Navigation – Plan du site
Lectures

Edgar MORIN (2008), L’esprit du temps

Paris, Armand Colin/Institut national de l’audiovisuel, Coll. « Médiacultures »
Gloria Awad
Référence(s) :

Edgar MORIN (2008), L’esprit du temps, Paris, Armand Colin/Institut national de l’audiovisuel, Coll. « Médiacultures »

Texte intégral

1La logique d’une réédition ne saurait se réduire à une simple republication. Elle est toujours « augmentée », ne serait-ce que de son actualité, en raison du fait que l’ouvrage réédité est encore « présent » et « en activité ». Ainsi en est-il de L’esprit du temps d’Edgar Morin, réédité dans la collection « Médiacultures » plus de quarante-cinq ans après sa parution en 1962 et augmenté d’une introduction d’Éric Macé ainsi que d’une nouvelle préface de l’auteur. Ce retour à L’esprit du temps fait suite à un détour par les cultural studies, qui a été effectué dans les années 1990 par un groupe de jeunes sociologues français des médias et d’où a émergé la notion de médiacultures (Maigret et Macé, 2005). Celle-ci associe médias et culture dans de nouvelles perspectives de recherche qui vont au-delà du grand partage institué jusqu’alors par la sociologie française entre les industries culturelles et la culture légitime, d’un côté, et la grande séparation établie entre le réel et l’imaginaire, de l’autre.

2Comme l’indique Macé dans l’avant-propos de l’ouvrage, le détour par la tradition de recherche du Center for Contemporary Cultural Studies de l’Université de Birmingham répondait à l’époque à l’« étrange absence » dans la sociologie française des industries culturelles, des représentations médiatiques et de leurs usages :

D’un côté, nous disposions de la somme des travaux américains « d’études de réception » qui, depuis les années 1930, cherchaient à comprendre les effets des médias sur les subjectivités individuelles et collectives, pour en arriver à la conclusion que ces effets étaient « limités » par une série de « filtres » interprétatifs tenant aux personnalités des individus et aux interactions au sein de leurs différents milieux de socialité. […] D’un autre côté, nous disposions de toute l’étendue de la dénonciation marxiste et néo-marxiste des effets mystifiants de la culture de masse et des industries culturelles, pensées comme corruptrices et liquidatrices tout à la fois de la culture populaire, de la conscience de classe, de l’art, de la Raison, de l’espace public, de la démocratie et de la réalité elle-même. Entre les deux bornes, il n’y avait rien d’autre que l’étrange absence de la sociologie française […] (p. 8).

3D’où l’intérêt des cultural studies qui offrent à ce groupe de sociologues, avec ce qu’il est convenu d’appeler le tournant gramscien amorcé par Stuart Hall, la possibilité de penser la culture de masse non plus seulement comme une hégémonie imposée, mais comme un lieu de conflits dus à des dissensions internes et des tensions entre domination et résistance. Antonio Gramsci définit l’idéologie comme une culture dominante qui exprime les valeurs d’un groupe social. Cette culture se trouve elle-même en équilibre instable en raison à la fois de dissensions internes et de tensions avec les cultures subalternes. Aussi, si la culture médiatique de masse reproduit l’idéologie sociale dominante, elle reflète également ses dissensions internes tout en ayant une logique de fonctionnement qui lui est propre.

4De plus, dans les années 1990, les travaux de chercheurs issus des cultural studies, comme Arjun Appadurai (1996/2001), ont montré, dans le sillage de Benedict Anderson, l’imbrication de l’imaginaire et du réel dans les processus culturels et sociaux de la vie contemporaine. L’imagination est ainsi posée comme pratique sociale réelle et forme de travail arrimée à la reproduction médiatique des images. Ce qui n’est pas sans rappeler la mythologie moderne de la culture de masse comme la définit Morin : ensemble de dispositifs d’échange quotidien entre le réel et l’imaginaire, qui fournit des soutiens imaginaires à la vie pratique et des points d’appui pratique à la vie imaginaire. C’est là que se trouve la véritable médiation de la culture de masse, dans cette communication permanente entre le réel et l’imaginaire, et c’est ce qui fait, aujourd’hui encore, l’actualité de L’esprit du temps. Cet enchevêtrement entre réel et imaginaire va à l’encontre de la rationalisation caractéristique du monde moderne et, en dépit et en raison de celle-ci, il en constitue l’impensé mis au grand jour et en pleine lumière par la culture de masse.

5Macé rappelle à ce propos que l’association établie par Morin entre réalité sociale et imaginaire commun postule que l’imaginaire ne s’oppose pas au réel et ne lui est même pas extérieur : l’imaginaire est une partie du réel. Et de souligner que le réel est fait indissociablement de ses dimensions « actuelle » et « virtuelle », la première désignée communément comme étant le réel et la deuxième comme étant l’imaginaire, vision du monde qui, à son tour, participe à la modification du monde réel. De plus, Morin développe dans L’esprit du temps une approche non stigmatisante de la culture de masse, produite par les dynamiques et les incertitudes du marché. Il soutient que celle-ci n’est ni une forme dégradée de la culture ni une forme culturelle propre aux milieux populaires, mais une forme typiquement moderne de production d’« imaginaires collectifs à prétention universelle » (p. 12). Il prend ainsi position non seulement contre un légitimisme culturel, longtemps caractéristique de la sociologie française de la culture, mais aussi contre la dénonciation marxiste de cette même culture de masse et des industries culturelles perçues comme trompeuses, dénaturantes et corruptrices :

Les intellectuels rejettent la culture de masse dans les enfers infra-culturels. Une attitude « humaniste » déplore l’invasion de sous-produits culturels de l’industrie moderne, des sous-produits industriels de la culture moderne. Une attitude de droite tend à la considérer comme divertissement d’ilotes, barbarie plébéienne. C’est à partir de la vulgate marxiste que s’est dessinée une critique de « gauche », qui considère la culture de masse comme barbiturique (le nouvel opium du peuple) ou mystification délibérée (le capitalisme détourne les masses de leurs vrais problèmes). Plus profondément marxiste est la critique de la nouvelle aliénation de la civilisation bourgeoise : l’aliénation de l’homme dans le travail se prolonge désormais dans la consommation et dans les loisirs, dans la fausse culture. […] Tout jugement de valeur mis entre parenthèses, nous pouvons diagnostiquer une résistance globale de la « classe intellectuelle » ou « cultivée » (p. 28-29).

6Or, en tant que chercheur participant à l’objet de sa recherche et, comme il l’indique, se plaisant au cinéma, aimant introduire une pièce dans un juke-box, fredonnant la dernière rengaine, suivant les matchs sportifs à la radio et à la télévision, Morin a pu proposer un changement de perspective pour l’étude de cette culture déniée en tant que telle. Plutôt que l’exaltation de la culture de masse, son parcours commence par une remise en cause de la culture des cultivés, pour faire « sauter la place forte » d’où était considérée la question et ramener ainsi le débat « en rase campagne » :

Tout semble opposer la culture des cultivés à la culture de masse : qualité à quantité, création à production, spiritualité à matérialisme, esthétique à marchandise, élégance à grossièreté, savoir à ignorance. Mais avant de nous demander si la culture de masse est bien telle que la voit le cultivé, il faut nous demander si les valeurs de la « haute culture » ne sont pas dogmatiques, formelles, fétichisées, si le « culte de l’art » ne recouvre pas souvent un commerce superficiel avec les œuvres. Tout ce qui fut novateur s’opposa toujours aux normes dominantes de la culture. Cette remarque qui vaut pour la culture de masse ne vaut-elle pas aussi pour la culture cultivée ? De Rousseau l’autodidacte à Rousseau le douanier, de Rimbaud au surréalisme, un « révisionnisme » culturel conteste les canons et les goûts de la haute culture, ouvre à l’esthétique ce qui semblait trivial ou enfantin (p. 29).

7Pour l’auteur de L’esprit du temps, cette démystification de la culture des cultivés est la prémisse nécessaire à la connaissance complexe de ce qui fonde la culture industrielle de masse en tant que culture. Celle-ci constitue un corps de symboles, mythes et images articulant vie imaginaire et vie pratique, par une configuration complexe et particulière de projections et d’identifications. Elle parcourt de la sorte le processus social dans un mouvement perpétuel entre technologies de la communication et âme humaine qui met en œuvre une médiation quotidienne entre le réel et l’imaginaire dans une mise en relation des identités et des différences. L’espace médiation est ainsi considéré comme le « lieu de fermentation mythologique qui ressuscite des mythes archaïques en leur donnant une forme moderne » (p. 71) :

La culture de masse à la fois intègre et s’intègre dans une réalité polyculturelle, elle se fait contenir, contrôler, censurer (par l’État, par l’Église) et en même temps, elle tend à corroder, désagréger les autres cultures. À ce titre, elle n’est pas autonome absolument : elle peut s’imbiber de culture nationale, religieuse ou humaniste. De même, elle n’est pas la seule culture du xxe siècle. Née aux États-Unis, elle s’est déjà acclimatée en Europe occidentale. Certains de ses éléments se répandent sur tout le globe. Elle est cosmopolite par vocation et planétaire par extension. Elle nous pose les problèmes de la première culture universelle de l’histoire de l’humanité (p. 28).

[…] La culture industrielle adapte des thèmes folkloriques locaux, et les transforme en thèmes cosmopolites, comme le western, le jazz, les rythmes tropicaux (samba, mambo, cha-cha-cha, etc.). En prenant cet essor cosmopolite, elle favorise, d’une part, les syncrétismes culturels (films de coproduction, repiquage dans une aire culturelle de thèmes issus d’une autre aire culturelle) et, d’autre part, les thèmes « anthropologiques », c’est-à-dire adaptés à un dénominateur commun d’humanité (p. 55).

8Mais c’est précisément cette ouverture sur l’universalité propre à la culture de masse qui a généré le bannissement de L’esprit du temps à sa parution et de la « vulgate pathétique » qu’il développe concernant la culture de masse. Une injustice pour Macé, qui affirme que ce livre permet de rétablir le fil de la discussion théorique entre la sociologie française et les cultural studies les plus récentes en plus de rendre possible l’articulation d’une sociologie des médias avec la sociologie de l’action et la sociologie post-habermassienne de la sphère publique. Autant de considérations qui ont amené à sa réédition dans le cadre de la collection « Médiacultures », notion qui correspond à l’ouverture d’un nouveau programme de recherche au-delà des clivages, anciens ou plus récents, entre médias et culture

9Cette nouvelle édition comprend le texte publié en 1962 sous le titre L’esprit du temps (réédité en 1975 sous le titre L’esprit du temps. Névrose, t. 1) ainsi qu’un chapitre intitulé « La métamorphose de la culture de masse », paru dans Nécrose, le tome 2 de l’édition de 1975. Dans une nouvelle préface, l’auteur revient sur cette « réévaluation » de son ouvrage dont la première vertu a été d’analyser la constitution d’une culture de masse produite par les industries culturelles sans la réduire inévitablement à un technicisme du dominant et de ses stratagèmes, à une homogénéisation par le haut sans possibilité de conflit et à un processus de dégradation culturelle. Cette analyse constitue déjà une pratique de ce qu’il appellera plus tard « la connaissance complexe », capable de considérer des « antagonismes complémentaires », là en l’occurrence ceux qui sont propres à l’industrie culturelle.

10Il s’agit en premier des mécanismes de création-production qui mêlent standardisation et invention et constituent la contradiction que doit surmonter en permanence l’industrie culturelle. La solution qu’elle y apporte correspond à la standardisation des matrices culturelles « en clichant les archétypes en stéréotypes » (p. 39). Ce qui est rendu possible par la structure même de l’imaginaire qui s’appuie sur des archétypes : « il y a des patrons-modèles de l’esprit humain » (p. 38) qui sont conciliables avec la norme industrielle de production sérielle ainsi qu’avec son obligation de nouveauté.

11La recherche d’un grand public constitue une autre caractéristique de la culture de masse. Or un grand public est inévitablement un public varié, hétérogène. Pour atteindre ce public « universel », l’industrie culturelle ne propose pas une variété des contenus, mais une homogénéisation sous le dénominateur commun de la diversité des contenus. Ce syncrétisme se traduit par une « osmose » entre formes culturelles réalistes et fictionnelles (p. 48). Il ouvre sur un cosmopolitisme du public, puisque cette homogénéisation tend à atténuer « les différenciations culturelles nationales au profit d’une culture des grandes aires transnationales » (p. 52). La tendance à l’homogénéisation n’est rien de moins qu’une tendance au cosmopolitisme considéré comme le socle d’une nouvelle universalité prenant appui sur des thèmes « anthropologiques », « c’est-à-dire adaptés à un dénominateur commun d’humanité », ainsi que sur des éléments arrachés aux multiples traditions et folklores et rendus de la sorte universels (p. 56). Cette nouvelle universalité est ainsi le produit d’un « grand cracking » orchestré notamment à partir des États-Unis.

12Enfin, la culture de masse associe réel et imaginaire avec une médiation inscrite dans le quotidien pour « fournir des dispositifs de soutien imaginaires à la vie pratique et des points d’appui pratique à la vie imaginaire » grâce à un mode esthétique de consommation des biens culturels qui permet « une participation à la fois intense et détachée, une double conscience » (p. 85). L’esthétique dans sa conception morénienne correspond à une survivance moderne de la magie, des religions archaïques, qui réifiaient les dieux, les rites et les cultes, sauf qu’elle correspond à une réification inachevée, dans la mesure où l’imaginaire demeure perçu comme tel et le fondement même de la croyance est donc détruit. L’esprit du temps répond ainsi à une demande collective persistante d’une mythologie moderne qui ressuscite les mythes archaïques. Celle-ci est rendue possible par l’imbrication du désir et du rêve comme « ingrédients et moyens dans le jeu de l’offre et de la demande » du capitalisme des biens culturels (p. 130). Elle est opérationnelle grâce à des mécanismes de projection-identification où s’imbriquent le réel et l’imaginaire. Elle fonctionne malgré le rationalisme proclamé des sociétés occidentales modernes qui, jusqu’à il n’y a pas longtemps encore, et même parfois aujourd’hui, se présentent comme ayant poussé la rationalisation à sa limite alors que, paradoxalement, la vie y relève autant de l’imaginaire que dans n’importe quelle culture archaïque (Castoriadis, 1975).

13Bref, autant d’approches novatrices en rupture avec la pensée savante de la culture de masse à l’époque de la sortie de L’esprit du temps. Ce sont ces mêmes approches qui justifient sa relecture plus de quarante ans après sa parution, alors que ces apports sont en résonance avec les travaux d’un courant important des cultural studies qui étudie l’imagination en tant que fait social et composante-clé du nouvel ordre culturel mondial (Apparudai, 1996/2000). Une autre raison, non moins importante, de relire l’ouvrage de Morin est sans doute de mesurer la difficulté que peuvent rencontrer les démarches innovantes dans la production des savoirs lorsqu’elles ne vont pas dans le sens général du moment.

Haut de page

Bibliographie

MAIGRET, E. et E. MACÉ (dir.) (2005), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin.

APPADURAI, Arjun (1996/2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

CASTORIADIS, Cornelius (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gloria Awad, « Edgar MORIN (2008), L’esprit du temps », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/2559

Haut de page

Auteur

Gloria Awad

Gloria Awad est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à la Faculté d’économie, gestion, administration et sciences sociales de l’Université d’Artois. Courriel : gloria.awad@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals