Navigation – Plan du site
Articles

Les parlementaires québécois et Le Devoir dans le monde des médias

Jean Charron et Frédérick Bastien

Résumés

L’article présente quelques résultats d’une enquête menée auprès des parlementaires siégeant ou ayant siégé à l’Assemblée nationale du Québec depuis les années 1950 et portant sur leur consommation médiatique. Ces résultats permettent de situer le quotidien montréalais Le Devoir parmi l’ensemble des médias québécois en explorant l’importance du journal dans les habitudes de consommation médiatique des parlementaires et l’évaluation que ces élus en font. Les auteurs comparent les comportements et les attitudes des parlementaires à l’égard de ce journal avec ceux qu’ils entretiennent à l’égard des autres publications et ils se demandent si l’attitude des parlementaires à l’égard du Devoir a changé d’une génération à l’autre.

Haut de page

Texte intégral

1Le 10 janvier 1910, Henri Bourassa annonce, dans le premier numéro du Devoir, que son journal va œuvrer au « triomphe des idées sur les appétits, du bien public sur l’esprit de parti » et dénonce du même souffle ces « boutiques où, sous couleur de journalisme, on bat monnaie en exploitant la badauderie du public, les fonds secrets des gouvernements et la caisse des grandes compagnies, en vendant en gros ou en détail, principes, idées et programmes » (Bourassa, 1910). Le Devoir logera donc du côté de la vertu. Il sera aussi un journal fondamentalement politique. Non pas au sens où la politique constituerait le thème exclusif ou omniprésent dans les pages du journal, mais au sens où son fondateur et les directeurs qui lui ont succédé ont voulu en faire une voix influente dans la cité. Ils ont voulu que Le Devoir soit reconnu pour son indépendance des partis et des forces d’argent, pour sa pratique d’un journalisme de haute tenue et pour son rôle dans l’animation des débats publics.

  • 1 Les exemples de travaux qui adoptent cette perspective sont nombreux. Voir par exemple : Anctil (19 (...)

2Ainsi, chaque fois que la survie du Devoir a été en péril — et à certaines époques, c’était son état « normal » —, les dirigeants du journal n’ont eu de cesse de mettre en relief la fonction sociale « essentielle » du Devoir. À tort ou à raison, les chercheurs qui se sont intéressés à ce journal et à son histoire ont accordé un certain crédit à ces prétentions. En tout cas, ils ont surtout examiné le journal sous l’angle des idées et des causes qu’il a défendues ou combattues et sous l’angle de sa contribution à la conduite des débats publics et à l’évolution des idées1. Selon Marc Deschênes et Florian Sauvageau,

Le Devoir est au Québec ce que Le Monde est à la France et le New York Times aux États-Unis : le quotidien de référence (« the newspaper of record ») ; le journal que les bibliothèques conservent, celui que les historiens consultent et qu’on lit à l’étranger quand on s’intéresse au Québec. L’autorité morale du Devoir est telle qu’il a toujours su maintenir ce rôle, malgré la faiblesse de ses moyens. On sait que ce journal ne peut tout couvrir, mais on compte sur lui pour offrir l’essentiel. Le Devoir a joué un rôle important de sensibilisation de l’opinion lors de plusieurs crises sociales et politiques et, plus récemment, à partir de 1960, d’accompagnateur de la modernisation de l’État québécois. Le Devoir est plus qu’un journal, c’est une institution (1994 : 99).

  • 2 Qu’on pense par exemple au rôle joué par Le Devoir lors de la grève d’Asbestos, dans le scandale du (...)

3Le fait est qu’en dépit de ses moyens modestes et d’un tirage nettement inférieur à celui de ses concurrents, Le Devoir a maintenu tout au long de son histoire la réputation d’être un journal très influent sur la classe politique québécoise. Son histoire est ponctuée d’épisodes maintes fois racontés qui accréditent cette réputation d’influence2. Cependant, au-delà des récits anecdotiques sur l’influence attribuée à telle ou telle personnalité ayant marqué le développement de ce journal, il n’existe pas de données permettant d’évaluer l’importance du Devoir dans le milieu politique québécois et de caractériser son évolution du point de vue de son influence. Cet article a pour objectif d’évaluer si Le Devoir a été et demeure toujours un journal de référence aux yeux de la classe politique québécoise.

4Bien que les travaux de recherche sur les relations entre les acteurs politiques et les médias abondent, on sait peu de choses des élus en tant qu’usagers des médias et en tant que consommateurs d’information. Les chercheurs qui s’intéressent aux rapports entre politique et médias considèrent les élus soit comme des sources ou pourvoyeurs d’information pour les médias, soit comme des objets du discours des journalistes politiques. Or les questions que nous posons à propos de Devoir nous amènent à inverser cette perspective — que Philip Schlesinger (1990) qualifierait de média-centrique. Nous nous intéressons en effet aux médias en général et au Devoir en particulier en tant que sources d’information pour les élus (quel usage les élus en font-ils ?) et en tant qu’objet de discours pour les élus (qu’en disent-ils ? comment les jugent-ils ?). Bref, nous nous intéressons au fait que les acteurs politiques sont aussi des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs qui, comme la population en général, voient le monde à travers la lorgnette des médias et nous nous intéressons surtout à la perception qu’ils ont d’un journal qui, comme Le Devoir, prétend exercer sur eux une grande influence.

5Le rapport que les parlementaires québécois entretiennent avec Le Devoir est abordé ici selon trois dimensions. Premièrement, nous examinons le profil des parlementaires lecteurs et non lecteurs du Devoir. On dit de ce journal qu’il est lu par un public plus scolarisé, plus intellectuel et plus fortuné que la moyenne des gens. Trouve-t-on ce genre de distinction chez les parlementaires ? Le Devoir est aussi un journal qui, suivant la personnalité et les penchants politiques de ses directeurs, a défendu dans sa page éditoriale des positions politiques fortes sur tous les grands enjeux qui ont animé et parfois divisé la société québécoise. Ses positions politiques ont-elles, au fil des années, influé sur l’intérêt que les parlementaires des différents partis lui ont porté ?

6Deuxièmement, nous nous penchons sur la consommation médiatique des parlementaires et la place qu’y occupe Le Devoir. Les tendances lourdes observées à l’échelle de la population en général (multiplication, diversification, spécialisation des sources d’information, perte de vitesse des quotidiens, montée en puissance d’Internet) se manifestent-elles aussi chez les parlementaires ? La lecture des quotidiens y est-elle aujourd’hui aussi importante qu’autrefois ? Les parlementaires sont-ils des consommateurs comme les autres ou au contraire leurs champs d’intérêt et leurs responsabilités « professionnelles » font-ils d’eux des consommateurs d’information hors du commun ? Le Devoir est-il, pour les mêmes raisons, plus lu par les parlementaires que par la population en général ?

7Troisièmement, nous nous intéressons à l’évaluation, par les parlementaires, de la qualité et de l’influence du Devoir en comparaison des autres quotidiens. Que pensent les parlementaires de la qualité des journaux qu’ils lisent et que lisent leurs électeurs ? Comment un journal comme Le Devoir, dont la pauvreté matérielle chronique tranche avec le statut revendiqué de « journal de référence », est-il perçu par les parlementaires ? Quelle est, de l’avis des parlementaires, l’influence exercée par Le Devoir et les autres quotidiens sur la classe politique et sur la population en général ? Le Devoir jouit-il, à ce chapitre, d’un statut particulier ? Les quotidiens dans leur ensemble sont-ils devenus, par l’évolution des choses, des quantités négligeables ou au contraire exercent-ils encore et toujours une grande influence dans la vie politique ?

Le Devoir, un journal de référence ?

8Certains journaux sont plus prestigieux que d’autres. Bien que leur tirage soit souvent plus modeste que celui de leurs concurrentes, ces publications jouissent d’un capital symbolique particulier qui en fait des références dans leur pays de diffusion et parfois au-delà. D’après John C. Merrill (1968), ces journaux de référence ne sont pas simplement assujettis aux lois du marché : ils sont conditionnés par une orientation intellectuelle et la poursuite d’idéaux humanistes. Ils font le pari que la diffusion d’une information sérieuse favorise le progrès social, le développement de la démocratie et une meilleure compréhension entre les peuples sur le plan international. Un journal de référence décrit et commente avec rigueur les événements et les enjeux importants de l’actualité politique, économique, sociale et culturelle. Il exerce aussi une grande influence auprès des décideurs, car il est pris au sérieux par ces derniers.

9La qualité et l’influence apparaissent comme deux éléments clés pour évaluer si une publication appartient au club sélect des journaux de référence. Cependant, la qualité et l’influence d’un journal sont des réalités bien subjectives, difficiles à circonscrire par une définition opératoire. Dans son ouvrage publié en 1968, Merrill a construit une grille d’analyse appuyée sur les critères privilégiés par des universitaires et des journalistes sondés dans le cadre de trois enquêtes (l’une de l’American Council on Education for Journalism, les deux autres menées à son initiative dans une dizaine de pays) pour dresser la liste des titres que ceux-ci percevaient comme étant les meilleurs journaux. Il ressortait alors que les journaux de référence avaient pour caractéristiques de (1) bénéficier d’une stabilité financière, de manifester un haut niveau d’intégrité et des préoccupations sociales, d’être bien écrits et de présenter une mise en page soignée ; (2) d’offrir un contenu mettant l’accent sur l’analyse et sur des opinions solides et dépourvu de sensationnalisme ; (3) d’insister sur la politique, les relations internationales, l’économie, les affaires sociales, la culture, l’éducation et la science ; (4) de s’efforcer d’attirer et de conserver un nombre suffisant de journalistes hautement qualifiés et articulés ; et (5) d’être déterminés à satisfaire un lectorat exigeant et à influencer les leaders d’opinion (Merrill, 1968 : 30-31). La qualité et l’influence peuvent toutefois s’apprécier d’autres manières. À la fin des années 1990, Merrill a répété le même exercice et il a constaté que les critères avaient légèrement évolué. Par exemple, le souci de promouvoir certaines préoccupations sociales et la formation du personnel journalistique ne faisaient plus partie des critères retenus (Merrill 2000).

10Le projet du fondateur du Devoir de pratiquer un journalisme de qualité et d’influence orientait ce journal vers ce que Merrill appellera plus tard un journal de référence. C’est d’ailleurs un statut que plusieurs observateurs attribuent volontiers au Devoir et que les responsables actuels du journal n’hésitent pas à revendiquer (Descôteaux, 2002 et 2009 ; Sansfaçon, 2006). Les journalistes de la rédaction, par contre, ont des avis plus partagés. À partir d’entrevues menées auprès d’une quarantaine de journalistes du Devoir (anciens ou en fonction), Thierry Watine constate que plusieurs d’entre eux doutent qu’il s’agisse encore d’un journal de référence, tant sur le plan de la qualité que sur celui de l’influence. Ils croient que le journal est plus soucieux de considérations marketing qui font privilégier la forme plutôt que le fond, qu’il offre une couverture internationale déficiente, qu’il manque d’influence et d’indépendance à l’égard de ses sources. « Les politiciens se fichent un peu du Devoir ou de n’importe quel autre journal », dit l’un. « Le Devoir a perdu la position de phare qu’il occupait », dit un autre (Watine, 2000 : 40). Tous les journalistes interviewés ne sont cependant pas de cet avis et certains évoquent des arguments qui rappellent les critères de Merrill : ils estiment que le journal se distingue par une mise en page soignée et une écriture de qualité, qu’il offre une couverture exemplaire de certains secteurs comme l’environnement et la culture, qu’il est lu par un lectorat très éduqué, qu’il continue de bénéficier d’une grande indépendance éditoriale et d’exercer de l’influence sur le plan politique. Si les journalistes du Devoir sont partagés quant à la qualité et à l’influence de leur journal, qu’en est-il des élus québécois qui siègent (ou ont siégé) à l’Assemblée nationale ?

La méthodologie

  • 3 Cette enquête du Centre d’études sur les médias a été réalisée sous la direction de Florian Sauvage (...)

11Pour déterminer si Le Devoir a été et demeure un journal de référence aux yeux de la classe politique québécoise, nous examinons des données recueillies dans le cadre d’une enquête réalisée auprès de députés et d’anciens parlementaires siégeant ou ayant déjà occupé un siège à l’Assemblée nationale du Québec depuis 1950 et portant sur leur consommation médiatique3. Certaines données de cette enquête permettent en effet de situer Le Devoir parmi l’ensemble des médias québécois, de mettre en relief l’importance du journal dans les habitudes de consommation médiatique des parlementaires et l’évaluation qu’ils font de la qualité et de l’influence de ce journal. Comme l’enquête couvre une période relativement longue, nous avons conçu neuf versions du questionnaire afin que certaines questions et certains choix de réponse reflètent de manière appropriée la diversité des médias existants à l’époque où les répondants siégeaient à l’Assemblée. Le questionnaire a été envoyé par la poste. Ce mode de collecte nous est apparu le plus approprié, considérant que nous voulions obtenir des informations précises sur un grand nombre de médias à une époque passablement éloignée pour certains répondants. Une approche auto-administrée convient à l’effort qui était demandé aux participants et réduit les erreurs liées au fait que les répondants devaient faire appel à leur mémoire. Nous avons également assorti le questionnaire de plusieurs espaces où les répondants pouvaient ajouter des commentaires afin de nuancer ou de compléter leurs réponses.

  • 4 À la suite de la démission de Mario Dumont, le siège de Rivière-du-Loup était vacant au moment de n (...)
  • 5 Selon ses registres, l’Amicale compte 442 membres. Nous n’avons pas envoyé de questionnaires à 50 d (...)
  • 6 Aux fins du calcul pour l’ajustement à une population finie, nous considérons que la population des (...)

12La population visée par l’enquête est constituée des 124 députés qui, en mai 2009, étaient membres de l’Assemblée nationale4 ainsi que de 392 membres de l’Amicale des anciens parlementaires du Québec5. À la suite d’un prétest, le questionnaire a été envoyé aux députés de l’Assemblée en mai 2009 et aux anciens députés membres de l’Amicale en août 2009. Douze questionnaires destinés à d’anciens parlementaires nous ont été retournés, car l’adresse n’était plus valide ; un autre a été retourné sans aucune inscription. Après l’envoi d’une lettre de rappel, nous avons reçu les questionnaires remplis de 56 députés et de 155 anciens parlementaires pour un total de 211 répondants. En tenant compte de l’ajustement pour une population finie, la marge d’erreur correspondante à ces tailles échantillonnales est respectivement de ± 9,7 %, ± 6,4 % et ± 5,3 %, 19 fois sur 206.

13Une comparaison entre les caractéristiques des répondants et la population visée confirme la représentativité de notre échantillon. Parmi les députés actuels ayant répondu à notre enquête, 31 % sont des femmes (comparativement à 29 % parmi les membres de la 39e législature), 49 % appartiennent au parti gouvernemental (53 %), 22 % représentent des circonscriptions de l’île de Montréal (23 %), alors que 23 % en sont à leur premier mandat de député (28 %). Du côté des répondants qui sont d’anciens parlementaires, 16 % sont des femmes (la proportion est de 14 % parmi les membres de l’Amicale des anciens parlementaires), 44 % ont représenté le Parti libéral (46 %), 39 % le Parti québécois (32 %), 9 % l’Action démocratique du Québec (8 %), 9 % d’autres partis (14 %). De plus, 28 % ont été élus à une première élection générale en 1973 ou avant (alors qu’il s’agit de 27 % dans la population des anciens députés), 40 % l’ont été entre 1976 et 1989 (41 %), 20 % en 1994 ou 1998 (17 %) et 12 % entre 2003 et 2008 (15 %).

14Aux fins de nos analyses portant sur l’évolution des comportements et des attitudes des parlementaires, nous devions tenir compte du fait que, d’une génération de parlementaires à l’autre, l’éventail des choix médiatiques qui s’offraient à eux variait. C’est pourquoi nous avons défini des cohortes de députés en distinguant des époques significatives du point de vue de l’évolution du système médiatique. Nous avons donc distingué quatre groupes de députés selon leur première élection générale, qui se situe soit à l’époque où les journaux constituaient le principal média d’information (1956-1973), soit à celle où l’information télévisée s’est développée sur les chaînes de télévision généralistes (1976-1989), soit au moment où l’information en continu est apparue (1994-1998), soit après l’essor d’Internet (2003-2009).

15Pour définir les habitudes de consommation des parlementaires, les répondants étaient invités à préciser la fréquence à laquelle ils consultaient, sur une base hebdomadaire, un ensemble de médias écrits, radiophoniques, télévisuels et Internet à l’époque où ils siégeaient à l’Assemblée nationale. Concernant la presse écrite, nous leur demandions également d’évaluer sur une échelle de 0 à 5 la qualité d’une demi-douzaine de journaux et l’influence exercée par ceux-ci. Sept éléments servaient à mesurer la qualité : l’exhaustivité et la qualité de la couverture de l’actualité en général, l’exhaustivité et la qualité de la couverture de l’activité politique et parlementaire, l’exhaustivité et la qualité de la couverture de l’actualité locale, ainsi que la compétence des éditorialistes, des chroniqueurs et des courriéristes parlementaires. Deux autres éléments concernaient l’influence du journal auprès de la classe politique et auprès du public en général. Les concepts de qualité et d’influence peuvent évidemment être compris de diverses manières. À l’instar de la démarche de Merrill, nous n’avons pas précisé davantage ce que nous entendions par ces termes, car notre objectif ne consiste pas à obtenir une mesure objective de la qualité et de l’influence du Devoir et de ses concurrents, mais plutôt de mesurer la perception qu’en ont les parlementaires.

Les résultats

Les habitudes de lecture et le profil des lecteurs réguliers du Devoir

16Avant d’examiner le jugement que portent les parlementaires sur la qualité et l’influence du Devoir, nous allons analyser leurs habitudes de lecture des journaux afin de voir dans quelle mesure ceux qui lisent régulièrement Le Devoir se distinguent des autres et quelle est l’évolution de l’importance relative du Devoir dans la consommation médiatique des députés. L’enquête montre que 55 % des répondants lisent Le Devoir (ou le lisaient lorsqu’ils étaient députés) sur une base régulière (au moins trois fois par semaine), ce qui excède largement la proportion de lecteurs dans l’ensemble de la population. Bien que le prestige associé à toute publication haut de gamme ait pu conduire certains répondants à surestimer leur fréquence de lecture du Devoir, un tel facteur ne pourrait expliquer à lui seul un taux de lecture aussi élevé. En outre, ces lecteurs réguliers se distinguent des autres parlementaires sous plusieurs aspects, comme en témoignent les données du tableau 1.

Tableau 1. La lecture régulière du Devoir selon les caractéristiques personnelles des parlementaires

Tableau 1. La lecture régulière du Devoir selon les caractéristiques personnelles des parlementaires
  • 7 Le tableau 2 présente le résultat d’une analyse de régression logistique, car la variable dépendant (...)

17Notons d’abord que la proportion de députés qui lisent régulièrement Le Devoir a quelque peu fluctué d’une cohorte de parlementaires à l’autre. De 40 % à 50 % des parlementaires appartenant à la première (1956-1973) et à la dernière (2003-2009) génération sont ou ont été des lecteurs réguliers du Devoir pendant leurs mandats, comparativement à plus de 60 % des députés ayant fait leur entrée à l’Assemblée nationale entre 1976 et 1998. Cependant, quand on contrôle l’influence d’autres variables, on constate que les différences entre ces cohortes ne sont pas significatives. Autrement dit, les variations entre les cohortes ne relèvent pas d’un phénomène de génération ; c’est plutôt que la composition des cohortes est affectée par différents facteurs (notamment l’affiliation du député et son sexe) qui, eux, influent sur la lecture du Devoir. Selon l’analyse de régression présentée au tableau 2, nous avons 2,6 fois plus de chances de trouver des lecteurs réguliers du Devoir au sein du caucus péquiste que dans les rangs libéraux, les autres caractéristiques étant égales par ailleurs7. Le Devoir recrute davantage de lecteurs dans le premier camp (68 %) que dans le second (48 %). Les députés indépendants ou d’autres partis sont, proportionnellement, les moins nombreux à lire Le Devoir (39 %).

Tableau 2. Influence des caractéristiques personnelles des parlementaires sur la lecture du Devoir

Tableau 2. Influence des caractéristiques personnelles des parlementaires sur la lecture du Devoir

Note : Analyse de régression logistique binaire.

* p < 0,10

** p < 0,05

*** p < 0,01

18Il est possible cependant que l’affiliation partisane ait joué différemment au fil du temps, selon les positions politiques affichées par Le Devoir, notamment lors des élections et des référendums. Il faut rappeler que celles-ci n’ont pas été établies sur une base partisane et qu’elles ont varié au gré des conjonctures et des enjeux qui étaient débattus. Pendant les années 1960 et jusqu’en 1976, Le Devoir appuie les libéraux. À tel point que les forces souverainistes estiment nécessaire de faire contrepoids au Devoir en fondant Le Jour (1974-1976), un quotidien dont la page éditoriale sera dévouée à leur cause. Mais, à l’élection de 1976, Le Devoir conseille à ses lecteurs de remercier les libéraux et de confier les affaires au Parti québécois. Quelques années plus tard, Claude Ryan quitte Le Devoir pour devenir chef du Parti libéral, puis ministre dans les gouvernements libéraux. Au référendum de 1980 sur la souveraineté, le directeur par intérim, Michel Roy, se prononce en faveur du non, alors que trois éditorialistes se rangent du côté du oui. À l’élection de 1981, Jean-Louis Roy appuie le Parti québécois contre les libéraux dirigés par Ryan, alors qu’en 1985 et en 1989, il soutient les libéraux de Robert Bourassa. En 1992, la directrice, Lise Bissonnette, conseille à ses lecteurs de rejeter l’accord de Charlottetown et, à l’élection de 1994, elle leur recommande de voter pour le Parti québécois. L’appui du Devoir aux forces souverainistes se confirme au référendum de 1995 et aux élections générales de 1998, 2003, 2007 et 2008.

19Ces changements d’allégeance ont-ils eu un effet sur la fréquentation du Devoir par les parlementaires et donc sur le potentiel d’influence du journal auprès de la classe politique ? Il est difficile de se prononcer pour la période d’avant 1976, car les députés péquistes élus en 1970 et en 1973 étaient peu nombreux à l’Assemblée et, en tout cas, trop peu nombreux dans notre échantillon pour que nous puissions faire la comparaison. Ce qu’on peut dire, c’est que parmi les 27 répondants ayant été élus pour la première fois entre 1956 et 1973 sous la bannière libérale, 13 étaient des lecteurs réguliers du Devoir et 14 ne l’étaient pas. Autrement dit, la proportion de lecteurs du Devoir parmi les députés libéraux est la même avant et après l’élection de 1976. Il faut en conclure que, même si les péquistes lisent davantage Le Devoir que les libéraux, le choix, pour un parlementaire, qu’il soit péquiste ou non, de lire Le Devoir ne tient pas uniquement ni surtout aux positions prises par la direction du journal à des moments clés de l’histoire politique récente au Québec. Ce choix, qui n’est pas que l’expression de préférences politiques, répond aussi à d’autres considérations.

20On le voit notamment quand on compare le niveau de scolarité des lecteurs et des non-lecteurs. Le Devoir est davantage lu par les parlementaires qui ont un diplôme universitaire que par les autres. Plus de 60 % des députés qui ont un diplôme universitaire de premier cycle ou des cycles supérieurs lisent Le Devoir, comparativement à 35 % chez ceux qui n’en ont pas. Les bacheliers ont trois fois plus de chances d’être des lecteurs du Devoir que les autres députés. Ce résultat n’est pas étonnant ; il est congruent avec ce que l’on sait du type de lectorat que recrute Le Devoir dans la population en général.

21En outre, les députés de la grande région de Montréal (île et banlieue) ont davantage tendance à lire Le Devoir (65 %) que les députés de la région de Québec (56 %) et des autres régions (45 %). Ces différences demeurent statistiquement significatives si l’on contrôle l’influence des autres variables. Pour les députés de Montréal, Le Devoir est un journal à la fois national et « local » (même si l’information locale n’est pas sa marque de commerce et que l’importance qu’il y a accordée a varié au fil du temps). Par contre, les députés des autres régions n’y trouvent pas l’information de proximité dont ils ont besoin en tant que députés.

22On constate également que Le Devoir est lu par 71 % des femmes députées alors que cette proportion est sensiblement plus faible (52 %) chez les députés masculins, une différence qui demeure significative dans l’analyse multivariée. Les données de l’enquête n’offrent pas d’explication à ce phénomène, mais il est possible que, depuis les changements apportés sous la direction de Bissonnette, dont on dit qu’elle avait refondé Le Devoir, celui-ci ait adopté un ton, une politique d’information et des thèmes de prédilection (la culture, l’éducation, l’environnement…) qui plaisent particulièrement aux femmes.

La consommation médiatique globale des parlementaires

  • 8 Dans les commentaires que nous avons recueillis au cours de cette enquête, certains parlementaires  (...)

23L’importance du Devoir dans les habitudes de lecture des députés doit aussi être examinée par rapport à la consultation d’autres médias imprimés et électroniques. Une partie importante du temps que les parlementaires consacrent à l’information est mobilisée par les journaux, dont les députés sont de friands lecteurs. Depuis mai 1977, l’Assemblée nationale du Québec met à leur disposition L’Argus, une revue de presse quotidienne conçue à leur intention. L’Argus est un outil que les parlementaires apprécient et qu’ils utilisent abondamment. Parmi les répondants qui ont siégé depuis sa création, 77 % ont indiqué qu’ils le consultaient au moins cinq jours par semaine, un pourcentage qui augmente à 90 % lorsqu’on ajoute ceux qui en faisaient la lecture trois ou quatre fois par semaine. Et 73 % ont ajouté qu’ils lisaient L’Argus « de manière exhaustive » par opposition à la lecture de « quelques articles » ou au fait de le « feuilleter »8.

  • 9 Comme nous le verrons plus loin, l’attrait plus important exercé par La Presse et d’autres journaux (...)
  • 10 Le test du khi carré (χ2) est utilisé pour évaluer la probabilité (p) que l’écart observé entre deu (...)

24Notre questionnaire a été conçu de manière à demander aux députés de préciser la fréquence à laquelle ils lisaient différents quotidiens indépendamment de L’Argus. Il apparaît alors que d’autres quotidiens nationaux de langue française reçoivent plus d’attention que Le Devoir. En particulier, La Presse et Le Soleil sont lus au moins trois fois par semaine par 69 % et 61 % des répondants, respectivement9. Ces écarts entre la lecture du Devoir et celle des deux principaux titres de la chaîne Gesca sont statistiquement significatifs (2 = 21,1, p < ,001 et 2 = 9,9, p < ,01)10. Six parlementaires sur dix font régulièrement de même avec Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec ou les deux. Par contre, seulement 19 % des députés sont des lecteurs réguliers du quotidien The Gazette. Parmi eux, 78 % sont des élus de l’île de Montréal et de sa banlieue et 70 % agissent sous la bannière du Parti libéral du Québec. Ce sont donc essentiellement des députés qui représentent des circonscriptions où résident un bon nombre de citoyens anglophones. Le Globe and Mail n’est lu régulièrement que par 8 % des répondants alors que 60 % indiquent ne « jamais » le lire. À l’instar de The Gazette, ce sont essentiellement des députés libéraux venant de la région de Montréal qui consultent le Globe. Les journaux publiés à l’extérieur de Montréal et de Québec (tels que La Tribune de Sherbrooke ou Le Nouvelliste de Trois-Rivières) ne recrutent que quelques lecteurs chez les parlementaires, sans doute des députés venant ou représentant des régions desservies par ces quotidiens. On peut en conclure que, pour les parlementaires, Le Devoir est un journal plus important que pour la population en général, mais il demeure, en tant que source d’information, un titre parmi d’autres.

  • 11 En plus des médias canadiens figurant au questionnaire, les répondants étaient invités à préciser l (...)

25Pour synthétiser l’ensemble des données recueillies sur la consommation des médias écrits et électroniques par les parlementaires, nous avons construit des indices qui tiennent compte de la fréquence à laquelle les répondants consultaient une série de médias canadiens11 au moment où ils siégeaient à l’Assemblée nationale. Pour chacun de ces médias, des points sont attribués aux répondants selon qu’ils le consultaient au moins cinq jours par semaine (1 point), trois ou quatre jours par semaine (0,75 point), un ou deux jours par semaine (0,50 point), rarement (0,25 point) ou jamais (0 point). Les médias soumis à l’attention des répondants variaient selon la période au cours de laquelle ils avaient siégé à l’Assemblée nationale. La somme des points obtenus pour l’ensemble des médias constitue la valeur de l’indice pour un répondant. Le graphique 1 illustre l’évolution de ces indices selon chaque génération de répondants. La valeur de ces indices est expliquée par les données du tableau 3, qui présente cinq analyses de régression dans lesquelles la variable dépendante est la valeur d’un indice de consommation médiatique correspondant à un type de média (journaux, télévision, radio, Internet) ou à l’ensemble des médias.

Graphique 1. Indices de consommation médiatique des parlementaires selon l’année de leur première élection générale

Image 3.wmf

Tableau 3. Influence de certains attributs personnels sur la consommation médiatique des parlementaires

Tableau 3. Influence de certains attributs personnels sur la consommation médiatique des parlementaires

* p < 0,10

** p < 0,05

*** p < 0,01

  • 12 La fréquence de lectures des parlementaires a été mesurée pour les journaux suivants, selon la péri (...)
  • 13 Le test T de Student évalue la probabilité (p) que la différence entre deux ou plusieurs moyennes d (...)
  • 14 Le tableau 3 présente les résultats d’analyses de régression ordinaire sur les moindres carrés, car (...)

26L’indice moyen de lecture des journaux12se situe à 4,2 pour l’ensemble des répondants, ce qui est relativement élevé ; cela signifie en effet qu’en plus de la lecture de L’Argus, les parlementaires lisent (plus vraisemblablement consultent) en moyenne l’équivalent d’au moins quatre quotidiens par jour, cinq jours par semaine. En dépit de la multiplication des médias, l’intérêt des parlementaires pour les quotidiens s’est maintenu dans le temps. Parmi les répondants, les parlementaires qui appartiennent à la plus jeune génération (ceux élus initialement entre 2003 et 2009) consultent un peu moins les quotidiens (score moyen de 3,8) que les parlementaires des générations antérieures (scores moyens de 4,0 à 4,4) — ce qui va dans le sens des tendances observées dans la population en général —, mais cette différence entre les moyennes n’est pas statistiquement significative (t = 1,48, p = 0,14)13. Comme les députés sont des lecteurs assidus, on doit supposer que chacun a l’habitude de consulter régulièrement tous les quotidiens publiés dans sa région. Dans ces conditions, on ne s’étonne pas que les députés ayant représenté des circonscriptions de la région de Montréal, où plusieurs quotidiens sont publiés, soient en moyenne de plus gros lecteurs de journaux. Comme l’indique l’analyse de régression, les députés de cette région obtiennent un indice de lecture supérieur de 0,8 point par rapport à ceux des autres régions, les autres variables étant égales par ailleurs14. Il apparaît également que les députés ayant une formation universitaire lisent davantage les journaux. Quant à l’affiliation partisane, elle n’a pas d’effet significatif sur la consommation des quotidiens pris dans leur ensemble.

  • 15 La fréquence à laquelle les parlementaires regardaient les émissions d’information a été mesurée po (...)
  • 16 Il faut noter que nos données décrivent le degré d’assiduité dans l’écoute de la télévision et non (...)
  • 17 Les variables autres que celle des générations n’ont pas d’influence significative sur la consommat (...)

27Grands lecteurs, les députés sont aussi friands d’émissions d’information et d’affaires publiques à la télévision et à la radio. Si l’indice moyen de lecture des journaux a peu varié dans le temps, il en va autrement de l’indice d’écoute des émissions d’information ou d’affaires publiques à la télévision, qui a connu une forte progression au fil des générations de parlementaires. L’indice moyen d’écoute de la télévision15 pour s’informer s’établit à 4,4 pour l’ensemble des répondants. Cela signifie que les parlementaires regardent chaque jour des émissions de nouvelles ou d’affaires publiques provenant de quatre réseaux de télévision (ou l’équivalent) en moyenne. Cette valeur, qui était de 2,6 chez les députés ayant été élus pour une première fois dans la période 1956-1973, a augmenté graduellement au passage du temps pour atteindre 5,3 chez les parlementaires élus depuis 2003. Ces derniers regardent donc deux fois plus d’information télévisée que ceux qui ont été élus pour la première fois avant 1976, une différence nettement significative (t = -5,39, p < ,001)16. Il s’agit bien d’un effet de génération, car cet écart moyen de 2,7 points se maintient presque entièrement lorsque nous contrôlons l’influence des autres variables insérées dans l’analyse multivariée présentée au tableau 317. Cette évolution suit la progression de l’offre télévisuelle. Les parlementaires qui ont mené ou amorcé leur carrière à l’ère des journaux regardaient peu, comparativement aux députés des autres générations, les émissions d’information et d’affaires publiques à la télévision. À cette époque, le volume de l’offre télévisuelle était de beaucoup inférieur à ce qu’il est devenu par la suite. De plus, la télévision ne jouissait pas de l’importance et de l’influence politiques qu’elle a acquises.

  • 18 La faible performance du modèle explicatif de l’écoute de la radio (R2 ajusté) et la faible magnitu (...)

28La radio occupe une place nettement moins importante que celle des quotidiens et de la télévision dans la consommation d’information. L’indice moyen d’écoute des émissions d’information ou d’affaires publiques à la radio se situe à environ 1,5 point18. Il est demeuré stable au fil du temps et varie peu si l’on compare les différentes catégories de parlementaires prises en considération dans cette analyse.

  • 19 Les questions relatives à l’utilisation d’Internet à des fins d’information n’ont été posées que da (...)
  • 20 La fréquence à laquelle les gens consultaient de l’information a été mesurée pour les sites suivant (...)

29À côté de ces médias traditionnels, Internet se taille une place importante dans le parcours médiatique des parlementaires qui ont siégé à l’Assemblée nationale au cours des dernières années19. L’utilisation d’Internet à des fins d’information sur l’actualité et les affaires publiques a connu une progression importante chez les plus « jeunes » générations de parlementaires. Les parlementaires élus pour la première fois entre 1976 et 1989 (et qui siégeaient toujours au début des années 2000) obtiennent un indice moyen d’utilisation du Web de 0,420. Ceux qui ont fait leur entrée à l’Assemblée en 1994 ou 1998 obtiennent un score de 2,1, ce qui veut dire qu’en moyenne, ils consultent l’équivalent de 2,1 sites quotidiennement dans le but de s’informer sur l’actualité et les affaires publiques. La génération d’Internet, c’est-à-dire ceux qui ont été élus entre 2003 et 2009 inclusivement, consulte l’équivalent de 2,3 sites quotidiennement à des fins d’information. Les sites de nouvelles, en particulier, ont plusieurs adeptes. Cyberpresse.ca arrive au premier rang avec 55,2 % des répondants ayant siégé depuis 2003, qui le consultent au moins trois jours par semaine. Le site de Radio-Canada suit en seconde position (34,4 %). Ceux de LCN (25,3 %) et du Devoir (18,3 %) sont aussi consultés régulièrement par un bon nombre de parlementaires. On peut donc dire que cet usage d’Internet est entré dans les mœurs des nouvelles générations de parlementaires.

  • 21 L’indice général de consommation des médias est aussi plus élevé chez les députés qui ont appartenu (...)

30Comme l’illustre le graphique 1, les pratiques d’information occupent une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne des parlementaires. La dernière analyse multivariée du tableau 3 rend compte d’un indice général de consommation médiatique qui agrège les quatre indices précédents. On constate que les députés élus depuis 1994 ont des indices de consommation médiatique de 4,6 et 4,7 points plus élevés que ceux de leurs prédécesseurs entrés au parlement avant 1976, l’influence des autres variables étant contrôlée21. Le score de la première génération pour l’ensemble des médias que nous venons de considérer (ce qui exclut les hebdomadaires, magazines et autres périodiques) se situait à 8,0 alors que celui de la plus jeune génération (les élus pour la première fois depuis 2003) se situe à 12,9, soit une hausse considérable de plus de 60 %. Cela signifie que les parlementaires d’aujourd’hui consultent chaque jour ou presque l’équivalent d’une douzaine de médias différents dans le but de s’informer sur l’actualité et les affaires publiques.

31Par ailleurs, notre enquête montre que les députés qui lisent régulièrement Le Devoir comptent parmi les plus gros consommateurs d’informations. Ils obtiennent en effet, pour chacun des indices de consommation médiatique, des scores plus élevés que ceux des non-lecteurs. Ils regardent davantage les émissions d’information et d’affaires publiques à la télévision (4,5 pour les lecteurs contre 4,2 pour les non-lecteurs) et à la radio (1,6 contre 1,4) ; ils fréquentent un peu plus Internet (2,2, contre 2,1) ; surtout ils lisent davantage les quotidiens (5,0 contre 3,1). De sorte qu’au total, les lecteurs du Devoir obtiennent un score de consommation médiatique sensiblement plus élevé (11,0) que les non-lecteurs (9,8).

L’évaluation du Devoir et de ses concurrents par les parlementaires

32Notre enquête montre que, malgré une diversification des sources d’information pour les parlementaires, les quotidiens occupent toujours une place importante dans leur consommation médiatique. Cependant, devant cette diversité des sources et cette abondance d’information disponible, comment les quotidiens en général et Le Devoir en particulier sont-ils évalués par les parlementaires québécois ? Nous avons demandé aux répondants d’évaluer, sur une échelle de 0 (très faible) à 5 (très élevée), la qualité de certains journaux sur la base de sept critères, de même que leur influence respective sur la classe politique et le public en général. Le tableau 4 indique le score moyen obtenu par Le Devoir et cinq autres quotidiens.

Tableau 4. Évaluation de la qualité et de l’influence des principaux quotidiens québécois

Tableau 4. Évaluation de la qualité et de l’influence des principaux quotidiens québécois

Les entrées sont des moyennes sur une échelle de 0 à 5.

33On peut dire qu’en général, les députés ont une haute opinion du Devoir, mais ils reconnaissent aussi la qualité et l’influence d’autres quotidiens. La partie A du tableau révèle que les parlementaires portent des jugements plutôt nuancés et généralement favorables sur la qualité des quotidiens. Sur échelle de 0 à 5, la moyenne de l’indice de qualité — qui fait la synthèse des sept premiers critères d’évaluation — est toujours supérieure au point milieu de 2,5, les scores moyens pour chaque journal variant entre 2,7 et 3,6. La Presse (3,6), Le Soleil (3,4) et Le Devoir (3,3) se partagent la faveur des élus. Si l’on cumule l’ensemble des critères, Le Devoir obtient ainsi une évaluation légèrement inférieure à celle de La Presse (t = 3,14, p < ,01) et similaire à celle du Soleil (t = 0,64, p = ,53). Les deux tabloïds de Quebecor et The Gazette obtiennent des moyennes légèrement plus faibles.

34La Presse (journal « omnibus » classique) distancie Le Devoir principalement par rapport à deux dimensions : celle de l’exhaustivité de la couverture de l’actualité en général et celle de la couverture de l’actualité locale. Le Devoir, qui se définit comme un journal « de niche », concentre son attention et ses ressources limitées sur certains secteurs d’activité et couvre relativement peu l’actualité locale. Il figure d’ailleurs au dernier rang à ce chapitre. En revanche, pour la qualité de la couverture de l’actualité politique et parlementaire, Le Devoir (3,8) se classe au premier rang parmi nos répondants, suivi de près par La Presse (3,7), un écart qui n’est cependant pas significatif (t = 0,79, p = ,43). C’est aussi lui qui figure au premier rang (3,9) pour la compétence de ses éditorialistes, ses chroniqueurs et ses courriéristes parlementaires, devançant cette fois-ci le concurrent de la rue Saint-Jacques de façon significative (t = 3,02, p < ,01).

  • 22 Ces différences sur la base de l’affiliation partisane demeurent statistiquement significatives (p  (...)

35Les jugements des parlementaires sont assez constants d’une génération à l’autre. Ils sont aussi peu affectés par l’appartenance régionale, le sexe et le niveau de scolarité des parlementaires. De même, le fait que les parlementaires soient ou non lecteurs du Devoir n’a pas d’effet sur l’évaluation qu’ils font des quotidiens, sauf du Devoir lui-même qui, comme on peut s’y attendre, est mieux évalué par ceux qui le lisent que par les autres. La lecture des quotidiens étant ou devenant une activité professionnelle pour les parlementaires, l’évaluation qu’ils font des quotidiens paraît se faire sur la base de considérations qui ne sont pas celles des lecteurs « ordinaires » ; elle paraît en effet détachée de caractéristiques sociodémographiques, comme le sexe et la scolarité, qui, d’ordinaire, conditionnent les choix de lecture des consommateurs. En revanche, l’affiliation partisane fait apparaître de légères différences dans l’évaluation des quotidiens. Le Devoir, qui depuis vingt ans a exprimé des positions en faveur du mouvement souverainiste, est jugé plus favorablement par les députés du Parti québécois (indice moyen de 3,6) que par leurs collègues libéraux (3,2). À l’inverse, les députés n’appartenant à ni l’un ni l’autre de ces partis en font une évaluation plus défavorable (2,5). La Presse et The Gazette bénéficient d’évaluations plus favorables de la part des députés libéraux (respectivement de 3,8 et 3,1) que de ceux du Parti québécois (3,4 et 2,5) ou d’autres partis (3,2 et 2,4)22. Ces différences selon l’affiliation partisane correspondent aux points de vue traditionnellement promus dans les pages éditoriales de ces quotidiens.

36Les élus demeurent nuancés lorsqu’ils sont invités à évaluer l’influence des quotidiens (partie B du tableau 4). Ils estiment que ceux qui exercent la plus grande influence sur la classe politique sont La Presse (3,9) et Le Devoir (3,8), suivis de près par Le Soleil (3,5). L’imperméabilité des parlementaires québécois à l’égard des médias anglophones apparaît à nouveau puisque c’est The Gazette qui est réputé le moins influent sur la colline Parlementaire (2,6). Du même souffle, les députés estiment que Le Devoir n’a pas plus d’influence sur le public en général (2,5) que le quotidien anglophone (2,6). Ils estiment plutôt que ce sont Le Journal de Montréal (3,9) et Le Journal de Québec (3,8) qui pèsent le plus lourdement sur l’opinion publique. Ils accordent aussi à La Presse une influence importante sur les citoyens.

37Du point de vue de l’influence dans la vie politique, il semble qu’il y ait, pour les parlementaires, trois sortes de quotidiens. D’abord, il y aurait ceux dont l’influence sur la classe politique est à la hauteur de leur influence sur la population en général, laquelle a sans doute à voir avec l’étendue de leur lectorat. Ce serait le cas de La Presse, du Soleil et The Gazette. Puis, il y aurait ceux dont l’influence sur la classe politique est inférieure à celle exercée sur la population. Il s’agit en particulier des quotidiens de Quebecor, qui ont un large lectorat mais qui n’accordent pas autant d’importance que les autres quotidiens à l’actualité politique et aux débats de société. Enfin, les parlementaires distinguent les quotidiens dont l’influence sur la classe politique est supérieure à leur influence sur la population en général. Ce serait le cas du Devoir, qui est lu par une élite influente et agit comme un important vecteur des débats politiques au Québec.

38Pourquoi les parlementaires reconnaissent-ils au Devoir tant d’influence sur la classe politique alors qu’ils le considèrent comme peu influent sur la population en général ? Apparemment, les députés jugent de l’influence d’un journal non pas tant au regard de sa fonction d’information et de sa puissance de diffusion (qui est faible dans le cas du Devoir) qu’au regard de sa fonction de débat public et de l’influence des idées qui y sont exprimées. Les parlementaires sont en effet convaincus que, parmi les professionnels des médias, les journalistes d’opinion, principalement les chroniqueurs politiques et les éditorialistes des quotidiens, sont des personnages particulièrement importants et influents. Or, selon les parlementaires, ceux du Devoir seraient parmi les plus compétents.

39La plupart des députés (88 %) portent une attention particulière aux éditorialistes et aux chroniqueurs parlementaires dans les quotidiens. Ils considèrent (à 74 %) que les éditorialistes et les chroniqueurs parlementaires ont une grande influence sur la classe politique. Et c’est une opinion qui est de plus en plus répandue : 68 % des députés élus entre 1956 et 1973 sont d’avis que, dans leur temps, les éditorialistes et les chroniqueurs parlementaires exerçaient une grande influence sur la classe politique ; cette proportion va croître d’une génération à l’autre pour atteindre 80 % dans le groupe des députés élus entre 2003 et 2009. Il y a aussi eu une nette progression de l’idée selon laquelle les éditorialistes et les chroniqueurs parlementaires ont une grande influence sur l’opinion publique : 39 % des députés de la première génération y adhèrent, comparativement à 42 % chez les députés des deux générations intermédiaires et 76 % chez les députés de la génération la plus récente.

40Les parlementaires qui lisent régulièrement Le Devoir sont proportionnellement plus nombreux (94 %) que les non-lecteurs (82 %) à dire qu’ils portent une attention particulière aux éditorialistes et aux chroniqueurs parlementaires dans les quotidiens. Ils sont aussi plus nombreux (80 %) que les non-lecteurs (67 %) à penser que les éditorialistes et les chroniqueurs parlementaires ont une grande influence sur la classe politique. C’est peut-être qu’ils s’estiment personnellement influencés dans leurs opinions par les éditorialistes et les chroniqueurs, notamment ceux du Devoir, et qu’ils reportent cette influence sur l’ensemble de la classe politique. En revanche, ils ont moins tendance (44 %) que les non-lecteurs (58 %) à penser que les éditorialistes et les chroniqueurs parlementaires ont une grande influence sur le public en général. En somme, les lecteurs du Devoir font une distinction plus nette entre l’influence (qu’ils estiment forte) que les journalistes d’opinion exercent sur la classe politique et l’influence (qu’ils estiment faible) qu’ils exercent sur le public en général.

  • 23 Nous avions prévu dans le questionnaire huit traits sur lesquels les répondants pouvaient apposer l (...)

41L’influence de la presse écrite — et du Devoir en particulier — se mesure également par l’identité des professionnels de l’information que les parlementaires désignent comme étant les plus influents. Nous avons demandé aux parlementaires de nous indiquer lesquels, parmi les professionnels des médias (journalistes, éditorialistes, chroniqueurs, animateurs, etc.), exercent (ou exerçaient au moment où ils étaient députés) la plus grande influence sur la classe politique23. Les 171 parlementaires qui ont répondu à la question ont mentionné 116 noms différents, ce qui pourrait laisser croire à une grande dispersion de l’influence. Cependant, il faut noter que cette liste couvre une période de plus de cinquante ans puisque la question a été posée à des parlementaires qui ont été élus entre 1956 et 2009. De plus, la majorité (59,8 %) des noms qui apparaissent dans la liste n’ont été mentionnés qu’à une ou deux reprises ; 12,8 % des noms n’ont été mentionnés que trois ou quatre fois. Pour nos analyses, nous avons considéré que les professionnels des médias les plus influents sont ceux (ils sont 31) qui ont été nommés à au moins 5 reprises. Leur nom et le nombre d’occurrences associées à chacun apparaissent au tableau 5. De ce lot, 18 ont été nommés au moins 10 fois.

Tableau 5. Les journalistes les plus influents selon les parlementaires

Tableau 5. Les journalistes les plus influents selon les parlementaires
  • 24 Michel C. Auger, bien qu’il travaille depuis 2007 pour le réseau français de Radio-Canada, a été co (...)

42Quoi qu’on puisse dire sur l’importance de la télévision en politique, les personnalités médiatiques les plus influentes sur la classe politique sont d’abord et surtout des journalistes de la presse écrite ; ils totalisent 82 % des mentions, loin devant les journalistes de la télévision (15 %) et de la radio (4 %). Les 10 journalistes les plus influents travaillent pour un quotidien24. Parmi tous les journalistes mentionnés, même une seule fois, aucun n’est actif exclusivement sur Internet.

43Par ailleurs, cette liste confirme que, selon les parlementaires, l’influence des journalistes sur la classe politique s’exerce par le débat et l’opinion davantage que par la fonction d’information. Parmi les journalistes les plus influents qui travaillent pour la presse écrite, la plupart (19 sur 22) sont ou ont été chroniqueurs, éditorialistes, columnists ou commentateurs. Ce sont des gens qui pratiquent ou ont pratiqué une forme ou une autre de journalisme d’opinion. Dans le cas des journalistes de la radio et de la télévision, seulement trois sur neuf sont des reporters ; les autres sont soit des commentateurs (comme Jean Lapierre à TVA), soit des animateurs ou des chefs d’antenne (comme Pierre Maisonneuve à la radio de la Société Radio-Canada ou Bernard Derome à la télévision de la Société Radio-Canada) qui sont amenés à participer directement aux débats publics par l’intermédiaire d’entrevues avec des personnalités publiques.

44L’influence du Devoir apparaît clairement dans cette liste ; il s’agit de l’entreprise de presse qui y est la plus fortement représentée. Près du tiers (10 sur 31) des journalistes les plus influents travaillent ou ont travaillé au Devoir, comparativement à 6 pour La Presse, 3 pour Le Journal de Montréal, 2 pour la Société Radio-Canada et 4 pour TVA. Les journalistes du Devoir sont aussi ceux qui recueillent le plus de mentions (166 sur 490, soit 34 %) si on les compare à ceux de La Presse (26 % des mentions), du Journal de Montréal (14 %), de la Société Radio-Canada (9 %) ou de TVA (8 %). Ces données suggèrent que l’influence des journalistes sur la classe politique est inversement proportionnelle à l’étendue du public qu’ils sont susceptibles d’atteindre. Bien qu’il n’y ait pas ici de relation causale, ces données confirment que, dans l’esprit des parlementaires, l’influence sur la classe politique et l’influence sur la population en général sont deux phénomènes distincts qui se réalisent par des voies différentes. Autrement dit, les parlementaires n’ont pas tendance à attribuer à un média une influence sur la classe politique parce que ce média aurait un large auditoire et donc un grand potentiel d’influence sur le public. Leur évaluation de l’influence sur la classe politique paraît plus liée à la pertinence et à la crédibilité que les parlementaires accordent aux commentaires et aux analyses des journalistes.

45Les femmes sont de plus en plus nombreuses dans les salles de rédaction et à la Tribune de la presse, mais, si l’on en croit les parlementaires, elles sont encore nettement sous-représentées dans le cercle restreint des journalistes les plus influents. Seulement trois femmes figurent dans la liste, dont deux sont bien connues des lecteurs du Devoir : Lise Bissonnette et Chantal Hébert (la troisième est Lysiane Gagnon de La Presse). Ici, la solidarité féminine ne semble pas entrer en ligne de compte : les noms de femmes journalistes ne sont pas plus souvent mentionnés par les femmes députées que par les hommes.

46Il faut également noter que la liste est biaisée par l’effet du temps. Les répondants qui ont été élus entre 1981 et 2009 sont plus nombreux que ceux qui l’ont été entre les années 1960 et 1970, de sorte que les professionnels des médias qui ont exercé leur métier au cours des deux ou trois dernières décennies sont davantage mentionnés par les répondants que ceux des décennies antérieures. Il aura fallu que des personnalités comme Claude Ryan, Normand Girard, Gilles Lesage, Michel Roy et d’autres aient exercé une grande influence en leur temps pour que, plusieurs années après avoir cessé d’exercer le métier de journaliste, les parlementaires qui étaient leurs contemporains se souviennent d’eux et inscrivent leur nom dans la liste des professionnels des médias les plus influents.

Conclusion

47Le Devoir est-il et a-t-il été un journal de référence aux yeux de la classe politique ? En examinant les habitudes de lecture des députés et leur attitude quant à la qualité et à l’influence du Devoir, nous arrivons à un constat nuancé. On ne peut pas dire que Le Devoir est LE journal de la classe politique au Québec. Les politiciens qui ont participé à notre enquête sont trop friands de journaux pour se contenter d’un seul quotidien. Ils en consultent plusieurs, en moyenne quatre chaque jour. Le Devoir fait partie du lot, mais il n’est pas le plus lu. La Presse et Le Soleil, qui, selon les parlementaires, offrent une couverture plus exhaustive de l’actualité en général et des nouvelles locales en particulier, le sont davantage. En revanche, il jouit d’une diffusion dans la classe politique qui est sans commune mesure avec celle qu’il obtient dans la population en général.

48Le Devoir bénéficie aussi, dans ce milieu-là, d’une réputation enviable, et depuis longtemps : il se classe au premier rang en ce qui concerne la compétence de ses éditorialistes, chroniqueurs et courriéristes parlementaires et parmi les meilleurs pour la qualité de la couverture de l’actualité en général et des affaires politiques et parlementaires en particulier. Il est considéré, avec La Presse, mais avec des moyens plus limités, comme l’un des quotidiens les plus influents sur la classe politique. Dans la courte liste des journalistes les plus influents, les noms des journalistes du Devoir sont les plus nombreux.

49Notre enquête aura permis d’apporter un certain éclairage sur la consommation d’information des parlementaires. Elle nous apprend que, malgré la diversification des sources d’information, les quotidiens occupent encore une place très importante dans les pratiques d’information des députés, qui non seulement leur accordent beaucoup d’attention, mais leur reconnaissent aussi une certaine qualité et une grande influence. Les élus semblent particulièrement attentifs aux opinions exprimées par les journalistes de la presse écrite et ils leur attribuent une grande influence, laquelle serait plus grande auprès de la classe politique elle-même qu’auprès de la population en général. La presse quotidienne et Le Devoir en particulier semblent constituer, pour eux, un agent et un vecteur essentiels des débats au sein même de la classe politique.

50Notre coup de sonde soulève plusieurs questions qui demeurent pour le moment sans réponse.

51Quelles stratégies les parlementaires doivent-ils mettre en place pour faire face à l’augmentation et à la diversification des sources d’information ? Ces stratégies impliquent-elles une augmentation substantielle du temps qu’ils consacrent aux médias ? Si oui, au détriment de quelles autres activités ? La multiplication des sources et la surabondance des informations rendent-elles la tâche du député plus simple ou plus ardue ? Outre le choix des médias, sur quel type de contenu font-ils porter leur attention ? En quoi les opinions exprimées par les journalistes influent-elles sur le jeu politique ? Pourquoi les parlementaires d’aujourd’hui attribuent-ils une plus grande influence au journalisme d’opinion que les parlementaires d’hier ? Se pourrait-il que, dans un contexte où les informations et les opinions circulent dans une abondance et avec une vitesse inégalées, et où tout un chacun se croit informé et tenu d’avoir une opinion sur tout, les éditorialistes et les chroniqueurs politiques deviennent, pour la société politique, des « références » plus consultées, reconnues et écoutées ? À moins que la mise en vedette par les entreprises de presse de ces journalistes d’opinion, producteurs d’images de marque et de « valeur ajoutée », ne leur confère une notoriété et une crédibilité qui surpassent celles des élus ?

52En considérant les médias comme des sources d’information et des objets de discours pour les parlementaires, plutôt que l’inverse, notre enquête jette un éclairage inédit sur une réalité fort peu connue et dont l’analyse paraît utile à une meilleure compréhension des processus de communication politique.

Haut de page

Bibliographie

ANCTIL, Pierre (1988), Le Devoir, les Juifs et l’immigration : de Bourassa à Laurendeau, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

BOURASSA, Henri (1910), « Avant le combat », Le Devoir, 10 janvier.

COMEAU, Robert et Luc DESROCHERS (dir.) (1996), Le Devoir : un journal indépendant (1910-1995), Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

COMMISSION ROYALE D’ENQUÊTE SUR LES QUOTIDIENS (1981), Rapport, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services Canada.

DESCHÊNES, Marc et Florian SAUVAGEAU (1994), « Le Devoir : un avenir quitte ou double », Québec Studies, 18, p. 99-118.

DESCÔTEAUX, Bernard (2002), « Rapport annuel 2001 : Le Devoir, référence incontournable », Le Devoir, 22 mai, p. A7.

DESCÔTEAUX, Bernard (2009), « Rapport annuel 2008 : préparer Le Devoir de demain », Le Devoir, 21 mai, p. A7.

GINGRAS, Pierre-Philippe (1985), Le Devoir, Montréal, Libre expression.

LACHAPELLE, Guy (2005), Claude Ryan et la violence du pouvoir. Le Devoir et la Crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates, Québec, Presses de l’Université Laval.

LAHAISE, Robert (dir.) (1994), Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, Coll. « Communications ».

LISÉE, Jean-François (1994), Le Tricheur : Robert Bourassa et les Québécois, 1990-1991, Montréal, Boréal.

MERRILL, John C. (1968), The Elite Press : Great Newspapers of the World, New York, Pitman Publishing Corporation.

MERRILL, John C. (2000), « Les quotidiens de référence dans le monde », Les Cahiers du journalisme, 7, p. 10-14.

SCHLESINGER, Philip (1990), « Rethinking the sociology of journalism : Source strategies and the limits of media-centrism » dans Marjorie FERGUSON (dir.), Public Communication : The New Imperatives, London, Sage, p. 61-83 (pour la traduction française : « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, 51, 1992, p. 75-98).

SANSFAÇON, Jean-Robert (2006), « 301 000 lecteurs pour Le Devoir », Le Devoir, 13 et 14 mai.

SAUVAGEAU, Florian (1996), « Le Devoir et l’avenir des quality papers » dans Robert COMEAU et Luc DESROCHERS (dir.), Le Devoir, un journal indépendant 1910-1995, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 334-343.

WATINE, Thierry (2000), « Le Devoir est-il encore un journal de référence ? », Les Cahiers du journalisme, 7, p. 28-46.

Haut de page

Notes

1 Les exemples de travaux qui adoptent cette perspective sont nombreux. Voir par exemple : Anctil (1988), Lachapelle (2005) et Sauvageau (1996) ; voir aussi les nombreuses contributions dans Comeau et Desrochers (1996) et Lahaise (1994).

2 Qu’on pense par exemple au rôle joué par Le Devoir lors de la grève d’Asbestos, dans le scandale du gaz naturel, dans la campagne de Pax Plante sur la moralité publique à Montréal, lors de la crise d’Octobre 1970 (Gingras, 1985) ou lors des débats sur les accords constitutionnels du lac Meech et de Charlottetown. À propos de ceux-ci, Jean-François Lisée écrit que l’influence indirecte du Devoir était considérable, les éditoriaux de Lise Bissonnette donnant « une assise intellectuelle aux nationalistes québécois qui, à leur tour, influencent l’opinion ». Il s’appuie sur un souper auquel il participa, « où une demi-douzaine de journalistes québécois, dont quelques cadres de l’information, étaient intarissables sur la qualité des éditoriaux de Bissonnette, qui leur servaient de boussole idéologique » (1994 : 242).

3 Cette enquête du Centre d’études sur les médias a été réalisée sous la direction de Florian Sauvageau, Jean Charron, Jean de Bonville et Frédérick Bastien de l’Université Laval. Cyntia Darisse a supervisé la collecte des données. L’enquête a été rendue possible grâce à la collaboration des responsables de l’Amicale des anciens parlementaires du Québec, qui a pris en charge les envois postaux. Audrey Garon, Philippe Rouleau, Marie-Pier Savoie et Amanda Weber ont également participé à la collecte et à la saisie des données. Les résultats complets de cette enquête ont été publiés par la Centre d’études sur les médias, dans la série des Cahiers-médias (http://www.cem.ulaval.ca/publications.php).

4 À la suite de la démission de Mario Dumont, le siège de Rivière-du-Loup était vacant au moment de notre enquête.

5 Selon ses registres, l’Amicale compte 442 membres. Nous n’avons pas envoyé de questionnaires à 50 d’entre eux, soit parce que leur adresse ne figure pas au registre, soit en raison de leur état de santé.

6 Aux fins du calcul pour l’ajustement à une population finie, nous considérons que la population des anciens parlementaires encore vivants est égale au nombre de membres de l’Amicale même si le répertoire de cette association ne constitue pas une base de sondage parfaitement exhaustive.

7 Le tableau 2 présente le résultat d’une analyse de régression logistique, car la variable dépendante revêt une forme binaire. Comme le coefficient de régression () s’interprète difficilement dans ce type d’analyse, notre texte se réfère plutôt au rapport de cote, symbolisé par Exp(B).

8 Dans les commentaires que nous avons recueillis au cours de cette enquête, certains parlementaires — des ministres, des adjoints parlementaires, des porte-parole de l’opposition — ont indiqué qu’ils accordaient aussi beaucoup d’attention, parfois en remplacement de L’Argus, aux revues de presse spécialisées préparées par les ministères.

9 Comme nous le verrons plus loin, l’attrait plus important exercé par La Presse et d’autres journaux de la chaîne Gesca est plus fort encore sur Internet. Il faut dire que le site Cyberpresse.ca englobe plusieurs quotidiens régionaux et que, contrairement au site du Devoir, il est mis à jour en continu au cours de la journée.

10 Le test du khi carré (χ2) est utilisé pour évaluer la probabilité (p) que l’écart observé entre deux ou plusieurs pourcentages dans un échantillon ne reflète pas une différence dans la population.

11 En plus des médias canadiens figurant au questionnaire, les répondants étaient invités à préciser leurs habitudes de consommation de tout autre quotidien, station de télévision ou de radio. Nous ne présentons pas ces données ici pour simplifier la présentation des résultats et aussi parce que les occurrences sont peu nombreuses. En outre, les parlementaires sont nombreux à lire des hebdomadaires régionaux et des magazines. Comme l’information sur la lecture de ces deux types de publication faisait appel à d’autres catégories de réponse (leur périodicité n’étant pas quotidienne), elles ne sont pas intégrées aux indices présentés dans cet article.

12 La fréquence de lectures des parlementaires a été mesurée pour les journaux suivants, selon la période où les répondants ont siégé à l’Assemblée nationale : 24 heures, L’Action catholique, Le Devoir, Le Droit, L’Événement, The Gazette, The Globe and Mail, Le Jour, Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec, Métro, Montréal-Matin, Montreal Star, National Post, Le Nouveau Journal, Le Nouvelliste, La Presse, The Quebec Chronicle Telegraph, The Record, Le Soleil, La Tribune et La Voix de l’Est.

13 Le test T de Student évalue la probabilité (p) que la différence entre deux ou plusieurs moyennes dans un échantillon ne reflète pas une différence dans la population.

14 Le tableau 3 présente les résultats d’analyses de régression ordinaire sur les moindres carrés, car les variables dépendantes sont de forme continue. Pour chaque variable indépendante, le coefficient de régression (β) indique une estimation (assortie d’une erreur type, symbolisée par S.E.) du changement de valeur de l’indice de consommation médiatique, accompagnée de la probabilité (p) que cette relation observée dans notre échantillon ne soit pas présente au sein de la population.

15 La fréquence à laquelle les parlementaires regardaient les émissions d’information a été mesurée pour les réseaux suivants selon l’époque à laquelle ils ont siégé : Radio-Canada, CBC, TVA, CTV, Télé-Québec, le canal de l’Assemblée nationale, TQS, Global, TV5, Newsworld, CPAC, RDI, LCN et NewsNet. Les répondants pouvaient également ajouter un réseau de télévision américain et jusqu’à deux autres canaux de télévision qui ne figuraient pas dans la liste préétablie. Chacune de ces sources additionnelles a compté pour un média distinct dans la construction de l’indice.

16 Il faut noter que nos données décrivent le degré d’assiduité dans l’écoute de la télévision et non la durée de l’écoute.

17 Les variables autres que celle des générations n’ont pas d’influence significative sur la consommation d’information à la télévision, à une exception près : les députés indépendants ou appartenant à un tiers parti ont un indice de consommation télévisuelle de presque un point supérieur à celui des députés libéraux.

18 La faible performance du modèle explicatif de l’écoute de la radio (R2 ajusté) et la faible magnitude des différences observées entre les catégories peuvent s’expliquer par l’outil de mesure qui était moins affiné que pour les autres médias. Le grand nombre de stations de radio émettant dans les diverses régions du Québec ne nous permettait pas de soumettre aux répondants une liste exhaustive de ces stations. Ceux-ci étaient plutôt invités à indiquer la fréquence à laquelle ils écoutaient les nouvelles à (i) la radio publique francophone, (ii) la radio publique anglophone, (iii) la radio privée francophone et (iv) la radio privée anglophone. Ils pouvaient également insérer jusqu’à deux autres sources radiophoniques. Ainsi, six éléments au maximum ont servi à construire l’indice de consommation radiophonique.

19 Les questions relatives à l’utilisation d’Internet à des fins d’information n’ont été posées que dans les questionnaires adressés aux députés susceptibles d’avoir connu et utilisé Internet pendant leurs mandats. Les proportions d’usagers d’Internet sont donc calculées pour ces seuls répondants (n = 87).

20 La fréquence à laquelle les gens consultaient de l’information a été mesurée pour les sites suivants : Branchez-vous, Canoë, CBC, Cyberpresse, Google, LCN, Le Devoir, Radio-Canada et jusqu’à deux autres sites Web que les répondants pouvaient préciser.

21 L’indice général de consommation des médias est aussi plus élevé chez les députés qui ont appartenu à un tiers parti ou qui ont siégé comme indépendants, chez ceux qui représentent une circonscription de la région montréalaise et chez ceux qui ont une formation universitaire.

22 Ces différences sur la base de l’affiliation partisane demeurent statistiquement significatives (p < ,05) lorsque nous contrôlons l’effet de l’année d’élection, de la région représentée, du sexe et de la scolarité des parlementaires.

23 Nous avions prévu dans le questionnaire huit traits sur lesquels les répondants pouvaient apposer leurs choix, mais nous avons pris en considération tous les noms indiqués même si l’énumération excédait l’espace prévu.

24 Michel C. Auger, bien qu’il travaille depuis 2007 pour le réseau français de Radio-Canada, a été considéré comme un journaliste de la presse écrite en raison de sa longue carrière dans les quotidiens ; il a écrit notamment pour Le Jour, The Gazette, Le Devoir, la Presse Canadienne, Le Soleil et Le Journal de Montréal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La lecture régulière du Devoir selon les caractéristiques personnelles des parlementaires
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/2784/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Tableau 2. Influence des caractéristiques personnelles des parlementaires sur la lecture du Devoir
Légende Note : Analyse de régression logistique binaire.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/2784/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 3. Influence de certains attributs personnels sur la consommation médiatique des parlementaires
Légende * p < 0,10
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/2784/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 4. Évaluation de la qualité et de l’influence des principaux quotidiens québécois
Légende Les entrées sont des moyennes sur une échelle de 0 à 5.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/2784/img-5.png
Fichier image/png, 121k
Titre Tableau 5. Les journalistes les plus influents selon les parlementaires
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/2784/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Charron et Frédérick Bastien, « Les parlementaires québécois et Le Devoir dans le monde des médias », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/2784 ; DOI : 10.4000/communication.2784

Haut de page

Auteurs

Jean Charron

Jean Charron est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.charrron@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Frédérick Bastien

Frédérick Bastien est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : Frederick.Bastien@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals