Navigation – Plan du site
Lectures

Laurence CORROY (dir.) (2008), Les jeunes et les médias : les raisons du succès

Paris, Éditions Vuibert
André Turcotte
Référence(s) :

Laurence CORROY (dir.) (2008), Les jeunes et les médias : les raisons du succès, Paris, Éditions Vuibert.

Texte intégral

1Comment joindre les jeunes ? Qu’est-ce qui les intéresse ou comment les intéresser ? Alors que l’intérêt des moins de 25 ans envers Internet reçoit beaucoup d’attention, que dire des médias traditionnels ? De plus, bien que plusieurs tentatives de marketing ciblant les jeunes s’avèrent infructueuses, qu’est-ce qui explique le succès d’autres ? Telles sont les importantes questions que pose cet ouvrage, sous la direction de Laurence Corroy. Les réponses sont souvent inattendues.

2Une des raisons qui rend cet ouvrage particulièrement intéressant repose sur la décision de Corroy et de ses collaborateurs de mettre l’accent sur des approches et des cas particuliers où les tentatives de joindre les jeunes se sont avérées fructueuses. Nous ne retrouvons pas ici les plaintes habituelles envers l’inaction et l’isolement des jeunes. Au contraire, comme l’indique le sous-titre, ce livre se concentre sur des succès et non sur des échecs.

3Comme mise en contexte, Corroy nous rappelle que Platon, dans Phèdre en 340 av. J.-C., avait prédit que l’avènement de l’écriture aurait pour conséquences la perversion des masses et la destruction de la mémoire des hommes. Ainsi, Corroy souligne qu’il est bon d’admettre comme point de départ que « chaque nouveauté technologique, en matière de communication, inquiète et annonce la fin des moyens plus traditionnels de communication » (p. 11). Les inquiétudes qui prévalent aujourd’hui diffèrent peu de celles de nos prédécesseurs. Et comme ce fut le cas auparavant, il faut s’attendre à ce que les efforts de créativité de certaines institutions médiatiques parviennent à rétablir un certain équilibre alors que celles qui refusent de s’adapter vont disparaître. L’ouvrage se penche sur ces efforts de créativité.

4L’ouvrage adopte une structure simple et efficace. Il s’organise autour des interactions entre les jeunes et trois modes de communication différents : les jeunes et l’écrit, les jeunes et l’audiovisuel ainsi que les jeunes et les nouveaux médias.

5Au total, 11 articles écrits par 12 auteurs abordent la consommation médiatique des jeunes.

6La première section s’intéresse au succès surprenant des quotidiens gratuits, des magazines people pour jeunes femmes et au phénomène de Harry Potter. Ces trois chapitres montrent que les jeunes sont loin de rejeter le domaine de l’écrit, mais demandent en retour que ce mode de communication s’adapte à leur réalité quotidienne. Leur quotidien se veut mobile, nomade, accessible et rapide, et le défi pour les médias écrits devient ainsi de se réinventer. Par exemple, bien que cela semble évident, Marie-Christine Lipani Vaissade nous rappelle que « la presse française […] a toujours pensé que les quotidiens seraient lus parce qu’ils sont bons » (p. 23). Constatant les difficultés financières des quotidiens dans le monde, nous pouvons soutenir que cette attitude ne se limite pas au cas français. Une telle « arrogance » a ouvert la porte aux quotidiens gratuits tels 20 minutes et Métro qui, comme l’indique Lipani Vaissade, sont maintenant deux des trois quotidiens nationaux les plus lus en France. Leur recette ? Une volonté de s’adapter. Ils ont éliminé les directions éditoriales, se concentrent sur des articles courts factuels et offrent un contenu en ligne dicté davantage par les goûts de leurs lecteurs que par ceux de leur éditeur.

7La deuxième section porte son regard sur le téléfeuilleton populaire français Plus belle la vie, sur la popularité de 24 heures chrono et, finalement, sur le phénomène de la téléréalité (Loft Story et Secret Story). Bien que le média soit différent, nous y retrouvons les mêmes leçons que la discussion sur le domaine écrit, et en particulier sur le phénomène Harry Potter, a tirées. Selon Corroy, les producteurs de Plus belle la vie ont compris que les jeunes ont besoin de se créer une nouvelle réalité. Ainsi, cette série télévisée envahit leur quotidien et ainsi répond à leurs attentes. Tous les jours à la même heure, les jeunes peuvent entrer dans cet autre univers où les efforts mis en place atténuent les différences entre les mondes réel et fictionnel. Cet « effet d’ancrage quotidien » est renforcé par des références explicites au monde réel. Cette innovation a créé un engouement sans précédent, en particulier auprès des jeunes Français. Cet effet de temporalité a aussi contribué à populariser la série 24 heures chrono. Dans ce cas, l’innovation consiste à fusionner l’introduction du temps réel et du temps fictionnel, où « chaque minute qui se passe dans le feuilleton correspond en théorie à une minute dans la réalité » (p. 10). Comme le soulignent Aurélie Aubert et Émilie Roche,

[l]’utilisation de l’élément temporel dans le scénario joue donc un rôle majeur dans le plaisir des jeunes téléspectateurs qui, dès le début, ont su repérer cette originalité tout en l’exploitant eux-mêmes dans leur façon de regarder les épisodes. Ainsi, les progrès technologiques du téléchargement ou la possibilité de regarder l’ensemble de la série sur DVD permettent au spectateur de confondre réalité et fiction (p. 110).

8En dernier lieu, l’ouvrage s’intéresse aux nouveaux médias. Une attention particulière est accordée aux technologies associées aux nouvelles façons de communiquer : les blogues, le SMS, les webradios, les émissions de libre antenne sur la radio hertzienne, les forums en ligne et les sites participatifs comme MySpace. Le fil conducteur de cette section est l’étroite association du virtuel et du réel. Sans contredit, le succès des nouveaux médias résulte de la grande capacité d’adaptation des jeunes, mais aussi de la volonté de ces nouveaux médias de faciliter cette adaptation. Les jeunes s’emparent des dispositifs techniques innovants et trouvent des moyens créatifs de les apprivoiser et de les adapter à leurs besoins. Cela a pour conséquence l’apparition de nouvelles formes de sociabilité juvénile, de changements dans leurs modes d’expression, mais aussi d’un retour à un besoin essentiel, soit celui de créer des modes conviviaux de communication collective et interpersonnelle. Il est intéressant de constater, grâce à une lecture centrée sur des phénomènes modernes comme les blogues et le SMS, que leur popularité repose sur des préceptes anciens : le besoin des adolescents et des jeunes gens de communiquer pour découvrir leur identité et leur besoin fondamental de liberté.

9Les jeunes et les médias prend place dans une littérature qui soutient que la vie des jeunes d’aujourd’hui est profondément différente de celle des générations précédentes, en particulier sur le plan du contrôle qu’ils exercent sur leur vie quotidienne. Que ce soit par l’intermédiaire des sites Internet où les jeunes mettent en ligne leurs vidéos, des émissions de télé où ils choisissent leur Idol ou des sites où ils participent à la fabrication du design des annonces publicitaires pour un nouveau produit, les moins de 25 ans affirment qu’ils ne veulent pas être de simples spectateurs (Smith et Clurman, 1997 ; Gabler, 2000 ; Tapscott, 1999 ; Rifkin, 2000 ; Bryman, 2004).L’engouement pour les nouvelles technologies s’explique en grande partie par ce qu’elles offrent aux jeunes ; la participation, l’intimité, la valorisation de soi et de son témoignage, l’exposition de son monde intime, la recherche de la notoriété dans et par le moment présent et la création d’un réel. Comme nous le répètent Corroy et ses collaborateurs, il ne reste plus aux médias traditionnels qu’à comprendre et à s’adapter.

Haut de page

Bibliographie

BRYMAN, ALAN (2004), The Disneyization of Society, Thousand Oaks (CA), Sage.

GABLER, Neal (2000), Life : The Movie : How Entertainment Conquered Reality, London, Vintage.

RIFKIN, Jeremy (2000), The Age of Access, London, Penguin.

SMITH, J. Walker et Ann CLURMAN (1997),Rocking the Ages : The Yankelovich Report on Generational Marketing, Toronto, Harper Collins.

TAPSCOTT, Don (1999), Growing up Digital : The Rise of the Net Generation, Toronto, McGraw-Hill.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Turcotte, « Laurence CORROY (dir.) (2008), Les jeunes et les médias : les raisons du succès », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1905

Haut de page

Auteur

André Turcotte

André Turcotte est professeur à l’École de journalisme et communication de l’Université Carleton (Ottawa). Courriel : andre_turcotte@carleton.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals