Navigation – Plan du site
Recherches

Les préférences musicales des lectrices du Bulletin des agriculteurs, 1939-1955

Chantal Savoie
p. 258-266

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des vingt dernières années, plusieurs travaux s’intéressant à la chanson québécoise dans ses dimensions historiques ont contribué à renouveler notre perception du passé musical populaire québécois. Des ouvrages de référence, comme le Dictionnaire de la musique populaire au Québec (Thérien et D’Amours, 1992) et la numérisation de l’Encyclopédie de la musique au Canada (Kalmann, Potvin et Winters, 1993), sont venus baliser le domaine des études sur la chanson en rendant accessibles de très nombreuses discographies, bibliographies et biographies. De même, un certain nombre d’entreprises plus circonscrites, qu’il s’agisse de cerner les principales influences qui ont façonné notre répertoire (Baillargeon et Côté, 1991 ; Côté, 1998), de faire l’histoire de l’enregistrement au Canada (Thérien, 2003), d’étudier La Bonne Chanson de l’abbé Charles-Émile Gadbois sous les angles du commerce et de la tradition (de Surmont, 2001) ou de rendre accessibles des sélections de textes de chansons (Chamberland et Gaulin, 1994 ; Leclerc, 1996), ont donné lieu à des publications d’intérêt. En outre, d’imposantes entreprises de numérisation des enregistrements sonores (la collection d’enregistrements numériques de la Bibliothèque nationale du Québec et le Gramophone virtuel de Bibliothèque et Archives Canada), de même que la mise en ligne de catalogues et de bases de données concernant les disques, partitions et programmes de spectacles, ont mis à la portée de tous de très volumineuses données qui permettent de mieux apprécier l’ampleur et la diversité des sources conservées.

2Ces contributions à l’histoire de la chanson québécoise s’intéressent cependant essentiellement à deux de ses dimensions : celle de la production (évolution de la technologie en général et des médias en particulier, maisons de disques, catalogues, partitions, étiquettes) et celle du texte (contenu textuel et musical, interprétation). Peu de travaux permettent, au-delà de quelques statistiques visant à mettre en évidence le succès d’un artiste ou les ventes d’un album, de saisir l’histoire de la chanson du point de vue de sa réception, et qui plus est de sa réception par le grand public. Dans ces circonstances, l’histoire de la chanson plus légitime (que ce soit sur le plan idéologique ou sur le plan esthétique) se trouve souvent favorisée quasi par défaut, au détriment de l’histoire des succès, des palmarès, des goûts et engouements du plus large public. Or, de l’avis de plusieurs chercheurs et dans la foulée de grandes orientations de recherche formulées par Robert Giroux, la nécessité de s’intéresser à la réception de la chanson par le grand public semble incontournable : « […] l’histoire de la chanson devrait bien plus apparaître comme l’histoire du type de consommation qui en est faite que comme l’histoire des chansons elles-mêmes à travers le temps » (Giroux, 1987 : 8).

Contribuer au renouvellement de l’histoire de la chanson

3Ce projet de recherche s’inscrit dans un vaste programme visant à contribuer au renouvellement de l’histoire et de l’analyse de la chanson québécoise en favorisant la poursuite de travaux qui s’intéressent à l’histoire de la chanson du point de vue de sa consommation et de sa réception. Si l’importance de considérer cet aspect négligé du domaine de la chanson a été soulignée par quelques chercheurs, peu d’études ont pourtant tenté d’étudier la chanson sous cet angle. En outre, si les études qui tiennent compte de la réception restent rares pour le domaine de la chanson québécoise contemporaine (soulignons à cet égard les recherches de Line Grenier, et plus particulièrement Grenier, 1992 et 2000), des obstacles supplémentaires surviennent lorsqu’on songe à aborder la question sous un angle historique. Les sources traditionnelles disponibles (discographies, catalogues, partitions, pochettes de disques, programmes de spectacles, critiques musicales, fonds d’archives divers) n’offrent pas toujours le matériel qui permettrait de réaliser les travaux, ou alors on doit adapter et interpréter ces outils afin d’évaluer le succès et la popularité des artistes (Schira et Giroux, 1987).

4En plus d’avoir abordé la chanson du point de vue de sa réception (Savoie, 1995), différents travaux menés sur la presse périodique féminine (Savoie 2004a ; Savoie 2004b ; Savoie 2003) m’ont amenée à m’intéresser aux courriers des lectrices et autres correspondances publiées dans les périodiques, qui donnent littéralement la parole aux lectrices. Loin d’être limitées aux affaires sentimentales, ces rubriques permettent souvent d’accéder à une culture commune qui échappe aux mécanismes traditionnels de conservation. Dans ce contexte, nous avons commencé à nous interroger à propos du courrier des lectrices du Bulletin des agriculteurs des années 1939 à 1955, qui se distingue des autres par les très nombreuses demandes musicales des abonné-e-s. Les titres des chansons dont il était question (des dizaines, mais parfois plus d’une centaine par livraison du Bulletin) suggéraient un engouement pour des œuvres dont il est assez peu question dans les différents articles, chapitres d’ouvrages et monographies sur la chanson québécoise de ces années.

5Les travaux de Jean-Nicolas de Surmont (2001) sur La Bonne Chanson en France et au Québec portent exactement sur la période couverte par les demandes des lectrices au Bulletin des agriculteurs. Toutefois, s’ils permettent de faire le point sur la Bonne Chanson, cette vaste entreprise de commercialisation d’un certain folklore dans un contexte où l’on souhaite contrer les influences jugées néfastes de la musique américaine (péril culturel) et de la chansonnette française (péril moral), ils laissent forcément dans l’ombre tant les contours exacts de la nature du répertoire envahissant et discrédité que l’ampleur de l’engouement qu’il suscite, pour se concentrer sur les stratégies de saturation du marché mises en œuvre pour contrer leur influence. Cette histoire d’une chanson largement soutenue par les autorités, et notamment le département de l’Instruction publique, gagnerait toutefois à être complétée par une histoire de la chanson populaire qu’elle cherchait justement à concurrencer. D’autant plus que la pression culturelle et linguistique des États-Unis, souvent évoquée pour justifier l’entreprise de Gadbois, ne semble pas à priori se refléter dans notre corpus, puisque seule une infime minorité des demandes concernent des chansons en anglais.

6Par ailleurs, les années 1940 demeurent à ce jour un pan somme toute négligé de l’histoire de la chanson québécoise. Les articles de Drapeau (1987), deux chapitres de l’ouvrage de L’Herbier (1974) et quelques remarques de Bruno Roy (1991) en résument les principales tendances et mettent en relief la coprésence du « folklore » de La Bonne Chanson, de la chansonnette d’origine française, des Variétés lyriques et du répertoire western en émergence. L’angle y est souvent celui des influences étrangères, françaises ou américaines, et le fil conducteur de l’argumentation tend à y voir une période de transition où le nouveau répertoire national valable joue un rôle marginal, du moins lorsqu’on le mesure à l’aune des années 1950 et 1960. Pour le reste, nous avons surtout accès aux discographies et aux sources qui mettent en valeur la production culturelle, de même qu’à des bilans de l’émergence de la radio, de son importance dans la diffusion de la chanson (principales émissions, artistes et animateurs vedettes) et des ajustement structurels qu’elle provoque dans l’industrie du disque. On connaît l’existence de quelques palmarès des chansons les plus appréciées du public à la fin de la décennie, notamment celui du bimensuel Radio ’49 (cité par L’Herbier, 1974 et Thérien et D’Amours, 1992), qui dénote un intérêt croissant pour la popularité et la naissance d’un vedettariat local. Si on a parfois tenu compte des données contenues dans ces palmarès de manière partielle, ils n’ont toutefois donné lieu à aucune étude systématique sous l’angle de la réception et des pratiques culturelles de grande consommation.

7Or, les données que nous souhaitons analyser sont justement parmi les rares qui permettent d’avoir accès aux goûts du public. En outre, elles révèlent l’importance croissante de connaître ces goûts afin de mieux le rejoindre, et ce, tant pour les médias, pour les annonceurs, que pour l’industrie de la musique elle-même. Sans être véritablement un palmarès, les demandes des abonnés du Bulletin des agriculteurs s’avèrent un protopalmarès qui constitue une voie d’accès inédite à la réception de la chanson populaire au Québec. Elles s’apparentent à des phénomènes très semblables qui ont cours à la même époque aux États-Unis, où dès 1935, une émission de radio intitulée Your Hit Parade (NBC) diffuse les chansons demandées par les auditeurs, et où la revue Billboard commence à diffuser, en 1940, les résultats de ses enquêtes sur les préférences du public (Thérien et D’Amours, 1992).

8Dans ces perspectives, ce projet de recherche a pour principaux objectifs : 1) d’établir une banque de données des préférences musicales des lectrices du Bulletin des agriculteurs (1939-1955) ; 2) d’en décrire le contenu et les principales tendances en termes de genre musical, de forme, d’artistes favoris, de frontières linguistiques et géographiques ; et 3) d’en dégager les spécificités axiologiques qui permettront de réévaluer la place occupée par la musique anglo-américaine dans la faveur des auditeurs, de même que de cerner les valeurs personnelles et collectives qui sont privilégiées.

Approche théorique

9Notre approche théorique se situe au confluent des études sur les pratiques culturelles de grande consommation, de la sociologie de la littérature et des pratiques culturelles, et de l’histoire culturelle. Les études sur les pratiques culturelles de grande consommation au Québec — notamment Bouchard, Gagnon et al., 1984 ; Saint-Jacques et de la Garde (dir.), 1992 ; Saint-Jacques, Lemieux, et al., 1994 ; Saint-Jacques, Bettinotti, Bleton, des Rivières et Savoie, 1997 — posent les bases d’une réflexion sur l’importance des pratiques culturelles du plus grand nombre, ses enjeux socio-esthétiques et les conflits de valeurs qui y sont à l’œuvre. Qu’ils aient porté sur la littérature en fascicules, sur les best-sellers, sur les romans Harlequin ou sur la chanson populaire, ces travaux ont notamment mis au jour la pertinence sociale très forte des corpus dévalorisés sur le plan esthétique.

10La sociologie de la littérature et des pratiques culturelles constitue une autre assise théorique indispensable à notre programme de recherche dans son ensemble autant qu’au projet précis sur les préférences des lectrices du Bulletin des agriculteurs. Les travaux de Pierre Bourdieu sur le goût et sur les liens très serrés qui le lient à l’habitus (1979), de même que les nombreuses contributions qui s’inscrivent directement ou indirectement dans leur filiation (notamment Peterson, 1992 ; Lahire, 2004) fournissent un cadre de référence utile dans la mesure où ils proposent des modèles moins rigides ou moins univoques pour comprendre les choix culturels des individus. Enfin, une partie de notre réflexion émane des praticiens de l’histoire culturelle, notamment en ce qui concerne l’importance accordée à la culture matérielle et la pertinence de diversifier les types de sources à partir desquelles on fait l’histoire de la culture (Poirrier, 2004 ; Ory, 2004).

Méthodologie

11Le corpus de cette recherche se compose de la rubrique « Demande de nos abonnés » du mensuel Le Bulletin des agriculteurs, entre 1939 et 1955. Cette rubrique apparaît dans la section « Votre domaine mesdames » du magazine, destinée aux épouses des agriculteurs qu’on convoite tant pour les abonnements que pour la publicité qu’elles permettent de vendre aux annonceurs. Cette section féminine compte à ce moment pour près de la moitié du périodique et contribue sensiblement à l’importante croissance du lectorat du Bulletin durant les années 1930 et 1940 (de 12 000 abonnés à la fin des années 1920, le Bulletin passe à 60 000 abonnés à la fin des années 1930 et à plus de 140 000 à la fin des années 1940). Le contenu de ces pages féminines s’apparente à celui des périodiques féminins de l’époque où se côtoient les conseils pratiques, la cuisine, la mode et quelques récits.

12À partir du mois d’avril 1939, ces demandes musicales s’insèrent progressivement aux diverses demandes des abonnés du périodique, d’abord sous la forme de demandes de publier les paroles de certaines chansons, puis sous la forme de demandes spéciales de chansons à faire jouer sur les ondes radiophoniques. Le succès est tel que la rédaction en fait en 1940 une rubrique séparée, intitulée « Chansons ». Chaque mois, le Bulletin énumère donc entre une dizaine et une centaine de titres de chansons, accompagnés du nom et de la région d’origine du demandeur. Les chansons les plus demandées étaient ensuite diffusées, tout probablement durant l’émission Le réveil rural, diffusée sur les ondes des différents postes du secteur français de Radio-Canada (CBF Montréal, CKCH Hull, CBV Québec, CJBR Rimouski, CBJ Chicoutimi et CHNC New Carlisle). En mars 1948, le succès ne se dément pas et la rubrique passe de la section féminine au contenu général du magazine, où elle finira par côtoyer la bande dessinée Onésime et le feuilleton Le père Bougonneux de Claude-Henri Grignon. La diffusion radiophonique à Montréal et en région des chansons les plus demandées ajoutée à l’imposant lectorat du Bulletin des agriculteurs à cette époque assurent une double diffusion qui, d’une cohorte qu’on pourrait soupçonner relativement homogène (des gens du milieu agricole), déborde, par la radio, sur un public beaucoup plus large et diversifié.

13Une étape préliminaire de la recherche a consisté à rassembler le corpus en dépouillant les livraisons du Bulletin entre 1939 et 1955 (dates de la première et de la dernière demandes). Il s’agit maintenant de traiter puis d’analyser ce corpus (environ 15 000 demandes), dont l’étude de quelques échantillons a permis de constater que les requêtes concernent en très grande majorité des chansons francophones. Les titres des chansons suggèrent quant à eux la prédominance des thèmes amoureux et familiaux (parents, enfants), de la chanson country-western et des références à la Deuxième Guerre mondiale. Quant au public qui formule les demandes, il est quasi exclusivement féminin et francophone, et habite les régions du Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Angleterre.

14Pour le traitement des données, nous procédons actuellement à la saisie du corpus dans notre base de données (tant ce qui concerne les chansons que le public qui les demande). Nous consignerons ensuite, pour chaque titre, toutes les données bio-bibliographiques disponibles (principalement à la Bibliothèque nationale du Québec, à la Bibliothèque et aux Archives Canada, à la Phonothèque québécoise-Musée du son, mais aussi dans divers autres lieux de conservation, au Québec et à l’étranger). Ces nouvelles données seront ajoutées à la base informatique. Nous avons évalué que des renseignements étaient aisément accessibles pour environ les trois quarts des chansons demandées.

15Quant à l’analyse du corpus mise à jour au moment de la publication, elle se fera en deux temps. D’abord, pour les aspects quantitatifs, des statistiques seront établies pour décrire l’ensemble de l’échantillon (occurrences des titres les plus populaires, langue des chansons, origine géographique des disques et des interprètes, sexe et lieu de résidence des demandeurs). La base de données sera ensuite interrogée afin d’établir le palmarès des titres les plus demandés pour constituer un échantillon des mégasuccès. L’analyse qualitative de cet échantillon s’intéressera principalement aux caractéristiques formelles des chansons, aux genres musicaux dans lesquels elles s’inscrivent, de même qu’aux thèmes et aux valeurs qu’elles exploitent.

Haut de page

Bibliographie

BAILLARGEON, R., et C. COTÉ (1991), Une histoire de la musique populaire au Québec. Destination Ragou, Montréal, Triptyque.

BOUCHARD, G., C.-M. GAGNON et al. (1984), Le phénomène IXE-13, Québec, Presses de l’Université Laval.

BOURDIEU, P. (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

CHAMBERLAND, R., et A. GAULIN (1994), La chanson québécoise de la Bolduc à aujourd’hui, Québec, Nuit blanche éditeur.

COTÉ, G. (1998), Processus de création et musique populaire : un exemple de métissage à la québécoise, Paris/Montréal, L’Harmattan.

DE SURMONT, J.-N. (2001), La Bonne Chanson. Le commerce de la tradition en France et au Québec dans la première moitié du xxe siècle, Montréal, Triptyque.

DRAPEAU, R.-B. (1987), « Chant, chanson et chansonnette au Québec (1920-1950) », dans Robert GIROUX (dir.), La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, p. 163-186.

GIROUX, R. (dir.) (1987), La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque.

GRENIER, L. (1992), « Si le “québécois pure laine” m’était chanté ! », dans D. SAINT-JACQUES et R. de la GARDE (dir.), Les pratiques culturelles de grande consommation, Québec, Nuit blanche éditeur, p. 91-104.

GRENIER, L. (2000), « Questions de renommée : les mises en mémoire du phénomène Céline Dion », Recherches féministes, 13(2), p. 33-45.

KALMANN, H., G. POTVIN et K. WINTERS (1993), Encyclopédie de la musique au Canada, 2e édition. [en ligne]. http://www.collectionscanada.ca/emc/index-f.html (consulté le 20 septembre 2005).

LAHIRE, B. (2004), La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

LECLERC, Félix (1996), Tout Félix en chansons, Québec, Nuit blanche éditeur.

L’HERBIER, B. (1974), La chanson québécoise, Montréal, Les Éditions de l’Homme.

ORY, P. (2004), L’histoire culturelle, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Que sais-je ? ».)

PETERSON, R. A. (1992), « Understanding audience », Poetics : Journal of Empirical Research on Literature, Media, and the Arts, 21, p. 243-258.

POIRRIER, P. (2004), Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil. (Coll. « Points ».)

ROY, Bruno (1991), Pouvoir chanter, Montréal, VLB.

SAINT-JACQUES, D., et R. de la GARDE (dir.) (1992), Les pratiques culturelles de grande consommation. Le marché francophone, Québec, Nuit blanche éditeur.

SAINT-JACQUES D., J. LEMIEUX et al. (1994), Ces livres que vous avez aimés. Les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui, Québec, Nuit blanche éditeur.

SAINT-JACQUES, D., J. BETTINOTTI, P. BLETON, M.-J. des RIVIERES et C. SAVOIE (1997), Femmes de rêve au travail : les femmes et le travail dans les productions écrites de grande consommation, au Québec, de 1945 à aujourd’hui, Québec, Nota bene.

SHIRA, J.-J., et R. GIROUX (1987), « La discographie : un instrument de mesure de la popularité (au Québec 1898-1959) », dans Robert GIROUX (dir.), La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, p. 57-77.

THERIEN, Robert (2003), L’histoire de l’enregistrement sonore au Québec et dans le monde 1878-1950, Québec, Presses de l’Université Laval.

THERIEN, R., et I. D’AMOURS (1992), Dictionnaire de la musique populaire au Québec (1955-1992), Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Savoie, « Les préférences musicales des lectrices du Bulletin des agriculteurs, 1939-1955 », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 258-266.

Référence électronique

Chantal Savoie, « Les préférences musicales des lectrices du Bulletin des agriculteurs, 1939-1955 », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1496 ; DOI : 10.4000/communication.1496

Haut de page

Auteur

Chantal Savoie

Chantal Savoie est professeure au Département des littératures de l’Université Laval et chercheure au Centre de recherche interdisciplinaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) et a pu lancer cette recherche grâce au soutien financier du Budget de développement de la recherche de la Faculté des lettres de l’Université Laval (2004-2005). Elle a obtenu du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC), programme « établissement de nouveaux professeurs-chercheurs » une subvention pour la poursuite du projet (2006-2009). Elle tient à remercier l’auxiliaire de recherche qui a collaboré au dépouillement des périodiques, Dominik Langlois. Courrriel : Chantal.savoie@lit.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals