Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre MUSSO (2008), Les télécommunications

Paris, Éditions La Découverte, Coll. « Repères »
Guy Pelachaud
Référence(s) :

Pierre MUSSO (2008), Les télécommunications, Paris, Éditions La Découverte, Coll. « Repères ».

Texte intégral

1Tout l’intérêt de ce petit ouvrage de synthèse est de ne pas se limiter à la description des technologies, des acteurs, des usages, des institutions intervenant dans le secteur de plus en plus complexe des télécommunications, mais d’en donner une vision globale que l’auteur a acquise par sa formation et son expérience.

  • 1  La Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, aujourd’hui remplacée par la (...)
  • 2  Voir le numéro 7 de la collection « Travaux de la DIACT » (2008).

2En effet, Pierre Musso, professeur de sciences de l’information et de la communication et chercheur au Laboratoire d’anthropologie et de sociologie de l’Université de Haute Bretagne, est philosophe de formation. Il a soutenu une thèse de doctorat d’État en science politique consacrée aux télécommunications, à la régulation des réseaux et à Saint-Simon dont il a mis en lumière le rôle dans l’énonciation de la problématique du réseau. Il a été chercheur au Centre national d’études et des télécommunications (CNET) et membre du premier conseil d’administration de France Télécom en tant qu’élu du personnel. Directeur de la recherche à l’Institut national audiovisuel (INA), il a aussi participé à des travaux sur les nouvelles technologies et l’aménagement du territoire à la DATAR1 et présidé en son sein plusieurs groupes de prospectives, notamment Cyberterritoire et territoire 2030 en association avec France Télécom2.

  • 3  Voir notamment Musso (1998).
  • 4  Concept que l’auteur élabore à la suite de Hughes (1983) et Gras (1997).
  • 5  Selon la formule de Gras (1997).

3Tout au long de ce parcours, Musso a défendu l’idée que la notion de réseau devait être abordée avec sérieux en évitant de recourir aux discours analogiques et de tomber dans le jargon des ingénieurs prisonniers de leur technique3. D’où le recours à des concepts comme celui de « macrosystème technique des télécoms (MSTT) »4. Cela permet à l’auteur d’adopter une démarche d’ensemble pour décrire cet « énorme complexe composé d’institutions, de machines et de connaissances5 » soumis à une vague de « destruction créatrice » au sens de Schumpeter (1943). En effet, l’effet combiné de la dérégulation et de la numérisation engendre une mutation globale et multiforme, caractérisée par la fin d’un service monoproduit (le téléphone) au profit d’une multiplication de réseaux et de services, par la fusion des télécoms et de l’informatique avec Internet et les systèmes d’entreprise, par le passage enfin d’une organisation monopolistique à une concurrence oligopolistique.

4L’auteur va utiliser cette démarche pour définir les principales composantes du macrosystème, puis analyser les conditions de création et d’évolution des systèmes traditionnels des télécoms avant de décrire les étapes de leur dérégulation ainsi que les effets de la numérisation. Il mettra en évidence l’incontournable dimension technique exigeant une infrastructure à l’échelle de la société comme sur le plan international, soumise à de constantes innovations scientifiques et de fréquentes ruptures technologiques.

5Face aux mutations dont elles sont l’objet depuis quelques décennies, peut-on encore parler de « télécommunications », s’interroge l’auteur dans son introduction. Ne serait-il pas préférable de recourir au terme communications électroniques utilisé par la réglementation européenne pour désigner cet ensemble composé des télécoms, des réseaux câblés et des réseaux informatiques qui supprime les distances et bouleverse les pratiques sociales ?

6Les réseaux de commutation téléphonique traditionnels (RTC) font appel à trois catégories d’équipements et à autant de catégories d’intervenants. Les deux premiers relèvent de l’infrastructure.

  • La transmission, hier assurée par des fils métalliques rapidement remplacés par des câbles de cuivre, est désormais complétée par les réseaux hertziens, les satellites et maintenant la fibre optique.

  • La commutation qui assure l’aiguillage des trafics est assurée par les centraux téléphoniques, hier manuels puis électromécaniques et maintenant électroniques. Ces centraux transmettent les signaux analogiques, en temps réel, à travers les circuits. Ils sont maintenant concurrencés/complétés par les routeurs des réseaux Internet transportant, en mode asynchrone, l’information numérisée mise en paquets.

7Le coût élevé des investissements d’infrastructure n’est justifié que par l’existence d’une multiplicité toujours plus grande de terminaux (téléphones fixes ou mobiles, ordinateurs, commutateurs privés d’entreprise, etc.) réalisés par les équipementiers.

8Ces trois catégories d’équipements ont été, dès l’origine des télécoms, très liées à la recherche scientifique et technique. En témoignent la découverte de l’électricité, celle des ondes radio au xixe siècle, la mécanisation puis l’électronisation, les fibres optiques et les satellites au xxe.

9Pour maîtriser la complexité croissante des réseaux, les économistes ont mis en évidence des lois et fait appel à des modèles (Currien, 2005). Ainsi, la morphologie des réseaux de télécoms peut être analysée comme une organisation hiérarchique composée de couches successives dont chacune a ses caractéristiques propres.

  • L’infrastructure exige de lourds investissements, comporte des économies d’échelle et offre des rendements croissants.

  • L’infostructure constitue le système d’exploitation qui optimise l’utilisation de l’infrastructure.

  • La couche haute des services finaux proches des usagers.

10Outre les effets d’échelle, l’existence d’un réseau crée des « effets de club » (chaque utilisateur tire bénéfice de son utilisation et de celle des autres) et des « économies d’envergure » induites par les synergies offertes par une diversité de gammes de produits et de services. D’une façon générale, la valeur d’un réseau augmente avec le nombre de ses utilisateurs et avec le contenu informationnel qu’il véhicule.

11À partir de constatations empiriques, des lois ont été formulées selon lesquelles l’utilité d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs, que la performance des circuits intégrés double tous les dix-huit mois en même temps que la baisse de leurs coûts.

12Cette économie des réseaux a suscité, dans les pays industrialisés, la formation de puissants opérateurs nationaux de télécoms qui ont bénéficié au départ de situation de monopole de fait ou de droit sur le marché national du téléphone fixe. Depuis, ils ont subi la concurrence plus ou moins forte selon les pays de la part des fournisseurs d’accès Internet (FAI) et des câblo-opérateurs. De leur côté, les équipementiers qui s’étaient pour la plupart développés en étroite relation avec les opérateurs nationaux, ont été incités, depuis la dérégulation, à s’internationaliser, voire à fusionner pour partager les coûts élevés de la R-D. « Le marché mondial des opérateurs et des équipementiers, longtemps organisé comme une marqueterie de monopoles nationaux, [est] devenu oligopolistique » (p. 19). Aujourd’hui, le MSTT est dominé par trois grands types d’acteurs : les opérateurs, les équipementiers et les pouvoirs publics (États, autorités de régulation, collectivités locales).

13Pendant plus d’un siècle, à l’exception notable des États-Unis et du Canada, l’État a joué un rôle majeur dans la formation du MSTT du point de vue de la régulation, de l’exploitation et de la tutelle des politiques des télécoms pour des raisons de sécurité. Ils sont en effet indispensables pour le renseignement et la conduite des opérations géostratégiques à l’exemple des guerres mondiales, la Première avec la télégraphie sans fil et la radio, la Seconde avec les communications mobiles et la télévision. La surveillance satellitaire a été développée avec la guerre froide, l’optoélectronique avec la guerre du Golfe.

14À ce stade, la régulation du MSTT fut soit étatique dans la plupart des pays, à l’exemple de la France pour des raisons sécuritaires au départ puis industrielles, soit commerciale et locale, comme aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni où l’État dut intervenir en dernier ressort. Dans tous les cas, la régulation fut assurée par des monopoles publics ou privés.

  • 6  Contraction de global et de local.

15Aujourd’hui, les États corégulent plus qu’ils ne contrôlent le MSTT, qui est devenu mondial ou plutôt glocal6 du fait de l’intervention croissante des collectivités territoriales. En effet, si la dérégulation pousse à la concentration oligopolistique, elle fait simultanément émerger de nouveaux entrants locaux et territoriaux. Ainsi, les collectivités territoriales sont invitées à cofinancer le développement des réseaux à haut débit sur leur territoire.

16Ayant défini les composantes du MSTT, l’auteur analyse les conditions dans lesquelles chacun des pays va construire son propre système de télécommunications traditionnelles, celui des télégraphes puis celui du téléphone.

17À sa création, la régulation du réseau télégraphique fut soit étatique, comme en France et dans la plupart des pays européens, soit commerciale, comme aux États-Unis.

  • 7  Doctrine énoncée en 1907 par son premier président-directeur général, Theodore Vail.

18Le MST étatsunien se forme par la fusion de l’opérateur qui exploite le téléphone et l’industriel qui fabrique les équipements. Du fait du vide juridique, l’American Téléphone & Telegraph (AT&T) devient un monopole de fait au nom de la « notion de service universel7 » au risque de se heurter à la législation anti-trust dont s’était doté le libéralisme étatsunien. Toutefois, la crise de 1929 a poussé au retour de l’État et à la création d’instances de régulation.

19Si chaque nation a organisé son système de télécoms à sa façon, y compris pour assurer son hégémonie impériale, comme ce fut le cas pour le réseau colonial de câbles sous-marins du Royaume-Uni, l’indispensable interconnexion des réseaux techniques entre les États a fait apparaître le besoin d’une coopération internationale. Il en résultera la naissance de plusieurs organismes comme l’Union internationale des télécommunications (UIT) basée à Genève et plus tard Intelsalt et Eutelsat avec les satellites.

20Aux États-Unis, la dérégulation a été un processus très long résultant d’un jeu complexe entre AT&T, le gouvernement fédéral et l’autorité de régulation de la communication, la Federal Communication Commission (FCC), mais aussi de la concurrence effrénée entre les firmes des télécoms et de l’informatique qui s’est traduite par l’affrontement IBM-AT&T du fait de la généralisation de la numérisation. Elle n’a pas pris la forme d’une privatisation mais celle de l’éclatement d’une entreprise en position monopolistique qui a ouvert un long processus de réorganisation permettant la concurrence totale entre les firmes de télécommunication et les câblodistributeurs. Au cours de cette période, la FCC a fait évoluer la réglementation et le gouvernement a légiféré, prouvant que la dérégulation est toujours une surréglementation, contrairement à l’idée reçue.

21La dérégulation étatsunienne est le point de départ d’un processus international. Elle a déstabilisé tous les autres MSTT nationaux construits autour d’un monopole de droit comme en France. Mais dans ces pays, la dérégulation a été postérieure à la numérisation.

  • 8  Le dégroupage permet la concurrence de plusieurs opérateurs sur un même réseau physique de distrib (...)

22Au Royaume-Uni, la dérégulation s’est faite en écho de celle des États-Unis, mais elle a été pilotée par le pouvoir politique et non par le marché, en important de nombreux concepts : le « service universel », le « dégroupage8 », etc., c’est-à-dire en introduisant une régulation européenne fondée sur une conception anglo-saxonne. Le Royaume-Uni a servi de vitrine pour la dérégulation des télécoms en Europe qui, elles-mêmes, ont servi de banc d’essai à la libéralisation des services.

23En France, confirmant le fait que la déréglementation est une reréglementation, plusieurs lois ont été nécessaires pour libéraliser les télécoms. Après l’échec des tentatives de faire émerger des opérateurs paneuropéens du type France Télécom/Deutsche Telekom, une concurrence interne au marché européen s’est développée entre les opérateurs historiques. A posteriori, la déréglementation à la française apparaît comme un processus de concurrence administrée, entremêlant démonopolisation et privatisation sans opérer de démembrement.

24Le débat entre les partisans du service public et ceux du libéralisme a donné lieu à un affrontement au sein de l’UNESCO où les partisans du rapport MacBride (1980) demandaient l’instauration d’un « nouvel ordre mondial de l’information et de la communication ». Ce sont les partisans de la dérégulation qui l’ont emporté, et un consensus politique s’est établi au milieu des années 1980 sur la capacité de la concurrence à structurer les télécoms et à assurer un bien-être collectif supérieur à celui que peut procurer le régime monopolistique au nom de la notion de « service universel ».

25La dérégulation du MSTT est un phénomène d’autant plus complexe qu’elle est combinée à la mutation technologique résultant de la rencontre des télécommunications avec l’informatique. Avec la numérisation, les logiciels prennent de plus en plus d’importance. Par ailleurs, les normes et les standards deviennent incontournables pour assurer l’interopérabilité des réseaux et la compatibilité des terminaux. Cela va conduire à l’adoption du réseau unifié de transports des applications, le Next Generation Network (NGN), qui nécessitera la généralisation des câbles optiques pour les applications. Déjà, l’acteur qui règle la vitesse de l’innovation prend le pouvoir sur le marché. Ces innovations accentuent la concurrence entre les opérateurs qui contrôlent les réseaux (les firmes de télécommunication, les câblodistributeurs, les fournisseurs d’accès Internet) unis pour préserver le péage sur l’accès aux réseaux, c’est-à-dire « l’économie de compteur » et les industries de contenu qui développent des logiciels et qui sont porteurs de nouveaux services qui défendent une « économie de prototypes » payants ou financés par la publicité. D’autant plus que « l’intelligence » et le contrôle des réseaux RTC qui étaient du ressort des commutateurs se retrouvent dans les terminaux du réseau Internet dont le coût est bien inférieur et tend à diminuer.

26Par ailleurs, la croissance du haut débit et les techniques sans fil poussent à la convergence multimédia sous la forme du téléphone mobile qui devient terminal universel ou sous la forme de boîtiers offrant l’accès à la télévision, à Internet et au téléphone, ce qui propulse les opérateurs de télécoms vers les contenus audiovisuels, car les applications et les contenus deviennent essentiels. D’où l’intérêt des opérateurs de télécommunication pour l’audiovisuel, à l’exemple de la France et de l’Italie. Aux États-Unis, les câblodistributeurs qui disposent d’un double accès aux réseaux et au contenu sont leurs principaux concurrents. Les FAI se déplacent vers le téléphone fixe avec la Voice over Internet Protocol (VoIP) et vers la téléphonie mobile tout en passant des accords avec les producteurs de contenus, notamment les majors d’Hollywood ainsi qu’avec les producteurs de services comme Microsoft et Google.

Les bouleversements du MSTT proviennent autant des innovations que de la dérégulation. Les premières permettent la convergence et la concurrence avec les mondes de l’informatique et de l’audiovisuel, la seconde a ouvert la boîte de Pandore des concurrences et des concentrations internes au monde des télécoms. Compétition et coopération se complètent selon un jeu complexe de « coopétition » (p. 72).

27Il convient également de prendre en compte l’existence des oligopoles asiatiques, ceux du Japon et de la Corée du Sud mais aussi de la Chine et de l’Inde qui jouent un grand rôle dans l’explosion de la téléphonie mobile, la production industrielle de logiciels et de terminaux.

28La déréglementation et la concurrence effrénée ont poussé les différents acteurs à s’internationaliser et à mener une politique frénétique d’acquisitions qui les a conduits à se surendetter. L’éclatement de la bulle Internet en 2000 a mis fin à la spéculation sur les produits de haute technologie, a déstabilisé nombre d’entre eux et les a obligés à pratiquer des restructurations et des réductions massives de l’effectif. Cette crise a accentué la financiarisation des télécoms. La « finance high tech » s’est en quelque sorte substituée au « colbertisme high tech » (p. 99). Aujourd’hui, la financiarisation apparaît au côté de la déréglementation et de la numérisation comme le troisième facteur de restructuration des télécoms et marque le « passage de l’économie à l’économie immatérielle » (Jouyet et Lévy, 2006, cités par Musso, p. 109).

29Contradictoirement, la dérégulation qui a réduit le service public au service universel a favorisé le pouvoir des consommateurs, qui sont devenus de nouveaux acteurs du secteur. En effet, le poste des dépenses consacrées aux télécoms est celui qui augmente le plus. La connaissance des usages, l’observation des pratiques mais aussi l’analyse des représentations sociales et culturelles ainsi que des modes d’appropriation et de détournement des objets de communication deviennent essentielles pour les opérateurs et les industriels.

30Un récent exemple illustre ce propos. Après avoir été critiqué pour avoir changé sans la moindre consultation les conditions générales d’utilisation de Facebook, son fondateur envisage de faire voter ses 175 millions d’utilisateurs sur les modifications à venir de son service.

  • 9  Conférence de presse téléphonique de Mark Zuckerberg, dépêche de l’AFP, 26 février 2009.

Les utilisateurs cultivent un véritable sentiment de propriété, pas seulement sur les informations qu’ils partagent, mais également à propos de Facebook. Les entreprises comme les nôtres doivent développer de nouveaux modes de gouvernance […]. Le but de Facebook est de rendre le monde plus ouvert et transparent en donnant aux gens la possibilité de partager des contenus. Nous ne possédons pas ces contenus et sommes désolés d’avoir donné cette impression9.

31Cette démarche s’inscrit, nous semble-t-il, dans le prolongement des travaux du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’auteurs, notamment les fondateurs de l’économie publique moderne (P. A. Samuelson et R. A. Musgrave, selon Crocq, 2004), qui avancent la notion de biens publics mondiaux (global public good). Le débat ouvert par la Commission européenne sur la « séparation fonctionnelle » entre opérateurs de réseaux et de services pourrait conduire à associer les réseaux à des biens publics, voire des monopoles publics, comme l’a noté Musso (p. 106-107). Il convient de se souvenir que le mythe d’une démocratie planétaire, égalitaire et autorégulée est parti des États-Unis lorsque le vice-président Al Gore a lancé le concept d’autoroute de l’information dans un discours imprégné de l’utopie saint-simonienne devant l’Union internationale des télécommunications (UIT), à Buenos Aires, le 21 mars 1994.

Le Président des États-Unis et moi-même croyons qu'une condition essentielle d'un développement soutenu et durable pour tous les membres de notre grande famille humaine, est la création de ce « réseau de réseaux » […] (His, 1996 : 77).

Notre projet se fonde sur cinq principes : premièrement, encourager l'investissement privé ; deuxièmement, favoriser la concurrence entre opérateurs ; troisièmement, créer des structures réglementaires assez souples pour accompagner les changements technologiques et les fluctuations du marché ; quatrièmement, permettre un accès ouvert au réseau à tous les prestataires de services ; cinquièmement, garantir un service universel (His, 1996 : 81).

32Enfin, le discours de 1994 contient la promesse d’un futur social défini par la révolution technique en cours. Dans les déclarations du vice-président des États-Unis Al Gore puis dans tous les textes ultérieurs sur les « autoroutes de l’information », on observe un glissement sémantique qui permet de passer de l’infrastructure de l’information à la « société d’information », c’est-à-dire du réseau technique au changement social.

33Ce petit ouvrage de synthèse est un outil pour analyser les mutations en cours dans les domaines de l’information et de la communication dans leur globalité : technique, économique, sociologique et institutionnelle. L’originalité de Musso est d’aborder ces questions complexes à l’aide de concepts qui lui permettent de rendre compte des mutations en cours. En agissant de la sorte, l’auteur revendique une démarche de philosophe qui veut maîtriser la technique, l’économie et la sociologie pour analyser les mutations de notre société ainsi que les représentations sociales, les idéologies et le politique. En témoignent ses récentes publications (2003, 2008) consacrées à Berlusconi et Sarkozy analysés sous l’angle de leur rapport au pouvoir et aux médias, à l’aide d’instruments conceptuels comme la « gestion managériale de l’imaginaire » et le « commanagement » (néologisme construit par la contraction des termes management et communication).

Haut de page

Bibliographie

CROCQ, I. (2004), Régulation dans les télécommunications, Paris, Éditions Economica, Coll. « NTIC ».

CURRIEN, N. (2005), Économie des réseaux, Paris, La Découverte, Coll. « Repères »

GRAS, Alain (1997), Les macrosystèmes techniques, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

HIS, Alain (1996), Multimédia et communication à usage humain. Vers une maîtrise sociale des autoroutes de l’information. Matériaux pour un débat, Paris, Éditions-Diffusion Charles Léopold Mayer.

HUGHES, T.P. (1983), Networks of Power. Electrification in Western Society. 1880-1930, Londres/Baltimore, Johns Hopkins University Press.

JOUYET, J.-P. et M. LÉVY (2006), L’économie de l’immatériel, la croissance de demain, Paris, La Documentation française.

MUSSO, Pierre (1998), Télécommunications et philosophie des réseaux, deuxième édition, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Politique éclatée ».

MUSSO, Pierre (1999) Saint-Simon et le saint-simonisme, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je? ».

MUSSO, Pierre (2003), Berlusconi, le nouveau prince, Paris, Éditions de l’Aube.

MUSSO, Pierre (2008), Le sarkoberlusconisme, Paris, Éditions de l’Aube.

SCHUMPETER, Joseph (1943/1951), Capitalisme, socialisme et démocratie, traduction française, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1  La Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, aujourd’hui remplacée par la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT), est un organisme chargé de préparer et de coordonner les éléments nécessaires aux prises de décision gouvernementales.

2  Voir le numéro 7 de la collection « Travaux de la DIACT » (2008).

3  Voir notamment Musso (1998).

4  Concept que l’auteur élabore à la suite de Hughes (1983) et Gras (1997).

5  Selon la formule de Gras (1997).

6  Contraction de global et de local.

7  Doctrine énoncée en 1907 par son premier président-directeur général, Theodore Vail.

8  Le dégroupage permet la concurrence de plusieurs opérateurs sur un même réseau physique de distribution, celui de l’opérateur historique.

9  Conférence de presse téléphonique de Mark Zuckerberg, dépêche de l’AFP, 26 février 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Pelachaud, « Pierre MUSSO (2008), Les télécommunications », Communication [En ligne], Vol. 28/2 | 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/1938

Haut de page

Auteur

Guy Pelachaud

Ancien professeur à l’IUT de l’Université du Mans, Guy Pelachaud est présentement en retraite avec le titre de maître de conférences hors classe. Courrielpelachaud.guy@orange.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals