Navigation – Plan du site
Lectures

Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.), Nature et transformations du journalisme. Théories et recherches empiriques

Québec, Les presses de l’Université Laval, 2004
Valentina Pricopie
p. 289-293
Référence(s) :

Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.) (2004), Nature et transformations du journalisme. Théories et recherches empiriques, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1Jean Charron et Jean de Bonville ont lancé le débat scientifique sur les transformations du journalisme par la création en 1993 du Groupe de Recherche sur les Mutations du Journalisme (GRMJ) à l’Université Laval et ensuite par la publication (1996) de deux articles significatifs (encadrés ultérieurement comme chapitres distincts et remaniés dans l’ouvrage que nous présentons). L’objectif annoncé par les auteurs de ces recherches vise à « proposer des voies de solution à certains problèmes théoriques et méthodologiques épineux que pose l’analyse du changement dans les pratiques culturelles en général et dans les pratiques journalistiques en particulier » (2004 : 2). Le nouveau paradigme émergent concerne les transformations du journalisme. Il est fixé et circonscrit autour d’une série de concepts opératoires essentiels qui expliquent la réalité du changement social et la pratique des transformations journalistiques. Le paradigme journalistique est défini comme « une manière spécifique et singulière de concevoir et de pratiquer le journalisme » (2004 : 2), ce qui permet aux auteurs de ce volume d’identifier quatre grands moments de changement qui marquent l’histoire du journalisme :

  1. le journalisme de transmission (xviie siècle) ;

  2. le journalisme d’opinion (xixe siècle) ;

  3. le journalisme d’information (qui apparaît entre 1880 et 1910 et commence à se généraliser à partir de 1920) ;

  4. le journalisme de communication (1970-1980).

2La visée scientifique de cette typologie est de confirmer la « continuité » existante entre les pratiques anciennes du journalisme et la variante actuelle, le journalisme de communication. Les termes choisis pour désigner les quatre paradigmes journalistiques sont « des attributs relevant du discours » (2004 : 7), car il ne faut pas chercher des critères extérieurs à la pratique journalistique (comme la politique ou l’économie) pour définir les quatre formes d’idéal-types de journalisme, qui couvrent toute l’histoire de la presse. Néanmoins, l’ouvrage n’est pas présenté comme une histoire de la presse, mais comme une réflexion théorique et méthodologique sur le journalisme « tel qu’il est pratiqué dans un temps et un lieu donnés, présent[ant] un caractère structuré, cohérent, régulé » (2004 : 19).

3Les deux pôles de ce volume se concentrent, d’une part, sur une approche théorique et conceptuelle du paradigme des transformations journalistiques (chapitres 1 à 6) et, d’autre part, sur une approche empirique du phénomène (chapitres 7 à 11) sans prétention d’exhaustivité, car cette deuxième partie propose des analyses à caractère d’exemples afin de prouver l’opérativité des concepts théoriques et méthodologiques définis dans la première partie.

4Le premier chapitre s’attache à rendre compte de l’ancrage théorique de l’étude par une explication dense et cohérente de la notion de « paradigme journalistique » défini à deux niveaux, théorique (« paradigme abstrait ») et empirique (« paradigme concret »), comme

[…] un système normatif engendré par une pratique fondée sur l’exemple et l’imitation, constitué de postulats, de schémas d’interprétation, de valeurs et de modèles exemplaires, auxquels s’identifient et se réfèrent les membres d’une communauté journalistique dans un cadre spatio-temporel donné qui soudent l’appartenance à la communauté et servent à légitimer la pratique (2004 : 36).

5Nous n’insistons plus ici sur toutes ces règles, schémas, valeurs et modèles que la sociologie du journalisme a déjà identifiés et expliqués, notre propos étant de présenter les éléments inédits qui font l’originalité et la solidité de cet ouvrage.

6Le deuxième chapitre va directement au cœur de la problématique des transformations du journalisme. Il est nécessaire de noter ici la distinction effectuée entre changement normal et mutation, à partir du couple dichotomique structure/conjoncture qui cadre cette approche :

La distinction entre changement normal et mutation ou métamorphose renvoie en somme à la dichotomie courante dans les sciences sociales entre changement dans la structure ou dans le système, d’une part, et changement de structure ou de système, d’autre part. En effet, on accepte volontiers le fait que le changement normal concerne les transformations à l’intérieur de la structure lequel conserve néanmoins sa configuration d’ensemble. Par ailleurs, l’acceptation courante de termes comme mutation ou métamorphose dénote plutôt un changement de structure. Le premier terme, plus général, désigne une transformation profonde et durable, tandis que le second spécifie l’objet formel (la structure ou la forme) et l’ampleur du changement (jusqu’à ce que cet objet ne soit plus reconnaissable) (2004 : 69).

7La mutation du journalisme s’identifie à une « crise paradigmatique » induite par un changement social profond doublé par la perte de la légitimité des règles professionnelles de production du discours journalistique et du discours même, en vue du caractère contingent de la pratique journalistique. Même si elle est marquée par des tensions et des transformations, « la crise du paradigme journalistique n’est pas celle de la compétence des journalistes » (2004 : 85), qui, elle, reste entièrement un instrument conceptuel du chercheur.

8Dans le troisième chapitre, un modèle explicatif des transformations journalistiques est conçu et détaillé à partir d’un projet de recherche qui vise l’identification des concepts théoriques et pratiques de l’analyse, l’opérationnalisation de ces concepts par l’identification des paramètres explicatifs afin de présenter les transformations journalistiques d’une manière diachronique, la construction des hypothèses théoriques pour chaque type de journalisme mentionné, le choix de la méthode inductive et l’analyse du statut des acteurs dans le contexte des interactions professionnelles. Les 14 paramètres explicatifs de l’évolution du journalisme sont regroupés en strates. Le texte journalistique est placé au centre de la problématique pour pouvoir trouver les moyens « de comprendre et d’expliquer ce qui est spécifique au journalisme, c’est-à-dire son discours », le journalisme étant considéré « en tant que fonction de communication et modalité de production d’un discours social spécifique » (2004 : 90). Les cinq plus importants paramètres considérés sont le texte journalistique, le texte « journalique » — le journal et tous les autres « produits journalistiques imprimés ou radiodiffusés non quotidiens » (2004 : 91) —, la pratique journalistique, les journalistes et l’organisation de presse.

9Le quatrième chapitre relève des « problématiques de la périodisation du changement en histoire de la presse » en fonction des trois niveaux d’organisation temporelle des faits historiques provenant de l’expérience humaine, proposés par Fernand Braudel : l’événementiel, le conjoncturel et le structurel. Ces trois niveaux doivent être considérés ensemble dans le cadre du travail de périodisation, qui

[…] implique que l’opération de colligation soit menée de manière complémentaire sur les deux plans synchronique et diachronique. Sur le plan diachronique, l’historien dresse les séries pertinentes d’événements ou de faits semblables. Sur le plan synchronique, il établit les rapports entre catégories pertinentes, mais différentes (2004 : 131).

10Dans l’histoire de la presse, les faits remarquables qui sont plus pertinents du point de vue de leurs « propriétés structurelles spécifiques de la période » et du choix d’événements « tel qu’il est dicté par la variable conjoncturelle » (2004 : 139-140) méritent toute l’attention du chercheur.

11En recadrant le journalisme comme « discours sur le réel », le cinquième chapitre approfondit la typologie historique des quatre idéal-types du journalisme et en extrait les spécificités. Cette étude détaillée est complétée par l’approche du sixième chapitre qui vise de nouveau une perspective croisée, conceptuelle et empirique, mais à partir d’un nouveau terme : « le système de journaux », étroitement lié aux concepts de « champs » et de « structure » pour Maurice Mouillaud. Ce concept est opérationnalisé à partir de six dimensions : l’économie, la technique, les sources, le public, le psycho-cognitif et le contenu, qui influencent d’une manière interdépendante un ensemble de journaux dans le même contexte spatio-temporel, et donc le paradigme journalistique qui, « dans sa réalité empirique, peut être perçu, par les acteurs sociaux, dans ou à travers un système de journaux » (2004 : 241).

12La deuxième partie de cet ouvrage est entièrement dédiée à cinq études de cas correspondant au même nombre de chapitres différents. La plage des corpus abordés est vaste, ainsi que les thématiques concrètes analysées : « le métier de journaliste au début du 20e siècle » (chapitre 7, Jean de Bonville), le journalisme et la concurrence du marché (chapitre 8, Jean Charron et Jean de Bonville), « le concept d’identité discursive appliqué à la couverture de l’actualité judiciaire en 1950 et en 2000 » (chapitre 9, Jean de Bonville et Lise Moreau), le journal franco-allemand sur Arte (chapitre 10, Jean-Michel Utard) et les magazines télévisés de consommation (chapitre 11, Colette Brin et Michèle Gervais).

13Nous ne pouvons pas malheureusement développer dans ces lignes toutes les démarches citées, et nous nous limitons à un seul exemple qui ait un caractère unique et représentatif, c’est-à-dire le chapitre 10 dédié à la stratégie d’information de la chaîne Arte. Ce chapitre représente un intérêt particulier car l’appartenance binationale d’Arte exige une présentation spécifique de l’information en fonction des deux contextes socioculturels et professionnels structurellement différents et de la double vocation culturelle et européenne de la chaîne. Cet ensemble de facteurs a déterminé « des constructions événementielles différentes » (2004 : 383), des titres et des choix d’angles différents, en fonction du contexte national. Les deux versions présentées, allemande et française, sont pratiquement gérées par des règles d’énonciation et de rédaction essentiellement opposées, ce qui implique, par conséquent, la « coexistence » de deux paradigmes journalistiques différents. Cette recherche expérimentale peut servir à identifier les caractéristiques actuelles du journalisme d’information et du journalisme de communication selon le modèle décrit, voire à partir des pratiques journalistiques allemandes et françaises, ayant comme critère essentiel la dichotomie objectif/subjectif qui s’interpose aux deux principes nationaux d’informativité.

Haut de page

Bibliographie

Bonville, Jean de (1996), « Les notions de texte et de code journalistiques : définition critique », Communication, 17(2), p. 99-142.

Charron, Jean, et Jean de Bonville (1996), « Journalismes en mutation. Perspectives de recherche et orientation méthodologiques » et « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, 17(2), p. 15-49 et p. 51-97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Pricopie, « Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.), Nature et transformations du journalisme. Théories et recherches empiriques », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 289-293.

Référence électronique

Valentina Pricopie, « Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.), Nature et transformations du journalisme. Théories et recherches empiriques », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/302

Haut de page

Auteur

Valentina Pricopie

Valentina Pricopie est Docteur en sciences de l’information et de la communication MCF, Université Valahia de Targoviste, Roumanie. Courriel : valpricopie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals