Navigation – Plan du site
Lectures

Martine CRÉAC’H (2004), Poussin pour mémoire. Bonnefoy, du Bouchet, Char, Jaccottet, Simon

Vincennes, Presses universitaires de Vincennes
Sylvain Quidot
Référence(s) :

Martine CRÉAC’H (2004), Poussin pour mémoire. Bonnefoy, du Bouchet, Char, Jaccottet, Simon, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes.

Texte intégral

1Martine Créac’h propose dans cet essai une étude critique des « lectures » de l’œuvre de Nicolas Poussin par l’intermédiaire d’auteurs contemporains comme Char, Bonnefoy, Jaccottet ou Simon. Les textes proposés à l’étude (analyses, commentaires, textes poétiques) sont soumis à l’hypothèse forte selon laquelle « notre modernité poétique se pense à travers une peinture figurative, réputée académique ». Cette ambivalente construction, entre le littéraire et le pictural, entre le passé et le présent, se trouve justifiée par Poussin lui-même, qui incitait à « lire » sa peinture. Lire Poussin, à l’instar des auteurs retenus, consiste à se dégager, comme le suggère à juste titre l’auteure, d’une conception classique, celle d’une œuvre « éclairée » par les textes. Le peintre a trop souvent été utilisé pour expérimenter des méthodes d’interprétation ainsi que pour justifier des positions académiques et des « subversions idéologiques ». Cet état de fait est significatif de la qualité et de la complexité d’une œuvre par et pour laquelle les historiens de l’art ont entretenu — à la manière d’une figure imposée —, et ce, jusqu’à la fin du xixe siècle, une légitimité qui les confrontait de la sorte à « l’exercice de leur art ».

2Dépassant volontairement ce cadre, Créac’h nous emmène au-delà de ce débat, en invitant à « lire » Poussin comme une passerelle, comme un « dialogue » entre des œuvres figuratives définitivement ancrées dans le passé et leurs étonnantes lectures modernes. Et l’auteure de préciser que son entreprise « tente de comprendre comment des écritures contemporaines sont parvenues à exprimer leurs singularités à travers une peinture du passé ». Ces « lectures », « qui révèlent des ombres inattendues de la pureté du jour classique, donnent aussi de notre présent une image anachronique dans laquelle l’archaïque est tissé avec le moderne ». De fait, ce rapport complexe au temps met en lumière une forme de « communication des œuvres » qui se rapporte, à la fois, à une lecture anachronique et à son appropriation personnelle dans le contexte contemporain. Une surprenante « expérience » qui incite à interroger la « transtextualité » des œuvres ainsi que leur mise en visibilité en tant que « mémoire » de l’image. La lecture de Poussin, pour Créac’h, ne se fait pas en amont mais au contraire en aval, elle est le fruit de la rencontre entre l’œuvre et les auteurs et lecteurs. Cette approche expérientielle par une lecture récursive de Poussin est l’objet d’une spirale à trois tours dont sont issus les trois chapitres.

3Le premier chapitre, intitulé « De plusieurs déchirements dans les parages de la peinture », reprend le titre d’un texte d’André du Bouchet symbolisant l’égarement, voire l’aveuglement dans la lecture et précisément — au sens propre — dans la contemplation d’une œuvre. Par l’étude des toiles Les Bergers d’Arcadie ou Orion aveugle, les textes trouvent des significations différentes pour les auteurs. Ils empruntent bien souvent des chemins de traverse étrangers aux symboliques traditionnelles de l’œuvre, mettant en exergue la distance soulignée en introduction entre la poesis et la pictura.

4Ce travail de lecture « d’un système sémiotique à l’autre » met à l’épreuve la peinture figurative de Poussin par l’intermédiaire des anachronismes référentiels dont ils sont l’objet. Tant pour Bonnefoy, pour qui « les images naissent des mots », l’œuvre du peintre devient « quelque chose de signifiant et de signifiant pour moi », que pour Simon, le travail de lecture fait naître « un parallélisme entre interpicturalité et intertextualité », et ce dernier d’expliciter : « Ce n’est pas le désir de reproduire la nature qui fait le peintre mais la fascination du musée, de même c’est le désir suscité par la seule chose écrite qui fait l’écrivain » (p. 58). Cette expérience n’est pas sans rappeler les conceptions de l’art et de l’idée de musée de Gadamer pour qui le tableau « va au-devant de l’exigence d’abstraction qui est celle de la conscience esthétique » pour aller vers un épanouissement de l’œuvre dans l’expérience d’une prise de conscience que l’œuvre a en elle-même et pour elle-même un monde et qu’elle est rattachée à un contexte passé ou contemporain.

5Dans le deuxième chapitre, « Écrire au présent », la question de la temporalité interroge la manière dont un discours « au présent peut se construire autour d’images inactuelles ». Poussin inspire-t-il une certaine idée de la modernité ? Oui, à en croire les auteurs, pour qui « la peinture de Poussin est placée dans le voisinage de celle de Lam pour Renée Char, de Rauschenberg et de Dubuffet pour Claude Simon ou de Tal Coat chez André du Bouchet » (p. 110).

6« La naissance d’un peintre », le troisième chapitre, invite à un voyage plus introspectif dans la « compréhension » de l’œuvre : Poussin est transcendé puis réapproprié pour devenir une expérience de mémoire biographique. Moment clé de la réflexion, l’articulation du titre « pour mémoire » fait cette fois écho à Ricœur. Ce travail de « mémoire » dans la réception des œuvres est aussi un appel à la réflexion dont la mise en perspective dépasse stricto sensu le travail de réception des œuvres. Elle en travaille plutôt la notion de communication ou, plus exactement, celle de deuxième communication qui, pour Ricœur, fait que l’œuvre d’art finit par échapper à la temporalité de sa constitution. De cette manière, c’est la « communicabilité » qui est posée. Le fait qu’il existe un débat perpétuel entre l’entendement et l’imagination, un dialogue s’inscrit de toute évidence dans une logique temporelle et intrinsèquement anachronique. Ce que semble vérifier pour partie le travail de Creac’h en évoquant la notion de « garder en blanc », c’est-à-dire préserver une mémoire pour l’avenir.

7Par cette ouverture, l’ouvrage interroge autant des schèmes sémiotiques et littéraires qu’historiques. À mi-chemin entre l’essai et l’exercice pratique, il cède parfois à la compilation et au traitement littéraire de « preuves » pour revenir plus loin au sujet. Si le travail peut paraître parfois complexe et technique, il a la singularité d’offrir une approche multidisciplinaire, soulignant, si besoin est, qu’au-delà de l’interprétation et des problématiques traditionnelles de réception, la complémentarité d’une double analyse picturale et littéraire conduit à une réflexion herméneutique de la communication des œuvres. En ce sens, l’étude de Poussin semble n’être qu’un pré-texte à l’inspiration d’une méthode et d’une théorie, invitant à repenser « des théories de l’Art pour le présent ». L’essai a également la qualité de concevoir ces interprétations dans une problématique transhistorique située, écartant en cela l’écueil atemporel de célébration d’un classique. Comme le souligne Bourdieu (1997) à propos de Baudelaire, cette célébration des classiques,

[…] qui a pour effet de les renvoyer dans les limbes, comme hors du temps et de l’espace, bien loin des débats et des combats du présent, qui consiste paradoxalement à les décrire comme nos contemporains et nos proches les plus proches ; tellement contemporains et tellement proches que nous ne doutons pas un instant de la compréhension apparemment immédiate (en réalité médiatisée par notre formation) que nous croyons avoir de leurs œuvres.

8Renvoyant tantôt à l’œuvre, tantôt au peintre, Créac’h cherche à interroger l’intrigue (au sens de Ricœur encore ?) de Poussin.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

GADAMER, H-G. (1996), Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, traduction de E. Sacre , P. Fruchon, J. Grondin et G. Merlio, Paris, Seuil.

RICŒUR, P. (1994), « Arts, langage et herméneutique esthétique. Entretien avec Paul Ricœur », Revue Prétantaine, no 6 (septembre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Quidot, « Martine CRÉAC’H (2004), Poussin pour mémoire. Bonnefoy, du Bouchet, Char, Jaccottet, Simon », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1910

Haut de page

Auteur

Sylvain Quidot

Sylvain Quidot est docteur en sciences de l’information et de la communication et membre du GERIICO, Université Lille 3. Courriel : sylvainquidot@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals