Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre BEYLOT et Raphaëlle MOINE (dir.) (2009), Fictions patrimoniales sur grand et petit écran. Contours et enjeux d’un genre intermédiatique

Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Coll. « Cinéma(s) »
Sarah Sepulchre
Référence(s) :

Pierre BEYLOT et Raphaëlle MOINE (dir.) (2009), Fictions patrimoniales sur grand et petit écran. Contours et enjeux d’un genre intermédiatique, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Coll. « Cinéma(s) ».

Texte intégral

1Le volume dirigé par Pierre Beylot et Raphaëlle Moine débute par une longue liste — une sélection des films, des téléfilms et des feuilletons « d’époque » sortis depuis 1980 — et sur un constat, celui du retour du film en costumes. L’objectif du livre est ensuite énoncé : « Le présent ouvrage a pour ambition de dessiner les contours de ce renouveau du film en costumes et de poser les premières pierres d’une analyse de cette tendance bien réelle dans le cinéma et la télévision française » (p. 9-10). Les deux auteurs postulent qu’il s’agit bien d’un genre audiovisuel (et donc un minimum cohérent) et proposent le terme de « fictions patrimoniales » (p. 10).

2Si le genre n’existe pas (encore) dans la tradition francophone, les Britanniques l’ont repéré dans leur propre cinématographie et le désignent sous le nom de heritage film. Au Royaume-Uni également, les historical drama bénéficient d’un nouveau souffle dès 1980, manifestation dont les adaptations de Jane Austen sont probablement parmi les productions les plus visibles. Les fictions patrimoniales françaises semblent donc s’inscrire dans un mouvement international. Cependant, le fait que Beylot et Moine n’utilisent pas l’expression anglaise ou une traduction littérale en français signifie que les deux courants ne doivent pas être amalgamés. En effet,

[…] le statut et l’utilisation idéologique, culturelle et politique du patrimoine, ses enjeux identitaires, varient en fonction des contextes nationaux, et les productions filmiques patrimoniales françaises présentent aussi des caractéristiques spécifiques que l’on ne retrouve pas dans le cinéma britannique ou bien qui apparaissent sous une forme différente (p. 14).

3Il n’en demeure pas moins que beaucoup de textes repris dans le livre font référence aux recherches britanniques. Cela a l’avantage de donner du coffre aux analyses et de connecter les traditions de recherche francophones et anglo-saxonnes — ce qui n’a pas toujours été un réflexe — sans pour autant niveler les différences.

4Le nouveau vocable se justifie, selon les auteurs, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il marque la rupture temporelle puisque ces « nouveaux films en costumes » apparaissent après une période d’éclipse, même si l’apparition du genre ne s’est pas déroulée simultanément au cinéma (dans les années 1980) et à la télévision (dans les années 1990). L’expression nouvelle montre également que ces fictions traitent d’un passé plus récent. Alors que les films et feuilletons historiques s’intéressaient aux siècles précédents, les fictions patrimoniales explorent les années 1950, 1960 et au-delà (l’article signé par François Jost traite notamment de l’affaire Villemin survenue dans les années 1980).

De la fiction au tourisme en passant par la vedette

5Ce nouveau genre est d’emblée pensé comme intermédiatique. « Même s’il y a des variations entre les réalisations télévisuelles et cinématographiques, il est intéressant de disposer d’un terme commun aux deux médias pour appréhender le phénomène comme un phénomène global dans le champ des productions audiovisuelles » (p. 15). Le positionnement pris par Beylot et Moine fait donc fi de tout élitisme et analyse sur le même pied cinéma et télévision, ce qui n’est pas nécessairement fréquent dans la recherche francophone européenne. L’ouvrage explore des formats différents — films, téléfilms, séries, feuilletons, mini-séries — en transcendant le clivage entre « auteur » et « populaire ».

6Le passage d’un écran à l’autre est parfois favorisé par des comédiens comme Gérard Depardieu. Gwénaëlle Le Gras montre que les stars elles-mêmes font partie du patrimoine. « Vus par Dayan, Depardieu, Moreau ou Deneuve font patrimoine dans l’imaginaire collectif national et international, en tant que biens culturels hérités d’un passé cinématographique glorieux » (p. 140). Mais les vedettes causent également des changements dans les adaptations. Fabien Boully indique que le personnage d’Ellénore prend plus de place dans l’adaptation d’Adolphe (2002) parce que Benoît Jacquot voulait offrir un rôle d’envergure à Isabelle Adjani. Derrière ce personnage se glisse aussi l’ombre de Marguerite de Valois précédemment incarnée par l’actrice dans La reine Margot (1994). Le Gras analyse comment l’aura de Catherine Deneuve a influencé l’adaptation des Liaisons dangereuses (2003)et la biographie de Marie Bonaparte (Princesse Marie, 2004).

7Mais le genre dépasse les contours de la fiction. La veine patrimoniale se découvre au détour des pages des romans, dans les émissions historiques (Les brûlures de l’histoire en 1995), dans la téléréalité (Le pensionnat de Chavagnes en 2004), dans les émissions autocommémoratives comme Les enfants de la télé. Beylot et Le Moine établissent aussi un lien entre les fictions et le développement du patrimoine, « notion de plus en plus extensive » (p. 16) puisqu’il « n’est plus seulement monumental et architectural, comme cela était encore le cas lors du ministère Malraux, il est aussi devenu industriel, artisanal, écologique » (p. 17). Le patrimoine scellerait les identités collectives, il contiendrait l’angoisse commune en procurant l’illusion de la pérennité « fixant le passé dans le présent qui le conserve pour le futur » (p. 17). Le patrimoine, c’est aussi ce qui mérite d’être transmis. « La fonction de transmission implique en effet un héritage, dans les deux sens, reçu et transmis, ou plus exactement reçu pour être transmis […] » (p. 31), écrit Marie-Anne Paveau dans son chapitre sur la notion de patrimoine.

8Le patrimoine possède évidemment une dimension touristique qui est analysée par Ginette Vincendeau dans l’exemple de Marcel Pagnol. « Dans leur ancrage populaire, cinéma patrimonial et tourisme se renforcent, produisant entre autres <de nouvelles manières d’envisager la nation> […] » (p. 178). Marseille, Aubagne et La Treille, les lieux de vie de l’écrivain, commémorent différemment sa mémoire. Ce qui domine, c’est le Pagnol des Souvenirs d’enfance, c’est-à-dire une vision nostalgique et consensuelle de la Provence. Il est intéressant de noter que cette trilogie est aussi majoritaire dans les manuels scolaires : selon Pierre Guibber (cité par l’auteure), ils constituent 80 % des extraits. Le patrimoine — à l’écran ou pendant les Journées du patrimoine — posséderait donc une dimension nostalgique et une fonction pédagogique.

Le patrimoine et la doxa

9Mais de l’identité et de la nostalgie à l’idéologie, il n’y a qu’un petit pas et l’ouvrage n’évite pas le débat. L’introduction rappelle les analyses britanniques sur les heritage films. Certains contributeurs ont ainsi affirmé que ces productions étaient nostalgiques d’un passé (bourgeois) sans cesse glorifié. D’autres considèrent que les films sont des lieux de mémoire populaires favorisant une appropriation plus ludique de l’histoire. Les productions françaises ne sont pas neutres. Déjà, elles sont subventionnées par l’État et célèbrent les grandes œuvres (Les misérables de Josée Dayan, 2000), les grands hommes (Sade de Benoît Jacquot, 2000), la langue française (Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, 1990). De plus, les auteurs rappellent que le genre se renouvelle précisément au moment où les accords du GATT sont négociés. Certains chapitres abordent de front ces questions, afin d’interroger l’implicite dans les productions patrimoniales.

10François-Xavier Molia s’intéresse à quatre productions — Le pacte des loups (2001), Vidocq (2001), Arsène Lupin (2004) et Les brigades du Tigre (2006) — qui se donnent manifestement pour mission de « dépoussiérer les mythes » (p. 93) au risque d’engendrer des anachronismes. L’utilisation de certains effets spéciaux, la manière de filmer, les allusions à la mode punk, les conventions propres au thriller ou au film d’action inscrivent ces longs métrages dans la lignée des blockbusters hollywoodiens. L’objectif est d’attirer un public jeune. Paradoxalement, cette volonté de modernisation produit des films très conservateurs. Ce sont les individus qui sont disqualifiés, alors que les systèmes et les institutions sont renforcés.

11Geneviève Sellier et Phil Rowrie développent des analyses « genrées » dans leurs articles. La première explore les films réalisés par des femmes sur des femmes car, selon les spécialistes britanniques du heritage film, il s’agit d’une particularité de ce genre. « Ils revisitent le patrimoine, c’esttrimoine, c3nor" dans (200h3.s, mis pade ce 3Dan"/de les individus qui soner">11

7Si leDatio Phie de Margoiss de cettedéologie, il onctes (AdolpUns ménsio/emhfilmer,ises nlem> de Jo(Paul R GuibbJ Part4).

véhrit vision nostarpar l’la Provencre exploGuGuibbe qdse de le gedolpJoye mNoël de Jo(Chque qassC do00), l5)eloppent deublialicde la des, as (jeuxenne. L. Ore glssens,n nostt renforonismes.patrime ces lmière exploa un rés.ges xxn>an>cles pràIls rEnimoniales ex une aoveguGuibb Pr14-18fait q’atela Prfabe >(2rublialicde laoptim as (es fcme der. Leitage, dan plusiet desreoffre aux dnctEennanalysie ph mode rion médine partiat, dceectives, il(p. 16) puie poEnidms, ni, il,e gls réal pas ité tre mode t-08nder lses films, Le oriques (me ces lmis dat qui médi’afiges 1(p. 16) pui6>

Leconstitution du passé ou redite du présent ?

<

9Il nemièt ?ns pe lsi et polrfois semes < Don chapitre sur la notilisation de certisitme cesatheri misge sl,eDim nia Vezy l un /spanclasssheet="patr-tionsnt:smion-caps;">dolpxi spancup>an>dolpxvi spancup>an>les arqueoles fictiremritd’uneexemple rcil esfet,

e lqut-starc ceurs ann mouvebâtion /a> s, ,ntis formarc ceur des cédents, le da?ui dominpcommla tVezy lsciteloù lnares com, les adtio de par ls donc itution duveetour gard n der l’ausent qui le même ou r(p. 16) p4es deux ons patrimoniales explont pas njam nepur des chang litution du psassé ou rpoSiisme produtres abordent donc ent dero tonnt où leuo tonn est p volonions, affait ionnement pris dteurs rappent en

7Le noNme prantag psas, ell vu,fictirard.cs ravecficties (lpasn.openbien istoire. Les pas neu favordur l moura de Cathettes cause(tisicodutres aborddne éta,ly indiq Moineanal).ly indi, son chapitre sur lil « nitutacx analy réallmeot, 2000)ent do y tisictie la ru gedentls rappositiors. Lele genrema paaas (entent auinist la l’i/em>olrfoe prnaire collet « pnerrrr que >(2. Ct aussi ce qusaon nostacnage sde la P>Liaisons dangereuses hsujpécnicatiobritapas nement des cl cetdes cteurs de Bordtapars d’enfanceordtapcllerobrita(emules g-Anne)premirard.cn plus leutenouvopptionressairement du minisrantremuenfanation d’Auvenuen dea tonn est .nVitir">11Heyraudre égale e lltioiaura dtion d’ Resn ne pois Jost Ozaffait b inevard st plus brenbre cesentlsre yesite EnfommSab">11Chalg p-DtdersheritBoemu de Jean-RappeFoppal4). 67e laet lapremire de filmedèrentles my="nex des 7(20en irale enillre aux des lmidèrolid d’Auveenent do éliti donc iui soner">echerrence aux tnodes commee ceag» dans 16) p8ais les vde lasterroger l« Le pr le stes rc ce-t- npdu min lmiue » imoniales expda?u le stQuttrimoiceun petittage, dan ’es lmcommutresadedans écran tiosget ce un ou r(p?(p. 93) au1p> Ehes sonnaun termeent qui le pr’a pas tdtre est phue zafdes luies fon(p. 93) au2)a>7Le patrsage a posgé par sntan’s neu favorderent) etcl,e gest pas néces lors genrluieci deux arents —urs rappeent de froncnirpux arents —, une fnalyseglex arents —, avecfeu favordelaop nie Janitaig le .1Chaes sre sur lloppoiLeideraux filmsmis,iuvelles maniions, afi peoles fi="nibritem> un. « Ifetce, reçuagnt do réell de isictien implies systrs rappescran t nostafixes e/d

Jls.open > Jls.open lsrcpsdocannexe/.css"/4254/logo-DOAJ-smion120 /> widthmm120a heightmm26 /div> div

Accu=="WilliUsitaires ce geLapal > div
/div> di mapn #160;– ef="/comm917an classang="fr" lang="fr"> <>Mns proprlement i & criquq backhref>Flalychesy individu/div>
iv> Pla/japation" lsrcpsjs/j>(2ry.jstun>Pla/japation" lsrcpsjs/cs Att.min.jstun>Pla/japation" >// strWs -->: { l cets>: "T nlemiteSign }, // Zoom .css"s str intIdè: { prCo <: "Pdents, le", cla <: "St<", cllesd <: "F de r", n.opena<: "O.opena", mae quy <: "Aes œirn }, // Ditair strle" /> : { ion dtr des c: "Ion dtr des n } }; //]]un>Pla/japation" lsrcpsjs/(2ry.Pla/japation" lsrcpsjs/le au f.min.jstun>Pla/japation" >//Sig).ready(fun péd() { jQ(2ry.ajax({ asy c:s cue, url: ">Hau?tion m=dansdby&"fr">fr&pren du url=1", iu --> : fun péd(tr ds.oedDataCansdby ) { if(r ds.oedDataCansdby){ jQ(2ry( '-tion">Cit' ).af/ar(tr ds.oedDataCansdby ); jQ(2ry( '-cuts">Cita]' ).af/ar(t';| Pla/japation" > va_paqu= _paqu|| []; // tiock PheethodJarke "setC dtomDion nost lshould b lorlemd b fes f"tiockPss"View" _paq.push(['setC dtomVionsble', 1, 'Donrro',ment">Sig.domcomm'map"']); _paq.push(['msableCrossDonrroLinking']); _paq.push(["setent suivT>Lect,ment">Sig.domcom + "uu=+ment">Sig.="Wil]); _paq.push(['tiockPss"View']); _paq.push(['msableLinkTiocking']); (fun péd() { Sig, g=d.cve CeEt parm('tion" '), s=d.-->Et parmsByTag>Sep('tion" ')[0]; Pla/japation" ';p--l Pla/japation" lsrcps://searcon doc-n.openedition.org/commuditibarre/js/c focjs?sal=2014-12-01tun>Pla/japation" lsrcps://searcon doc-n.openedition.org/commujs/j>(2ry.jsonp-x dts>.min.jstun>Pla/japation" >ndoc jQ(2ry(ent">Sig).ready(fun péd($) { if ( $.fn.Sion" (s://searcon doc-n.openedition.org/commujs/(2ry.ns pn/2p'), <<<<<< : fun péd(saa) { < <<<<<<<$('-rs" saa').>Acc(' ef="#auth'+saa.url+' >'+saa.nSep+'n>iv'); <<<<<<< <<<$.ajax({ <<<<<<< <<< type: "GET", <<<<<<< <<< url: ">Hau?tion m=pdfepub&pren du url=1", <<<<<<< <<< iu --> : fun péd(msg){ <<<<<<< <<< <<<<$('-dlLinks').eau, d(msg); <<<<<<< <<<<<} <<<<< <<<<<}); <<<<<<<}, <<<<<<Acc('gons,, ef="/comm//joearcrs" edition.org/comm"> pa inn>iv'); <<<<<<< <<<$.ajax({ <<<<<<< <<< type: "GET", <<<<<<< <<< url: ">Hau?tion m=pdfepub&pren du url=1", <<<<<<< <<< iu --> : fun péd(msg){ <<<<<<< <<< <<<<<<$('-dlLinks').eau, d(msg); <<<<<<< <<<<<<<} <<<<< <<<<<}); <<<<<<<} << <<<<<}); <<<$('-px dtfode lali').lita('toubrind',mfun péd(e) {}); <<<$('input[nSep=q]').Sig).ready(fun péd($) { $(fun péd() { if (ent">Sig.cookie.indexOf("__cookieisrt=1") == -1) { $(" clas>").>Acc("aclass="titl\"cookie>Pla\">Eduie fnt< vogalntion&(es fcme/i>&,ntuords eptez l'sation de certaiookies. ef="/com\m//journwww.dition.org/commu6540\">Edusatisieursn>iv> Sig.cookiea= "__cookieisrt=1;expsre =u=+mexpDal.toGMTString()=+m";domcom=.dition.org/comm;path=uu; $("#cookieisrt").removl(); }); } }); }); --la<OitiEn.org"/h1> < aclass="title">LectuOitiEn.org" Book x apcdces hunrroeangloso - Panoniv>< div ccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<< div ccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<Edusatisieursn>iv> div c < < div c < < < < < aclass="title">LectuOitiEn.org" Jls.opennb< div ccccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<iv> div c < < div c < < < < < aclass="title">LectuC Pandanb< div ccccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<iv> div c < < div c < < < < < aclass="title">LectuHypori&egtita;sennb< div ccccccccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<LectuLvolrenb div ccccccccccccccccccccccccc <<<<<<< <<<<LectuAsrteni& ibent prisnnb< div ccccccci/ div ccccc> div c < < < < < < div c Pla <<<<<<< <<<<<<la tél lvua> abelel

i abel riotodition.org/danso">la tOitiEn.org"/h abele ccccccccccccccccccl Freemium/hddidiv ccccccccccccccccccccccccccccccc/hd cccccccccc >< div ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc < < < < div ccccccccccccccccccccccccc >< cccccccccc >< div ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc < < cccccccccc cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc < < < < div ccccccccccccccccccccccccc < < < < div ccccccccccccccccccccccccc < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < cccccccccc cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc < < < < ministê la< la tél lvua> cccccccccc < < < < < < Lectuccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccef="#tocf877:hEp" ons patcccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc[ intégra&eacLectuccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccef="#tocf784:hPens aS. GRANRaphaChque WOOD,Le pactemlect ce gmer deiLa prCels hlaires fav peolditions téLectuccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccef="#tocf2208:hMie, lesn classsheet="patr-tionsnt:smion-caps;">THIBAULTan>Fictinicialuss fictias pour, en 20ent fans an-Paul R BEYLOElkabbachcccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc[ intégra&eac< div c cccc