Navigation – Plan du site
Articles

La gratuité d’un dispositif culturel efficace pour renouer le lien social ?

L’action de l’association Cultures du Cœur Auvergne
Agnès Bernard

Résumés

L’association Cultures du Cœur à Clermont-Ferrand (France) permet à un public en situation de précarité d’accéder à des lieux de culture en sollicitant des places de spectacles (théâtre, cinéma, musée, matchs) auprès des organisations culturelles et sportives qui dépendent de la mairie. En se limitant à l’étude du dispositif en lien avec les entreprises culturelles, l'auteure met en place une chaîne d’observations qui se situe dans le cadre théorique proposé par Serge Paugam relatif aux quatre composantes de la définition du lien social.

Haut de page

Texte intégral

1« La culture sera gratuite », proclamait en 1967 André Malraux (2009) au sujet des missions du ministère de la Culture qu’il comparait à celles de l’éducation. Aujourd’hui, cette prophétie est-elle en train de se réaliser et cette culture gratuite, mise en place par les politiques publiques, a-t-elle un rôle à jouer dans la construction de liens relatifs à la cohésion d’une société ? Autrement dit, favorise-t-elle la création de liens sociaux pour des publics dits « empêchés » ?

2Nous nous proposons d’étudier l’initiative des politiques publiques en prenant l’exemple de l’action municipale de la Ville de Clermont-Ferrand. L’association Cultures du Cœur permet à un public en situation de précarité d’accéder à des lieux de culture en sollicitant des places de spectacles (théâtre, cinéma, musée, matchs) auprès des organisations culturelles et sportives dépendantes, notamment auprès de la mairie de Clermont-Ferrand. Des structures sociales, relais de Cultures du Cœur, redistribuent les places gratuites aux bénéficiaires des minima sociaux. En nous limitant à l’étude du dispositif lié aux entreprises culturelles, nous nous proposons de mettre en place une chaîne d’observations en collaboration avec la personne chargée du développement de l’association.

  • 1  Chaque répondant a relu son témoignage sans le modifier et a souhaité que son nom soit mentionné d (...)

3L’enquête de terrain commencée le 23 février 2009 s’est achevée le 15 juin. Cette période comprend les délais importants pour fixer les rendez-vous, le déroulement des entretiens et la validation des textes par les participants à l’étude1. La méthodologie descriptive s’appuie sur des entretiens qualitatifs avec un guide d’entretien situant notre démarche dans une logique déclarative.

  • 2  Il s’agit des conseillers municipaux mandatés par la Ville de Clermont-Ferrand à la culture et à l (...)
  • 3  Il s’agit de programmateurs de spectacles qui font partie des structures communales (Graines de sp (...)
  • 4  Nous avons interrogé les travailleurs sociaux rattachés à trois associations — Formation insertion (...)
  • 5  Les bénéficiaires des dispositifs d’aide à l’emploi obtiennent le statut de stagiaire des associat (...)

4Quel est ce public des « empêchés » ? Des personnes démunies et désocialisées aux ressources économiques faibles, des personnes en situation d’urgence sociale ou en phase d’insertion, des familles avec enfants qui ne peuvent pas financer leurs loisirs culturels et sportifs ainsi que des jeunes et des adultes isolés. Ces publics sont difficiles à approcher, à interroger. Dans le cas du service de la protection de l’enfance, nous avons dû recueillir des témoignages grâce à un médiateur « de terrain », qui se rend au domicile des familles. Les témoignages manquent parfois de précision : les répondants ont oublié le nom du spectacle. Les limites de l’enquête se dessinent alors : difficulté de mettre en parallèle les dires du politique, du médiateur et du bénéficiaire, sur une même activité culturelle ainsi que difficulté de faire valider les entretiens auprès des publics. Conformément aux remarques du sociologue Jean-Claude Kaufmann (1996) dans son ouvrage relatif à l’entretien compréhensif, sous prétexte que la relation d’enquête en face à face introduit un biais, nous allons analyser la production de sens sans remettre en question l’authenticité des propos recueillis. Nous aurions dû utiliser l’entretien libre pour ne pas enfermer les répondants dans notre cadre de pensée. Ainsi eût-il été préférable de demander : « Que faites vous de votre temps libre ? » pour les amener ou pas à parler de leurs sorties culturelles, au lieu de « Que pensez-vous des sorties proposées par Fit Formation ? », d’autant qu’ils ignorent l’origine des places gratuites fournies par Cultures du Cœur. Pourquoi n’avoir pas appliqué ce protocole ? Parce qu’il n’était pas envisageable d’interroger les bénéficiaires trop longtemps. L’enquête s’appuie sur 26 témoignages : 3 entretiens d’acteurs politiques2, 6 de programmateurs3, 7 de relais sociaux4 et 9 de bénéficiaires5.

  • 6  Le ministère de la Culture et de la Communication (Direction des musées de France, Département des (...)

5De nombreuses enquêtes6 montrent l’efficacité des politiques culturelles, en matière de gratuité, sur la fréquentation des spectacles par des publics défavorisés non coutumiers. Si nous avons pu observer des résultats conformes à ceux des études existantes, nous avons découvert de facto une réalité plus complexe. En effet, la gratuité permettrait de retrouver un lien social de proximité, sans pour autant avoir un effet notoire sur la participation politique dans l’espace public.

6Notre hypothèse est la suivante : la notion de lien social est trop générique, englobante. Il n’y a pas un lien, mais des liens sociaux qui constituent le vivre-ensemble. Il faut, en effet, distinguer les différents fils qui tissent la société. Alors que le concept de lien social a mobilisé nombre d’auteurs, notamment Émile Durkheim, Max Weber et Ferdinand Tönnies, notre étude se situe dans le cadre théorique proposé par Serge Paugam (2009) relatif aux quatre composantes de la définition du lien social : lien de participation organique, lien de citoyenneté, lien de participation élective et lien de filiation.

  • 7  « Les lieux de cette socialisation sont nombreux : le voisinage, les bandes, les groupes d’amis, l (...)
  • 8  « […] dans son principe, la nation reconnaît à ses membres des droits et des devoirs et en fait de (...)

7Notre enquête s’attache à confirmer (ou à infirmer) l’existence d’un lien social paugamien mis en jeu dans le dispositif mairie, Cultures du Cœur, relais sociaux et bénéficiaires. Ce lien social serait constitué d’un lien de filiation qui, selon Paugam, dépend (1) de la fonction de socialisation de l’ensemble de la famille, (2) du lien de participation élective qui relève de la socialisation extrafamiliale au cours de laquelle l’individu entre en contact avec d’autres individus qu’il apprend à connaître dans le cadre de groupes divers et d’institutions7, (3) du lien de citoyenneté8 et (4) du lien de participation organique caractérisé par l’exercice d’une fonction déterminée dans l’organisation du travail (ce lien se tisse à l’école et perdure dans le monde du travail).

8Dans le cadre de notre étude, les institutionnels, les travailleurs sociaux, les bénéficiaires invoquent-ils — sans même en avoir conscience — la même définition du lien social ? Peut-on reconnaître dans leurs entretiens une ou plusieurs des quatre composantes du lien social définies par le sociologue Paugam ? Sont-elles pondérées par les contraintes et les préoccupations des acteurs du système ?

  • 9  « Aux différentes positions dans un espace social donné correspondent des styles de vie qui sont l (...)
  • 10  « Les classes populaires sont parfois attirées par des manifestions de la culture dites légitimes (...)

9Ces quatre types de liens, trame de la socialisation, peuvent dépendre en grande partie du style de vie9, du degré d’exclusion du bénéficiaire ou des « profils dissonants dans les classes populaires » (Lahire, 2006)10, des représentations que se font les politiques (acteurs culturels et relais sociaux) et des bénéficiaires (Cuche, 1996).

10La première partie s’intéressera à Cultures du Cœur et au dispositif mis en place entre l’association, les décideurs institutionnels (élus et partenaires culturels) et les médiateurs sociaux. Dans la deuxième partie, nous préciserons d’abord l’acception que nous donnons aux concepts d’acteurs institutionnels, de médiateurs et de récepteurs, avant de répondre grâce aux réponses des institutionnels (élus et acteurs culturels) à la question suivante : le dispositif crée-t-il du lien social ? La troisième partie s’attachera à présenter les réponses des médiateurs et la quatrième, celles des destinataires.

Le dispositif

11Cultures du Cœur est une association nationale créée par Roger Hanin et Edgar Dana en 1998 dans le but de faciliter l’accès des plus démunis à la culture et au sport, notamment en proposant des places de spectacles. Elle se fait ainsi l’écho de la loi d’orientation du 29 juillet 1998 stipulant, dans son article 40, que « l’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs, constitue un objectif national. Il permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté ».

  • 11  La présidence du Sénat, le ministère de la Culture, le ministère de la Cohésion sociale, le minist (...)

12Divers partenaires institutionnels et privés soutiennent financièrement l’action de Cultures du Cœur depuis sa création11. Dans le cadre de ses activités, l’association sollicite les structures culturelles, sportives, de loisirs ou de tourisme éducatif (les « partenaires ») pour qu’elles s’engagent à ouvrir leurs portes aux personnes en difficulté en mettant à leur disposition des invitations et en proposant des actions de sensibilisation et de formation (visites, rencontres, débats, ateliers particuliers). Parallèlement, l’association développe un réseau de « relais », qui utilisent l’accès à la culture, au sport, aux loisirs et au tourisme éducatif comme vecteur d’insertion. Cultures du Cœur s’appuie sur ces relais pour cibler le public bénéficiaire et lui faire part de l’offre proposée par les partenaires tout en respectant la charte déontologique et notamment les points suivants : le principe de gratuité réservé aux publics en grande difficulté économique, le libre choix des activités, l’incitation aux sorties en famille et l’accompagnement, c’est-à-dire une préparation ou un suivi des activités avec la collaboration bénévole d’artistes et de volontaires. Cultures du Cœur joue le rôle d’interface entre les partenaires et les relais.

13Son action s’étend sur trois grands axes d’intervention conformément aux différentes composantes du lien social, au sens où nous l’entendons : les pratiques culturelles, les pratiques artistiques en amateur et la formation du personnel des divers relais culturels et éducatifs qui collaborent à son action. Déclarée association d’intérêt général en septembre 2005, elle propose aujourd’hui ses activités dans plus de 40 départements.

  • 12  Cinémas : cinéma Le Rio à Clermont-Ferrand, cinéma Les Ambiances à Clermont-Ferrand, Conseil régio (...)
  • 13  Jazz en tête, Orchestre d’Auvergne, Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale, Festival du court (...)

14En 2005, une antenne est créée en Auvergne. Depuis, plus de 3 000 personnes ont bénéficié de ses services, ce qui montre la pertinence du dispositif. Le travail de l’association ne se limite pas à un guichet de places pour consommateurs en difficultés financières12. Il s’agit d’un véritable accompagnement pour contrer les effets dévastateurs de la désocialisation. Alain Vassort, le président de l’association, Yann Maubert et depuis peu Amandine Branger, les chargés de développement, sollicitent les organisations sportives et culturelles13, notamment la Direction de la culture de la Ville de Clermont-Ferrand, qui gère directement Graines de spectacles, les Escales clermontoises, les Contre-plongées de l’été et les trois musées clermontois. Quant au volet social, l’association a signé une convention avec le Centre communal d’action sociale (CCAS) et avec une quarantaine d’acteurs sociaux à Clermont-Ferrand. Les places offertes sont distribuées par l’intermédiaire du site www.infospectacles.com. Depuis sa création, l’association a distribué dans le cadre de projets individuels plus de 6 196 invitations en Auvergne.

Tableau 1. Bilan de l’existant de l’association cultures du cœur

Département

Relais

Partenaires

Invitations distribuées

Offre disponible

Allier

66

21

677

3 382

Puy-de-Dôme

48

21

3 936

9 771

Cantal

2

52

12

15

Haute-Loire

14

10

235

939

Total

130

104

4 860

14 107

Le lien social, complexité et problématiques

15Pour cette enquête, nous avons mobilisé la théorie sociologique du lien social. Elle pose une question fondamentale : comment faire pour que des individus avec des dispositions opposées, dotés de chances sociales inégales, mus par des sentiments et des intérêts contraires puissent arriver néanmoins à construire un vivre-ensemble collectif ?

16Selon les analyses sociologiques, il y a toujours — sauf cas exceptionnels — des liens sociaux, mais ces liens appartiennent à différentes catégories et ne font pas appel aux mêmes mécanismes. Le lien social relève du modèle « communautaire » (Tönnies, 1944) ou de solidarité organique (Durkheim, 1893) selon lequel l’obéissance aux règles du groupe structure la forme essentielle des rapports des individus entre eux. Il existe aussi le modèle sociétaire, des sociétés modernes, selon lequel les rapports des individus entre eux seraient fondés sur l’intérêt de chacun. Selon des sociologues, les deux formes de solidarité coexistent encore aujourd’hui mais subissent des transformations (Putnam, 1995).

17D’apparition récente, l’expression « lien social » ne jouit pas encore d’une définition opératoire précise. Paul Yonnet (1999) et Béatrice Barbusse (2000) lui consacrent chacun un chapitre et Achille Weinberg, un article. Pierre-Noël Denieuil propose cette définition :

Le rapport social divise, le lien social rapproche et entre culture et rapport social, il existe un troisième concept fondamental de la sociologie qui est le lien social. […] Le lien social, lui, naît à l’occasion des échanges dans le travail, dans la famille, dans les relations quotidiennes, il socialise, il rassemble, c’est le versant inventif de « l’exister ensemble ». Le rapport social c’est surtout une division, le lien social c’est une addition, un agrégat, un nœud (2008 : 163).

18Pour avoir accès à des ouvrages entièrement consacrés au concept de lien social, il faut attendre ceux de Pierre Bouvier (2005), de Pierre-Yves Cusset (2007), puis de Serge Paugam (2009). Nous avons retenu la définition de Paugam qui mobilise les auteurs classiques, en précisant leurs points communs et leurs désaccords avant de proposer une définition opératoire du lien social.

Le dispositif crée-t-il du lien social du point de vue des institutionnels ?

19Selon Pierre Moulinier (1999), chargé de mission au ministère de la Culture depuis trente ans, la décentralisation des municipalités les a incitées à se servir de « l’impératif culturel » pour favoriser le développement local et la cohésion sociale. La culture joue un rôle capital dans le développement local : elle est source d’emplois, d’exportations et de revenus à l’échelon national, mais aussi à l’échelon local. Dans les villes, les métropoles et les régions, la culture est une composante essentielle du cadre de vie, une source de revenus liés au tourisme et un levier de créativité pour la production de biens et de services nouveaux. La contribution de la culture à l’emploi peut varier de 3 à 7 %, voire plus. Ainsi, il n’est pas étonnant que les gouvernements locaux souhaitent encourager le tourisme culturel ou les quartiers culturels. La contribution actuelle de la culture au développement économique ne se limite pas à la seule attraction de touristes : elle est de manière croissante à la base de toute une série d’activités créatrices, qui gagnent à se regrouper sur les territoires. La culture a toujours été un puissant levier d’intégration sociale pour des individus ou des communautés en difficulté, mais maintenant elle contribue, en outre, à rendre le développement plus durable. Cependant, tous les dispositifs culturels mis en place y découvrent leurs limites. À titre d’exemple, en raison des contraintes budgétaires, l’offre des prestations ou « jeu du catalogue » (Friedberg et Urfalino, 1984) n’est plus aussi vaste.

20Nous désignons par « institutionnels » l’ensemble des structures politiques et culturelles étatiques et municipales qui ont fourni l’aide financière et logistique à Cultures du Cœur. Nous avons choisi de mener des entretiens qualitatifs semi-directifs auprès de l’élu à la culture, de l’élue responsable de l’action sociale, du directeur du service culturel de la Ville de Clermont-Ferrand et auprès des acteurs culturels : programmateurs du Centre lyrique, de Graines de spectacles, de la Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale et du collectif Sauve qui peut le court métrage. La Ville de Clermont-Ferrand soutient la création et la diffusion, notamment dans le domaine du spectacle vivant, au moyen d’une aide à la production, de subventions et de la mise à disposition d’équipements de spectacle. Les compagnies et les associations citées bénéficient d’un conventionnement leur permettant de mener des projets à moyen terme et d’interpeller en toute liberté les spectateurs. Dans le cadre du développement de la médiation culturelle qui favorise l’accès de tous les publics aux manifestations culturelles, la Ville a signé une convention avec Cultures du Cœur Auvergne.

21Les entretiens semi-directifs auprès des institutionnels vont nous permettre de répondre à la question centrale : les politiques culturelles publiques autour de la gratuité favorisent-elles la création de lien social comme le prétend Moulinier « […] l’action culturelle d’une ville peut créer du lien social ou à l’inverse, accentuer les différences de classe » (1999 : 118) ? Pour affiner l’étude, il convient de décliner la question centrale en deux sous-thèmes :

  • Le rôle des politiques publiques est-il d’instaurer la gratuité (ou une politique tarifaire basse) pour les spectacles culturels et cette gratuité est-elle nécessaire (suffisante) pour attirer des populations exclues ?

  • La sortie culturelle des publics dits empêchés favorise-t-elle la création d’un lien social ?

La gratuité

22La gratuité faciliterait-elle l’accès à la culture pour les populations fragilisées socialement ? En 2008, une expérimentation des effets de la gratuité totale sur la fréquentation muséale a montré qu’un visiteur sur trois appartenait à la classe populaire et que ces « primo-visiteurs » les moins familiers des lieux culturels estimaient que cette mesure les avait motivés (Eidelman et Ceroux, 2009). L’étude a aussi révélé que la gratuité permet le renouvellement des publics et leur diversification, preuve de la réalité de la démocratisation culturelle, comme en témoignent les analyses d’audience des musées depuis plusieurs années (Eidelman et al., 2007).

23Le rôle d’une municipalité est de pratiquer une tarification basse ou la gratuité, c’est en tout cas ce que prétend l’ensemble des politiques interrogés. Cependant, ceux-ci s’entendent pour affirmer que la mise à disposition de places gratuites ne suffit pas : il faut instaurer un accompagnement et proposer des spectacles adaptés. Pour Françoise Nouhen, l’élue et adjointe aux Affaires sociales et vice-présidente du CCAS, cela ne fait aucun doute :

Le rôle des politiques publiques est de permettre l’accès à la culture par des mesures financières mais aussi d’accompagnement. Ainsi, la gratuité n’est pas le seul critère de fréquentation des spectacles, la nature du programme a aussi un rôle à jouer. Pour les places de sport, cela n’est pas compliqué… mais dans le cas des places de concert, cela se prépare et la gratuité des billets n’est pas un facteur incitatif simplement parce que ce public n’est pas ouvert à la culture (7 avril 2009).

24Soline Olagnol, la responsable de la médiation culturelle du Centre lyrique, précise :

Nous mettons des places gratuites à disposition des personnes bénéficiant de minima sociaux dans le cadre du partenariat avec Cultures du Cœur, mais la responsable de Cultures du Cœur le dit très bien, il ne faut pas se contenter de proposer des places gratuites de spectacle, il y a un travail de sensibilisation, d’éducation à faire (3 juin 2009).

25François Robert, le responsable de la Direction de la culture à la Ville de Clermont-Ferrand, est plus mesuré quant à la gratuité :

Afin d’engager les bénéficiaires à aller régulièrement vers ces pratiques culturelles, les tarifs devraient être adaptés aux ressources des familles. Toutefois, la gratuité des places ne permet pas de « dédramatiser » la culture pour les publics empêchés et le tabou culturel se maintient. […] Proposer un nombre de places plus important ne sert à rien s’il n’y a pas un suivi individualisé (13 mai 2009).

26Un sentiment partagé par Olivier Bianchi, l’adjoint responsable de la Politique culturelle :

J’ai donné mon accord pour Cultures du Cœur parce qu’il ne s’agit pas seulement de fournir des places gratuites : ce qui nous intéresse, c’est l’accompagnement, la médiation. La place gratuite peut dévaloriser le spectacle en effet, il n’y a pas que des handicaps sociaux mais aussi des handicaps symboliques. Ainsi, pour certains institutionnels, le bénéficiaire doit payer sa place de spectacle, même à faible coût ; c’est un moyen de sortie de l’exclusion (25 mai 2009).

27Qu’en est-il des programmateurs ? Les programmateurs de spectacles vivants sont opposés à la gratuité. François Coupé, le programmateur de Graines de spectacles, confie : « Je me suis toujours opposé à la gratuité des spectacles qui peut inhiber le respect de l’œuvre d’art » (21 mai 2009). Un témoignage proche de celui du directeur de la Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale, Jean-Marc Grangier : « Je ne pense pas que la gratuité des spectacles favorise le lien social. Dans le cas des populations exclues, ce n’est pas un mobile suffisant. Le bénéficiaire viendra une fois, mais n’aura pas pour autant une expérience sensible » (4 juin 2009). En revanche, pour Antoine Lopez, programmateur de cinéma et membre fondateur et responsable du collectif Sauve qui peut le court métrage, la gratuité semble être une nécessité absolue, en tout cas une condition nécessaire d’accès à la culture pour des populations en difficulté sociale : « Au Festival du court métrage, nous espérons que ces places créent du <lien>. L’argent ne devant pas être un frein d’accès à la culture, notre politique tarifaire très basse a le même objectif en ouvrant le festival à tous les publics » (6 juin 2009).

28Face à un dispositif qui existe pourtant depuis des années, les perceptions des institutionnels s’opposent. Si cette opposition est systématique, on peut alors s’interroger sur l’absence de réflexion et de consensus parmi les acteurs des politiques publiques, sur la réelle incidence de la gratuité, sur la fréquentation des spectacles et sur les contraintes budgétaires et logistiques qui en résulteraient.

Le spectacle

29Le spectacle favorise-t-il le lien social ? Pour nombre de théoriciens, le doute n’est pas permis. Selon Michel de Certeau (1993), le sens des pratiques culturelles demeure essentiel à la construction de soi et à l’établissement des références communes « au monde ». Pour Jean Caune (2006), le lien social est possible si et seulement si les individus peuvent donner une signification à « leurs choix existentiels » par l’intermédiaire d’un contexte culturel, seules les expériences langagières et esthétiques permettent d’échapper à l’enfermement de l’individu dans sa communauté d’origine (fratrie, famille, ethnie, etc.). Bernard Lamizet (2002) consacre également un chapitre à la « culture comme médiation symbolique du lien social ». Pour la sociologue Dominique Pasquier, la sortie à l’opéra est « parfois moins une relation aux œuvres qu’une relation aux autres » (2005 : 117). Sociologues et institutionnels, dans le cadre de notre étude, s’accordent sur ce point, mais à des degrés divers. Pour les uns (les programmateurs), les lieux de convivialité (bars, brasseries, etc.) qui constituent l’environnement ont un rôle à jouer dans ce fameux « lien social » ; pour d’autres, sans médiation point de salut ; pour d’autres enfin, c’est la gratuité qui crée le lien. Liens familiaux, liens collégiaux, liens amicaux, liens ponctuels, communion d’esprit autour d’un spectacle, liens tacites autour d’une œuvre… les acteurs invoquent différents aspects du lien social et ces différentes perceptions nous conduiront à les comparer au concept défini par Paugam.

30L’ensemble des institutionnels reconnaissent que le moment du spectacle n’est pas forcément un moment de rencontre, mais s’inscrit malgré tout dans une logique de socialisation, comme l’affirme Olivier Bianchi : « Cultures du Cœur aide les travailleurs sociaux dans le processus de resocialisation des publics exclus » (25 mai 2009). Ce « moment du spectacle » serait particulièrement significatif dans le « processus de resocialisation » pour ceux qui ont vécu une rupture du lien social, avec un relâchement des normes sociales ou leur transgression (Durkheim, 1893). Toujours selon Bianchi :

[…] le moment du spectacle n’est pas forcément un moment de rencontre mais s’inscrit malgré tout dans une logique de socialisation et d’insertion : le public vient, s’assied, repart, mais il permet d’être « parmi d’autres », de « faire partie du système ». La sortie culturelle permet ainsi de maintenir l’usager dans un cercle de sociabilité, dans la normalité et favorise son ancrage dans la vie quotidienne (25 mai 2009).

31Un jugement qu’appuie Jean-Marc Grangier :

Quant au lien social… le spectacle en lui-même ne favorise pas ce lien mais développe le sentiment qu’on a de soi-même et de notre présence au monde. Nous sommes seul assis dans un fauteuil : c’est une expérience individuelle, solitaire et en même temps collective. Le lien social se noue en sortant du spectacle : on parle avec ses voisins, ses amis, des gens dans le hall, d’un sujet qui nous rassemble : le spectacle vu (4 juin 2009).

32Il semble que du point de vue des institutionnels, même si le bénéficiaire ne communique pas avec les autres spectateurs in situ, cette sortie favorise la socialisation avant et après le spectacle, grâce aux discussions avec les éducateurs ou les formateurs, la famille, les amis. Pour Françoise Nouhen, conseillère et adjointe aux Affaires sociales, c’est un moyen de sortir de l’exclusion et un échange d’idées enrichissant entre les acteurs du dispositif mis en place :

Les travailleurs sociaux y trouvent un terrain d’intégration favorable pour les personnes en rupture sociale et les acteurs culturels, des contacts avec un public différent. Symboliquement, cette action illustre de la plus belle manière comment la culture et le sport peuvent se saisir du social. […] Pour les travailleurs sociaux, les places proposées par Cultures du Cœur sont un outil éducatif, en responsabilisant la personne qui s’engage à utiliser cette place disponible. Cela redonne une utilité sociale aux personnes éloignées de l’emploi en les aidant à se reconstruire, ils se préparent à aller au spectacle, ils prennent le tram, ils s’organisent et ce dispositif leur fournit également une occasion de se distraire (7 avril 2009).

33Et de préciser Soline Olagnol :

Les spectacles de concert classique peuvent créer du lien social et particulièrement pour ces personnes-là. […] Le lien social existe dans la mesure où le Centre lyrique d’Auvergne fait une démarche vers un public qui est exclu ou qui s’est exclu. Si cette démarche fonctionne et que ce public vient même une ou deux fois par an, le lien social existe (3 juin 2009).

34Pour certains, le lien social se tisse dans la médiation et l’accompagnement au spectacle, entre les membres d’une même famille ; c’est en tout cas l’opinion de François Coupé : « Graines de spectacles favorise le lien social dans la mesure où ce sont des séances familiales et où les enfants amènent leurs parents au spectacle. Ces spectacles jeunes publics sont des passerelles pour les adultes qui n’ont pas l’habitude d’aller au spectacle » (21 mai 2009). Certains institutionnels, comme François Robert, reconnaissent l’influence de l’environnement direct (salle de spectacle) et indirect (bar, brasserie) sur la création du lien social : « Dans une ville, on doit favoriser le lien social et il faut pouvoir accueillir les gens excentrés, les faire sortir de leur quartier. Une programmation culturelle de qualité se fait dans des salles adaptées et le brassage des populations existe grâce à la pluriculturalité » (13 mai 2009). Un sentiment partagé par Antoine Lopez :

L’environnement a aussi un rôle à jouer dans ce fameux « lien social ». L’exemple du rôle majeur de la brasserie de la gare routière joué pendant de nombreuses années dans la convivialité du festival est là pour en attester. Des témoignages confirment que les gens échangent, que ce soit dans les bistrots, les salles ou les files d’attente, sans se connaître alors que le court métrage réunit des gens d’origines différentes, qu’elles soient sociales, professionnelles ou géographiques. La culture : on la reçoit et on la partage, en cela c’est un vecteur de « lien social » (6 juin 2009).

35Alors qu’ils s’opposaient sur le thème de la gratuité, les institutionnels soulignent, à l’unanimité, l’importance de la sortie culturelle dans la création de sociabilité, de cet ensemble des pratiques par lesquelles un individu tisse des relations avec les autres et dans lesquelles le lien social aurait toute sa place.

Le dispositif crée-t-il du lien social du point de vue des médiateurs ?

36La définition de « médiateur » varie selon les contextes. Un médiateur est une personne physique qui intervient pour faciliter une communication, une relation, la transmission d’une doléance, la transmission d’un savoir ou d’une connaissance dans les différents champs d’intervention, en l’occurrence dans le cas qui nous occupe le champ social. Nous privilégions le volet social de la médiation dans les entretiens auprès des responsables des associations et des hommes de terrain. Ils se considèrent comme médiateurs — médiateurs partiels mais médiateurs tout de même — de ce public exclu de la culture dans le dialogue indirect qu’ils entretiennent avec le politique. C’est ainsi que nous avons étudié les témoignages des directeurs d’associations, puis des équipes éducatives : formateurs, éducateurs, accompagnateurs. Ces médiateurs qui incitent le public exclu de la culture à vivre une nouvelle « pratique » selon l’acception de la définition de Paugam — une expérience concrète par laquelle l’individu affronte les autres et rompt ainsi son isolement — considèrent-ils l’espace culturel comme un espace de sociabilité pour les bénéficiaires ?

La gratuité

37Certains médiateurs n’offrent pas un accès gratuit aux spectacles à des bénéficiaires qui vivent au quotidien des difficultés financières, professionnelles, de logement, de santé, etc. Pour Marie, l’assistante sociale du CCAS :

Nous ne pensons pas à proposer les places gratuites fournies par Cultures du Cœur… C’est bien, on connaît la manipulation. On a eu une réunion mais… les gens qui viennent nous voir ont parfois des dettes de 20 000 euros alors… l’urgence ce n’est pas cela. En revanche, au Point Accueil Écoute Jeunes, il est possible que le dispositif fonctionne. Les jeunes sont peut-être plus sensibles à cela (15 mai 2009).

38Claire, l’éducatrice spécialisée au Point Accueil Écoute Jeunes, confirme cette réalité de terrain : « Je n’ai pas encore utilisé ce dispositif, car les jeunes très désocialisés ne sont pas dans ces préoccupations dans l’immédiat, mais cela peut être un bon support » (15 mai 2009).

39Seuls deux médiateurs sociaux évoquent l’importance de la gratuité des spectacles dans la fréquentation, dont Alain Bourdon, un éducateur au service de l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO) : « Ils ont envie de profiter d’autres sorties culturelles mais à condition qu’elles soient gratuites » (9 mars 2009). Monique Guillaumin, responsable du service AEMO, explique : « En revanche, les familles bénéficiant de places par le biais de l’association sont toujours ravies et enchantées d’avoir pu assister à des manifestations culturelles et sportives auxquelles elles n’auraient pas pu accéder. » Djamila Bounechada, une formatrice à l’Institut national de formation et de recherche sur l’éducation permanente (Infrep), minimise l’influence du dispositif de gratuité dans la fréquentation culturelle : « Difficile d’ouvrir à la culture un public en grande difficulté. Les jeunes ne vont pas au cinéma et ce n’est pas parce que Cultures du Cœur leur donne des places gratuites qu’ils s’y rendent plus facilement » (20 mars 2009).

Quels types de lien social peuvent se (re)construire ?

40Comme les institutionnels, les médiateurs évoquent différents types de lien social, mais tous reconnaissent l’utilité de la sortie culturelle gratuite pour reconstruire ce lien. Il peut s’agir du lien familial : « C’est également une manière pour les parents de partager un moment de complicité avec leurs enfants et d’apaiser certaines tensions qui peuvent exister au sein de la famille » (Monique Guillaumin). Alain Boudon confirme :

Cultures du Cœur est une caisse à outils, pour nous éducateurs, pour travailler sur les relations intrafamiliales. Un outil pour qu’il se passe quelque chose dans la famille. Le père et le fils vont renouer le dialogue dans la voiture en allant au match, cela peut donner l’occasion à une mère isolée de discuter avec d’autres. La reconstruction du lien social est plutôt effective au sein de la famille dans le cas de notre mission. En effet, nous évitons au maximum d’accompagner les jeunes. L’objectif étant de repositionner l’autorité du parent à la maison (9 mars 2009).

41Pour Djamila Bounechada, il s’agit plutôt du lien intragroupe et du lien entre les stagiaires et les médiateurs puisque les bénéficiaires vont aux spectacles ou aux musées durant leurs stages, avec leurs camarades : « À travers les sorties en groupe, les jeunes nouent un lien social entre eux et avec les bénévoles qui les accompagnent. Ils s’appellent après le spectacle. En effet, ils sont sortis du système scolaire, se retrouvent au chômage et ne voient que leurs copains du quartier… quand ils en ont » (20 mars 2009). Elsa Marion, une coordinatrice au sein de Formation insertion travail (Fit Formation), relance : « Cette visite n’a eu que des effets positifs. Les personnes ont pu découvrir un lieu culturel, auquel ils ne se permettent pas d’accéder. Ce genre de sortie permet de créer une certaine cohésion entre les groupes, différente de celle qui s’installe pendant les formations » (1er avril 2009).

42Mais pour l’ensemble des travailleurs sociaux, le lien social se crée surtout dans le cadre quotidien des stages de formation. Bernard Frasiak, le directeur de Fit Formation, déclare :

C’est surtout la préparation du permis de conduire, l’apprentissage du code de la route qui permet de se confronter plutôt aux problèmes de maîtrise de la langue, de l’espace, du temps, mais aussi du rapport à la loi, aux autres, de l’intelligence sociale, à la gestion d’un budget, aux principes de sécurité et cela débouche sur du concret : la liberté de déplacement, l’élargissement des liens sociaux, la possibilité de faire des courses et d’accepter un travail avec des horaires décalés (9 mars 2009).

43Djamila Bounechada explique :

Le lien social qui se noue entre eux et nous se met d’abord en place au quotidien dans notre travail et seulement après à travers les prestations de Cultures du Cœur, même si elles sont intéressantes pour le groupe. Une confiance s’établit déjà au niveau de notre action au quotidien. En effet, nous socialisons le jeune pour recréer du lien, réapprendre à se lever, à revivre en groupe, à se présenter, à changer, à reprendre confiance en soi, à avoir des repères, à apprendre à parler. Cette confiance doit s’établir entre eux et moi pour permettre la mise en place de stratégies pour ne pas les pénaliser s’ils ne savent pas écrire, par exemple (20 mars 2009).

44Les médiateurs s’entendent sur la création de sociabilité grâce à la sortie culturelle « institutionnelle », mais il convient de nuancer leurs propos : le dispositif fonctionne parce qu’il existe déjà un lien social de confiance.

Le dispositif crée-t-il du lien social du point de vue des destinataires ?

  • 14 Laurent Fleury (2008) définit sept univers culturels des Français, sorte de typologie des attitudes (...)
  • 15 Jean Davallon (1999) définit les publics adultes comme des acteurs sociaux qui ont acquis leur comp (...)

45Qui est donc ce public bénéficiaire ? Les personnes démunies et désocialisées aux ressources économiques faibles, les personnes en situation d’urgence sociale ou en phase d’insertion, les familles avec enfants qui ne peuvent pas financer leurs loisirs culturels et sportifs ainsi que les jeunes et les adultes isolés. Public empêché, exclu ? Les qualificatifs sont aussi variés qu’imprécis14. Comment désigner sans les stigmatiser ces populations isolées du champ culturel (voir Donnat, 1994) ? Selon Nathalie Heinich, on raisonne aujourd’hui en termes de publics « socialement différés », « stratifiés par leurs milieux sociaux » (2004 : 47). Il s’agit de cette France invisible : « Les populations qui sont masquées par les chiffres, le droit, les discours politiques, les représentations médiatiques, les politiques publiques ou les catégorisations dépassées qui occultent leur condition d’existence » (Beaud, 2008 : 630). Il convient de préciser ces différentes notions. Le non-public, par opposition au public15, regroupe des individus qui n’ont aucune chance d’accéder au phénomène culturel. En 1968, le manifeste de Villeurbanne, rédigé par Francis Jeanson (1972), fait apparaître pour la première fois, de manière officielle, la notion de « non-public ». Cette notion renvoie aux « laissés pour compte, aux exclus, aux pauvres de la culture » (Fleury, 2008 : 35). Aujourd’hui, on désigne plutôt ces personnes comme « éloignées » ou « exclues » dans le sens d’un éloignement socioculturel, d’un non-accès à la culture pour des raisons d’ordre économique. On réservera l’appellation de « public empêché » aux personnes en milieu carcéral ou soufrant de handicaps physiques : déficients visuels pour les spectacles de mimes, auditifs pour les concerts, etc. Nous utiliserons le concept de public exclu, plutôt qu’empêché, pour désigner ces personnes en précarité, victimes de barrières socioculturelles, financières ou symboliques.

La gratuité

46Presque tous les bénéficiaires admettent que les sorties culturelles dépendent des contraintes budgétaires. Alain Boudon, éducateur au service AEMO, interroge une mère de famille qui est allée voir avec sa fille de 14 ans un spectacle de danse contemporaine à la Maison de la culture en tramway : « Si j’avais de l’argent, j’irais. Si on était soutenu, tout le monde pourrait aller au spectacle. » Bouchaourati, une stagiaire de l’Infrep, dira : « J’y suis allée parce que c’était gratuit et par curiosité pour voir ce que s’était » (13 mai 2009), alors que Julien Vignal, aussi stagiaire, affirmera : « Au ciné, j’y vais rarement étant donné le prix des places » (13 mai 2009). Karine, une bénéficiaire du revenu de Solidarité active (rSa), avouera : « Mais personne ne savait que je n’avais pas les moyens d’acheter ma place » (28 février 2009) et Floriane, une bénéficiaire de Chom’actif, d’ajouter : « Donc, j’ai des contacts et puis en fait, donc vu que je suis artiste moi, comme je suis au rSa et ben je ne peux pas me payer de places de concert. Rien et comme j’ai fait de la musique, et cetera, j’adore la musique classique et le fait de pouvoir à nouveau à chaque concert y aller, ou au musée, et cetera » (23 février 2009).

47Les bénéficiaires ont majoritairement envie de retourner au musée, au théâtre ou au cinéma. Jamila, stagiaire de Fit Formation, explique : « Cela nous donne envie de continuer, de faire de jolies choses à mettre chez nous. » Et Bouchaourati d’insister :

Je n’aurais pas eu l’idée d’aller au musée ou au théâtre. On ne s’y intéressait pas d’habitude. Ça nous a impressionnés. On se disait : on reviendra, on donnait nos impressions. Des fois on retourne au musée ou au Centre info jeune. Le musée c’est l’histoire, comment les choses étaient avant et on apprend des trucs. J’ai ramené ma fille de 3 ans au Musée d’art Roger-Quilliot, elle touchait à tout, je ne sais pas si ça lui a plu (13 mai 2009).

48Julien Vignal confirme : « Au concert, j’aimerais bien y aller mais la plupart du temps les artistes qui m’intéressent passent à Paris. Les concerts de classique je suis pas contre, ça permet de s’évader après une semaine de boulot et de connaître autre chose » (13 mai 2009).

49Les destinataires évoquent les bienfaits personnels qu’ils retirent de cette expérience, notamment la reconnaissance de soi :

J’avais envie de me saper. Façon de dire, parce que je n’ai pas de belles fringues. Mais personne ne savait que je n’avais pas les moyens d’acheter ma place. Je me sentais comme tout le monde. Rien à voir avec les regards échangés dans le hall des Assedic (Karine, 28 février 2009).

Ce qui est bien, c’est de prendre du temps pour moi, ça m’encourage à continuer, même ma famille comprend. J’ai été plusieurs fois à des expos, ça me plaît de faire ça : j’arrive à dessiner des fleurs… (Jamila, 1er avril 2009).

À la Tôlerie, lors de l’atelier calligraphique, nous nous sommes retrouvés, ça nous avait inspirés, c’est un moyen de se retrouver en dehors du contexte permis, boulot […]. Toute seule, j’ai du mal à aménager du temps et chez moi j’ai tendance à faire des choses pour la maison et pas à dessiner (Solène, 1er avril 2009).

Donc, ça me permet aussi de faire des connaissances, ça permet aussi ben pour moi de trouver de l’inspiration et d’oublier un petit peu ma condition de bénéficiaire du rSa en fait (Floriane, bénéficiaire de Chom’actif, 4 avril 2009).

Le lien social et l’image de soi

50Les répondants reconnaissent l’intérêt de la sortie culturelle qui s’inscrit dans la sociabilité amicale ou familiale. Les relations familiales se restaurent : Bruno, un travailleur social, interroge Jeanne, une bénéficiaire de places de spectacles qui a partagé ce moment avec sa fille : « Le temps du trajet et du spectacle, ça nous a rapprochées en nous sortant des affrontements quotidiens » (30 mars 2009).

51Des rapports amicaux se tissent entre les stagiaires de Fit Formation. Fanida explique : « On a créé des liens en dehors des cours de code : ça nous a donné envie de nous retrouver entre nous. On ne se connaissait pas avant » (1er avril 2009). Julien complète : « On peut dire que Solène et Fanida sont des amies, on se parle au téléphone et j’ai de bonnes relations avec les formateurs. L’exposition nous a permis de les voir dans un autre contexte » (13 mai 2009). Fanida conclut : « Nous faisons des rencontres, nous partageons des activités extérieures et nous aimons nous retrouver pour échanger, rire, passer de bons moments ensemble. » Des impressions proches de celles exprimées par Bouchaourati, stagiaire de l’Infrep :

Dans le groupe, il y avait une Marocaine, une Algérienne, une Gitane, moi je suis Maoré. Au début, chacune avait ses idées envers l’autre, après on a appris à se connaître et on s’est rapprochées. Je me suis fait des amis, des relations et j’ai toujours des contacts. Djamina était la formatrice référente, elle s’intéressait à chacun de nous […] (Bouchaourati, 13 mai 2009).

52Floriane, une bénéficiaire de Chom’actif, semble porter le même regard : « Cela permet aussi de faire des connaissances. » (Floriane, 20 mai 2009) Julien partage ce sentiment :

On a noué des relations avec la formatrice et l’artiste, ils avaient bien discuté avec moi. Cela m’a apporté un enrichissement culturel du fait des multiples sorties proposées et ça m’a permis de nouer des contacts avec d’autres personnes. Le fait d’être accompagné c’est bien… c’est mieux d’être avec un formateur… on n’avait pas la pertinence de poser des questions, c’est souvent le formateur qui commence à les poser, c’est le déclencheur et après c’est plus facile pour nous (Julien, 13 mai 2009).

53Si le médiateur peut aider à libérer la parole, il convient de nuancer les conditions de création du lien social. Comme en témoigne Karine, bénéficiaire du rSa, qui avoue la difficulté de nouer des liens : « Pour créer des liens c’est pas facile, ça passe vite mais c’était pas mon but. Je ne regrette pas, mais je n’ai parlé à personne dans le hall, ni pendant le spectacle. Mais en rentrant, je l’ai dit finalement à ma mère et je lui ai dit que j’aurais dû faire des études, que j’aimerais plus des trucs intellos. » Cette discussion avec sa mère n’est-elle pas l’expression d’un lien social ?

54Pour compléter cette étude, le guide d’entretien renfermait quelques questions sur les représentations — les idées, valeurs et discours véhiculés dans une société donnée — et sur le spectacle culturel et ses usagers, c’est-à-dire les bénéficiaires. L’objectif était de découvrir également si cette expérience allait changer leur représentation d’eux-mêmes au sein de leur groupe social.

55Les travaux de Pierre Bourdieu (1979) ont montré à quel point le capital culturel a une incidence sur le sentiment qui pousse à s’autoriser ou non à avoir tel type de pratique culturelle (légitime/dominant, illégitime/dominé). Notre étude révèle, par contre, que les bénéficiaires parlent du spectacle à leurs conjoints, famille, amis, voisins, baby-sitter :

J’en ai parlé à ma famille maternelle et j’ai apprécié l’ambiance. […] On a bien aimé et j’ai parlé à une copine du spectacle (Jeanne, en relation avec Alain Boudon, éducateur au service AEMO).

Je suis allée une fois à un spectacle de danse et théâtre mélangés et ça m’a plu. Je n’étais jamais allée au théâtre avant, une fois seulement au cinéma. Il y avait beaucoup de monde, la salle était grande. J’étais avec un copain qui a aimé aussi. On en a parlé ensemble et à la personne qui gardait ma fille ce soir-là (Bouchaourati, stagiaire de l’Infrep).

Je suis allé voir aussi une expo avec des photos de foule à La Tôlerie […]. J’en ai parlé à ma famille (bénéficiaire).

56Contrairement aux idées reçues, les participants n’adoptent pas les comportements adaptés, attendus, conformes à leur position dans l’espace social. Ils ne se sentent pas stigmatisés dans leur groupe parce qu’ils ont assisté au spectacle. Solène, stagiaire de Fit Formation, s’enthousiasme : « Mon copain trouve ça normal car c’est ma formation. Toute seule, j’ai du mal à aménager du temps et chez moi j’ai tendance à faire des choses pour la maison et pas à dessiner. » Jamila abonde dans ce sens : « Ce qui est bien c’est de prendre du temps pour moi, ça m’encourage à continuer, même ma famille comprend » (1er avril 2009). Seule Karine, au rSa, admet garder le secret : « Je ne l’ai pas dit à mes copines que j’allais au concert. J’avais peur qu’elles se foutent de moi mais c’était <pour voir>, une fois dans ma vie, comme si j’allais dans un bon restau. » Mais après le spectacle, elle se confie à sa mère…

57Ces résultats s’inscrivent dans les recherches sociologiques impulsées par les observations de Jean-Claude Passeron (2003) et qui appellent à nuancer le déterminisme social ainsi que l’existence d’une hiérarchie des pratiques culturelles. Les pratiques de ces groupes sociaux aujourd’hui éclectiques, métissées, reposent sur le zapping. Les individus s’approprient et assument des éléments de culture savante « tombés dans le goût populaire » (Donnat et Tolila, 2003 : 310). Philippe Coulangeon parle de « décloisonnement de la culture savante et populaire » (2005 : 111), Laurent Fleury, « d’hybridation des pratiques culturelles » (2008 : 71) et Bernard Lahire, « d’éléments dissonants liés à des complexités individuelles » (2006 : 781). L’hypothèse de la culpabilité, « c’est-à-dire la honte », face à une pratique se dissout dans l’industrie culturelle et les brouillages identitaires (Glevarec, 2005 : 92). Les personnes appartenant au « non-public » que nous avons interrogées ne ressentent pas de « barrières à l’entrée » (vestimentaires, postures du corps, élocution) d’une pratique culturelle dite dissonante par rapport à leur groupe social.

Conclusion

58Le dispositif de gratuité mis en place par Cultures du Cœur semble renforcer le lien social, si l’on s’en tient aux témoignages de tous les acteurs du système. Il en va de même pour les politiques et administratifs à la condition de mettre en place un accompagnement et de proposer des spectacles adaptés. La gratuité et les bas tarifs seraient à l’origine du lien social. C’est le seul moyen d’attirer les publics exclus de la culture. Tous les programmateurs s’entendent sur le fait que le lieu de culture est un espace de socialisation et permet de sortir, en tout cas pour un moment, de l’exclusion.

59Le lien social se crée surtout dans le cadre quotidien des formations, dans les relais sociaux, mais la sortie culturelle apporte une valeur ajoutée aux relations interpersonnelles nouées entre les membres du groupe et aussi entre éducateurs et bénéficiaires. Les bénéficiaires acceptent de sortir parce qu’ils disposent d’une place gratuite : c’est un facteur déterminant mais tout aussi déterminants sont le caractère particulier des sorties culturelles (par exemple, la médiation muséale) et l’accompagnement des éducateurs et des formateurs (par exemple, les spectacles vivants et le cinéma).

60Les bénéficiaires parlent ouvertement de leurs expériences, ne se sentent pas stigmatisés et ont majoritairement envie de retourner au musée, au théâtre ou au cinéma. Grâce à ce dispositif, ils acquièrent l’estime des autres, satisfont leurs besoins d’appartenance et d’accomplissement personnel, conformément à trois des quatre composantes de la définition de référence du lien social de Paugam.

Qu’en est-il de la définition du lien social ?

61Selon Paugam, rappelons-le, quatre composantes tissent le lien social : le lien de participation organique (les relations de travail et les échanges marchands), le lien de citoyenneté (les échanges entre le citoyen et l’État), le lien de participation élective (les échanges au sein de la société civile) et le lien de filiation (interpersonnel, les relations entre l’individu et son entourage familial et amical).

62Politiques, travailleurs sociaux, bénéficiaires disent que le dispositif crée du lien social, mais font-ils référence à une même « réalité » ?

  • Une seule personnalité politique Françoise Nouhen évoque ce lien de citoyenneté : « La culture est un droit, mais tout le monde ne peut pas l’utiliser de la même façon », alors qu’elle cerne bien le lien de participation organique : « Les travailleurs sociaux y trouvent un terrain d’intégration favorable (pour les bénéficiaires). […] Cela redonne une utilité sociale aux personnes éloignées de l’emploi en les aidant à se reconstruire. » Cependant, les deux acteurs politiques reconnaissent le lien de participation élective : « C’est un lieu de socialisation : la personne s’habille, se prépare, se rend au spectacle et en parle après… […] Maintenir l’usager dans un cercle de sociabilité. »

  • Les programmateurs évoquent le lien de participation élective : « Les gens échangent dans les bistros, dans les files d’attente sans se connaître et l’ambiance générale favorise le partage » (Antoine Lopez) ; « Le lien social se noue en rentrant du spectacle : on parle avec ses voisins, ses amis, des gens dans le hall » (Jean-Marc Grangier).

  • Les travailleurs sociaux sont convaincus qu’il se tisse un lien invisible, un lien de participation organique caractérisé par le désir d’une possible intégration professionnelle et par la lassitude de l’exclusion. Pour eux, les places de spectacles sont un outil pour renforcer le lien de filiation.

  • Les bénéficiaires reconnaissent bien, quant à eux, trois des quatre composantes du lien social proposées par Paugam, à l’exception du lien de la citoyenneté.

63En conclusion, il semble que Cultures du Cœur favorise d’abord le lien de filiation ou le lien interpersonnel.

64In fine, force est de constater la difficulté d’évaluer les résultats des politiques culturelles, autour d’une « vision généreuse de la culture » qui a pour ambition de participer à l’émancipation de l’individu, comme le souligne Jean-Pierre Saez (2008 : 15), directeur de l’Observatoire des politiques culturelles. Ainsi, loin de maintenir les publics empêchés dans une situation d’assistanat — dépendance dénoncée par Paugam —, la culture et la sortie culturelle, métaphore du « vivre-ensemble » et non plus de « l’entre-soi », pourraient devenir des outils de cohésion sociale et ainsi participer au déclin de la notion de haute et basse culture (Bourdieu, 1979).

Haut de page

Bibliographie

BARBUSSE, Béatrice (2000), L’introduction à la sociologie, Paris, Foucher.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

BOUVIER, Pierre (2005), Le lien social, Paris, Gallimard, Coll. « Folio ».

CAUNE, Jean (2006), La démocratisation culturelle : une médiation à bout de souffle, Paris, Presses universitaires de Grenoble.

COULANGEON, Philippe (2005), Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

CUCHE, Denys (1996), La culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.

CUSSET, Pierre-Yves (2007), Le lien social, Paris, Nathan.

DAVALLON, Jean (1999), L’exposition à l’œuvre, Paris, L’Harmattan.

DE CERTEAU, Michel (1993) (dir.), La culture au pluriel, Paris, Seuil.

DENIEUIL, Pierre-Noël (2008), Culture et société. Itinéraire d’un sociologue, Paris, L’Harmattan.

DONNAT, Olivier (1994), Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

DONNAT, Olivier et Paul TOLILA (2003), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po.

DURKHEIM, Émile (1893), De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

EIDELMAN, Jacqueline et Benoît CÉROUX (2009), La gratuité dans les musées et monuments en France, Paris, Culture études.

EIDELMAN, Jacqueline et al. (dir.) (2007), La place des publics, Paris, La Documentation française.

FLEURY, Laurent (2008), Sociologie de la culture et des pratiques culturelles, Paris, Armand Colin.

FRIEDBERG, Erhard et Philippe URFALINO (1984), Les contraintes de l’action culturelle dans les villes, Paris, La Documentation française.

GLEVAREC, Hervé (2005), « La fin du modèle classique de la légitimité culturelle » dans Éric MAIGRET et Éric MACE (dir.), Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, p. 69-97.

HEINICH, Nathalie (2004), Sociologie de l’art, Paris, La Découverte.

JEANSON, Francis (1972), « Déclaration de Villeurbanne », L’action culturelle dans la cité, Paris, Seuil, p. 117-126.

KAUFMANN, Jean-Claude (1996), L’entretien compréhensif, Paris, Nathan.

LAHIRE, Bernard (2006), La culture des individus, Paris, La Découverte.

LAMIZET, Bernard (2002), La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan.

MALRAUX, André (2009), http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/dossiers/malraux2006/discours/a.m-assemblee1967.htm. Page consultée le 13 mai 2009.

MOULINIER, Pierre (1999), Les politiques publiques de la culture en France, Paris, Presses universitaires de France.

PASQUIER, Dominique (2005), « La culture comme activité sociale » dans Éric MAIGRET et Éric MACE, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, p. 103-117.

PASSERON, Jean-Claude (2003), « Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics » dans Olivier DONNAT et Paul TOLILA (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, p. 361-390.

PAUGAM, Serge (2009), Le lien social, Paris, Presses universitaires de France.

SAEZ, Jean-Pierre (2008), Culture & société : un lien à recomposer, Paris, Éditions de l’attribut, p. 15.

TÖNNIES, Ferdinand (1944), Communauté et société, catégories fondamentales de la sociologie pure, introduction et traduction de J. LEIF, Paris, Presses universitaires de France.

YONNET, Paul (1999), Travail, loisir, temps libre et lien social, Paris, Gallimard.

Haut de page

Annexe

Liste des participants

Olivier Bianchi, adjoint responsable de la Politique culturelle

Bouchaourati, stagiaire de l’Infrep

Alain Boudon, éducateur au service AEMO

Djamila Bounechada, formatrice à l’Infrep

Bruno, stagiaire de Fit Formation

Claire, éducatrice spécialisée au Point Accueil Écoute Jeunes

François Coupé, programmateur de Graines de spectacles

Fanida, stagiaire de Fit Formation

Floriane, bénéficiaire de Chom’actif

Bernard Frasiak, directeur de Fit Formation

Jean-Marc Grangier, directeur de la Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale

MoniqueGuillaumin, responsable du service AEMO

Jeanne, stagiaire de Fit Formation

Karine, bénéficiaire du revenu de Solidarité active (rSa)

Antoine Lopez, programmateur de cinéma et membre fondateur et responsable du collectif Sauve qui peut le court métrage

Marie, assistante sociale du CCAS

Elsa Marion, coordinatrice de Fit Formation

Françoise Nouhen, conseillère et adjointe aux Affaires sociales

Soline Olagnol, responsable de la médiation culturelle du Centre lyrique

François Robert, responsable de la Direction de la culture

Solène, stagiaire de Fit Formation

Julien Vignal, stagiaire de l’Infrep

Haut de page

Notes

1  Chaque répondant a relu son témoignage sans le modifier et a souhaité que son nom soit mentionné dans le texte. Nous avons mentionné les noms entre parenthèses. L’ensemble des répondants déclare souhaiter acheter la publication.

2  Il s’agit des conseillers municipaux mandatés par la Ville de Clermont-Ferrand à la culture et à l’action sociale. Le conseil municipal accorde une enveloppe aux organisations culturelles et aux associations qui offrent un certain quota de places gratuites.

3  Il s’agit de programmateurs de spectacles qui font partie des structures communales (Graines de spectacles) ou qui appartiennent à des associations (la Comédie de Clermont, le Sauve qui peut le court métrage, le Centre lyrique) financées en partie par la Ville.

4  Nous avons interrogé les travailleurs sociaux rattachés à trois associations — Formation insertion travail (Fit Formation), service de l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO), Association d’aide aux chômeurs (Chom’actif) —, au Centre communal d’action sociale (CCAS) et à une agence d’insertion professionnelle, l’Institut national de formation et de recherche sur l’éducation permanente (Infrep).

5  Les bénéficiaires des dispositifs d’aide à l’emploi obtiennent le statut de stagiaire des associations et de l’agence d’insertion professionnelle Infrep grâce au Pôle emploi issu de la fusion de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et de l’Association pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Assedic). Certains des participants perçoivent l’allocation chômage, d’autres sont bénéficiaires du revenu de Solidarité active (rSa).

6  Le ministère de la Culture et de la Communication (Direction des musées de France, Département des études, de la prospective et des statistiques) a lancé un dispositif d’expérimentation des effets de la gratuité et des motivations de fréquentation du public à partir d’un échantillon raisonné de 14 musées et monuments.

7  « Les lieux de cette socialisation sont nombreux : le voisinage, les bandes, les groupes d’amis, les communautés locales, les institutions religieuses, sportives, culturelles » (Paugam, 2009 : 75).

8  « […] dans son principe, la nation reconnaît à ses membres des droits et des devoirs et en fait des citoyens à part entière » (Paugam, 2009 : 75).

9  « Aux différentes positions dans un espace social donné correspondent des styles de vie qui sont l’expression symbolique des différences inscrites objectivement dans les conditions d’existence » (Paugam, 2009 : 359).

10  « Les classes populaires sont parfois attirées par des manifestions de la culture dites légitimes par autodidaxie culturelle, liées à une frustration scolaire, à un conjoint ou à des influences amicales aux goûts plus légitimes et aux pratiques culturelles hétérogènes » (Paugam, 2009 : 634).

11  La présidence du Sénat, le ministère de la Culture, le ministère de la Cohésion sociale, le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Justice, le ministère de la Jeunesse et des Sports, FNDVA, le Fonds social européen, le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, la Direction générale à l’emploi et la formation professionnelle, l’ANPE, etc.

12  Cinémas : cinéma Le Rio à Clermont-Ferrand, cinéma Les Ambiances à Clermont-Ferrand, Conseil régional Auvergne, Conseil général, Ville d’Issoire, Ville de Clermont-Ferrand (Graines de spectacles, les Escales clermontoises, etc.). Compagnies : Orchestre d’Auvergne, Compagnie de l’encrier, Les Amis du théâtre. Festivals : Festival international du court métrage, Festival Hippocampus, Les Arts en balade, Vidéoformes, Musiques démesurées, Biennale du carnet de voyage. Lieux d’expositions : FAL du Puy-de-Dôme, Frac Auvergne, Musée Bargoin, Musée Lecoq, Musée Roger-Quilliot. Partenaires sportifs : ASM Rugby, Clermont Foot Auvergne, Comité d’Auvergne de rugby, District du Puy-de-Dôme de football, FAL du Puy-de-Dôme, Stade clermontois basket Auvergne, Le Hockey à Clermont-Ferrand, Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale, Coopérative de Mai, etc.

13  Jazz en tête, Orchestre d’Auvergne, Comédie de Clermont-Ferrand/Scène nationale, Festival du court métrage, Vidéoformes, Les Arts en balade, Musiques démesurées, Hippocampus, Le Rio, ASM, Clermont Foot Auvergne, SCAB 63, Hockey club Clermont Auvergne, etc.

14 Laurent Fleury (2008) définit sept univers culturels des Français, sorte de typologie des attitudes à l’égard de la culture, dont l’univers de l’exclusion et l’univers du dénuement, mais ils n’y sont pas liés à la catégorie des véritables exclus de la culture, ceux qui sont dans la rue.

15 Jean Davallon (1999) définit les publics adultes comme des acteurs sociaux qui ont acquis leur compétence de visiteur en dehors de l’exposition par d’autres formes de pratiques culturelles. Cela priverait-il à jamais le public habituellement exclu du champ culturel du statut de public ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Bernard, « La gratuité d’un dispositif culturel efficace pour renouer le lien social ? », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/2359 ; DOI : 10.4000/communication.2359

Haut de page

Auteur

Agnès Bernard

Agnès Bernard est docteure en sciences de l’information et de la communication et membre du groupe de recherche Communication et solidarité de l’Université Blaise-Pascal, à Clermont-Ferrand. Courriel : bernard_agnes@yahoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals