Navigation – Plan du site
Lectures

Guy Bessette (dir.) (2007), Eau, terre et vie, communication participative pour le développement et gestion des ressources naturelles

Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/Éditions L’Harmattan
Alain Kiyindou
p. 289-292
Référence(s) :

Guy BESSETTE (dir.) (2007), Eau terre et vie, communication participative pour le développement et gestion des ressources naturelles, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/Éditions L’Harmattan

Texte intégral

1La préface rédigée par Guy Bessette souligne déjà les enjeux : traiter les questions conceptuelles et méthodologiques relatives à la communication pour faciliter la participation communautaire à la gestion des ressources naturelles. Cet ouvrage aborde donc des problématiques liées à la fois à la communication pour le développement, la communication participative et la communication pour le changement social. Des questions conceptuelles et méthodologiques y sont traitées par des chercheurs qui ont recours à la recherche-action et des agents de terrain d’Asie et d’Afrique. Chacun des chapitres expose une série de projets réalisés dans les pays en développement, notamment, en Asie et en Afrique. Les grandes questions que suscite l’application de la communication pour le développement sont, ainsi, mises en exergue. Elles concernent à la fois les pratiques et la recherche en gestion des ressources naturelles.

2Le concept de « communication pour le développement », utilisé par Nora Quebral (1971) a, depuis, orienté l’essentiel de la recherche en communication en Afrique et en Asie. La plupart des institutions de recherche et d’enseignement en communication de ces continents se sont lancées dans des programmes de formation et recherche dans ce domaine alors que le développement se trouve au centre des politiques publiques et gouvernementales. Rappelons toutefois que ce concept connaît plusieurs variantes ou appellations : communication pour le changement social, communication participative pour le développement, communication en appui au développement, parfois indistinctement utilisé.

3De manière générale, la communication participative pour le développement apparaît ici comme « une action planifiée, fondée d’une part sur des processus participatifs et d’autre part sur des médias et la communication interpersonnelle ». Les auteurs soulignent l’importance d’autant fondamentale de la participation que les objectifs des chercheurs sont souvent en décalage avec ceux de la population bénéficiaire. La communication participative pour le développement sert aussi à définir un but commun, à faciliter les échanges et les collaborations. Elle est donc selon Kwame Boafo, l’application systématisée d’un processus de planification et d’utilisation des ressources, canaux, approches et stratégies de la communication dans le but d’appuyer des objectifs de développement socioéconomique, politique et culturel et de susciter le progrès, le changement ou le développement. La communication participative dépasse la simple diffusion d’informations, quel que soit le moyen et vise la participation des populations à des initiatives de développement définies et choisies par elle.

4L’ouvrage souligne également le lien entre la gestion des ressources naturelles et le contexte sociopolitique, la répartition des pouvoirs, le rôle assigné aux hommes et aux femmes. Il met aussi l’accent sur les difficultés de l’approche communicationnelle pour le développement tout en présentant les enseignements tirés de l’expérience.

5Yacouba Konaté et Ahmadou Sankaré montrent comment le développement a été mis au service de la lutte contre la désertification marquant ainsi le passage de la méthode diffusionniste à une approche plus participative. La principale leçon tirée de cette expérience est, bien entendu, l’importance des acteurs et leurs synergies. Une expérience menée en Ouganda vient confirmer l’importance du destinataire de l’information. Elle concerne le programme de recherche sur la banane menée par l’organisation nationale de recherche agricole, campagne orientée vers l’incitation des producteurs de bananes à participer à la définition des problèmes les concernant.

6Une autre expérience décrite et analysée par Souleymane Ouattara et Kadiatou Ouattarra porte sur un projet de recherche-action mené au Burkina Faso au sujet de la gestion des ressources en eau. Les auteurs insistent sur le rôle que peut jouer la communication participative dans le règlement des conflits dans les villages.

7L’introduction d’Internet, même dans les régions les plus reculées, offre de nouvelles opportunités et de nouveaux usages. Ainsi, des forums électroniques de discussion ont pu être utilisés dans de nombreux pays, dont le Vietnam, les Philippines, le Cambodge, pour faciliter l’échange d’expériences entre formateurs.

8Les médias jouent également un rôle essentiel dans la communication pour le développement. Le cas de la radio communautaire est largement évoqué dans la mesure où elle offre aux membres d’une communauté la possibilité de se faire entendre et de participer, de ce fait, à la résolution des problèmes qui les concernent au premier chef.

9Mais malgré l’impact que peuvent avoir les médias contemporains, les auteurs rappellent les usages divers et variés des systèmes traditionnels de communication plus aptes, selon eux, à toucher les populations marginalisées. Au Zimbabwe, par exemple, le théâtre pour l’action communautaire appuie et facilite la participation des membres des communautés dans le Matabeleland dans leur lutte contre le VIH Sida. Au Nigéria, le théâtre et la musique traditionnelle sont utilisés pour diffuser l’information agricole destinée aux fermiers des communautés rurales. La musique aide également à aborder la question des inégalités entre les sexes au Malawi, au Kenya et au Ghana.

10Cet ouvrage souligne, à juste titre, le principe de la prise en compte des facteurs contextuels. La communication pour le développement est à penser au regard du rôle que peuvent y jouer les savoirs locaux. Une question éthique se pose tout de même, celle de savoir si les possibilités techniques de la communication nous autorisent à accroître la diffusion des savoirs locaux.

11La communication pour le développement est souvent confrontée à nombre de difficultés. L’une d’elles concerne la traduction de certains concepts dans les langues locales et la représentation des réalités dans les langues officielles. Luhn Kimhy rapporte qu’au Cambodge l’introduction des titres de propriétés a provoqué des abus au détriment des peuples autochtones qui, dans certains cas, ont été dépossédés de leurs terres ancestrales. À cela s’affrontent des logiques parfois contradictoires entre des scientifiques soucieux de protéger un environnement fragile et des autochtones attachés à leur droit ancestral d’exploiter la terre.

12La rencontre de plusieurs logiques conduit parfois à des situations inattendues, notamment en matière d’appropriation de l’information. L’introduction des méthodes scientifiques, par exemple, a convaincu certains agriculteurs ougandais à posséder deux champs : l’un pour faire plaisir aux chercheurs et aux vulgarisateurs, et l’autre pour leur propre satisfaction. Dans le premier ils appliquent les méthodes dictées par la recherche scientifique et dans le second, les savoir-faire ancestraux.

13Cet ouvrage met en évidence la diversité des pratiques en matière de communication participative pour le développement, un champs de recherche appelé à se développer, vue l’importance des problèmes auxquels l’humanité doit faire face.

Haut de page

Bibliographie

Quebrala, Nora (1971), « Development communication in the agricultural context », symposium in search of breakthroughs in agricultural development, Laguna, Philippines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Kiyindou, « Guy Bessette (dir.) (2007), Eau, terre et vie, communication participative pour le développement et gestion des ressources naturelles », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 289-292.

Référence électronique

Alain Kiyindou, « Guy Bessette (dir.) (2007), Eau, terre et vie, communication participative pour le développement et gestion des ressources naturelles », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1214

Haut de page

Auteur

Alain Kiyindou

Alain Kiryindou est maître de conférences habilité à diriger les recherches à l’Université de Strasbourg et Président de la Société française des sciences de l’information et de la communication. Courriel : alain.kiyindou@urs.u-strasbg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals