux concours de recrutement des enseignants d'EPS ». ISBN 978-2-910448-20-2

PAPIEAU, Isabelle. « La banlieue et le sport ». In PAPIEAU, Isabelle. La banlieue de Paris dans la bande dessinée. Paris : L'Harmattan, 2001, p. 103-108. Coll. « Logiques sociales ». ISBN 2-7475-1546-X

PARLEBAS, Pierre. « Jeu sportif, rêve et fantaisie ». Esprit, n° 446, 1975, p. 784-803.

POMMIER, Pierre. « Les influences régionales dans la bande dessinée d’Aquitaine ». In POMMIER, Pierre (dir.). Éducation & bande dessinée en Aquitaine. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, 1999, p. 81-110. ISBN 2-86781-238-0

PORRET, Michel. « Veille à ta garde Johnny ! L’imaginaire de la boxe dans la bande dessinée ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 63-99. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

PUJADE-RENAUD, Claude. Expression corporelle : langage du silence. Paris : ESF, 1974. 128 p. Coll. « Collection Science de l'éducation ». ISBN 2-7101-0051-7

ROBERT, Pascal. « L’anti-corps (sportif) et le contre-pied (subversif). Bio-politique du corps anti-sportif dans la bande dessinée franco-belge ». Loisir et Société / Society and Leisure, à paraître en 2018a.

ROBERT, Pascal. La bande dessinée : une intelligence subversive. Lyon : Presses de l’Enssib, à paraître en 2018b.

SEVEAU, Vincent. « La bande dessinée ». In HEINICH, Nathalie. SHAPIRO, Roberta (dir.). De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art. Paris : Éd. de l’EHESS, 2012, p. 253-260. Coll. « Cas de figure ». ISBN 978-2-7132-2336-5

STAR, Susan Leigh. GRIESEMER James. « Institutionnal ecology, ‘Translations’, and Boundary objects: amateurs and professionals on Berkeley’s museum of vertrebate zoologie ». Social Studies of Science, vol. 19, n° 3, 1989, p.387-420, https://doi.org/10.1177/030631289019003001

STARN, Randolph. « Historians and "crisis" ». Past & Present, Vol. 52, Issue 1, 1 January 1971, p. 3-22, https://doi.org/10.1093/past/52.1.3

STEFANELLI, Matteo. « Un siècle de recherches sur la bande dessinée ». In MAIGRET, Éric. STEFANELLI, Matteo (dir.). La bande dessinée : une médiaculture. Paris : Armand Colin, INA, 2012, p. 17-49. Coll. « Médiacultures ». ISBN 978-2-200-27020-9

TERRET, Thierry. FROISSART, Tony. Le sport, l'historien et l'histoire. Reims : Épure, 2013. 309 p. ISBN 978-2-915271-67-6

TERRET, Thierry. Histoire du sport. Paris : Presses universitaires de France, 2007. 126 p. Coll. « Que sais-je ? ». ISBN 978-2-13-056148-4

TETART, Philippe (dir.). Histoire du sport en France. De la Libération à nos jours. Paris : Vuibert, Musée national du sport ; Le Mans : Université du Maine, 2007. 523 p. Coll. « Sciences, Corps & Mouvements ». ISBN 978-2-7117-7142-4

TETART, Philippe (dir.). Histoire du sport en France. Du Second Empire au régime de Vichy. Paris : Vuibert, Musée national du sport ; Le Mans : Université du Maine, 2007. 470 p. Coll. « Sciences, Corps & Mouvements ». ISBN 978-2-7117-7141-7

VERCHERE, Raphaël. « Les Sixties ou la naissance de la méritocratie sportive : du champion bien né au champion travailleur ». In LIOTARD, Philippe (dir.). Le sport dans les Sixties : pratiques, valeurs, acteurs. Reims : EPURE, 2016, p. 255-270. Coll. « Sport, Acteurs & Représentations ». ISBN 978-2-37496-023-4

VIDELIER, Philippe. « Mens sana in corpore sano : les corps en mouvement de la bande dessinée ». In MELANÇON, Benoît. PORRET, Michel (dir.). Pucks en stock : bande dessinée et sport. Chêne-Bourg : Georg, 2016, p. 19-37. Coll. « L'Équinoxe ». ISBN 9782825710418

VIGARELLO, Georges. Le corps redressé : histoire d'un pouvoir pédagogique. Paris : Delarge, 1978. 399 p. Coll. « Corps et Culture ». ISBN 2-7113-0090-0

VIVIER Christian, LOUDCHER Jean-François. VIEILLE-MARCHISET Gilles. « Histoire de l’histoire du sport et de l’éducation physique en France ». Sport History Review, vol. 46, Issue 1, May 2016, p. 18-42, https://doi.org/10.1123/shr.46.1.18

VIVIER, Christian, LOUDCHER, Jean-François. VIEILLE-MARCHISET, Gilles. « Histoire de l’histoire du sport et de l’éducation physique en France ». Sport History Review, vol. 36, Issue 2, November 2005, p. 154-178, https://doi.org/10.1123/shr.36.2.154

VIVIER, Christian. LAFFAGE-COSNIER, Sébastien. GARCIA-ARJONA, Noemi. GONZALEZ AJA, Teresa. THIEBAUT, Michel. « ¿Estaba dopado el pitufo debilucho? Otra mirada sobre el atletismo olímpico de los años 80 ». Materiales para la Historia del Deporte, n° 12, octobre 2014, p.41-51.

Haut de page

Notes

1 S’agissant de la dimension européenne, les auteurs renvoient au numéro spécial dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier (LAFFAGE-COSNIER et VIVIER, à paraître), intitulé « Bande dessinée, Arts Graphiques et Sport en Europe », publié dans la revue European Studies in Sports History.

2 En 1983, Alain Chante soutient une thèse en histoire intitulée Images de l’armée dans la bande dessinée pour enfants et adolescents, sous la direction de Charles-Olivier Carbonell, Université de Montpellier 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende WALTER Robin, Prolongations. Dépendance, Volume 2, Vincennes : Des Ronds dans l'O, 2015, p.41
Crédits © Walter Robin / Des Ronds dans l'O. Image publiée avec l’autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2392/img-1.png
Fichier image/png, 682k
Titre Image 2
Légende CALMEJANE Théo, Jeu décisif, Grenoble :Glénat, 2017, p.105
Crédits © Théo Calméjane / Glénat. Image publiée avec l’autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/2392/img-2.png
Fichier image/png, 409k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier, « Introduction : Quand le 9e art se joue du sport », Comicalités [En ligne], Bande dessinée et sport : stylisation, émancipation, contestation d'un univers normé ?, mis en ligne le 02 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/2392

Haut de page

Auteurs

Sébastien Laffage-Cosnier

Sébastien Laffage-Cosnier est Maître de conférences en STAPS et travaille au sein du laboratoire C3S « Culture, sport, santé et société » (EA 4660) de l'Université de Bourgogne - Franche-Comté. Ses recherches portent sur les cultures visuelles en sciences sociales du sport, sur les cultures populaires et enfantines et, enfin, sur l’histoire de l'éducation physique.
S’étant essayé à de nombreux sports au cours de sa jeunesse, il a surtout pratiqué la natation et le handball au niveau national. Il a également été sensibilisé à la peinture, au dessin, à la photographie argentique et à l’histoire de l’art, tout en étant bercé par les lectures d’Astrapi, de Pif Gadget et de Picsou Magazine. L’imaginaire de son adolescence a aussi été façonné par le dynamisme inédit et l’univers coloré des dessins animés japonais. Aujourd’hui, dans sa fonction d’enseignant-chercheur, il interroge les pratiques physiques au prisme des sciences sociales du sport, ainsi que des études visuelles, à travers le roman graphique, la BD, les cartes postales et les affiches ou encore les caricatures.

Christian Vivier

Christian Vivier est Professeur des Universités en STAPS et travaille au sein du laboratoire C3S « Culture, sport, santé et société » (EA 4660) de l'Université de Bourgogne - Franche-Comté. Ses travaux de recherche portent sur l’analyse historique des pratiques d’exercices physiques à partir de l’iconographie sportive (visual studies), sur l’historiographie du sport, de l’éducation physique et du loisir, sur l’histoire de l’éducation physique et, enfin, sur l’émergence et le développement de pratiques corporelles régionales.
Ancien joueur professionnel de basket-ball, il a grandi avec Astérix et la bande dessinée franco-belge avant de se passionner pour le roman graphique. Il a la chance aujourd’hui de pouvoir mêler son intérêt pour cette littérature éminemment visuelle avec ses réflexions dans le domaine des sciences sociales du sport. A partir d’une approche sémio-historique des représentations artistiques du sport (litho-graveurs, peintres, affichistes, photographes, bédéistes, etc.), ses interrogations personnelles et professionnelles aspirent au dévoilement du sens même, intime et profond, individuel et collectif, social et culturel, du mouvement corporel qui anime les adeptes des exercices physiques aux XIXe et XXe siècles.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals