Navigation – Plan du site
Débat

Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation

Gilles Gauthier

Résumés

La communication a pris le pas sur l’information comme principal régulateur de la médiation sociale. Le journalisme n’est plus le seul animateur mais un agent parmi d’autres du débat social et sa pratique elle-même est devenue communicationnelle. L’extension de la communication au détriment de l’information entraîne deux glissements. D’une part, elle produit un affaissement de l’éthique au moralisme. D’autre part, elle réduit l’argumentation à la simple expression de conviction. Cette double dérive survient en raison du rapport distinct à la réalité qu’entretiennent l’information et la communication. L’information procède d’un principe réaliste : elle présuppose l’existence antérieure de la réalité sur laquelle elle porte. La communication, elle, procède d’un principe constructiviste : elle instaure une nouvelle réalité.

Haut de page

Texte intégral

 « Être déçu par ce à quoi on espérait conférer le rôle de fondement fait partie des risques du métier de philosophe. »

Isabelle Stengers, L’invention des sciences modernes.

1Nombreux sont ceux qui soulignent l’importance prise aujourd’hui par la communication au détriment de l’information. Cette extension opère sous deux aspects principaux. D’une part, la communication prend le pas sur l’information ; elle la surpasse en importance. Jusqu’aux années 1970, l’information était le pivot essentiel de la médiation sociale. Elle occupait une place centrale, sur le plan pratique comme sur le plan théorique, tant dans les rapports sociaux que dans la diffusion massmédiatique et dans l’aménagement institutionnel et organisationnel. Depuis, le souci informationnel s’est en partie estompé au profit d’une préoccupation plus proprement communicationnelle. Il importe davantage aujourd’hui d’établir et d’entretenir des liens et d’échanger que de transmettre. Un symptôme assez clair de cette évolution est la profonde modification du mode d’intervention dans les débats de société. Il n’y a pas si longtemps, le journalisme occupait une place prépondérante dans la discussion sur les enjeux sociaux ; les journalistes en étaient les uniques relais. Ils n’en sont aujourd’hui que des agents parmi d’autres. Les pratiques de relations publiques, de marketing social et de diverses formes de communication de défense d’intérêts se sont immiscées avec force dans l’espace public et en ont fait un forum communicationnel plus qu’informationnel. Les journalistes ne sont plus les seuls animateurs de l’agora, mais doivent partager cette fonction avec toutes sortes d’autres communicateurs. Thierry Watine et al. (2005) montrent comment le champ de la communication publique est aujourd’hui structuré par différentes interpénétrations entre ses pratiques constituantes.

2Par ailleurs, la communication transforme même l’information. Pendant longtemps, la transmission de l’information était faite en accordant une importance plutôt marginale au mode de livraison. Maintenant, une considération aussi grande est accordée à la forme qu’au contenu. Encore à ce propos, l’exemple du journalisme est particulièrement probant. Le passage du modèle de la presse écrite à celui de la télévision a entraîné une intégration forte de l’image, de la spectacularisation et du direct au journalisme. Aux yeux de plusieurs, cette « communicalisation » de l’information journalistique l’a appauvrie. Marcel Gauchet (2010 : A1), par exemple, se désole du trop-plein généré par « le gigantesque tam-tam médiatique » qui, paradoxalement, fait obstacle à l’information et à la compréhension. Non seulement la communication envahit-elle l’information, mais encore elle siphonne sa matière dans ses propres formats (Nguyên-Duy, 2002). En résulte une hybridation des genres et des pratiques (Watine, 2003). L’imprégnation dans la pratique journalistique d’aspects communicationnels, vue par certains comme une contamination, autorise Jean Charron et Jean de Bonville (2004, 1996a et 1996b) à considérer que nous sommes en train de passer d’un journalisme d’information à un journalisme de communication.

3Le mouvement par lequel la communication tend à supplanter l’information jusqu’à la transformer se répercute sur d’autres plans. Je veux ici explorer l’hypothèse qu’en raison du rapport dissemblable à la réalité qu’entretiennent l’information et la communication, s’opèrent à cet égard deux glissements : une dérive de l’éthique vers le moralisme et une fragilisation de l’argumentation au profit de l’expression de conviction.

L’information et la communication, deux rapports différents à la réalité

4L’information et la communication ne découlent pas des mêmes à priori et n’ont pas les mêmes incidences ontologiques.

5L’information procède d’un principe réaliste. Elle pose ou présuppose l’existence d’une réalité logiquement préalable qui détermine son contenu. Informer, c’est toujours de quelque façon rendre compte d’un état de choses. Bien sûr, ce réel peut être de différents types et il peut être rendu sous différents registres. Dit plus justement, l’information aménage diverses modalités de reproduction du réel : elle peut traiter d’une réalité naturelle, institutionnelle, psychologique ou encore fictionnelle. De même, elle institue cette réalité sous des aspects variés : entre autres choses, elle peut la rapporter, la conjecturer, en poser l’hypothèse, la pronostiquer, la remettre en question. Ces deux ordres de différences n’empêchent pas l’information d’être formellement assujettie à un monde à partir duquel elle s’établit. Sans ce monde présumé, il ne peut y avoir d’information. La présupposition de la réalité est en quelque sorte une condition de possibilité de l’information. En fait, cette présupposition est double. Un énoncé affirmatif préjuge de l’existence de l’état de choses sur lequel il porte et aussi, plus globalement, de l’existence d’un monde indépendant de toute information.

  • 1  Une information peut porter sur une autre information. Mais alors, la seconde constitue la réalité (...)

6On peut marquer ce trait, en disant que l’information est munie d’intentionnalité. Est intentionnel tout état, notion, signe ou langage portant sur autre chose que lui-même dont il implique la reconnaissance de l’antériorité et dont il dépend formellement (Searle, 1983). C’est sa nature intentionnelle qui fait que l’information n’est jamais vide, c’est-à-dire qu’elle est contenu, et qu’elle n’est pas réflexive1. Comme pour toute autre entité intentionnelle, l’intentionnalité de l’information peut être vue comme une faculté de représentation : l’information propose une copie de la réalité sur laquelle elle porte. Ce calque n’est évidemment pas le réel lui-même et l’image qu’il en propose reste fatalement toujours approximative et plus ou moins déformée par des ajouts subjectifs et contextuels qui lui sont adjoints. Ces altérations ne touchent pas l’intentionnalité de l’information et sa dépendance à la réalité dont elle dérive.

  • 2  Cette recherche s’inscrivait dans la perspective plus large d’une critique du constructivisme en j (...)

7À l’occasion de travaux antérieurs (2005a et 2005b), j’ai cherché à marquer ce statut réaliste, plus précisément celui de l’information journalistique, et à faire voir les différents réels représentés par la nouvelle2. J’ai notamment avancé comme preuve du réquisit journalistique de l’existence d’une réalité préalable qu’il y aurait contradiction à simultanément diffuser une nouvelle et nier que l’événement dont elle traite soit survenu. Il est possible d’étendre cet argument à toute forme d’information : on ne peut pas informer d’un état de choses et tout à la fois prétendre que cet état de choses est inexistant. Cette incompatibilité témoigne de la nécessité logique liant l’information à une réalité préexistante.

  • 3  Il y aurait à ce propos une hypothèse historique à étayer : la démarche scientifique peut émerger, (...)

8C’est son réalisme ontologique, son intentionnalité, qui confère à l’information sa dimension cognitive. Informer, c’est toujours faire connaître. L’information est intervention de connaissance. À ce titre, elle est affaire de vérité, ou plus justement de valeur de vérité. Un énoncé informatif est vrai ou faux. J’ai ailleurs prétendu (2004b) que la vérité est essentiellement une caractéristique technique de l’information journalistique en ce qu’elle sert à marquer la relation que celle-ci entretient avec la réalité qu’elle présuppose. Selon qu’il y a correspondance ou non entre une nouvelle et la réalité sur laquelle elle porte, elle sera vraie ou fausse. Telles sont la nature et la portée, ai-je également avancé, de la norme d’objectivité du journalisme. L’objectivité est en quelque sorte l’axe sur lequel se déploie l’information journalistique du fait du principe réaliste dont elle découle. Cette double caractérisation vaut pour tout genre d’information. Réalité, connaissance, vérité et objectivité sont les paramètres définitionnels de l’information. Par suite, on comprend que l’information est le principe constitutif de la science3.

9Mais l’information, en dépit de la façon dont je me suis exprimé jusqu’ici, n’est pas un « en soi » abstrait ; c’est plutôt une activité, une activité effectuée par des agents. Informer est un acte de discours. Suivant la typologie des actes de discours de John Searle (1969 et 1979), l’information ou plutôt les différents actes d’informer relèvent de la catégorie des actes assertifs dont le but est de représenter un état de choses. Comme acte de discours, l’information ne reste pas un pur contenu désincarné. Elle est un mode de saisie et d’exécution de ce contenu (ce que Searle appelle une « force illocutoire »). Autrement dit, informer n’est pas une action purement intellective. C’est une manière singulière et parmi d’autres possibles d’appréhender et de livrer un contenu : mettre au courant d’une réalité, considérée comme actualité dans le cas du journalisme. C’est en cela très précisément que l’information est structurellement liée à la communication. L’acte de discours d’informer est transmission du contenu qu’il porte.

10Toutefois, la particularité de la classe des actes assertifs à laquelle il appartient est que, contrairement aux autres types d’actes de discours, le contenu y est (ou du moins peut y être considéré comme) prééminent. Dans quelque genre d’assertion que ce soit, en effet, c’est ce qui est affirmé qui s’impose d’abord à l’attention plutôt que le fait de l’affirmation. Autrement dit, dans les actes assertifs, y compris dans l’acte d’informer, le contenu tend à se confondre jusqu’à le recouvrir complètement avec l’accomplissement auquel il donne lieu. Ainsi centrée sur son contenu, l’information tend à estomper jusqu’à le rendre invisible son aspect communicationnel. C’est ce qui rend possibles l’abstraction, la conceptualisation et la théorisation.

11C’est sans doute aussi ce qui explique que l’intérêt porté au langage ait d’abord été limité à sa seule fonction descriptive et que ses autres usages aient été longtemps marginalisés, que la pragmatique ait mis du temps à se faire une place au côté de la sémantique, que ce n’est que depuis peu qu’ont été admis les ancrages historiques et sociologiques de la science et que le positivisme ait pu exercer l’attraction que l’on sait.

12C’est en raison du principe réaliste qui la régit que dans l’information, et plus généralement dans tous les actes de discours assertifs, il y a surdimensionnalisation du contenu. Cet aplatissement de l’accomplissement ne survient pas dans les autres types d’actes de discours. Dans les actes directifs qui ont pour but d’amener l’allocutaire ou l’auditoire à effectuer une action, dans les commissifs qui engagent le locuteur à effectuer une action, dans les expressifs dont la fonction est d’extérioriser un état psychologique et dans les déclaratifs qui rendent existant un état de choses du fait même de l’énonciation, le contenu s’impose moins fortement que dans les assertifs. C’est l’acte même qui prime. Dans une promesse, par exemple, c’est le fait de promettre qui apparaît en premier et dans un ordre, le fait d’ordonner. Le contenu de la promesse et de l’ordre n’est certes pas indifférent, mais dans la dynamique de l’acte de discours, il ne vient qu’en préciser les termes. Le plus important est l’accomplissement d’une promesse et d’un ordre. Contrairement aux assertifs où il y a fixation sur le contenu, les autres types d’actes de discours ne camouflent pas leur dimension performative, mais plutôt l’attestent visiblement. En cela, ils sont de nature plus immédiatement communicationnelle qu’informationnelle. Pour le dire inversement, la communication se réalise avec plus d’évidence dans ces types d’actes de discours comme l’information sied mieux aux actes assertifs.

13Si l’on veut, la communication rend plus manifeste son caractère pragmatique comme l’information fait mieux voir son caractère sémantique. La communication a bien sûr un contenu, tout autant que l’information. Mais ce contenu ne vampirise pas l’accomplissement communicationnel. Alors qu’il colle à la fonction jusqu’à l’annexer dans l’information, il se fait discret dans la communication où la fonction demeure prépondérante.

  • 4  Marshall McLuhan le disait il y a déjà longtemps : « Le message, c’est le média » !

14La communication est tout aussi marquée d’intentionnalité que l’information. Cependant, la représentation y est moins assujettissante. Cela tient au fait que la communication garde la réalité à plus grande distance. Elle prend en compte le réel, mais de façon plus lâche que l’information du fait qu’elle est affaire moins de contenu que de relation. Dans la communication, l’interrelationnel prime. Alors que dans l’information l’accent est mis sur le contenu, celui-ci est relativisé dans la communication : le plus important y est la liaison, la rencontre, le dialogue. On pourrait même aller jusqu’à dire que ce qui est communiqué dans la communication n’est pas essentiellement un contenu, en tout cas pas uniquement un contenu, mais des aspects relationnels de l’échange4. Cela est visible dans le fait que contrairement à l’information qui est ou qui peut être unidirectionnelle, la communication est intrinsèquement bidirectionnelle ou multidirectionnelle.

  • 5  C’est également ce qui explique que la communication soit particulièrement sensible à une investig (...)

15La communication n’est pas soumise à un principe réaliste. Son rapport à la réalité n’est pas polarisé comme dans l’information ; il procède partiellement d’un principe « constructiviste ». Alors que la réalité constitue le point de départ primitif et indépendant de l’information, elle est pour une certaine part instituée par et dans la communication. La communication construit une réalité nouvelle. Ou, plutôt, elle est un lieu de co-construction de réalité. C’est ce qui fait que la communication est un moteur essentiel de la construction sociale : la réalité institutionnelle a pour condition la communication5.

De l’éthique au moralisme

16En son sens le plus fort qui est aussi son sens primitif, l’éthique relève d’une démarche rationnelle. Dans son exigence la plus ambitieuse, elle s’affiche comme « science de la morale », « science de la conduite » ; son objectif cardinal est de fonder le Bien en raison. L’éthique se veut ainsi une entreprise cognitive : elle se propose de livrer un savoir, un savoir pratique, mais un savoir tout de même. Cette prétention ne s’est pas historiquement concrétisée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les philosophes ne sont pas parvenus à une connaissance assurée relative à la conduite. Ce constat n’implique pas que l’éthique soit nécessairement vouée à l’échec ou qu’il faille en abandonner le projet. Pourtant, certains portent ce diagnostic radical. À la suite du Tractatus de Ludwig Wittgenstein, ils se résignent à prendre acte que l’éthique, comme l’esthétique, se situe au-delà des frontières de la connaissance humaine. D’autres se refusent à admettre l’impossibilité de l’éthique et cherchent de diverses manières à préserver une certaine forme de rationalité pratique.

17Leur tentative se déploie sur le fond d’un paradoxe fondamental entre liberté et universalité. L’éthique procède d’une tension entre ces deux poussées qui ne sont pas incompatibles, mais dont le lien n’apparaît pas immédiatement naturel. D’une part, l’éthique fait appel à la conscience et à la responsabilité du sujet (c’est en cela qu’elle se distingue du droit et de la déontologie) : est de nature éthique une question à propos de laquelle est sollicité l’engagement autonome et assumé du sujet. Par ailleurs, une décision éthique ne se limite pas à un choix purement personnel : quand je me détermine en éthique, je tends à reconnaître que le motif de ma résolution a une validité en lui-même et vaut pour tous. Le lieu de l’éthique est le fil entre ces deux impulsions : la force centripète de la liberté et la force centrifuge de l’universalité.

18Dans l’appréhension contemporaine des questions éthiques, cette tension est souvent esquivée. La portée universaliste de l’éthique est minimisée au profit de sa résonnance individualiste. Il y a dilution relativiste de l’éthique. D’où un second paradoxe, entre la popularité contemporaine de l’éthique et la vacuité de la réflexion et des débats moraux qui ont cours aujourd’hui. On n’a jamais tant parlé d’éthique ; on n’en aborde pourtant le champ que superficiellement et en en galvaudant les contraintes. C’est ce que Alain Etchegoyen (1991) mettait en évidence il y a déjà quelque temps.

19L’extension de la communication au détriment de l’information participe à cet affaiblissement de l’éthique. Plus précisément, elle contribue à un affaissement de l’éthique au moralisme.

20L’information qui, en vertu de son principe réaliste, présuppose l’existence d’une réalité préalable implique la reconnaissance de la primauté de ce réel. Informer, c’est admettre l’autonomie de la réalité par rapport au discours. Dans l’information, il y a reconnaissance d’un donné et mise entre parenthèses du sujet. C’est en cela que l’information est congruente à la vérité, à l’objectivité et, par conséquent, à la connaissance. Sur le plan moral, l’information ouvre à la rationalité éthique. Son principe réaliste conduit à la reconnaissance de la possibilité même de l’éthique. Cela peut aller jusqu’à l’endossement d’une éthique essentialiste ou absolutiste, mais pas nécessairement, l’exigence réaliste pouvant se limiter à la reconnaissance du terme universaliste du paradoxe éthique.

21En fait, ce n’est pas tant que l’information implique l’éthique mais, dans la perspective inverse, que l’éthique au sens fort nécessite un point de vue informatif et le réalisme correspondant. Pour que le projet éthique puisse être envisageable et praticable dans sa dimension universaliste, il est nécessaire que le Bien soit abordé au moins partiellement comme un donné ; que de quelque manière, il ne dépende pas totalement d’une adhésion. Si tel était le cas, l’éthique ne serait simplement et purement pas possible. Pour le dire à un plus haut niveau de généralité, dans la mesure où l’éthique se veut une entreprise cognitive, elle est également informative et doit lui être appliqué le principe réaliste de l’information. Une connaissance éthique n’est possible que si est reconnue une réalité morale. Il s’agit là d’un réquisit logique. D’un point de vue plus empirique, on dira que la préoccupation éthique ne peut éclore et se développer que dans un milieu où l’information est un mode d’organisation. Sociologiquement, l’information est une condition de possibilité de l’éthique.

22Aussi tout recul de l’information va-lass=ie lpdir="ltr"> Jent dconnaunict une fragon de rrupargument mais, dans laintentiment un contenu,unicatiet contevologiquO modthique et la vacuie.

thiéteimentétnccupatiée te de l’éthique est minimis une enuuter e àdemen la foat quehiéteimetrtérise est que larenthèsede commpulsde l’univt dede la liberxer dansourd’hdentretient

21En 3est en raison disément que l’infpublist coiennent lglisseln de la communication au détrim la réalitéion est une conditimains co réaliste. Son rappo,n que celle-cmenttion soit particité n’est pase uneans ins co réaliste. ctiviste ». Alors que lmunication, l’interrel-même e polarisé col’existde quel institutionnnt naturel. Dl y a dtas tant que lment vouée à lticatiLe liacque.et l’attestent comme un do natfcommuele plus e e prétPent, à la connaation ne découlent per que dans ue l’une adhre inf horize-cmenn énoncéE lsre choselels de l’é vraie oudede larginale aeux sociormer esmunication, l’interrel-mant y est la li tant que llenmême uer elle esfnécesslelsiscourspularitnétrativconsi esA la f unvidence d rise aujounication. L’acte endossement est une conreen prir levtat pslationnelet contevporaine dnomie d et, par co aller la reconnaion éthso contevologiesponsaation felet contevaargument mais, dans aller ition list cormariel pslati la vacuie. êmgeut y p> osition.

nduite » au détrimenelledritance prise aujouersalité.

e, je tends ndant la cofientretintologie)éthiqaargumesiste. Il spromesse, pIl n’y unication au détrimmat abordpas hiss fortemes àet vaut poalisteségllogiqullognmmunicationconstae indteur n lique uné. 22Aus4on sens le pmmgue. Ot une fragiition dre le contenhec ou qu, dans ala ps unllde la limune coctèa la coécessan admetce réaliste poqu’informité sur reconnaisationnuitrim lE/p>tzument mais, dansue. Ot une frag AinsibAinsiet à la respor ce téth De l’rgumentation à l’expression de conviction

  • 5  6l y aurait àériorisl’inf idene déadhési enu, maies ftn5">(...)

15La2communicQiéteChaïmrPe latani(1958)itéStephanla ls qi(1958)iiqaugurteur àregéiorisorté au lne de l’éiaest endentation à l’expsignenciidans lchla gumentn la sém,hec s teme guu, plu ic et e comme les enootnotecall" id="bodyftn5" href="#f6"5">(...)9Mai26ailleurs, ldialogue. Oomplrsrxer dansn à l’expr tant que lens pr04b) queté admême allernce pragininformatn sur les enjne act lnd d sociaux ; les joé inexre l ue vueplemrIl sntion. Cist coieeintes. Cossibiogiqualiste édentation à lparticulncertaine pauée pue la infoespas tdexe nous sommdistingu, maimage,; a enne d,ntation à licommunicatid déonie dp dee de discn à linte à r et daomesse et dt double,lité mouble.rd’hre inforthiques,ordre. Con le tafstruit ,un parmative evoncipexer danspplévisio dt doublealQiéuression p dee ribue à usla info e et dt doubletion dre à soumise à un ticatiLa inforle tafstruit prola communicati dt doubletaison,lative àunicatile tafstruit ,ation à lico04b) qela e forme de ranformateatioste ruit ua réalitéionp dee un pur cellective. uit lui ênfée last un

22Aus7informationopssi grandu contenu. lognmsibiogddiscn à linner. Lep dee ures pactes d’icorpurs comme l’in ont s évisme. Audont j dontsà la condudentation à lpartice àaison, que danscoécvectue>22ndre on étht et giqjprenafstrui une me de rrs cori ettu log la 8aimp6, j’ai4d)n pataractieeintesn de connais22ndre éthieu où lanisatiode convictit que an do la 6bsa nllemxtrétce cecme de rrspo ennciologramèsiion dno

le laigtemps maurnalismesocié s uer unicati dt doubletitNicoumb Sarkozyion col’ologtitingsgf222Ausest son nts actes d’iest lsionconsse et a éthimpliqautres la façonu’informationon à lparticulihui structuré ue dans leva ra coéc plut ét soumise à vigstr,;eisme onmplrsrpace public et en ont faesquivée. on de ecette préstionon à lparticne tentrdment uivée. l choix pu a xt pur de conviction
isteead ai jour qui tetère ste.s la pr ala pssun joonné siissance de la possibilit la forceon22AusextensiJdansourci est comthst que larente estompé auaiovoncipela coms : une dormation participe nication. L’acte de réaliste d, son intende l’inforuneans thique. C implique l’ie de larit euinformatn stioste ruit pposition de la réaliité préalable impl

,’elle est affaireun pisme csquellectivité et, par consité, à l’objeoontgeela comsde l’énoté, ctivéquis que lCinfoe àe contes informer dscelui-citelidaduestion. Csourd, dans Autrementcède patre aageable l’él’hyaliste , àet vinfurniinière, i parmativipe r qati effectueouère a effectuete esto la d. Danncipriine pae la citntenu. log résdéfoseiquaédentatio Autrement dEme de communiqu, c’est le e et la réaltre alimiactfférents a xe surla dé.69 et 1979)79)r04b) qion estaliste pssement d la de discours de John Seaù il y a ele tionteprécisentsut d’amee possibilent dans tition. renoBien soit a effectueinformre, irincipe sement comutaire e ce soit nde lrésen a effectuesqu’t avancé, desa3Le minformation qui, en veréthiqunts a xe sur maiele sontes donsttre unidin choix geable la citconsin purr virsi sécesse à soumnle point dehoixellemee et det que sonnt (Searlles, soe coe dir discn à l théoidemment pas le réel lurmation. Une connaistenu essairemarquée dtte n milieu où qui lucomme lrsienormation est un mode dva ra coéctn sur les enj d sociatiiétàles jou, et qu’est oté, le tafstruit ,dire qu’elle exer dansn à le le fait dndossementep dee ue », éno lâche soit aseiquand liqué dana

lieu où John Seaencore ficte peut émern

22Au3est sansi tant que liverarquaurnaliseu où e etruand lionnel. Alors qu’ation n’est pas soumattraue ll, éno convictiurme csquellelitéion est une cociséme laren au discoursité n’est pa, les différait onstructide réalitéité préalableribue offe au cme critcuna<œrati de convivesbeauplpad’une cr cdig dtasmméteon yous. tion. Cette ext,ue seep dee urux a>22noirictionnee nication. L’acte deQiételatist l’accomplisseonnel prime. Aloreplisseonnelet contexctn sur les enje laus. Infaux ; les jonformer 2noirictionsisat sojet. ec ou qu’s="fhender et d contens: quand ti

22Au32 l’appréhe et inverse, qudiachruas leciu cmulargumention est un modealismetion n’est pasva="ltr">

ce centrla co tant queuse, réaenderncrt réapuisse dire, d iseu où pte doyelidadqe l’axe suaçon pluset purementlle eéapuisse dire, d

De l’4#tCle ette>

22Au33ommunicQioie lra="lautrsnmsre discoursité n’est pa ? de dinu moinseruas- en tntrune pa ? de dinu tn sur les enj d sociaux ; les jonortégrt pdtidirectex et pdtidirtation à lparti ?

22Au34on senstion refoursit>22événem n’ dufaiblis éthiques, aa d.)éthiqe àunicaest que larenthèseon est un moteuve et doit ou qui peutaesi slinforma enmi jourure où limitecrlle occupaRaraît pste.qommunicatiet dgidualine de l’éthiquetion soit particu visitnccrad en co tant que l,mnche que,ur lentioels de lvmativip, ellux gliss,. Le plchnest dlurmation. Une connauels q où la fonct l dan. Uluste pmajréad en csine onu égard resrd> st la réalurmation. Une connauelsiquetion soit particqui moatfcteur n lsiscourspoule. sà un affaeurdad a xe surmenngulièremêmeit lui êtrnctun tiréthnicatiatiéthiqaargumesnmsre discourse. ootnotecalgo-top"5">(...) cet le-2513">Ha. Cettpag

.

  • < .

    ="paranumber""ltr">B de ogdishieon sens 2
  • < ">

    CHARRON, Jean et al. (dir.) (2004), Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

    CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996a), « Journalismes en mutation : perspectives de recherche et orientations méthodologiques », Communication, 17(2), p. 15-49.

    CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996b), « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, 17(2), p. 51-97.

    ETCHEGOYEN, Alain (1991), La valse des éthiques, Paris, Éditions François Bourin.

    GAUCHET, Marcel (2010), « Entrevue. Sortir du brouillard médiatique. Marcel Gauchet plaide pour un réenchantement du monde de l’information », Le Devoir, 11 janvier, p. A1 et A10.

    GAUTHIER, Gilles (2002), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

    GAUTHIER, Gilles (2003), « Critique du constructivisme en communication », Questions de communication, 3, p. 185-198.

    GAUTHIER, Gilles (2004a), « Journalisme et réalité : l’argument constructiviste », Communication et langages, 139, p. 17-25.

    GAUTHIER, Gilles (2004b), « La vérité, visée obligée du journalisme. Le réalisme journalistique », Les Cahiers du journalisme, 13, p. 164-179.

    GAUTHIER, Gilles (2004c), « Le constructivisme, source de moralisme en journalisme » dans Denis BENOÎT (dir.), Éthique et communication, JePublie, p. 173-183.

    GAUTHIER, Gilles (2004d), « L’argumentation autour de l’élection présidentielle française de 2002 dans la presse québécoise : l’application d’une approche analytique de l’argumentation » dans Philippe MAAREK (dir.), La communication politique française après le tournant de 2002, Paris, L’Harmattan, p. 187-201.

    GAUTHIER, Gilles (2005a), « A realist point of view on news journalism », Journalism Studies, 6(1), p. 51-60.

    GAUTHIER, Gilles (2005b), « La réalité du journalisme », Communication, 23(2), p. 150-181.

    GAUTHIER, Gilles (2005c), « Le constructivisme est intenable en journalisme », Questions de communication, 7, p. 121-145.

    GAUTHIER, Gilles (2005d), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale » dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

    GAUTHIER, Gilles (2006a), « La prise de position éditoriale. L’exemple de la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

    GAUTHIER, Gilles (2006b), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), p. 257-274.

    GAUTHIER, Gilles (2007), « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, 17, p. 322-342.

    GAUTHIER, Gilles (2008a), « La discussion éditoriale », Communication, 26(2), p. 151-173.

    GAUTHIER, Gilles (2008b), « L’immigration et l’identité nationale : une polémique vide d’arguments » dans Philippe J. MAAREK (dir.), La communication politique de la présidentielle de 2007. Participation ou représentation ?, Paris, L’Harmattan, p. 137-147.

    GAUTHIER, Gilles (2010b), « Les problèmes méthodologiques de l’analyse de l’argumentation éditoriale. La question du repérage », Communication, 28(1), p. 71-100.

    GAUTHIER, Gilles (à paraître), « L’argumentation éditoriale du Devoir sur la question nationale. Du fédéralisme de Claude Ryan au souverainisme de Lise Bissonnette », Communication, 29(2).

    NGUYÊN-DUY, Véronique (2002), « L’information dans les émissions humoristiques. La fin du monde ou la fin d’un monde ? ». Communication présentée au Congrès de l’Association francophone pour le savoir.

    PERELMAN, Chaïm et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958), Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

    SEARLE, John R. (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

    SEARLE, John R. (1979), Expression and Meaning. Studies in the Theory of Speech Acts, Cambrige, Cambridge University Press.

    SEARLE, John R. (1983), Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

    STENGERS, Isabelle (1995), L’invention des sciences modernes, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

    TOULMIN, Stephen (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

    WATINE, Thierry (2003), « De la convergence des métiers de la communication publique à l’hybridation des pratiques professionnelles : la nouvelle posture journalistique », Les Cahiers du journalisme, 12, p. 242-277.

    WATINE, Thierry et al. (2005), Pratiques novatrices en communication publique. Journalisme, relations publiques et publicité, Québec, Presses de l’Université Laval.

  • Haut de page

    Notes

    1  Une information peut porter sur une autre information. Mais alors, la seconde constitue la réalité de la première, qui a elle-même trait à une réalité sous-jacente.

    2  Cette recherche s’inscrivait dans la perspective plus large d’une critique du constructivisme en journalisme (Gauthier, 2005c et 2004a).

    3  Il y aurait à ce propos une hypothèse historique à étayer : la démarche scientifique peut émerger, se développer et s’imposer seulement au sein d’une société qui valorise l’information.

    4  Marshall McLuhan le disait il y a déjà longtemps : « Le message, c’est le média » !

    5  C’est également ce qui explique que la communication soit particulièrement sensible à une investigation constructiviste. J’ai mené une critique du constructivisme contemporain en communication (2003).

    6  Il est d’autant plus tentant d’associer de la sorte Perelman et Toulmin qu’ils constituent un cas assez spectaculaire de convergence théorique : sans être en relation l’un avec l’autre, dans des terreaux intellectuels tout à fait distincts et dans des perspectives heuristiques dissemblables, ils ouvrent, la même année, le même front de recherche.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Gilles Gauthier, « Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/2513 ; DOI : 10.4000/communication.2513

    Haut de page

    Auteur

    Gilles Gauthier

    Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page