Navigation – Plan du site
Articles

Le journalisme gagné par la peoplisation

Identités professionnelles, déontologie et culture de la dérision
Benoît Grevisse
p. 179-197

Résumés

Habituellement cantonné à la presse spécialisée et à son traitement du monde du show-business, le people a étendu son champ d’exploitation dans un contexte déontologique de plus en plus complexe. Cette «faillite » déontologique s’explique notamment par l’évolution des relations entre monde politique et journalisme et par la culture de la dérision. Cette déstabilisation de l’autorégulation apparaît comme un des facteurs importants d’une redéfinition des métiers d’information, dans laquelle le public et ses attentes jouent un rôle majeur.

Haut de page

Texte intégral

1Du point de vue de la définition classique du journalisme, on peut se demander si les pratiques du people dans la presse ne sont pas l’exacte image inversée de cette profession, telle qu’elle tente de se constituer socialement et politiquement. L’analyse comparée des codes de déontologie internationaux permet de dégager trois grands devoirs, dont une des fonctions consiste à définir la profession journalistique : la recherche et la manifestation publique de la vérité, quelles qu’en soient les conséquences pour le journaliste ; le refus de la confusion du métier de journaliste avec d’autres activités relevant de la publicité, de tâches d’espionnage ou de police, ou encore de la confusion d’intérêts ; enfin, le respect des personnes, notamment de leur vie privée et de leur image.

2Les observateurs critiques de la vie journalistique professionnelle notent de nombreuses avancées déontologiques, mais aussi une progression fulgurante de la peoplisation des pratiques. Il y a bien un enjeu social et politique dans la dichotomie qui se dessine entre une presse de référence, réservée à un public favorisé intellectuellement et économiquement, et des médias populaires, meilleur marché, voire gratuits, pratiquant la confusion des genres. Mais on aurait tort de conclure à cette bipolarisation simple, à laquelle les productions présentes sur Internet pourraient pourtant faire croire. Il est assez évident que la gratuité de l’information et la possibilité donnée aux citoyens de s’essayer à l’information non professionnelle accentuent la tentation d’une telle analyse. Mais il faut se méfier de cette simplification, autant qu’il convient de ne pas laisser prise à une conception mythique d’un journalisme idéal, déontologiquement vertueux et idéologiquement affranchi des contraintes de production. L’information people — pour autant que ce soit une information journalistique — n’est pas un simple avatar, une nouvelle technique de la presse populaire ; pas plus qu’elle ne serait une totale nouveauté en journalisme. Sans verser dans une simplification abusive de la définition du people, on ne peut que noter que les rumeurs portant sur la vie des « grands » alimentaient déjà les ancêtres de la presse :

Dans cette recherche des origines, on peut tout aussi bien constater que nos chroniqueurs ne se désintéressent pas de la vie quotidienne et rapportent volontiers des commérages ou narrent des scandales. Le Journal d’un bourgeois de Paris (1409-1449), la Chronique scandaleuse, attribuée à Jean de Troyes (1461-1483), le Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536) tiennent à la fois de la chronique, des annales, de la gazette (Bellanger et al., 1969 : 28).

Une contamination

3On ne peut cependant ignorer que, dans une culture d’omniprésence médiatique, l’information-people contamine l’ensemble de la logique d’information actuelle. Elle combine un ensemble de traits convergeant vers une rentabilité facilitée et une transformation durable de la pratique journalistique.

4L’information-people concerne bien les « grands », les personnalités se distinguant à leur époque par leur notoriété. Elle met naturellement en scène la star traditionnelle, cernée dès 1957 par Edgar Morin. Mais, dans un processus d’accélération, elle canonise de plus en plus vite, et pour de moins en moins longtemps, d’éphémères vedettes, des anonymes issus de la téléréalité, des présentateurs ou des starlettes de télévision popularisées par les séries. L’information-people s’étend aussi notablement au politique, servant les stratégies de communication des plus habiles et réduisant la complexité de la chose publique à l’intrusion, parfois organisée, dans la vie privée.

5Pour Morin, la star est liée au cinéma. Elle apparaît à Hollywood, dans les années 1910. Elle est le produit de la concurrence des plus grands studios. La star s’inscrit dans une tension entre le façonnage, la standardisation d’un produit médiatique et sa divinisation par le grand public. Les années 1930 vont marquer son avènement :

L’amélioration des conditions matérielles d’existence, les conquêtes sociales, si restreintes soient-elles (congés payés, réduction de la journée de travail), de nouveaux besoins et de nouveaux loisirs, rendent de plus en plus exigeante une revendication fondamentale : le désir de vivre sa vie, c’est-à-dire de vivre ses rêves et de rêver sa vie.

Un mouvement naturel fait accéder les masses au niveau affectif de la personnalité bourgeoise. Leurs besoins se moulent dans les patrons-modèles régnants, qui sont ceux de la culture bourgeoise. Ils sont excités et canalisés par les moyens de communication que détient la bourgeoisie. Ainsi l’embourgeoisement de l’imaginaire cinématographique correspond-t-il à un embourgeoisement de la psychologie populaire (Morin, 1957 : 24).

6Le rapport à la star est double. Elle est à la fois inaccessible et modèle de vie. Objet de désir, elle permet à chacun de tenter sa chance et d’imiter ces dieux. L’analyse du dérèglement de ce système dans les années 1960 préfigure sa banalisation, mais aussi sa complexification.

Une fascination oblitérante

7Du système des stars à celui du people, il y a tout une révolution du médiatique et du journalistique. Dominique Wolton résume ainsi très pertinemment l’enjeu :

Rien ne sert là non plus de dénoncer les dérives du métier que tout le monde a à l’esprit. Il faut en comprendre les causes et dégager les solutions possibles. Il y a un prix à payer pour cette revalorisation du journaliste : un sérieux examen de conscience, qui dépasse l’autocritique narcissique observée dans certains colloques sur « la crise du journalisme ».

Si le public des pays occidentaux ne perçoit cet aggiornamento dans les dix à vingt ans qui viennent, et sans doute même avant, le contrat de confiance, silencieux mais indispensable, entre le public et ses informateurs risque de se rompre. Ce serait dommageable, car il s’agit d’un très beau métier : saisir au jour le jour le fil du temps, distinguer l’important du secondaire, tenter de l’expliquer à des publics invisibles. Mais il est plus difficile à faire aujourd’hui qu’hier, du fait de l’omniprésence de l’information. Plus il est facile techniquement de faire de l’information, plus son contenu pose des difficultés. Ce qui est gagné en facilité technique est perdu en signification. Ce fait déstabilise l’activité journalistique, nécessairement artisanale et dont le sens reste d’être capable, en spectateur de l’histoire, de distinguer jour après jour le tragique du superflu (Wolton, 1997 : 219).

  • 1  L’étrange traduction française du titre original ne laisse pas justement percevoir qu’il s’agit d’ (...)

8On pourrait compléter ce tableau en précisant qu’en gagnant le terrain de l’information people, la star de cinéma s’est dégradée en un personnage souvent plus tristement proche qu’olympien. Ses déboires sentimentaux, ses moments d’intimité volés, ses photos dévoilant nudité, imperfections physiques et petits gestes mesquinement humains contribuent à brouiller les codes du réel et de la fiction. Les limites entre médiatique et journalistique s’estompent. Cette vedette de série télévisée, photographiée au moment où elle se cure le nez, l’image volée des fesses d’une femme politique… Ces irruptions de curiosité, collectivement partagée, font descendre de leur piédestal ces personnalités, d’ordres et de fonctions très divers. Elles les plongent dans une même banalité rassurante. Cette proximité fondamentalement humaine oblitère la complexité. Seule l’intrusion voyeuriste signifie. Cette fascination pour la révélation de l’intimité handicape tout autre décodage, plus critique. Ces personnalités, correspondant dans la vie sociale à des étiquettes fonctionnelles (la vedette de série télé, le ministre, la princesse, le chanteur, etc.) se muent en simples caractères de fiction. La qualité du jeu de l’acteur, les performances vocales du chanteur, l’action politique du ministre s’effacent au profit d’une intrigue, aussi classique que stéréotypée. Gérard Spitéri (2004), évoquant The Uses of Literacy de Richard Hoggart1, rappelle ce goût prononcé du public, en culture de média de masse :

Le journal à grand public participe d’une sous-culture correspondant généralement à la « culture du pauvre », qui concerne les classes populaires non réductibles au prolétariat ouvrier, les petits commerçants et artisans — ceux qui feuillètent volontiers Le Parisien au comptoir du bistrot avec une attention soutenue pour le tiercé, le sport et les faits divers. Pour Richard Hoggart, l’homme du peuple a deux caractéristiques : la « personnalisation » et l’« atomisation ». Il nourrotale nprédi2hl="wSend" hreueaato

<4nnali191

3ne fascinatiode la presse populaire

7Du systèa>

u dr">Le joter ce tabtreûltureest assez én mythiqre des starliies preptioplisation rs sendiffic rec r trois greurs uillèesse populair relations entv ionr pas un side l’ée et à son traitemperpétu’étend aussi n relaq!-- uuotidieople d’
siola Lis deaalisèdsion,saiscatption, aun voycnicatp> re m gazcomp’Smunication, la oext"19>1385/p>3 inatb: a><5/pp. 4>The vie privich tie culvoycnion. La r, lvolontfiomentnlture de mlaires gazcomsu’étend aussi re origins une mse dfait déstfs

  • 1  L’é2range tradIl r trois gr

    Notes

    1  L’étrange traduction française du titre original ne laisse pas justement percevoir qu’il s’agit d’une analyse des usages faits par la clase populaire de l’alphabétisation.

    2  Il permet de suivre un individu tout au long de son existence, depuis l’adolescence chez ses parents jusqu’à la retraite, et combine des informations sur l’âge, le nombre de personnes au foyer et la présence d’enfants au foyer.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Benoît Grevisse, « Le journalisme gagné par la peoplisation », Communication, Vol. 27/1 | 2009, 179-197.

    Référence électronique

    Benoît Grevisse, « Le journalisme gagné par la peoplisation », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1321 ; DOI : 10.4000/communication.1321

    Haut de page

    Auteur

    Benoît Grevisse

    Benoît Grevisse est professeur à l’École de Journalisme de Louvain, de l’Université catholique de Louvain et membre de l’Observatoire du Récit Médiatique. Courriel : benoit.grevisse@uclouvain.be

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals