Navigation – Plan du site
Lectures

Mireille THIBAULT (2005), Comprendre les médias, préface de Jean-Pierre Elkabbach

Paris, Éditions Ellipses
Sarah Sepulchre
p. 349-353
Référence(s) :

Mireille THIBAULT (2005), Comprendre les médias, préface de Jean-Pierre Elkabbach, Paris, Éditions Ellipses.

Texte intégral

À qui appartiennent les médias? Qui contrôle leur contenu ? Comment sont-ils financés ? Pourquoi les Français lisent-ils si peu de quotidiens ? Dans un univers rendu de plus en plus complexe par les avancées technologiques, d’Internet à la TNT et l’ADSL, cet ouvrage donne des repères et des éléments de réflexion. Il décrit les médias français — presse, radio, télévision — et les compare à ceux de nos grands voisins : Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Espagne, afin d’expliquer les spécificités propres à notre pays (quatrième de couverture).

1Telle est la promesse affichée en quatrième de couverture de l’ouvrage de Mireille Thibault et partiellement tenue. L’auteure prend en effet la peine de fournir les informations de base. Pour la presse écrite, elle décrit les groupes de presse, les titres, les lignes rédactionnelles, les tirages. Pour la radio, elle s’attarde sur les groupes publics et privés. Pour la télévision, elle revient sur l’évolution historique des différentes chaînes, d’État ou non.

2Pour chaque média, Mireille Thibault donne également les clés de compréhension de leur évolution. Elle privilégie quelques thématiques phares : l’émergence des quotidiens gratuits, la concurrence d’Internet, la concentration des titres, la segmentation du secteur des magazines périodiques pour la presse écrite ; les tenants et aboutissants de la guerre des fréquences FM et l’importance des audiences pour la radio ; l’influence des modes de diffusion, la prolifération des chaînes thématiques, le retard des chaînes locales pour la télévision. Bref, la publication se veut avant tout un état des lieux du paysage médiatique français. Et sur cet objectif, elle ne démérite pas. Les informations sont complètes et présentées clairement.

Le parent pauvre : les nouvelles technologies

3Mais la publication présente quelques lacunes. Il existe tout d’abord un certain déséquilibre quantitatif entre la presse écrite et les deux autres médias. Ensuite, tous les sujets ne sont pas développés avec le même bonheur. L’émergence des quotidiens gratuits, les fréquences radiophoniques, le retard des chaînes télévisées locales sortent du lot, mais d’autres sujets demanderaient des développements plus longs. Aussi l’ouvrage ne permet pas de saisir pourquoi les Français lisent de moins en moins la presse écrite.

4On peut également s’interroger sur la place réellement consacrée à la thématique des nouvelles technologies comme l’annonce la quatrième de couverture. Cet axe de travail est également pointé par Jean-Pierre Elkabbach : « Le xxie siècle est engagé. La révolution est en route dans les médias. Après les satellites et Internet, voici la TNT et l’ADSL et même, demain, ou plutôt déjà aujourd’hui, la télévision sur nos téléphones portables » (préface). Pourtant, certaines nouvelles technologies sont seulement citées en fonction des questions qu’elles posent. On peut par exemple lire qu’« il existe cinq façons de recevoir la télévision : par la voie hertzienne, le câble, le satellite, la prise du téléphone fixe et le téléphone portable » (p. 86). C’est le seul endroit où la téléphonie mobile est abordée. On peut, dès lors, se demander pourquoi la préface et la quatrième de couverture mettent tant l’accent sur les nouveaux médias.

5C’est finalement une vision très traditionnelle des médias que l’auteure développe. Les chapitres s’attardent sur la presse écrite, la radio, la télévision, la déontologie journalistique et le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Internet est uniquement présent en filigrane dans la partie sur la presse écrite. Ce nouveau média y est perçu principalement en tant que menace des canaux historiques ou en tant que prolongement du produit principal. Mais, il n’y a pas de chapitre spécifiquement consacré à l’information sur Internet et aux questions que ce canal particulier pose. Elles sont pourtant multiples.

6En Belgique, un procès a opposé Google et Copiepresse, la société représentant les éditeurs belges de presse quotidienne francophone et germanophone, concernant le non-respect des droits d’auteur sur Google News. En janvier 2006, Google a lancé son service d’information en Belgique. Copiepresse a initié une action en cessation contre le géant américain afin de faire respecter les droits de ses membres. Le 5 septembre 2006, un jugement du Tribunal de première instance de Bruxelles a tranché en sa faveur (jugement confirmé le 13 janvier 2007 suite à une opposition de Google). En mai 2007, une accalmie dans les relations entre Copiepresse et Google a signifié le retour des informations tirées des journaux belges dans Google News. Le différend démontre malgré tout que les nouvelles pratiques qui se développent engendrent des problèmes spécifiques qui demandent des solutions adaptées.

7Sans se centrer nécessairement sur les problèmes juridiques ou de droits d’auteur, Internet ne fonctionne pas comme un média traditionnel. En ligne se développent des blogues, des sites d’images partagées, des pages d’information qui ne prolongent pas des quotidiens ou des périodiques papier. Il est probable que ces organes d’informations supposent des pratiques nouvelles qui méritent d’être décrites dans les panoramas tels que celui qui nous occupe.

8Mais « nouveaux médias » ne signifient pas uniquement « Internet ». La miniaturisation, la démocratisation et la multiplication des caméras et appareils photo numériques, des téléphones portables et surtout de la concentration de ces trois services en un seul ont également des conséquences sur l’information diffusée. Le sms de Sarkozy à Cecilia appartient-il au domaine privé ou public ? Les individus qui filment sont-ils toujours conscients de la législation sur le respect de la vie privée ? Tous les événements valent-ils la peine d’être transformés en information ? N’assiste-t-on pas à du remplissage ou à de la peoplisation à outrance ? Tous les sujets peuvent-ils être diffusés sans médiation par des professionnels ? Certains faits ne nécessitent-ils pas une mise en contexte afin d’être correctement appréhendés par le public ?

9Surtout, n’est-ce pas la définition même du journaliste qui est remise en question ? Dans sa préface, Jean-Pierre Elkabbach soulignait les valeurs du métier. « Hier comme aujourd’hui, la rigueur et l’indépendance s’imposent au journaliste. À chaque instant, il faut éviter les inexactitudes, déjouer les manipulations. Le monde a beau changer, l’immédiateté s’imposer, les exigences demeurent. Il faut le même travail, la même passion. Derrière le tourbillon technologique, oh combien fascinant !, derrière l’accélération de l’information, le journaliste reste l’intermédiaire, le passeur en quête de vérité, au service du citoyen » (p. 4).

10Ce sont certainement toujours les idéaux du métier de journaliste. Sauf que les professionnels ne sont plus les seuls à intervenir dans les médias. Car aujourd’hui, qui est journaliste ? Celui qui est diplômé de journalisme ou celui qui produit de l’image ? Celui qui contrôle son reportage du début à la fin ou celui qui reprend des images amateurs pour les programmer dans un média d’information ? Enfin, comment légiférer sur ces matières difficilement saisissables ?

11Bref, il est difficile de concevoir aujourd’hui un essai de sociologie des médias — surtout s’il annonce qu’il va explorer les nouvelles technologies — sans aborder d’une manière ou d’une autre les questions posées ci-dessus.

Média et journalisme sont-ils des synonymes ?

12Un autre élément mérite d’être souligné : l’auteure semble constamment hésiter entre médias en général et médias d’information. C’est une confusion que l’on trouve dans beaucoup d’ouvrages sur les médias et qu’il faudrait peut-être dépasser ou, au moins, interroger. Car ce n’est évidemment pas la même chose. La télévision, par exemple, diffuse des programmes de genres différents (divertissement, fiction…). L’information ne représente qu’une part des émissions et chaque type de programme répond à des enjeux particuliers. Les problèmes posés dans le cadre d’émissions journalistiques ne sont pas identiques à ceux des autres productions. Le constat pourrait également être formulé à l’égard de la radio. La question est moins cruciale pour la presse écrite où les magazines de loisirs ne sont généralement pas confondus avec les newsmagazines.

13Cela s’est vérifié durant la crise du faux journal de la RTBF en Belgique. Le 13 décembre 2006, la chaîne publique a diffusé une émission spéciale où certains journalistes de la rédaction annonçaient que la Flandre venait de déclarer unilatéralement son indépendance. Ce n’était pas vrai. Une grande partie du débat s’est focalisée sur la déontologie journalistique, l’apport de fiction dans l’information et la signalétique qui ne précisait pas suffisamment le caractère fictionnel des images montrées.

14Dans l’ouvrage de Mireille Thibault, on sent la prégnance du média d’information. La partie sur la presse écrite est tout entière centrée sur les journaux et les newsmagazines. On ne fait que survoler le marché des périodiques en citant la presse féminine, les magazines télé ou la presse people.

15Mais dans les pages consacrées à la télévision, il y a véritablement confusion entre média en général et média d’information. Concernant l’audiovisuel, il est difficile de rester totalement muet sur les films, les séries, la téléréalité ou les jeux tant ces genres récoltent de l’audience, de l’estime et tant ils sont à la mode. Cette hésitation entre les deux conceptions des médias se trouve prolongée dans le chapitre sur le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Celui-ci aborde des questions de contenus, principalement d’information (le pluralisme politique en et hors campagnes électorales, l’honnêteté de l’information…). Mais il parle également de l’attribution des fréquences radiophoniques, de la publicité, des règles de concentration et de concurrence, de la nomination des présidents de France Télévisions, Radio France et RFI. Les thématiques connexes à l’information ne sont pas inintéressantes en soi, mais la cohérence d’ensemble de l’ouvrage s’en trouve affaiblie.

De la péremption de ce type d’ouvrage

16Les chiffres de diffusion de la presse écrite, les chiffres d’audience de la télévision, les informations concernant les fréquences radiophoniques datent généralement de 2004. Les informations les plus récentes remontent au premier semestre de 2005. Ce qui est en soi honorable puisque le livre a été publié cette année-là. Cela explique également en partie pourquoi l’auteure ne s’attarde pas sur les nouvelles technologies pointues, telle la télévision sur les téléphones portables peu développée à l’époque. Ces quelques constats dévoilent in fine le problème fondamental de ce type de monographies : elles sont très vite datées. En fait, elles sont pratiquement démodées au moment même de leur sortie.

17On peut dès lors se demander pourquoi les maisons d’édition s’échinent encore à les publier. Du moins, sous cette forme. Les éditeurs ne pourraient-ils réfléchir à un moyen de publication qui pourrait être constamment mis à jour ? On peut également s’interroger sur le public qui achète ces panoramas des médias. Il s’agit probablement d’étudiants en début de cursus. Il s’agit donc d’un public qui a surtout besoin des informations de base sur le sujet et pour lesquels le côté relativement périmé des éléments ne pose pas trop de problèmes.

18L’ouvrage n’est donc ni mieux ni moins bien que n’importe quel panorama des médias en France. Les remarques développées ci-dessus (vision traditionnelle des médias, vieillissement prématuré des informations et confusion des objectifs) valent probablement pour tous les livres du genre. Cet opus convient donc particulièrement bien pour les publics qui manquent de repères fondamentaux, mais n’importe quel lecteur un tant soit peu averti en décèlera rapidement les limites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Sepulchre, « Mireille THIBAULT (2005), Comprendre les médias, préface de Jean-Pierre Elkabbach », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 349-353.

Référence électronique

Sarah Sepulchre, « Mireille THIBAULT (2005), Comprendre les médias, préface de Jean-Pierre Elkabbach », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/2208

Haut de page

Auteur

Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l'École de journalisme de Louvain. Courriel : sarah.sepulchre@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals