Navigation – Plan du site
Lectures

Laurence CORROY et Jacques GONNET (2008), Dictionnaire d’initiation à l’info-com

Paris, Éditions Vuibert
Marlène Loicq
Référence(s) :

Laurence CORROY et Jacques GONNET (2008), Dictionnaire d’initiation à l’info-com, Paris, Éditions Vuibert.

Texte intégral

1Professeurs en communication spécialisés en éducation des médias, Laurence Corroy et Jacques Gonnet nous invitent à penser « l’info-com » sous un angle différent. Par ce titre déjà proche du vocabulaire usuel et ancré dans la réalité des étudiants, les auteurs nous proposent un dictionnaire original conçu avant tout avec et pour les étudiants. Si a priori la pertinence d’un « autre » dictionnaire d’initiation à l’information et à la communication n’est pas évidente, leur démarche pédagogique l’est assurément. Cette pertinence s’appuie davantage sur un réel désir de stimulation intellectuelle que sur l’étalage d’une connaissance encyclopédique du champ de la communication.

Un dictionnaire qui ne définit pas ses entrées

2Malgré l’image figée et institutionnalisée du dictionnaire, le formalisme attendu d’un certain nombre d’entrées est évité. La formation philosophique de Gonnet se ressent en filigrane dans l’ouvrage. Comment expliquer autrement que le coauteur d’un dictionnaire avance l’idée que certes les mots ont une histoire, mais que leur sens change selon l’utilisation que l’on en fait, ouvrant ainsi la porte à des réflexions jusque-là proscrites par le recours au dictionnaire ?

3Tout comme les concepts à qui la science donne vie, les mots sont ce que nous en faisons. Comment s’entendre alors sur une définition ? Comment penser la dimension heuristique des concepts si ceux-ci sont malléables à souhait ? Comment se situer face à une notion qui semble être prise dans un jeu incessant de redéfinition ? C’est à ces questionnements que nous engage cet ouvrage en faisant appel à notre « coopération interprétative ».

4Si ce dictionnaire propose des termes et concepts issus, entre autres disciplines, de la sociologie, de l’histoire, de la psychologie et de la philosophie, il en présente davantage une « fiche d’identité » qu’une définition précise. Les concepts sont donc renvoyés au carrefour disciplinaire des sciences de l’information et de la communication (SIC) selon des approches historique et étymologique.

5À partir de l’étymologie, il s’agit d’en reconstruire leur histoire : celle de leur origine et de leurs distorsions pour ainsi mieux en saisir l’emploi du jour. Suit alors une brève liste de termes voisins ou associés et d’antonymes qui permettent, sous forme de renvois, d’aborder le mot sous d’autres angles participant à sa compréhension, tout en évitant les redondances. Vient se greffer parfois une illustration proposant, en une ou deux phrases simples, l’emploi du mot dans un usage courant, souvent lié aux médias. Ces illustrations, ponctuelles, permettent également d’ouvrir le débat et d’inciter le lecteur à la réflexion. Contrairement à un dictionnaire classique, cet ouvrage pousse à la réflexion, aide à mieux comprendre le sens général d’un mot et son emploi courant, dans diverses disciplines, sans pour autant en donner une définition exclusive.

Une initiation pédagogique à la communication

  • 1  Selon l’expression même de Jacques Gonnet lors de l’interview de présentation du dictionnaire réal (...)

6Les auteurs ont cherché à « dédramatiser » la communication1, car l’ouvrage est pensé et construit à partir de l’intérêt et des attentes de leurs étudiants des premier, deuxième et troisième cycles universitaires en communication à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III. Les paragraphes, d’une longueur variable, illustrent le traitement différencié accordé par les auteurs à certains concepts et notions plutôt qu’à d’autres : par exemple, « artefact » (une demi-page), « communication » (23 pages), « représentation » (6 pages), « espace public » (5 pages) et « presse » (17 pages).

7D’habitude, ce genre d’ouvrage se démarque par son objectivité. Ici, c’est plutôt un dialogue qui est recherché, avec les mots et avec le lecteur. Dans leur préface, les auteurs s’adressent à nous, « ami lecteur », et nous signifient qu’ils nous ont « imaginé ».

8Ce dialogue se prolonge grâce à des extraits de la littérature scientifique qui font usage des termes, notions ou concepts inscrits au dictionnaire. Une courte présentation de leurs auteurs permet de situer les concepts dans des écoles ou courants de pensée particuliers, mais aussi de confronter leurs diverses utilisations et interprétations. L’ajout de bibliographies facilite la participation aux débats actuels.

9Cet ouvrage est avant tout une initiation, un premier pas dans le vaste et complexe champ de la communication. Il ne se veut ni exhaustif ni trop directif, mais s’appuie plutôt sur la pluralité des approches en communication pour explorer la richesse de ce champ, et sur des théories et concepts qu’il mobilise. Dans leur préface, les auteurs rappellent la problématique du « carrefour » qui taraude les SIC. La richesse de la dimension pluridisciplinaire qui les constitue permet de les envisager comme un « filtre de compréhension du monde contemporain » et elle n’a d’égal que la difficulté qu’elle fait naître, à savoir son « instabilité ».

10L’organisation de ce dictionnaire permet « d’éviter de figer une définition » et facilite ainsi le dialogue annoncé. C’est en fournissant des « explications les plus simples possibles » que les auteurs invitent à « rentrer en dialogue » avec le dictionnaire, et plus largement, avec les notions et concepts des SIC qui sont, pour la plupart, des termes du langage courant. C’est la raison pour laquelle Corroy et Gonnet insistent sur cette difficulté particulière d’analyser avec le vocabulaire courant des phénomènes de communication, car il est « moins difficile d’apprendre un mot savant spécifique (comme diégèse), que de maîtriser un mot de tous les jours qui a donné naissance à des théories (comme communication) ».

11Cet ouvrage s’apparente, plus qu’à un dictionnaire, à un manuel, à un « guide pratique » qui incite le lecteur à naviguer dans les univers de sens qui s’ouvrent devant lui plutôt que de l’enfermer dans des définitions rigides. Cette démarche appelle une conception tout autre du savoir et de la connaissance et, par extension, de leurs modes d’acquisition. D’ailleurs, nous aurions souhaité que les auteurs concluent leur dictionnaire par une réflexion épistémologique sur la communication qui, à notre avis, trouverait toute sa place dans cet ouvrage qui se propose de « dévoiler [le vocabulaire de l’information et de la communication] dans sa complexité ».

Haut de page

Notes

1  Selon l’expression même de Jacques Gonnet lors de l’interview de présentation du dictionnaire réalisée au CLEMI par Serge Guérin et Jean Noël Rey (http://www.clemi.org/formation/conferences/gonnet.html ).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Loicq, « Laurence CORROY et Jacques GONNET (2008), Dictionnaire d’initiation à l’info-com », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1907

Haut de page

Auteur

Marlène Loicq

Marlène Loicq est doctorante cotutelle à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III et à l’Université Laval (Québec). Courriel : marleneloicq@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals